Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

Portraits-mystère

Texte intégral

1La récurrence des portraits à clé dans la littérature témoigne de l’importance acquise par la figure du savant dans la société du XIXe siècle. Le jeu des devinettes, qui multiplie les indices, mais aussi les fausses pistes, ne peut en effet fonctionner que si la connivence du lecteur est assurée, et si ses capacités de décryptage sont avérées. Parce qu’elle met en scène une société à la fois fictive et mimétique, La Comédie humaine regorge de portraits de ce type, à la fois emblématiques de l’attrait d’une époque pour les savants, et de celui de Balzac pour la science. La superposition des modèles dont ils témoignent trahit par ailleurs la volonté de syncrétisme balzacien, qui peut également avoir une visée satirique – comme chez Léon Daudet, où l’amalgame (les docteurs Charcot et Luys) permet de signifier un mélange des genres contraire à la véritable science.

2Le portrait-mystère peut néanmoins être écrit pour soi, et témoigner d’une connivence propre à l’écrivain et son modèle : c’est le cas de Théophile Gautier, lorsqu’il évoque le rôle du « docteur » (Moreau de Tours) dans les fantasias de l’hôtel Pimodan et, dans une moindre mesure, de Balzac qui, par le biais de la fiction, rend hommage à la personnalité de Geoffroy Saint-Hilaire tout autant qu’à son œuvre scientifique.

3 La possibilité de reconnaissance du modèle est bien entendu fonction de sa notoriété. L’épilogue du roman de Lermina en constitue un bon exemple, puisque la simple mention d’un lieu (la Salpêtrière) et d’une maladie (l’hystérie) suffit à l’identification. Qu’il s’agisse de Charcot ou du bien naïf zoologue raillé par Alexandre Dumas, le portrait-mystère recèle cependant la même dimension emblématique : une même recherche d’abstraction anime les portraits de Balzac ou celui du chimiste de Zola ; le clone romanesque incarne en premier lieu la théorie attachée à son modèle, voire l’idée que l’on s’en fait.

4Finalement, le portrait-mystère vise sans doute davantage la reconnaissance d’une figure de savant que l’identification d’une personnalité scientifique.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search