Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

9. Philippe-Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, « Le secret de l’échafaud », Le Figaro, 23 octobre 18831

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition des Œuvres complètes établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec l (...)
  • 1 Voir sur ce point Anne Carol, Physiologie de la Veuve : une histoire médicale de la guillotine, Sey (...)

1Dans cette nouvelle, Villiers (1838-1889) relate l’exécution (pour empoisonnement) du docteur de La Pommerais le 25 juin 1864, et greffe à ce fait réel une rencontre fictive entre le condamné et Alfred-Louis-Armand-Marie Velpeau (1795-1867). Ce dernier, qui fut l’un des plus célèbres chirurgiens de son temps, a bien été convoqué comme témoin au procès de son confrère, mais Villiers lui fait jouer un rôle tout autre : l’exécution capitale devient l’occasion de vérifier, de manière expérimentale, l’éventuelle survie de la conscience après la décapitation. Villiers rouvre ainsi la polémique médicale ayant fait rage pendant la Révolution, à une époque où le très controversé docteur Jean-Baptiste Laborde (1830-1903) pratique la transfusion sanguine sur les têtes de décapités1.

2 Velpeau, cette année-là, entrait dans la soixantaine. À l’apogée de son renom, héritier du fauteuil de Larrey à l’Institut, premier professeur de clinique chirurgicale de Paris, et, par ses ouvrages, tous d’une rigueur de déduction si nette et si vive, l’une des lumières de la science pathologique actuelle, l’émérite praticien s’imposait déjà comme l’une des sommités du siècle.

3Après un froid moment de silence :

4« Monsieur, dit-il, entre médecins, on doit s’épargner d’inutiles condoléances. D’ailleurs, une affection de la prostate (dont, certes, je dois périr sous deux ans, deux ans et demi) me classe aussi, à quelques mois d’échéance de plus, dans la catégorie des condamnés à mort. – Venons donc au fait, sans préambules.

5– Alors, selon vous, docteur, ma situation judiciaire est... désespérée ? interrompit La Pommerais.

6– On le craint, répondit simplement Velpeau.

7– Mon heure est-elle fixée ?

8– Je l’ignore ; mais, comme rien n’est arrêté, encore, à votre égard, vous pouvez, à coup sûr, compter sur quelques jours ».

9La Pommerais passa, sur son front livide, la manche de sa camisole de force.

10« Soit. Merci. Je serai prêt : je l’étais déjà ; – désormais, le plus tôt sera le mieux !

11– Votre recours n’étant pas rejeté, quant à présent du moins, reprit Velpeau, la proposition que je vais vous faire n’est que conditionnelle. Si le salut vous arrive, tant mieux !... Sinon... »

12Le grand chirurgien s’arrêta.

13« Sinon ?... » demanda La Pommerais.

14Velpeau, sans répondre, prit dans sa poche une petite trousse, l’ouvrit, en tira la lancette et, fendant la camisole au poignet gauche, appuya le médium sur le pouls du jeune condamné.

15« Monsieur de la Pommerais, dit-il, votre pouls me révèle un sang-froid, une fermeté rares. La démarche que j’accomplis auprès de vous (et qui doit être tenue secrète) a pour objet une sorte d’offre qui, même adressée à un médecin de votre énergie, à un esprit trempé aux convictions positives de notre Science et bien dégagé de toutes frayeurs fantastiques de la Mort, pourrait sembler d’une extravagance ou d’une dérision criminelles. Mais, nous savons, je pense, qui nous sommes ; vous la prendrez donc en attentive considération, quelque troublante qu’elle vous paraisse de prime abord.

16– Mon attention vous est acquise, monsieur, répondit La Pommerais.

17– Vous êtes loin d’ignorer, reprit Velpeau, que l’une des plus intéressantes questions de la physiologie moderne est de savoir si quelque lueur de mémoire, de réflexion, de sensibilité réelle persiste dans le cerveau de l’Homme après la section de la tête ? »

18À cette ouverture inattendue, le condamné tressaillit ; puis, se remettant :

19« Lorsque vous êtes entré, docteur, répondit-il, j’étais, tout justement, fort préoccupé de ce problème, doublement intéressant pour moi, d’ailleurs.

  • 2 Le médecin et anatomiste Samuel Thomas von Sömmering (1755- 1830), le médecin-chirurgien (et père d (...)

20– Vous êtes au courant des travaux écrits sur cette question, depuis ceux de Sœmmering, de Sue, de Sédillot et de Bichat2, jusqu’à ceux des modernes ?

21 – Et j’ai même assisté, jadis, à l’un de vos cours de dissection sur les restes d’un supplicié.

22– Ah ?... Passons, alors. – Avez-vous des notions exactes, au point de vue chirurgical, sur la guillotine ? »

23La Pommerais, ayant bien regardé Velpeau, répondit froidement :

24« Non, monsieur.

25– J’ai, scrupuleusement, étudié l’appareil aujourd’hui même, continua, sans s’émouvoir, le docteur Velpeau : – c’est, je l’atteste, un instrument parfait.

26Le couteau-glaive agissant, à la fois, comme coin, comme faux et comme masse, intersecte, en biseau, le cou du patient en un tiers de seconde. Le décapité, sous le heurt de cette atteinte fulgurante, ne peut donc pas plus ressentir de douleur qu’un soldat n’en éprouve, sur le champ de bataille, de son bras emporté dans le vent d’un boulet. La sensation, faute de temps, est nulle et obscure.

  • 3 Jean-Sébastien-Eugène Julia Fontenelle (1790-1842), chimiste et pharmacien, auteur de nombreux manu (...)
  • 4 Type de sabre à lame en acier damassé.

27– Il y a peut-être l’arrière-douleur ; il reste l’à-vif de deux plaies ! – N’est-ce pas Julia Fontenelle3 qui, en donnant ses motifs, demande si cette vitesse même n’est pas de conséquences plus douloureuses que l’exécution au damas4 ou à la hache ?

  • 5 Les Bérard, Pierre-Honoré (1797-1858) et son frère Auguste (1802-1846), étaient tous deux des chiru (...)

28 – Il a suffi de Bérard5 pour faire justice de cette rêverie ! répondit Velpeau.

29Pour moi, j’ai la ferme conviction, basée sur cent expériences et sur mes observations particulières, que l’ablation instantanée de la tête produit, au moment même, chez l’individu détronqué, l’évanouissement anesthésique le plus absolu.

30La seule syncope, sur-le-champ provoquée par la perte des quatre ou cinq litres de sang qui font éruption hors des vaisseaux – (et, souvent, avec une force de projection circulaire d’un mètre de diamètre) – suffirait à rassurer les plus timorés à cet égard. Quant aux tressauts inconscients de la machine charnelle, trop soudainement arrêtée en son processus, ils ne constituent pas plus un indice de souffrance que... le pantellement d’une jambe coupée, par exemple, dont les muscles et les nerfs se contractent, mais dont on ne souffre plus. Je dis que la fièvre nerveuse de l’incertitude, la solennité des apprêts fatals et le sursaut du matinal réveil sont le plus clair de la prétendue souffrance, ici. L’amputation ne pouvant être qu’imperceptible, la réelle douleur n’est qu’imaginaire. Quoi ! tel coup violent sur la tête non seulement n’est pas ressenti, mais ne laisse aucune conscience de son choc, – telle simple lésion des vertèbres entraîne l’insensibilité ataxique – et l’enlèvement même de la tête, la scission de l’épine dorsale, l’interruption des rapports organiques entre le cœur et le cerveau, ne suffiraient pas à paralyser, au plus intime de l’être humain, toute sensation, même vague, de douleur ? Impossible ! Inadmissible ! Et vous le savez comme moi.

31– Je l’espère, du moins, plus que vous, monsieur ! répondit La Pommerais.

Notes

1 Voir sur ce point Anne Carol, Physiologie de la Veuve : une histoire médicale de la guillotine, Seyssel, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2012.

2 Le médecin et anatomiste Samuel Thomas von Sömmering (1755- 1830), le médecin-chirurgien (et père du romancier) Jean-Joseph Sue (1760-1830) croyaient à la survie de la conscience après la décapitation. Jean Sédillot (1757-840), fondateur et secrétaire général de la Société de Médecine de la Seine, et le médecin physiologiste Xavier Bichat (1771-1802) ne voyaient dans les manifestations de la tête coupée qu’une activité réflexe, comme le Velpeau de Villiers.

3 Jean-Sébastien-Eugène Julia Fontenelle (1790-1842), chimiste et pharmacien, auteur de nombreux manuels de vulgarisation.

4 Type de sabre à lame en acier damassé.

5 Les Bérard, Pierre-Honoré (1797-1858) et son frère Auguste (1802-1846), étaient tous deux des chirurgiens réputés de la faculté de médecine.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition des Œuvres complètes établie par Alan Raitt et Pierre-Georges Castex, avec la collab. de Jean-Marie Bellefroid (Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1986, t. II, p. 19-22).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search