Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

29. Isidore Bourdon, La physiognomonie et la phrénologie, ou connaissance de l’homme d’après les traits du visage et les reliefs du crâne, Paris, Charles Gosselin, 1842, p. 329 et 340

Texte intégral

1Membre de l’Académie de médecine et médecin en chef du département de la Seine, Isidore Bourdon (1795-1861) popularise ici les thèses de Lavater et de Gall, et conclut son ouvrage par une suite de « biographies physionomiques » censées illustrer la pertinence des théories qui les précèdent. Sont ainsi convoqués les portraits d’hommes illustres, qu’ils se soient illustrés dans la politique (Bonaparte, Mirabeau, Robespierre), dans les sciences (Cuvier, Gall lui-même), ou dans les arts, comme Madame de Staël ou Lamartine. Au lecteur de juger de la pertinence du rapport entre le médaillon et sa lecture physiognomonique…

2Énergie virile, grande puissance de volonté, génie digne d’admiration : les traits de madame de Staël portent l’empreinte de son esprit.

3 Les temps de révolution où vécut madame de Staël eurent de l’influence sur son caractère. À cette époque, où chacun changeait si subitement et de nom et d’état, de position et de fortune, madame de Staël changea pour ainsi dire de sexe. Elle ne se montra femme qu’en un point, et peut-être elle le fut trop. Elle se fit homme dans un temps où beaucoup de grands seigneurs se faisaient citoyens ; mais elle resta toujours homme de génie, amie fidèle, enthousiaste et dévouée.

4 Poète, et le premier de nos poètes, il devient de jour en jour un de nos premiers orateurs politiques : prouvant ainsi, tout en s’illustrant de nouveau, que la poésie n’est point incompatible avec la politique et les affaires, ni le talent de la parole avec l’inspiration du génie. Âme sincère, ardente et rêveuse, qui réunit en elle toutes les vertus du chrétien : car aimer, croire, espérer, tel est le résumé de sa vie, le secret de sa gloire et de nos admirations.

  • 1 Voir note 4 p. 174.

5Front de poète, figure remplie de bienveillance et de vérité. Spurzheim1 eût retrouvé sur ce crâne les indices de l’espérance, de l’idéalité, de la conscienciosité et de la vénération, tant la phrénologie montre de déférence pour la réalité.

Notes

1 Voir note 4 p. 174.

Table des illustrations

Titre Mme de Staël
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17513/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre A. Lamartine
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17513/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search