Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

44. Charles de Chênedollé, Le Génie de l’homme, Paris, H. Nicolle, 1807, p. 8-10

Texte intégral

1Au début du XIXe siècle, Newton est sans doute la plus grande gloire scientifique et la plus incontestée. Sa découverte de la loi de la gravité a permis la mathématisation de l’astronomie dont les derniers résultats sont d’actualité lorsque Chênedollé, dans un grand poème, rend hommage au génie humain sous toutes ses formes, notamment dans les sciences. L’éloge de Newton y est l’occasion d’une allégorie politique : dans un premier temps, l’ordre que Newton a apporté dans les cieux contraste avec le désordre qui règne sur Terre. Le poète fait allusion à la Révolution française. Or de même que toutes les planètes sont soumises à l’attraction du Soleil, les hommes ont besoin d’un roi qui les gouverne. Du moins est-ce la leçon politique que Chênedollé se plaît à tirer de Newton !

  • 1 Uranie : muse de l’astronomie.

Bientôt d’un jour plus vrai Newton frappa nos yeux :
Ce grand législateur des Mondes et des Cieux,
D’un œil d’aigle sondant leurs secrets les plus sombres,
À tous leurs mouvements associa les nombres.
Il dit, et le Grand-Tout nous révéla ses lois.
Il pesa les Soleils, il marqua leurs emplois,
Et son génie enfin résolut le problème
Qu’offrait à nos calculs l’architecte suprême :
L’erreur fut détrônée ; et dans l’immensité
Son compas porta l’ordre et la simplicité.
Dans les Cieux, à l’instant, tout prend une autre face ;
Le silence renaît aux plaines de l’espace :
Les astres sont en vain dans le vide entraînés,
Je les vois par son bras vers un point ramenés,
Autour de leurs Soleils, dans des bornes prescrites,
Tranquilles et soumis, décrire leurs orbites.
Une invisible loi réglant ces vastes corps,
De leur marche éternelle entretient les accords.
Le désordre aussitôt, relégué sur la terre,
Descendit au séjour du crime et de la guerre.
La gloire, bruit pompeux, dont le souffle inconstant,
Comme l’air, rampe autour de ce globe flottant,
Promena des grands noms la splendeur importune :
Dans son vol éternel la mobile fortune
À son gré, dispensa, sur ce triste univers,
La honte ou le succès, les sceptres ou les fers ;
Et par nos passions de la terre bannie,
Son compas à la main, la céleste Uranie1,
Laissant à leurs tyrans les humains égarés,
Remonta pour toujours sur les dômes sacrés.
L’embarras, entouré d’erreur et d’impuissance,
Resta près du mortel qui lui donna naissance.
Le hasard fut pour nous, le calcul pour les Cieux ;
Et l’Homme qui lisait dans le secret des Dieux,
Dès lors plus compliqué dans l’ensemble du monde,
Demeura pour lui seul une énigme profonde.
Ô Newton ! ouvre moi ces hautes régions,
Où partout de ta gloire éclatent les rayons !
Eh ! sans toi qui pourrait embrasser la nature,
Et dévoiler des Cieux la mouvante structure ?
Un même ordre suffit pour les globes divers.
Un même plan, suivi dans ce grand univers,
D’un Artisan suprême atteste la puissance :
Joignant l’économie à la magnificence,
Dieu ne dédaigna point cette uniformité,
Et l’ordre se fonda sur la simplicité.
Lorsque du vieux chaos Dieu brisa la barrière,
Aux orbes étonnés il traça leur carrière.
Nos sept globes, partis des bords de l’occident,
Vers l’astre du matin marchent d’un pas ardent.
La distance, le temps, la masse et l’intervalle
Distinguent, il est vrai, leur carrière inégale ;
Mais dans leur cours divers, soumis au même roi,
Esclaves éclatants, ils n’ont tous qu’une loi :
Dans une ellipse immense ils mesurent l’espace.

Notes

1 Uranie : muse de l’astronomie.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search