Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

28. Eugène Bareste, « Le phrénologiste », dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, L. Curmer éditeur, 18411

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition présentée et annotée par Pierre Bouttier (Paris, Omnibus-La Découverte, 2004 (...)

1Passé à la postérité comme traducteur d’Homère, l’écrivain et journaliste libéral Eugène Bareste (1814-1861) collabora à l’« Encyclopédie morale du XIXe siècle » éditée par Léon Curmer de 1840 à 1842. Cette imposante galerie de portraits souvent très drôles (Balzac y fait paraître sa « Monographie du rentier ») parodie la classification de l’Histoire naturelle, en proposant les « types » caractéristiques de la société française sous la Monarchie de Juillet. Bareste présente donc le phrénologiste comme une spécificité du XIXe siècle, moins parce que ce dernier renvoie à une forme de modernité scientifique, que parce qu’il est au centre d’un véritable phénomène de mode, et fait figure de nouveau Trissotin.

2Le type du phrénologiste ou du craniologiste, quoique assez commun aujourd’hui, ne remonte pas à une très haute antiquité. On peut même dire que le XIXe siècle, le nôtre, lui donna naissance : voici comment.

  • 1 Technique utilisée par Gall, que Jules Clocquet définit ainsi : « On peut, par divers procédés, sép (...)

3À la fin du siècle dernier, siècle de protestations et de luttes, une secte composée de quelques hommes jeunes, hardis, enthousiastes, se formait en Autriche et en Allemagne : c’était celle des élèves de Gall, des partisans du fameux cours professé à Vienne sur le déplissement des circonvolutions du cerveau1. – Plus tard, ces sectaires prirent le titre de phrénologistes.

4Voilà l’origine du type qui fait le sujet de cet article.

5[…]

  • 2 Le médecin François Broussais (1772-1838) est l’auteur d’un Cours de phrénologie (1836) ; Giovanni (...)

6Dans les dernières années de la Restauration, le nombre de ces sectaires augmenta considérablement. Après la révolution de 1830, ces nouveaux observateurs formèrent le projet de se réunir en corps et de fonder une académie. – Des hommes d’un grand savoir, tels que MM. Broussais, Fossati, Bouillaud, Ferrus, Dumoutier2 et autres, se mirent à leur tête et créèrent cette fameuse Société phrénologique, qui devint par la suite la société de tout le monde, excepté celle des phrénologistes proprement dits.

7Une fois la société constituée, tout individu qui avait 24 francs dans sa poche pouvait en faire partie. Ce seul titre de réception fit le plus grand tort à la doctrine de Gall, et l’on peut dire que les membres de la Société phrénologique, – la plupart gens du monde, – arrêtèrent les progrès de la phrénologie, mais en revanche augmentèrent le nombre, fort inutile du reste, des faux phrénologistes.

8À cette époque, ces messieurs étaient aussi fiers, aussi tranchants qu’un enfant nouvellement sorti du collège, ou un auteur après le succès de son premier ouvrage. Ils ne voyaient, n’adoraient qu’une chose : la phrénologie. Suivant eux, les savants modernes devaient être considérés comme des gens sans valeur, puisqu’ils plaçaient toujours, les malheureux ! le courage dans le cœur, tandis que les phrénologistes le trouvaient constamment sur la tête !...

9Mais comme la différence est assez grande entre celui qui sait et celui qui ne sait pas, les phrénologistes (membres de la société), qui connaissaient parfaitement la doctrine de Gall, se séparèrent de ceux (toujours membres de la société) qui ne l’avaient jamais étudiée et la compromettaient toujours. Ce schisme nécessaire servit à établir ces deux types contemporains : le phrénologiste savant et celui qui ne l’est pas.

  • 3 C’est ce que Bareste a fait précédemment, dans un passage non restitué ici.

10On voit que nous avions besoin, pour être complet, de faire connaître à nos lecteurs les différentes espèces de phrénologistes du passé3, avant d’arriver à la physiologie des deux types bien distincts du phrénologiste moderne : du savant et de l’ignorant.

11Nous allons commencer par parler du premier, c’est-à-dire du moins commun.

12Le phrénologiste savant est toujours docteur. Il est quelquefois membre de l’Institut, officier de la Légion d’Honneur ou président de la société phrénologique. – On en a vu cependant qui n’étaient ni académiciens, ni même associés à la susdite société.

  • 4 Johann Gaspar Spurzheim (1766-1832), physiologiste allemand proche collaborateur de Gall. Il émigre (...)

13Il peut avoir quarante-cinq ou cinquante ans ; il est d’une taille moyenne, et porte sur son front bombé, couvert de rares cheveux gris, les organes que Spurzheim4 a désignés sous les noms bizarres de comparaison, causalité, localité et idéalité.

14Le phrénologiste a un autre organe placé à la partie postérieure de la tête, qui le force à ne point rester célibataire. Aussi à l’âge de trente ans prend-il une femme jeune et belle, qui lui donne un grand nombre de fort jolis enfants.

15Le phrénologiste savant est médecin en chef d’un hôpital de Paris ou de la province, ou directeur d’une maison d’aliénés : – ce qui ne veut pas dire que tous les médecins d’hôpitaux et les chefs de maisons de santé soient des phrénologistes savants.

16Celui que nous examinons en ce moment est généralement observateur. Il croit au développement des masses encéphaliques, au déplissement des circonvolutions du cerveau, à l’innéité des facultés et au perfectionnement de l’espèce humaine par l’éducation.

17Il connaît à fond le grand ouvrage de Gall et de Spurzheim sur l’Anatomie et la physiologie du cerveau. Il a commenté les Observations du fondateur de la phrénologie, sur la possibilité de reconnaître les facultés morales et intellectuelles de l’homme et des animaux, et il se propose de donner une suite au Traité de l’éducation du premier disciple de Gall. Il a déjà publié d’excellents travaux sur les fonctions du système nerveux, sur l’aliénation mentale et sur les autres maladies du cerveau.

18Le phrénologiste savant va peu dans le monde ; et cependant il est invité partout. Mais comme il ne veut pas faire de sa science un instrument de plaisir, une nouvelle chiromancie à l’usage des oisifs ennuyés, il reste chez lui, ou visite les collèges, les hôpitaux, les prisons, tous les établissements publics, en un mot, où il peut recueillir des faits, et observer quelques-uns de ces phénomènes rares, exceptionnels, que la nature se plaît à répandre autour de nous, comme pour nous apprendre à être plus circonspects dans les jugements que nous portons sur elle.

19Le phrénologiste savant fait des cours de phrénologie toute l’année, soit à l’École de médecine, soit à l’Athénée Royal, au Musée phrénologique ou au palais de la rue de l’Abbaye. Il donne des consultations chez lui une ou deux fois par semaine, va tous les mois rendre compte de ses observations à la Société phrénologique, et prononce tous les ans un superbe discours à l’Hôtel-de-Ville. – Nous avons besoin d’ajouter que ces discours ne sont pas toujours superbes, ni prononcés par des phrénologistes savants.

20Autrefois il faisait partie du comité de rédaction de l’ancien Journal de la phrénologie, édité par Baillière ; mais depuis que ce savant recueil n’existe plus, il écrit des brochures sur l’appréciation phrénologique des têtes de nos contemporains illustres ; si illustres il y a !

21Quand le crâne d’un grand criminel roule sur l’écha – faud, c’est à lui qu’on l’apporte pour le décrire, pour le faire mouler, et surtout pour mettre à découvert la prétendue bosse du crime, qui n’y existe bien, suivant les uns, qu’autant qu’elle n’y existe pas. – Ce mot est d’un phrénologiste.

22[…]

23Le phrénologiste savant vit très vieux : la société phrénologique ignore pourquoi. Nous pensons, nous, que, phrénologiquement parlant, cela dépend du développement harmonieux de toutes les facultés de son cerveau. Cependant il meurt ; et un jour en vous réveillant, vous lisez dans votre journal à la suite des faits divers :

24« Encore une perte pour la science !... M. un tel, médecin en chef de tel hôpital et célèbre phrénologiste, est mort hier soir. Son convoi aura lieu demain à telle église. Ses nombreux amis sont priés de considérer cet avis comme une invitation. »

25Passons maintenant au type assez commun du phrénologiste non savant.

26Celui-ci, que nous appellerons tout simplement le phrénologiste, attendu qu’il se fait ainsi nommer dans le monde, est tout ce qu’on veut : médecin, pharmacien, négociant en vins ou en sucre, homme de lettres, instituteur de campagne, marchand de bougies, avocat ou artiste. Il est de plus électeur et juré, quelquefois éligible et député, rapporteur du conseil de discipline de la garde nationale, membre de la Société phrénologique et presque toujours actionnaire du nouveau journal La Phrénologie, lequel ne paraît jamais.

  • 5 Voir note 4 p. 166.

27[…] Ce type singulier, ou pour nous servir du langage des naturalistes, cette classe de phrénologiste se divise comme les autres classes de l’échelle zoologique en ordres, en familles et en genres. – Il y a le phrénologiste marchand, genre assez commun, qui spécule sur l’ignorance et la crédulité publiques comme d’autres sur les laines et l’huile de colza. Il a une boutique de mouleur, ou d’empailleur d’oiseaux ; il expose des têtes en plâtre, couvertes de lignes de toute couleur, qu’il vend très cher et qui ne sont bonnes à rien. – Il y a le phrénologiste artiste, genre appartenant assez généralement à la famille des méconnus et à l’ordre des incompris. Celui-ci peint ou sculpte des têtes monstrueuses et pleines de bosses5 avec le désir très louable d’être naturel et vrai. Au salon dernier on voyait un tableau excessivement mauvais, peint d’après ce système. Chaque personnage avait la tête plus ou moins bombée : mais malheureusement ces bosses, n’étant point à leur place, donnaient à cette œuvre, incomprise du public et digne d’un incompris, une physionomie étrange. – Il y a encore le phrénologiste avocat, qui, dans ses plaidoyers, fait remarquer au jury l’excellente conformation de la tête de son client… voleur de profession ; – et enfin le phrénologiste homme de lettres, l’un des genres les plus estimés de cette honorable classe. Ce dernier a l’avantage d’écrire une foule de Manuels et d’articles, sur la phrénologie qu’il ne connaît pas.

28[…]

29Le phrénologiste a un cabinet de travail dans lequel il se garde bien de travailler. Ce cabinet, fort propre du reste, et décoré avec luxe, est orné d’un bureau couvert de papier blanc, de brochures et de livres non coupés ; d’une magnifique bibliothèque renfermant des ouvrages de phrénologie et de physiognomonie superbement reliés, mais vierges dans toute l’acception du mot ; de consoles en bois doré sur lesquelles sont placés les plâtres topographiés de Gall et Spurzheim, les têtes moulées sur nature des assassins célèbres, des grands hommes politiques et des voleurs distingués ; enfin de tableaux synoptiques, de portraits, d’un divan, et d’un piano criard et toujours faux : car ces messieurs sont rarement musiciens.

30En général, le phrénologiste ne se mêle pas de politique. Il se rappelle bien avoir été autrefois d’un parti ou d’une doctrine quelconques ; mais depuis qu’il fait partie de la Société phrénologique, il a rompu avec ses anciens collègues, et maintenant il regarde la phrénologie comme sa charte et son Dieu.

  • 6 Le Journal des débats est conservateur ; Le National, créé en 1830, est l’organe des libéraux.
  • 7 Le criminel Pierre-François Lacenaire (1803-1836) défraya la chronique par sa personnalité inclassa (...)

31Il lit indifféremment le Journal des débats et Le National6 ; mais quand ces journaux osent dire que Lacenaire, Avril ou Soufflard7 n’ont pas la bosse du crime, il envoie aux gérants de ces feuilles – qu’il méprise intérieurement – une réclamation qu’on n’insère jamais.

  • 8 Alphonse Karr (1808-1890), romancier et journaliste affectionnant les formules sentencieuses, comme (...)

32 Le bonheur du phrénologiste, c’est de suivre toute sa vie des cours de phrénologie qu’il ne comprend pas ; d’assister régulièrement et d’applaudir de même aux séances de la Société phrénologique et de l’Hôtel de Ville ; de payer à l’avance et par trimestre ses vingt-quatre francs de cotisation ; d’élever en serres chaudes des insectes inoffensifs à l’usage de la phrénologie comparée ; et enfin de rechercher si d’après les bosses de la tête du lézard, ce reptile n’est pas, comme l’a dit Alphonse Karr8, l’ennemi au lieu d’être l’ami de l’homme.

33Après avoir ainsi vécu, il meurt en léguant à ses collègues sa biographie que personne ne veut lire, et au Musée phrénologique, sa tête qui ne reçoit jamais les honneurs du moulage.

34Heureux phrénologiste, que la terre te soit légère !

Notes

1 Technique utilisée par Gall, que Jules Clocquet définit ainsi : « On peut, par divers procédés, séparer l’une de l’autre les deux couches fibreuses qui forment les circonvolutions, et obtenir le déploiement ou le déplissement de toutes celles-ci : c’est ce que M. Gall appelle déplisser le cerveau. Après avoir fait durcir des tranches verticales des circonvolutions cérébrales, en les laissant macérer dans de l’acide nitrique étendu d’alcool rectifié, ou en les faisant bouillir pendant quinze minutes dans de l’huile, si on souffle dessus ou qu’on y dirige un petit jet d’eau avec une seringue, la séparation de leurs deux couches se fait très aisément sur la ligne médiane de chaque circonvolution. », Manuel d’anatomie descriptive du corps humain, Paris, Béchet Jeune, 1825, p. 310.

2 Le médecin François Broussais (1772-1838) est l’auteur d’un Cours de phrénologie (1836) ; Giovanni Antonio Lorenzo Fossati (1786-1874) d’un Manuel pratique de la phrénologie ou Physiologie d’un cerveau d’après les doctrines de Gall, de Spurzheim, de Combe et des autres phrénologistes (1845) ; l’aliéniste Guillaume Ferrus (1784-1861), nommé inspecteur des prisons, s’est intéressé à la physionomie des aliénés et des prisonniers ; Pierre Marie Dumoutier (1797-1871) a participé à la seconde expédition au pôle sud et en Océanie de l’explorateur Jules Dumont Durville (1837- 1840), durant laquelle il pratiqua des moulages de crânes sur la population indigène.

3 C’est ce que Bareste a fait précédemment, dans un passage non restitué ici.

4 Johann Gaspar Spurzheim (1766-1832), physiologiste allemand proche collaborateur de Gall. Il émigre en 1832 aux États-Unis, où il est à l’origine d’une véritable « mode » phrénologique où le pragmatisme le dispute au charlatanisme.

5 Voir note 4 p. 166.

6 Le Journal des débats est conservateur ; Le National, créé en 1830, est l’organe des libéraux.

7 Le criminel Pierre-François Lacenaire (1803-1836) défraya la chronique par sa personnalité inclassable de « poète-assassin ». Victor Avril était l’un de ses complices. Soufflard s’empoisonna lors de son incarcération, et échappa donc à la justice. Les crânes de ces trois assassins ont été abondamment scrutés et analysés par les médecins désireux d’établir un lien entre la criminalité et la forme du crâne.

8 Alphonse Karr (1808-1890), romancier et journaliste affectionnant les formules sentencieuses, comme dans Le Chemin le plus court (1836), où il est dit qu’ « [e]ntre tous les ennemis, le plus dangereux est celui dont on est l’ami ».

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition présentée et annotée par Pierre Bouttier (Paris, Omnibus-La Découverte, 2004, t. II, p. 181, 185-188, 190-191).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search