Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

47. Louis-Francisque Lélut, L’Amulette de Pascal, pour servir à l’histoire des hallucinations, Paris, Baillière, 1846, p. 165-166

Texte intégral

1Médecin à Bicêtre, puis à la Salpêtrière, membre de l’Académie des Sciences (1844) et de l’Académie de médecine (1863), Louis-Francisque Lélut (1804-1877) s’est vu souvent reprocher le penchant spiritualiste de son approche de la pathologie mentale. Selon lui, les lésions cérébrales repérées lors des autopsies des aliénés ne constituent pas les causes, mais les conséquences d’une maladie non réductible à une explication anatomique. Cette interprétation psychologique de l’aliénation se retrouve dans ses travaux sur l’hallucination, où Lélut explore la proximité du génie et de la folie. L’Amulette de Pascal prolonge ainsi Du démon de Socrate, spécimen d’une application de la science psychologique à celle de l’histoire (1836) : dans ces deux études de « médecine rétrospective » (Littré), le génie notoire du « cas » a force de loi, la monographie validant, à elle seule, la théorie (sur le même sujet, voir le texte 51).

  • 1 Au mois d’octobre 1654, alors que Pascal fait son habituelle promenade en calèche, les chevaux de t (...)

2Bien que les hallucinations constituent toujours une maladie de l’esprit ou, si l’on veut, de l’imagination, elles peuvent néanmoins permettre l’exercice le plus entier de la raison. Il arrive en effet souvent que la personne qui les éprouve sait que ce ne sont que des sensations fausses, sans cause dans le monde extérieur, et bien qu’elle ne puisse s’en défendre, elle ne leur subordonne point sa conduite. Pascal, indépendamment de sa vision, fut dominé pendant les sept ou huit dernières années de sa vie par de fausses sensations de cette sorte. Le danger qu’il avait couru au pont de Neuilly avait tellement troublé son imagination, et mis dans un tel mouvement automatique les parties du cerveau qui en sont l’organe, qu’à partir de cette époque ses journées, ses nuits de souffrance furent presque constamment troublées par la vue d’un précipice qui s’ouvrait brusquement à ses côtés1. En vain ses amis, sa famille, lui représentaient-ils son erreur ; en vain en convenait-il lui-même. La sensation n’en persistait pas moins ; le sombre abîme restait béant ou ne tardait pas à se rouvrir. Il y avait dans ce fait plus qu’une image ; c’était une sensation des plus vives qu’il était contraint de subir, tout en en reconnaissant la fausseté. Mais cette fausseté, pourquoi ici s’en rendait-il compte, après l’avoir méconnue dans le fait de sa vision ? C’est que Pascal, le physicien déjà si sévère, savait bien qu’à moins d’un miracle qui, ici, n’était pas nécessaire, un précipice ne pouvait pas ainsi se creuser subitement auprès de lui. Sa haute raison, dans ce cas, était plus forte que ses sens, parce qu’elle leur était opposée. Mais, dans son extase, indépendamment peut-être d’une vivacité plus grande et d’une plus longue durée du phénomène, ses sens étaient trop bien d’accord avec sa raison, je veux dire avec ses croyances et les idées de toute sa vie, pour qu’il lui ait été donné de reconnaître son erreur. Aussi ne l’a-t-il pas reconnue. Elle a dû être pour lui, au contraire, une des causes, la principale peut-être, de son renoncement au monde, de son union avec Port-Royal, de sa vie de plus en plus ascétique, et de la foi qui éclate dans les Provinciales et dans les Pensées.

Notes

1 Au mois d’octobre 1654, alors que Pascal fait son habituelle promenade en calèche, les chevaux de tête s’emballent, et finissent par se précipiter seuls dans la Seine, tandis que la voiture reste comme suspendue dans le vide sur le pont de Neuilly. Cet épisode traumatisant fait retour sous la forme d’hallucinations, que Pascal transcrit dans le Recueil d’Utrecht.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search