Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

Physiognomonies

Texte intégral

1Quoique très ancienne (elle remonte à l’Antiquité), la lecture physiognomonique est abondamment pratiquée au XIXe siècle. Réintroduite par Johann Kasper Lavater, elle profite également de la vogue de la phrénologie, et plus largement du succès de la thèse sur les Rapports du physique et du moral (1802) du médecin-idéologue Pierre-Jean-Georges Cabanis. Le portrait physiognomonique exploite en effet l’analogie clinique entre le corps et l’esprit, quitte à inverser leur rapport d’influence (pour Cabanis, le moral est l’émanation du physique tandis que, pour le phrénologue, l’esprit donne sa forme au corps).

2Mais ce que révèle surtout cette section, c’est une pratique commune du portrait. On pourrait certes en conclure au triomphe de la technique scientifique dans l’art du déchiffrement, si la lecture de ces portraits « croisés » ne nuançait singulièrement les choses. Comme en témoigne le texte d’Eugène Bareste, qui pourrait faire figure de frontispice, le portrait physiognomonique nourrit tous les charlatanismes, et fait le lit des faux savoirs. Et l’on pourra mesurer, avec le texte d’Isidore Bourdon, que cette technique commune aux hommes de lettres et de science est finalement beaucoup plus convaincante dans son usage littéraire. Sa véritable fonction y apparaît en effet explicitement : la « vérité » psychologique que le portrait physiognomonique donne à voir demeure de l’ordre de l’interprétation, et l’homme de lettres se montre généralement plus éloquent.

3L’herméneutique du corps a souvent, là encore, une visée satirique, qu’il s’agisse d’un portrait littéraire (l’aliéniste ovin décrit par Paul Hervieu ; l’âne savant qu’est Bonhomet pour Villiers) ou scientifique (Lombroso sur Baudelaire et Émile Laurent sur les « poetae minores » de la fin du siècle). Le portrait physiognomonique donne alors à voir une forme de prédestination nourrissant le tragique romanesque (le Balthazar Claës de Balzac, mais aussi le « saturnien » Bonhomet), ou appuyant la sagacité du regard clinique. Le stéréotype pointe néanmoins derrière la description précise et circonstanciée des « signes » physiognomoniques. Lorsqu’il dresse le portrait du docteur Héraclius Gloss, Maupassant joue ainsi, comme Eugène Bareste, avec les codes de l’histoire naturelle, et la représentation stéréotypée vise tout autant le modèle que la technique employée. Signe d’une connivence dans l’art du portrait, la physiognomonie est donc également le moyen d’introduire la distance de l’ironie entre la littérature et la science qu’elle annexe.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search