Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

27. Honoré de Balzac, La Recherche de l’Absolu, dans Études de mœurs au XIXe siècle, t. III, Paris, chez Mme Charles-Béchet, 18341

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex (La Comédie humaine, Pari (...)

1D’abord classé dans les Études de mœurs, puis dans les Études philosophiques, ce roman de Balzac met en scène le chimiste flamand Balthazar Claës, élève de Lavoisier (1734-1794). Sa passion pour la science conduit sa famille à la ruine, et permet à Balzac d’envisager la passion scientifique en termes de morale. Ce tragique « chercheur de l’absolu » aurait eu pour modèles successifs le mathématicien polonais Joseph Wronski (1776-1853), qui aurait « vendu » l’absolu à son disciple et mécène Pierre-Georges Arson, avant que celui-ci ne lui intente un procès retentissant dans les années 1817-1818, puis le chimiste Adrien Thilorier (1790-1844), qui était parvenu à liquéfier le gaz carbonique. Balzac avait pu connaître les deux personnages par le biais de l’astronome François Arago (1786-1843), qui avait demandé à Wronski de présenter à l’Académie des sciences ses travaux sur les machines à vapeur en 1834, et qui par ailleurs avait relayé l’expérience sur le diamant menée par Thilorier, expérience que transpose La Recherche de l’Absolu.

  • 1 Allusion obscure : Van Artevelde est le nom d’une célèbre famille de Gand, qui s’opposa au comte de (...)
  • 2 Ce déséquilibre entre le buste et le reste du corps est une caractéristique du penseur et du savant (...)
  • 3 Allusion, peut-être, à Hoffmann, dont Balzac venait de lire les œuvres.
  • 4 Franz Joseph Gall (1758-1828), médecin allemand, fondateur de la phrénologie, selon laquelle l’étud (...)
  • 5 Balzac applique ici le système général que Johann Kasper Lavater (1741-1801), formule dans L’Art de (...)
  • 6 Louis XI, dans Maître Cornélius (1831), a précisément ces caractéristiques.
  • 7 Ce « négligé du génie » est récurrent chez Balzac. On le retrouve par exemple dans « Entre savants  (...)
  • 8 Voir note 5 p. 167.
  • 9 Emanuel Swedenborg (1688-1772), savant suédois dont les théories mystiques ont fortement intéressé (...)

2 Il était impossible de ne pas être profondément impressionné par ce chef de la famille Claës. Jeune, il avait dû ressembler au sublime martyr qui menaça Charles-Quint de recommencer Artevelde1, mais en ce moment, il paraissait âgé de plus de soixante ans, quoiqu’il en eût environ cinquante, et sa vieillesse prématurée avait détruit cette noble ressemblance. Sa haute taille se voûtait légèrement, soit que ses travaux l’obligeassent à se courber, soit que l’épine dorsale se fût bombée sous le poids de sa tête. Il avait une large poitrine, un buste carré ; mais les parties inférieures de son corps étaient grêles, quoique nerveuses ; et ce désaccord dans une organisation évidemment parfaite autrefois intriguait l’esprit qui cherchait à expliquer par quelque singularité d’existence les raisons de cette forme fantastique2. Son abondante chevelure blonde, peu soignée, retombait sur ses épaules à la manière allemande3, mais dans un désordre qui s’harmonisait à la bizarrerie générale de sa personne. Son large front offrait d’ailleurs les protubérances dans lesquelles Gall a placé les mondes poétiques4. Ses yeux d’un bleu clair et riche avaient la vivacité brusque que l’on a remarquée chez les grands chercheurs de causes occultes. Son nez, sans doute parfait autrefois, s’était allongé, et les narines semblaient s’ouvrir graduellement de plus en plus, par une involontaire tension des muscles olfactifs. Ses pommettes velues saillaient beaucoup, ses joues déjà flétries en paraissaient d’autant plus creuses ; sa bouche pleine de grâce était resserrée entre le nez et un menton court, brusquement relevé. La forme de sa figure était cependant plus longue qu’ovale ; aussi le système scientifique qui attribue à chaque visage humain une ressemblance avec la face d’un animal eût-il trouvé une preuve de plus dans celui de Balthazar Claës, que l’on aurait pu comparer à une tête de cheval5. Sa peau se collait sur ses os, comme si quelque feu secret l’eût incessamment desséchée ; puis, par moments, quand il regardait dans l’espace comme pour y trouver la réalisation de ses espérances, on eût dit qu’il jetait par ses narines la flamme qui dévorait son âme. Les sentiments profonds qui animent les grands hommes respiraient dans ce pâle visage fortement sillonné de rides, sur ce front plissé comme celui d’un vieux roi plein de soucis6, mais surtout dans ces yeux étincelants dont le feu semblait également accru par la chasteté que donne la tyrannie des idées, et par le foyer intérieur d’une vaste intelligence. Les yeux profondément enfoncés dans leurs orbites paraissaient avoir été cernés uniquement par les veilles et par les terribles réactions d’un espoir toujours déçu, toujours renaissant. Le jaloux fanatisme qu’inspirent l’art ou la science se trahissait encore chez cet homme par une singulière et constante distraction dont témoignaient sa mise et son maintien, en accord avec la magnifique monstruosité de sa physionomie. Ses larges mains poilues étaient sales, ses longs ongles avaient à leurs extrémités des lignes noires très foncées. Ses souliers ou n’étaient pas nettoyés ou manquaient de cordons. De toute sa maison, le maître seul pouvait se donner l’étrange licence d’être si malpropre. Son pantalon de drap noir plein de taches, son gilet déboutonné, sa cravate mise de travers, et son habit verdâtre toujours décousu complétaient un fantasque ensemble de petites et de grandes choses qui, chez tout autre, eût décelé la misère qu’engendrent les vices ; mais qui, chez Balthazar Claës, était le négligé du génie7. Trop souvent le vice et le génie produisent des effets semblables, auxquels se trompe le vulgaire. Le Génie n’est-il pas un constant excès qui dévore le temps, l’argent, le corps, et qui mène à l’hôpital plus rapidement encore que les passions mauvaises ? Les hommes paraissent même avoir plus de respect pour les vices que pour le Génie, car ils refusent de lui faire crédit. Il semble que les bénéfices des travaux secrets du savant soient tellement éloignés que l’État social craigne de compter avec lui de son vivant, il préfère s’acquitter en ne lui pardonnant pas sa misère ou ses malheurs. Malgré son continuel oubli du présent, si Balthazar Claës quittait ses mystérieuses contemplations, si quelque intention douce et sociable ranimait ce visage penseur, si ses yeux fixes perdaient leur éclat rigide pour peindre un sentiment, s’il regardait autour de lui en revenant à la vie réelle et vulgaire, il était difficile de ne pas rendre involontairement hommage à la beauté séduisante de ce visage, à l’esprit gracieux qui s’y peignait. Aussi, chacun, en le voyant alors, regrettait-il que cet homme n’appartînt plus au monde, en disant : « Il a dû être bien beau dans sa jeunesse ! » Erreur vulgaire ! Jamais Balthazar Claës n’avait été plus poétique qu’il ne l’était en ce moment. Lavater8 aurait voulu certainement étudier cette tête pleine de patience, de loyauté flamande, de moralité candide, où tout était large et grand, où la passion semblait calme parce qu’elle était forte. Les mœurs de cet homme devaient être pures, sa parole était sacrée, son amitié semblait constante, son dévouement eût été complet ; mais le vouloir qui emploie ces qualités au profit de la patrie, du monde ou de la famille, s’était porté fatalement ailleurs. Ce citoyen, tenu de veiller au bonheur d’un ménage, de gérer une fortune, de diriger ses enfants vers un bel avenir, vivait en dehors de ses devoirs et de ses affections dans le commerce de quelque génie familier. À un prêtre, il eût paru plein de la parole de Dieu, un artiste l’eût salué comme un grand maître, un enthousiaste l’eût pris pour un Voyant de l’Église swedenborgienne9.

Notes

1 Allusion obscure : Van Artevelde est le nom d’une célèbre famille de Gand, qui s’opposa au comte de Flandre entre 1333 et 1348 ; natif de Gand, l’empereur Charles-Quint règne quant à lui sur la Flandre au XVIe siècle, au plus fort des Guerres de religion. Les premiers martyrs de la Réforme sont flamands.

2 Ce déséquilibre entre le buste et le reste du corps est une caractéristique du penseur et du savant chez Balzac : on le retrouve chez le « chimiste de la volonté » Louis Lambert (1832), et chez le polytechnicien Grégoire Gérard (Le Curé de village, 1839).

3 Allusion, peut-être, à Hoffmann, dont Balzac venait de lire les œuvres.

4 Franz Joseph Gall (1758-1828), médecin allemand, fondateur de la phrénologie, selon laquelle l’étude de la forme du crâne (ses « bosses ») permettait de déceler les qualités prééminentes du sujet ausculté.

5 Balzac applique ici le système général que Johann Kasper Lavater (1741-1801), formule dans L’Art de connaître les hommes par la physiognomonie (1775-1778) : le théologien suisse y associait les yeux clairs à la perspicacité, et pratiquait la comparaison de l’homme et de l’animal. Le cheval est alors convoqué pour sa démarche ou son maintien qui, par analogie, serait chez l’homme le signe de l’orgueil ou de l’arrogance.

6 Louis XI, dans Maître Cornélius (1831), a précisément ces caractéristiques.

7 Ce « négligé du génie » est récurrent chez Balzac. On le retrouve par exemple dans « Entre savants » (voir le texte 37) et dans La Peau de chagrin (1831), chez le naturaliste Lavrille, auquel Raphaël fait examiner sa peau de chagrin. Pour Lavrille, Balzac s’est sans doute partiellement inspiré de Pierre-André Latreille (1762-1833), élu à l’Académie des sciences en 1814, et successeur de Lamarck en 1829 comme professeur au Muséum.

8 Voir note 5 p. 167.

9 Emanuel Swedenborg (1688-1772), savant suédois dont les théories mystiques ont fortement intéressé Balzac, en particulier dans sa trilogie du Livre mystique (Les Proscrits, Louis Lambert, Séraphita).

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex (La Comédie humaine, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1979, t. X, p. 670-673).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search