Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

43. Dominique Ricard, La Sphère, poème en huit chants, qui contient les éléments de la sphère céleste et terrestre avec des principes d’astronomie physique..., Paris, Le Clere, 1796, p. 58-59 et 68-70

Texte intégral

1Dominique Ricard (1741-1803) est un jésuite, connu surtout pour ses traductions de Plutarque, qui enseigna au collège d’Auxerre puis comme précepteur. Son grand poème scientifique La Sphère est une introduction à l’astronomie, son histoire, son épistémologie et une réflexion sur la manière de l’enseigner et de la vulgariser. Il y fait l’éloge de grandes figures telles que Galilée et Newton mais au moment où il écrit, l’Anglais William Herschell est célébré notamment pour sa découverte de la planète Uranus. Ce portrait élogieux se rattache à l’abondante tradition des éloges en vers ainsi qu’à celle de la poésie scientifique et didactique (sur ce sujet voir les textes 4, 44 et 71). Il présente aussi la particularité de mettre à l’honneur une femme de science, la sœur et collaboratrice de l’astronome, Caroline Herschel. Ces vers et leurs notes en prose illustrent une rare personnalité féminine dans le domaine des sciences et signalent, in fine, l’enjeu qu’il y a, pour un savant, à laisser son nom à un objet de la nature.

  • 1 « astres errants » : planètes, au sens étymologique du mot. Les grands télescopes construits par He (...)
  • 2 M. William Herschel, hanovrien, né en 1738, a découvert en Angleterre, le 13 mars 1781, une sixième (...)
  • 3 « Disciple d’Uranie » : élève de la muse de l’astronomie, c’est-à-dire astronome.
  • 4 Miss Caroline Herschel observe depuis plusieurs années avec son frère, et s’est illustrée par des d (...)
  • 5 Le nom d’Herschel n’a pas encore prévalu dans toutes les sociétés savantes, pour cette nouvelle pla (...)

Et toi, dont les travaux consacrés par l’histoire,
Assurent à ton nom une immortelle gloire,
Laborieux Herschel, dont les efforts heureux
D’une nouvelle sphère ont enrichi les cieux ;
Qu’il est beau de te voir, dans ton essor rapide,
De l’espace des airs franchir l’immense vide,
Et des astres errants surpassant la hauteur1,
Porter loin de leur orbe un œil observateur,
Suivre dans leurs détours, dans leur marche inconnue,
Ces astres si longtemps dérobés à la vue
Des savants exercés dans l’étude des cieux2 !
Pour hâter des succès si grands, si glorieux,
Le sort, dans une sœur que son goût, son génie
Rendirent, comme toi, disciple d’Uranie3,
Te donne un compagnon de tes nobles travaux,
Qui, sans peine, des nuits oubliant le repos,
S’est fait depuis longtemps une douce habitude
De partager les soins de ta pénible étude,
En allège le poids, en double les plaisirs,
Des fleurs de l’amitié couronne tes loisirs4.
Quand la nuit sur la terre étend ses sombres voiles,
Et laisse étinceler les feux de ses étoiles,
Tu saisis aussitôt tes instruments divers,
Ton avide regard embrasse l’univers,
Des airs en liberté parcourt l’espace immense,
Interroge des cieux le sublime silence,
Perce leur profondeur, et ravit leurs secrets.
Ta sœur auprès de toi seconde tes succès ;
À te suivre sa main et sa plume exercées
Aux mortels étonnés transmettent tes pensées.
Cependant pour payer ces travaux précieux
Qui reculent pour nous le domaine des cieux,
Tout le monde savant consacrant ta conquête,
Honore de ton nom la nouvelle planète5.

Notes

1 « astres errants » : planètes, au sens étymologique du mot. Les grands télescopes construits par Herschel lui ont permis des observations inédites loin au delà du système solaire.

2 M. William Herschel, hanovrien, né en 1738, a découvert en Angleterre, le 13 mars 1781, une sixième planète, dont il sera question dans un des chants du poème. Cet infatigable astronome s’occupait depuis 1772 à faire des lunettes et des télescopes. En 1782, il en a exécuté un de 20 pieds, qui peut grossir 6 mille fois, quoique ordinairement il ne le fasse grossir que de 2 à 300 fois. Enfin, en 1788, il a fait un télescope de 40 pieds anglais qui a quatre pieds d’ouverture. C’est avec des instruments si perfectionnés qu’il est parvenu à faire dans les cieux les nouvelles découvertes que je rapporterai dans la suite de ces notes [nda].

3 « Disciple d’Uranie » : élève de la muse de l’astronomie, c’est-à-dire astronome.

4 Miss Caroline Herschel observe depuis plusieurs années avec son frère, et s’est illustrée par des découvertes qui lui sont particulières. Elle a déjà découvert cinq ou six comètes ; celle de 1786, qu’elle a aperçue le premier août, et qui est la 74e qu’on ait découverte ; la 76e, qu’elle a vue le 21 décembre 1788 ; la 78e, qu’elle a aperçue le 7 janvier 1790, vers la constellation du Pégase ; elle en a découvert une 4e, le 17 avril de la même année, et une 5e le 15 décembre 1791 ; celle-ci est la 90e comète qui soit connue. Ces différentes découvertes sont des titres suffisants pour assurer à Miss Caroline Herschel une place distinguée parmi les astronomes. Comme sa réputation n’est pas encore connue en France de la plupart de mes lecteurs, j’ai pensé qu’ils verraient avec intérêt dans mon poème cette rivalité, ou plutôt cette société de travaux entre le frère et la sœur, dans une carrière, où il est assez rare de voir les personnes de son sexe s’exercer, surtout avec autant de gloire [nda].

5 Le nom d’Herschel n’a pas encore prévalu dans toutes les sociétés savantes, pour cette nouvelle planète. L’astronome célèbre qui l’a découverte, l’a nommée Georgium sidus, l’étoile de George, à l’honneur du roi d’Angleterre, à qui l’astronomie, dit M. de Lalande […], et M. Herschel en particulier, ont les plus grandes obligations ; mais à Berlin on s’obstine à lui donner le nom d’Uranus, Ciel. La France qui, en fait de sciences et de littérature, est depuis longtemps en possession de donner le ton au reste de l’Europe, peut être regardée comme formant à cet égard le monde savant, et la dénomination qu’elle a donnée à la planète, semble garantir à M. Herschel qu’elle deviendra universelle [nda]. De fait, c’est le nom Uranus qui finit par prévaloir.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search