Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

22. Max Nordau, Dégénérescence, Paris, Alcan, 1894, t. 2, p. 98

Texte intégral

  • 1 Sur Lombroso, voir le texte 32.

1Publié en 1892, Entartung, du médecin austro-hongrois Max Nordau (1849-1923) est rapidement traduit, et connaît un énorme retentissement. Dégénérescence reprend les thèses de l’aliéniste Bénédict-Auguste Morel (Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, 1857) et celles de Cesare Lombroso1 (à qui Nordau dédie son traité), pour en faire l’armature d’un violent réquisitoire contre les mœurs et la littérature de son époque. L’esprit « fin de siècle » venu de France (et en français dans le texte original) menace selon lui la civilisation dans son ensemble, parce qu’il s’incarne dans des « dégénérés de la littérature » (préface) criminellement portés aux nues. Dégénérescence peut donc se lire comme une succession de « caractères » pathologiques. Dans l’extrait suivant, Nordau se sert du « diabolisme de Baudelaire » pour mieux stigmatiser deux des émules du poète, Barbey d’Aurevilly et Villiers de l’Isle-Adam. Le médecin, athée convaincu, souligne ici les délires religieux des deux écrivains, « catholiques fanatiques » obsédés par le culte du diable et la sorcellerie.

  • 2 Déjà mentionnée plus haut par Nordau.

2Le diabolisme de Baudelaire a été cultivé particulièrement par Villiers de l’Isle-Adam et Barbey d’Aurevilly. Ces deux hommes ont en commun, outre l’air de famille général des dégénérés, une série de traits particuliers. Villiers et Barbey s’attribuaient, comme le font fréquemment les déséquilibrés, une extraction fabuleuse ; celui-là prétendait être un descendant du célèbre maréchal et grand-maître de Malte (qui en cette qualité n’était pas marié, bien entendu), comte de l’Isle-Adam, et il réclama un jour, par une lettre adressée à la reine d’Angleterre, en vertu de son droit d’héritage, la restitution de Malte. Barbey ajouta à son nom le surnom nobiliaire d’Aurevilly, et parla, sa vie durant, de sa noble race qui n’existait pas. Tous deux étalaient théâtralement un catholicisme fanatique, mais se délectaient en même temps à des blasphèmes étudiés contre Dieu. Tous deux se complaisaient à des étrangetés de costume et d’existence, et Barbey avait l’habitude des graphomanes, déjà connue de nous2, d’écrire ses lettres et ses travaux littéraires avec des encres de différentes couleurs. Villiers de l’Isle-Adam, et plus encore Barbey d’Aurevilly, créèrent une poésie du culte du diable qui rappelle les dépositions les plus folles des sorcières du moyen âge mises à la torture. Barbey est allé, sous ce rapport, probablement jusqu’à la limite de l’imaginable. Son livre Le Prêtre marié pourrait être écrit par un contemporain des brûleurs de sorcières ; mais il est encore dépassé par Les Diaboliques, recueil d’histoires démentes où hommes et femmes se vautrent dans la luxure la plus hideuse, en invoquant continuellement le diable, en le célébrant et le servant. Tout ce qui, dans ces délires, est invention, Barbey l’a volé, sans l’ombre de vergogne, aux livres du marquis de Sade ; ce qui seul lui appartient en propre, c’est la tournure catholico-théolologique qu’il donne à ses abjections. Si je ne parle qu’en expressions générales des livres mentionnés ici, sans entrer dans les détails, sans en résumer les récits ni en citer de passages caractéristiques, c’est que ma démonstration n’exige pas ce plongeon dans l’ordure et qu’il me suffit d’indiquer de loin du doigt la sentine qui témoigne de l’action de Baudelaire sur ses contemporains.

Notes

1 Sur Lombroso, voir le texte 32.

2 Déjà mentionnée plus haut par Nordau.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search