Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

52. Philippe-Auguste de Villiers de l’Isle Adam, L’Ève future, Paris, M. de Brunhoff, 18861

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec la collab. de Jean-Mar (...)

1Comme dans « Le Secret de l’échafaud » (voir le texte 9), Villiers met ici en scène un savant au nom bien réel : Thomas Alva Edison (1847-1931), célèbre inventeur américain dont les travaux avaient été présentés à l’Académie des sciences dès 1878. Mais celui qui est présenté comme the « Phonograph’s Papa » (titre du chapitre II du Livre Premier), est d’emblée distingué de son modèle réel : dans son « Avis au lecteur », Villiers formule un véritable art poétique représentatif de la manière dont les écrivains s’emparent des figures de savants pour les transformer en archétypes.

2Il me paraît de toute convenance de prévenir une confusion possible relativement au principal héros de ce livre.

  • 1 Le brevet est néanmoins déposé peu de temps avant Edison par Alexander Graham Bell (1847-1922), en  (...)
  • 2 L’invention du télégraphe date de 1866, celle du phonographe de 1877, et l’ampoule électrique de 18 (...)

3Chacun sait aujourd’hui qu’un très illustre inventeur américain, M. Edison, a découvert, depuis une quinzaine d’années, une quantité de choses aussi étranges qu’ingénieuses ; – entre autres le Téléphone1, le Phonographe, le Microphone – et ces admirables lampes électriques répandues sur la surface du globe2 ; – sans parler d’une centaine d’autres merveilles.

  • 3 Le laboratoire d’Edison se situait à Menlo Park.

4En Amérique et en Europe une légende s’est donc éveillée, dans l’imagination de la foule, autour de ce grand citoyen des États-Unis. C’est à qui le désignera sous de fantastiques surnoms ― tels que le « Magicien du siècle, le Sorcier de Menlo Park3, le papa du Phonographe », etc., etc. L’enthousiasme – des plus naturels – en son pays et ailleurs, lui a conféré une sorte d’apanage mystérieux, ou tout comme, en maints esprits.

  • 4 Les allusions à Faust sont, dans L’Ève future, nombreuses, le « sorcier de Menlo Park » relevant à (...)

5Dès lors, le Personnage de cette légende, – même du vivant de l’homme qui a su l’inspirer, – n’appartient-il pas à la littérature humaine ? – En d’autres termes, si le docteur Johannes Faust, se trouvant contemporain de Wolfgang Goethe, eût donné lieu à sa symbolique légende, le « Faust » n’eût-il pas été, quand même, licite4 ?

6– Donc, l’Edison du présent ouvrage, son caractère, son habitation, son langage et ses théories sont – et devaient être – au moins passablement distincts de la réalité.

7Il est, ainsi, bien établi que j’interprète une légende moderne au mieux de l’œuvre d’Art métaphysique dont j’ai conçu l’idée, qu’en un mot le héros de ce livre est, avant tout, le « Sorcier de Menlo Park, » etc., ― et non M. l’ingénieur Edison, notre contemporain.

8Je n’ai pas d’autre réserve à notifier.

9Villiers de l’Isle-Adam

Notes

1 Le brevet est néanmoins déposé peu de temps avant Edison par Alexander Graham Bell (1847-1922), en 1876. Edison le perfectionne la même année par l’invention du microphone.

2 L’invention du télégraphe date de 1866, celle du phonographe de 1877, et l’ampoule électrique de 1879.

3 Le laboratoire d’Edison se situait à Menlo Park.

4 Les allusions à Faust sont, dans L’Ève future, nombreuses, le « sorcier de Menlo Park » relevant à la fois du docteur Faust et de Méphistophélès.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec la collab. de Jean-Marie Bellefroid (Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1986, t. II, p. 765).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search