Version classiqueVersion mobile

Savants et écrivains

1. Joseph Fourier, « Notes sur l’École normale et les personnes attachées à cet établissement » [1795]1

Texte intégral

  • 1 Publiées dans Jean Dhombres et Jean-Bernard Robert, Joseph Fourier, Créateur de la physique mathéma (...)

1Fourier est admis en 1795 à l’École normale lors de son ouverture. Fondée par la Convention pour former une élite savante républicaine, cette école est pluridisciplinaire dans son essence et offre à ses élèves la possibilité de suivre des cours dans des disciplines très diverses. Bien que déjà versé dans les sciences, le célèbre mathématicien y suit les différents enseignements, prenant des notes sur les professeurs, y compris ceux des matières littéraires : Jean-François de La Harpe (1739-1803) pour la littérature, le comte Volney (1757-1820) pour l’histoire, l’abbé Sicard (1742- 1822), grammairien qui avait succédé à l’abbé de l’Épée comme enseignant des sourds et muets, pour l’« art de la parole », Edme Mentelle (1730-1816) et Jean-Nicolas Buache (1741-1825) pour la géographie, Dominique Joseph Garat (1749-1833) pour l’« analyse de l’entendement ». Fourier n’évoque pas les cours de morale de l’écrivain et botaniste Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) qui commencèrent trois mois après les autres. On voit que Fourier avait l’instruction nécessaire pour apprécier les qualités rhétoriques et même les idées générales de ces professeurs.

  • 1 La Harpe avait embrassé les idées révolutionnaires mais s’était pourtant vu emprisonner plusieurs m (...)

2 La Harpe est fort connu, parle avec beaucoup d’élégance et de goût ; il n’a pas le ton de charlatanerie qu’on peut reprocher à quelques autres, mais il a le ton goguenard et tranchant ; il parle sans avoir l’air gêné et a la voix fort nette. Littérateur très savant, il ne fait point parade de science, ne la montre qu’à propos, ne cherche pas, comme d’autres, à vanter son art plus que tous les autres, et se fait écouter avec plaisir par les gens de bon goût. Il s’est montré partisan déclaré, comme on peut le voir dans son programme, et ne sera approuvé en cela que de la multitude1. La persécution injuste qu’il dit avoir éprouvée n’est pas une excuse suffisante, car il faut être tolérant, même à l’égard de ceux qui ne le sont pas toujours. Au reste, je trouve qu’il est de tous les professeurs celui qui parle le mieux.

3Volney est un homme assez jeune, fort bien vêtu, grand, d’un extérieur très agréable. Je connais peu ses écrits. Il parle avec facilité et en termes extrêmement choisis ; sa parole est lente et il semble s’y complaire. Si les connaisseurs ne sont pas flattés sous le rapport du goût, ils sont du moins étonnés par l’éclat de la diction. Il a voulu remplir son cours de trop de philosophie, et au milieu de ces accessoires brillants, l’objet principal de l’instruction disparaît.

4Sicard est fort connu comme instituteur des sourds et muets. Petit de taille, encore jeune, il a la voix forte, distincte et timbrée. Il est ingénieux, intéressant, actif, et sait comment occuper une grande assemblée. Il plaît à la multitude, qui l’applaudit à tout rompre. Il vante son art, sa méthode et ses principes, et parle à tout propos de l’homme de la nature, qu’il prétend être le sourd et muet. C’est un homme de beaucoup d’esprit, sans génie, qui paraît fort sensible et qu’au fond je crois modeste, mais qui a été séduit par je ne sais quel système de grammaire qu’il prétend être la clef des sciences. Il parle souvent longtemps et avec emphase, il a dans l’accent et dans la diction quelque chose de capricieux. Son projet de grammaire, qui a quelque côté brillant, est un des plus fous que je connaisse. Cependant on parle de l’adopter et même de le prescrire dans toutes les écoles de la République. Si on en vient là nous aurons de quoi rire. Du reste Sicard est rempli de zèle, de patience et donne l’exemple de toutes les vertus, mais il est fou ; cela me fait songer qu’il plaît aux femmes, quoique petit et assez laid.

5Mentelle est connu à Auxerre. Ses leçons sont extrêmement familières et n’ont rien qui soit digne de l’établissement ; il converse passablement, autant que j’en puis juger, car je ne l’écoute presque jamais. Buache est un géographe très renommé qui parle fort mal et indique quelquefois de la science. Garat est un homme assez jeune, d’une taille médiocre et d’un extérieur assez agréable. Il a la voix forte, le ton animé et très oratoire. Sa parole est fort éloquente, il a moins de goût que La Harpe, mais plus de chaleur, de vivacité. Quant au fond, je lui trouve les idées un peu exaltées : il ne parle rien moins que de perfectionner l’organisation humaine et d’ouvrir des routes jusqu’ici inconnues à l’esprit humain. Il vante beaucoup et presque exclusivement Bacon, Locke et Condillac, dont il est admirateur enthousiaste. Au reste, il faudrait être injuste pour refuser à Garat des talents supérieurs et extraordinaires : c’est, après La Harpe, celui que j’aime le mieux entendre parler.

6On me trouvera fort téméraire d’oser juger ainsi des hommes supérieurs, mais je ne fais qu’indiquer les premières impressions que j’éprouve, et je ferai part de mes erreurs à mesure que je les connaîtrai. Dans une autre note, je dirai mon avis sur les élèves, et j’en parlerai avec cette liberté de pensée que j’ai toujours chérie et que je ne quitterai jamais. J’enverrai aussi une note des livres qui pourront le plus utilement diriger l’instruction dans le sens que le gouvernement veut lui donner aujourd’hui.

Notes

1 La Harpe avait embrassé les idées révolutionnaires mais s’était pourtant vu emprisonner plusieurs mois en 1794. Il devait ensuite se convertir à la religion et se rallier aux royalistes.

Notes de fin

1 Publiées dans Jean Dhombres et Jean-Bernard Robert, Joseph Fourier, Créateur de la physique mathématique, Paris, Belin, 1998, p. 698-699.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search