Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

6. Alexandre Dumas, Mes Mémoires, Paris, Michel Lévy, 1863, sixième série, p. 76-78

Texte intégral

1Dans ses « Mémoires », Alexandre Dumas père évoque les nombreuses crises politiques dont il fut le témoin. En 1830, il s’apprêtait à prendre les armes contre les ordonnances de juillet. Charles X venait en effet de dissoudre la Chambre jugée trop hostile au pouvoir ; mais les élections avaient amené au pouvoir une opposition plus ardente encore. Le 25 juillet, Charles X fit promulguer quatre ordonnances : les trois dernières imposaient la dissolution de la Chambre qui ne s’était pas encore réunie, réservaient le droit de vote aux riches propriétaires fonciers et organisaient de nouvelles élections, et la première suspendait la liberté de la Presse qu’elle soumettait à autorisation préalable. Le peuple et les bourgeois parisiens se soulevèrent les 27, 28 et 29 juillet 1830, appelées « Les Trois Glorieuses » ; ils parvinrent à chasser Charles X mais la Révolution aboutit à la mise en place de la Monarchie de Juillet. Dans l’extrait retenu, Alexandre Dumas raconte le début de ces « Trois Glorieuses » : en compagnie de son ami Étienne Arago, directeur de théâtre et écrivain, il se rend à l’Académie française où François Arago (1786-1853), mathématicien et astronome célèbre, se devait de prononcer en séance plénière l’éloge d’un autre savant. Il s’agit de guetter les réactions des savants académiciens à la promulgation de ces ordonnances scélérates. François Arago, convaincu par ses pairs de prononcer son éloge, informe le discours prévu en une sévère critique politique des ordonnances. Le récit s’achève par un éloge appuyé du savant qui, sous la plume de l’écrivain, devient l’incarnation de la réunion de la science et de la conscience.

2Nous arrivâmes à l’Institut. Il y avait grande agitation parmi tous ces immortels, d’habitude si calmes dans leurs habits bleus brodés de vert.

3On n’était pas encore en séance. Le bruit courait qu’Arago ne parlerait pas. Quelques académiciens disaient qu’il parlerait, attendu qu’il était trop honnête homme pour compromettre l’Académie par son silence.

  • 1 Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, duc de Raguse, était un soldat et un officier qui servit (...)

- Parlera ? ne parlera-t-il pas ? demandai-je à Étienne.
 - Nous allons le savoir, me répondit-il ; le voici là-bas.
 - Eh ! dis-je, n’est-ce point avec le duc de Raguse1 qu’il cause ?
 - Oui ; le duc de Raguse est un de ses plus vieux amis.
 - Avançons donc… Je suis bien aise de savoir ce que le signataire de la capitulation de Paris dit des signataires des ordonnances.
 - Pardieu ! reprit Étienne, il dit qu’ils viennent de défaire, aujourd’hui 26 juillet 1830, ce qu’il avait fait, lui, le 30 mars 1814.

4Nous continuâmes notre route ; mais ce n’était pas chose facile que de se frayer un chemin au milieu de tant d’illustrations, à qui l’on devait au moins une excuse par bourrade.

5 Aussi le duc était-il déjà loin de François Arago quand nous arrivâmes près de celui-ci.

- Tu quittes Marmont, demanda Étienne ; que dit-il ?
 - Il est furieux ! Il dit que ce sont des gens qui se perdent et il ne craint qu’une chose, c’est d’être obligé de tirer l’épée pour eux.
 - Bon ! fis-je, il ne lui manquerait plus que cela pour se populariser !
 - Et toi, que dis-tu ? demanda Étienne à son frère.
 - Moi, je dis que je ne parlerai pas.

  • 2 Georges Cuvier (1769-1832) était un naturaliste célèbre (inventeur de l’anatomie comparée) et un ho (...)

6Cuvier2 passait ; il s’arrêta à ces mots, qu’il avait saisis à la volée.

- Comment ! vous ne parlerez pas ? s’écria-t-il.
 - Non, répondit Arago.
 - Et tu auras bien raison ! dit Étienne.
 - Voyons, mon cher, venez donc par ici, et causons raisonnablement, dit Cuvier.

7Et il entraîna François Arago loin de nous.

  • 3 Abel-François Villemain (1790-1870) était un écrivain, professeur et historien français ; il avait (...)

8De l’endroit où nous étions, nous pouvions juger, par la vivacité des gestes, de l’animation de paroles. M. Villemain3 venait de joindre les deux interlocuteurs, et paraissait avoir pris Cuvier à partie. Plusieurs autres académiciens que je ne connaissais pas de visage, et peut-être pas même de nom, entouraient Arago, et semblaient, au contraire de M. Villemain, insister, comme Cuvier, pour qu’il parlât.

9Au bout d’un quart d’heure, il était décidé qu’Arago parlerait. Du reste, la décision avait, si l’on peut dire cela, été prise à la majorité des voix, et il avait été impossible à l’illustre astronome de résister à ce désir de la plupart de ses confrères, qui déclaraient tout haut qu’ils regarderaient son silence comme factieux.

10Il repassa près de nous pour aller prendre sa place.

  • 4 Inventeur de l’optique moderne, Augustin Fresnel (1788-1827) était un physicien français.

- Eh bien, tu parles donc ? lui demanda Étienne.
 - Oui, mais sois calme, répondit-il ; je t’assure qu’à la fin de mon discours, ils penseront qu’il vaudrait autant que je n’eusse point parlé.
 - Que diable va-t-il pouvoir dire à propos de Fresnel4 ? demandai-je à Étienne.
 - C’était l’éloge de Fresnel qui était l’objet du discours.
 - Oh ! dit Étienne, sous ce rapport, je suis tranquille !
Fût-il question du Grand Turc, il trouvera bien moyen de leur glisser ce qu’il a sur le cœur.

11Et, en effet, à propos de l’habile ingénieur des ponts et chaussées, du savant physicien, du sévère examinateur de l’École Polytechnique, de l’illustre inventeur, enfin, des phares lenticulaires, Arago trouva moyen de jeter aux passions politiques d’ardentes allusions que l’assemblée accueillit par de frénétiques applaudissements.

12Cuvier et les autres académiciens qui avaient insisté pour qu’Arago parlât avaient eu raison ; seulement, ils avaient eu raison à notre point de vue, et non au leur.

13 Ce ne fut pas un simple succès qu’obtint Arago, ce fut un triomphe.

14À la vérité, il est impossible d’être plus pittoresque, plus grand, plus beau même, que ne l’est François Arago à la tribune, quand une véritable passion l’emporte, qu’il relève la tête en secouant ses cheveux noirs de 1830 ou ses cheveux gris de 1848. Qu’il attaque les violateurs de la charte royaliste ou défende la constitution républicaine, c’est toujours le même éloquent orateur, parce que c’est toujours le même poète inspiré, le même législateur convaincu.

15C’est qu’Arago est non-seulement la science, mais encore la conscience ; non seulement le génie, mais encore la probité !

Notes

1 Auguste-Frédéric-Louis Viesse de Marmont, duc de Raguse, était un soldat et un officier qui servit aussi bien Napoléon que Louis XVIII et Charles X. Major-général de la Garde Royale, il fut chargé de « mater » les révoltes parisiennes pendant les « Trois Glorieuses » de juillet 1830.

2 Georges Cuvier (1769-1832) était un naturaliste célèbre (inventeur de l’anatomie comparée) et un homme politique puissant ; bien que très défavorable aux atteintes portées contre la liberté de la presse, il avait reçu en 1829 le titre de Baron de Charles X. Sur sa querelle avec Geoffroy Saint-Hilaire, voir le texte 37.

3 Abel-François Villemain (1790-1870) était un écrivain, professeur et historien français ; il avait démissionné du Conseil d’État en 1829 et s’opposait fermement aux ordonnances scélérates.

4 Inventeur de l’optique moderne, Augustin Fresnel (1788-1827) était un physicien français.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search