Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

50. Pierre Larousse, « Mystification », Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1874, t. XI, p. 756

Texte intégral

1Dans l’article « Mystification » du Grand Dictionnaire universel, Pierre Larousse multiplie les exemples de récits de mystifications savantes. Ces récits témoignent par leur forme et par leur verve du plaisir que prend Larousse à dénoncer les savants mystifiés, comme du souci qu’il a de faire rire de ces savants ses propres lecteurs. L’extrait retenu ici est sans doute tiré d’une anecdote racontée par Alexandre Dumas (voir le texte 39) ; il suit immédiatement un texte racontant les mésaventures d’un égyptologue trompé par son secrétaire : mais si Dumas entendait se railler d’un zoologue célèbre (Bory de Saint-Vincent), Larousse semble davantage désireux de dénoncer les représentants d’une science spécialisée ou la science des experts : à la division croissante des disciplines savantes s’opposerait alors le littérateur encyclopédiste qui entend encore, dans son dictionnaire, faire le tour des connaissances. La composition, par Larousse, de textes qui s’apparentent par bien des aspects au genre de la fable, permet de dénoncer l’archétype du savant-expert, toujours mystifié par un plus ignorant que lui.

  • 1 rara avis : « oiseau rare ».

2Une des plus jolies mystifications est celle dont fut victime un savantissime naturaliste. Nous voulons parler du fameux rat à trompe. Un zouave, pour utiliser les loisirs que le gouvernement lui faisait en Afrique, s’amusait à pratiquer des expériences de rhinoplastie in anima vili. C’est ainsi qu’il greffait sur le museau d’un rat l’appendice caudal dudit rongeur, appendice duquel, au bout de quelques jours, il paraissait avoir été gratifié par dame nature en personne. Un savant ayant eu occasion de contempler ce phénomène dont il n’avait pas le mot, bien entendu, se crut comblé de toutes les bénédictions du ciel à la vue de ce rara avis1, qu’il allait avoir la gloire de révéler au monde scientifique. Il le paya fort cher au zouzou, qui se promit bien de faire entrer en pleine voie de prospérité cette nouvelle branche d’industrie. Quelques jours après, il se présenta à notre savant avec un nouveau spécimen de la sous-famille des rats à trompe. Autre achat de la part du savant. Bref, les visites du zouave devinrent si fréquentes que le savant, si savant qu’il fût, dut enfin se douter qu’il y avait quelque chose là-dessous. Hélas ! ses premières informations firent crouler l’édifice d’immortalité qu’il avait entrevu.

3Assurément, mystifier un savant est chose légitime et même louable en soi, attendu que cela lui fait éprouver pendant quelque temps les plus douces, les plus suaves émotions, à la perspective d’une grande découverte, et que l’illusion compense la déception et au-delà.

Notes

1 rara avis : « oiseau rare ».

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search