Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

46. Alphonse Esquiros, Le Magicien, Paris, L. Desessart, 1838, 2 vol.1

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de Max Milner, (Lausanne, L’Âge d’homme, 1978, p. 69-74).

1Dans ce roman qui appartient au courant « frénétique », Esquiros présente une figure de savant romantique qui, par ses excès et sa grandeur, confine à la monstruosité. L’intrigue se déroulant au XVIIe siècle, le magicien Ab-Hakek est une sorte de synthèse des astrologues et des devins dont s’entoura Catherine de Médicis ; ainsi, Nostradamus (1503-1566), Mathurin Régnier (1573-1613) ou d’autres moins connus, Oger Ferrier (1513-1588), Gabriel Simeoni (1509-ca 1575) et Cosme Ruggieri (?-1615). Le prénom d’Hab-Hakek (Auréolus) est d’ailleurs l’un de ceux de Paracelse (de son vrai nom Philippus Auréolus Théophratus Bombast von Hohenheim), qui était un médecin et un alchimiste suisse, inventeur notamment de la « mumie », baume naturel permettant de réparer les tissus organiques détériorés. Pour pénétrer le secret de la nature, cette figure faustienne use de tous les types de savoirs à sa disposition, des sciences occultes à la céroplastie par laquelle il essaie de rendre la vie à des cadavres. Ab-Hakek incarne manifestement l’intérêt qu’éprouve Esquiros pour les différentes formes de connaissance scientifique et qu’il exprime en 1847 dans Paris, ou les sciences du XIXe siècle.

2 Le lecteur ne connaît point encore le magicien avec lequel il aura si souvent affaire dans le cours de cette histoire. Auréole Ab-Hakek se disait né en Égypte d’une mère esclave, qui, le voyant sain et beau, le vendit. L’enfant fut mené à Alexandrie, où un vieux prêtre grec qui l’avait acheté le fit instruire aux écoles. Ab-Hakek ne tarda pas à s’acquérir une grande supériorité sur les autres enfants de son âge qui, par jalousie, le déclarèrent sorcier. Ceci décida de sa vocation. Il voulut savoir ce que c’était qu’un sorcier et s’enfonça, tout jeune qu’il était, dans les ténèbres et le mystère de la science. L’astrologie, l’alchimie, la médecine occulte, la magie et toutes les divinations lui devinrent, en peu d’années, si familières, qu’il était consulté par les anciens et les mages, comme un oracle.

3À vingt ans, il crut que son étoile l’engageait à quitter l’Égypte et à faire voile, avec elle, vers la Sicile ; il la suivit. Dans toute l’Italie il obtint des succès orageux qui donnèrent l’éveil à l’Inquisition. Ses idées et sa tête furent mises à l’index comme hétérodoxes ; Ab-Hakek parcourut alors la Catalogne, la Provence, la Suisse, la Hongrie, la Bohême, marchant pieds nus, guérissant les malades et prophétisant, ce qui faisait venir le peuple à sa suite. Cette vie nomade tenait d’ailleurs aux idées mobiles, désordonnées et turbulentes qu’Ab-Hakek avait en lui, et qui ne lui permettaient alors de rester en repos : notre grand thaumaturge avait cependant fini par s’arrêter en France, soit que cette nature inquiète et planétaire se fût tout à coup calmée, ou qu’elle ait trouvé, dans les bonnes grâces de Catherine de Médicis, les faveurs du Roi et le milieu si attrayant d’une cour, son centre de gravité.

  • 1 Le Caravage est un peintre italien (1571-1610) qui utilise volontiers la technique du clair-obscur (...)

4C’était une belle tête d’homme. Nous n’entendons pas dire pour cela qu’Ab-Hakek fût semblable à l’Adonis ou à l’Apollon des anciens, on le comparait au contraire au Jupiter tonnant. Il avait le front énorme, chauve et toujours gros de quelque vaste création, toujours en mal d’idées, les arêtes du nez très vives, les narines ouvertes et puissantes, la lèvre supérieure fougueuse, les épaules larges, la poitrine robuste et d’un grand souffle, la chevelure en crinière de lion ; n’étaient d’ailleurs des angles dans les doigts qui l’avouaient mathématicien, on l’eût plutôt, à la sombre lumière de son regard et à la ligne impériale de son profil, deviné poète que savant. Il est vrai qu’Ab-Hakek avait toute la poésie de la science, et que, poussant ses calculs jusqu’aux régions les plus lyriques, il cadençait les chiffres comme un autre les mots. Cette beauté sauvage et formidable qui signalait Ab-Hakek n’était, aux yeux de plusieurs, qu’une laideur démesurée ; mais ce que nul ne pouvait nier, c’était le rayonnement de cette puissante tête. Le mage versait sur tout ce qui l’approchait une influence irrésistible d’où l’on ne pouvait ensuite se dégager. Ceci tenait-il à l’âpreté de ses traits ou à la lumière qu’il avait au front et dans les yeux, l’on ne savait : aucuns l’attribuaient à une magie. Pour tous les bons chrétiens de son temps, Auréole n’était pas un homme ; son teint bitumineux, chauffé de tons équivoques et rougeâtres, comme les têtes du Caravage1, donnait à soupçonner en lui un soleil intérieur, mais un soleil sombre ; nous devons d’ailleurs avouer que, selon les idées que le XVIe siècle se faisait d’un génie inquiet, révolté, ténébreux, surhumain, Auréole Ab-Hakek était très réellement et très littéralement le démon.

5 Il avait à peine dix-huit ans, que ses amis, le voyant errer, la nuit, dans les rues, tête baissée, et de l’air d’un homme qui va furetant, lui dirent, en lui frappant sur l’épaule : « Çà, maître, que cherches-tu donc ainsi ? » – Ab-Hakek releva la tête avec un accent frénétique et répondit :

6« Un monde ! »

  • 2 François de Belleforest est un poète et un traducteur (1530-1583). Il est notamment l’auteur de La (...)

7Le mage, depuis, l’avait demandé à la science, et fût-ce récit fidèle ou vanterie d’un homme qui, ayant fait de longues et laborieuses fouilles pour découvrir un trésor, n’ose pas avouer qu’il s’en revient les mains vides, ce monde, Auréole Ab-Hakek disait l’avoir trouvé. La science alors devint sa femme ; et s’il lui arrivait, comme à tous les amants, de bouder, de temps en temps, cette perfide maîtresse, et de lui dire, avec colère, entre les dents : Tu m’as menti ! Il revenait bientôt à elle, des larmes aux yeux, des excuses sur les lèvres, et se rejetait, le cœur tout débordant de nouvelles ardeurs, dans ses rudes embrassements. Cet amour le rendit ambitieux ; la science, cette vierge farouche et difficile à traiter, « car or nous baille », dit Belleforest2, « un bras, tantost une autre partie de soy, sans que nous ayons jouy de son corps tout entier », s’étant livrée à lui sans réserve, Ab-Hakek la voulut Reine. C’était, d’ailleurs, une nature élevée et robuste, faite pour le commandement. À son insu, peut-être, le savant n’avait jamais poursuivi d’autre but derrière toutes ses études : l’alchimie devait lui fournir l’or avec lequel on se dore une couronne ; l’astrologie, lui livrer l’avenir et les destinées du monde ; la magie, lui ouvrir le secret de toutes les influences et lui attirer le peuple. Au temps de cette histoire, Auréole Ab-Hakek était déjà arrivé très haut : la Reine Catherine de Médicis n’était plus, entre ses mains, qu’une grande Circé, qui changeait, d’un coup de baguette, les pourceaux de roture en gentilshommes et les gentilshommes en pourceaux. […] Ab-Hakek voulait être Roi.

8[…]

  • 3 C’est-à-dire : « sur toute chose connaissable et quelques autres ».
  • 4 Jean-Baptiste Thiers, Traité des superstitions : croyances populaires et rationalité à l’Âge classi (...)

9Ab-Hakek se mit donc à chercher la divinité dans l’omniscience ; il soutint plusieurs thèses à Paris et ailleurs : De omni re scibili et de quibusdam aliis3. C’était une tête violente ; elle ne tarda pas à dépasser toutes les connaissances humaines. Comme quelques hommes supérieurs de son temps, Ab-Hakek ne put, d’ailleurs, creuser la magie sans rencontrer dessous, à une certaine profondeur, le magnétisme. Cette force occulte et mystérieuse qu’on a voulu nier, dans ces derniers temps, mais qui se constate, chaque jour, par des faits authentiques, et que celui qui écrit ces lignes a souventes fois essayée avec succès, obéissait à Auréole. Le mage faisait des miracles. On disait même que son regard avait changé subitement les réponses de certains hommes, et leur avait mis sur les lèvres tout autre chose que celle où ils étaient résolus ; à peu près comme ce bourreau, dont parle Thiers dans son Traité des superstitions4, qui faisait accuser aux condamnés des crimes dont ils étaient innocents. Le serpent qui tente Ève, au second chapitre des saintes lettres, nous figure, par son regard, cet œil et ce magnétisme du mal.

10Ab-Hakek était un vrai abîme de science ; sombre et sans amour, il vivait pour connaître ; l’attraction qu’il exerçait autour de lui tenait, d’ailleurs, un peu aux ténèbres, aux vies et aux profondeurs qu’il avait dans le cœur. – Les gouffres attirent.

11Le front de cet homme était une grande menace tournée vers le ciel ; le magicien luttait contre le mystère. Nous devons avouer qu’il y avait des instants où, lancés à perte de souffle dans les hauteurs de la science, il se croyait très sérieusement le Dieu du monde. Une seule objection passait, de temps en temps, comme une ombre morose entre lui et son rêve, c’est que, pour être Dieu, il faut vivre éternellement et créer ; or, là échouait la toute-puissance du mage. L’idée fixe de cet homme s’était donc, avec le temps, convertie en cette formule : Chercher la vie.

12[…]

13Cette recherche de la vie, Ab-Hakek la poursuivit avec une ardeur indomptée. De là ce fameux élixir composé du suc de toutes les plantes alors connues, qui devait, disait-il, lui conserver une éternelle jeunesse, et dont il livrerait le secret à qui lui découvrirait le moyen d’être heureux : – nul ne s’était encore présenté.

  • 5 Anatomiste hollandais (1638-1731), Frederik Ruysch est connu pour ses « momies » obtenues grâce à d (...)

14La folie de cet homme était logique, comme celle de toutes les têtes fortes ; elle alla jusqu’au bout de l’absurde ou du sublime. […] Le magicien s’entoura de corps morts et pratiqua sur eux cette curieuse science des injections, qui a déjà été trouvée, perdue et retrouvé plusieurs fois, mais que Ruysch5 possédait à un degré incomparable. On raconte que Pierre-le-Grand étant entré un jour dans le cabinet du célèbre médecin hollandais, avisa un enfant couché dans un berceau, s’approcha de lui, et le trouvant beau, frais et coloré, le baisa : – c’était un cadavre.

15Ab-Hakek arriva, lui aussi, à des effets incroyables ; il fit refleurir sur le visage de jeunes trépassés toutes les roses et tous les lis de la vie : il redonna un regard aux yeux éteints, il ranima les lèvres que le pâle baiser de la mort avait décolorées : mais à ces belles ressuscitées quelque chose manquait toujours. Le magicien eut beau demander le mouvement aux astres et aux secrets de l’électricité du galvanisme, qui étaient dès lors connus de quelques savants, il n’en obtint que des agitations fugitives et insensées. Tu fuyais toujours ses lèvres, vrai souffle de la vie, cause éternelle et intelligente du mouvement, ô âme !

16Au fond de ses lumières, de ses prospérités, de ses rayonnements, de ses splendeurs, de tout cet éclat qui lui faisait tant d’envieux, cette chimère lui ayant menti, maître Auréole Ab-Hakek était sombre.

Notes

1 Le Caravage est un peintre italien (1571-1610) qui utilise volontiers la technique du clair-obscur et du ténébrisme.

2 François de Belleforest est un poète et un traducteur (1530-1583). Il est notamment l’auteur de La Chasse d’amour (poème) et de La Pyrénée (ou La Pastorale amoureuse).

3 C’est-à-dire : « sur toute chose connaissable et quelques autres ».

4 Jean-Baptiste Thiers, Traité des superstitions : croyances populaires et rationalité à l’Âge classique (1697).

5 Anatomiste hollandais (1638-1731), Frederik Ruysch est connu pour ses « momies » obtenues grâce à des techniques permettant de préserver des pièces anatomiques.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de Max Milner, (Lausanne, L’Âge d’homme, 1978, p. 69-74).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search