Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

40. Jules Lermina, Les Hystériques de Paris, Sceaux, Charaire et fils, 1885, p. 399

Texte intégral

1Auteur incroyablement prolixe, Jules Lermina (1839-1915) est tour à tour journaliste polémique proche des milieux anarchistes (Question sociale. Ventre et cerveau, 1894 ; L’A.B.C. du libertaire, 1906), conférencier réputé de la salle des Capucines, haut lieu de l’occultisme (La Science occulte : magie pratique, révélation des mystères de la vie et de la mort, 1890), imitateur d’Edgar Allan Poe (Histoires incroyables, 1885 ; Nouvelles histoires incroyables, 1888), et romancier populaire à succès (Les Mystères de New York, 1874 ; Le Fils de Monte-Cristo, 1881). Les Hystériques de Paris raconte l’ascension puis le déclin de la machiavélique et pathologique comtesse Léonide de Barnes, dont les intrigues sont finalement démasquées. Le roman est alors suivi d’un « épilogue » dans lequel le romancier semble déléguer la morale de son histoire à une autre autorité, scientifique celle-là, et dans laquelle on reconnaît sans peine le maître de la Salpêtrière et expert en hystérie : Jean-Martin Charcot (1825-1893). (voir également les textes 10, 12, 24, 41, 56)

2 ……………………………………………………… ..…… ..

  • 1 Voir note 1 p. 74.

3À la Salpêtrière1.

4Dans une salle, un homme – un grand médecin – est debout, entouré des internes… Devant lui, sur un matelas, un être humain se tord en proie à d’épouvantables convulsions :

  • 2 Charcot parle, lui, d’hystéro-épilepsie, ou « Grande Hystérie ».
  • 3 Allusion à la fameuse « boule hystérique », qui correspond à la sensation d’étouffement éprouvée pa (...)

5– Nous sommes en présence, dit le médecin, de la forme la plus sérieuse des accidents hystériques… l’hystérie épilepsiforme2 [sic]. Vous l’avez vu, la douleur ovarienne remonte vers l’épigastre, pour gagner ensuite le cœur ; il y a des battements au niveau des tempes, des sifflements d’oreille, toutes les formes de l’aura hystérique3

  • 4 Particulièrement spectaculaire, l’arc de cercle hystérique pouvait être suivi ou précédé de « mouve (...)

6« Voyez ce corps s’incurver en arc de cercle, ne reposant plus sur le plan du lit que par l’occiput et les talons, puis ces mouvements rapides de flexion du tronc, ces mouvements non moins brusques d’extension forcée… La patiente ne paraît-elle pas exécuter une série de salutations excessives4 ?…

7« La voici maintenant dans la période délirante…

8La malheureuse femme maintenant bondissait, hurlait, se tordait…

9 Sa bouche, tordue, écumait.

10Et elle vomissait d’ignobles obscénités…

11Tout à coup elle sembla en proie à une invincible terreur.

12Son visage s’étira comme une de ces têtes en caoutchouc qui servent de jouet aux enfants… la bouche se fendit dans un rictus hideux… et elle cria :

  • 5 La « phase des hallucinations » (extase ou délire paranoïaque) fait également partie de la nosograp (...)

13– Je ne veux pas… non ! non !… le monstre !… ses dents me déchirent !… À moi !… J’ai mal !… On me tue !… Le couteau ! Ho ! ho5 !…

14Et ces mots vides de sens se perdirent dans une sorte d’aboiement rauque.

15– Cette femme, dit le professeur, a porté un grand nom… elle a manié les millions à poignées… dans trois jours elle sera morte.

Notes

1 Voir note 1 p. 74.

2 Charcot parle, lui, d’hystéro-épilepsie, ou « Grande Hystérie ».

3 Allusion à la fameuse « boule hystérique », qui correspond à la sensation d’étouffement éprouvée par le sujet durant la crise, sous la forme d’un spasme remontant du diaphragme à la gorge.

4 Particulièrement spectaculaire, l’arc de cercle hystérique pouvait être suivi ou précédé de « mouvements illogiques », aussi appelés « phase clownique », par analogie avec les clowns (proches, à l’époque, des acrobates, comme les frères Hanlon-Lees). Les « salutations excessives » rappellent en outre le caractère proprement théâtral, maintes fois relevé, de la crise d’hystérie comme du sujet hystérique lui-même.

5 La « phase des hallucinations » (extase ou délire paranoïaque) fait également partie de la nosographie de la « Grande Hystérie » élaborée par Charcot.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search