Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

5. Charles-Augustin Sainte-Beuve, Volupté, Paris, E. Renduel, 18341

Texte intégral

  • 1 Cité d’après l’édition d’André Guyaux (Gallimard, coll. « Folio », 1986, p. 158-160).
  • 1 Voir sur ce point Marcel Landrieu, Lamarck, Le fondateur du transformisme, Paris, Société zoologiqu (...)

1Dans ce roman à forte teneur autobiographique, le héros, Amaury, assiste au cours du célèbre naturaliste Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), qui fut l’un des premiers utilisateurs du terme « biologie » et le promoteur des théories transformistes (Philosophie zoologique, 1809). Bien qu’il n’ait probablement jamais assisté à un cours de Lamarck1, il est fort plausible que cet épisode romanesque s’inspire de faits vécus, Sainte-Beuve ayant été, dans sa jeunesse, étudiant en médecine (1823). Ce roman, qui se veut « l’analyse d’un penchant, d’une passion » (préface) témoigne quoi qu’il en soit de l’importance du modèle de l’histoire naturelle pour le futur critique des Portraits littéraires et des Causeries du lundi, qui ambitionnera alors, selon la formule de Proust, de constituer une « histoire naturelle des esprits » (Contre Sainte-Beuve). La pensée de Lamarck a pu marquer d’autant plus Sainte-Beuve qu’elle repose sur l’idée que c’est la pression du milieu qui pousse les espèces à évoluer ; or, la critique littéraire de Sainte-Beuve accorde une grande importance au milieu dans lequel vivent les écrivains. Une génération plus tard, c’est le critique et historien Hippolyte Taine qui théorise systématiquement ce rôle du milieu en liant explicitement la méthode de l’histoire naturelle à celle de l’histoire des arts et de la littérature (voir le texte 11).

  • 2 Le transformisme de Lamarck fut, dès les années 1810, l’objet de virulentes attaques de la part de (...)
  • 3 Le philosophe et mathématicien Thalès (6e siècle av. J.-C.) est l’un des Sept sages de la Grèce Ant (...)
  • 4 Comme la plupart de ses contemporains, Sainte-Beuve rapproche ici la pensée de Lamarck du vitalisme (...)

2Je fréquentais, plusieurs fois par décade, au Jardin des Plantes, le cours d’histoire naturelle de M. de Lamarck ; cet enseignement, dont je ne me dissimulais d’ailleurs ni les paradoxes hypothétiques, ni la contradiction avec d’autres systèmes plus positifs et plus avancés2, avait pour moi un attrait puissant par les graves questions primordiales qu’il soulevait toujours, par le ton passionné et presque douloureux qui s’y mêlait à la science. M. de Lamarck était dès lors comme le dernier représentant de cette grande école de physiciens et observateurs généraux qui avait régné depuis Thalès et Démocrite jusqu’à Buffon3 : il se montrait mortellement opposé aux chimistes, aux expérimentateurs et analystes en petit ainsi qu’il les désignait. Sa haine, son hostilité philosophique contre le Déluge, la Création génésiaque et tout ce qui rappelait la théorie chrétienne n’était pas moindres. Sa conception des choses avait beaucoup de simplicité, de nudité, et beaucoup de tristesse. Il construisait le monde avec le moins d’éléments, le moins de crises et le plus de durée possible. Selon lui, les choses se présentent d’elles-mêmes, toutes seules, par continuité, moyennant des laps de temps suffisants et sans passage ni transformation instantanée à travers des crises, des cataclysmes ou commotions générales, des centres, nœuds ou organes disposés à dessein pour les aider et les redoubler. Une longue patience aveugle, c’était son génie de l’Univers. La forme actuelle de la terre, à l’entendre, dépendait uniquement de la dégradation lente des eaux pluviales, des oscillations quotidiennes et du déplacement successif des mers ; il n’admettait aucun grand remuement d’entrailles dans cette Cybèle, ni le renouvellement de sa face par quelque astre passager. De même dans l’ordre organique, une fois admis ce pouvoir mystérieux de la vie aussi petit et aussi élémentaire que possible, il le supposait se développant lui-même, se composant, se confectionnant peu à peu avec le temps ; le besoin sourd, la seule habitude dans les milieux divers faisait naître à la longue les organes, contrairement au pouvoir constant de la nature qui les détruisait : car M. de Lamarck séparait la vie d’avec la nature. La nature, à ses yeux, c’était la pierre et la cendre, le granit de la tombe, la mort ! La vie n’y intervenait que comme un accident étrange et singulièrement industrieux, une lutte prolongée, avec plus ou moins de succès ou d’équilibre çà et là, mais toujours finalement vaincue ; l’immobilité froide était régnante après comme devant4.

  • 5 Bien avant Darwin, en accord avec la géologie uniformitariste de Charles Lyell (1797-1875), Lamarck (...)

3 J’aimais ces questions d’origine et de fin, ce cadre d’une nature morne, ces ébauches de la vitalité obscure. Ma raison suspendue et comme penchée à ces limites jouissait de sa propre confusion. J’étais loin, assurément, d’accueillir ces hypothèses par trop simplifiantes, cette série uniforme de continuité que réfutait, à défaut de ma science, mon sentiment abondant de création et de brusque jeunesse ; mais les hardiesses de l’homme de génie me faisaient penser5. Et puis dans sa résistance opiniâtre aux systèmes de toutes parts surgissants, aux théories nouvelles de la terre, à cette chimie de Lavoisier, qui était une destruction, une révolution aussi, il me rappelait involontairement cette semblable obstination imposante de M. de Couaën dans une autre voie ; quand il dénonçait avec amertume la prétendue conspiration générale des savants en vogue contre lui et contre ses travaux, je le voyais vaincu, étouffé, malheureux comme notre ami : il avait eu, du moins, le temps de se faire illustre.

Notes

1 Voir sur ce point Marcel Landrieu, Lamarck, Le fondateur du transformisme, Paris, Société zoologique de France, 1909, p. 419-420.

2 Le transformisme de Lamarck fut, dès les années 1810, l’objet de virulentes attaques de la part de Cuvier, partisan du fixisme des espèces. Ce dernier rédigea, à la mort de Lamarck, un célèbre « éloge funèbre » très critique, lu à l’Académie des Sciences en 1832.

3 Le philosophe et mathématicien Thalès (6e siècle av. J.-C.) est l’un des Sept sages de la Grèce Antique. Disciple de Leucippe, le philosophe matérialiste Démocrite (5e siècle av. J.-C.) était réputé pour son don d’observation. Père de l’Histoire naturelle (1749- 1789), le comte de Buffon (1707-1788) représentait le type même du savant accompli.

4 Comme la plupart de ses contemporains, Sainte-Beuve rapproche ici la pensée de Lamarck du vitalisme du physiologiste Xavier Bichat (1771-1802) : les éléments naturels sont caractérisés par l’inertie et la tendance à la dissolution. Seule la force vitale s’y oppose en permettant provisoirement leur union et la leur mise en action (la vie) avant que les forces de dissolution ne l’emportent (la mort). Sainte-Beuve fait ensuite référence à Lavoisier, dont la chimie contribue à repousser les idées vitalistes et fait ainsi craindre l’avènement d’une science matérialiste.

5 Bien avant Darwin, en accord avec la géologie uniformitariste de Charles Lyell (1797-1875), Lamarck pense, au contraire de Cuvier, que l’état actuel du monde géologique et biologique n’est pas le résultat de créations ex nihilo et de catastrophes successives (conformément à la Bible) mais d’évolutions lentes, continues et uniformes qui, dans le règne du vivant, partent du simple pour évoluer vers le complexe.

Notes de fin

1 Cité d’après l’édition d’André Guyaux (Gallimard, coll. « Folio », 1986, p. 158-160).

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search