Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

Allégories

Texte intégral

  • 1 « Figures du savant », op. cit., p. 143-158.

1Déjà perceptible dans les sections précédentes, où le modèle est souvent envisagé pour ce qu’il représente, la fonction allégorique du portrait est ici centrale et explicite. Qu’il s’agisse d’un homme de lettres ou d’un homme de science, d’un modèle réel ou fictif, les portraits qui suivent reposent en effet sur une figure au sens rhétorique (Dominique Ricard sur William Herschell et sa sœur Caroline), ou cherchent à faire ressurgir un archétype (le savant « magicien » d’Esquiros). Comme le souligne l’« avis au lecteur » de L’Ève future, qui instaure la distance de l’allégorie entre Edison et le « sorcier de Menlo Park », la reconnaissance recherchée n’est clairement plus celle d’un modèle réel, mais d’une idée personnifiée par le modèle, ou représentée par lui. Le portrait permet alors de mettre en scène nombre des « figures du savant » dégagées par Jacques Noiray1 : Méphistophélès y côtoie Prométhée, et le « Grand Homme » de la Troisième République les archétypes alchimistes du passé.

2L’allégorisation véhicule par conséquent une axiologie, et le savoir n’est jamais présenté de manière neutre : il est l’indice d’une démesure dangereuse, voire criminelle chez le savant « sorcier », ou au contraire le signe d’une philanthropie invitant à voir dans la science (objective, juste, mais désintéressée) un modèle politique, comme chez Claretie ou Zola. Pascal Rougon ou Charcot ont en effet en commun de personnifier une sorte d’apostolat laïc, que l’on retrouve également chez le docteur Larivière de Flaubert, seul personnage épargné par l’ironie ravageuse de l’auteur de Madame Bovary. C’est à l’inverse le besoin de rêver et une naturelle inclination poétique qu’incarne, pour Anatole France, le chimiste William Crookes, alors accusé de dérive spirite : les représentations du savant sont ici des représentations de la Science, de sa valeur, de sa nature et de ses fonctions.

3Mais l’allégorisation n’est pas l’exclusive du portrait littéraire, si tant est que l’on prête attention aux significations de l’exemplarité véhiculées par le « cas » clinique. Le portrait dressé a en effet toujours pour fonction d’articuler l’attention pour la singularité (des symptômes) à l’esquisse d’une règle générale (les signes d’une pathologie). Dans le « cas » de l’homme de lettres, cette fonction semble hypertrophiée, ou du moins s’enrichir de significations proprement allégoriques : le portrait clinique du sujet se double d’une représentation de la figure de l’écrivain, et d’une image de l’activité littéraire. Ainsi du « grand poète » Verlaine, allégorie de la dégénérescence stigmatisée par Max Nordau, ou encore de Musset pour le docteur Odinot. Le portrait du « cas » illustre avant tout la méthode « médico-psychologique » à laquelle il sert de support, et donne ainsi une image de ce qu’est la littérature pour un certain nombre de médecins « anthropologues » : une annexe de la clinique.

4Le surplus de sens que l’allégorisation permet de mettre en place n’est pas toujours aussi sombre, ni aussi caricatural. La « médecine rétrospective » pratiquée par Louis-Francisque Lélut ou Réveillé-Parise fait ainsi de Pascal l’emblème du Génie, bien qu’il s’agisse d’analyser ses risques et sa proximité avec l’hallucination pathologique. C’est à l’inverse sur l’image d’un Zola laborieux que le médecin Maurice de Fleury construit son portrait allégorique : le cas de l’écrivain y est l’exemple d’un génie littéraire acquis à travers l’effort, et contre ses dispositions naturelles. Le portrait rejoint ici le traité d’hygiène et la leçon de vie.

5C’est pourquoi ces portraits racontent souvent une histoire, en prenant la forme d’une parabole. Si les portraits d’hommes de lettres dégénérés dressés par les médecins Nordau ou Odinot peuvent traduire les angoisses liées au sentiment de décadence, ceux que réalisent Charles de Chênedollé et Balzac racontent, chacun à leur manière, la rupture révolutionnaire : le premier lui oppose l’ordre céleste découvert par Newton, tandis que le second utilise la forme désuète du conte de fée pour faire de l’idylle scientifique une forme historiquement périmée. Allégoriques, ces portraits mettent quoi qu’il en soit en scène une vision de la science et de la littérature, de leurs enjeux, de leurs dangers et de leur place dans la société.

Notes

1 « Figures du savant », op. cit., p. 143-158.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search