Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

34. Guy de Maupassant, « Le Docteur Héraclius Gloss », La Revue de Paris, 15 novembre et 1er décembre 19211

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition de Louis Forestier et Armand Lanoux (Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », (...)

1Publiée de manière posthume, cette nouvelle fut sans doute écrite par Maupassant en 1875. De la même veine qu’Une fantaisie du docteur Ox de Jules Verne (1872), elle raconte les mésaventures d’un savant bibliomane découvrant un « manuscrit métempsycosiste ». Après un chapitre intitulé « Ce qu’était, au moral, le docteur Héraclius Gloss » vient la description physique, inspirée par la physiognomonie.

II

Ce qu’était, au physique, le docteur Héraclius Gloss

2S’il est vrai, comme certains philosophes le prétendent, qu’il y ait une harmonie parfaite entre le moral et le physique d’un homme, et qu’on puisse lire sur les lignes du visage les principaux traits du caractère, le docteur Héraclius n’était pas fait pour donner un démenti à cette assertion. Il était petit, vif et nerveux. Il y avait en lui du rat, de la fouine et du basset, c’est-à-dire qu’il était de la famille des chercheurs, des rongeurs, des chasseurs et des infatigables. À le voir, on ne concevait pas que toutes les doctrines qu’il avait étudiées pussent entrer dans cette petite tête, mais on s’imaginait bien plutôt qu’il devait, lui-même, pénétrer dans la science, et y vivre en la grignotant comme un rat dans un gros livre. Ce qu’il avait surtout de singulier, c’était l’extraordinaire minceur de sa personne ; son ami le doyen prétendait, peut-être non sans raison, qu’il avait dû être oublié, pendant plusieurs siècles, entre les feuillets d’un in-folio, à côté d’une rose et d’une violette, car il était toujours très coquet et très parfumé. Sa figure surtout était tellement en lame de rasoir que les branches de ses lunettes d’or, dépassant démesurément ses tempes, faisaient assez l’effet d’une grande vergue sur le mât d’un navire. « S’il n’eût été le savant docteur Héraclius, disait parfois M. le recteur de la faculté de Balançon, il aurait fait certainement un excellent couteau à papier ».

3Il portait perruque, s’habillait avec soin, n’était jamais malade, aimait les bêtes, ne détestait pas les hommes et idolâtrait les brochettes de cailles.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition de Louis Forestier et Armand Lanoux (Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1974, t. 1, p. 10).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search