Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

32. Cesare Lombroso, L’Homme de génie, Paris, Alcan, 1889, p. 92-95

Texte intégral

1Dans L’Homme de génie (Genio e follia, 1877), le professeur de médecine légale turinois Cesare Lombroso (1835-1909) reprend les thèses formulées par Jacques-Joseph Moreau de Tours (1804-1884). Cependant, quand l’aliéniste français établissait, dans La Psychologie morbide (1859), une analogie entre la folie et le génie (produits d’une même irritation nerveuse), le père de l’école italienne de criminologie laisse entendre une identité. Si la controverse est moindre que lors de la traduction, en 1887, de L’Homme criminel (L’Uomo deliquente, 1876), les arguments avancés par Lombroso feront l’objet de virulentes critiques de la part de savants comme d’hommes de lettres. En 1908 encore, Remy de Gourmont stigmatisait les thèses de Lombroso dans son compte rendu de l’ouvrage du psychiatre Paul Voivenel (1881- 1975), Littérature et folie. Preuve, malgré tout, de leur étonnante longévité due, sans doute, à une rhétorique de l’évidence fondée sur la physiognomonie, et à leur capacité à mobiliser un imaginaire excédant très largement la théorie savante.

  • 1 Brunetière, Revue des Deux Mondes, 1887, n° 706. – Voir Fig. p. 93 [nda]. Cette figure est reprodui (...)
  • 2 Revue Bleue, Juillet, 1887 [nda].
  • 3 Lombroso reprend ici un vers du poème « Le Voyage » (Les Fleurs du Mal, 1857).
  • 4 Exemple de la lecture littérale et biographique qu’affectionne Lombroso, pour qui l’œuvre littérair (...)
  • 5 Jeanne Duval, que Baudelaire a rencontrée à Paris (et non en Inde), alors qu’elle était la maîtress (...)
  • 6 Nouvelles allusions aux poèmes de Baudelaire (ici, Les Fleurs du Mal), comme « La Géante » ou le so (...)

2Baudelaire1 nous apparaît dans le portrait placé en tête de ses œuvres posthumes comme le type véritable du fou possédé de la manie des grandeurs : allure provocante, regard de défi, contentement extravagant de soi-même. II descendait d’une famille de fous et d’excentriques2. Aussi n’était t-il pas nécessaire d’être aliéniste pour constater la folie en lui. Dès son enfance, il était sujet à des hallucinations ; et, dès cette époque, il éprouvait, de son propre aveu, deux sentiments opposés : il était atteint d’hyperesthésie et à la fois d’une apathie qui allait jusqu’à lui inspirer le besoin de se secouer d’une oasis d’horreur dans un désert d’ennui3. Avant de tomber en démence il se laissait aller à des actes impulsifs, il lançait, par exemple, de sa maison, des pots contre les vitrines des magasins, uniquement afin de les entendre se briser4. Il changeait de logement tous les mois, demandait l’hospitalité à un ami, pour terminer un travail et perdait son temps en des lectures qui ne s’y rapportaient aucunement. Ayant perdu son père, il entra en lutte contre le nouvel époux de sa mère, et un jour essaya de l’étrangler en présence de ses amis. Envoyé dans l’Inde pour y exercer, dit-on, le commerce, il perdit tout, et ne rapporta de son voyage qu’une… négresse à qui il a dédié des vers lascifs5. Il voulait, à tout prix, être original ; il se livrait à des excès de boisson devant des personnages, se teignait les cheveux en vert, portait en hiver des habits d’été et réciproquement. Il éprouva, en amour, des passions morbides. Il aima des femmes laides, horribles, des négresses, des naines, des géantes ; à une femme très belle il témoigna le désir de la voir suspendue par les mains au plafond et de lui embrasser les pieds ; – et le baiser du pied nu apparaît dans une de ses plus fiévreuses poésies, l’équivalent de l’acte sexuel6.

  • 7 Maxime du Camp, Souvenirs littéraires, 1887 [nda].

3Il rêvait continuellement de travail, calculait les heures et les lignes à écrire nécessaires pour payer ses dettes : deux mois au plus. Mais tout finissait là, et le travail ne commençait jamais7.

  • 8 Les petits poèmes en prose, X [nda].

4 Orgueilleux, misanthrope et apathique, il disait de lui-même : « Horrible vie ! Mécontent de tous et mécontent de moi, je voudrais bien me racheter, m’enorgueillir un peu dans le silence de la nuit. Seigneur, mon Dieu ! accordez-moi la grâce de produire quelques beaux vers qui me prouvent à moi-même que je ne suis pas le dernier des hommes, que je ne suis pas inférieur à ceux que je méprise8 ».

  • 9 Critique littéraire (1808-1857) dans La Revue des Deux Mondes, Le Journal des Débats, L’Artiste, ré (...)
  • 10 Paul Féval (1816-1887), auteur, comme Eugène Sue (1804- 1857), de romans populaires.
  • 11 Louis Veuillot (1813-1883), journaliste catholique, fondateur avec son frère Eugène du quotidien L’ (...)
  • 12 Préface aux : Fleurs du mal [nda].

5Et il en avait bien besoin, car il appelait Gustave Planche9 un imbécile, Dumas un farceur, Sue un stupide, Féval un idiot10, G. Sand un Veuillot11 moins la finesse. Ce qu’il attaquait chez tous ces écrivains, c’était la renommée qu’il aurait voulu accaparer : et c’est pour cela qu’il se moquait de Voltaire et de Molière, car, de son propre aveu, « il a eu en partage un de ces caractères qui tirent joie de la haine et qui se glorifient dans le mépris12 ».

6Avec le progrès de la folie, il fut atteint d’inversion des paroles, il disait : fermez pour ouvrez, etc. Il s’échappait en mots peu galants pour le sexe féminin : « Les femmes sont des animaux qu’il faut enfermer, battre et bien nourrir ». Il finit par la paralysie générale progressive des aliénés, dont cette ambition excessive était, déjà, un prodrome.

Notes

1 Brunetière, Revue des Deux Mondes, 1887, n° 706. – Voir Fig. p. 93 [nda]. Cette figure est reproduite ci-dessous.

2 Revue Bleue, Juillet, 1887 [nda].

3 Lombroso reprend ici un vers du poème « Le Voyage » (Les Fleurs du Mal, 1857).

4 Exemple de la lecture littérale et biographique qu’affectionne Lombroso, pour qui l’œuvre littéraire est un document clinique : on reconnaît ici la « trame » du poème en prose « Le Mauvais vitrier » (Le Spleen de Paris, 1864).

5 Jeanne Duval, que Baudelaire a rencontrée à Paris (et non en Inde), alors qu’elle était la maîtresse du photographe Nadar.

6 Nouvelles allusions aux poèmes de Baudelaire (ici, Les Fleurs du Mal), comme « La Géante » ou le sonnet XXXI (« Une nuit que j’étais près d’une affreuse juive… »).

7 Maxime du Camp, Souvenirs littéraires, 1887 [nda].

8 Les petits poèmes en prose, X [nda].

9 Critique littéraire (1808-1857) dans La Revue des Deux Mondes, Le Journal des Débats, L’Artiste, réputé pour sa sévérité et son indépendance.

10 Paul Féval (1816-1887), auteur, comme Eugène Sue (1804- 1857), de romans populaires.

11 Louis Veuillot (1813-1883), journaliste catholique, fondateur avec son frère Eugène du quotidien L’Univers.

12 Préface aux : Fleurs du mal [nda].

Table des illustrations

Titre Baudelaire
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search