Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

48. Gustave Flaubert, Madame Bovary, Paris, Michel Lévy frères, 18571

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition établie et annotée par Albert Thibaudet et René Dumesnil (Œuvres, Paris, Gal (...)
  • 1 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Paris, Gallimard, 1935, p. 118.

1Dans le jeu de massacre que constitue le célèbre roman de Flaubert, « le docteur Larivière, figure de son père, est le seul personnage […] qui soit peint en valeurs absolues de respect »1. L’éminent praticien appelé comme un ultime recours au chevet d’Emma, empoisonnée à l’arsenic, incarne en effet le type même du médecin désintéressé que Flaubert reconnaissait en son père (voir le texte 8). À travers lui, cependant, Flaubert rend hommage à la glorieuse génération des « médecins-philosophes » du tournant du siècle, que la spécialisation et les intérêts boutiquiers semblent, sous le Second Empire, menacer d’extinction. Médecin « balzacien » à bien des égards, Larivière incarne en outre le regard pénétrant du clinicien, dont la dureté recouvre une profonde humanité.

2– L’effet doit cesser, dit Homais ; c’est évident.

3– Mais sauvez-la ! s’exclamait Bovary.

  • 2 Le « célèbre docteur de Neuchâtel », déjà appelé pour amputer Hippolyte, malencontreusement opéré d (...)
  • 3 La thériaque est un contrepoison.

4Aussi, sans écouter le pharmacien, qui hasardait encore cette hypothèse : « C’est peut-être un paroxysme salutaire », Canivet2 allait administrer de la thériaque3, lorsqu’on entendit le claquement d’un fouet ; toutes les vitres frémirent, et, une berline de poste qu’enlevaient à plein poitrail trois chevaux crottés jusqu’aux oreilles, débusqua d’un bond au coin des halles. C’était le docteur Larivière.

5L’apparition d’un dieu n’eût pas causé plus d’émoi. Bovary leva les mains, Canivet s’arrêta court, et Homais retira son bonnet grec bien avant que le docteur fût entré.

  • 4 Xavier Bichat (1771-1802), célèbre anatomiste auteur des Recherches physiologiques sur la vie et la (...)

6Il appartenait à la grande école chirurgicale sortie du tablier de Bichat4, à cette génération, maintenant disparue, de praticiens philosophes qui, chérissant leur art d’un amour fanatique, l’exerçaient avec exaltation et sagacité ! Tout tremblait dans son hôpital quand il se mettait en colère, et ses élèves le vénéraient si bien, qu’ils s’efforçaient, à peine établis, de l’imiter le plus possible ; de sorte que l’on retrouvait sur eux, par les villes d’alentour, sa longue douillette de mérinos et son large habit noir, dont les parements déboutonnés couvraient un peu ses mains charnues, de fort belles mains, et qui n’avaient jamais de gants, comme pour être plus promptes à plonger dans les misères. Dédaigneux des croix, des titres et des académies, hospitalier, libéral, paternel avec les pauvres et pratiquant la vertu sans y croire, il eût presque passé pour un saint si la finesse de son esprit ne l’eût fait craindre comme un démon. Son regard, plus tranchant que ses bistouris, vous descendait droit dans l’âme et désarticulait tout mensonge à travers les allégations et les pudeurs. Et il allait ainsi, plein de cette majesté débonnaire que donnent la conscience d’un grand talent, de la fortune, et quarante ans d’une existence laborieuse et irréprochable.

7Il fronça les sourcils dès la porte, en apercevant la face cadavéreuse d’Emma étendue sur le dos, la bouche ouverte. Puis, tout en ayant l’air d’écouter Canivet, il se passait l’index sous les narines et répétait :

8– C’est bien, c’est bien.

9Mais il fit un geste lent des épaules. Bovary l’observa : ils se regardèrent ; et cet homme, si habitué pourtant à l’aspect des douleurs, ne put retenir une larme qui tomba sur son jabot.

10Il voulut emmener Canivet dans la pièce voisine. Charles le suivit.

  • 5 Cataplasme à base de farine et de moutarde utilisé pour dégager les bronches : traitement bien déri (...)

11– Elle est bien mal, n’est-ce pas ? Si l’on posait des sinapismes5 ? je ne sais quoi ! Trouvez donc quelque chose, vous qui en avez tant sauvé !

12Charles lui entourait le corps de ses deux bras, et il le contemplait d’une manière effarée, suppliante, à demi pâmé contre sa poitrine.

13– Allons, mon pauvre garçon, du courage ! Il n’y a plus rien à faire.

14Et le docteur Larivière se détourna.

Notes

1 Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Paris, Gallimard, 1935, p. 118.

2 Le « célèbre docteur de Neuchâtel », déjà appelé pour amputer Hippolyte, malencontreusement opéré de son pied-bot par Charles, qui n’est qu’officier de santé.

3 La thériaque est un contrepoison.

4 Xavier Bichat (1771-1802), célèbre anatomiste auteur des Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800). Le chirurgien Achille-Cléophas Flaubert (1784-1846) faisait bien partie, comme Larivière, de la génération de praticiens « sortie du tablier de Bichat ».

5 Cataplasme à base de farine et de moutarde utilisé pour dégager les bronches : traitement bien dérisoire pour un empoisonnement.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition établie et annotée par Albert Thibaudet et René Dumesnil (Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1951, t. I, p. 617-585).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search