Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

3. Augustin Pyramus de Candolle, « Vers écrits en 1810 sur l’album de Madame la Princesse Constance de Salm-Dyck »1

Texte intégral

  • 1 Recueillis dans Mémoires et souvenirs […] écrits par lui-même et publiés par son fils, Genève, Cher (...)

1Si la princesse de Salm (voir le texte 2) se flatte de compter Candolle parmi les brillants causeurs de son salon, le savant n’est pas en reste, puisqu’il offre à son hôtesse une pièce de vers qui associe un autoportrait, où l’auteur évoque son double goût pour la poésie et la botanique, et une description du salon de Salm comme espace de cohabitation idéale pour ces deux activités. Davantage, le savant invite explicitement la poétesse à composer un traité en vers sur sa discipline, à l’image de « poètes scientifiques » comme Delille (voir le texte 71) ou Castel (professeur de rhétorique versé dans l’histoire naturelle, auteur du poème scientifique Les Plantes en 1797). Mais concilier « Apollon et Flore » n’est peut-être pas aussi aisé. Candolle lui-même le souligne ici, la plupart de ses vers furent réservés à un cercle de proches, voire au « huis clos » d’un passe-temps « secret » : ils ne parurent que de manière posthume.

  • 1 Allusion au botaniste suédois Carl von Linné (1707-1778).
  • 2 Les Muses, réputées résider sur des monts comme le Parnasse ou le Pinde.
  • 3 Allusion à différents poèmes traitant de botanique : les Géorgiques de Virgile (1er av. J.-C.), le (...)

Dans mon jeune âge, entre Apollon et Flore,
Mon esprit flottait incertain,
Mais, que dis-je ? il balance encore,
Et secret déserteur du style linnéen1,
J’ose parfois, en rimes hasardées,
Peindre à huis clos mes plus chères idées.
Ici, par un accord heureux,
Je trouve unis, dans ce manoir antique,
Ce qui fit l’objet de mes vœux,
L’amour des vers et de la botanique.
De cet accord pourrait-on s’étonner ?
Si parmi les neuf sœurs2 Flore n’est point placée,
Si du Parnasse elle semble chassée,
De cet arrêt elle a droit d’appeler.
Combien de peintures riantes,
De tableaux frais, d’images séduisantes
Ne peut-elle pas inspirer ?
Elle a son Pinde, et les noms de Virgile,
De Darwin, de Castel, de Vanière et Delille3,
Suffisent bien pour l’illustrer.
Puisse à leurs noms se joindre un jour le vôtre,
Belle Constance, et notre Pinde heureux
Et de sa conquête orgueilleux
N’enviera jamais rien à l’autre.

Notes

1 Allusion au botaniste suédois Carl von Linné (1707-1778).

2 Les Muses, réputées résider sur des monts comme le Parnasse ou le Pinde.

3 Allusion à différents poèmes traitant de botanique : les Géorgiques de Virgile (1er av. J.-C.), le Praedium Rusticum de Jacques Vanière (1664-1739), le Botanic Garden d’Erasmus Darwin (1731-1802), Les Plantes de René Castel (1758-1832) et Les Jardins de Jacques Delille (1738-1813).

Notes de fin

1 Recueillis dans Mémoires et souvenirs […] écrits par lui-même et publiés par son fils, Genève, Cherbuliez, 1862, p. 575.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search