Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

26. Anonyme, « Balzac chez Esquirol », La Chronique médicale, 1902, p. 762

Texte intégral

1Fondée en 1894 par le docteur Augustin Cabanès (1862- 1928), La Chronique médicale est une « revue bi-mensuelle de médecine scientifique, littéraire et anecdotique ». Le numéro 23 du 1er décembre 1902 est majoritairement consacré à Balzac, dont on célèbre alors « l’esprit scientifique » (Ferdinand Brunetière), ou encore la lucidité des « types pathologiques » (docteur Lucien Nass). Récréatif, le dialogue suivant figure à la fin de ladite étude, et traite avec humour et autodérision la lecture clinique habituellement pratiquée par les médecins lorsqu’ils s’emparent du génie littéraire.

  • 1 Jean-Étienne Esquirol (1772-1840), célèbre médecin aliéniste de la Salpêtrière qui popularisa la no (...)

2– Maître, disait un jour à Esquirol1 un de ses disciples, indiquez-moi un critérium sûr pour distinguer la limite qui sépare la raison de la folie.

3Le lendemain, le maître réunissait à la même table son disciple et deux personnages : l’un, correct jusqu’à la perfection dans sa tenue et son langage, l’autre exubérant, plein de lui-même et de son avenir.

4 En prenant congé, le disciple rappela au maître le critérium qu’il lui avait demandé la veille.

5– Prononcez vous-même, lui dit Esquirol ; vous venez de dîner avec un fou et un sage.

6– Oh ! le problème n’est pas difficile : le sage, c’est cet homme si distingué, si accompli ; quant à l’autre, quel étourdi ! quel casse-tête ! Il est vraiment à enfermer.

  • 2 Célèbre asile du Val-de-Marne, où Esquirol fut médecin-chef à partir de 1825.

7– Eh bien ! lui dit Esquirol, vous êtes dans l’erreur : celui que vous prenez pour un sage se croit Dieu le Père ; il met dans son attitude la réserve et la dignité qui conviennent à son rôle : c’est un pensionnaire de Charenton2. Quant au jeune homme que vous prenez pour un fou, vous pouvez saluer en lui l’une des gloires de la littérature française : c’est M. Honoré de Balzac.

Notes

1 Jean-Étienne Esquirol (1772-1840), célèbre médecin aliéniste de la Salpêtrière qui popularisa la notion de « monomanie », et fit voter la « loi asilaire » de 1838.

2 Célèbre asile du Val-de-Marne, où Esquirol fut médecin-chef à partir de 1825.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search