Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

24. Jean-Louis Dubut de Laforest, « Le docteur Dumas et le romancier Charcot », Pathologie sociale, Paris, Paul Dupont, 1897, p. 546-550

Texte intégral

  • 1 Sur Gall et Spurzheim, voir la section « Physiognomonies ».

1Auteur prolifique, Dubut de Laforest (1853-1902) voue un véritable culte à la science et à ses représentants. Sa Pathologie sociale, qui recueille des écrits antérieurs, est ainsi précédée d’une longue introduction qui présente ses « romans et études » (dont « Le docteur Dumas et le romancier Charcot ») comme un document de physiologie humaine participant aux efforts de la science. Les références sont multiples et éclectiques : le philosophe sensualiste Étienne Bonnot de Condillac (1715-1780), le médecin Franz Joseph Gall (1758-1828) et son disciple Johann Gaspar Spurzheim1 (1766- 1832), l’ingénieur Charles-Marie-Joseph Despine (1792-1856), les physiologistes Charles-Édouard Brown-Séquard (1817-1894), et Paul Bert (1833-1886), l’anatomiste et anthropologue Paul Broca (1824-1880), le chimiste et biologiste Louis Pasteur (1822-1895), le médecin Charles Richet (1850-1935) et, bien sûr, le médecin et neurologue Jean-Martin Charcot (1825-1893). L’éloge croisé et à contre-emploi du romancier et du médecin donne de fait la préférence au second, qui incarne, pour Dubut de Laforest, la vérité du « document humain », et par conséquent la voie d’un renouvellement poétique (sur Charcot, voir également les textes 10, 12, 40, 41, 56).

2 Un paradoxe de plus dans le monde ?

3Non, car si le titre est paradoxal, de l’idée va jaillir une vérité rigoureuse, absolue.

4M. Alexandre Dumas fils (médecin) et M. le professeur Charcot (romancier), l’un et l’autre de mes illustres amis, chacun dans sa sphère et tous deux, à l’honneur des sciences et des lettres, ont contribué au développement de notre école physiologique.

  • 2 Dans sa préface, Dubut de Laforest indique que ce roman (1884) « n’a pas d’histoire, en dehors de [ (...)
  • 3 Alexandre Dumas fils (1824-1895) avait adressé à Dubut une lettre très élogieuse sur ce roman (1884 (...)

5Avec Charcot, j’ai posé la thèse de Mademoiselle Tantale2 ; avec Dumas, j’ai discuté les observations du Faiseur d’Hommes3, et, entre ces deux forces conscientes, il m’a été agréable d’établir le rapport de la science et de la littérature.

*
**

6Or, les médications d’Alexandre Dumas ressortent de son esthétique même ; en ce qui touche M. Charcot, il suffira de le voir à la tâche pour reconnaître qu’il est bel et bien l’auteur d’une série de romans.

  • 4 La Princesse de Bagdad, pièce créée en 1881 au Théâtre-Français.
  • 5 Célèbre comédienne (1847-1901), immortalisée en 1873 par le peintre Charles Émile Carolus-Duran (18 (...)
  • 6 Au sens de cas pathologique, de sujet d’étude clinique.

7Lorsque le docteur Dumas fils présente à la scène une femme telle que la princesse de Bagdad4, pour ne nommer que celle-ci, nous avons affaire à un praticien remarquable. Cette superbe héroïne, coulée dans les chairs vives de Mlle Croizette5, devient un « sujet6 ». Voyez-la : elle est malade, très malade, mais de même qu’une agonisante rassemble ses dernières énergies pour lutter contre la camarde, ainsi la hautaine princesse fixe les suprêmes lueurs de son regard d’aigle vers l’amoureux fatal et millionnaire ; c’est l’effet du breuvage puisé dans les existences d’honneur des ancêtres disparus. Phénomène d’atavisme ! Elle est mourante !... La ruine – cette phtisie qui ne pardonne pas – s’abat sur elle, et la malade tressaille… Elle est femme, faite d’une chair et d’un sang à la fois royaux et sauvages… Succombera-t-elle ?... La défaite, mais, c’est la mort !...[…]

  • 7 Dans la pièce de Dumas, c’est la brutalité du courtisan (le nabab Nourvady) qui sauve sa proie : Li (...)

8Morte ?... Non pas !... La princesse ne s’est jamais mieux portée ; son pouls bat très régulièrement… Elle aura une nouvelle crise, une dernière, et c’est alors que le docteur Dumas fils qui, jusqu’ici, n’a fait usage que de flacons ordinaires, emploiera la recette infaillible du Codex moral de toutes les nations. Le médicament souverain ?... C’est l’enfant qui sauve sa mère7 !

*
**

9 Le romancier Charcot dresse le plan de son livre, d’un livre éminemment humain. Regardez !... Les salles de la Salpêtrière sont ouvertes, et les héroïnes, des mondaines, des demi-mondaines et des femmes un peu moins que mondaines, trahissent, avec des regards irrités, et des bouches tordues, leurs luttes dans la vie et leur importance dans le roman. Cette brune aux yeux bleus était une douce et honorable bourgeoise, mais secouée par les étreintes de l’hystérie, elle en est arrivée à abandonner son mari et sa fille, et puis, le remords l’ayant saisie, elle a tenté de se tuer ; celle-là, une névropathe du grand monde contait des horreurs aux enfants : il a fallu l’enfermer ; cette autre, une gamine au front étroit et aux cheveux crépus, a été vicieuse dès l’enfance… […]

10M. Charcot surveille et dirige cette armée de la douleur, pareil à Napoléon Ier commandant une bataille ; Il prend des notes, et son livre se fait heure par heure ; il se dramatise, suivant les événements du jour et de la nuit… Et quels événements !... Toutes les souffrances, toutes les luttes, toutes les angoisses, toutes les horreurs succèdent aux longues extases, aux visions enchanteresses, aux délires de fièvre et d’amour, aux ravissements divins. L’alcôve, le boudoir, les plages ensoleillées, la petite chambre aux rideaux blancs, les maris grotesques, les amants sublimes, les Eldorados féeriques, tout passe et repasse, se confond, fuit et revient dans ces imaginations troublées, et c’est la vie galopante à plusieurs kilomètres au-dessus du niveau de la raison ! Que va-t-il se passer ce soir ? Quelle aventure sinistre aurons-nous demain ?

11Dans ce roman vivant de la Salpêtrière, les internes et les médecins exercent l’emploi de « confidents de comédie » ; les malades jouent les grands rôles, et les comédiennes les plus distinguées sont celles qui, méprisant toute thérapeutique, meurent à la fin d’un tableau, dans un épouvantement de l’enfer ou dans une lueur du paradis. […]

*
**

12De même que le docteur Dumas a été un médecin incomparable, toutes les fois qu’il a décidé de sauver sa cliente, ainsi le romancier Charcot a raison de croire à la thérapeutique, d’affirmer que la mort est un dénouement banal et qu’il y a lieu de mettre de côté des héroïnes pour la fois prochaine.

13Toutes les malades ne peuvent être guéries, et il y a des personnages qui doivent tomber en scène.

14Eh bien, désormais, grâce au romancier Charcot, les romanciers-médecins de l’avenir sauront observer leurs types. C’est une voie nouvelle qui s’ouvre. Nous ne nous contenterons plus d’exposer des faits et des situations, hélas ! presque toujours les mêmes ; nous étudierons le sang, les muscles, les nerfs et tous les dépendants du cerveau, et nous trouverons les causes véritables des héroïsmes et des défaillances de notre clientèle. […]

15Et procédant par termes de comparaison entre la cliente pleine de santé du docteur Dumas fils et les personnages malades de la Salpêtrière, nous tirerons la bonne aventure à nos héroïnes et nous donnerons l’explication de leurs désordres et de leurs sacrifices. Nous saurons pourquoi cette jeune mère de famille, si jolie et de modeste origine, est restée honnête au milieu d’un monde pervers, et pourquoi cette vierge de haute race a mal fini. L’une était armée pour la lutte, l’autre ne l’était pas : tout est là, toute la médecine, tout le roman, toute l’humanité.

Notes

1 Sur Gall et Spurzheim, voir la section « Physiognomonies ».

2 Dans sa préface, Dubut de Laforest indique que ce roman (1884) « n’a pas d’histoire, en dehors de [sa] gratitude à l’illustre professeur Charcot » (p. VII). Le tableau que dresse l’auteur de son personnage en fait néanmoins une érotomane hystérique.

3 Alexandre Dumas fils (1824-1895) avait adressé à Dubut une lettre très élogieuse sur ce roman (1884), dédié à Claude Bernard, et portant sur la fécondation artificielle.

4 La Princesse de Bagdad, pièce créée en 1881 au Théâtre-Français.

5 Célèbre comédienne (1847-1901), immortalisée en 1873 par le peintre Charles Émile Carolus-Duran (1873).

6 Au sens de cas pathologique, de sujet d’étude clinique.

7 Dans la pièce de Dumas, c’est la brutalité du courtisan (le nabab Nourvady) qui sauve sa proie : Lionnette de Hun, surnommée « la princesse de Bagdad », chasse définitivement celui à qui elle allait céder après qu’il a violemment bousculé son enfant. On peut également voir dans cet enfant salvateur une allusion aux théories (répandues) selon lesquelles le développement du sens maternel (via la maternité) pouvait mettre un terme aux maladies dites féminines – et en premier lieu l’hystérie.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search