Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

49. Émile Zola, La Fortune des Rougon, Paris, A. Lacroix, Verbœckhoven et Cie, 18711

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction d’Armand Lanoux (Les Rougon-Macquart, Paris, Galli (...)

1Si le « docteur Pascal » révèle toute sa dimension de porte-parole – voire de « double » – du romancier dans le dernier volume du cycle romanesque, le premier épisode met déjà en place la portée allégorique du personnage, en esquissant le portrait d’un être fondamentalement à part : exception qui confirme la règle, Pascal est partie prenante d’une famille à laquelle il reste cependant fondamentalement extérieur. Alors que leur patronyme « colle » aux autres personnages (au point qu’ils puissent souhaiter le travestir, comme Aristide Rougon, dit Saccard), Pascal est d’ailleurs d’emblée caractérisé par son seul prénom. On comprend dès lors que les « observations » sur sa propre famille puissent lui permettre d’incarner le « tempérament » zolien (il est, qu’il le veuille ou non, un Rougon), tout en endossant l’objectivité de la méthode expérimentale chère au romancier (son détachement de scientifique est garant d’objectivité). Médecin féru d’histoire naturelle, mais également physiologiste, le lunaire Pascal apparaît d’emblée comme une figure tutélaire de l’histoire des Rougon-Macquart, par sa capacité à s’extraire du tumulte politique et du « débordement des appétits » (préface) qu’il suppose.

  • 1 Eugène sera nommé ministre de l’intérieur par Napoléon III dans Son Excellence Eugène Rougon (1876) (...)
  • 2 Sur le même thème, voir le texte 45.

2 L’autre fils Rougon, Pascal, celui qui était né entre Eugène et Aristide1, ne paraissait pas appartenir à la famille. C’était un de ces cas fréquents qui font mentir les lois de l’hérédité. La nature donne souvent ainsi naissance, au milieu d’une race, à un être dont elle puise tous les éléments dans ses forces créatrices. Rien au moral ni au physique ne rappelait les Rougon chez Pascal. Grand, le visage doux et sévère, il avait une droiture d’esprit, un amour de l’étude, un besoin de modestie, qui contrastaient singulièrement avec les fièvres d’ambition et les menées peu scrupuleuses de sa famille. Après avoir fait à Paris d’excellentes études médicales, il s’était retiré à Plassans par goût, malgré les offres de ses professeurs. Il aimait la vie calme de la province ; il soutenait que cette vie est préférable pour un savant au tapage parisien2. Même à Plassans, il ne s’inquiéta nullement de grossir sa clientèle. Très sobre, ayant un beau mépris pour la fortune, il sut se contenter des quelques malades que le hasard seul lui envoya. Tout son luxe consista dans une petite maison claire de la ville neuve, où il s’enfermait religieusement, s’occupant avec amour d’histoire naturelle. Il se prit surtout d’une belle passion pour la physiologie. On sut dans la ville qu’il achetait souvent des cadavres au fossoyeur de l’hospice, ce qui le fit prendre en horreur par les dames délicates et certains bourgeois poltrons. On n’alla pas heureusement jusqu’à le traiter de sorcier ; mais sa clientèle se restreignit encore, on le regarda comme un original auquel les personnes de la bonne société ne devaient pas confier le bout de leur petit doigt, sous peine de se compromettre. On entendit la femme du maire dire un jour :

3« J’aimerais mieux mourir que de me faire soigner par ce monsieur. Il sent le mort. »

  • 3 Félicité est la mère de Pascal.

4Pascal, dès lors, fut jugé. Il parut heureux de cette peur sourde qu’il inspirait. Moins il avait de malades, plus il pouvait s’occuper de ses chères sciences. Comme il avait mis ses visites à un prix très modique, le peuple lui demeurait fidèle. Il gagnait juste de quoi vivre, et vivait satisfait, à mille lieues des gens du pays, dans la joie pure de ses recherches et de ses découvertes. De temps à autre, il envoyait un mémoire à l’Académie des sciences de Paris. Plassans ignorait absolument que cet original, ce monsieur qui sentait le mort, fût un homme très connu et très écouté du monde savant. Quand on le voyait, le dimanche, partir pour une excursion dans les collines des Garrigues, une boîte de botaniste pendue au cou et un marteau de géologue à la main, on haussait les épaules, on le comparait à tel autre docteur de la ville, si bien cravaté, si mielleux avec les dames, et dont les vêtements exhalaient toujours une délicieuse odeur de violette. Pascal n’était pas davantage compris par ses parents. Lorsque Félicité3 lui vit arranger sa vie d’une façon si étrange et si mesquine, elle fut stupéfaite et lui reprocha de tromper ses espérances. Elle qui tolérait les paresses d’Aristide, qu’elle croyait fécondes, ne put voir sans colère le train médiocre de Pascal, son amour de l’ombre, son dédain de la richesse, sa ferme résolution de rester à l’écart. Certes, ce ne serait pas cet enfant qui contenterait jamais ses vanités !

5« Mais d’où sors-tu ? lui disait-elle parfois. Tu n’es pas à nous. Vois tes frères, ils cherchent, ils tâchent de tirer profit de l’instruction que nous leur avons donnée. Toi, tu ne fais que des sottises. Tu nous récompenses bien mal, nous qui nous sommes ruinés pour t’élever. Non, tu n’es pas à nous. »

6Pascal, qui préférait rire chaque fois qu’il avait à se fâcher, répondait gaiement, avec une fine ironie :

7« Allons, ne vous plaignez pas, je ne veux point vous faire entièrement banqueroute : je vous soignerai tous pour rien, quand vous serez malades. »

  • 4 Le coup d’État du 2 décembre 1851, par lequel Louis-Napoléon Bonaparte met un terme à la Constituti (...)
  • 5 Ce sera également le point d’arrivée du cycle, dans Le Docteur Pascal (1893).

8D’ailleurs, il voyait sa famille rarement, sans afficher la moindre répugnance, obéissant malgré lui à ses instincts particuliers. Avant qu’Aristide fût entré à la sous-préfecture, il vint plusieurs fois à son secours. Il était resté garçon. Il ne se douta seulement pas des graves événements qui se préparaient4. Depuis deux ou trois ans, il s’occupait du grand problème de l’hérédité, comparant les races animales à la race humaine, et il s’absorbait dans les curieux résultats qu’il obtenait. Les observations qu’il avait faites sur lui et sur sa famille, avaient été comme le point de départ de ses études5. Le peuple comprenait si bien, avec son intuition inconsciente, à quel point il différait des Rougon, qu’il le nommait M. Pascal, sans jamais ajouter son nom de famille.

Notes

1 Eugène sera nommé ministre de l’intérieur par Napoléon III dans Son Excellence Eugène Rougon (1876), et Aristide est le futur spéculateur de La Curée (1871).

2 Sur le même thème, voir le texte 45.

3 Félicité est la mère de Pascal.

4 Le coup d’État du 2 décembre 1851, par lequel Louis-Napoléon Bonaparte met un terme à la Constitution de la Deuxième République.

5 Ce sera également le point d’arrivée du cycle, dans Le Docteur Pascal (1893).

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction d’Armand Lanoux (Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », t. I, p. 66-68).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search