Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

8. Edmond et Jules de Goncourt, Journal des Goncourt : mémoires de la vie littéraire, Paris, Charpentier et Fasquelle, 1851-1896, 9 vol.1

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition établie et annotée par Robert Ricatte (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouqui (...)

1Le Journal tenu à quatre mains par les frères Goncourt (jusqu’à la mort de Jules en 1870) est une mine d’anecdotes sur la vie littéraire de la seconde moitié du XIXe siècle. Il témoigne également des réseaux de sociabilité établis entre hommes de lettres et hommes de science (les Goncourt fréquentent Louis Pasteur, le chimiste Marcellin Berthelot, le cardiologue Charles Potain…). Les soirées chez la Princesse Mathilde ou les « dîners Magny » (du nom du restaurant situé rue Contrescarpe-Dauphine, aujourd’hui rue Mazet) sont ainsi l’occasion de portraits où les « choses vues » prennent, sous la plume caustique des Goncourt, la forme de portraits faussement croqués au débotté. Ainsi du médecin Charles Robin (1821-1885), créateur d’un cours d’anatomie pathologique et d’un laboratoire d’anatomie comparée ; du célèbre physiologiste Claude Bernard (1813-1878), connu pour sa « méthode expérimentale », moins pour ses expériences sur la transfusion sanguine ; ou encore du père de Flaubert (1784-1846), chirurgien-chef à Rouen, adoré de son fils (voir le texte 48).

18 mai [1868]

2À Magny – Le causeur d’idées est en ce moment, à Magny, le docteur Robin, une parole pleine de découvertes qui ont l’air de paradoxes, allant des plus hautes aux plus petites questions de la médecine. Ce soir, après avoir parlé du cerveau, il a parlé du mollet, l’appelant un pur produit de la civilisation, et faisant remarquer qu’il manque au sauvage comme au facteur rural, par cela que la réparation – nourriture et sommeil – n’est pas égale chez eux à la déperdition des forces.

  • 1 C’est le projet du roman Madame Gervaisais (1869), qui analyse les effets « moraux » de la tubercul (...)

3Quel dommage, quelle perte qu’une pareille intelligence d’observateur et de physiologiste, n’écrive pas un livre, dont il nous donnait, ce soir, un si curieux morceau sur les effets moraux des maladies de poitrine – un livre dont pas un médecin n’a fixé une ligne et qui serait consacré à la clinique médico-littéraire1, de ces maladies de foie, de cœur, des poumons, si liées et si attenantes aux sentiments et aux idées du malade : toutes les révolutions de l’âme dans la souffrance du corps !

4[…]

Mercredi 28 janvier [1874]

  • 2 Ambroise Tardieu (1818-1879), médecin-légiste connu pour ses travaux sur les attentats aux mœurs ; (...)

5Le dîner de la princesse était, ce soir, bondé de médecins. Il y avait Tardieu, Demarquay2

  • 3 Émile Blanchard (1819-1900), naturaliste et titulaire, de 1862 à 1894, de la chaire d’histoire natu (...)

6Les médecins ne fument pas ; et quelqu’un, en leur absence, soutenait au fumoir qu’ils étaient les plus nuls des hommes ! Moi, là-dessus, comme je me récrie et que j’affirme que la classe la plus intelligente que j’avais rencontrée dans ma vie, était celle des internes, Blanchard3, moins bête qu’à l’ordinaire, me donne raison sur ce point ; mais il ajoute qu’aussitôt leurs études finies, le besoin de gagner de l’argent – l’argent que gagne un médecin, un chirurgien, étant la cote de sa valeur –, le besoin de gagner de l’argent les retire de tout travail, de toute étude, émousse leur observation par l’abêtissement de visites rapides et successives, par la fatigue même des étages montés. L’intelligence, s’il y a une intelligence chez l’homme, au lieu de progresser, diminue.

7Flaubert s’écrie : « Il n’y a pas de caste, que je méprise comme celle des médecins, moi qui suis d’une famille de médecins, de père en fils, y compris les cousins, car je suis le seul Flaubert qui ne soit pas médecin… mais quand je parle de mon mépris pour la caste, j’excepte mon papa. Je l’ai vu, lui, dire dans le dos de mon frère, en lui montrant le poing, quand il a été reçu docteur : ‟Si j’avais été à sa place, à son âge, avec l’argent qu’il a, quel homme j’aurais été ! ” Vous comprenez par cela son dédain pour la pratique rapace de la médecine ».

8Et Flaubert continue, nous peignant son père à soixante ans, les beaux dimanches de l’été, disant à sa femme qu’il allait se promener dans la campagne et s’échappant par une porte de derrière, pour courir à l’ensevelissoir et disséquer comme un carabin. Il nous le montre encore, payant deux cents francs de frais de poste, pour aller faire, dans quelque coin du département, une opération intéressant la science, une opération à une poissonnière, qui le payait avec une douzaine de harengs.

9[…]

Mercredi 2 décembre [1874]

  • 4 Louis Pasteur (1822-1895) avait alors 52 ans. Il avait été élu, l’année précédente, à l’Académie de (...)
  • 5 François Broussais (1772-1838), médecin des armées, célèbre pour ses théories sur l’inflammation (o (...)

10[…] « Du sang, on n’en trouve point – c’est Claude Bernard qui parle –, on ne saigne plus du tout. De mon temps, il y en avait des baquets dans les hôpitaux… J’en ai eu besoin dernièrement, pour mon cours, je n’ai pu m’en procurer… Et sans ce vieux médecin – vous savez Pasteur4 ? celui qui suit mon cours –, je n’en aurais pas eu ! Il s’est saigné… Lui, c’est un ancien élève de Broussais5 : il continue la tradition, il se saigne, à tout bout de champ. Ne disait-il pas : « Moi je me saigne, tous les jours, et j’en arrose mes fleurs ! ».

11Il est intéressant à entendre et agréable à regarder, ce Claude Bernard ! Il a une si belle tête d’homme bon, d’apôtre scientifique ! Puis il a un On a trouvé, un On si distingué, pour parler de ses propres découvertes...

Notes

1 C’est le projet du roman Madame Gervaisais (1869), qui analyse les effets « moraux » de la tuberculose (religiosité exaltée et, de manière générale, une euphorie également relevée par les médecins à certaines phases de la maladie). Le Journal, à la date du 5 février 1869, met d’ailleurs explicitement en relation cette discussion du dîner Magny avec le projet romanesque en cours : « Nous avons relu notre morceau de la phtisie, ce morceau qui ne serait pas, si nous ne l’avions pas écrit, fixé et animé, ce morceau sorti du dessert de Magny, échappé au cerveau nuageux et plein d’éclairs, de cette langue et de cette science qui s’exaltent en bredouillant chez Robin ».

2 Ambroise Tardieu (1818-1879), médecin-légiste connu pour ses travaux sur les attentats aux mœurs ; Jean-Nicolas Demarquay (1814-1875), chirurgien.

3 Émile Blanchard (1819-1900), naturaliste et titulaire, de 1862 à 1894, de la chaire d’histoire naturelle des Crustacés, des Arachnides et des Insectes ou des Animaux articulés.

4 Louis Pasteur (1822-1895) avait alors 52 ans. Il avait été élu, l’année précédente, à l’Académie de médecine. D’après le Journal, les Goncourt avaient rencontré Pasteur le 28 janvier 1863, à un dîner donné par la princesse Mathilde.

5 François Broussais (1772-1838), médecin des armées, célèbre pour ses théories sur l’inflammation (ou irritation) des tissus, et surtout pour son « principe » établissant l’identité du normal et du pathologique, aux variations quantitatives près.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition établie et annotée par Robert Ricatte (Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », t. II, p. 151, 566-567, 614-615).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search