Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

33. Émile Laurent, La Poésie décadente devant la science psychiatrique, Paris, Maloine éd., 1897, p. 119-122

Texte intégral

1Ancien interne de l’infirmerie centrale des prisons de Paris, le médecin Émile Laurent (1861-1904) pourfend, à l’image de Max Nordau (voir les textes 22, 54, 69), la décadence de la littérature de son époque, en mélangeant, avec une certaine verve, l’appréciation esthétique et le diagnostic (voir le texte 78). Le dernier chapitre (« Physiognomonie décadente ») livre une véritable galerie de portraits où le tableau clinique vire au caractère satirique.

  • 1 L’hôpital Sainte-Anne est le premier – et le plus célèbre – « asile clinique ».

2Voici maintenant un numéro d’un journal qui contient toute une série de portraits des poetae minores des diverses écoles décadentes. Si on supprimait les noms, si on se bornait à examiner le costume et les attitudes, cet album différerait bien peu de celui de Sainte-Anne1. C’est la même recherche des poses, le même souci des attitudes. Notez encore l’usage fréquent du monocle, la disposition invraisemblable de la chevelure et quelquefois de la barbe, le soin excessif ou le négligé non moins excessif et prémédité de la coiffure. On sent que tous ces individus ont voulu se faire une tête, espérant, à défaut de talent, se signaler ainsi à l’attention de leurs contemporains. Voyez celui-ci dans une pose théâtrale, le chef ombragé d’une longue chevelure d’astre, sanglé dans une longue redingote à sous pieds, avec une cravate aussi spacieuse qu’un canapé, et un monocle carré vissé dans l’œil droit. Il porte à la main une trique qui pourrait servir de poteau télégraphique. Ajoutez à cela une tête aplatie, avec un nez retroussé et mal planté, des lèvres minces sur une bouche édentée. S’il sort dans la rue avec ce costume, il doit avoir un joli succès, car le pauvre jeune homme fait carnaval en toute saison.

  • 2 Poète (parnassien), romancier et dramaturge élu à l’Académie française en 1884.
  • 3 Jean Moréas est l’auteur du « Manifeste du symbolisme » publié dans Le Figaro du 18 septembre 1886.
  • 4 Malformations correspondant à un aplatissement du sommet de la boîte crânienne (plagiocéphalie), ou (...)
  • 5 Os jugal, ou zygomatique correspondant à la pommette.
  • 6 Dans « La prostitution dans l’Inde » (Archives d’Anthropologie criminelle, de Criminologie et de Ps (...)

3Comparez la belle tête romaine de François Coppée2, celle moins régulière et moins harmonieuse de Zola ou la bonne figure de Jean Moréas3 avec les faces glabres et pâles d’eunuques qui les environnent. Le contraste est frappant. En voici un qui n’a pas de front, un autre atteint de prognathisme prononcé, trois autres frappés d’une asymétrie faciale manifeste. En examinant cette page on dirait la galerie des gueules de travers. Voyez ces têtes plagiocéphales, oxycéphales, acrocéphales4, ces nez difformes ou tordus, ces faces glabres et asymétriques, ces oreilles larges, en anses, mal ourlées, ces zygomes5 énormes, ces mâchoires lourdes et prognathes. Considérez celui-ci avec son menton de galoche et sa lèvre mince, en lame de couteau, et cet autre avec sa face hébétée d’alcoolique et les yeux d’halluciné de celui-ci et la figure simiesque de ces deux autres. Voyez ce beau jeune homme si bien peigné et si bien coiffé et un autre à la longue chevelure qui font évoquer les baïtchas6 de l’Asie. Et combien d’autres encore qui semblent brouillés avec l’harmonie des formes !

  • 7 « La race irritable des poètes » (Horace).

4Ce ne sont là bien entendu que des aperçus superficiels. Car je tiens absolument à ne désigner et surtout à ne molester personne. Genus irritabile vatum7 ! Mais il me semble qu’il y aurait une curieuse étude à faire dans ce sens.

  • 8 Laurent reprend ici les proverbes cités par Cesare Lombroso dans L’Homme criminel, qu’il met en rel (...)

5La physiognomonie n’est peut-être pas une science vaine. A vultu vitium, disaient les latins ; le vieux proverbe toscan dit à son tour : il ciuffo e nel ceffo ; et nous disons communément que le visage est le miroir de l’âme8.

Notes

1 L’hôpital Sainte-Anne est le premier – et le plus célèbre – « asile clinique ».

2 Poète (parnassien), romancier et dramaturge élu à l’Académie française en 1884.

3 Jean Moréas est l’auteur du « Manifeste du symbolisme » publié dans Le Figaro du 18 septembre 1886.

4 Malformations correspondant à un aplatissement du sommet de la boîte crânienne (plagiocéphalie), ou à son allongement en forme de tour (oxycéphalie) ou de pointe (acrocéphalie).

5 Os jugal, ou zygomatique correspondant à la pommette.

6 Dans « La prostitution dans l’Inde » (Archives d’Anthropologie criminelle, de Criminologie et de Psychologie normale et pathologique, n° 91, Éd. Masson et Cie, 1904), les « baïtchas » sont définis par Émile Laurent comme des danseurs se prostituant, l’équivalent masculin des « bayadères ».

7 « La race irritable des poètes » (Horace).

8 Laurent reprend ici les proverbes cités par Cesare Lombroso dans L’Homme criminel, qu’il met en relation avec de « vieux proverbes français » : « Au vis le vice » (A vultu vitium) ; « Visage farouche mœurs cruelles » (Il ciuffo è nel ceffo). Le ciuffo (la « mèche ») est un des signes distinctifs des brigands selon Lombroso, l’« insigne de leur féroce métier, […] dû probablement à leur splendide chevelure crépue et rebelle à toute coiffure » (L’Homme criminel, Paris, Alcan, 1887, p. 226).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search