Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

51. Joseph-Henri Réveillé-Parise, Physiologie et hygiène des hommes livrés aux travaux de l’esprit [1834], Paris, Baillière et fils, éd. de 1881, p. 28-31

Texte intégral

1Récompensé par le prix Montyon de l’Académie des sciences, cet ouvrage de vulgarisation connut de multiples rééditions, et assura à son auteur (1782-1852), par ailleurs membre de l’Académie de médecine, la notoriété d’un « classique ». L’excès propre à l’homme de génie y est présenté comme l’objet d’étude le plus à même de définir une norme de comportement (une « hygiène »), et sa guérison comme un enjeu de société, puisque les « hommes de génie », conclut le médecin, sont les « souverains intellectuels de notre monde ». Revue et « mise au courant des progrès de la science » par le docteur Édouard Carrière (1808-1883), l’édition de 1881 donne ainsi au destin de l’illustre Pascal, mentionné çà et là dans les éditions précédentes, la force d’un exemplum – qui doit sans doute beaucoup à l’ouvrage de Louis-Francisque Lélut, mentionné en note (voir le texte 47).

2 Blaise Pascal. – Nous pouvons montrer par un exemple éclatant, le double aspect que présente l’homme surexcité outre mesure, par un travail excessif, de telle sorte qu’il n’existe que par la vie du cerveau et que la vie des autres organes est traitée comme un accessoire sans importance ou pour mieux dire comme un obstacle à l’existence qu’on s’est donnée.

  • 1 Terme de géométrie renvoyant à des courbes planes algébriques.
  • 2 Voyez Lélut, L’Amulette de Pascal, pour servir à l’histoire des hallucinations, Paris, 1846 [nda].

3 Cet homme, dès l’âge de 12 ans avait jeté les bases des mathématiques, à 16 il avait fait le plus savant traité de coniques1 qu’on eût vu depuis l’antiquité. Après avoir ajouté à ces premiers succès dans la même voie, il démontre à l’âge de 23 ans, les phénomènes de la pesanteur de l’air et met fin aux grandes erreurs de l’ancienne physique ; mais à cet âge où les autres hommes commencent à peine à se faire, après avoir parcouru le cercle des connaissances humaines, il tourna ses pensées du côté de la religion. Depuis ce moment jusqu’à sa mort, arrivée dans la 39e année de son âge, toujours infirme et souffrant, il fixa la langue que parlèrent les grands génies du XVIIe siècle, donna le modèle de la plus parfaite plaisanterie, comme du raisonnement le plus fort ; dans les courts intervalles de ses maux, résolut les plus hardis problèmes de la géométrie et jeta sur le papier des pensées qui semblent émanées d’une perfection incomparable tant elles portent peu de traces de la faillibilité humaine. Voilà Pascal, la puissance de son incomparable génie. Telle est la merveilleuse empreinte d’un des côtés de la médaille qui représente cette courte existence si richement remplie, en voici le triste revers. Cet homme se hâte, dès l’enfance, d’altérer sa constitution par des études opiniâtres, disproportionnées avec les délicatesses de l’âge. Persuadé que le corps doit être soumis à servir, il le traite sans ménagement, comme un esclave sur lequel l’âme a le droit de vie et de mort. Il paya cette erreur de sa santé, ne mesura bientôt plus ses années que par ses maux et même ses journées par ses souffrances. Se rejetant alors dans le sein de la religion, s’abîmant dans les pensées qu’elle lui fournissait, méditant sans relâche sur la mort et l’éternité, rêvant l’infini, se jugeant captif dans la vie, il éleva son âme à une telle hauteur, qu’elle ne voyait plus ou voyait avec dédain son enveloppe mortelle se décomposer, la maladie étant d’ailleurs considérée par lui comme l’état naturel du chrétien. Obligé par ses amis de s’occuper un peu de sa santé et de faire quelque chose pour la rendre plus supportable, il ne trouva pas de calme dans les nouvelles impressions qu’il en éprouva. Son esprit resta en proie aux conceptions chimériques d’une imagination de moins en moins gouvernée. Il associa aux pensées toujours présentes de son rare génie, les bizarreries d’un délire mélancolique dominé lui-même par une idée fixe qui n’était pas l’aiguillon le moins aigu de ses douleurs. C’est alors qu’épuisé, exténué, réduit dans son corps à l’expression la plus pitoyable, Blaise Pascal succomba après une agonie qui n’avait pas duré moins de trois années2.

4 Conséquences à tirer de l’exemple donné par la vie de Pascal. – L’histoire de Pascal se lie à une conception sur laquelle il importe d’arrêter un moment le lecteur. L’homme, en tant que chair, ne serait rien ou peu de chose, ce qui le fait homme, homme véritable dans l’étendue du mot, c’est la puissance morale. Il s’ensuit, qu’il ne faut pas permettre à la chair d’élever la voix, ce qui est au contraire l’apanage exclusif de la puissance qui règne et gouverne en maîtresse absolue. C’était la croyance de Pascal, de telle façon qu’il ne vivait que par cette puissance morale dont l’activité infatigable ne lui laissait pas de repos et ne prenait nul souci de ce corps qu’il considérait comme un embarras, comme une charge dont il attendait la délivrance.

Notes

1 Terme de géométrie renvoyant à des courbes planes algébriques.

2 Voyez Lélut, L’Amulette de Pascal, pour servir à l’histoire des hallucinations, Paris, 1846 [nda].

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search