Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

25. Octave Mirbeau, Le Jardin des supplices, Paris, Charpentier et Fasquelle, 18991

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition présentée et annotée par Michel Delon (Paris, Gallimard, coll. « Folio Class (...)

1Roman étrange composé, pour l’essentiel, de fragments publiés précédemment, Le Jardin des supplices est le récit-confession d’une initiation politique et amoureuse marquée par la même corruption. Dans la première partie du roman, le narrateur, homme de l’ombre d’un ministre peu recommandable, est contraint de quitter la France en se faisant passer pour un embryologiste chargé de découvrir « la cellule primordiale », « l’initium protoplasmatique de la vie organisée ». Obligé de se mettre « dans la peau d’un savant », il décide d’aller à la rencontre d’un éminent confrère, qui se révèle être, lui aussi, un usurpateur.

  • 1 Clara est la « femme fatale » que le narrateur rencontre sur le bateau l’emmenant initialement à Ce (...)

2Parmi les lettres de recommandation que j’avais emportées de Paris, s’en trouvait une pour un certain sir Oscar Terwick, lequel, entre autres titres scientifiques, était, à Colombo, le président de l’Association of the tropical embryology and of the british entomology. À l’hôtel où je me renseignai, j’appris, en effet, que sir Oscar Terwick était un homme considérable, auteur de travaux renommés, un très grand savant, en un mot. Je résolus de l’aller voir. Une telle visite ne pouvait plus m’être dangereuse, et puis je n’étais pas fâché de connaître, de toucher un véritable embryologiste. Il demeurait loin, dans un faubourg appelé Kolpetty et qui est, pour ainsi dire, le Passy de Colombo. Là, au milieu de jardins touffus, ornés de l’inévitable cocotier, dans des villas spacieuses et bizarres, habitent les riches commerçants et les notables fonctionnaires de la ville. Clara1 désira m’accompagner. Elle m’attendit, en voiture, non loin de la maison du savant, sur une sorte de petite place ombragée par d’immenses tecks.

3Sir Oscar Terwick me reçut poliment – sans plus.

4C’était un homme très long, très mince, très sec, très rouge de visage, et dont la barbe blanche descendait jusqu’au nombril, coupée carrément, ainsi qu’une queue de poney. Il portait un large pantalon de soie jaune, et son torse velu s’enveloppait dans une sorte de châle de laine claire. Il lut avec gravité la lettre que je lui remis et, après m’avoir examiné du coin de l’œil avec un air méfiant – se méfiait-il de moi ou de lui ? – il me demanda :

– Vô… etè… embryologist ? …
Je m’inclinai en signe d’assentiment…
 – All right ! gloussa-t-il…

5Et faisant le geste de traîner un filet dans la mer, il reprit :

– Vô… etè… embryologist ?… Yès… Vô… comme ça… dans le mer… fish… fish… little fish ?
 – Little fish… parfaitement… little fish… appuyai-je, en répétant le geste imitatif du savant.
 – Dans le mer ?…
 – Yès !… Yès…
 – Très intéressant !… très joli… très curious !… Yès !

6Tout en jargonnant de la sorte – et continuant, tous les deux, de traîner « dans le mer » nos chimériques filets, – le considérable savant m’amena devant une console de bambou, sur laquelle étaient rangés trois bustes de plâtre, couronnés de lotus artificiels. Les désignant du doigt, successivement, il me les présenta, sur un ton de gravité si comique que je faillis éclater de rire.

  • 2 Charles Darwin (1809-1882), le père de la théorie de la sélection naturelle.
  • 3 Ernst Haeckel (1834-1919) relaie les théories de Darwin sur l’évolution des espèces.

– Master Darwin2 !… très grand nat’raliste… très, très… grand !… Yès !…
Je saluai profondément.
 — Master Haeckel3… très grand nat’raliste… Pas si que loui, non !… Mais très grand !… Master Haeckel ici… comme ça… loui… dans le mer… little fish

7Je saluai encore. Et d’une voix plus forte, il cria, en posant toute sa main, rouge comme un crabe sur le troisième buste :

  • 4 Benoît-Constant Coquelin (1841-1909) était comédien, et le musée Grévin a bien évidemment peu de po (...)

— Master Coqueline !… très grand nat’raliste… du miouséum… comment appelez ?… du miouséum Grévin4… Yès !… Grévine !… Très joli… très curious !…
 — Très int’réssant ! confirmai-je.
 — Yès !…

8Après quoi il me congédia.

Notes

1 Clara est la « femme fatale » que le narrateur rencontre sur le bateau l’emmenant initialement à Ceylan, et qui le conduira ensuite en Chine, découvrir le « jardin des supplices » du bagne de Canton.

2 Charles Darwin (1809-1882), le père de la théorie de la sélection naturelle.

3 Ernst Haeckel (1834-1919) relaie les théories de Darwin sur l’évolution des espèces.

4 Benoît-Constant Coquelin (1841-1909) était comédien, et le musée Grévin a bien évidemment peu de points communs avec le Muséum d’histoire naturelle.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition présentée et annotée par Michel Delon (Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », 1991, p. 139-140).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search