Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

39. Alexandre Dumas, Le Véloce ou Tanger, Alger et Tunis, Bruxelles, Ch. Muquardt, 1851, t. IV, p. 82-85

Texte intégral

1Dans ses Nouvelles Impressions de voyage, Alexandre Dumas (1802-1870) raconte son voyage en Algérie et en Tunisie. Il évoque alors les mœurs des soldats du second bataillon d’infanterie légère d’Afrique, le Zéphir, créé en 1832 et composé essentiellement de jeunes gens condamnés à de légères peines d’emprisonnement. Les ruses des zéphirs sont l’occasion, pour le voyageur, de se moquer du zoologue et colonel français Jean-Baptiste-Geneviève-Marcellin Bory de Saint-Vincent auquel fut confiée en 1839 la direction de la commission exploratrice d’Algérie (1839-1842). Le plus curieux est que ces deux anecdotes servirent sans doute de source au récit que fit Pierre Larousse en 1874, dans le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, de deux mystifications dont furent victimes des savants anonymes pour illustrer l’article « Mystification » (voir le texte 50)

2C’est le zéphir qui a inventé le rat à trompe.

3Nous allons raconter un fait incroyable et qui cependant est de notoriété publique en Algérie.

4À l’époque où la commission scientifique explorait la province de None, le 3e bataillon de zéphirs tenait garnison dans cette ville. Un matin, le président de la commission vit arriver chez lui un zéphir porteur d’une cage dans laquelle frétillait un petit animal, objet des attentions les plus délicates de la part du propriétaire.

5L’attention du savant fut éveillée par la façon amicale dont le zéphir parlait à l’animal enfermé dans la cage.

6Que m’apportez-vous là, mon ami ? demanda-t-il au zéphir. – Oh ! mon colonel (le président de la commission scientifique était un colonel, homme d’infiniment d’esprit que nous avons tous connu) ; oh ! mon colonel, une petite bête pas plus grosse que le poing ; seulement, vous n’en avez jamais vu de pareille. – Voyons, montre-moi cela. – Voilà mon colonel.

7Et le zéphir remit à l’officier la cage qui renfermait son trésor.

8– Eh ! mais c’est un rat que tu m’apportes là ! fit le colonel. – Oui, mais c’est un rat à trompe, rien que cela. – Comment, un rat à trompe ? – Étudiez, examinez, prenez une loupe si vous n’y voyez pas avec vos yeux.

9Le colonel étudia, examina, prit une loupe et reconnut un rat de l’espèce ordinaire ; seulement, comme l’avait dit le zéphir, ce rat avait une trompe.

10Trompe adhérente au nez, placée à peu près comme est placée la corne du rhinocéros ; trompe douée de mouvement et presque d’intelligence.

11Du reste, identité parfaite avec les rats de l’espèce commune.

12Seulement, la trompe dont il était orné donnait à celui-là une valeur particulière, une valeur idéale.

13– Hum ! hum ! fit le savant. – Eh ! eh ! fit le zéphir. – Combien ton rat ? – Mon colonel, vous savez bien que mon rat n’a pas de prix ; mais pour vous ce sera cent francs.

14 Le colonel en eût donné mille pour avoir ce sujet précieux.

15Il examina de nouveau. C’était un mâle.

16– Serait-il possible d’avoir la femelle ? demanda-t-il. – Peste ! fit le zéphir, vous n’êtes pas dégoûté. Je comprends : vous voulez avoir de la race. Donnez cent francs du mâle, et l’on tâchera de vous avoir la femelle. – Quand cela ? – Ah ! dame, c’est un animal bien fin, bien subtil ; la disparition de celui-ci aura donné l’éveil à la tribu. Je ne puis répondre de rien avant quinze jours ou trois semaines. – Je te donne un mois. – Et il y aura cent francs pour la femelle ? – Comme il y a eu cent pour le mâle. – Vous aurez votre femelle. – Voilà les cent francs. – Merci, mon colonel.

17Et le zéphir empocha les cent francs.

18Trois semaines après, il revint avec un rat à trompe, du sexe féminin.

19– Tenez, mon colonel, voilà votre bête ; seulement, elle m’a donné du mal, je vous en réponds.

20Le colonel examina la bête, rien n’y manquait. Sa satisfaction était au comble, il avait la paire.

  • 1 Probablement Amable Ravoisié et Adolphe Delamare, architectes et archéologues de l’expédition d’Alg (...)

21Aussi fut-il pendant quelque temps l’objet de l’envie de tous ses compagnons. M. Ravoisier n’en dormait plus, et M. Delamelle en était malade1.

22Ils demandaient des rats à trompe à tous les zéphirs qu’ils rencontraient.

23Ceux-ci se regardaient et répondaient :

24– Comprends pas.

25Le rat à trompe était à la hausse.

26 Le premier qui reparut fut vendu deux cents francs. Puis cet animal si rare commença de se vulgariser ; il n’y avait pas de jour où il n’y eût un rat à trompe à vendre.

27Ils descendirent à cent francs, puis à cinquante, puis à vingt-cinq.

28La recette des rats à trompe était connue.

29Elle était, à peu de différence près, la même que celle indiquée par la Cuisinière bourgeoise pour faire un civet de lièvre.

30Seulement, au lieu que pour faire un civet de lièvre, il ne faut qu’un lièvre ; pour faire un rat à trompe, il faut deux rats.

31On prend le bout de la queue de l’un, que l’on greffe en écusson sur le nez de l’autre : on soutient l’adjonction par un emplâtre de diachylon, on emmaillotte l’animal de manière à ce qu’il ne dérange pas l’appareil. Au bout de quinze jours, on lui rend sa liberté, et le tour est fait.

32À partir de ce moment, la queue devient adhérente au nez du rat, comme un ergot devient adhérent au crâne d’un coq, et vous avez un rat à trompe.

33Seulement, les rats à trompe ne se reproduisent pas avec une trompe, du moins. Quand on veut en avoir, il faut les greffer.

34Voici pour l’histoire naturelle ; passons à l’archéologie.

35Un banquier suisse, grand amateur d’antiquités, débarqua en Afrique et se mit à la recherche de ruines romaines. Il avait déjà fait quelques acquisitions importantes lorsqu’un zéphir lui apporta une pierre qui paraissait avoir servi de couvercle à un tombeau. La pierre était gravée, et l’inscription, parfaitement conservée, paraissait remonter, par la forme des lettres, au siècle d’Auguste.

36Voici quelle était cette inscription :

37 Le savant pâlit huit jours sur cette inscription qu’il avait eue pour rien, pour quatre-vingt francs, je crois.

38Plus il pâlissait, moins il en trouvait le sens.

  • 2 Adrien Berbrugger (1801-1869) était un savant archéologue qui participa aussi aux expéditions scien (...)

39Aussi jugea-t-il à propos d’en référer à notre savant ami Berbrugger2, lequel examina la pierre avec attention et secoua la tête.

40– À qui avez-vous acheté cette antiquité ? demanda-t-il au Suisse. – Mais à un soldat. – À un zéphir, n’est-ce pas ? – Il me semble que oui. – Eh bien ! voulez-vous que je vous dise quelle est l’inscription ? – Vous me ferez plaisir. – La voici.

Cellarius Polkam inventavit et non decorabitur.

41Traduction littérale :

42– Cellarius a inventé la polka et cependant ne sera point

43décoré.

44 Le banquier suisse était homme d’esprit, quoique banquier et quoique Suisse : il trouva l’inscription moderne bien autrement curieuse que si elle était antique ; il la rapporta à Zurich, où elle tient la meilleure place de son cabinet.

Notes

1 Probablement Amable Ravoisié et Adolphe Delamare, architectes et archéologues de l’expédition d’Algérie.

2 Adrien Berbrugger (1801-1869) était un savant archéologue qui participa aussi aux expéditions scientifiques d’Algérie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search