Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

54. Max Nordau, Dégénérescence, Paris, Alcan, 1894, t. 1, p. 213-214, 227-228.

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails sur ce livre, voir les textes 22 et 69.

1Parmi la liste des peintres et des écrivains dégénérés que propose Max Nordau (1849-1923) dans son livre Entartung (1892) traduit deux ans plus tard en français sous le titre de Dégénérescence1 se détache, par l’ampleur du portrait (plus de vingt pages) et la nature emblématique du « dégénéré », la figure de Verlaine. L’influence de ce dernier, souligné dans l’extrait qu’on lira ici, impose sans doute une critique d’autant plus sévère qu’on lui accorde du crédit dans le milieu littéraire. La description que Nordau propose de Verlaine, marquée par la psycho-physiognomie médicale, vise à faire du poète un véritable monstre, dont la dégénérescence physique rejoint le délabrement intellectuel.

  • 2 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire [nda]. Le journaliste Jules Huret (1863-1915) inter (...)
  • 3 Paul Verlaine, Choix de poésies, Paris, 1891 [nda].
  • 4 Lombroso, L’Homme criminel, p. 169, 181 [nda]. Sur le portrait physiognomonique voir la section « P (...)
  • 5 Id. Ibid., p. 226 [nda].

2Le grand poète des symbolistes, leur modèle admiré, celui duquel ils ont reçu, de leur aveu unanime, la plus forte impulsion, c’est Paul Verlaine. En cet homme nous trouvons réunis, d’une façon étonnamment complète, tous les stigmates physiques et intellectuels de la dégénérescence, et à aucun écrivain, à ma connaissance, ne s’appliquent aussi exactement trait pour trait qu’à lui, à ses dehors somatiques, à l’histoire de sa vie, à sa pensée, à son monde d’idées et à son langage particulier, les descriptions que les cliniciens font des dégénérés. M. Jules Huret décrit ainsi son extérieur : « Sa tête de mauvais ange vieilli, à la barbe inculte et clairsemée, au nez brusque (?) ; ses sourcils touffus et hérissés comme les barbes d’épi couvrant un regard vert et profond ; son crâne énorme et oblong entièrement dénudé, tourmenté de bosses énigmatiques, élisent en cette physionomie l’apparente et bizarre contradiction d’un ascétisme têtu et d’appétits cyclopéens2 ». Comme cela apparaît dans ces expressions ridiculement recherchées et en partie complètement absurdes, l’irrégularité du crâne de Verlaine, ce que M. Huret nomme les « bosses énigmatiques », a sauté aux yeux même de l’observateur absolument étranger à la science. Si l’on examine le portrait du poète par Eugène Carrière3, dont une photographie précède le volume des poésies choisies de l’auteur, et particulièrement celui exposé en 1892 par M. Aman-Jean au Salon du Champ-de-Mars, on remarque au premier coup d’œil la forte asymétrie du crâne que Lombroso a signalée chez les dégénérés4, et la physionomie mongoloïde caractérisée par les pommettes saillantes, les yeux bridés et la barbe rare, que le même savant regarde comme un stigmate de dégénérescence5. […]

  • 6 La dipsomanie est un besoin pathologique de boire des liquides toxiques, dont l’alcool.
  • 7 Verlaine est incarcéré en 1873 pour avoir tiré au pistolet sur son amant Arthur Rimbaud.
  • 8 À la suite de ce sombre épisode, Verlaine retrouve la foi, perceptible notamment dans le recueil Sa (...)

3Nous avons maintenant devant nous la figure bien nette du chef le plus fameux des symbolistes. Nous voyons un effrayant dégénéré au crâne asymétrique et au visage mongoloïde, un vagabond impulsif et un dipsomane6 qui a subi la prison pour un égarement érotique7, un rêveur émotif, débile d’esprit, qui lutte douloureusement contre ses mauvais instincts et trouve dans sa détresse parfois des accents de plaintes touchants, un mystique dont la conscience fumeuse est parcourue de représentations de Dieu et des saintes8, et un radoteur dont le langage incohérent, les expressions sans signification et les images bigarrées révèlent l’absence de toute idée nette dans l’esprit. Il y a dans les asiles d’aliénés beaucoup de malades dont le délabrement intellectuel n’est pas aussi profond et incurable que celui de ce « circulaire » irresponsable, que, pour son malheur, on laisse aller librement, et que seuls ont pu condamner, pour ses fautes épileptiques, des juges ignorants.

Notes

1 Pour plus de détails sur ce livre, voir les textes 22 et 69.

2 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire [nda]. Le journaliste Jules Huret (1863-1915) interrogea, pour cette enquête publiée en 1891, la majorité des hommes de lettres de son époque.

3 Paul Verlaine, Choix de poésies, Paris, 1891 [nda].

4 Lombroso, L’Homme criminel, p. 169, 181 [nda]. Sur le portrait physiognomonique voir la section « Physiognomonies » en particulier le texte 32.

5 Id. Ibid., p. 226 [nda].

6 La dipsomanie est un besoin pathologique de boire des liquides toxiques, dont l’alcool.

7 Verlaine est incarcéré en 1873 pour avoir tiré au pistolet sur son amant Arthur Rimbaud.

8 À la suite de ce sombre épisode, Verlaine retrouve la foi, perceptible notamment dans le recueil Sagesse (1880).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search