Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

35. Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, Paris, Gosselin et Canel, 18311

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex (La Comédie humaine Paris (...)

1Écrite peu de temps après la Révolution de Juillet, cette « étude philosophique » interroge, à travers une peau de chagrin aux pouvoirs surnaturels, le lien entre désir, savoir, et pouvoir : à mesure que ses volontés se réalisent, Raphaël de Valentin voit ainsi raccourcir sa durée de vie symbolisée par le mystérieux talisman. Convoquée à son chevet, la médecine de son siècle apparaît bien impuissante et, surtout, pétrie de contradictions.

  • 1 Lors de cette « scène de désolation », l’amour réciproque que Pauline et Raphaël se portent a révél (...)
  • 2 Cette situation évoque le début de l’acte II de L’Amour médecin de Molière où quatre « docteurs » é (...)

2Quelques jours après cette scène de désolation1, Raphaël se trouva par une matinée du mois de mars assis dans un fauteuil, entouré de quatre médecins qui l’avaient fait placer au jour devant la fenêtre de sa chambre, et tour à tour lui tâtaient le pouls, le palpaient, l’interrogeaient avec une apparence d’intérêt2. Le malade épiait leurs pensées en interprétant et leurs gestes et les moindres plis qui se formaient sur leurs fronts. Cette consultation était sa dernière espérance. Ces juges suprêmes allaient lui prononcer un arrêt de vie ou de mort. Aussi, pour arracher à la science humaine son dernier mot, Valentin avait-il convoqué les oracles de la médecine moderne. Grâce à sa fortune et à son nom, les trois systèmes entre lesquels flottent les connaissances humaines étaient là devant lui. Trois de ces docteurs portaient avec eux toute la philosophie médicale, en représentant le combat que se livrent la Spiritualité, l’Analyse et je ne sais quel Éclectisme railleur. Le quatrième médecin était Horace Bianchon, homme plein d’avenir et de science, le plus distingué peut-être des nouveaux médecins, sage et modeste député de la studieuse jeunesse qui s’apprête à recueillir l’héritage des trésors amassés depuis cinquante ans par l’École de Paris, et qui bâtira peut-être le monument pour lequel les siècles précédents ont apporté tant de matériaux divers. Ami du marquis et de Rastignac, il lui avait donné ses soins depuis quelques jours, et l’aidait à répondre aux interrogations des trois professeurs auxquels il expliquait parfois, avec une sorte d’insistance, les diagnostics qui lui semblaient révéler une phtisie pulmonaire.

3« Vous avez sans doute fait beaucoup d’excès, mené une vie dissipée, vous vous êtes livré à de grands travaux d’intelligence ? dit à Raphaël celui des trois célèbres docteurs dont la tête carrée, la figure large, l’énergique organisation, paraissaient annoncer un génie supérieur à celui de ses deux antagonistes.

4– J’ai voulu me tuer par la débauche après avoir travaillé pendant trois ans à un vaste ouvrage dont vous vous occuperez peut-être un jour, lui répondit Raphaël.

5Le grand docteur hocha la tête en signe de contentement, et comme s’il se fût dit en lui-même : « J’en étais sûr ! ».

  • 3 On reconnaît par cette formule le médecin François Broussais (1772-1838), professeur à la Faculté d (...)
  • 4 Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808) est l’auteur des Rapports du physique et du moral de l’homm (...)

6Ce docteur était l’illustre Brisset, le chef des organistes3, le successeur des Cabanis et des Bichat4, le médecin des esprits positifs et matérialistes, qui voient en l’homme un être fini, uniquement sujet aux lois de sa propre organisation, et dont l’état normal ou les anomalies délétères s’expliquent par des causes évidentes.

  • 5 Le chirurgien Joseph Récamier (1774-1852), professeur à la Faculté de médecine de Paris et au Collè (...)
  • 6 Pierre-Simon Ballanche (1776-1847) écrivain et philosophe proche des milieux ultras. Le médecin bel (...)

7À cette réponse, Brisset regarda silencieusement un homme de moyenne taille dont le visage empourpré, l’œil ardent, semblaient appartenir à quelque satyre antique, et qui, le dos appuyé sur le coin de l’embrasure, contemplait attentivement Raphaël sans mot dire. Homme d’exaltation et de croyance, le docteur Caméristus, chef des vitalistes5, le Ballanche de la médecine, poétique défenseur des doctrines abstraites de Van Helmont6, voyait dans la vie humaine un principe élevé, secret, un phénomène inexplicable qui se joue des bistouris, trompe la chirurgie, échappe aux médicaments de la pharmaceutique, aux x de l’algèbre, aux démonstrations de l’anatomie, et se rit de nos efforts ; une espèce de flamme intangible, invisible, soumise à quelque loi divine, et qui reste souvent au milieu d’un corps condamné par nos arrêts, comme elle déserte aussi les organisations les plus viables.

  • 7 Ce patronyme évoque ironiquement le juron médiéval « Maugredieu », et renvoie aux positions sceptiq (...)
  • 8 Du philosophe grec Pyrrhon (360-275 av. J.-C.), fondateur de l’école sceptique.

8Un sourire sardonique errait sur les lèvres du troisième, le docteur Maugredie7, esprit distingué, mais pyrrhonien8 et moqueur, qui ne croyait qu’au scalpel, concédait à Brisset la mort d’un homme qui se portait à merveille, et reconnaissait avec Caméristus qu’un homme pouvait vivre encore après sa mort. Il trouvait du bon dans toutes les théories, n’en adoptait aucune, prétendait que le meilleur système médical était de n’en point avoir, et de s’en tenir aux faits. Panurge de l’école, roi de l’observation, ce grand explorateur, ce grand railleur, l’homme des tentatives désespérées, examinait la Peau de chagrin.

– Je voudrais bien être témoin de la coïncidence qui
existe entre vos désirs et son rétrécissement, dit-il au marquis.
 – À quoi bon ? s’écria Brisset.
 – À quoi bon ? répéta Caméristus.
 – Ah ! vous êtes d’accord, répondit Maugredie.
 – Cette contraction est toute simple, ajouta Brisset.
 – Elle est surnaturelle, dit Caméristus.
 – En effet, répliqua Maugredie en affectant un air grave

9et rendant à Raphaël sa Peau de chagrin, le racornissement du cuir est un fait inexplicable et cependant naturel, qui, depuis l’origine du monde, fait le désespoir de la médecine et des jolies femmes.

10À force d’examiner les trois docteurs, Valentin ne découvrit en eux aucune sympathie pour ses maux. Tous trois, silencieux à chaque réponse, le toisaient avec indifférence et le questionnaient sans le plaindre. La nonchalance perçait à travers leur politesse. Soit certitude, soit réflexion, leurs paroles étaient si rares, si indolentes, que par moments Raphaël les crut distraits. De temps à autre, Brisset seul répondait : « Bon ! bien ! » à tous les symptômes désespérants dont l’existence était démontrée par Bianchon. Caméristus demeurait plongé dans une profonde rêverie, Maugredie ressemblait à un auteur comique étudiant deux originaux pour les transporter fidèlement sur la scène. La figure d’Horace trahissait une peine profonde, un attendrissement plein de tristesse. Il était médecin depuis trop peu de temps pour être insensible devant la douleur et impassible près d’un lit funèbre ; il ne savait pas éteindre dans ses yeux les larmes amies qui empêchent un homme de voir clair et de saisir, comme un général d’armée, le moment propice à la victoire, sans écouter les cris des moribonds. Après être resté pendant une demi-heure environ à prendre en quelque sorte la mesure de la maladie et du malade, comme un tailleur prend la mesure d’un habit à un jeune homme qui lui commande ses vêtements de noces, ils dirent quelques lieux communs, parlèrent même des affaires publiques ; puis ils voulurent passer dans le cabinet de Raphaël pour se communiquer leurs idées et rédiger la sentence.

11– Messieurs, leur dit Valentin, ne puis-je donc assister au débat ?

12– À ce mot, Brisset et Maugredie se récrièrent vivement, et, malgré les instances de leur malade, ils se refusèrent à délibérer en sa présence. Raphaël se soumit à l’usage, en pensant qu’il pouvait se glisser dans un couloir d’où il entendrait facilement les discussions médicales auxquelles les trois professeurs allaient se livrer.

13– Messieurs, dit Brisset en entrant, permettez-moi de vous donner promptement mon avis. Je ne veux ni vous l’imposer, ni le voir controversé : d’abord il est net, précis, et résulte d’une similitude complète entre un de mes malades et le sujet que nous avons été appelés à examiner ; puis, je suis attendu à mon hospice. L’importance du fait qui y réclame ma présence m’excusera de prendre le premier la parole. Le sujet qui nous occupe est également fatigué par des travaux intellectuels… Qu’a-t-il donc fait, Horace ? dit-il en s’adressant au jeune médecin.

14– Une théorie de la volonté.

  • 9 C’est-à-dire de l’ensemble des organes situés sous les côtes : le foie, l’estomac, la rate et le pa (...)

15– Ah ! diable, mais c’est un vaste sujet. Il est fatigué, dis-je, par des excès de pensée, par des écarts de régime, par l’emploi répété de stimulants trop énergiques. L’action violente du corps et du cerveau a donc vicié le jeu de tout l’organisme. Il est facile, messieurs, de reconnaître, dans les symptômes de la face et du corps, une irritation prodigieuse à l’estomac, la névrose du grand sympathique, la vive sensibilité de l’épigastre, et le resserrement des hypocondres9. Vous avez remarqué la grosseur et la saillie du foie. Enfin monsieur Bianchon a constamment observé les digestions de son malade, et nous a dit qu’elles étaient difficiles, laborieuses. À proprement parler, il n’existe plus d’estomac ; l’homme a disparu. L’intellect est atrophié parce que l’homme ne digère plus. L’altération progressive de l’épigastre, centre de la vie, a vicié tout le système. De là partent des irradiations constantes et flagrantes, le désordre a gagné le cerveau par le plexus nerveux, d’où l’irritation excessive de cet organe. Il y a monomanie. Le malade est sous le poids d’une idée fixe. Pour lui cette Peau de chagrin se rétrécit réellement, peut-être a-t-elle toujours été comme nous l’avons vue ; mais, qu’il se contracte ou non, ce chagrin est pour lui la mouche que certain grand vizir avait sur le nez. Mettez promptement des sangsues à l’épigastre, calmez l’irritation de cet organe où l’homme tout entier réside, tenez le malade au régime, la monomanie cessera. Je n’en dirai pas davantage au docteur Bianchon ; il doit saisir l’ensemble et les détails du traitement. Peut-être y a-t-il complication de maladie, peut-être les voies respiratoires sont-elles également irritées ; mais je crois le traitement de l’appareil intestinal beaucoup plus important, plus nécessaire, plus urgent que ne l’est celui des poumons. L’étude tenace de matières abstraites et quelques passions violentes ont produit de graves perturbations dans ce mécanisme vital ; cependant il est temps encore d’en redresser les ressorts, rien n’y est trop fortement adultéré. Vous pouvez donc facilement sauver votre ami, dit-il à Bianchon.

  • 10 Voir note 6 p. 210. Le Grand Archée se situait au niveau de l’épigastre : Caméristus et Brisset se (...)
  • 11 La pathologie était, pour Broussais, causée par l’irritation des tissus. L’apposition de sangsues é (...)

16– Notre savant collègue prend l’effet pour la cause, répondit Caméristus. Oui, les altérations si bien observées par lui existent chez le malade, mais l’estomac n’a pas graduellement établi des irradiations dans l’organisme et vers le cerveau, comme une fêlure étend autour d’elle des rayons dans une vitre. Il a fallu un coup pour trouer le vitrail ; ce coup, qui l’a porté ? le savons-nous ? avons-nous suffisamment observé le malade ? connaissons-nous tous les accidents de sa vie ? Messieurs, le principe vital, l’archée de Van Helmont10 est atteint en lui, la vitalité même est attaquée dans son essence, l’étincelle divine, l’intelligence transitoire qui sert comme de lien à la machine et qui produit la volonté, la science de la vie, a cessé de régulariser les phénomènes journaliers du mécanisme et les fonctions de chaque organe ; de là proviennent les désordres si bien appréciés par mon docte confrère. Le mouvement n’est pas venu de l’épigastre au cerveau, mais du cerveau vers l’épigastre. Non, dit-il en se frappant avec force la poitrine, non, je ne suis pas un estomac fait homme ! Non, tout n’est pas là. Je ne me sens pas le courage de dire que si j’ai un bon épigastre, le reste est de forme. Nous ne pouvons pas, reprit-il plus doucement, soumettre à une même cause physique et à un traitement uniforme les troubles graves qui surviennent chez les différents sujets plus ou moins sérieusement atteints. Aucun homme ne se ressemble. Nous avons tous des organes particuliers, diversement affectés, diversement nourris, propres à remplir des missions différentes, et à développer des thèmes nécessaires à l’accomplissement d’un ordre de choses qui nous est inconnu. La portion du grand tout, qui par une haute volonté vient opérer, entretenir en nous le phénomène de l’animation, se formule d’une manière distincte dans chaque homme, et fait de lui un être en apparence fini, mais qui par un point coexiste à une cause infinie. Aussi, devons-nous étudier chaque sujet séparément, le pénétrer, reconnaître en quoi consiste sa vie, quelle en est la puissance. Depuis la mollesse d’une éponge mouillée jusqu’à la dureté d’une pierre ponce, il y a des nuances infinies. Voilà l’homme. Entre les organisations spongieuses des lymphatiques et la vigueur métallique des muscles de quelques hommes destinés à une longue vie, que d’erreurs ne commettra pas le système unique, implacable, de la guérison par l’abattement, par la prostration des forces humaines que vous supposez toujours irritées11 ! Ici donc, je voudrais un traitement tout moral, un examen approfondi de l’être intime. Allons chercher la cause du mal dans les entrailles de l’âme et non dans les entrailles du corps ! Un médecin est un être inspiré, doué d’un génie particulier, à qui Dieu concède le pouvoir de lire dans la vitalité, comme il donne aux prophètes des yeux pour contempler l’avenir, au poète la faculté d’évoquer la nature, au musicien celle d’arranger les sons dans un ordre harmonieux dont le type est en haut, peut-être !…

17– Toujours sa médecine absolutiste, monarchique et religieuse, dit Brisset en murmurant.

18– Messieurs, reprit promptement Maugredie en couvrant avec promptitude l’exclamation de Brisset, ne perdons pas de vue le malade…

  • 12 Sur le chirugien Dupuytren (1777-1835) voir le texte 36. Alexandre de Hohenlohe (1794-1850) était e (...)
  • 13 Exclamations des Parisiens arrosés par la jument de Gargantua (Gargantua, chapitre XVII).
  • 14 Le professeur de mécanique que Raphaël est allé voir pour essayer d’élargir la Peau de chagrin.

19« Voilà donc où en est la science ! s’écria tristement Raphaël. Ma guérison flotte entre un rosaire et un chapelet de sangsues, entre le bistouri de Dupuytren et la prière du prince de Hohenlohe12 ! Sur la ligne qui sépare le fait de la parole, la matière de l’esprit, Maugredie est là, doutant. Le oui et non humain me poursuit partout ! Toujours le Carimary, Carymara de Rabelais13 : je suis spirituellement malade, carymary ! ou matériellement malade, carymara ! Dois-je vivre ? ils l’ignorent. Au moins Planchette14 était-il plus franc, en me disant : ‟Je ne sais pas” ».

Notes

1 Lors de cette « scène de désolation », l’amour réciproque que Pauline et Raphaël se portent a révélé son caractère funeste, puisque désirer, pour Raphaël, c’est mourir.

2 Cette situation évoque le début de l’acte II de L’Amour médecin de Molière où quatre « docteurs » émettent chacun un avis différent. Une fois le diagnostic rapporté par Horace Bianchon, Raphaël reprend d’ailleurs ironiquement le mot de Sganarelle (acte II, scène 6) : « Et voilà pourquoi votre fille est muette, dit Raphaël en souriant ». La réplique exacte est : « Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette ».

3 On reconnaît par cette formule le médecin François Broussais (1772-1838), professeur à la Faculté de médecine. La physionomie du personnage de Balzac évoque d’ailleurs celle de Broussais, si l’on en croit Joseph-Michel de Guardia (1830-1897), qui le décrit, dans son Histoire de la médecine (1884), avec un front large, haut et carré.

4 Pierre-Jean-Georges Cabanis (1757-1808) est l’auteur des Rapports du physique et du moral de l’homme (1802) : pour ce célèbre médecin, le moral n’est que le physique considéré sous certains points de vue particuliers. L’anatomiste Xavier Bichat (1771-1802) est célèbre pour ses Recherches physiologiques sur la vie et la mort (1800), mais également pour son destin tragique (il meurt à trente ans).

5 Le chirurgien Joseph Récamier (1774-1852), professeur à la Faculté de médecine de Paris et au Collège de France, était connu pour sa piété et ses convictions spiritualistes. Le vitalisme postule l’existence d’un fluide vital, et s’oppose à la vision purement mécaniste de la vie. Les partisans des thèses vitalistes (comme Bichat) n’étaient pas pour autant tous spiritualistes.

6 Pierre-Simon Ballanche (1776-1847) écrivain et philosophe proche des milieux ultras. Le médecin belge Jean-Baptiste Van Helmont (1577-1644) s’inscrit dans la lignée des « alchimistes » : il invente la notion d’Archée, ou principe vital, pour élaborer une conception physiologique de l’âme.

7 Ce patronyme évoque ironiquement le juron médiéval « Maugredieu », et renvoie aux positions sceptiques du physiologiste François Magendie (1786-1855), médecin à l’Hôtel-Dieu, hostile à la phrénologie.

8 Du philosophe grec Pyrrhon (360-275 av. J.-C.), fondateur de l’école sceptique.

9 C’est-à-dire de l’ensemble des organes situés sous les côtes : le foie, l’estomac, la rate et le pancréas.

10 Voir note 6 p. 210. Le Grand Archée se situait au niveau de l’épigastre : Caméristus et Brisset se retrouvent au moins sur la localisation du « centre de la vie ».

11 La pathologie était, pour Broussais, causée par l’irritation des tissus. L’apposition de sangsues était alors un moyen thérapeutique fréquemment utilisé. Ces théories matérialistes sur l’irritation sont caricaturées par Balzac dans la Physiologie du mariage.

12 Sur le chirugien Dupuytren (1777-1835) voir le texte 36. Alexandre de Hohenlohe (1794-1850) était entré dans les ordres en 1815 et à la Compagnie de Jésus en 1816. Il avait la réputation de faire des miracles.

13 Exclamations des Parisiens arrosés par la jument de Gargantua (Gargantua, chapitre XVII).

14 Le professeur de mécanique que Raphaël est allé voir pour essayer d’élargir la Peau de chagrin.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex (La Comédie humaine Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1979, t. X, p. 256-262).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search