Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

30. Philippe-Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, Claire Lenoir, dans Tribulat Bonhomet, Paris, Tresse et Stock, 18871

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec la collab. de Jean-Mar (...)

1Publié une première fois dans l’éphémère Revue des Lettres et des Arts, dont Villiers est alors le rédacteur en chef, Claire Lenoir met en scène, pour la première fois, le docteur Tribulat Bonhomet, spécialiste des « infusoires ». Le récit, présenté comme le « mémorandum » de ce « membre honoraire de plusieurs académies, professeur agrégé de physiologie, touchant le mystérieux cas de discrète et scientifique personne dame veuve Claire Lenoir », est l’occasion, pour Villiers, de déployer toute sa verve satirique envers cette incarnation honnie de l’esprit positiviste borné.

  • 1 Expression issue de l’astrologie. Saturne est l’emblème de la mélancolie. Villiers avait pu consult (...)
  • 2 Littré référence les expressions « entendre la tablature » (être rusé, capable de mener une intrigu (...)
  • 3 En astrologie, Mercure symbolise l’invention, l’industrie, la ruse. Saturne renvoie à la mélancolie
  • 4 Allusions aux théories de Lavater. Voir note 5 p. 167.
  • 5 C’est-à-dire avec un zèle maladroit. Mais, derrière la signification du proverbe, il faut sans dout (...)

2Physiquement, je suis ce que, dans le vocabulaire scientifique, on appelle : « un Saturnien de la seconde époque1 ». J’ai la taille élevée, osseuse, voûtée, plutôt par fatigue que par excès de pensée. L’ovale tourmenté de mon visage proclame des tablatures2, des projets ; – sous d’épais sourcils, deux yeux gris, où brillent, dans leurs caves, Saturne et Mercure3, révèlent quelque pénétration. Mes tempes sont luisantes à leurs sommets : cela dénonce que leur peau morte ne boit plus les convictions d’autrui : leur provision est faite. – Elles se creusent, aux côtés de la tête, comme celles des mathématiciens. Tempes creuses, creusets ! Elles distillent les idées jusqu’à mon nez qui les juge et qui prononce. Mon nez est grand, – d’une dimension même considérable, – c’est un nez à la fois envahisseur et vaporisateur. Il se busque, soudain, vers le milieu, en forme de cou-de-pied, – ce qui, chez tout autre individu que moi, signalerait une tendance vers quelque noire monomanie. Voici pourquoi : le Nez, c’est l’expression des facultés du raisonnement chez l’homme ; c’est l’organe qui précède, qui éclaire, qui annonce, qui sent et qui indique. Le nez visible correspond au nez impalpable, que tout homme porte en soi en venant au monde4. Si donc, dans le cours d’un nez, quelque partie se développe, imprudemment, au préjudice des autres, elle correspond à quelque lacune de jugement, à quelque pensée nourrie au préjudice des autres. Les coins de ma bouche pincée et pâle ont les plissements d’un linceul. Elle est assez rapprochée du nez pour en prendre conseil avant de discourir à la légère et, suivant le dicton, comme une corneille qui abat des noix5.

  • 6 Nouvelle allusion aux théories physiognomonistes, qui postulent une équivalence symbolique entre l’ (...)

3Sans mon menton, qui me trahit, je serais un homme d’action ; mais un Saturne sénile, sceptique et lunatique, l’a rentré comme d’un coup de faux. La couleur et la qualité de mon poil sont dures comme celles de mes pairs en contemporanéité symbolique6. Mon oreille, finement ourlée et longue comme celle des Chinois, notifie mon esprit minutieux.

  • 7 Selon Desbarolles (op. cit.), la conjonction de la Lune et de Mercure est néfaste : elle associe vi (...)
  • 8 Allusions à la chiromancie : Vénus et Apollon, astres solaires associés aux arts et à la beauté, n’ (...)
  • 9 Les mines sont, chez Desbarolles, associées aux Saturniens, mais elles peuvent ici renvoyer à des a (...)

4Ma main est stérile ; la Lune et Mercure s’en disputent les bas-fonds7 ; mon grand médium noueux, spatulé, chargé de ratures à sa deuxième phalange, les laisse faire, en son nonchaloir. L’horizon de ma main est brumeux et triste ; des nuages, formés par Vénus et Apollon, en ont rarement brouillé le ciel ; la volonté de mon pouce repose sur un mont hasardeux. C’est là que Vénus indique ses velléités8. La paume, seule, est positive comme celle d’un manœuvre : les doigts peuvent se replier en dessus, comme ceux des femmes, avec une certaine coquetterie qui sent de plusieurs stades sa parfaite éducation. Je suis, d’ailleurs, le fils unique du petit docteur amour BONHOMET, si connu par ses mornes aventures dans les Mines9.

Notes

1 Expression issue de l’astrologie. Saturne est l’emblème de la mélancolie. Villiers avait pu consulter l’ouvrage d’Adolphe Desbarrolles, Les Mystères de la main révélés et expliqués (1859).

2 Littré référence les expressions « entendre la tablature » (être rusé, capable de mener une intrigue) et « donner de la tablature » (causer de la peine, du souci à quelqu’un). Le visage « proclamant des tablatures » de Bonhomet peut dès lors exprimer ruse et gravité, mais c’est sans doute l’obscurité de l’expression qui prévaut, dans ce portrait d’un pédant jargonnant.

3 En astrologie, Mercure symbolise l’invention, l’industrie, la ruse. Saturne renvoie à la mélancolie.

4 Allusions aux théories de Lavater. Voir note 5 p. 167.

5 C’est-à-dire avec un zèle maladroit. Mais, derrière la signification du proverbe, il faut sans doute voir une volonté de représenter le moral par le physique, conformément à la rhétorique générale du portrait.

6 Nouvelle allusion aux théories physiognomonistes, qui postulent une équivalence symbolique entre l’homme et l’animal. Ici, Bonhomet, avec son poil dur et sa longue oreille, présente toutes les caractéristiques de… l’âne.

7 Selon Desbarolles (op. cit.), la conjonction de la Lune et de Mercure est néfaste : elle associe vilenie, paresse et lourdeur.

8 Allusions à la chiromancie : Vénus et Apollon, astres solaires associés aux arts et à la beauté, n’ont que très peu d’incidence sur le destin de Bonhomet. Le mont de Vénus indique l’amour, la sensualité, la capacité physique : il est ici « hasardeux » et « velléitaire »…

9 Les mines sont, chez Desbarolles, associées aux Saturniens, mais elles peuvent ici renvoyer à des amours de bas-étage, si ce n’est des bas-fonds.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec la collab. de Jean-Marie Bellefroid (Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1986, t. II, p. 146-147).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search