Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

11. « Discours de M. Jean-Baptiste Dumas directeur de l’Académie française, en réponse au discours prononcé par M. Taine pour sa réception à l’Académie française le 15 janvier 1880 »1

Texte intégral

  • 1 Discours et éloges académiques, Paris, Gauthier Villars, 1885, vol. 2, p. 117-119.

1Une tradition veut que, pour représenter la langue et l’esprit scientifique au sein de l’Académie française, les 40 immortels élisent parmi eux quelques scientifiques. D’Alembert, Cuvier, Claude Bernard, Pasteur, Henri Poincaré, par exemple, représentèrent les sciences dans le temple des lettres. Le chimiste Jean-Baptiste Dumas (1800-1884), depuis longtemps membre de l’Académie des sciences et entré sous la coupole en 1875, accéda même aux fonctions de directeur et prononça, à ce titre, la réponse au discours de réception de l’historien et critique littéraire Hippolyte Taine (1828-1893). Soulignant le paradoxe qui lui fait accueillir un écrivain étranger à son propre domaine de compétence, Dumas se plaît néanmoins à montrer que l’esprit de Taine déborde le cadre des lettres et emprunte à la méthode scientifique pour son étude des faits culturels. Influencé par la philosophie positiviste, Taine entendait faire de l’histoire une discipline scientifique au même titre que les sciences naturelles. De fait, son œuvre est contemporaine des débuts de la psychologie moderne et de la sociologie, mais aussi des travaux de Claude Bernard et des romans de Zola, avec qui elle partage l’ambition de rigueur scientifique dans l’approche des faits humains.

2Monsieur,

3Une étrange rencontre impose aujourd’hui à l’un des secrétaires perpétuels de l’Académie des sciences le devoir hospitalier de vous ouvrir les portes de l’Académie française. Combien parmi nos confrères eussent été plus dignes de cet honneur et mieux préparés à louer les rares mérites qui vous désignaient depuis longtemps à leur choix, vous, l’un des maîtres de notre littérature ! Les sujets familiers à leurs études : philosophie, histoire, langues anciennes ou modernes, critique, voyages, beaux-arts, n’ont-ils pas successivement occupé votre esprit encyclopédique ? Comme si vous aviez voulu laisser une trace de vos pas dans les diverses régions où se plaît l’intelligence humaine, étendant encore votre horizon, vous n’en avez même pas exclu celles qui appartiennent au pays de la science ; vous les avez parcourues avec curiosité, vous assimilant les symboles, considérés comme du domaine réservé des savants.

4Vous n’étiez pas dirigé, je le reconnais, vers ce culte des sciences, par une vocation particulière ; vous n’aviez qu’un seul but. Voyant l’étude de la nature s’élever vers des formules chaque jour plus générales, vous aviez pensé qu’elle possédait un instrument universel applicable à la recherche de toutes les vérités, et c’est ainsi que la méthode scientifique, marquant de son empreinte la plupart de vos conceptions, en a déterminé les lignes magistrales ; on dirait que vous aviez voulu d’avance motiver mon rôle dans cette séance, prouver que le hasard peut se montre intelligent, et justifier son choix.

5Vous n’avez jamais oublié cependant que, s’il appartient à la science qui procède de la raison de révéler les merveilles de la nature inanimée, il faut réserver à la poésie et à l’éloquence, qui émanent du cœur, le privilège de descendre dans les profondeurs de l’âme humaine, d’en faire partager les douces émotions, de peindre les passions qui la troublent ; d’en vouer les bassesses au mépris et les crimes à l’indignation.

6Ce qui éclate dans toutes vos productions, à côté de vos sympathies pour les talents élevés et de votre respect pour la dignité humaine, c’est un savoir immense, un travail que rien ne décourage ; une langue offrant tour à tour la chaleur de l’émotion, la clarté du bon sens, la libre allure de l’improvisation, la précision du géomètre et le trait du critique. Ces belles et grandes qualités littéraires et morales, réunion de la mémoire ornée de l’érudit, de la sagacité du philosophe et même de l’agrément du bel esprit, assurent un long avenir à vos œuvres. Né près de vastes forêts, vous avez conservé une indépendance de doctrine qui rappelle les procédés robustes d’un bûcheron des Ardennes, pénétrant, la hache à la main, à travers tous les fourrés, écrasant du pied ronces et broussailles, abattant ici le chêne trapu à la vaste ramure, ailleurs le sapin élancé à la flèche aiguë et cherchant à frayer de toutes parts des routes larges, droites et claires.

Notes de fin

1 Discours et éloges académiques, Paris, Gauthier Villars, 1885, vol. 2, p. 117-119.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search