Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

41. Léon Daudet, Les Morticoles, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1894, p. 160-162

Texte intégral

  • 1 Voir note 1 p. 74.

1Fils d’Alphonse, un temps voisin et ami du neurologue Jean-Martin Charcot (1825-1893), Léon Daudet (1867-1942) entreprend tout d’abord des études médicales, jusqu’à son échec à l’internat en 1891. Violent pamphlet contre le positivisme des médecins de la IIIe République, le roman Les Morticoles porte manifestement la trace de cet échec, mais il témoigne également de la profonde mutation idéologique de son auteur, future figure emblématique des antidreyfusards, puis de L’Action française. Pays imaginaire où échoue le malheureux narrateur, l’État des Morticoles a en effet tout d’une contre-utopie : dominée par la caste des médecins, la société des Morticoles, athée, matérialiste et anticléricale à outrance, est une tyrannie où les sujets sont assimilés à de la chair à expérience. Le roman est ainsi prétexte à un véritable jeu de massacre dont les médecins sont finalement les principales victimes. Charcot, l’ancien maître, n’est bien évidemment pas épargné, et apparaît sous les traits du docteur Foutange, dont le service forme « une véritable cité au milieu de ce royaume de misère qu’est l’hôpital Typhus », à l’image de la Salpêtrière, véritable ville dans la ville de Paris1. Le personnage fictif amalgame néanmoins les modèles pour mieux entacher le corps de spécialité dans son ensemble. (voir également les textes 10, 12, 24, 40, 56)

  • 2 Le « beau Tismet de l’Ancre », avec sa « barbe blonde en pointe et deux moustaches à la mousquetair (...)

2 Aux murs on voyait un tableau noir et de grands dessins coloriés, œuvres de Tismet2, représentant les divers stades de l’hypnose sous la forme d’un puits où plonge l’esprit des patients. Un autre tableau portait cette gigantesque annonce :

  • 3 Rosalie était le nom d’une des patientes fréquemment exhibées à la Salpêtrière, avec Geneviève et B (...)

ROSALIE !
ROSALIE !
ROSALIE !
MERVEILLEUX EFFETS DES MÉDICAMENTS
ÉCRITS.
PERSUASION THÉRAPEUTIQUE.
DISCUSSION ET RÉFUTATION DU SYSTEME BOUS-
TIBRASIEN3.

  • 4 Compagnon du narrateur, naufragé comme lui, et comme lui engagé comme aide dans un hôpital.

3Trub4 me désignait, au premier rang dans le bas, le petit docteur Boustibras, sa houppe de cheveux grisonnants, sa barbiche. Serré dans une redingote cloche aux larges boutons luisants, il attendait avec impatience le moment de se déployer.

  • 5 Pour le lecteur contemporain, l’opposition Boustibras-Foutange évoque immédiatement celle de l’Écol (...)
  • 6 L’expression évoque le « puits somnambulique » que Luys décrivait durant ses leçons.

4Des applaudissements éclatèrent à l’arrivée de Foutange. Il était grand, vigoureux, analogue à un perroquet. Le nez accomplissait sa courbe au-dessus d’une bouche assez fine qu’encadraient des favoris blonds, de ce blond qui persiste jusqu’à l’extrême vieillesse5. Son ample pardessus de caoutchouc, où s’engouffrait le vent de son éloquence, claquait et dansait à chaque mouvement. Il salua l’assistance, joyeux de la voir si fournie, et commença son discours ; il prenait à témoin ses élèves et les dessins muraux des merveilles qu’allait présenter le nouveau sujet qui…, le nouveau sujet dont… ; il montrait la table chargée de fioles. Puis il saisit une longue baguette terminée par une petite boule et se lança dans une théorie épineuse, désignant successivement les niveaux gradués du puits de l’hypnotisme6. Ces explications ennuyaient. Des vagues de bâillements déferlèrent d’un bout à l’autre de la salle ; seules les dames du monde prenaient des notes rapides sur d’élégants calepins.

  • 7 Sur ce « frisson » que provoquait l’entrée des sujets hystériques féminins, voir le texte 12.
  • 8 Tripard ne semble pas avoir de modèle précis. Son nom significatif en fait néanmoins l’essence même (...)
  • 9 On reconnaît ici les thèses de la Salpêtrière. L’attaque en question est bien évidemment une attaqu (...)

5Enfin Foutange, l’index tendu, s’écria : « Qu’on amène Rosalie ! ». Il y eut un frisson dans l’auditoire7. La jeune femme, conduite par Tripard, sérieux et solennel, s’avançait à petit pas, en robe noire, les yeux modestement baissés. Elle s’assit à droite de la table, face au public : « Nous avons ici, mesdames et messieurs, mugit Foutange du ton inspiré d’un faiseur de tours, nous avons ici un sujet de premier ordre que nous a procuré notre savant interne Tripard8. – Celui-ci s’inclina ; ses camarades se poussaient le coude. – Grâce à cette nommée Rosalie, nous sommes arrivés à réfuter, point par point, les doctrines adverses de notre collègue Boustibras, lequel pourra, d’ailleurs, s’expliquer à son tour et tenter de répondre à notre décisive expérience… Vous savez, mesdames et messieurs, que nous avons toujours soutenue la nécessité de l’hystérie comme cause des phénomènes hypnotiques. Quiconque est sain n’est point hypnotisable. Axiome fondamental, lumineux. Notre collègue affirme le contraire. Or Rosalie présente le phénomène singulier de n’être susceptible de léthargie, catalepsie, somnambulisme qu’après une grande attaque. Je lui donne cette attaque9 ». Ici Tripard surgit, presse le poignet de la simulatrice, qui tombe à terre en hurlant et commence une gymnastique désordonnée. Plusieurs se lèvent pour mieux voir. On crie Assis ! et Chapeau ! Sur un signe de son patron, Tripard enraye l’attaque. Le thaumaturge continue : « Mesdames et messieurs, Rosalie est maintenant hypnotisable. Nous la mettons en léthargie. – Il appuie élégamment ses doigts fuselés sur les paupières. – Voilà qui est fait. Les membres flasques : signes caractéristiques. Nous la mettons en catalepsie. – Il relève les paupières. – Les membres raides : signes caractéristiques… Somnambulisme, enfin ».

6Il frictionne le sommet du crâne et la nuque du sujet, qui s’agite, bredouille des syllabes incompréhensibles, frappe du pied d’un air mécontent. Quelques élèves prévenus étouffent des rires.

  • 10 Ces expériences sur l’action des médicaments à distance ont été pratiquées par Luys.

7« C’est à cette minute, mesdames et messieurs, proclame Foutange avec un geste prophétique, c’est à cette minute que va se manifester une puissance nouvelle, extraordinaire, mystérieuse, l’action, non des médicaments, mais des signes de médicaments10. […] Je profite du repos nécessaire à cette chère petite pour demander à mon collègue Boustibras s’il espère obtenir chez une personne saine des résultats semblables ».

  • 11 Bernheim était juif et alsacien. Son accent avait souvent été moqué lors de la controverse avec l’É (...)

8Boustibras ne se fait pas répéter deux fois l’invitation. Il escalade et démolit la barrière qui le sépare de l’hémicycle, écrase douze pieds, bouscule quinze encriers et porteplume, et se précipite bravement dans l’arène. Il semble un pygmée à côté de Foutange, et celui-ci pourrait lui donner la main comme à un bébé qu’on promène : « Ze demande la parole ». Il prononce temante et la barole. Je reconnais là un de ces juifaillons qui infestent le pays des Morticoles et dont Wabenheim est le représentant le plus illustre11. Son généreux rival acquiesce. Ce n’est pas rien, cependant, qu’a demandé Boustibras. C’est le droit d’inonder l’auditoire, pendant une demi-heure, d’explications retorses et confuses, où tous les b sont des p et tous les t des d, d’où il appert à la fin que l’orateur propose d’expérimenter sur une personne quelconque, au hasard. Une dame se lève. Elle réclame l’honneur de servir de mannequin. Elle descend du haut de l’amphithéâtre et chacun s’écarte respectueusement, admire la mine futée du sujet volontaire, son élégance, son chapeau rose et la finesse de son pied, quand elle saute dans l’hémicycle, maintenue sous les bras par Tripard.

  • 12 Caricature des « expériences de laboratoire » pratiquées à Nancy.

9Boustibras la fait asseoir en face de lui, près de Rosalie, laquelle regarde de travers cette intruse qui lui vole l’attention du public. Il agrippe les poignets de la dame et la magnétise de ses yeux ronds. D’abord elle se détourne, puis elle a le fou rire devant la physionomie du nabot. Prompt et autoritaire, Boustibras affirme : « Vous avez volé une montre. Si, hier sur la blace Grudanet, à drois heures de l’abrès-miti, fus affez folé une mondre ». Elle nie avec dignité, ensuite avec impatience : « Ché fu dis qué si. Fus affez folé une mondre. – Mais non, monsieur. – Ché fus dis qué si. – Non. – Si. – Non. – Si. – Non12 ».

10Elle secoue la tête de droite à gauche, Boustibras de haut en bas. Foutange sourit malicieusement.

Notes

1 Voir note 1 p. 74.

2 Le « beau Tismet de l’Ancre », avec sa « barbe blonde en pointe et deux moustaches à la mousquetaire », évoque par son physique le disciple préféré de Charcot, Joseph Babinski (1857-1932). Son activité de dessinateur le rapproche néanmoins de Paul Richer (1849- 1933), anatomiste et futur titulaire de la chaire d’anatomie artistique de l’École des beaux-arts (1903). Quant à sa personnalité de séducteur et sa qualité de « souteneur de la chirurgie », elle renverrait davantage à Paul Poirier (1853-1907), chirurgien don Juan que Daudet brocarde dans ses Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux (1920), mais qui apparaît déjà sous les traits du brun Avigdeuse, « rival en pose et en beauté » du blond Tismet.

3 Rosalie était le nom d’une des patientes fréquemment exhibées à la Salpêtrière, avec Geneviève et Blanche Wittmann.

4 Compagnon du narrateur, naufragé comme lui, et comme lui engagé comme aide dans un hôpital.

5 Pour le lecteur contemporain, l’opposition Boustibras-Foutange évoque immédiatement celle de l’École de Nancy (Hippolyte Bernheim, 1840-1919) et de l’École de Paris (Charcot) autour de la nature de la suggestion et de la possibilité du crime sous hypnose (viol ou meurtre). Bernheim voyait dans la suggestion une loi psychologique, là où Charcot en faisait un symptôme d’hystérie ; le médecin de Nancy pratiquait des « crimes de laboratoire » censés prouver l’emprise totale de l’hypnotiseur sur son sujet, ce que niait l’École de Paris, pour laquelle l’hypnose ne pouvait abolir le libre arbitre. Le contexte de la leçon et la description physique de Foutange évoquent néanmoins un autre médecin, un temps collaborateur de Charcot, avant de devenir chef de service à l’hôpital de la Charité : Jules Bernard Luys (1828-1897), qui pratiquait également des expériences d’hypnose dont le sérieux scientifique a très vite été mis en doute. Dans ses Souvenirs, Léon Daudet dresse un portrait de lui en ahuri berné par ses patientes et ses élèves, et le compare à « un gros et beau perroquet blanc ».

6 L’expression évoque le « puits somnambulique » que Luys décrivait durant ses leçons.

7 Sur ce « frisson » que provoquait l’entrée des sujets hystériques féminins, voir le texte 12.

8 Tripard ne semble pas avoir de modèle précis. Son nom significatif en fait néanmoins l’essence même du « carabin » (matérialisme et goût pour la blague grivoise).

9 On reconnaît ici les thèses de la Salpêtrière. L’attaque en question est bien évidemment une attaque d’hystérie.

10 Ces expériences sur l’action des médicaments à distance ont été pratiquées par Luys.

11 Bernheim était juif et alsacien. Son accent avait souvent été moqué lors de la controverse avec l’École de Paris. Avec Daudet, l’antisémitisme apparaît néanmoins à visage découvert.

12 Caricature des « expériences de laboratoire » pratiquées à Nancy.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search