Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

42. Émile Zola, Les Trois Villes : Paris, Paris, Charpentier et Fasquelle, « Bibliothèque Charpentier », 18981

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction d’Henri Mitterand, présentée et annotée par Jacque (...)
  • 1 Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, n° 100, 1998, p. 147.

1Dernier opus du cycle des Trois villes, Paris met un terme au drame de l’abbé Pierre Froment : ce prêtre sans foi dans Lourdes (1894) et Rome (1896) trouve finalement dans l’amour de Marie les principes d’un nouveau credo, exposé ensuite dans les deux premiers Évangiles zoliens. Mais Paris marque également le basculement de l’œuvre naturaliste dans l’utopie, en proclamant la faillite du politique au profit du scientifique : la charité pratiquée par Pierre, comme la violence anarchiste un temps envisagée par son frère Guillaume ne constituent pas des solutions à la misère sociale, et c’est un savant, médecin et chimiste, qui le professe dès le début du Livre II. Dans ce roman où les « clés » contemporaines sont nombreuses et explicites, la stature et le patronyme du personnage de Bertheroy évoquent le chimiste Marcellin Berthelot (1827-1907), sénateur inamovible en 1881, ministre de l’Instruction publique en 1886-1887, et ministre des Affaires étrangères (1895- 1896). Zola pouvait en effet voir en lui « la figure idéale du savant positiviste, socialement reconnu, admiré du grand public, honoré par les pouvoirs, mais indifférent aux honneurs et seulement préoccupé de science et de vérité1 ». Prophétique, la parole de Bertheroy permettra quoi qu’il en soit de convaincre Guillaume, lui-même chimiste : le terrible explosif qu’il a inventé ne servira finalement pas la révolution anarchiste, mais l’évolution permise par le progrès, seule voie, selon Zola, vers la justice.

2Ami autrefois de leur père, l’illustre chimiste Michel Froment, Bertheroy était aujourd’hui, à son tour, une des gloires les plus hautes de la France, à qui la chimie devait les extraordinaires progrès qui en ont fait la science mère, en train de renouveler la face du monde. Membre de l’Institut, comblé de charges et d’honneurs, il avait gardé pour Pierre une grande affection, il le visitait ainsi parfois avant de dîner, afin de se distraire disait-il. […]

3Septuagénaire, il était grand, sec, avec des traits anguleux. La peau jaunie se collait comme un parchemin sur les os saillants des joues et des mâchoires. D’ailleurs, sans aucun prestige, il avait l’air d’un vieil herboriste. Mais le front était beau, large, uni, et sous les cheveux blancs ébouriffés luisaient encore des yeux de flamme.

4Quand il aperçut la main bandée, il s’écria :

5« Quoi donc, Guillaume, vous êtes blessé ? »

6Pierre se taisait, laissant son frère conter l’histoire, telle qu’il lui plairait de la dire. Celui-ci avait compris qu’il devait avouer la vérité, simplement, en omettant les circonstances.

  • 2 Au chapitre précédent, une bombe explose dans un hôtel de la rue Godot-de-Mauroy, où Pierre a surpr (...)

7 « Oui, dans une explosion, et je crois bien que j’ai le poignet cassé2 ».

8Bertheroy l’examinait, remarquait ses moustaches brûlées, ses yeux de stupeur, où passait l’effarement des catastrophes. Il devint sérieux, circonspect, sans chercher par des questions à forcer les confidences.

9« Ah ! bah ! une explosion... Me permettez-vous de voir la plaie ? Vous savez qu’avant de me laisser séduire par la chimie, j’ai fait mes études de médecine, et que je suis un peu chirurgien ».

10Pierre ne put retenir ce cri de son cœur :

11« Oui, oui ! maître, voyez la blessure... J’étais bien inquiet, c’est une chance inespérée que vous vous trouviez là ».

12Le savant le regarda, sentit la gravité des circonstances qu’on lui cachait. Et, comme Guillaume consentait, avec un sourire, en pâlissant de faiblesse, il voulut d’abord qu’on le couchât. La servante revenait dire que le lit était prêt, tous passèrent dans la chambre voisine, où le blessé fut déshabillé et mis au lit.

13« Éclairez-moi, Pierre, prenez la lampe, et que Sophie me donne une cuvette pleine d’eau, avec des linges ».

14Puis, lorsqu’il eut doucement lavé la plaie :

15« Diable ! diable !... Le poignet n’est pas cassé, mais c’est une vilaine affaire tout de même. Je crains qu’il n’y ait une lésion de l’os... Ce sont des clous qui ont traversé les chairs, n’est-ce pas ? » […]

16 « Vous savez que l’on est endommagé et que je ne réponds de rien, si vous n’êtes pas plus sage. Toute complication rendrait l’amputation nécessaire ».

17Pierre frémit, tandis que Guillaume avait un haussement d’épaules, comme pour dire qu’il voulait bien être amputé, si tout croulait autour de lui. Bertheroy, qui s’était assis, s’oubliant là un instant, les regardait tous les deux de ses regards aigus. Maintenant, il savait l’attentat, il devait avoir fait ses réflexions.

18« Mon cher enfant, reprit-il avec sa brusquerie, je crois bien que ce n’est pas vous qui avez commis cette abominable bêtise, rue Godot-de-Mauroy. Mais je m’imagine que vous deviez être dans les environs... Non, non ! ne me répondez pas, ne vous défendez pas. Je ne sais et ne veux rien savoir, pas même la formule de cette diablesse de poudre dont le poignet de votre chemise portait la trace et qui a fait du si terrible ouvrage ».

19Et, comme les deux frères restaient surpris, glacés d’inquiétude malgré ses assurances, il ajouta, avec un geste large :

20« Ah ! mes amis, si vous saviez combien je trouve un tel acte plus inutile encore que criminel ! Je n’ai que mépris pour les agitations vaines de la politique, aussi bien la révolutionnaire que la conservatrice. Est-ce que la science ne suffit pas ? À quoi bon vouloir hâter les temps, lorsqu’un pas de la science avance plus l’humanité vers la cité de justice et de vérité, que cent ans de politique et de révolte sociale ? Allez, elle seule balaie les dogmes, emporte les dieux, fait de la lumière et du bonheur... C’est moi, le membre de l’Institut, renté, décoré, qui suis le seul révolutionnaire ».

21Il se mit à rire, et Guillaume sentit l’ironie bon enfant de ce rire. S’il admirait en lui le grand savant, il avait jusque-là souffert de le voir si bourgeoisement installé dans la vie, laissant venir à lui les situations et les honneurs, républicain sous la République, mais tout prêt à servir la science sous n’importe quel maître. Et voilà que, de cet opportuniste, de ce savant hiérarchisé, de ce travailleur qui acceptait de toutes les mains la richesse et la gloire, se dégageait un tranquille et terrible évolutionniste, comptant bien que sa besogne allait quand même ravager et renouveler le monde !

Notes

1 Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, n° 100, 1998, p. 147.

2 Au chapitre précédent, une bombe explose dans un hôtel de la rue Godot-de-Mauroy, où Pierre a surpris son frère Guillaume en compagnie de l’anarchiste Salvat. Une vague d’attentats anarchistes avait secoué la France dans les années 1892-1894.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction d’Henri Mitterand, présentée et annotée par Jacques Noiray et Jean-Louis Cabanès (Œuvres complètes, Paris fin de siècle : Les Trois villes [2], Paris, Nouveau Monde éditions, 2008, p. 85-86 et 95.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search