Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

53. Anatole France, « L’hypnotisme dans la littérature », La Vie littéraire, Paris, Calmann-Lévy, s. d. [1888-1892], première série1

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de 1921, p. 117-120.

1Dans cet article, Anatole France (1844-1824) rend compte de Marfa, nouvelle de Gilbert-Augustin Thierry publiée en 1887. Le célèbre critique et écrivain voit dans cette sombre histoire de crime sous hypnose l’illustration parfaite de ce que la science de la fin du siècle peut offrir à la littérature, et convoque en guise d’introduction la figure du chimiste et physicien anglais William Crookes (1832-1919). Membre de la Royal Society et de la Society for Psychical Research, Crookes noue une relation scientifique controversée avec le médium Florence Cook, dont il photographie « l’Esprit », Katie King. Dans Le Figaro du 10 mai 1884 (« Les expériences du Docteur Crookes »), Villiers de l’Isle-Adam avait déjà fait l’éloge du chimiste anglais – « l’un des plus puissants et plus méthodiques savants de ce siècle » – et encensé les « curiosités nouvelles de recherches positivistes » publiées dans La Force psychique, ouvrage qui, par ses théories sur « l’état radiant », remettait en cause les présupposés matérialistes. Savant reconnu gagné à la cause spirite, Crookes devient ainsi, pour de nombreux écrivains, l’emblème d’un possible ré-enchantement du monde par la science, puisque celle-ci se dote, à proprement parler, d’une âme.

2 On a beau être raisonnable et n’aimer que le vrai, il y a des heures où la réalité commune ne vous contente plus et où l’on voudrait sortir de la nature. Nous savons bien que c’est impossible, mais nous ne le souhaitons pas moins. Les désirs les plus irréalisables ne sont-ils pas les plus ardents ? Sans doute – et c’est notre grand mal – nous ne pouvons sortir de nous-mêmes. Nous sommes condamnés irrévocablement à voir les choses se refléter en nous avec une morne et désolante monotonie. C’est pour cela même que nous avons soif de l’inconnu et que nous aspirons à ce qui est au-delà. Il nous faut du nouveau. On nous dit : « Que voulez-vous ? » Et nous répondons : « Je veux autre chose ». Ce que nous touchons, ce que nous voyons n’est plus rien : nous sommes attirés par l’intangible et l’invisible. Pourquoi s’en défendre ? N’est-ce pas là un naturel et légitime sentiment. C’est peu de chose que l’univers sensible, oui, peu de chose, puisque chacun de nous le contient en soi. Sans manquer de respect à la physique et à la chimie, on peut deviner qu’elles ne sont rien à côté de l’ultra-physique et de l’ultra-chimie, que nous ne connaissons pas. Oh ! comme j’admire M. William Crookes et comme je l’envie ! C’est un savant et c’est un poète. Il étudia les propriétés du spectre solaire et du spectre terrestre, il imagina d’ingénieux appareils pour mesurer et, si j’ose dire, pour peser la lumière ; il photographia la lune, il trouva un métal, il crut même trouver une apparence nouvelle des choses, un quatrième état de la matière, qu’il nomma l’état radiant. Pourtant il était triste ; il sentait douloureusement tout ce qu’il y a de médiocre et de pitoyable à n’être qu’un homme : il souffrait de cet ennui commun, a-t-on dit, à toute créature bien née. Il soupirait après un idéal sans nom. Il poursuivait un rêve. Ce rêve était impossible à réaliser. Et il le réalisa. Il vit un esprit, il le toucha, il le nomma Katie King et il l’aima. Oui, M. William Crookes, membre de la Société royale de Londres, vécut pendant six mois dans le commerce d’un fantôme délicieux. Il entretint des relations intimes et pleines de respect avec une jeune personne d’une essence mystérieuse, qui joignait au charme féminin la majesté de la mort. Il aima un démon qui, paraissant à son appel, agitait pour lui les parfums de sa chevelure blonde et lui faisait sentir à travers sa tiède poitrine les battements de son cœur angélique. Le doux démon consentit à être photographié par son terrestre et savant ami, qui obtint quarante-quatre clichés. À en juger par le portrait que j’ai sous les yeux, l’esprit de Katie King savait s’envelopper d’une forme charmante. On ne peut qu’admirer l’expression intelligente et triste de son jeune visage, la grâce de sa joue ronde et pure, la chasteté de ses draperies blanches. Encore M. William Crookes nous apprend-il que cela n’est rien auprès de ce qu’il a vu, entendu et touché, et que Katie King était incomparablement plus belle que l’image qui nous en reste. « La photographie peut, dit-il, donner un dessin de sa pose ; mais comment pourraitelle reproduire la pureté brillante de son teint ou l’expression sans cesse changeante de ses traits si mobiles, tantôt voilés de tristesse, lorsqu’elle racontait quelque amer événement de sa vie passée, tantôt souriant avec toute l’innocence d’une jeune fille, lorsqu’elle avait réuni mes enfants autour d’elle et qu’elle les amusait en leur racontant des épisodes de ses aventures dans l’Inde. Autour d’elle, elle créait une atmosphère de vie. Ses yeux semblaient rendre l’air lui-même plus brillant ; ils étaient si doux, si beaux et si pleins de tout ce que nous pouvons imaginer des cieux ; sa présence subjuguait à tel point, que vous n’auriez pas trouvé que ce fût de l’idolâtrie de se mettre à ses genoux ». On a raillé ce généreux Crookes ; on l’a plaint d’être le jouet de quelque petite effrontée. Pour moi, je le proclame heureux, et je l’admire moins pour avoir découvert le thallium et construit le radiomètre que pour avoir su voir Katie King.

3Tous tant que nous sommes, nous voudrions bien évoquer aussi Katie King. J’avoue que j’en meurs d’envie. Nous ne pouvons pas. Et, pour nous consoler, nous nous disons que, si nous ne la voyons pas, c’est parce que nous avons trop de bon sens ; mais nous nous flattons ; c’est en réalité parce que nous n’avons pas assez d’imagination. C’est faute d’espérance et de foi, c’est faute de vertu. Aussi suis-je infiniment reconnaissant aux artistes prestigieux, aux menteurs bienfaisants qui, par la magie de leur art, me font croire que j’ai entrevu un pan de la robe blanche, un pli du sourire, un éclair de l’œil de l’éternelle Katie King que je poursuis sans cesse et qui me fuit toujours.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de 1921, p. 117-120.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search