Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

55 Maurice de Fleury, Introduction à la médecine de l’esprit, Paris, Alcan, 1898, p. 274-277

Texte intégral

1Dans cet ouvrage de vulgarisation médicale, le médecin Maurice de Fleury (1860-1931), proche d’Émile Zola, aborde le problème de la paresse et de son traitement afin de dégager une « morale médicale » (titre de la deuxième partie). Les mœurs de Zola, après celles de Balzac, fournissent alors un exemple instructif de ce que la volonté peut contre le penchant naturel, et ce qu’il appelle « la tyrannie de l’idée fixe ». L’observation médicale se veut ici leçon de vie (sur Maurice de Fleury, voir également le texte 13 ; sur l’analyse « clinique » de Zola, voir le texte 14).

2De tous les grands laborieux de l’heure actuelle, aucun ne m’a fourni de documents si précieux que M. Émile Zola. J’ai pu l’étudier de près et à loisir, étant de ses familiers, et c’est justement son exemple qui m’a conduit à réfléchir sur la paresse et à rechercher les moyens d’en venir à bout.

3Quelle que soit la dose de sympathie qu’inspirent ses ouvrages, personne ne nous contredira si nous considérons Zola, non pas comme le plus parfait mais simplement comme le plus puissant, comme le moins « raté » des écrivains de ce temps-ci. Il a du souffle, n’est-ce pas ? et son énergie créatrice ne s’est pas démentie, depuis tantôt trente années qu’il travaille. Eh bien ! ce gros abatteur de besogne, ce grand laborieux n’aime que le repos et n’aspire qu’après le moment de béatitude où, la tâche finie, l’on peut s’abandonner sans remords aux délices de ne rien faire !

4Il n’est doué par la nature que partiellement. Sa faculté d’attention est plutôt médiocre. À moins qu’elle ne soit absolument indispensable au roman qu’il prépare, il ne peut soutenir la lecture d’une œuvre abstraite, et il ne prend aux livres qu’il consulte que ce qu’il peut utiliser. Il ne s’instruit pas pour s’instruire et son cerveau s’épuise tout de suite au métier d’érudit.

5Quant à sa volonté, il l’a toujours soupçonnée d’être si près de défaillir, il l’a sentie si peu robuste qu’il a inventé, d’instinct, les meilleures ruses afin d’y suppléer.

  • 1 Douzième volume du cycle des Rougon-Macquart, publié en 1884.

6Vous rappelez-vous, dans la Joie de vivre1, ce Lazare, qui conçoit les plus magnifiques projets dont pas un n’est mené à bien, qui commence cent choses et n’en achève aucune, cet admirable héros de roman psychologique où s’incarne, avec une si saisissante intensité, le pessimisme des impuissants ?... Un jour, comme je trouvais beau qu’il eût créé cette figure, Zola m’avoua simplement que, toute sa vie, il avait redouté d’être lui-même ce Lazare, que toujours il avait tremblé de la peur d’avorter. C’est de soi-même que l’on tire de pareilles évocations ! […] Méditez encore ceci : Zola ne peut pas travailler plus de trois heures sur vingt-quatre ; il n’a jamais pu se contraindre à un plus long effort : « Je suis malade à me coucher quand je dépasse la mesure », m’a-t-il dit bien souvent.

7 Il y a mieux : ces trois heures de labeur quotidien – les interviewers ont cent fois raconté cela – il ne les fait pas d’affilée : une heure dès le saut du lit, une heure d’excellent travail où l’esprit est lucide et vif, où la phrase court sous la plume, prompte et définitive. Mais déjà la fatigue vient : il faut manger un peu pour réparer ses forces, et lire les journaux pour faire diversion.

8De dix heures à midi, Zola rédige encore – moins facilement et moins bien que pendant l’heure initiale – et c’est fini pour toute la journée, il ne sera plus bon qu’à écrire des lettres.

  • 2 Maurice de Fleury se fait ici l’écho du sentiment, très largement partagé, d’une décadence de la so (...)

9C’est là la puissance du plus puissant cerveau dans le domaine littéraire, à la fin du siècle2. Avec ce tout petit traintrain modeste, trois heures par jour en deux séances, cet homme dont l’attention est modique, dont la volonté n’a rien de formidable, dont la pensée s’épuise vite, trouve moyen de nous donner, tous les dix mois, un de ces livres où ne manquent ni la solidité de la charpente, ni le nombre de personnages, ni le dessin des caractères, ni la puissance de développement, ni l’énergie du verbe, ni rien de ce qui constitue la force créatrice, le génie, pour dire le mot.

  • 3 Le père de la théorie de la sélection naturelle, Charles Darwin (1809-1882), fait partie des autres (...)

10Si je me suis longuement complu à cet exemple, c’est qu’il me semble exceptionnellement instructif et intéressant, c’est qu’on n’avait jamais considéré, au point de vue pratique d’une morale à en tirer, cette méthode que les reporters ont tant de fois décrite à titre de curiosité documentaire, cette hygiène du travail que Zola a créée d’instinct, sans se douter que plus d’un grand esprit, et Darwin3 notamment, s’étaient astreints à de semblables règles.

11Le groupement de tous ces menus faits d’histoire littéraire, n’est-ce pas la meilleure leçon d’espoir qui se puisse donner à ceux qui se sentent débiles et désespèrent de pouvoir ?

Notes

1 Douzième volume du cycle des Rougon-Macquart, publié en 1884.

2 Maurice de Fleury se fait ici l’écho du sentiment, très largement partagé, d’une décadence de la société de la fin du siècle. Il écrira par ailleurs sur la neurasthénie, interprétée comme le symptôme d’un épuisement généralisé dû à la marche folle du progrès.

3 Le père de la théorie de la sélection naturelle, Charles Darwin (1809-1882), fait partie des autres exemples pris par Maurice de Fleury, avec Alfieri, Rousseau, Goethe et Balzac.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search