Version classiqueVersion mobile

Octavie Belot. Réflexions d’une Provinciale sur le Discours de M. Rousseau, Citoyen de Genève, touchant l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes

Réflexions d’une provinciale

Texte intégral

Sur le discours de M. Rousseau, Citoyen de Genève, touchant l’origine1de l’inégalité des conditions parmi les hommes.

  • 1 O. Belot omet l’expression « et les fondements ». Les notes d’Octavie Belot, signalées par astérisq (...)
  • 2 Fausse adresse. L’ouvrage, sans obtenir de privilège ni d’« approbation », a bénéficié du régime de (...)

Note 2

Réflexions3 d’une provinciale sur le Discours de M. Rousseau, citoyen de Genève, touchant l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes

  • 3 Double sens pour une même graphie : celui de « pensées qui résultent d’une médiation sérieuse, d’un (...)
  • 4 L’expression est répétée avec insistance dans les premières pages ; c’est le signe ostentatoire d’u (...)
  • 5 L’argument est ad hominem. Comment faire abstraction de Rousseau, son premier destinataire ? Philop (...)
  • 6 Dès les premiers mots de son discours, O. Belot recourt à deux thèmes fondamentaux de son raisonnem (...)
  • 7 Le terme n’est pas anodin : dans le DOI, Rousseau condamne longuement « l’amour-propre », essentiel (...)
  • 8 L’expression est devenue, au cœur du siècle, un leitmotiv (voir l’introduction).
  • 9 L’expression, répétée deux fois, renvoie à l’ouverture du DOI : « C’est de l’homme que j’ai à parle (...)
  • 10 « L’affectation est toujours ridicule. Il y en a, ce me semble, à se proclamer philosophe par un ce (...)

1Je vais peut-être4 encore aigrir5 M. Rousseau contre les effets de la raison perfectionnée6. Il ne verra7 qu’avec indignation, l’audace d’une femme qui ose penser & même écrire8. Cependant, si je ne m’exagère pas mes droits & mes facultés, il me semble que faisant partie du genre humain9, je puis élever ma faible voix jusqu’au [2] Philosophe10 qui adresse la parole au genre humain.

  • 11 Cet autoportrait, ambigu, insiste surtout sur la piètre condition sociale d’O. Belot (« société », (...)
  • 12 Voltaire écrit à Rousseau : « On n’a jamais employé tant d’esprit à vouloir nous rendre bêtes » (MF(...)
  • 13 J. Starobinski recourt plusieurs fois à ce terme d’« ivresse » intérieure pour décrire le processus (...)
  • 14 Ces qualités sont signalées par les contemporains. Philopolis note : « j’ai admiré le coloris de ce (...)
  • 15 Dans ses Obs. NT, O. Belot assigne à la critique le devoir « d’édifier », terme qui est utilisé uni (...)
  • 16 Sens très fort du terme à l’époque : il signifie « fortement surpris, ébranlé, frappé d’une violent (...)
  • 17 À l’« hypothèse » s’oppose donc la « vérité » (terme redoublé). « Vérité de fait » : l’expression r (...)

2Presque disgraciée de la nature, assez mécontente de la société, persécutée par la fortune, victime de certains préjugés, indocile à quelques autres11, les qualités propres à mon individu & les relations que j’ai avec mon espèce, sont, pour ainsi dire, à poids égaux. Cet équilibre entre les avantages & les inconvénients de ma manière d’être me permet d’examiner sans prévention, lequel est préférable de l’état de pure nature ou de la vie civile. Disposée de cette façon à une sorte de neutralité, je viens de lire le Discours de Monsieur Rousseau sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes. Son premier effet est de me pénétrer d’estime & d’admiration pour son Auteur. Jamais on n’employa [3] tant d’esprit & de raison pour faire valoir les avantages de l’un & de l’autre qu’il en emploie à les combattre12. Mais à travers l’ivresse13 que produit une imagination forte, un ton philosophique, un pinceau rapide, un coloris brillant14, j’ai cru sentir que son système renversait tout & n’édifiait rien15 ; qu’il m’étonnait16 sans me convaincre ; qu’enfin l’hypothèse sur laquelle il porte, s’anéantissait en la mettant en opposition avec la vérité contraire ; vérité de fait, de sentiment & de raisonnement17, qu’il me paraît impossible de terrasser.

  • 18 Le dernier terme de la phrase précédente, « terrasser », annonce la métaphore plaisante du combat, (...)
  • 19 Le verbe redit l’« audace » de la Provinciale.
  • 20 Le terme d’« Iroquois » est en grande faveur à l’époque. Il est, en général, entendu péjorativement (...)
  • 21 Fausse naïveté, et allusion transparente à la déclaration de Rousseau : « Si [mes adversaires] s’ap (...)
  • 22 On relève les termes de « Citoyenne » et de « monde civilisé » qui renvoient, sans doute, à l’épigr (...)
  • 23 En 1755, paraît la Dissertation sur le vieux mot de patrie de l’abbé Coyer, que Jaucourt évoquera d (...)
  • 24 Terme ancien du domaine du combat : « Barrière : […] se dit aussi de cette enceinte que l’on faisai (...)
  • 25 Terme péjoratif que Rousseau associe parfois aux femmes (« les cercles de femmes et de beaux esprit (...)
  • 26 « Verbiager » : « Employer beaucoup de mots pour ne dire que peu de choses. […] N’est d’usage que d (...)
  • 27 Il s’agit donc de la partie la plus reculée d’une province (voir introduction).
  • 28 Allusion directe aux deux lettres du « Bourgeois de Bordeaux » (MF, janv. et mars 1756) qui inviten (...)

3Sans entrer fièrement en lice18 avec Monsieur Rousseau, j’ose19 cependant résister à son éloquence, lui proposer mes objections, suivre ses pas & les arrêter quelquefois pour disputer le terrain, ou comme une Iroquoise20 qui méconnaît les rangs littéraires21, [4] ou comme Citoyenne du monde civilisé22 qui défend en bonne Patriote23 les lois, les mœurs & les privilèges de son pays. Peut-être, Monsieur Rousseau pensera-t-il que c’est l’inviter un peu tard à rouvrir la barrière24, surtout lorsque le silence ou les frivoles plaisanteries de nos beaux esprits25 doivent lui laisser croire qu’il a sûrement atteint son but : peut-être, n’a-t-il pas plus écrit pour faire verbiager26 une habitante des montagnes de l’Auvergne27 que pour amuser les Bourgeois de Bordeaux28 :

  • 29 * Imitation de deux vers de Racine dans Phèdre & Hippolyte [note de l’auteur].
  • 30 L’apparent oxymore, « Raison sauvage », se trouvait de manière récurrente dans les Lettres d’un sau (...)
  • 31 On a ici à faire à un pastiche, à la manière du théâtre de la Foire, de la Phèdre de Racine (« Peut (...)

*29Peut-être les efforts de ma raison sauvage30
Le font, en m’écoutant, rougir de son ouvrage.31

  • 32 Allusion à l’anecdote rapportée par Boileau : « Nous avons beau être éclairés par nous-mêmes : les (...)
  • 33 Ces allusions au théâtre font écho au DSA de 1750, dans lequel Rousseau condamne les arts. Cette cu (...)
  • 34 Sa « gloire » : Rousseau n’est-il pas alors « redoutable » ? (voir introduction) ; le DAF souligne (...)
  • 35 Ces objets sont choisis ironiquement pour désigner la coquetterie traditionnellement attribuée aux (...)

peut-être, ne m’écoute-t-il point du tout ; peut-être daignera-t-il me mettre à côté de la Servante de Molière, comme je le crois à côté de Molière32 même, dans la connaissance [5] du cœur humain33 : quoi qu’il en soit, j’épargne assez sa gloire & mon amour propre34 pour lui cacher le nom d’un adversaire qui prend ses armes sur sa toilette & dont le Cartel, fait sur des papillotes, pourra bien en rendre le papier à son premier emploi35.

  • 36 L’expression est répétée plusieurs fois. On distingue habituellement « état de nature », utilisé pa (...)
  • 37 Il est notable qu’O. Belot signale, dès l’ouverture de sa réfutation, les « abus » introduits par l (...)

4Je débute par prétendre que l’état de pure nature36 n’a jamais pu exister ; ensuite que, s’il était possible qu’il existât, il nous rendrait plus malheureux, entouré des abus introduits dans la Vie Civile37.

  • 38 * Discours sur l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes, p. 5 [note de l’auteur].
  • 39 Prudence de Rousseau à laquelle répond celle d’O. Belot.
  • 40 ** Ibid., p. 7 [note de l’auteur].
  • 41 À l’« Hypothèse » de Rousseau, O. Belot affirme opposer un « raisonnement » : termes issus de la dé (...)
  • 42 O. Belot pose la question centrale du temps, celle de l’histoire humaine, contrairement à Rousseau (...)
  • 43 Insistance mise sur la création double de l’« homme » et de la « femme » ; voir l’introduction.
  • 44 Expression inspirée du DOI. Rousseau parle de « multitude de siècles », DOI, 2e partie, p. 97.
  • 45 Pour O. Belot, il s’agit d’un point essentiel de sa réfutation : l’expression, qu’elle reprendra un (...)
  • 46 Nous avons gardé les majuscules de l’édition originale, de même que pour « j’approuve », infra. Le (...)
  • 47 Terme de théologie qui désigne une éternité commune à plusieurs êtres ou entités ; voir l’article « (...)
  • 48 Ce terme d’origine grecque, utilisé par les logiciens, peut surprendre ici. Il est utilisé par les (...)
  • 49 Convention toute formelle car la Bible n’est nullement évoquée dans les Réflexions. Sur cette menti (...)

5MONSIEUR Rousseau convient d’abord *38 qu’il est évident par la lecture des Livres Sacrés que le premier homme ayant reçu immédiatement de Dieu des lumières & des préceptes, n’était point lui-même dans cet état & qu’en ajoutant aux écrits de Moïse, la foi que leur doit [6] tout Philosophe chrétien, il faut nier que même avant le Déluge, les hommes se soient jamais trouvés dans le pur état de nature, à moins qu’ils n’y soient retombés par quelque événement extraordinaire : paradoxe fort embarrassant à défendre & tout à fait impossible à prouver. Fidèle à la Religion39, Monsieur Rousseau se réduit seulement à des conjectures qu’elle ne nous défend pas, **40 tirées de la seule nature de l’homme & des Etres qui l’environnent, sur ce qu’aurait pu devenir le Genre Humain, s’il fût resté abandonné à lui-même. C’est aussi sous ce point de vue que j’entreprends de le considérer. Cependant, il faut choisir une hypothèse sur laquelle on puisse appuyer un raisonnement41. Pour saisir le Genre Humain dans son état de pure nature, supposera-t-on qu’il soit nécessaire d’admettre un [7] moment, ou42 l’éternité du monde & de la race des hommes qui l’habitent ou la création d’un seul homme & d’une seule femme43 dans un point de l’éternité de Dieu ? Si l’on suppose que la puissance de l’Être suprême, toujours créatrice, a pu toujours créer l’Univers & ce qu’il contient, je ne vois pas à quelle date on doit fixer la première enfance de notre espèce ; ni à quelles traces on peut s’apercevoir qu’elle y a langui longtemps, car on ne saurait prendre une mesure ni une époque dans l’infini. Si l’on me dit qu’il a fallu un million de Siècles44 pour que le concours fortuit des causes étrangères45 ait tiré l’homme de son état de nature, je demanderai ce qu’était donc l’homme avant ce million de Siècles pendant lequel il s’est civilisé ? Si l’on me répond qu’il était demeuré [8] jusque là dans son état primitif, je demanderai encore comment le concours fortuit des causes étrangères qui ont développé la PERFECTIBILITE46 de la race humaine, a eu un commencement, si la race humaine elle-même n’a pas commencé. Ainsi, il faudrait conclure ou que l’homme a toujours été civilisé ou qu’il n’a jamais dû l’être. Abandonnons donc la coéternité47 de l’Univers. Pour simplifier nos idées & pour ne pas tomber dans le diallèle48, partons de la création d’Adam et d’Eve49, en les supposant livrés l’un & l’autre à leurs seules facultés.

  • 50 Bien que Rousseau affirme rejeter, au début de la première partie du DOI, de « vagues conjectures » (...)
  • 51 Voir les articles « Animal » et « Bête, animal, brute » de Diderot dans l’Enc. (I, 1751) et « Âme d (...)
  • 52 * Ibid., p. 11 [note de l’auteur].

6J’APPROUVE fort Monsieur Rousseau de ne pas examiner avec Aristote50 si le premier homme eut des griffes crochues & s’il marcha à quatre pattes. La position de sa tête intéresse peu dans la question dont il s’agit ; mais la conformation [9] intérieure de cette tête y devient très-intéressante & c’est sur quoi il me semble qu’il ne faut pas glisser aussi rapidement. La différence entre les organes de l’homme & ceux des animaux ne marque-t-elle donc pas une différence spécifique entre les animaux & lui51 ? Je le suppose (dit Monsieur Rousseau) *52 formé de tout temps comme je le vois aujourd’hui, marchant à deux pieds, se servant de ses mains comme nous faisons des nôtres, portant ses regards sur toute la nature & mesurant des yeux la vaste étendue du Ciel.

  • 53 ** Ibid., p. 12 [note de l’auteur].

7**53 En dépouillant cet Être ainsi constitué, ajoute ce Philosophe, de tous les dons surnaturels qu’il a pu recevoir & de toutes les facultés artificielles qu’il n’a pu acquérir que par de longs progrès, en le considérant en un mot tel qu’il a dû sortir des mains de la nature, je vois un animal [10] moins fort que les uns, moins agile que les autres mais, à tout prendre, organisé le plus avantageusement de tous. Je le vois se rassasiant sous un Chêne, se désaltérant au premier ruisseau, trouvant son lit aux pieds du même arbre qui lui a fourni son repas & voilà tous ses besoins satisfaits.

  • 54 *** Ibid., p. 13 [note de l’auteur].

8***54 La Terre, abandonnée à sa fertilité naturelle & couverte de forêts immenses que la cognée ne mutila jamais, offre à chaque pas des magasins & des retraites aux animaux de toute espèce. Les hommes dispersés parmi eux observent, imitent leur industrie & s’élèvent ainsi jusqu’à l’instinct des bêtes, avec cet avantage que chaque espèce n’a que le sien propre & que l’homme n’en ayant peut-être aucun qui lui appartienne, se les approprie tous.

  • 55 O. Belot sous-entend que Rousseau s’est inspiré de l’EH mais sans le citer. On y lit, en effet : «  (...)

9POPE, qu’assurément Monsieur Rousseau connaît55 [11], a vu aussi dans l’homme cet ingénieux talent de se rendre utile l’instinct des animaux. Mais il me semble qu’il ne l’y voit pas comme une imitation servile qui élève l’homme jusqu’à cet instinct & je doute qu’il place ainsi la mieux organisée des créatures au dessous des bêtes mêmes. Que serait donc devenue cette créature infortunée si, par hasard, le monde n’eût pas été peuplé d’animaux qui lui servissent de modèle & comment, si elle emprunte d’eux toutes ses idées, est-elle arrivée au point d’en avoir tant & de si abstraites que les animaux n’ont jamais eues & qu’ils ne lui ont pas fournies ? Il faut bien qu’elle ait pu penser sans leur secours : or, ce pouvoir lui appartint donc dès le commencement ou rien n’a dû le lui communiquer ensuite.

  • 56 Rousseau utilise l’expression de « dons surnaturels », dans le DOI, p. 64 ; le ton n’est ici pas lo (...)
  • 57 Art. « Brute » (Enc., I, 1751) : « se dit de l’animal comme privé de raison & par opposition à l’ho (...)
  • 58 Depuis Descartes, la question de l’« Âme des bêtes » est agitée ; voir le long article d’Yvon et Di (...)
  • 59 Annonce d’une idée nouvelle qui sera développée plus tard.

10[12] Monsieur Rousseau devrait nous expliquer nettement ce qu’il appelle les dons surnaturels de l’homme dont il lui plaît de le dépouiller56 ; c’est, sans doute, son entendement, sa mémoire, sa raison, sa volonté : car s’il les lui laissait, adieu l’état de pure nature qui met le genre humain à côté des brutes57. Mais, me sera-t-il permis de répondre que ces dons surnaturels font partie de l’essence de l’homme & que l’en dépouiller, c’est altérer son être pour le pouvoir avilir ? La preuve incontestable que l’homme est fait pour examiner, pour comparer, pour réfléchir, pour juger, pour vouloir est qu’il examine, qu’il compare, qu’il réfléchit, qu’il juge & qu’il veut. Si ces facultés n’étaient que seulement acquises à l’aide du concours fortuit des causes étrangères, comment les animaux, aussi anciens [13] que nous, ne les auraient-ils pas acquises de même58 ? Ou si ces facultés nous sont propres, comment seraient-elles demeurées sans exercice ? Ce sont précisément ces facultés supérieures & toujours actives qui constituent notre prééminence sur tous les autres êtres & qui préparent nécessairement la société59 entre nous.

  • 60 « L’homme n’est pas seulement un animal ; c’est un animal qui raisonne » (« Droit naturel », Didero (...)
  • 61 Voir Buffon, déjà cité.
  • 62 Si cet homme ne pensait pas, il ne peut être appelé « homme ».

11Par qui l’homme aurait-il été civilisé, s’il n’était pas né pour l’être & s’il est né pour l’être, comment pourrait-il ne l’être pas ? Car l’homme civil n’est pas uniquement un animal apprivoisé, c’est un animal intelligent60 qui déploie son intelligence. Cet état de pure nature, plus brute encore que celui des bêtes, ne peut donc avoir été le nôtre, ou il le serait encore puisqu’il n’est pas plus possible à l’homme d’anéantir, de créer ou [14] de suspendre en lui-même sa faculté de penser qu’il lui est possible de devenir arbre ou montagne. Il faut donc ou que la sphère des idées de l’homme soit essentiellement différente de celle des animaux, auquel cas il n’a pu rester dans la classe des animaux61 ou que cette sphère soit aussi étroite que la leur, auquel cas rien n’a pu l’en tirer ; ainsi on se trouve forcé de conclure ou que le premier homme n’avait point les organes que nous connaissons à l’homme & par conséquent n’était point un homme62 ou qu’il est sorti par ses propres forces de cet état de pure nature semblable & même au-dessous de celui des animaux.

  • 63 *Ibid., p. 31 [note de l’auteur].
  • 64 Voir « Âme des bêtes » d’Yvon et Diderot : « Je vois un arbre, une bête le voit aussi ; mais ma per (...)
  • 65 Locke est le seul auteur, avec Pope, à être cité dans l’argumentation d’O. Belot ; elle se réfère i (...)
  • 66 EPEH, éd. 1700, livre II, I, § 1 et 2.
  • 67 Voir Locke, sur les « idées simples » et les « idées complexes », ibid., livre II, II, § 2-11 et §  (...)
  • 68 * Ibid., p. 31 [note de l’auteur].
  • 69 Le terme est, à l’époque, souvent péjoratif : « Ce que vous nous dites est bien métaphysique », c’e (...)
  • 70 Sur la liberté de l’homme, voir Locke, « La liberté suppose l’entendement et la volonté » (EPEH, li (...)
  • 71 Selon l’Essai physique sur l’économie animale de Quesnay, « La liberté [de l’homme] consiste dans l (...)
  • 72 Sur les sens, voir Buffon, HN, III, 1749, p. 305-371 : il est traité spécifiquement de la vue et de (...)
  • 73 La présence d’un Créateur (unique occurrence dans le texte) est évoquée au même titre que son absen (...)
  • 74 Les termes « matérialisme » ou « matérialistes » sont, à l’époque, employés souvent de manière impr (...)
  • 75 Sur les « combinaisons de la matière » et le déterminisme, voir Diderot, Pensées sur l’interprétati (...)
  • 76 Rousseau écrit de l’homme naturel : « En le considérant, en un mot, tel qu’il a dû sortir des mains (...)
  • 77 Buffon affirme : « tout ce qui peut être, est » (HN, I, 1749, Discours sur la manière de traiter l’ (...)
  • 78 * Pope, Essai sur l’homme, second vol., p. 18, éd. d’Amsterdam, 1754 [note de l’auteur].
  • 79 Allusion aux emprunts éventuels de Rousseau.
  • 80 Il faudrait ajouter ici « Crever », terme qui figure dans la traduction de Pope de 1754.
  • 81 L’idée de « chaîne des êtres », avancée dès l’Antiquité par Aristote (Les Parties des animaux) et d (...)
  • 82 Plus que le Dieu chrétien, il s’agit ici de l’architecte du monde ; Pope sera accusé de déisme, com (...)
  • 83 Voir le Tab. ph. de Turgot (1750) : « La succession des hommes […] offre de siècle en siècle un spe (...)
  • 84 Voir « Animal, bête, brute » (Enc., I, 1751).

12Il est vrai que Monsieur Rousseau ne conteste pas que l’homme*63, en qualité d’animal qui a des sens, n’ait aussi des idées & [15] ne les combine même jusqu’à un certain point64. Mais dans la crainte qu’on ne tire trop d’avantage de cet aveu, le correctif est à côté : Monsieur Rousseau ajoute que l’homme ne diffère à cet égard de la bête que du plus au moins. Cette différence n’a-t-elle donc que des nuances si légères ? On sait que les bêtes ont une source d’idées commune avec nous, celle que Locke65 appelle sensation, parce que les idées qu’elle porte à l’entendement comme à l’instinct, naissent de la perception des objets extérieurs66. Mais nous avons une autre source d’idées, que les animaux n’ont pas & que Locke appelle réflexion ou sens intérieur ; c’est-à-dire la perception des opérations de notre âme sur les idées qu’elle a reçues par les sens67. Ainsi, les objets extérieurs fournissent aux animaux les idées [16] des qualités sensibles & notre esprit fournit à notre entendement les idées de ses opérations. Ce n’est pas tant*68, continue Monsieur Rousseau, l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre. J’avoue que je me perds dans une distinction si métaphysique69. La puissance de vouloir me paraît tenir de bien près à celle de connaître & son entendement pouvait bien être le principe de sa qualité d’agent libre70. Il me semble que la nature ne le prive d’un instinct particulier que pour l’enrichir d’un discernement général car, pour choisir il faut qu’il délibère, pour délibérer il faut qu’il compare, pour comparer, il faut qu’il examine & qu’il analyse71. Or, si son esprit redresse, épure & contrarie le rapport de ses sens72, cet esprit est donc une prérogative [17] qu’il a de plus que les animaux, & qu’il conserve même en choisissant mal puisqu’il n’en a pas moins eu la faculté de l’examen & de la réflexion avec celle de vouloir. Lorsque Monsieur Rousseau accorde que la volonté est dans l’homme une puissance qui n’est pas dans les animaux, il accorde peut-être plus qu’il ne croit, attendu que cette puissance en suppose nécessairement d’autres qui agissent, qui l’instruisent, qui la sollicitent, pour ainsi dire, elle-même. Il en résulte donc que la nature de l’homme physique n’est point semblable à celle des animaux : l’homme n’a donc ni pu ni dû rester dans l’état de nature convenable aux seuls animaux. Cet état est donc une triste chimère, soit qu’on le considère guidé par son Créateur, ou abandonné à sa propre conduite73. [18] Le matérialisme74 même ne favoriserait pas davantage une si étrange opinion car, en supposant que l’espèce humaine a toujours été comprise dans les combinaisons de la matière, cette espèce faisant partie d’un tout, a dû marcher à la fin que la nature s’est proposée en la plaçant dans l’Univers75 : cette espèce, étant la mieux organisée de toutes76, a dû éternellement s’élever au dessus de toutes ; or, ou c’est la fin de la nature que l’homme soit un animal pensant, réfléchi, raisonnable, curieux, sociable, ou ce ne l’est pas ; ainsi il trouble l’harmonie générale ou il y contribue. Lorsqu’on me dit qu’il a renoncé à son état primitif par le concours fortuit des causes étrangères, j’aimerais autant que l’on m’assurât que c’est aussi par accident que les animaux n’ont pas fait encore [19] les mêmes progrès. Il me paraît plus vraisemblable que tout est comme tout doit être77 ; que tout reste à la place qui lui est marquée ; que tout remplit la vocation qui lui est prescrite. Il me paraît plus sage de m’écrier avec Pope*78 (car je le cite naïvement plutôt que de déguiser les larcins que je lui fais79) : Regarde au travers des airs, sur la terre, dans l’onde, la matière prête à éclore, s’agiter [crever80& produire, à quel point la progression des êtres peut s’élever en haut, s’étendre sur la surface, se cacher dans la profondeur au dessus, autour au dessous de nous. Quelle vaste chaîne81 qui commence depuis Dieu82 ! Natures éthérées & terrestres, Ange, Homme, Bête, Oiseau, Poisson, Insecte ! Ô étendue que l’œil ne peut voir que l’optique ne peut atteindre, depuis l’infini jusqu’à toi, depuis toi jusqu’au néant ! [20] Si nous pouvions empiéter sur les puissances supérieures, les inférieures le pourraient sur nous. Autrement, il y aurait un vide dans la création, où, un degré étant ôté, la grande échelle est détruite. Qu’un chaînon soit rompu, la chaîne de la nature l’est & l’est également, quel qu’il soit, le dixième ou le dix millième. Ainsi, le genre humain aurait donc rompu cette chaîne en perfectionnant son être s’il était destiné à l’état de nature ou, en conservant l’état de nature, s’il était destiné à la vie civile : difficulté toujours renaissante qui me ramène à le considérer dans les siècles passés comme dans les siècles futurs, plus civilisé ici, plus sauvage là, plus subtil ou plus grossier ailleurs, selon les climats, les révolutions, les accidents83 ; mais nulle part, brute comme les bêtes84.

  • 85 * Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, p. 12 [note de l’auteur].
  • 86 ** Ibid., p. 30 [note de l’auteur].
  • 87 *** Ibid., p. 30 [note de l’auteur].
  • 88 **** Ibid., p. 31 [note de l’auteur].
  • 89 ***** Ibid., p. 27 [note de l’auteur].
  • 90 ****** Ibid., p. 33 [note de l’auteur].
  • 91 On se rappellera que le terme est équivoque.
  • 92 Dans l’HN de Buffon (IV, 1753, Sur la nature des animaux), on lit : « La tortue dont le cœur est si (...)
  • 93 Sous le couvert d’un hommage respectueux, doublé d’humour, c’est une attaque ad hominem qui se pour (...)
  • 94 Reprise de l’expression, déjà utilisée, de Rousseau.
  • 95 La « tête altière » est-elle une allusion à Lucrèce (« un homme grec [Épicure] osa, le premier, lev (...)
  • 96 L’agriculture occupe les esprits ; voir, par exemple le Cercle de Gournay dont il semble qu’O. Belo (...)
  • 97 La foi dans les « hommes de génie » parcourt les écrits des « Philosophes ». Voir le DP (Bacon, Des (...)
  • 98 Pope, admiré par O. Belot, a traduit l’Iliade en 1715 et l’Odyssée en 1725-1726 ; il a rédigé un es (...)
  • 99 Moïse, Lycurgue, Solon : grands législateurs antiques, issus de la Bible comme de l’histoire grecqu (...)
  • 100 Voltaire, dans La Mort de César, publiée en 1736 et jouée en 1743, fait de César « le Père de la Pa (...)
  • 101 Descartes est longuement loué, en 1750 par Turgot, en 1751 par d’Alembert, non pour sa physique mai (...)
  • 102 Sur la vogue de Newton et sa théorie de l’attraction, généralement admise à l’époque contre celle d (...)
  • 103 Montesquieu vient de mourir (10 février 1755) ; le MF de déc. 1755 lui consacre de longs éloges et (...)
  • 104 Voir l’abondance des citations des Pensées de Pascal dans l’édition du poème de Pope, citée par O. (...)
  • 105 Buffon consacre un long développement aux « Variétés dans l’espèce humaine », HN, III, 1749, p. 371 (...)

13[21] Il est encore un endroit du Discours de Monsieur Rousseau très-difficile à concilier avec son opinion dominante, avec l’opinion généralement reçue, enfin avec le peu de bon sens dont je suis capable ; c’est lorsqu’après avoir dit*85 qu’en considérant l’homme tel qu’il a dû sortir des mains de la nature, il le voit un animal moins fort que les uns, moins agile que les autres & c. ; après avoir ajouté que**86 tout animal n’est qu’une machine ingénieuse, à qui la nature a donné des sens pour se remonter elle-même & pour se garantir jusqu’à un certain point de tout ce qui tend à la détruire ou à la déranger & qu’il aperçoit précisément la même chose dans la machine humaine avec cette différence que la nature seule fait tout dans les opérations de la bête au lieu que l’homme concourt aux siennes en qualité [22] d’agent libre ; après avoir partout défini l’homme physique comme une espèce d’animal***87 auquel cette qualité d’agent libre est presque un malheur de plus, en ce qu’il peut s’écarter de la règle que la nature impose aux autres animaux ; après avoir décidé****88 qu’il ne diffère d’avec eux par les idées que du plus au moins et que l’entendement n’est pas sa distinction spécifique ; après avoir pensé que*****89 le concours fortuit & singulier des circonstances qui l’ont civilisé pouvait fort bien ne pas arriver, Monsieur Rousseau lui fait tout à coup la grâce de reconnaître en lui******90 une autre qualité très-spécifique qui le distingue & sur laquelle il ne peut y avoir de contestations, c’est la faculté de se perfectionner. Ensuite le même Auteur demande pourquoi l’homme seul est-il sujet à devenir imbécile ? [23] N’est-ce point qu’il retourne ainsi dans son état primitif & que, tandis que la bête qui n’a rien acquis & qui n’a rien non plus à perdre, reste toujours avec son instinct, l’homme, reperdant par la vieillesse tout ce que sa perfectibilité lui avait fait acquérir retombe ainsi plus bas que la bête même. Cela veut-il dire seulement que si l’homme n’était pas homme, qu’il n’eût point de distinctions spécifiques d’avec les animaux, il serait le plus sot des animaux ? Car dès que l’on accorde à l’homme seul cette faculté de se perfectionner91, comment veut-on qu’elle soit plus oisive en lui que celle de conserver sa vie ne l’est dans les animaux ? Si l’homme par sa nature est disposé à la perfection, il a dû tendre à la perfection aussitôt qu’il a pu penser, guidé par sa raison & par sa volonté, comme la Tortue, [24] guidée par son instinct, va se plonger dans la mer presqu’aussitôt qu’elle vient d’éclore92. Ainsi les progrès de chaque individu ont produit de tous temps les progrès de l’espèce, du plus au moins, selon la diversité des organes. Est-ce donc seulement au concours fortuit des causes étrangères que Monsieur Rousseau doit la supériorité d’esprit, de raison, de discernement qu’on admire en lui93 ? Je ne puis douter que la nature ne lui ait donné en puissance des facultés qu’elle prodigue bien moins à mille autres & cette puissance, cette perfectibilité est assurément active puisqu’elle agit si victorieusement. Comment imaginer que Monsieur Rousseau, né sauvage, serait demeuré aussi stupide qu’un Caraïbe ? Le plus ou le moins d’entendement, de perspicacité, de justesse, [25] de mémoire & c qui se trouve entre deux hommes également civilisés, ne se trouverait-il pas en même proportion entre deux hommes dans l’état de nature & celui qui serait le mieux organisé94 ne ferait-il pas, quoique seul, des progrès vers la perfection de son être, comme un Cèdre bien sain, en bon terroir, élève sa tête altière vers le Ciel95, sans avoir besoin de l’art du cultivateur96 ? La pensée est-elle donc plus passive dans l’homme que la sève dans les végétaux & la faculté de se perfectionner ne résulte-t-elle pas de celle de penser ? Quelques génies97 de la trempe de celui de Moïse, d’Homère98, de Lycurgue, de Solon99, de César100, de Descartes101, de Newton102, de Montesquieu103 & c n’auraient assurément pu se resserrer dans les fonctions absolument animales de l’état [26] de nature, quand même ils eussent été privés des causes étrangères de développement. Je présume que leurs premières découvertes auraient été sublimes & rapides ; qu’enfin leurs premiers progrès dans le cercle des connaissances humaines n’auraient différé de ceux de nos plus grands Philosophes que dans le point d’où les uns & les autres seraient partis. Pascal104 a comme inventé la Géométrie, puisqu’il fut capable de la deviner & plus d’une tête ainsi organisée, toutes sauvages qu’on les voudra supposer, inventeraient la vie civile, si on me permet d’hasarder cette expression. Il se peut que dans tel climat les hommes naissent plus stupides qu’ailleurs & que l’enfance de certains peuples y soit plus longue ; mais dans tel autre climat105, cette enfance serait aussi impossible à perpétuer qu’il serait impossible [27] que telle plante qu’on y voit croître, n’eût pas telle forme, telle couleur & telle propriété.

  • 106 Jaucourt consacre un long article au chat (Enc., III, 1753) et Buffon ouvrira le volume VI de l’HN (...)
  • 107 Buffon consacre presque la moitié du tome V (1755) de l’HN au chien, p. 185-311.
  • 108 Ces lignes répondent au DOI, p. 72. Sur cet état d’« imbécilité » de la toute-petite enfance, voir (...)

14L’IMBECILITÉ, dégradation supposée particulière à l’homme qui le replonge, dit Monsieur Rousseau, dans son état primitif & plus bas que les bêtes, ne ressemble à cet état primitif qu’en raison de la durée de l’enfance & je ne vois pas qu’il nous fût plus aisé de rester toujours imbéciles que de rester toujours enfants. L’entendement, qui dans l’homme est à mon avis la source de la perfectibilité, lui est aussi naturel que l’instinct le peut être aux animaux ; or l’instinct se développe de même que l’entendement & s’altère. On aurait tort de dire que le Chat106 acquiert à la faveur du concours fortuit des causes accidentelles, l’instinct qui lui fait poursuivre une Souris, parce qu’il ne la poursuit pas [28] aussitôt qu’il a les yeux ouverts : or l’attrait pour la perfection est dans l’homme, ce que l’attrait pour la Souris est dans le Chat ; il se développe & se fortifie avec les organes. Ainsi, l’homme qui devient imbécile dans sa décrépitude, ne perd pas seulement ce qu’il avait acquis ; il perd, en effet, plusieurs portions de son être même : il perd les instruments dont son entendement s’était servi, comme le Chien107 perd son ardeur pour la chasse, & comme tous les animaux perdent une partie de leur instinct lorsqu’ils arrivent aussi à leur caducité. L’état primitif ou d’imbécilité108 dans lequel nous paraissons en naissant, est celui d’un être qui n’est pas encore achevé. L’état final ou d’imbécilité dans lequel nous mourons quelquefois, est celui d’un être qui se décompose. L’homme est si peu [29] le seul qui soit exposé à cette gradation, à cette dégradation ou à cet accident que j’ai vu des Chiens tomber, en vieillissant, dans cet état d’imbécilité & en donner des marques évidentes.

  • 109 * Ibid., p. 36 [note de l’auteur].
  • 110 Dans son Essai sur la manière de perfectionner l’espèce humaine (1756), le médecin, mathématicien, (...)
  • 111 Pour Dumarsais, les sophismes sont « certains raisonnements éblouissants dont on sent bien la fauss (...)
  • 112 Montesquieu dans les Romains (1734) dit de cet empereur : « Domitien fit voir un nouveau monstre, p (...)
  • 113 Au IVe siècle av. J.-C., Érostrate, pour se rendre célèbre, brûla le temple de Diane Artémis d’Éphè (...)
  • 114 Rousseau évoque « la facilité d’irriter et de satisfaire nos appétits et notre sensualité, les alim (...)

15J’AVOUERAIS avec Monsieur Rousseau*109 qu’il serait triste d’être forcé de convenir que la faculté de se perfectionner110 est la source de tous les malheurs de l’homme, qu’elle a fait éclore ses erreurs & ses vices, comme ses lumières & ses vertus, si je pouvais avouer que cette faculté mérite réellement les reproches qu’elle reçoit : mais l’abus que l’on peut faire d’une chose bonne en soi, n’oblige pas de conclure qu’elle est mauvaise ou qu’il vaudrait mieux en être privé. Ce sophisme111 est déplacé dans la bouche d’un homme comme Monsieur Rousseau dont l’esprit & le cœur [30] honorent l’humanité. Que des âmes lâches, que des esprits faux rejettent sur le compte de la nature les vices acquis en corrompant les dons qu’elle leur a faits, je n’en suis pas surprise ; mais qu’un homme sensé dise, par exemple, que l’entendement & la volonté sont des dons funestes puisque Domitien112, pourvu de ces deux facultés, ne fut qu’un tyran, c’est dire que le feu est un élément funeste, puisqu’Erostrate113 a brûlé le Temple d’Éphèse & qu’il vaudrait mieux que nous n’eussions point d’aliments parce que nous ne serions pas exposés aux indigestions114.

  • 115 * Ibid., p. 37 [note de l’auteur].
  • 116 « Ses désirs ne passent point ses besoins physiques » (DOI, p. 73).
  • 117 Métaphore qui recourt aux ténèbres vs les lumières de la raison.
  • 118 Reconnaissance de l’humanité de tout « Sauvage ».
  • 119 Sur le thème de la « curiosité », voir l’introduction et l’article de Jaucourt (Enc., t. IV, 1754). (...)
  • 120 Voir l’empirisme de Locke et Hume selon qui les idées proviennent des sens et se complexifient par (...)
  • 121 O. Belot s’essaie, comme beaucoup de ses contemporains, à imaginer une brève scène primitive, en ré (...)
  • 122 Condillac loue cette faculté (EOCH, I, 2, chap. 2-4, p. 43-78 et p. 113- 138). Sur la place de l’«  (...)
  • 123 C’est un lieu commun que les illusions des sens, en particulier de la vue, heureusement tempérées p (...)

16MONSIEUR Rousseau prétend ensuite*115 que celui qui n’aurait ni désir ni crainte, ne se donnerait pas la peine de raisonner ; que l’homme sauvage, privé de toutes sortes [31] de lumières, n’a que les désirs produits par ses besoins physiques116. J’ose être encore d’une opinion contraire. Il faudrait, pour que celle de M. Rousseau prévalût, qu’il fût libre à l’homme d’aveugler117 son entendement, d’imposer silence à son esprit, à sa raison, à sa volonté ; qu’il voulût enfin ne point vouloir & qu’il pût ne point penser. Il faudrait aussi que l’âme n’eût point ses désirs comme le corps a ses besoins. Mais puisqu’il est dans la nature de l’homme qu’il pense, qu’il réfléchisse, soit que son âme toute spirituelle ne puisse rester dans l’inaction ou que ses organes, une fois ébranlés, ne puissent interrompre le mouvement qu’ils ont reçu, il ne saurait anéantir cette faculté intérieure que tous les objets extérieurs exercent par le secours des sens & cette faculté [32] ne peut jamais le laisser sans désirs, même lorsque ses besoins sont satisfaits. Car le sauvage le plus brute, puisqu’il est homme118, c’est-à-dire, puisqu’il a un entendement, doit être ému de surprise & de curiosité119 à chaque idée nouvelle que ses sens portent à son esprit & que son esprit, travaillant pour ainsi dire, tout seul, considère, étend, compose ou simplifie à son gré120. Par exemple121, j’ai peine à croire que l’imagination122 de ce sauvage restât indifférente, froide & tranquille à l’aspect d’un autre sauvage qui, tout à coup, tomberait mort en sa présence. Ce tableau contrastant de la mort & de la vie dans le même sujet lui ferait faire des réflexions sur la différence & peut-être sur les causes de l’une & de l’autre. Je doute qu’il ne se fît pas un système particulier sur la nature, [33] les effets & le cours du Soleil. J’imagine que l’étendue de l’horizon sensible l’étonnerait, lorsqu’après l’avoir mesuré de l’œil & s’être approché de l’objet qui semblait terminer son point de vue, il s’apercevrait que le ciel ne touche point à la terre dans l’endroit où il avait crû le voir s’y joindre. Je présume qu’un bâton bien droit dans sa main, qui lui paraîtrait courbe dans l’eau, le surprendrait encore & l’occuperait longtemps123. Enfin mille choses à la fois ou successives multiplieraient inévitablement ses idées, parce que son entendement n’est pas fait pour en demeurer vide ; parce que ses sens les y portent ; parce que sa mémoire les y conserve & que son esprit, si j’ose m’exprimer ainsi, les y taille à facettes.

  • 124 « Mon » sauvage : celui auquel je crois ; on note le ton familier.
  • 125 Libido sciendi : c’est la pulsion de savoir, la « curiosité ». Nous sommes loin de l’interdiction e (...)
  • 126 Reprise de l’affirmation précédente.
  • 127 * Ibid. [note de l’auteur].
  • 128 Voir l’intérêt contemporain pour l’anatomie et la circulation du sang, par exemple dans le long art (...)

17VOILA donc mon124 sauvage aux prises avec [34] le désir de connaître125 qu’il ne puise pas dans ses besoins physiques ; le voilà donc qui prend la peine de penser & de réfléchir ; le voilà donc déjà sorti de cet état de nature, si complet & si précieux selon Monsieur Rousseau ; cet état n’a donc duré que le temps de son enfance126 ; sa raison se déclare donc sitôt qu’il est homme fait, ainsi que l’instinct se déclare dans les animaux lorsqu’ils sont arrivés au degré de perfection de leur individu. *127 Chez toutes les nations du monde (ajoute Monsieur Rousseau) les progrès de l’esprit humain se sont précisément proportionnés aux besoins que les peuples avoient reçus de la nature. Sans doute ; mais j’observe qu’ils ne s’y sont point arrêtés ; ce qui prouve que l’esprit a senti le besoin, le désir & la faculté d’acquérir des connaissances pour lui-même, après avoir pourvu [35] à la conservation de son enveloppe. Il faut donc des aliments, pour ainsi dire, à l’un comme à l’autre ; or, l’esprit est du moins aussi ingénieux, aussi actif à s’en procurer que le corps & ne peut s’en passer davantage. Il faut qu’il agisse comme il faut que le sang circule128.

  • 129 ** Ibid., p. 38 [note de l’auteur].
  • 130 L’expression renvoie à l’ouvrage de l’abbé Pluche, Le Spectacle de la nature ou Entretiens sur les (...)
  • 131 Voir les remarques de Buffon, HN, III, 1749, « Des sens en général ».
  • 132 Le développement qui suit, est, sans doute, inspiré de Buffon et de sa « vision » du « premier homm (...)
  • 133 « Adam : Nom du premier homme que Dieu créa et qui fut la tige de tout le genre humain, selon l’Écr (...)
  • 134 O. Belot s’essaie, comme bien d’autres à l’époque, à imaginer une scène primitive à valeur métaphor (...)
  • 135 * Ibid. [note de l’auteur].
  • 136 Voir Buffon : « Le sommeil qui paraît être un état purement passif, est donc au contraire le premie (...)
  • 137 On lit dans la scène primitive narrée par Buffon : « Quelle fut ma surprise de voir à mes côtés une (...)
  • 138 Refus de la représentation biblique et chrétienne de la « rencontre » d’Adam et Ève. Voir l’article (...)
  • 139 L’écoulement de la durée est ici essentiel pour que naisse le désir.
  • 140 Insistance sur l’identité des sexes et évacuation de l’idée de différence.
  • 141 Comme chez Buffon, la « conservation de l’espèce » n’est pas présentée comme le premier motif du co (...)
  • 142 Rousseau ne reconnaît l’importance de l’habitude chez « l’homme de la nature » qu’en ce qui concern (...)
  • 143 Sur l’« Amour paternel » voir l’article concerné (Enc., I, 1751, p. 369- 370) : « Si l’homme était (...)
  • 144 * Ibid., p. 47 [note de l’auteur].
  • 145 Voir « Amour filial et fraternel » (Enc., I, 1751, p. 370) : « La reconnaissance prévient dans les (...)
  • 146 O. Belot élargit à tous les membres du groupe les sentiments que Rousseau limite à l’amour de la mè (...)
  • 147 Pope : « D’une même tige naît & renaît une race qui se suit ; un amour inspiré par la nature, ce mê (...)
  • 148 Voir l’importance accordée à la pitié chez Rousseau : « Je ne crois pas avoir aucune contradiction (...)
  • 149 Le passage qui débute ici est une reprise des affirmations précédentes, sous forme conclusive.
  • 150 Voltaire annote le passage de Rousseau (« Enfin il est impossible d’imaginer pourquoi, dans cet éta (...)
  • 151 * Ibid., p. 44 [note de l’auteur].
  • 152 La question est d’actualité : Condillac dans son EOCH (1746) suppose deux enfants perdus dans le dé (...)
  • 153 Rousseau consacre un long développement à la naissance des langues (DOI, p. 77-81) pour conclure : (...)
  • 154 Maupertuis : « toutes les langues étaient simples dans leurs commencements ; elles ne doivent leurs (...)
  • 155 Idée classique, retenue par Hobbes, exprimée par Locke (EPEH, III, 2, § 8). O. Belot affirme la nai (...)
  • 156 Autre « scène » imaginée.
  • 157 À l’origine du langage, une double expérience faite en commun : elle fait appel à deux sens (la vue (...)
  • 158 La « découverte » du feu n’est qu’à peine évoquée par Rousseau (DOI, 1re partie, p. 74), malgré l’i (...)
  • 159 Dans l’article « Certitude » (Enc., II, 1752), Diderot écrit : « la certitude physique est celle qu (...)

18**129 QUI ne voit, dit encore Monsieur Rousseau, que tout semble éloigner de l’homme sauvage la tentation & les moyens de cesser de l’être ? Son imagination ne lui peint rien ; son cœur ne lui demande rien. Ses modiques besoins se trouvent si aisément sous sa main & il est si loin du degré de connaissances nécessaires pour désirer d’en acquérir de plus grandes qu’il ne peut avoir ni prévoyance, ni curiosité. C’est moi qui ne vois point l’homme sauvage sous l’aspect qui m’est présenté ici ; car, [36] ou il n’a point d’imagination ou son imagination lui peint quelque chose : s’il n’a point d’imagination, qui donc en donne une à l’homme civilisé, & s’il en a, que fait-elle au milieu du spectacle de la nature130 ? L’imagination est une faculté de notre âme, comme le toucher131 est une faculté de notre corps ; toutes deux font assurément partie de notre manière d’être. D’ailleurs, sitôt que le premier homme sauvage eut atteint la saison de penser & de sentir, il dut trouver en lui & hors de lui la tentation & les moyens de cesser de l’être. Son cœur, fait pour aimer comme son esprit pour réfléchir, s’ouvrit à la tendresse dans l’instant que ses yeux se fixèrent sur les objets qui l’inspirent puisque l’harmonie de la nature n’est autre chose que l’amour & l’union132 & lorsque, remontant jusqu’au père [37] du genre humain133, je me demande ce qu’il éprouva lorsqu’il passa du néant à l’existence ; il me semble que je le vois134, étonné de son être, essayer tous ses sens à mesure qu’il se les découvre, les exercer ensuite avec plus d’assurance sur les objets qui l’environnent & dès les premiers jours de sa vie, fournir à son entendement au moins des idées simples que bientôt son esprit assemble, sépare & combine par la puissance active qui lui a été donnée ; puissance, qui n’a pas dû laisser dormir le premier homme*135 tout le temps qu’il a été seul & oisif, à l’exemple des animaux, comme le dit M. Rousseau, qui, pensant peu, dorment tout le temps qu’ils ne pensent point ; parce que l’homme pense tout le temps qu’il veille & peut-être tout celui même qu’il dort136 ; parce qu’il est bien le maître de penser [38] à tel ou tel objet mais qu’il ne l’est pas de ne penser à rien ; parce que le premier de son espèce, auquel tout était nouveau, a dû vraisemblablement se livrer avec avidité aux images & aux réflexions que lui fournissaient les objets sensibles. Dans le nombre de ces objets, celui qui l’affecta davantage, fut sans doute celui qui lui ressemblait le plus137, c’est-à-dire sa naïve compagne138. Il me semble encore qu’avant de deviner précisément de quel prix ces innocents époux étaient l’un à l’autre, avant de mettre à profit l’ingénieuse différence que la nature laissait entre eux, ils durent employer quelque temps139 à la chercher & à la saisir. Ce temps fut précieux ; il développa dans leur cœur & dans leur esprit des sentiments & des idées agréables. Même espèce, mêmes penchants, même curiosité, [39] mêmes transports, même ivresse, que de motifs pour se devenir réciproquement un objet de comparaison140 ! Que de liens déjà tissés ! Je crois les surprendre à se considérer ; ils se plaisent ; ils se communiquent par des sons ou par des signes leur émotion mutuelle. Après s’être examinés, ils réfléchissent ; ils se regardent & se parlent encore ; ils désirent, ils s’unissent, ils s’aiment ; enfin, ils sont heureux. À la suite d’une situation si douce, quelle raison auraient-ils de se fuir141 ? Le soin de leur conservation doit plutôt leur devenir commun. En ne trouvant autour d’eux, rien de fait comme eux, rien qui pense comme eux, rien qui s’exprime comme eux, je crois au contraire qu’ils craignent de se séparer, qu’ils se tiennent sous le même arbre, qu’ils vont à la même fontaine & qu’à chaque instant, [40] leur société se resserre par l’attrait du plaisir, les progrès de la raison & le charme de l’habitude142. Les fruits de leur union les étonnent, les occupent & les attendrissent encore143. Monsieur Rousseau convient*144 que l’habitude rend les enfants chers à leur mère ; le même principe rend aussi la mère chère aux enfants145. Cette tendresse réciproque entre eux tous146, jointe aux besoins des plus faibles & aux secours qu’ils reçoivent des plus forts, empêche donc qu’ils ne se divisent jusqu’à ce que le canton où ils naissent, devenant trop peuplé à la longue, ils soient obligés de s’étendre pour trouver leur subsistance. Mais alors, la société est déjà formée & l’état de pure nature ne subsiste déjà plus. Les familles s’en vont ensemble parce qu’il reste toujours dans chacune des enfants qu’on n’abandonne pas. Ces enfants [41] de différents âges remplissent, tour à tour, par les soins qu’ils demandent, presque toute la vie de leurs parents. Lorsqu’une femme féconde a un fils de sept ans qui, selon le système de Monsieur Rousseau, peut se passer d’elle, il lui en reste cinq ou six autres, plus jeunes qui ont besoin qu’elle les allaite, qu’elle les porte, qu’elle leur cueille des fruits, qu’elle les défende147. Or la nature, la reconnaissance, l’habitude, la pitié148 ne retiendront-ils pas un de ses enfants auprès d’elle dans sa vieillesse, lorsqu’elle n’aura plus la force de pourvoir ni à sa nourriture ni à sa sûreté ? L’état de nature qui suppose une si farouche indépendance, tant d’ingratitude & de stupidité, n’est en vérité pas fait pour l’espèce humaine. Elle n’a pu ni le connaître ni s’y engourdir. Le concours fortuit [42] des causes accidentelles149 qui, dit-on, l’en a tiré & qui, si l’on consulte Monsieur Rousseau, pouvait fort bien ne pas arriver, est un concours des causes nécessaires, inévitables & le premier homme, livré à lui-même, se civilisa par les seules connaissances que son entendement, sa mémoire, son imagination, son esprit & son cœur reçurent du rapport de ses sens, & qu’ils perfectionnèrent ensuite. Il sentit les avantages de la société aussitôt qu’il aperçut un être sociable comme lui. Il en transmit le goût & l’exemple à sa naissante postérité pour qui, toujours, les bons offices, rendus d’un côté & reçus de l’autre, furent les plus forts liens150. Il ne me paraît pas, comme à Monsieur Rousseau*151, que l’invention des langues ait dû coûter des peines inconcevables & des temps infinis152. [43] Sitôt que deux, quatre, trente, mille créatures humaines commencèrent à vivre ensemble, l’agrément & la nécessité de se communiquer leurs idées, leur en suggérèrent des signes représentatifs153. À mesure que les idées s’étendirent, ces signes se multiplièrent insensiblement154. Je ne m’étonnerais de cette invention que si elle avait été d’abord parfaite, qu’elle fût l’ouvrage d’un seul homme, qu’il l’eût rédigée en méthode & qu’il l’eût apprise à tous ses semblables. Mais quand je vois des oiseaux s’appeler dans un champ, se séparer, se réunir, enfin s’entendre à différents cris, je trouve tout simple que les hommes aient imaginé le même art entre eux. Les langues & la société ont dû commencer ensemble155, se perfectionner réciproquement & n’en déplaise à Monsieur Rousseau, ce mutuel [44] secours en a certainement rendu les progrès également rapides. On dirait, à la façon dont il raisonne sur l’origine des idées, des langues, des sciences & des arts, qu’il ne suppose, depuis la création, qu’un homme à la fois qui ait fait des découvertes qu’il ait communiquées aux autres & que ceux-ci, fixés docilement au point où il les avait conduits, ont attendu que son successeur les conduisit quelques pas plus loin. Mais chaque homme ayant eu la faculté de penser & de réfléchir d’après soi & d’après ses pareils, les idées & les réflexions de plusieurs ont fait bien plus de chemin que celles d’un seul. Par exemple156, que vingt sauvages soient assis autour d’un arbre, que, par hasard, le tonnerre tombant sur des feuilles sèches les allume, après la première surprise157, l’un dira dans son idiome, [45] j’appelle ceci du feu158. Voilà le nom du phénomène trouvé. L’autre, en éprouvant une sensation douloureuse lorsqu’il y touche, dira ce feu est chaud159. Un troisième, voyant qu’il s’éteint où les feuilles sont consumées, s’avisera d’y en jeter de nouvelles. Un quatrième s’apercevra qu’il est lumineux. Enfin chacun en particulier, profitant de la découverte déjà faite de quelques propriétés de cet élément, lui en cherchera encore & tous les sauvages, en se communiquant leurs observations, auront très-promptement un grand nombre d’idées & de mots sur la nature & les effets du feu.

  • 160 O. Belot peut penser à la théorie longuement développée par Condillac dans De l’origine & des progr (...)
  • 161 * Ibid., p. 54 [note de l’auteur].
  • 162 L’exemple de la première « perception » d’un arbre désigné par « A » (accolé à celui du cheval dési (...)
  • 163 Fausse naïveté de la Provinciale, qui en use également plus bas.
  • 164 Sur la question de la multiplication des langues, voir Rousseau selon qui des langues différentes s (...)
  • 165 L’action récente de Jacob Rodrigues Pereire (1715-1780) en faveur des sourds et des muets, à qui il (...)

19Je ne m’aviserai pas de m’appesantir sur une dissertation grammaticale pour découvrir quand & comment les substantifs, les adjectifs, les verbes & leur régime se classèrent [46] dans la tête des premiers habitants du monde160. Il y a bien quelques bagatelles dans cet article que l’on pourrait contester à Monsieur Rousseau, comme lorsqu’il dit*161 que chaque objet reçut d’abord un nom particulier sans égard aux genres & aux espèces que ces premiers instituteurs n’étaient pas en état de distinguer & que tous les individus se présentèrent isolés à leur esprit, comme ils le font dans le tableau de la nature. Si un chêne s’appelait A, un autre chêne s’appelait B ; de sorte que plus les connaissances étaient bornées, plus le Dictionnaire devint étendu. Nous voyons précisément le contraire dans les enfants qui, sur le fait dont il s’agit, peuvent servir d’objets de comparaison. Dès qu’ils savent le nom d’une chose, ils donnent ce même nom à tout ce qui ressemble un peu à cette chose. Ainsi, plus l’on présume [47] que les sauvages confondaient les espèces, plus il est apparent qu’ils ne multipliaient pas les noms par chaque individu. Et s’ils appelaient un chêne A, j’imagine qu’ils appelaient A presque tous les autres arbres162. Nous ne devons pas les juger relativement aux principes de notre langue. Je crois bien qu’Adam n’inventa point les règles du Français163 mais lui & sa postérité eurent un autre idiome qu’on entendait sans doute. Les Arabes, les Égyptiens, les Hébreux, les Chaldéens, les Grecs, les Latins, comme tous les peuples qui sont sur la surface de la terre, ont pu chacun, par une méthode particulière, faire circuler leurs pensées164 ; & je doute qu’il fût judicieux de dire que les sauvages n’atteindront pas au même degré d’esprit & de connaissances que nous, parce [48] qu’ils ne conjuguent pas comme nous. La multitude presqu’infinie des différentes manières de s’exprimer parmi les hommes prouve que cet art est, à la fois, inépuisable & facile. Puisque les muets se font un langage165, les premiers peuples de l’Univers ont dû faire moins d’efforts pour réussir dans la même entreprise.

  • 166 Proche du lat. « ferus » (« sauvage »), mais comprend une idée de violence. Linné dans la nomenclat (...)
  • 167 Sur la sociabilité de l’homme, idée ancienne (ζώον πολιτικόν d’Aristote, Politique, I, 22), voir Po (...)
  • 168 « Prétendus » au sens où Rousseau entend l’homme à l’état de nature.
  • 169 Les associations humaines ne peuvent se « conserver » que par « conventions » ; voir Locke (TGC, I, (...)

20En partant de la nature de l’homme, de ses facultés & du premier emploi qu’il a en dû faire, il est certain que, loin d’être un animal féroce166, il a toujours eu le goût d’établir & de conserver une étroite correspondance avec ses semblables167, à mesure qu’ils se multipliaient. Lorsque le nombre en est devenu trop considérable pour habiter le même lieu, il n’a plus été question, en se séparant, que d’assortir les convenances, les rapports & les inclinations [49] pour former des sociétés qui se portassent en différents cantons. Dès le premier siècle du monde, les prétendus sauvages168, ne pouvant plus être contenus dans un petit espace, se trouvèrent dans la nécessité de s’unir par des conventions réciproques169 & non de se répandre comme des troupeaux d’animaux, indépendants les uns des autres. En faisant société d’un consentement unanime, ils s’entraidèrent : s’ils se fussent dispersés indifféremment, ils n’auraient pu que se nuire.

  • 170 Cette thèse est rejetée par Rousseau dans l’exorde même du DOI, p. 61- 62. C’est ici que débute la  (...)
  • 171 Dans la Suite de l’Apologie de […] Prades (1752), Diderot distingue l’homme « en troupeau » et l’ho (...)
  • 172 Voir Pope : « [les hommes] s’unirent par amour ou par crainte » (EH, Ép. III, p. 54). Pour Quesnay (...)
  • 173 L’« origine lointaine » de l’inégalité sociale serait donc l’inégalité naturelle, celle qui est déf (...)
  • 174 Pope : « Le nom de Roi fut inconnu jusqu’à ce qu’un intérêt commun plaçât le pouvoir entre les main (...)
  • 175 Pope : « la crainte est le principe […] de la tyrannie » (ibid., p. 57) et « la crainte […] prêta s (...)
  • 176 Il faut relever cette critique d’ordre politique, brièvement exprimée, qu’O. Belot développera dans (...)
  • 177 Tout ce passage, traitant de l’échange et de la répartition du travail, s’inspire du TGC de Locke.
  • 178 Critère central de l’« utilité », chère aux philosophes ; voir, par exemple Quesnay : « l’autorité (...)
  • 179 Dans la Suite de l’Apologie de […] Prades, Diderot note : « Chaque membre de la société cherchant a (...)

21C’est ici que commence la liaison essentielle qu’on doit admettre entre l’inégalité naturelle & l’inégalité morale ou politique170 ; car, si le genre humain se partagea en sociétés, il est probable que l’homme le plus adroit, le plus ingénieux, le plus robuste, le plus compatissant, le plus utile enfin inspira de la confiance aux autres [50] & les prit, pour ainsi dire, sous sa protection ; s’il se dispersa en troupeau171, l’homme le plus fort, le plus courageux, le plus violent, le plus farouche inspira de la crainte à tous & les mit dans le cas ou de s’unir contre lui ou de s’unir avec lui172. Voilà donc de ce moment, l’inégalité naissante qui marque des rangs entre les hommes173. Voilà des hommages qui s’obtiennent ou qui s’exigent. Voilà le monarque & ses sujets174 ou le despote & ses esclaves175. Il est trop vrai que l’inégalité politique établie actuellement, ne suppose pas que ceux qui commandent, possèdent la force du corps ou de l’esprit, la sagesse, la vertu, en proportion de leur puissance ou de leurs richesses176 ; mais si l’inégalité naturelle n’est plus la cause journalière de l’inégalité politique, il me paraît qu’elle en a été [51] la cause primitive. On me demandera peut-être pourquoi les hommes parvenus à un certain nombre ont dû se servir ou se nuire ? La raison en est simple ; ou ils ont dit : Travaillons de concert pour notre subsistance, l’un ira chercher des coquillages, l’autre ira cueillir des fruits, un troisième ira à la chasse177 & c ; et, rapportant tout à la masse, nous partagerons suivant nos besoins ; nos femmes prendront soin des enfants & des vieillards ; nos jeunes gens abattront des arbres & construiront des cabanes ; nous nous défendrons ainsi à frais communs contre la disette, les intempéries de l’air & les bêtes féroces ; alors ils se devinrent mutuellement utiles178 ; ou bien chacun a dit en particulier, je ne veux songer qu’à moi : voici un arbre chargé de pommes, il est le seul que j’aperçoive, j’ai faim, je m’en empare [52] ; un autre survient avec le même droit & la même intention ; ensuite un troisième, ensuite cinquante autres aussi pressés de vivre ; & les pauvres gens se battront plutôt que de faire une ou deux lieues de plus, avec la crainte de ne pas trouver un autre pommier ou de s’y trouver encore en concurrence ; l’occasion de combattre renaîtra chaque fois que ces malheureux se rencontreront avec les mêmes besoins & que tous ne pourront pas les satisfaire ; alors l’espèce sera le fléau de chaque individu179. Ainsi, dès que l’on put apercevoir la supériorité de la force sur la faiblesse, du courage sur la lâcheté, de l’esprit sur la bêtise, de la prudence sur l’étourderie, de la dextérité sur la maladresse l’idée de l’autorité légitime & celle de la tyrannie se présentèrent, avant que [53] le mot d’autorité & de gouvernement fût de convention parmi les hommes.

  • 180 On remarque le passage à la première personne qui induit une identification entre le « Sauvage », e (...)
  • 181 Allusion aux théories contradictoires de Hobbes et de Locke ?
  • 182 Notion centrale dans la pensée d’O. Belot. Le terme est en grand usage au cœur du siècle. Cette qua (...)
  • 183 Réplique à la célèbre formule de Rousseau qui ouvre la 2e partie du DOI : « Le premier qui, ayant e (...)

22Il est vrai, comme le remarque M. Rousseau, qu’un seul homme, si fort qu’il soit, n’assujettira pas un autre homme plus faible que lui, tant qu’il restera à ce dernier la ressource de fuir, si l’on y ajoute la facilité de vivre en fuyant. Mais si des Sauvages m’enlèvent180 les fruits que j’aurai cueillis, le gibier que j’aurai tué, s’ils me chassent de l’antre qui me servait d’asile & qu’il n’y ait plus dans la contrée où je suis que cet antre, ces fruits & ce gibier, ne suis-je pas obligé, moi Sauvage, ou de vaincre mes concurrents pour demeurer possesseur de mon nécessaire ou de les prier de m’en faire part ou de mourir de faim s’ils me refusent ? Mais au contraire, si je n’ai rien de toutes ces choses & que d’autres [54] Sauvages plus humains m’en offrent, ne me plairai-je pas dans la troupe de ceux-ci ? Ne me sentirai-je pas disposé à m’y mêler, à veiller à leur sûreté, à les intéresser de plus en plus à la mienne ? Dans le premier cas, la fuite me devient inutile & dans le second, elle me paraît affreuse. Ainsi, la nécessité introduisit, dès le commencement du Monde, parmi les hommes ou la guerre ou l’union181 ; & la force fournit les uns, tandis que la bienfaisance182 apprivoisa les autres. Le premier qui183 prit un soin assidu de ses enfants, qui servit les vieillards, qui défendit les faibles de la violence des forts ou de la rage des bêtes féroces, qui aima ses semblables lorsqu’ils ne lui firent point de mal, qui osa leur résister courageusement lorsqu’ils l’attaquèrent sans raison, fut le vrai fondateur de la société civile ; [55] & ce dut être le premier homme même, si ce premier homme ne fut pas formé vicieux ou insensé.

  • 184 Rousseau développe avec insistance l’idée de la présence chez « l’homme de la nature » de la pitié, (...)
  • 185 Nécessairement, sans y réfléchir.

23La pitié184, ce sentiment si naturel dans le cœur humain, si incontestable que Monsieur Rousseau ne le lui conteste pas, est encore un motif invincible & secret qui dispose l’homme à devenir sociable ; car le Sauvage le plus brute a tout le discernement qu’il lui faut pour s’apercevoir quand son semblable souffre & qui plus est, il a le penchant de le soulager ; or, un Sauvage décrépit, enfant ou blessé excite donc cette compassion agissante qui en fait accourir un autre à son secours. Voilà donc les sains, les robustes, les jeunes qui s’empressent machinalement185 dès la première race, à prêter leurs soins aux vieillards, aux enfants, aux malades ; ceux-ci ne peuvent [56] les recevoir sans éprouver à leur tour le charme de la reconnaissance. Voilà donc mille occasions pour les hommes, de commercer ensemble & de prendre de l’empire les uns sur les autres.

  • 186 L’incise est ambiguë.
  • 187 Le passage incriminé suit immédiatement le développement sur la « pitié naturelle ».
  • 188 * Ibid., p. 73 [note de l’auteur].
  • 189 Rousseau écrira que ce morceau a été inspiré par la « méchanceté » de Diderot, alors enfermé à Vinc (...)
  • 190 Contradiction interne ?
  • 191 Dumarsais écrit : « Le philosophe n’est point un monstre qui ne doive vivre que dans les abîmes de (...)
  • 192 Notation d’ordre linguistique qui renvoie à l’étymon grec.
  • 193 C’est la conception qu’exprime, par exemple, Dumarsais dans Le Philosophe. Voir l’article « Bonté » (...)

24Comment Monsieur Rousseau, si célèbre par l’esprit & le caractère philosophique qu’on lui attribue186, ose-t-il, à propos de la pitié, lancer un trait sacrilège à la Philosophie187, lorsqu’il dit *188 : C’est elle qui replie l’homme sur lui-même ; c’est elle qui le sépare de tout ce qui le gêne & l’afflige. C’est la Philosophie qui l’isole ; c’est par elle qu’il dit en secret à l’aspect d’un homme souffrant, Péris si tu veux, je suis en sûreté. Il n’y a plus que les dangers de la société entière qui troublent le sommeil tranquille du Philosophe & qui l’arrachent de son lit. On peut impunément égorger son semblable [57] sous sa fenêtre, il n’a qu’à mettre ses mains sur ses oreilles & s’argumenter un peu pour empêcher la nature qui se révolte en lui, de l’identifier avec celui qu’on assassine189. Il est singulier, pour ne pas dire contradictoire190, que la pitié ait contribué à faire de l’homme sauvage l’homme civilisé et que l’homme civilisé ait fait l’homme Philosophe & que le Philosophe qui doit être plus perfectionné qu’un autre homme, ne soit qu’un monstre191 aux regards de Monsieur Rousseau. J’ignore quels sont les Rhéteurs, les Sophistes, les insensés qui s’étudient à étouffer la pitié dans le cœur humain. J’ai toujours cru que la saine Philosophie tendait à perfectionner la nature & non pas à la dépraver ; qu’enfin l’ami de la sagesse, titre que renferme le nom de Philosophe192, ne pouvait être l’ennemi de la bonté193.

  • 194 * Ibid., p. 88 [note de l’auteur].
  • 195 DOI, p. 88 ; en marge de ce passage de Rousseau, Voltaire note : « La beauté excitera l’amour et l’ (...)
  • 196 Le passage semble être inspiré de la fable de La Fontaine, Le Chêne et le Roseau (I, 22).
  • 197 O. Belot répond, sous forme de chiasme, à la critique qu’adresse Rousseau aux théoriciens qui l’ont (...)
  • 198 Allusion à Buffon : l’homme fait partie de la « classe des animaux », mais possède des traits spéci (...)
  • 199 Attaque ad hominem ?
  • 200 O. Belot redit ici, avec insistance, son rejet du « hasard ». Voir Montesquieu (« Ceux qui ont dit (...)
  • 201 « Simple : nom général des herbes et des plantes médicinales » (DAF).
  • 202 O. Belot aborde ici le thème des passions, largement traité par Rousseau : elles « ne passent point (...)
  • 203 * Ibid., p. 36 [note de l’auteur].
  • 204 Ce sont précisément celles qui, naturelles, ne sont pas condamnée par Rousseau.
  • 205 Rousseau distingue « l’amour de soi » (propre à l’état de nature) et « l’amour propre », passion nu (...)
  • 206 D’Alembert voit dans ces deux « passions » le moteur de la science historique : « Animés par la cur (...)
  • 207 L’énumération va crescendo. C’est d’abord de l’observation des plus importants phénomènes concrets (...)
  • 208 « La divinité » et non « Dieu », voir Pope (EH, Ép. III et IV) ; on songe à l’HN de Buffon.
  • 209 La traduction de la Dissertation sur les nations de Hume vient d’être publiée dans le MF (janv. 175 (...)
  • 210 Voir la diatribe de Rousseau contre la « passion terrible » qu’est « l’amour moral », propre à la « (...)
  • 211 ** Ibid., p. 79 [note de l’auteur].
  • 212 O. Belot modifie, à dessein, la proposition de Rousseau qui évoquait « le combat de certains animau (...)
  • 213 Voir « Beau », article de Diderot (Enc., II, 1752) qui accorde une large place au « beau relatif ».
  • 214 Rousseau écrit : « toute femme est bonne » pour un « Sauvage » (DOI, p. 88). Charles Borde écrira, (...)
  • 215 « Bourbeux : plein de bourbe » ; « bourbe : fange, boue. Il ne se dit guère que de la fange de la c (...)
  • 216 Voltaire, en marge de la phrase de Rousseau (« l’imagination qui fait tant de ravages parmi nous, n (...)
  • 217 Ce « choix » des « plus jeunes » par les hommes peut s’expliquer par le désir de « conservation » e (...)
  • 218 Selon Rousseau, ces passions, inconnues de l’homme de la nature, naîtront dans la société civile.
  • 219 ** Ibid., p. 81 [note de l’auteur].
  • 220 Pour « une fois ».
  • 221 Conclusion sur la sociabilité naturelle de l’homme, sous forme de reprise des quatre arguments déve (...)

25[58] Je ne comprends pas non plus comment Monsieur Rousseau peut se dissimuler à lui-même que la vie civile a toujours été le seul genre de vie convenable à l’homme dont l’espèce y paraît si évidemment destinée, quand on en examine l’organisation, les penchants & les besoins. Si j’ai prouvé cette vérité, j’ai affermi, en même temps, celle qui en résulte, c’est-à-dire, l’origine de l’inégalité morale, puisée dans l’inégalité naturelle entre chaque individu car la nature n’en aura point favorisé quelques uns inutilement ; & lorsque Monsieur Rousseau demande*194 : là où il n’y a point d’amour de quoi servira la beauté ? Que sera l’esprit à des gens qui ne parlent point et la ruse à ceux qui n’ont point d’affaires ?195. Ne peut-on pas lui répondre que la beauté servira à faire naître l’amour, l’esprit à inventer, [59] à enrichir l’art de la parole & la ruse à mettre en œuvre à son profit le talent, la complaisance, la sottise ou la bonne foi ? L’inégalité naturelle & ses effets se font sentir même parmi les êtres inanimés. Deux chênes croissent à côté l’un de l’autre & sans culture ; l’un est droit, haut, touffu tandis que son voisin pousse languissamment des branches grêles & rampantes autour d’un tronc informe : & le premier, faisant, pour ainsi dire, valoir ses avantages, attire à soi presque tous les sucs que la terre peut fournir à leur commune subsistance196. Ce n’est donc point par hasard que l’homme est sorti de son prétendu état primitif puisque la nature l’avait formé pour la vie civile. En raisonnant sur cet état, je ne crois pas y avoir transporté les idées prises dans la société197 ; [60] mais en raisonnant sur la société, je crois au contraire y transporter les idées prises dans l’état de nature. Si les hommes, je le répète, sont organisés de manière à ne pouvoir rester dans la classe des bêtes198, ils ont dû s’en séparer par les seules facultés de leur entendement, dès la première race. Si l’on remonte aux premiers individus de l’espèce humaine, on conviendra que l’occasion, le penchant & la nécessité ont formé nécessairement entre eux une société très étroite. Si l’on considère l’inégalité qui se trouve encore parmi leurs descendants, on y doit reconnaître la source de l’inégalité morale & le principe de tout gouvernement ; & lorsqu’on voudra écarter tout esprit systématique, romanesque & singulier199, je ne pense pas que l’on puisse me contester [61] ces trois points d’appui. Le hasard, ce mot vide de sens200, peut bien faire découvrir une source, une mine, un phénomène, les premiers éléments d’un art, quelques propriétés d’un simple201 & c. Mais toutes ces choses que le hasard tire de l’obscurité n’avaient point de facultés actives pour s’en tirer elles-mêmes ; ce n’est point le hasard qui donne à l’homme le talent de les mettre à profit & l’esprit humain n’a pas besoin du hasard pour agir en lui-même & hors de lui-même ; il est à la fois actif & passif. Les sens peuvent bien tenir du hasard les objets sur lesquels ils font leur rapport à l’esprit ; mais l’esprit qui les écoute, qui les combat, qui les rectifie, qui les juge fait toutes ces secondes opérations sans eux. Il a sa puissance particulière qu’il ne dépend pas du hasard [62] d’exercer ou de laisser oisive ; & le développement de l’esprit a dû se faire aussi nécessairement que celui des sensations. De-là, il résulte que la plupart de nos passions202 tiennent à notre être aussi intimement que la faculté de penser & celle de voir ; car nos passions ne tirent pas seulement leurs origines de nos besoins, comme Monsieur Rousseau le décide*203 ; notre âme a aussi les siennes & il me semble qu’on peut en distinguer de trois sortes, les passions inséparables des sens, les passions inséparables de l’âme & les passions qui affectent à la fois l’âme & les sens. Je ne parcourrai point celles qui naissent de nos besoins physiques & qui sont l’ouvrage des sens ; on est d’accord à cet égard204. Mais il en est d’une autre espèce que Monsieur Rousseau oublie ou confond avec elles. [63] Par exemple, l’amour propre205 & le désir de connaître206 sont deux passions auxquelles les sens n’ont de part que comme des instruments dont l’âme se sert pour arriver à son but. Or l’amour propre & la curiosité sont si bien nés avec l’homme que le Sauvage le plus grossier n’en est pas dépourvu. Je doute qu’on en trouve un seul qui ne se préfère pas à son semblable ou à tel autre objet de comparaison que ce soit & qui ne se fasse pas à sa manière des conjectures, des réflexions plus ou moins raisonnables sur le Soleil, la Lune, le Ciel, la Mer, l’étendue207 ; ou sur la Divinité ou sur sa propre nature ou sur celle des animaux & des plantes208 ; ou sur l’origine de sa nation ou sur la différence qu’il peut remarquer entre elle & les nations voisines209. L’amour, cette passion si douce & si pure [64] dont Monsieur Rousseau ne veut faire qu’un besoin momentané, est une de ces passions qui affectent l’âme & les sens. En vain, il s’efforce de l’avilir, jusqu’à décider que le moral n’en est qu’un sentiment factice210.**211 On peut se convaincre du contraire parmi les animaux mêmes ; & ce flambeau sacré, lorsqu’il s’allume, semble les élever au-dessus de leur instinct. Le besoin de se reproduire ne leur suffit pas toujours pour s’y déterminer ; il leur faut encore d’autres convenances ; & l’on voit souvent des femelles212 refuser l’approche des mâles qu’on leur donne, pour choisir librement ceux qu’elles trouvent à leur gré. Ainsi, un Sauvage, sans avoir l’idée du beau absolu, peut s’en faire une comme nous du beau relatif213 & préférer telle femme à telle autre214, comme il préférerait de manger un fruit mûr [65] à de l’herbe sèche ou de se désaltérer à une fontaine pure plutôt qu’à une mare bourbeuse215. Ce Sauvage n’est-il donc pas en état de faire comparaison d’une vieille avec une jeune, d’une bien faite avec une difforme ? Son imagination216, quoiqu’en dise Monsieur Rousseau, avertirait ses sens & ses sens, à leur tour, avertiraient son imagination de cette différence. Si dans un canton quelconque, quatre Sauvages rencontraient deux femmes de vingt ans & deux femmes de soixante, ils se disputeraient vraisemblablement la possession des plus jeunes & celles-ci, usant aussi de leurs droits, marqueraient peut-être de la prédilection, en se livrant aux uns & en se refusant aux autres217 ; alors l’amour, la jalousie, la vanité218 prendront naissance en même temps dans le cœur de ces Sauvages comme [66] dans celui des hommes civilisés ; alors ils se feront, à leur manière, l’idée d’une sorte de mérite dont chacun se croira décoré & qu’il voudra faire valoir ; alors toutes les passions qui dérivent de ces sources fécondes, en se développant, développeront bientôt & les vices qui en abusent & les vertus qui les rectifient. L’exemple des Caraïbes, que cite Monsieur Rousseau**219, ne conclut rien contre mon opinion à cet égard ; ils sont déjà bien loin de l’état de nature ; ils vivent en société ; & s’ils sont si paisibles dans leurs amours en se permettant la communauté des femmes, cette liberté n’en entraîne pas la privation & n’en exclut pas le choix ; au lieu que des Sauvages errants & féroces, n’étant jamais sûrs de retrouver deux fois la femme qui leur plaît une220 ni de s’en dédommager aisément, seraient [67] réduits à se battre comme rivaux & à manquer souvent l’occasion de multiplier leur espèce. Si la femme, choisie & disputée par l’un d’eux, avait dans le cœur, dans le caractère & dans l’esprit, certains rapports avec celui qui la possède, si elle ne lui était point ravie, au désir réciproque & passager qui les avait unis d’abord, succéderait l’amour qui le fait renaître & l’épure, qui n’en a pas besoin pour être immortel & qui suffirait seul pour inspirer le goût de la société, quand d’autres motifs ne l’auraient pas encore introduit. Ainsi, la raison, la pitié, l’intérêt & l’amour, étant chacun une cause suffisante pour rendre l’homme sociable221 & l’homme étant né susceptible de raison, de pitié & c, il ne pouvait manquer de le devenir.

  • 222 Marque appuyée de civilité.
  • 223 *** Ibid., p. 116 [note de l’auteur].
  • 224 « En effet » signifie « en réalité » et s’oppose à « en apparence ».

26Monsieur Rousseau me permettra de me [68] soustraire encore à son autorité222 lorsqu’il dit, après avoir fait un tableau admirable des progrès du genre humain, jusqu’à certain point où son pinceau s’arrête***223 : Que cette période du développement des facultés humaines, tenant un juste milieu entre l’indolence de l’état primitif & la pétulante activité de notre amour propre, dut être l’époque la plus heureuse & la plus durable. Plus on y réfléchit, continue-t-il, plus on trouve que cet état était le moins sujet aux révolutions, le meilleur à l’homme & qu’il n’en dut sortir que par quelque funeste hasard qui, pour l’utilité commune, eût dû ne jamais arriver. L’exemple des Sauvages qu’on a presque tous trouvés à ce point, semble confirmer que le genre humain était fait pour y rester toujours ; que cet état est la véritable jeunesse du Monde & que tous les progrès ultérieurs ont été [69] en apparence autant de pas vers la perfection de l’individu & en effet224 vers la décrépitude de l’espèce.

  • 225 Sens ambigu du terme : pour O. Belot, il est synonyme de capacité à progresser.
  • 226 La référence à Turgot est nette : l’expression est tirée du titre de son discours de 1750, Tab. ph.(...)
  • 227 Comparaison issue du domaine de la dynamique, chère à d’Alembert.
  • 228 Voir Buffon, « Des variétés de l’espèce humaine », HN, III, 1749, p. 371- 530.
  • 229 « Raisonnement » et « fait » : reprise partielle de l’expression du début du texte, avec inversion  (...)
  • 230 D’Alembert : « Aussi fallut-il au genre humain, pour sortir de la barbarie, une de ces révolutions (...)
  • 231 Allusion au DSA de Rousseau (1750), qui envisage l’histoire humaine comme une décadence.
  • 232 Métaphore attendue des Lumières et des ténèbres.

27Dès que Monsieur Rousseau accorde à l’homme la perfectibilité225, dès qu’il convient que l’homme en a fait usage, il faut qu’il convienne aussi que cette perfectibilité n’a pu rester, pour ainsi dire, en chemin, à moins qu’un funeste hasard ne l’eût au contraire arrêtée ; qu’il faut que des progrès successifs226 la conduisent jusqu’à la dernière période qu’il lui est possible d’atteindre, période que personne ne peut marquer. On pourrait peut-être comparer la perfectibilité de l’homme au mouvement qu’un corps a reçu ; ce corps le donne à un autre qui le touche & de proche en proche le mouvement se communique jusqu’à ce qu’il s’épuise, à moins qu’une force [70] accidentelle & résistible, ne l’interrompe227. L’exemple des Sauvages qu’on a presque tous trouvés à ce point de développement où Monsieur Rousseau voudrait que l’homme se fût engourdi, ne confirme pas que le genre humain fut fait pour y rester toujours ; car nous connaissons bien moins de Nations sauvages que de Nations civilisées ; & il n’est pas probable que le grand nombre ait forcé sa vocation tandis que le plus petit s’y serait renfermé. D’ailleurs, tel peuple sauvage est errant, cruel, stupide ; & tel autre est humain, intelligent, établi sans qu’aucun d’eux ait eu plus de moyens d’altérer son génie originaire. La nature peut donc mettre des variétés228, des gradations parmi les hommes ainsi que parmi ses autres productions. Mais le raisonnement & le fait229 [71] démontrent qu’elle en a produit l’espèce pour être intelligente, éclairée & sociable. Quelques exceptions de peuples encore grossiers n’abrogent point la loi générale qu’elle paraît avoir suivie ; d’autant mieux que ces Peuples ne sont peut-être pas originairement brutes. Des révolutions230 qu’on ignore, ont pu les replonger dans la barbarie, comme la Grèce a été replongée dans l’ignorance tandis que l’Italie & les Gaules en déchiraient le voile à leur tour. Il me semble que les Sciences & les Arts231 ont leur cours comme le Soleil qui répand ses feux sur notre hémisphère, pendant que l’autre moitié du monde reste dans l’obscurité ou comme les eaux de la mer qui abandonnent un rivage & vont étendre leur lit sur le rivage opposé232.

  • 233 O. Belot garde ici le sens qu’elle donne à « perfectionner » et qui n’est pas celui de Rousseau.

28Il me paraît difficile que les pas de chaque [72] individu vers la perfection233 de son être aient pu conduire l’espèce à sa décrépitude ; car ou chaque individu a senti qu’il perdait de son bonheur en perdant de son ignorance, alors l’amour de soi-même lui aurait fait rejeter ses nouvelles lumières & l’espèce serait demeurée dans les ténèbres ; ou chaque individu a senti qu’il améliorait sa condition en s’éloignant de celle des animaux & l’espèce perfectionnée s’est trouvée meilleure & plus heureuse, attendu qu’un tout n’est pas bien si ses parties sont mal, ou n’est pas mal si ses parties sont bien ; puisque être bien, c’est être tel qu’il faut qu’on soit & être mal, c’est être tel qu’il faut qu’on ne soit pas.

  • 234 Une nouvelle thématique est ici abordée, dont Rousseau ne traite pas directement. Le bonheur est un (...)
  • 235 Dans le cas où le bonheur réside dans l’absence de peines, le « raisonnement » de Rousseau est ici (...)
  • 236 La critique est ici plus directe.

29Il n’est donc plus question à présent que d’examiner si ce tout est bien ou mal ; si la [73] vie civile est préférable à la vie sauvage ou ne l’est pas ? Enfin dans laquelle peut se rencontrer le plus sûrement le bonheur possible234 ? Avant de parcourir les avantages & les inconvénients de l’une & de l’autre, qu’il me soit permis de demander à Monsieur Rousseau en quoi il fait consister le bonheur. Est-ce dans la soustraction des peines ? Est-ce dans la multiplication des plaisirs ? Si c’est dans la soustraction des peines, comme la peine n’est que la privation d’une chose quelconque plus ou moins connue, plus ou moins désirée & les soins qu’il faut prendre pour se procurer cette chose, j’avoue que l’homme sauvage, ayant moins d’idées que l’homme civilisé, a par conséquent moins de connaissances, moins de besoins, moins de désirs, moins de privations & moins de peines. Mais M. Rousseau [74] m’accordera à son tour qu’en admettant ce principe & ses dérivés, il en résulte aussi que les bêtes sont plus heureuses que l’homme, les végétaux plus heureux que les bêtes & toujours en rétrogradant ainsi vers les êtres les plus bornés, les moins organisés, les plus insensibles, on arrivera jusqu’à conclure que le néant est préférable à l’existence235. Eh ! Comment établir d’un ton sérieux236 une hypothèse dont on peut déduire de semblables conséquences, tout aussi judicieusement que M. Rousseau en a tiré l’éloge de l’état de pure nature.

  • 237 L’allusion est nette au récent ouvrage de La Mettrie, L’Art de jouir (1751), éloge de la « volupté  (...)
  • 238 Accusation de cet « esprit de système » qui est tant dénigré à l’époque, et qui ressortirait de la (...)
  • 239 Si Pope faisait entendre « la voix de la Nature », dans une longue prosopopée (EH, Ép. III, p. 53-5 (...)
  • 240 Le terme est employé par O. Belot à plusieurs reprises ; ancien, il est remis à l’honneur par l’abb (...)
  • 241 Sur la « curiosité », voir supra. Les sciences expérimentales et d’observation, la physique, l’hist (...)
  • 242 Voir Pope (EH, Ép. II) qui voit l’« amour propre [self love] » comme un principe de conservation de (...)
  • 243 D’Alembert s’interroge sur la naissance de « la notion de l’injuste » : « La force donnée par la na (...)
  • 244 Remarque dictée par la prudence.
  • 245 Il s’agit ici d’une morale sociale et non religieuse.
  • 246 De ne jamais encourir de peine selon la loi du Talion (Bible) ou selon le droit de représailles (dr (...)
  • 247 Évocation de deux « freins » considérables du « vice » : la conscience morale, frein intérieur, et (...)

30Si c’est dans la multiplication des plaisirs qu’il faut venir chercher le bonheur, n’est-il pas démontré que l’homme civilisé le saisit, lorsqu’il est démontré que l’homme sauvage s’en écarte. On me répétera sans doute [75] l’objection, tant de fois réitérée, qu’à mesure que l’homme étend ses lumières, il irrite aussi ses désirs, il augmente ses besoins, il ajoute à ses peines ; qu’à force de vouloir perfectionner l’art de jouir237, il l’épuise ; qu’enfin il est plus affligé par l’absence d’un bien qu’il ne peut avoir, que satisfait d’un bien qu’il possède. Quand tout cela serait une suite nécessaire de la vie civile, qui de nous calculera juste si la somme des maux excède celle des plaisirs ? Si la vivacité de ceux-ci ne dédommage pas de la durée de ceux-là ? Enfin, si dans la vie sauvage, la stupidité, le défaut d’industrie, l’indépendance n’entraînent pas plus d’ennui, plus de misère, plus de périls, que de repos, d’abondance & de sûreté ? Car Monsieur Rousseau met toujours en parallèle les inconvénients de la société avec les avantages de la vie sauvage ; il faudrait aussi peser de bonne foi238 les inconvénients [76] de la vie sauvage & les avantages de la société. Ces lieux communs de morale portent sur l’abus que l’homme fait de sa raison & non pas sur sa raison même. Que lui dit-elle, cette raison dont le développement paraît si dangereux239 ? « Aperçois l’ordre qui régit l’Univers, apprends à t’y soumettre, qu’il règne sur le genre humain & garde-toi de le troubler. Ne fais point de mal à ton semblable & parce qu’il est une peine secrète attachée à le voir souffrir, peine toujours plus amère pour qui ose être la cause de ce qu’il souffre, & parce qu’il peut te rendre le mal qu’il aura reçu de toi. Fais du bien à ton semblable, & pour goûter la douceur attachée [77] à ta bienfaisance240 & pour avoir droit à la sienne ; jette tes regards sur le livre de la nature : il est ouvert à tes yeux, à ta pénétration, à ta curiosité. Déploie, étends, pour ainsi dire, ton être jusqu’au terme qui lui fut marqué ; tu ne saurais t’y méprendre, il t’est permis de savoir tout ce qu’il t’est possible de connaître241. L’amour propre242 te guide & je t’éclaire ; ne nous échappe jamais & tu seras heureux ». Qu’importe à l’homme si la notion du juste & de l’injuste est en lui un principe inné ou une découverte de sa raison développée243 ? Que lui importe que le bien & le mal moral soient absolus ou ne le soient pas (en supposant toujours que la Révélation ne l’en eût pas instruit244) ? Pour se prescrire l’un & s’écarter de l’autre, il lui suffit [78] de ne pas ignorer les conventions faites à cet égard dans la société dont il est membre245 ; il lui suffit de se demander à lui-même ce qu’il peut espérer ou craindre des autres, pour trouver en lui-même un motif puissant de ne jamais braver la loi du Talion & de ne jamais donner le droit de représailles246 ; il lui suffit de consulter ses véritables intérêts, pour préférer le calme intérieur & l’estime publique247 à telle ou telle action qui peut être suivie de remords ou de dangers.

  • 248 *Ibid., p. 115 [note de l’auteur].
  • 249 Ici commence l’apologie des lois. Les passages suivants répondent aux diatribes de Rousseau contre (...)

31Pourquoi Monsieur Rousseau prétend-il*248 que la bonté convenable au pur état de nature, n’était plus celle qui convenait à la société naissante ? Si cette bonté naturelle suffisait aux Sauvages pour les rendre toujours vertueux, la société s’en accommoderait encore à merveille & les lois249 n’ont pas [79] d’autre but que de la protéger ou d’en tenir lieu. Si au contraire cette bonté n’était ni générale, ni suffisante dans l’état de nature pour y maintenir l’ordre, il est heureux, il est sage que les lois en fassent un précepte à qui n’en a pas le penchant.

  • 250 **Ibid., p. 166 [note de l’auteur].

32Il est vrai, comme l’observe Monsieur Rousseau**250, que les lois ne changent pas les hommes mais les contiennent seulement ; il n’est pas aussi vrai (ce qu’il ajoute) que tout gouvernement qui, sans se corrompre ni s’altérer marcherait toujours exactement selon la fin de son institution, aurait été institué sans nécessité ; & qu’un Pays où personne n’éluderait les lois ni n’abuserait de la Magistrature, n’aurait besoin ni de Magistrats ni de lois. Il faudrait pour que cela fût, qu’il n’y eût point d’hommes vicieux parmi ce Peuple supposé [80] ; car s’il s’en trouve quelques uns qui puissent le paraître impunément, ils ne se contraindront pas sans un frein comme avec un frein. Ainsi ce Pays où la justice, l’ordre & la paix se maintiennent si parfaitement qu’on les croirait gravés dans tous les cœurs, aurait été le théâtre de la fraude, des troubles & de la guerre, s’il n’y avait point eu de lois ni de gouvernement ; parce que si la vertu tient lieu de loi, la loi supplée aussi à la vertu ; & la crainte de la loi fait sur une partie des hommes ce qu’un heureux naturel fait sur l’autre.

  • 251 Voir Buffon.
  • 252 Mise au point qui reprend les développements précédents. La fin de tout gouvernement est donc le bo (...)
  • 253 Selon l’ancienne théorie des climats ; le titre complet du livre de Montesquieu est De l’Esprit des (...)

33Plus je m’interroge & plus je réussis à me convaincre que malgré ses faiblesses & ses inconséquences, l’homme est le plus parfait des animaux251 ; que son entendement & sa volonté sont ses distinctions spécifiques [81] & le principe de sa perfectibilité ; que cette perfectibilité s’est exercée dès le commencement du Monde ; que les progrès en ont été rapides ; qu’il faut que ce soit accidentellement que ces progrès se soient interrompus parmi les peuples sauvages que nous connaissons ; que le genre humain, dès son origine, s’est nécessairement divisé en sociétés plus ou moins étendues ; qu’une fois ces sociétés établies, l’inégalité naturelle a donné lieu à l’inégalité politique & que toutes deux ont formé les divers gouvernements ; que ces gouvernements se sont appuyés sur des lois ; que ces lois tendent toutes à contraindre chaque particulier à concourir au bonheur général de chaque nation & cette nation à veiller au bonheur de chaque particulier252, [82] combiné selon le climat du Pays & le génie du Peuple253.

  • 254 L’étymologie de « sauvage » donne comme origine le latin silva (forêt) ; voir l’Enc. : « Sauvages, (...)
  • 255 Dans la Note X du DOI (p. 142-143), Rousseau écrit à propos des récits subjectifs contenus dans les (...)

34J’AVOUE qu’il ne me paraît point si funeste que la vie civile ait mise toutes les qualités naturelles en action. Est-ce donc un mal que le rang & le sort de chaque homme soient établis sur la vertu, la beauté, la force, l’adresse, enfin sur le mérite & sur les talents ? Est-ce donc un mal d’accorder de la considération à ces qualités & avec ces qualités de prétendre à la considération ? Il ne peut y avoir de répréhensible que l’artifice qui les affecte & non pas l’émulation qui les acquiert. Mais la vie civile n’est pas le principe de ce mal ; elle n’en est que l’occasion. Ces hommes vicieux que Monsieur Rousseau lui reproche d’avoir corrompus, auraient été vicieux dans les forêts254 autant que dans les cités255, [83] quoique d’une autre manière ; partout l’homme peut abuser de ses facultés ; cependant le mauvais usage qu’il lui plaira d’en faire, n’empêche pas que tout ce qui constitue le vrai mérite & les talents, développés ou mis en valeur par la société, ne soit trop précieux pour laisser regretter l’état de pure nature. D’ailleurs, le germe des vices aurait encore été plus nuisible dans cet état que celui des vertus n’y aurait pu être utile : ainsi la vie civile n’a créé ni le bien ni le mal moral ; mais en les développant tous deux, elle a étendu les avantages de l’un & réprimé l’audace de l’autre.

  • 256 L’article « Indépendance » (Enc., VIII, 1765) condamne avec fougue le désir d’« indépendance » qui (...)
  • 257 Sur la conception du philosophe sociable voir Dumarsais, Le Philosophe, dans NLP (1743).
  • 258 En ce qui concerne la « bienfaisance », notion centrale dans le texte, voir les emplois précédents  (...)
  • 259 Lors d’une « convention » ou d’un « contrat » civil.
  • 260 On lit dans l’article « Besoin » de Diderot (Enc., II, 1752, p. 213), des lignes qui s’apparentent (...)
  • 261 C’est-à-dire l’inégalité civile.
  • 262 Reprise significative du terme utilisé en début d’argumentation.
  • 263 Scène traitée à la manière d’une pièce de Molière. Araminte est le nom d’une héroïne récurrente des (...)
  • 264 L’inégalité intellectuelle l’emporte largement, aux yeux d’O. Belot, sur l’inégalité sociale.
  • 265 Attaque ad hominem ?
  • 266 Voir article « Égalité » de Jaucourt (Enc., V, 1755) et « Autorité politique » de Diderot (Enc., I, (...)

35Je ne sais pourquoi Monsieur Rousseau protège tant l’indépendance256 absolue : il me semble qu’un homme tout à fait indépendant [84] est un être isolé plutôt que libre, à qui tout manque & qui ne peut se suffire à lui-même257. S’il est méchant, il devient un monstre redoutable à toute son espèce ; s’il est bon, c’est un chef-d’œuvre perdu pour elle. L’intérêt de cet homme trouve & saisit souvent l’occasion de nuire au lieu que sa bienfaisance258 a très rarement celle de s’exercer. La sorte de dépendance où nous vivons les uns des autres est, au contraire, un lien qui nous unit plutôt qu’une chaîne qui nous accable. Dès que cette dépendance est volontaire & mutuelle259, dès qu’elle tourne au profit de chaque individu, elle est favorable à toute l’espèce. Ne sommes-nous pas plus esclaves de nos sens que nous ne pouvons l’être de la société ? Or comme la nature attache le plaisir à la satisfaction de nos besoins260, de même [85] la raison civilisée attache des douceurs au commerce de bienfaisance qu’elle a introduit chez les hommes. Ceci posé, nous aurions tort de nous plaindre & de la nature & de la raison. Pourquoi M. Rousseau envisage-t-il toujours l’inégalité morale261 sous l’aspect de l’obéissance & l’obéissance sous celui de la servitude ? Toutes ces choses ont distinctement leur terme ; l’inégalité morale n’a rien en soi d’avilissant pour chaque individu ; car ou elle est fondée sur le mérite & alors elle est juste, ou elle résulte de quelque abus262 qui s’est introduit & alors elle est nulle aux yeux de l’amour propre bien entendu & de la fierté philosophique. Que m’importe le rang, le faste & l’opulence d’Araminte263, si ce sont les seuls avantages qu’elle ait sur moi ? Ces avantages nous sont [86] étrangers à l’une & à l’autre ; son cortège éclipse le mien, d’accord ; mais elle-même ne m’éclipse pas264. Il en est autant de l’obéissance politique ; il a fallu de grands & de petits revers dans la machine qu’on appelle gouvernement. Si celui qui commande une armée, est de toute l’armée le plus capable de commander, tant mieux ; je le vois à sa place & tout lui doit obéir sans répugnance ; si, au contraire, son incapacité est reconnue, que fait encore à l’orgueil265 de chaque subalterne, la nécessité d’exécuter ses ordres ? Ce n’est point l’homme qui commande à l’homme, c’est le grade qui commande au grade266.

  • 267 * Ibid., p. 176 [note de l’auteur].
  • 268 Adhésion sur ce point à Rousseau.
  • 269 O. Belot se rapporte ici aux nombreux récits des voyageurs et des missionnaires qui passionnent ses (...)
  • 270 On songe à la célèbre formule pascalienne selon laquelle l’homme est un « roseau pensant ».
  • 271 Apologie enthousiaste de l’exercice de la raison et de l’intelligence : le bonheur naît de la « mul (...)
  • 272 Nouvelle allusion à L’Art de jouir de La Mettrie.
  • 273 Ce triple questionnement fait écho aux diverses critiques énoncées contre le DSA (1750) de Rousseau (...)
  • 274 Ce qui est, selon O. Belot, un vice de raisonnement est illustré par la mise en regard de deux exem (...)
  • 275 Renvoi à la démarche suivie dans le DOI et annoncée par Rousseau : « Commençons donc par écarter to (...)
  • 276 Dans l’article « État de nature » de Jaucourt (Enc., VI, 1756), on lit : « Les hommes, pesant les a (...)
  • 277 Reprise des Fables de La Fontaine (voir La Mort et le Bûcheron) et des Caractères de La Bruyère, ma (...)
  • 278 Le passage est directement tiré de Locke (TGC, I, 1, chap. IV, « De la Propriété des choses », 1749 (...)
  • 279 J. Starobinski note que, dans la conclusion du DOI et dans la Note XIX, « Rousseau considère comme (...)
  • 280 Notons la critique par O. Belot de ceux qui, dans la société contemporaine (« à présent »), exercen (...)
  • 281 Ici encore, critique non déguisée du « Souverain », « Grand » ou « Magistrat », personnages « corro (...)
  • 282 C’est-à-dire les « préjugés en faveur de la vertu & contre le vice » (Réfl., supra). Pour d’Alember (...)
  • 283 Intervention notable et utile de l’« opinion publique », voir Locke (EPEH, 1700, II, XXIII, « Des [ (...)
  • 284 Voir l’article « Égalité » de Jaucourt (Enc., V, 1755) : affirmant préalablement l’« égalité nature (...)
  • 285 « Qu’un Prince ne peut jamais employer l’autorité qu’il tient [des sujets] pour casser le contrat p (...)
  • 286 Ironique.
  • 287 * Ibid., p. 178 [note de l’auteur].
  • 288 Reprise directe de la fin de la 2e partie du DOI : Rousseau qui envisage l’évolution politique de l (...)
  • 289 Argument ad hominem. À cette marche linéaire décrite avec pessimisme par Rousseau, O. Belot oppose, (...)
  • 290 Insistance sur le terme qui renvoie au début du texte : « citoyenne du monde civilisé ».
  • 291 « Tableau » : le terme est emprunté au titre du discours de Turgot ( Tab. ph.). Contrairement au DO (...)
  • 292 « Les phénomènes de la nature soumis à des lois constantes, sont renfermés dans un cercle de révolu (...)
  • 293 On relève, dans l’article « Encyclopédie » de Diderot (Enc., V, 1755), des expressions telles que « (...)
  • 294 Ce passage optimiste est un hymne à l’esprit humain qui en salue la permanence, voire l’indestructi (...)

36En vain, Monsieur Rousseau*267 parcourt avec autant d’adresse que de véhémence les désordres que l’abus du pouvoir traîne après soi. J’admire la beauté de son génie, je vois [87] comme lui les inconvénients de l’inégalité politique268 ; mais je n’en vois pas moins qu’elle tire son origine de l’inégalité naturelle, que celle-ci a donné le pouvoir, que le pouvoir édifié sur une telle base est légitime, que tout ce qui en émane est bon & que si le genre humain ne l’avait jamais confié à personne, les mêmes vices qui font abuser de l’autorité, feraient abuser de l’indépendance. Nous savons que les Sauvages qui n’ont ni de vastes états, ni d’immenses richesses, ni de grands noms à conserver se font la guerre avec fureur, chantent leurs victoires avec insolence & traitent les vaincus aves férocité269. Nous ne savons pas si bien quelles sont leurs autres passions ni jusqu’à quel degré elles influent sur leurs mœurs. Cependant on en trouve d’aussi vains de leur courage, de leur adresse, [88] de leur indolence, de leur pauvreté même que nous le sommes de notre fortune, de notre rang, de notre savoir, de notre activité, de notre emploi. Qui nous garantira qu’ils voient sans envie un de leurs braves plus heureux que les autres à la chasse ou à la pêche ? Qui nous assurera qu’ils ne connaissent ni la ruse, ni la violence lorsque nous éprouvons qu’ils en sont capables avec les étrangers que le hasard y expose. Plus on les suppose rapprocher de l’état de nature en question, plus il est évident qu’ils n’ont ni objets d’émulation qui les portent au bien ni objets de crainte qui les éloignent du mal ; que, sans déterminer peut-être le nom de l’un & de l’autre, ils se livrent à leurs divers penchants ; que ne sachant pas combiner les intérêts relatifs [89] & ne consultant que l’intérêt propre, à force de ne s’occuper que de soi, ils doivent fréquemment s’entrenuire & que plus leurs besoins sont bornés, plus leurs plaisirs sont réduits. Or préférer cet état au nôtre, c’est comme si l’on préférait la privation de quatre sens à l’usage des cinq dont nous jouissons. L’absence d’un bien que l’on ignore, me dira-t-on, n’est point un mal. J’y consens, mais n’allons pas plus loin ; ne disons pas qu’elle est un bien ; ne disons pas qu’un aveugle né est plus heureux qu’un homme qui a de bons yeux parce que celui-ci pourra quelquefois les fixer sur des objets désagréables ; ne disons pas, en conséquence, qu’un homme dans l’état de pure nature est plus heureux qu’un homme civilisé ; ou j’aurai le droit de dire à mon tour qu’un roseau270 est plus heureux [90] qu’un homme dans l’état de pure nature. Lorsque cet homme, si peu digne d’envie, n’a ni faim, ni soif, ni sommeil, ni désir de se reproduire, il est mort : il n’a plus d’existence. Un homme civilisé, dans la même position, est encore sensible à mille choses délicieuses. Il pense, il désire, il jouit & multiplie, pour ainsi dire, son être en multipliant ses facultés ; son esprit & sa raison sont pour lui des trésors inépuisables271. Je ne dissimulerai pas que ce talent d’exister de tant de façons différentes, que cette ardeur de jouir272 ne mène quelquefois loin du but qu’on se propose ; on se trompe sur le choix des moyens, on s’égare dans la route où l’on s’engage ; mais ne prenons pas la partie pour le tout, l’abus pour la chose & l’exception pour la règle. Parce qu’il est un scélérat dans une famille, en faut-il conclure que toute la famille est coupable ? Parce que les mœurs d’une ville sont relâchées, en faut-il conclure que l’État est corrompu ? Parce qu’un État est corrompu, en faut-il [91] conclure que tous les pays civilisés le sont aussi273 ? Tant que l’on mettra en parallèle les mœurs innocentes d’un sauvage né vertueux avec les crimes de Néron274, l’abondance & la liberté de ce sauvage dans un petit paradis terrestre où l’imagination le place275 avec l’esclavage & la misère d’un chrétien dans les fers des Forbans, l’état de l’homme sauvage l’emportera sur celui de l’homme civilisé. Mais c’est l’ensemble de l’un & de l’autre état qu’il faut comparer ; & malgré les abus introduits dans la société, on verra que les hommes y sont moins à plaindre qu’ils ne le seraient vivant en troupeau sans Chien [92] & sans Berger, c’est-à-dire sans lois & sans maître276. Le plus pauvre de nos paysans, le plus accablé de la taille & des corvées a son nécessaire physique encore plus certain & plus étendu que le Sauvage. L’un a la peine de le tirer des entrailles de la terre277 mais l’autre n’a-t-il pas celle de le chercher sur la surface ? Celui-ci a des supérieurs qui le soumettent à leurs ordres mais celui-là a-t-il des enfants qui le respectent & des amis qui le chérissent ? Les lois, la police, la société veillent à la sûreté du paysan. Rien ne défend le Sauvage des bêtes féroces & des autres Sauvages plus féroces encore qui le chassent de sa caverne ou de son arbre, qui lui dérobent ses fruits ou son gibier, qui dévastent son canton, qui le repoussent du leur, qui lui enlèvent sa femelle, qui le massacrent [93] enfin s’il allume leur colère278. L’inégalité politique si fatale au genre humain, selon Monsieur Rousseau, conserve cependant un avantage qu’il n’aperçoit pas, en conservant du moins l’apparence de l’inégalité naturelle279 ; je m’explique : ceux qui s’emparent à présent du pouvoir par le seul droit de la naissance, du crédit ou des richesses, contractent avec la société l’engagement de se conduire dans leur place comme s’ils la tenaient de la supériorité de leur mérite280. Si corrompu que soit un Souverain, un Grand ou un Magistrat, il n’ose commettre les cruautés, les excès, les injustices dont il serait capable281, si les lois de son pays, les préjugés282 & l’opinion publique283 n’étaient pas le frein de sa corruption284. Chaque grade a ses devoirs, ses bienséances & ses périls285. Or tant [94] qu’il y aura des hommes dans le monde, on y verra le choc de leurs bonnes & de leurs mauvaises qualités ; mais aussi, tant qu’il y aura dans le monde des lois & des préjugés en faveur de la vertu & contre le vice, on y verra le vice enchaîné & la vertu libre concourir à l’harmonie générale. La nature n’a pas, je l’espère286, confié à Monsieur Rousseau, qu’elle eut pris la barbare résolution de ne plus produire que des hommes dépravés ; ainsi tout sera comme tout était*287 & c’est à tort qu’il embrasse l’Univers dans la progression qu’il suppose, depuis l’état de pure nature jusqu’au dernier terme de l’inégalité où le despotisme, dit-il, replonge tout dans le premier chaos & ferme le cercle au point d’où les hommes étaient d’abord partis288. Monsieur Rousseau ne fait pas attention [95], sans doute289, que le genre humain n’a pas marché d’un pas égal à sa perfection, à sa corruption, enfin à sa décrépitude car, tandis qu’un État se déchire, se consume, s’écroule sous les horreurs d’un gouvernement despotique, un autre État s’élève ; un troisième est encore dans son siècle le plus florissant ; un peuple ignoré se découvre ; une nation barbare se civilise290 ; une nation civilisée retombe dans sa première barbarie291 : partout le tableau change en détail & successivement292. On dirait, à considérer ce spectacle varié à l’infini, que l’esprit humain circule293, qu’il se modifie autant que la matière & qu’il prend, comme elle, telle forme ici, telle forme là, telle forme ailleurs, par le résultat de ses différentes combinaisons, sans jamais s’annihiler294.

37FIN

Notes

1 O. Belot omet l’expression « et les fondements ». Les notes d’Octavie Belot, signalées par astérisques, renvoient à l’édition du DOI d’Amsterdam (Jean Rey, 1755). Les autres notes renvoient à l’édition du DOI par J. Starobinsky, Gallimard, « Folio essais », 1969. Les références à la pagination originale sont indiquées entre crochets.

2 Fausse adresse. L’ouvrage, sans obtenir de privilège ni d’« approbation », a bénéficié du régime de la permission tacite, pratique en expansion dans la seconde moitié du siècle. Voir E. Weller, Die falschen und fingierten Druckorte, Leipzig, Engelmann, 1864, p. 146.

3 Double sens pour une même graphie : celui de « pensées qui résultent d’une médiation sérieuse, d’une considération attentive » et celui de « réverbération, rejaillissement » (DAF).

4 L’expression est répétée avec insistance dans les premières pages ; c’est le signe ostentatoire d’un parti pris de modestie ; voir aussi, infra, « si je ne m’exagère pas », « il me semble », « élever ma faible voix jusqu’au Philosophe », « j’ai cru sentir », etc., ainsi que l’autoportrait ambigu esquissé dans les lignes suivantes.

5 L’argument est ad hominem. Comment faire abstraction de Rousseau, son premier destinataire ? Philopolis (le Genevois Bonnet) voit en lui « un esprit chagrin et mécontent de lui-même et des autres », Lettre au sujet du Discours sur l’origine de l’inégalité, MF, oct. 1755, p. 74. La Lettre d’un Bourgeois de Bordeaux à l’auteur du Mercure (MF, 14 janvier 1756) évoque « une hauteur stoïque et lacédémonienne, un ton altier et cru ». Dans les brèves Observations sur la lettre de J.-J. Rousseau au sujet de la musique française (1753), Cazotte note : « Né sans fortune, sans extérieur & d’une santé délicate, [J.-J. Rousseau] a dû souffrir des privations de bien des genres ; il est sensible ; elles lui ont toutes été douloureuses ; il s’est cru plus malheureux qu’un autre ; son humeur s’est aigrie, & voilà la source de cette bile âcre qui fait la base de sa philosophie » (p. 2-3).

6 Dès les premiers mots de son discours, O. Belot recourt à deux thèmes fondamentaux de son raisonnement : la foi en la « Raison » et la conviction que l’homme a progressé au cours du temps. Affirme-t-elle que ses Réflexions sont un des « effets de la raison perfectionnée » ? Le terme « perfectionner » est utilisé dans le DOI. Rousseau écrira plus tard à propos de l’abbé Castel de Saint-Pierre : « La haute opinion qu’il avait des connaissances modernes lui avait fait adopter ce faux principe de la raison perfectionnée […], source de tous ses sophismes politiques » (Conf., IX).

7 Le terme n’est pas anodin : dans le DOI, Rousseau condamne longuement « l’amour-propre », essentiellement abordé par la référence au regard d’autrui ; cette « passion », heureusement ignorée de l’« état de nature », est, selon lui, imposée par la vie civile. O. Belot s’en réclame.

8 L’expression est devenue, au cœur du siècle, un leitmotiv (voir l’introduction).

9 L’expression, répétée deux fois, renvoie à l’ouverture du DOI : « C’est de l’homme que j’ai à parler et la question que j’examine m’apprend que je vais parler à des hommes » (p. 61). O. Belot inclut les femmes dans le « genre humain », introduisant dès le début de son texte un des thèmes centraux des Réflexions. « Genre humain […] ou humanité » : c’est devant ce tribunal que Diderot invite à porter le débat et non devant un « méchant », un « raisonneur violent » (« Droit naturel », Enc., V, 1755). Voltaire dans sa lettre d’octobre 1755 (MF) utilise l’expression dès l’ouverture de la lettre : « J’ai bien reçu, Monsieur, votre nouveau livre contre le genre humain » (p. 124). Le passage des Réflexions est à mettre en relation avec la lettre contemporaine du « Bourgeois de Bordeaux » à l’auteur du DOI : « Qu’il aime Genève, à la bonne heure ! Mais nous osons le prier de nous aimer un peu, tout Bordelais que nous sommes car, après tout, que sait-il ? Peut-être, sommes-nous des hommes ? » (MF, mars 1756, p. 57-68).

10 « L’affectation est toujours ridicule. Il y en a, ce me semble, à se proclamer philosophe par un certain air altier & cru, qu’on prend un peu trop dans notre siècle », écrit le « Bourgeois de Bordeaux » (MF, mars 1756, p. 61).

11 Cet autoportrait, ambigu, insiste surtout sur la piètre condition sociale d’O. Belot (« société », « fortune », « préjugés ») ; on note la force des termes employés : « persécutée » et « victime », et « disgraciée » (« difforme », DAF). Cette suite de notations se clôt sur une information essentielle (« indocile », soit « très difficile à gouverner », DAF) : elle signale la détermination et l’esprit critique, voire l’esprit d’insoumission d’O. Belot.

12 Voltaire écrit à Rousseau : « On n’a jamais employé tant d’esprit à vouloir nous rendre bêtes » (MF, nov. 1755, p. 57).

13 J. Starobinski recourt plusieurs fois à ce terme d’« ivresse » intérieure pour décrire le processus d’écriture de Rousseau, voir J.-J. Rousseau, la transparence et l’obstacle (Vrin, 1971), p. 26, 55, etc. L’« ivresse » évoquée par O. Belot est un terme ambigu : il peut désigner les qualités poétiques d’un texte (son « enthousiasme », voir DAF) mais aussi la perte de raison, ici entraînée dans l’esprit du lecteur par les qualités d’écriture mises en œuvre dans le DOI. Ce dernier sens explique l’abondance de termes négatifs qui suivent : « renversait tout », « n’édifiait rien », « sans me convaincre », « s’anéantissait ».

14 Ces qualités sont signalées par les contemporains. Philopolis note : « j’ai admiré le coloris de cet étrange tableau » (MF, oct. 1755, p. 71) ; il y voit « le pinceau de Le Brun » (p. 73). Le rédacteur du MF d’oct. 1755 remarque à propos de la Dédicace, et notamment du portrait des femmes : « Quelle touche ! quel coloris ! » (p. 119) ; Voltaire même, dans sa lettre à Rousseau, écrit « Vous peignez avec des couleurs bien vraies » (p. 124).

15 Dans ses Obs. NT, O. Belot assigne à la critique le devoir « d’édifier », terme qui est utilisé uniquement à propos de la « construction de grands bâtiments » (DAF).

16 Sens très fort du terme à l’époque : il signifie « fortement surpris, ébranlé, frappé d’une violente commotion » (DAF).

17 À l’« hypothèse » s’oppose donc la « vérité » (terme redoublé). « Vérité de fait » : l’expression renvoie au goût pour l’expérience ; on parle alors souvent de « science des faits ». Voir, par exemple, le texte attribué à Dumarsais : « De cette connaissance que les principes ne naissent que des observations particulières, le philosophe en conçoit de l’estime pour la science des faits » (Le Philosophe, NLP, 1743, p. 177). « Vérité de sentiment » : on lit dans une note de l’EH de Pope, 1754 (édition à laquelle O. Belot se réfère explicitement) : « L’homme a son instinct qu’on appelle le sentiment & M. Pascal ne fait point difficulté de le mettre au dessus de la raison. Nous connaissons la vérité, dit-il, non seulement par raisonnement mais aussi par sentiment […] ; les principes se sentent, les propositions se concluent, le tout avec certitude quoique par différentes voies » (p. 48) ; on peut rapprocher ce passage des Réflexions du développement consacré par d’Alembert au « sentiment » (DP, p. XIV).

18 Le dernier terme de la phrase précédente, « terrasser », annonce la métaphore plaisante du combat, relaté à la manière médiévale, entre deux adversaires inégaux pour « disputer le terrain » ; la métaphore est filée dans la suite du paragraphe (rejet d’un affrontement brutal) : « Fièrement » (« d’une manière altière et hautaine », DAF) ; « entrer en lice » (pénétrer dans l’enclos destiné aux tournois, aux « combats à la barrière », DAF) et annonce la démarche suivie (« suivre ses pas et les arrêter quelquefois ») : la Provinciale suivra de près le déroulement du DOI et s’arrêtera sur des points qu’elle jugera litigieux.

19 Le verbe redit l’« audace » de la Provinciale.

20 Le terme d’« Iroquois » est en grande faveur à l’époque. Il est, en général, entendu péjorativement : au contraire du Huron, il évoque la brutalité, la cruauté et la violence (on le dit cannibale). De plus, les Iroquois sont les ennemis traditionnels des Français : dans les conflits de l’Amérique septentrionale entre Anglais et Français, ils soutiennent la cause des premiers, les Hurons celle des seconds. C’est une injure chez Voltaire. Voir, par exemple, sa lettre du 3 mars 1754 à d’Argens : « À Colmar […] Je suis dans une ville moitié allemande, moitié française et entièrement iroquoise où on vous brûla entièrement, il y a quelque temps, en bonne compagnie. Un brave Iroquois jésuite, nommé Aubert, prêcha si vivement contre Bayle et vous que sept personnes […] brûlèrent sur la place publique [leur Bayle] avec les Lettres juives. » (Best. D5705) ; il traite d’ailleurs Rousseau d’« Iroquois ». En 1787 encore, le terme reste péjoratif : Madame Benoist, ancienne collaboratrice au JD, évoquera une Provinciale, « nouvellement débarquée » à Paris et qui, ayant honte des Provinciales qui l’accompagnent, les nomme ses « Iroquoises » (Lettres sur le désir de Plaire, 1786, p. 30-31). Pourtant, il prend, au cœur du siècle, une connotation positive : la réédition en 1755 (1re 1752) des Lettres iroquoises de Maubert de Gouvest présente un Iroquois plein de sagesse et de bon sens.

21 Fausse naïveté, et allusion transparente à la déclaration de Rousseau : « Si [mes adversaires] s’aperçoivent […] que j’aspire à des places d’académie […], s’ils remarquent, en un mot, que l’amour de la réputation me fasse oublier celui de la vertu, je les prie de m’en avertir, et même publiquement ; et je leur promets de jeter à l’instant au feu mes écrits et mes livres » (« Préface » de Narcisse, 1753).

22 On relève les termes de « Citoyenne » et de « monde civilisé » qui renvoient, sans doute, à l’épigraphe du 1er discours de Rousseau, tirée des Tristes d’Ovide : « Barbarus hic ego sum… » ; le DAF définit « civiliser », contrairement à l’Enc. : « civiliser : […] il signifie aussi rendre civil, honnête et sociable, polir les mœurs. Le commerce des Grecs a civilisé les Barbares ».

23 En 1755, paraît la Dissertation sur le vieux mot de patrie de l’abbé Coyer, que Jaucourt évoquera dans son article « Patrie » (Enc., XII, 1765). Ses adversaires ont souvent fait grief à Rousseau de son origine étrangère, en particulier lors de la querelle des Bouffons. Les Réfl. sont écrites après les premiers affrontements de la Guerre de Sept ans, fin 1755.

24 Terme ancien du domaine du combat : « Barrière : […] se dit aussi de cette enceinte que l’on faisait autrefois pour les combats soit à pied soit à cheval et pour les joutes et les tournois » (DAF).

25 Terme péjoratif que Rousseau associe parfois aux femmes (« les cercles de femmes et de beaux esprits », 1re note de sa « Préface » de Narcisse).

26 « Verbiager » : « Employer beaucoup de mots pour ne dire que peu de choses. […] N’est d’usage que dans le style familier » (DAF).

27 Il s’agit donc de la partie la plus reculée d’une province (voir introduction).

28 Allusion directe aux deux lettres du « Bourgeois de Bordeaux » (MF, janv. et mars 1756) qui invitent Rousseau à faire un opéra (allusion à son Devin du village de 1752 et à sa condamnation des arts dans le DSA de 1750) ; Rousseau a fait paraître une réponse à la première (MF, mars 1756).

29 * Imitation de deux vers de Racine dans Phèdre & Hippolyte [note de l’auteur].

30 L’apparent oxymore, « Raison sauvage », se trouvait de manière récurrente dans les Lettres d’un sauvage dépaysé (1738), continuées par les Lettres d’un sauvage civilisé (1747) de Joubert de la Rue. En 1756, est rééditée la comédie Arlequin sauvage de Delisle de la Drévetière, pièce à succès depuis la première en 1721. Le héros, Arlequin, venu « des Indes », critique par des réparties naïves et plaisantes les « Nations civilisées » et leurs pratiques. Rousseau, dans sa L. à d’A. (1758) se plaira à évoquer le succès récurrent, et à ses yeux entièrement justifié, de cette comédie. Voir aussi les Lettres iroquoises de Maubert de Gouvest.

31 On a ici à faire à un pastiche, à la manière du théâtre de la Foire, de la Phèdre de Racine (« Peut-être le récit d’un amour si sauvage / Vous fait, en m’écoutant, rougir de votre ouvrage », Hippolyte à Aricie, II, 2). Est-ce une allusion à Rameau dont Rousseau s’est ouvertement déclaré l’adversaire, et à son Hippolyte et Aricie (1733), avant son triomphe des Indes Galantes (1735), tableau idyllique, ajouté en 1736, qui présente les « Sauvages » sages et heureux d’Amérique du Nord ? Est-ce une allusion à la célèbre comédienne, Mlle Clairon, qui avait débuté, en 1743, par le rôle de Phèdre ? Cette amie des encyclopédistes qui vient de triompher dans L’Orphelin de la Chine (la première a eu lieu le 20 août 1755), s’est vue louée en nov. 1755 par Marmontel (voir son Épître dans le MF, p. 195-198) ; en 1754, il avait illustré son article « Déclamation théâtrale » (Enc., IV, 1754) par le rappel de l’interprétation, très admirée à Bordeaux, du rôle d’Ariane par la comédienne.

32 Allusion à l’anecdote rapportée par Boileau : « Nous avons beau être éclairés par nous-mêmes : les yeux d’autrui voient toujours plus loin que nous dans nos défauts […]. Je me souviens que Molière m’a montré aussi plusieurs fois une vieille servante qu’il avait chez lui, à qui il lisait, disait-il, quelquefois ses comédies ; et il m’assurait que lorsque des endroits de plaisanterie ne l’avaient point frappée, il les corrigeait ; parce qu’il avait plusieurs fois éprouvé sur son théâtre que ces endroits n’y réussissaient point » (Réflexions critiques sur quelques passages de Longin, dans Œuvres de Boileau, La Haye, 1722, III, p. 163-164). Les Encyclopédistes apprécient Molière et La Vie de Molière de Voltaire paraît anonymement à Paris, en 1739 ; n’y figure pas l’anecdote rapportée par Boileau et par Grimarest selon laquelle Molière lisait ses pièces à sa servante Laforêt (Vie de Molière, 1705).

33 Ces allusions au théâtre font écho au DSA de 1750, dans lequel Rousseau condamne les arts. Cette curieuse insistance sur les mérites de la « servante » de Molière peut évoquer d’autres « servantes », proches de Rousseau. Ainsi, La Serva padrona de Pergolèse, dont la représentation en 1752 à l’Opéra a déclenché la querelle des Bouffons dans laquelle Rousseau prend fougueusement parti en faveur de la musique italienne ; peut-être aussi la lingère Thérèse Levasseur, avec qui Rousseau vit depuis 1745 et qu’il a emmenée à Genève en 1754.

34 Sa « gloire » : Rousseau n’est-il pas alors « redoutable » ? (voir introduction) ; le DAF souligne l’ambigüité du terme : soit réputation justifiée soit vain orgueil. « L’amour propre » est un point de désaccord entre le DOI et les Réfl. Il s’agit ici, comme en début du texte, de la préoccupation légitime du regard d’autrui sur soi ; elle suit Pope selon qui « l’amour propre, source de mouvement, fait agir l’âme » (EH, Ép. II, 1754, p. 27). Pope est alors familier aux lecteurs : son Essai sur l’homme (Essay on Man, 1732) est republié dans ses Œuvres diverses (1754), édition expressément citée par O. Belot.

35 Ces objets sont choisis ironiquement pour désigner la coquetterie traditionnellement attribuée aux femmes : « Toilette ou Table même chargée de ce qui sert à la parure d’une femme » et « Papillotes : morceau de papier ou de taffetas dont on enveloppe les cheveux que l’on met en boucles pour les tenir frisés » (DAF). La « Provinciale » a-t-elle lu Le Triomphe de Madame Deshoulières de Marie-Jeanne L’Héritier (1694), où les femmes, ayant triomphé de Boileau qui a publié contre elles sa Satire X, font des « papillotes » de cet écrit ? O. Belot fait-elle allusion au récent périodique, à la durée limitée (1755-1756), Amusements de la Toilette ou Recueil des faits les plus singuliers tragiques et comiques […]. Mêlé de quelques dissertations littéraires ? Il propose d’occuper utilement autant qu’agréablement les Dames pendant leur « toilette », puisque le reste de leur temps est désormais pris par « la lecture solide, même les sciences abstraites ».

36 L’expression est répétée plusieurs fois. On distingue habituellement « état de nature », utilisé par Rousseau ainsi que par les philosophes, et « état de pure nature », expression théologique, utilisée surtout par les jansénistes, pour désigner l’état de l’homme avant la Grâce ; voir L. Versini, Suite de l’Apologie […] de Prades, Œ. D., 1994, t. I, p. 528. Pourtant O. Belot use volontiers de cette dernière expression, malgré l’absence de toute connotation religieuse dans les Réfl. On lit dans l’article « État de nature » de Jaucourt (Enc., VI, 1756, p. 17) : « L’état de nature est la triste situation où l’on conçoit que serait réduit l’homme, s’il était abandonné à lui-même en venant au monde : en ce sens l’état de nature est opposé à la vie civilisée par l’industrie & par des services ». Voltaire écrira « Que serait l’homme dans l’état qu’on nomme de pure nature ? Un animal fort au dessous des Iroquois qu’on trouve dans le Nord de l’Amérique. Il serait très inférieur à ces Iroquois puisque ceux-ci savaient allumer le feu et faire des flèches » (Dictionnaire philosophique, 1764, article « Homme »).

37 Il est notable qu’O. Belot signale, dès l’ouverture de sa réfutation, les « abus » introduits par la vie civile.

38 * Discours sur l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes, p. 5 [note de l’auteur].

39 Prudence de Rousseau à laquelle répond celle d’O. Belot.

40 ** Ibid., p. 7 [note de l’auteur].

41 À l’« Hypothèse » de Rousseau, O. Belot affirme opposer un « raisonnement » : termes issus de la démarche expérimentale mise en honneur par les scientifiques contemporains.

42 O. Belot pose la question centrale du temps, celle de l’histoire humaine, contrairement à Rousseau qui pose fictivement un moment statique des origines de « l’homme de la nature », dans une première partie anhistorique, avant de consacrer la suite du DOI à l’entrée de l’homme dans l’histoire.

43 Insistance mise sur la création double de l’« homme » et de la « femme » ; voir l’introduction.

44 Expression inspirée du DOI. Rousseau parle de « multitude de siècles », DOI, 2e partie, p. 97.

45 Pour O. Belot, il s’agit d’un point essentiel de sa réfutation : l’expression, qu’elle reprendra une dizaine de fois, est déplacée en début de son raisonnement alors que Rousseau ne l’utilise qu’à la fin de la 1re partie du DOI (p. 92). Pour Rousseau, c’est, en effet, un « funeste hasard » (p. 101) qui mène « l’homme de la nature » à « l’homme de l’homme ». Il reviendra plus tard sur ce passage qu’il explique, dans l’Essai sur l’origine des langues (publ. posth., 1781), par la « Providence » ; voir R. Derathé, J.-J. Rousseau et la science politique de son temps, Vrin, 1995, et V. Goldsmith, Les Principes du système de J.-J. Rousseau, Vrin, 1983.

46 Nous avons gardé les majuscules de l’édition originale, de même que pour « j’approuve », infra. Le sens de « perfectibilité » est complexe : il désigne à la fois l’aptitude à se perfectionner, à être perfectionné (il apparaît dans ce sens à la fin du siècle, dans le Dictionnaire de Féraud (1787-1788), et dans le DAF, 1798, 5e éd.) et le sens que lui donne Rousseau de plasticité, de virtualité : la « perfectibilité » serait ainsi entièrement dissociée de l’idée d’amélioration. Le terme reste ambigu pour les contemporains du DOI. On lit dans la Corr. litt. de 1755 : « Le principal caractère qui distingue [l’homme] de toutes les autres créatures de l’univers, c’est qu’il a reçu la perfectibilité ou la faculté qu’il a reçue de se rendre plus parfait, faculté qui opère sans cesse les plus étonnantes révolutions, et dans son être et dans toute la nature » (15 févr.) ; O. Belot entend le terme de la même manière.

47 Terme de théologie qui désigne une éternité commune à plusieurs êtres ou entités ; voir l’article « coéternité » de Mallet : c’est à la fois l’« éternité de Dieu et de la matière » (Enc., III, 1753, p. 592). Il s’agirait ici d’envisager la « coéternité » de « l’Être suprême » et de l’homme. Ces lignes, passablement abstruses, valent condamnation de ce type de questionnement métaphysique : il est rapidement évacué pour « simplifier nos idées ». Voir Diderot : « Combien d’idées absurdes, de suppositions fausses, de notions chimériques dans ces Hymnes que quelques défenseurs téméraires des causes finales ont osé composer en l’honneur du Créateur ? » (Pensée LVI, Des Causes dans Pensées sur l’interprétation de la nature, 1754, p. 194).

48 Ce terme d’origine grecque, utilisé par les logiciens, peut surprendre ici. Il est utilisé par les sceptiques (dont Sextus Empiricus) pour désigner un argument spécieux, un sophisme, un raisonnement circulaire. On lit sous la plume du grammairien et encyclopédiste Dumarsais : « Du cercle vicieux. C’est ce qu’on appelle autrement diallèle » (Logique ou Réflexions des principales opérations de l’esprit, article XIV, Logique et principes de grammaire, posth. 1769, p. 147).

49 Convention toute formelle car la Bible n’est nullement évoquée dans les Réflexions. Sur cette mention d’Ève, voir l’introduction (« Oser penser l’égalité de sexes »). Sur l’évocation commune d’Adam et Ève, voir l’article « Adam » (Enc., I, 1751) qui évoque une théorie selon laquelle Adam et Ève ont été créés ensemble.

50 Bien que Rousseau affirme rejeter, au début de la première partie du DOI, de « vagues conjectures » sur la question de la « conformation » de l’homme « à ses commencements », il le définit comme bipède, usant de ses mains et la tête droite et consacre la longue Note III à prouver cette thèse (p. 64 et p. 126-128). Il se réfère à Aristote pour ce qui est de la « station droite » mais ne reprend pas les autres spécificités accordées à l’homme par le Stagirite : un cerveau, le langage et la réflexion (Des animaux). Rousseau s’inspire sans doute aussi d’Ovide qui décrit l’homme debout, avec le visage levé vers le ciel : « [Prométhée] donna à l’homme un visage tourné vers le haut / Et lui imposa de regarder vers le ciel, de lever les yeux sur les astres / Tandis que les autres vivants, penchés en avant, regardent le sol » (Métamorphoses, I, v. 83-85).

51 Voir les articles « Animal » et « Bête, animal, brute » de Diderot dans l’Enc. (I, 1751) et « Âme des bêtes » d’Yvon et Diderot : « Il y a une distinction essentielle entre la raison humaine & celle des brutes [= animaux] ». « L’âme des bêtes » possède « une substance immatérielle & intelligente » mais « qui a des sensations et qui n’a que cela. […] [qui] ne réfléchit point, n’a point d’idée distincte, n’a qu’une idée confuse du corps » (Enc., I, 1751, p. 347). Voir aussi Buffon : « être et penser sont pour nous la même chose » (HN, II, 1749, De la nature de l’homme, p. 439).

52 * Ibid., p. 11 [note de l’auteur].

53 ** Ibid., p. 12 [note de l’auteur].

54 *** Ibid., p. 13 [note de l’auteur].

55 O. Belot sous-entend que Rousseau s’est inspiré de l’EH mais sans le citer. On y lit, en effet : « Alors, il n’y avait point d’orgueil ni tous ces arts qui fomentent la vanité. L’homme et la bête, jouissant ensemble des forêts, marchaient ensemble à l’ombre des bois. […] Des meurtres ne fournissaient point à l’homme son habillement et sa nourriture […]. Oh ! que l’homme des temps postérieurs est différent ! Bourreau et tombeau de la moitié de ce qui a vie, il est meurtrier des autres êtres et traître à lui-même […]. Mais de justes maladies naissent de son luxe, elles vengent ce qu’il a immolé. […] Les passions furieuses naquirent de ce carnage & attirèrent contre l’homme, un animal plus féroce encore, l’homme » (EH, Ép. III, 1754, p. 52-54).

56 Rousseau utilise l’expression de « dons surnaturels », dans le DOI, p. 64 ; le ton n’est ici pas loin de l’irrespect, voire de la désinvolture (« adieu, l’état de pure nature »).

57 Art. « Brute » (Enc., I, 1751) : « se dit de l’animal comme privé de raison & par opposition à l’homme ».

58 Depuis Descartes, la question de l’« Âme des bêtes » est agitée ; voir le long article d’Yvon et Diderot « Âme des bêtes » qui évoque la théorie cartésienne des « animaux machines » ; Diderot dans la Suite de l’Apologie […] de Prades écrit : « Je pense très sincèrement, et sans m’en croire moins chrétien, que l’homme n’apporte en naissant ni connaissances, ni réflexions, ni idées. Je suis sûr qu’il resterait comme une bête brute, un automate, une machine en mouvement si l’usage de ses sens matériels ne mettait en exercice les facultés de son âme. C’est le sentiment de M. Locke ; c’est celui de l’expérience et de la vérité » (Œ. D., I, p. 524). Voir aussi le Traité des animaux de Condillac (1755).

59 Annonce d’une idée nouvelle qui sera développée plus tard.

60 « L’homme n’est pas seulement un animal ; c’est un animal qui raisonne » (« Droit naturel », Diderot, Enc., V, 1755, p. 116).

61 Voir Buffon, déjà cité.

62 Si cet homme ne pensait pas, il ne peut être appelé « homme ».

63 *Ibid., p. 31 [note de l’auteur].

64 Voir « Âme des bêtes » d’Yvon et Diderot : « Je vois un arbre, une bête le voit aussi ; mais ma perception est toute différente de la sienne. […] j’ai une perception qu’elle n’a pas, pourquoi ? Parce que j’ai le pouvoir de réfléchir sur l’objet que me présente la sensation. Dès que j’ai vu un seul arbre, j’ai l’idée abstraite d’arbre en général qui est séparée dans mon esprit de celle d’une plante, de celle d’un cheval & d’une maison. Cette vue que l’entendement se forme d’un objet auquel la sensation l’applique, est le principe de tout raisonnement, qui suppose réflexion, vue distincte, idée abstraite des objets par où l’on voit les rapports & les différences, & qui mettent chaque objet dans une espèce d’unité » (Enc., I, 1751, p. 348). À la question du « langage » des bêtes, il est répondu que c’est un langage « borné » car « tout ce qu’elles pensent, tout ce qu’elles sentent se réduit à la vie animale » (ibid.).

65 Locke est le seul auteur, avec Pope, à être cité dans l’argumentation d’O. Belot ; elle se réfère ici à son EPEH, bien connu des lecteurs français, grâce à des traductions maintes fois rééditées.

66 EPEH, éd. 1700, livre II, I, § 1 et 2.

67 Voir Locke, sur les « idées simples » et les « idées complexes », ibid., livre II, II, § 2-11 et § 12-29. On lit dans l’article « Évidence » (Enc., V, 1755) : « Il est donc évident que ce sont mes sensations elles mêmes qui produisent le jugement ». Dans le DP de 1751, on lit : « Les êtres physiques agissent sur les sens. Les impressions de ces êtres en excitent les perceptions dans l’entendement. L’entendement ne s’occupe de ces perceptions que de trois façons, selon ses facultés principales, la mémoire, la raison et l’imagination. Ou l’entendement fait un dénombrement pur et simple de ses perceptions par la mémoire ; ou il les examine, les compare et les digère par la raison ; ou il se plait à les imiter et à les contrefaire par l’imagination ». Condillac distingue également « idée simple » et « idée complexe » (EOCH, 1740, I, 3, p. 155-172).

68 * Ibid., p. 31 [note de l’auteur].

69 Le terme est, à l’époque, souvent péjoratif : « Ce que vous nous dites est bien métaphysique », c’est-à-dire trop « abstrait » (DAF). Le terme est employé en ce sens par le « Bourgeois de Bordeaux » dans sa lettre sur le DOI : « ces sentiments sont trop métaphysiques pour être réels » (MF, mars 1756, p. 61). La tendance contemporaine est à la méfiance des sciences spéculatives et au goût pour l’expérience et la physique ; on admire le physicien Nollet et Buffon. Dans son article « Fatalité », Morellet s’écrie : « Malheur à la philosophie si le métaphysicien copie le métaphysicien, parce qu’il suppose une opinion et une opinion n’est pas un fait. Cependant les erreurs se perpétuent & la vérité demeure cachée, jusqu’à ce qu’enfin par le secours de l’expérience, les principes mêmes de la métaphysique étant devenus autant de faits, puissent être regardés comme appartenant à la véritable Physique, suivant la belle prophétie du chevalier Bacon » (Enc., VI, 1756, p. 429).

70 Sur la liberté de l’homme, voir Locke, « La liberté suppose l’entendement et la volonté » (EPEH, livre II, XXI, § 9), ou Condillac : « Le droit de choisir, la liberté n’appartient donc qu’à la réflexion. Mais les circonstances commandent les bêtes ; l’homme, au contraire, les juge, il s’y prête, il s’y refuse ; il se conduit lui-même, il veut, il est libre » (Traité des animaux, 1755, chap. X).

71 Selon l’Essai physique sur l’économie animale de Quesnay, « La liberté [de l’homme] consiste dans le pouvoir de délibérer pour se déterminer avec raison à agir ou à ne pas agir. […] L’homme qui se conduit avec raison, n’est donc pas déterminé immédiatement comme les bêtes, par l’objet qui le frappe & l’affecte le plus. La liberté est donc dans l’homme une faculté réelle & effective » (1747, t. III, p. 350-352) ; sont analysées ensuite les étapes de la décision finale libre, résultant de la délibération c’est-à-dire « volonté active, attention, réflexion, examen […] et jugement » (ibid., p. 352).

72 Sur les sens, voir Buffon, HN, III, 1749, p. 305-371 : il est traité spécifiquement de la vue et de l’ouïe et de leurs limites qui génèrent des illusions, corrigées par le toucher et la raison. Condillac dans le Traité des sensations (1754) imagine une statue qui, dotée peu à peu de chacun des sens, est conduite à la pensée.

73 La présence d’un Créateur (unique occurrence dans le texte) est évoquée au même titre que son absence.

74 Les termes « matérialisme » ou « matérialistes » sont, à l’époque, employés souvent de manière imprécise et abusive ; ils peuvent renvoyer à « athées », « déistes », etc. Voir les commentaires diamétralement opposés du croyant Louis Racine dans La Religion (1756) et de l’abbé Coyer dans sa Lettre sur le matérialisme (1759) dont les premiers mots sont : « Ô mon père ! ce n’est pas seulement dans l’Histoire naturelle, dans le Dictionnaire encyclopédique, dans L’Esprit des Lois, dans L’Esprit que le matérialisme dogmatise. Il se répand partout » ; et les derniers : « Poursuivez le matérialisme : il est partout. […] Comme vous cherchez partout le matérialisme, vous le verrez partout » (G-F. Coyer, Œuvres complètes, 1782, p. 309 et p. 337-338). Les thèses matérialistes s’expriment dans de nombreux manuscrits clandestins, largement diffusés ; avant 1756, plusieurs ouvrages de La Mettrie ont paru ainsi que deux recueils importants, Dissertations mêlées sur divers sujets importants et curieux (1740) et NLP (1743).

75 Sur les « combinaisons de la matière » et le déterminisme, voir Diderot, Pensées sur l’interprétation de la nature.

76 Rousseau écrit de l’homme naturel : « En le considérant, en un mot, tel qu’il a dû sortir des mains de la Nature, je vois un animal […] à tout prendre, le mieux organisé de tous » (DOI, p. 64-65).

77 Buffon affirme : « tout ce qui peut être, est » (HN, I, 1749, Discours sur la manière de traiter l’histoire naturelle, p. 11).

78 * Pope, Essai sur l’homme, second vol., p. 18, éd. d’Amsterdam, 1754 [note de l’auteur].

79 Allusion aux emprunts éventuels de Rousseau.

80 Il faudrait ajouter ici « Crever », terme qui figure dans la traduction de Pope de 1754.

81 L’idée de « chaîne des êtres », avancée dès l’Antiquité par Aristote (Les Parties des animaux) et dont l’acception varie selon les époques et les individus, connaît, au XVIIIe siècle, un regain de vigueur au travers de traitements contrastés : voir J. Erhard, L’Idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Genève-Paris, 1981, 1re partie, IV, « Les nouveaux naturalistes », p. 179-248. Dans l’article « Cosmologie » de d’Alembert (Enc ., t. IV, 1754), on lit : « Tout est lié dans la nature : tous les êtres se tiennent par une chaîne dont nous apercevons quelques parties continues, quoique dans le plus grand nombre d’endroits, la continuité nous échappe ».

82 Plus que le Dieu chrétien, il s’agit ici de l’architecte du monde ; Pope sera accusé de déisme, comme le redit Louis Racine en 1756 (dans sa réédition de La Religion).

83 Voir le Tab. ph. de Turgot (1750) : « La succession des hommes […] offre de siècle en siècle un spectacle toujours varié. On voit s’établir des sociétés, se former des nations qui tour à tour dominent d’autres nations ou leur obéissent. Les empires s’élèvent et tombent […]. Tour à tour retardés ou accélérés dans leurs progrès, ils passent de climats en climats » (Œ. T., II, p. 597).

84 Voir « Animal, bête, brute » (Enc., I, 1751).

85 * Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, p. 12 [note de l’auteur].

86 ** Ibid., p. 30 [note de l’auteur].

87 *** Ibid., p. 30 [note de l’auteur].

88 **** Ibid., p. 31 [note de l’auteur].

89 ***** Ibid., p. 27 [note de l’auteur].

90 ****** Ibid., p. 33 [note de l’auteur].

91 On se rappellera que le terme est équivoque.

92 Dans l’HN de Buffon (IV, 1753, Sur la nature des animaux), on lit : « La tortue dont le cœur est singulièrement conformé, est aussi un animal extraordinaire, qui ne ressemble à aucun autre animal » (p. 12).

93 Sous le couvert d’un hommage respectueux, doublé d’humour, c’est une attaque ad hominem qui se poursuit dans les lignes suivantes.

94 Reprise de l’expression, déjà utilisée, de Rousseau.

95 La « tête altière » est-elle une allusion à Lucrèce (« un homme grec [Épicure] osa, le premier, lever les yeux sur la religion /menaçant les hommes par son apparence terrifiante / et s’y opposer de face », De rerum natura, I, v. 62-65) ? La comparaison, issue du domaine végétal, évoque Buffon et répond au goût des contemporains pour les « jardins » ; un cèdre magnifique ornait le jardin du château de Trudaine de Montigny, ami d’O. Belot (voir introduction).

96 L’agriculture occupe les esprits ; voir, par exemple le Cercle de Gournay dont il semble qu’O. Belot soit proche (voir introduction) et le long article de Diderot « Agriculture » (Enc., I, 1751).

97 La foi dans les « hommes de génie » parcourt les écrits des « Philosophes ». Voir le DP (Bacon, Descartes, Newton, etc.) ou Turgot, Tab. ph. (1750).

98 Pope, admiré par O. Belot, a traduit l’Iliade en 1715 et l’Odyssée en 1725-1726 ; il a rédigé un essai sur Homère, traduit sous le titre d’Éloge historique et critique d’Homère, 1749 ; voir le compte rendu donné par le JS (déc. 1750, p. 844-851).

99 Moïse, Lycurgue, Solon : grands législateurs antiques, issus de la Bible comme de l’histoire grecque.

100 Voltaire, dans La Mort de César, publiée en 1736 et jouée en 1743, fait de César « le Père de la Patrie ». En 1758, O. Belot écrit pourtant : « Rome a besoin d’un maître, disait Cicéron ; Rome était déjà corrompue, lorsqu’il saisit l’instant de la maîtriser. Il aurait été d’un meilleur Patriote de la faire rétrograder à pas lents vers les mœurs du siècle de Numa. César crut peut-être cette entreprise possible & s’imagina qu’une autorité absolue, dans les mains d’un Prince juste, éclairé n’est que le pouvoir illimité de faire tout le bien qu’il souhaite, qu’il envisage & qu’il cherche. Mais quel Souverain peut se flatter de transmettre à ses successeurs, avec cette puissance sans bornes, les vertus qui empêchent d’en abuser ? » (Obs. NT, p. 108).

101 Descartes est longuement loué, en 1750 par Turgot, en 1751 par d’Alembert, non pour sa physique mais pour sa méthode. Ce que retient O. Belot de Descartes est sa méthode (exercice du doute systématique), la thèse d’un mécanisme qui peut s’accorder avec le déterminisme, celle de la distinction des hommes et des animaux (animaux machines) mais elle nie sa théorie des « idées innées » pour opter pour celle de Locke. Dans son Éloge de Descartes, Thomas signale que Descartes eut deux élèves femmes, la princesse Élisabeth de Bohême à qui il dédia ses Principia, et Christine de Suède : « C’est une chose remarquable que Descartes ait eu pour disciples les deux femmes les plus célèbres de son temps […]. Quoi qu’ait dit un sage austère, les grâces qui leur sont naturelles, n’empêchent point qu’elles ne puissent aussi avoir l’étendue et la profondeur d’esprit », 1765, note p. 156.

102 Sur la vogue de Newton et sa théorie de l’attraction, généralement admise à l’époque contre celle des « tourbillons » de Descartes, voir les travaux et ouvrages d’É. du Châtelet et de Voltaire.

103 Montesquieu vient de mourir (10 février 1755) ; le MF de déc. 1755 lui consacre de longs éloges et rapporte celui de d’Alembert (Enc., V, nov. 1755).

104 Voir l’abondance des citations des Pensées de Pascal dans l’édition du poème de Pope, citée par O. Belot. Pascal est admiré par les encyclopédistes, comme mathématicien et scientifique.

105 Buffon consacre un long développement aux « Variétés dans l’espèce humaine », HN, III, 1749, p. 371-530.

106 Jaucourt consacre un long article au chat (Enc., III, 1753) et Buffon ouvrira le volume VI de l’HN (1756) par une cinquantaine de pages sur le sujet.

107 Buffon consacre presque la moitié du tome V (1755) de l’HN au chien, p. 185-311.

108 Ces lignes répondent au DOI, p. 72. Sur cet état d’« imbécilité » de la toute-petite enfance, voir Buffon, HN, II, 1749, Histoire naturelle de l’Homme, « De l’enfance », p. 429 et suiv.

109 * Ibid., p. 36 [note de l’auteur].

110 Dans son Essai sur la manière de perfectionner l’espèce humaine (1756), le médecin, mathématicien, chimiste Alexandre Théophile Vandermonde, futur membre de l’Académie Royale des sciences, propose d’améliorer la santé du corps pour améliorer celle de l’esprit, et conseille de supprimer le maillot pour les enfants, le corset pour les dames, etc.

111 Pour Dumarsais, les sophismes sont « certains raisonnements éblouissants dont on sent bien la fausseté » (Logique, art. XIII, p. 339). Pour le DAF, c’est un « argument captieux qui ne conclut pas juste parce qu’il pêche ou dans les termes ou dans la forme » (p. 741).

112 Montesquieu dans les Romains (1734) dit de cet empereur : « Domitien fit voir un nouveau monstre, plus cruel ou du moins plus implacable que ceux qui l’avaient précédé, parce qu’il était plus timide » (chap. XV, p. 179).

113 Au IVe siècle av. J.-C., Érostrate, pour se rendre célèbre, brûla le temple de Diane Artémis d’Éphèse, une des sept merveilles du monde ; le scandale fut tel qu’on bannit tout homme qui citerait son nom. C’est, au XVIIIe, l’exemple-type de « noms déshonorés »., Dans l’article « Encyclopédie » (Enc., V, 1755), Diderot l’y associe à Zoïle, grammairien que la jalousie conduisit, à la même époque, à une critique systématique et violente d’Homère. Les adversaires de Rousseau ne manquèrent pas de le nommer « Érostrate » : en 1753, Cazotte dans ses Observations sur […] Rousseau écrit : « Il dédaigne la gloire et y court par le chemin d’Érostrate » (p. 2) ; en 1754, Fréron accuse l’auteur du Devin du village d’être « un composé de Diogène et d’Érostrate » (AL, t. III, Lettre XII, p. 266). Rousseau évoquera le personnage dans une lettre à M. Perdriau à propos de la dédicace à Genève du DOI : « La mémoire d’Érostrate nous apprend que c’est un mauvais moyen de faire oublier les choses que d’ôter la liberté d’en parler » (28 nov. 1754). En 1771, dans une lettre à M. de Saint-Germain, il écrit : « L’histoire d’Érostrate est une fable, mais supposons-la vraie. […] S’il se fût senti capable de faire l’Émile, il n’eût pas brûlé le temple d’Éphèse ».

114 Rousseau évoque « la facilité d’irriter et de satisfaire nos appétits et notre sensualité, les aliments trop recherchés des riches qui les nourrissent de sucs échauffants et les accablent d’indigestion » (DOI, p. 68). La Mettrie, lecteur de Frédéric II et membre de l’académie de Berlin, vient d’y mourir en 1751, victime, dit-on, des suites d’une indigestion. L’événement est largement commenté par les contemporains. Voltaire écrit à Richelieu : « Ce La Mettrie, cet homme machine, ce jeune médecin, cette vigoureuse santé, cette folle imagination, tout cela vient de mourir pour avoir mangé, par vanité, tout un pâté de faisan aux truffes » (13 nov. 1751) et à Madame Denis : « notre fou de La Mettrie […] vient de prendre le parti de mourir. Notre médecin est crevé, à la fleur de l’âge, brillant, frais, alerte, respirant la santé et la joie et se flattant d’enterrer tous ses malades et tous les médecins » (14 nov. 1751).

115 * Ibid., p. 37 [note de l’auteur].

116 « Ses désirs ne passent point ses besoins physiques » (DOI, p. 73).

117 Métaphore qui recourt aux ténèbres vs les lumières de la raison.

118 Reconnaissance de l’humanité de tout « Sauvage ».

119 Sur le thème de la « curiosité », voir l’introduction et l’article de Jaucourt (Enc., t. IV, 1754). En réponse au DSA (1750) de Rousseau, Charles Borde écrit : « On nous peint la curiosité comme un penchant funeste […]. Sans elle, réduits à la condition de brutes, notre vie se passerait à ramper sur la petite portion de terrain destiné à nous nourrir et à nous engloutir un jour » (Discours sur les Avantages des Sciences et des Arts, MF, déc. 1751, I, p. 25-64, p. 43) ; Stanislas de Lorraine, parmi d’autres, a également fait l’éloge de la curiosité (MF, sept 1751, p. 63-84). Pope exalte cette faculté (EH, Ép. II, p. 25).

120 Voir l’empirisme de Locke et Hume selon qui les idées proviennent des sens et se complexifient par comparaison et grâce à la mémoire.

121 O. Belot s’essaie, comme beaucoup de ses contemporains, à imaginer une brève scène primitive, en réponse à la remarque de Rousseau sur l’indifférence de l’homme naturel devant un mort (DOI, p. 67).

122 Condillac loue cette faculté (EOCH, I, 2, chap. 2-4, p. 43-78 et p. 113- 138). Sur la place de l’« imagination », voir, par exemple, La Médecine de l’Esprit (1753) par Antoine Le Camus, docteur régent de la Faculté de médecine de Paris : cet ami de Diderot consacre le chapitre II du livre I à l’entendement, aux sensations et à l’imagination, faculté qui est à l’origine des « idées ».

123 C’est un lieu commun que les illusions des sens, en particulier de la vue, heureusement tempérées par le toucher : cette double expérience permet la réflexion et la science. L’idée, présente chez les Grecs (Pyrrhon, Sextus Empiricus) et chez les Latins (Sénèque, dans les Lettres à Lucilius, LXXI, note que « les objets les plus droits sous l’eau paraissent courbés et brisés »), reprise par Montaigne, est devenue banale au XVIIe siècle, chez Pascal, Charron, Gassendi, La Fontaine (« Quand l’eau courbe un bâton, ma raison le redresse », Fables, VII, 17), mais aussi Descartes, Huet, Malebranche ; Bossuet écrit dans De la connaissance de Dieu et de soi-même : « Un bâton droit devient courbe à nos yeux au milieu de l’eau ; le soleil et les astres y viennent infiniment plus petits qu’ils ne sont en eux-mêmes » (Bossuet, Œuvres, t. XI, p. 590). Buffon, dans le « récit philosophique » qu’il consacre à son « premier homme », lui fait dire : « Je voulais toucher le soleil, j’étendais la main pour embrasser l’horizon et je ne trouvai que le vide des airs » (HN, III, 1749, Histoire naturelle de l’Homme, « Des sens en général », p. 367).

124 « Mon » sauvage : celui auquel je crois ; on note le ton familier.

125 Libido sciendi : c’est la pulsion de savoir, la « curiosité ». Nous sommes loin de l’interdiction et de la punition bibliques. Jaucourt écrit dans son article « Curiosité » : « L’envie de s’instruire, de s’éclairer est si naturelle qu’on ne saurait trop s’y livrer, puisqu’elle sert de fondement aux vérités intellectuelles, à la science & à la sagesse. […] Monsieur Quesnay a démontré (Économ. anim.) que l’envie d’étendre ses connaissances est une affection de l’âme qui est excitée par les sensations et les perceptions des objets que nous ne connaissons que très imparfaitement » (Enc., IV, 1754, p. 577).

126 Reprise de l’affirmation précédente.

127 * Ibid. [note de l’auteur].

128 Voir l’intérêt contemporain pour l’anatomie et la circulation du sang, par exemple dans le long article « Circulation du sang » (Enc., III, 1753, p. 467- 470) : y sont rappelées les découvertes d’Harvey ainsi que les expériences de Mery et Duverney à l’Académie des sciences, dans les premières années du siècle.

129 ** Ibid., p. 38 [note de l’auteur].

130 L’expression renvoie à l’ouvrage de l’abbé Pluche, Le Spectacle de la nature ou Entretiens sur les particularités de l’histoire naturelle, ouvrage à grand succès depuis la première parution (1732-1742).

131 Voir les remarques de Buffon, HN, III, 1749, « Des sens en général ».

132 Le développement qui suit, est, sans doute, inspiré de Buffon et de sa « vision » du « premier homme » (ibid., p. 364-370) : « J’imagine donc un homme tel qu’on peut croire qu’était le premier homme au moment de la création, c’est-à-dire un homme dont le corps et les organes seraient parfaitement créés mais qui s’éveillerait tout neuf pour lui-même & pour tout ce qui l’environne. […] Je ne puis me dispenser de le faire parler lui-même […] » (ibid., p. 364). Les étapes décrites par O. Belot se trouvent chez Buffon.

133 « Adam : Nom du premier homme que Dieu créa et qui fut la tige de tout le genre humain, selon l’Écriture. Ce n’est pas précisément comme nom propre mais comme nom appellatif que nous plaçons dans ce Dictionnaire le nom d’Adam qui désigne tout homme en général » (Enc., I, 1751, p. 125).

134 O. Belot s’essaie, comme bien d’autres à l’époque, à imaginer une scène primitive à valeur métaphorique. Buffon, dans son « récit philosophique », montre le premier homme rapportant, dans un long discours, les découvertes successives de ses sens et les réflexions qu’elles lui inspirent, lors de son éveil à la nature et à lui-même (HN, III, 1749, « Des sens en général », p. 364-370).

135 * Ibid. [note de l’auteur].

136 Voir Buffon : « Le sommeil qui paraît être un état purement passif, est donc au contraire le premier état de l’animal vivant et le fondement de la vie ; ce n’est point une privation, un état d’anéantissement, c’est une manière d’être, une façon d’exister tout aussi réelle et plus générale qu’aucune autre » (HN, IV, 1753, Sur la nature des animaux, p. 8). Dans l’article « Délicieux » (Enc., IV, 1754, p. 783), Diderot écrit : « Le repos a aussi son délice ; mais qu’est-ce qu’un repos délicieux ? Celui-là seul en a connu le charme inexprimable, dont les organes étaient sensibles et délicats […] ; il passait par un mouvement imperceptible de la veille au sommeil ; mais sur ce passage imperceptible, au milieu de la défaillance de toutes ses facultés, il veillait encore assez, sinon pour penser à quelque chose de distinct, du moins pour sentir toute la douceur de son existence ».

137 On lit dans la scène primitive narrée par Buffon : « Quelle fut ma surprise de voir à mes côtés une forme semblable à la mienne ! Je la pris pour un autre moi-même […], je crus m’être doublé. Je portai ma main sur ce nouvel être, quel saisissement ! Ce n’était pas moi, mais c’était plus que moi, mieux que moi […]. Je la sentis s’animer sous ma main, je la vis prendre de la pensée dans mes yeux, les siens firent couler dans mes veines une nouvelle source de vie, j’aurais voulu lui donner tout mon être […]. Je sentis naître un sixième sens » (HN, III, 1749, Histoire naturelle de l’Homme, p. 370). Sur cette ressemblance ou « conformité » entre l’homme, « ses semblables, sa femelle et lui » signalée dans le DOI (p. 96), voir aussi Diderot : « À peine commençons nous à parcourir les objets qui nous environnent que nous découvrons parmi eux un grand nombre d’êtres qui nous paraissent entièrement semblables à nous ; tout nous porte donc à penser qu’ils ont les mêmes besoins que nous éprouvons, et par conséquent, le même intérêt à les satisfaire ; d’où il résulte que nous devons trouver beaucoup d’avantages à nous unir à eux » (Suite de l’Apologie de […] Prades, Œ. D., I, p. 534-535).

138 Refus de la représentation biblique et chrétienne de la « rencontre » d’Adam et Ève. Voir l’article « célibat » de Diderot (Enc., II, 1752) : « Nos premiers parents ne perdirent leur innocence qu’en cessant de garder le célibat ; […] ils n’auraient jamais été chassés du paradis s’ils n’eussent mangé le fruit défendu ; action qui dans le style modeste et figuré de l’Écriture, ne désigne autre chose, selon eux (quelques auteurs de l’ancienne et de la nouvelle loi), que l’infraction du célibat ». Pourtant « il était alors question de peupler le monde […] ; c’était à qui engendrerait le plus ».

139 L’écoulement de la durée est ici essentiel pour que naisse le désir.

140 Insistance sur l’identité des sexes et évacuation de l’idée de différence.

141 Comme chez Buffon, la « conservation de l’espèce » n’est pas présentée comme le premier motif du couple : l’union de la femme et de l’homme a une autre justification que la procréation ; celle-ci est, en quelque sorte, secondaire. On peut rapprocher cette conception de celle de David Hume qui écrit : « Cette nécessité [de s’associer] n’est autre que l’appétit naturel entre les sexes qui les unit et conserve leur union jusqu’à ce qu’apparaisse un nouveau lien, le souci de leur progéniture commune » (A Treatise of Human Nature, livre III, De la morale, II, De la justice et de l’injustice, § 2, De l’origine de la justice et de la propriété). Montesquieu désigne cette union par la métaphore de « prière spirituelle » : « les marques d’une crainte réciproque engageraient bientôt les hommes à s’approcher. Ils y seraient portés d’ailleurs par le plaisir qu’un animal sent à l’approche d’un animal de même espèce. De plus ce charme que les deux sexes inspirent par leur différence augmenterait ce plaisir & la prière naturelle qu’ils se font toujours l’un à l’autre serait une troisième loi » (EL, livre I, 2 Lois de la nature).

142 Rousseau ne reconnaît l’importance de l’habitude chez « l’homme de la nature » qu’en ce qui concerne l’attachement de la mère à ses enfants (DOI, p. 77).

143 Sur l’« Amour paternel » voir l’article concerné (Enc., I, 1751, p. 369- 370) : « Si l’homme était donc en ce point conforme aux autres animaux, dès que l’enfant aurait vu la lumière, sa mère le nourrirait de son propre lait, veillerait à tous ses besoins, le garantirait de tout accident & ne croirait pas d’instants dans sa vie mieux remplis que ceux qu’elle aurait employés à ces importants devoirs. Le père, de son côté, contribuerait à le former […], il cultiverait lui-même cette jeune plante ».

144 * Ibid., p. 47 [note de l’auteur].

145 Voir « Amour filial et fraternel » (Enc., I, 1751, p. 370) : « La reconnaissance prévient dans les enfants bien nés ce que leur devoir leur impose ; il est dans la saine nature d’aimer ceux qui nous aiment & nous protègent & l’habitude d’une forte dépendance fait perdre le sentiment de la dépendance même ».

146 O. Belot élargit à tous les membres du groupe les sentiments que Rousseau limite à l’amour de la mère pour les enfants quand ils sont petits.

147 Pope : « D’une même tige naît & renaît une race qui se suit ; un amour inspiré par la nature, ce même amour soutenu par l’habitude veille, l’un sur l’enfant qui vient de naître, l’autre sur celui qui est déjà grand. À peine les derniers nés sont-ils parvenus à la maturité de l’homme, qu’ils voient ceux dont ils ont reçu la vie, incapables de s’aider. La mémoire & la prévoyance […] font naître de justes retours » (EH, Ép. II., p. 51). O. Belot répond ici à la Note XII du DOI, qui critique les thèses de Locke.

148 Voir l’importance accordée à la pitié chez Rousseau : « Je ne crois pas avoir aucune contradiction à craindre en accordant à l’homme la seule vertu naturelle qu’ait été forcé de reconnaître le Détracteur le plus outré des vertus humaines [c’est Mandeville dont il parle plus bas]. Je parle de la Pitié […], vertu d’autant plus universelle et d’autant plus utile à l’homme qu’elle précède en lui l’usage de toute réflexion » (DOI, p. 84).

149 Le passage qui débute ici est une reprise des affirmations précédentes, sous forme conclusive.

150 Voltaire annote le passage de Rousseau (« Enfin il est impossible d’imaginer pourquoi, dans cet état primitif, un homme aurait plutôt besoin d’un homme qu’un singe ou un loup de son semblable », DOI, p. 81) par ces mots : « Parce qu’il y a dans l’homme un instinct et une aptitude qui n’est pas dans le singe » (voir G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia of the pages of Rousseau, p. 10).

151 * Ibid., p. 44 [note de l’auteur].

152 La question est d’actualité : Condillac dans son EOCH (1746) suppose deux enfants perdus dans le désert après le Déluge qui créent un « langage d’action », suivi de l’invention progressive du langage. Les Réflexions philosophiques sur l’origine des langues de Maupertuis (1750) ont été rééditées dans ses Œuvres en 1752 et 1756. La Mécanique des langues et l’art de les enseigner de Pluche paraît en 1751.

153 Rousseau consacre un long développement à la naissance des langues (DOI, p. 77-81) pour conclure : « effrayé des difficultés qui se multiplient et convaincu de l’impossibilité presque démontrée que les Langues aient pu naître et s’établir par des moyens purement humains, je laisse à qui voudra l’entreprendre, la discussion de ce difficile Problème, lequel a été le plus nécessaire, de la Société déjà liée, à l’institution des Langues, ou des Langues déjà inventées, à l’établissement de la Société » (p. 81). Dans l’article « Langue » (Enc., IX, 1765, p. 249-256), Beauzée cite longuement l’extrait concerné de la 1re partie du DOI et conclut : « Il était difficile d’exposer plus nettement l’impossibilité qu’il y a à réduire l’origine des langues de l’hypothèse révoltante de l’homme supposé sauvage dans les premiers jours du monde » ; il affirme « l’absurdité » de la thèse d’un « philosophe qui l’a adoptée pour y fonder l’inégalité des conditions & qui, malgré la pénétration & la subtilité qu’on lui connaît, n’a pu tirer de ce principe chimérique tout l’avantage qu’il s’était promis » (p. 252). Il ajoute : « Si les hommes commencent par exister sans parler, jamais ils ne parleront. […] On sait […] que les hommes élevés par accident loin du commerce de leurs semblables & dans le silence des forêts, n’y avaient appris à prononcer aucun langage articulé, ils imitaient seulement les cris naturels des bêtes ». Beauzée définit les éléments nécessaires à la naissance du langage : l’envie de communiquer, la faculté (physique) de le faire et l’intelligence.

154 Maupertuis : « toutes les langues étaient simples dans leurs commencements ; elles ne doivent leurs origines qu’à des êtres simples et grossiers, qui ne formèrent d’abord que le peu de signes dont ils avaient besoin pour exprimer leurs premières idées. Mais bientôt les idées se combinèrent les unes avec les autres et se multiplièrent » (Réflexions […] sur l’origine des langues, 1756, IV, p. 262).

155 Idée classique, retenue par Hobbes, exprimée par Locke (EPEH, III, 2, § 8). O. Belot affirme la naissance de plusieurs langues dans diverses régions du monde : ici encore, ni tour de Babel ni punition divine. Pour Rousseau, « l’homme de la nature » ne parle pas.

156 Autre « scène » imaginée.

157 À l’origine du langage, une double expérience faite en commun : elle fait appel à deux sens (la vue puis le toucher puis, à nouveau, la vue) dont les sollicitations se traduisent par des dénominations arbitraires et elle entraîne conjointement avancée technique et langagière, menée par tous.

158 La « découverte » du feu n’est qu’à peine évoquée par Rousseau (DOI, 1re partie, p. 74), malgré l’important passage consacré plus tard à la métallurgie (2e partie, p. 101-102), car « Pour le philosophe, ce sont le fer et le blé qui ont civilisé les hommes et perdu le Genre humain ». Les recherches scientifiques du siècle sur « le feu » s’intensifient. En 1752, paraît le Recueil des Pièces qui ont remporté le prix de l’Académie de 1738 sur le feu et la propagation du feu ; à côté de l’essai d’Euler, on trouve celui d’une « jeune dame d’un haut rang » (p. 87-170 : c’est É. du Châtelet) et d’« un de nos premiers poètes » (p. 171-219 : c’est Voltaire). Le passage d’O. Belot peut être lu en relation avec les lignes que G. Thiroux d’Arconville consacre, dans les mêmes années, à la « découverte » du feu par Adam dont elle donne une autre version : « Adam trouva le feu, en frottant au hasard deux cailloux l’un contre l’autre. Sa surprise & même son effroi, en voyant sortir de ces corps des étincelles brillantes, ne l’empêchèrent point de répéter l’expérience. Elle produisit aussitôt le même effet. Ces étincelles étant tombées sur des branches d’arbre, arrachées par le vent & séchées par l’ardeur du soleil, elles les enflammèrent à l’instant. Frappé d’étonnement & d’admiration, Adam s’approcha de ce nouveau feu & sentant une chaleur semblable à celle du soleil, & même plus grande encore, il pensa qu’il pourrait en tirer des avantages » (« Discours préliminaire du traducteur », p. X, Leçons de chymie de Shaw, 1759, traduction anonyme [par G. Thiroux d’Arconville]).

159 Dans l’article « Certitude » (Enc., II, 1752), Diderot écrit : « la certitude physique est celle qui vient de l’évidence physique : telle est celle d’une personne qui sait qu’il y a du feu sur sa main quand elle le voit et qu’elle se sent brûler : parce qu’il est physiquement impossible que cela ne soit pas. Quoiqu’absolument et rigoureusement parlant, cela pût ne pas être ».

160 O. Belot peut penser à la théorie longuement développée par Condillac dans De l’origine & des progrès du langage, qui fait place à l’ordre d’apparition des catégories grammaticales (Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, II, 1, p. 1-221).

161 * Ibid., p. 54 [note de l’auteur].

162 L’exemple de la première « perception » d’un arbre désigné par « A » (accolé à celui du cheval désigné par « B ») est longuement développé par Maupertuis (Réflexions […] sur l’origine des langues, passim). Voltaire, en marge de son exemplaire du DOI, note à propos de ce passage : « Il [le chêne] s’appelait au moins AB puisqu’il ressemblait à A » (G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 9).

163 Fausse naïveté de la Provinciale, qui en use également plus bas.

164 Sur la question de la multiplication des langues, voir Rousseau selon qui des langues différentes se produisent à partir d’une « langue universelle », au moment où des bouleversements physiques isolent les groupes humains. Voir aussi Beauzée (« Langue », Enc.).

165 L’action récente de Jacob Rodrigues Pereire (1715-1780) en faveur des sourds et des muets, à qui il apprit à parler, est dans toutes les mémoires : il a été reçu deux fois avec des élèves à l’Académie des sciences (en 1749, avec un mémoire explicatif, et en 1751) ; des rapports positifs dont celui de 1751, signé par Buffon et Mairan, ont été faits sur son enseignement. Les périodiques se sont faits largement l’écho de son action (JS, juillet 1749, ou MF, août 1749 et mars 1756, p. 45-48). Buffon consacre plusieurs pages à son action (HN, III, 1749, p. 350-351). L’abbé de l’Épée n’interviendra qu’à partir de 1760.

166 Proche du lat. « ferus » (« sauvage »), mais comprend une idée de violence. Linné dans la nomenclature de son Systema naturae (1735) décrit un « homo ferus » qui est « tetrapus, mutus, nudus, hirsutus ».

167 Sur la sociabilité de l’homme, idée ancienne (ζώον πολιτικόν d’Aristote, Politique, I, 22), voir Pope (EH, Ép. III, p. 49), Locke (TGC, I, VI) ou Montesquieu (« le désir de vivre en société est une quatrième loi naturelle », EL, I, 2).

168 « Prétendus » au sens où Rousseau entend l’homme à l’état de nature.

169 Les associations humaines ne peuvent se « conserver » que par « conventions » ; voir Locke (TGC, I, VII), ou les articles « Citoyen » et « Autorité politique » de Diderot : « Si la nature a établi quelque autorité, c’est la puissance paternelle […]. Toute autre autorité vient d’une autre origine que la nature. Qu’on examine bien & on la fera toujours remonter à l’une de ces deux sources : ou la force & la violence de celui qui s’en est emparé ou le consentement de ceux qui s’y sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux & à celui à ils ont déféré l’autorité » (Enc., I, 1751).

170 Cette thèse est rejetée par Rousseau dans l’exorde même du DOI, p. 61- 62. C’est ici que débute la 2e partie des Réfl., qui porte sur la 2e partie du DOI, consacrée à la société civile.

171 Dans la Suite de l’Apologie de […] Prades (1752), Diderot distingue l’homme « en troupeau » et l’homme « en sociétés » : « J’entends par état de troupeau celui sous lequel les hommes rapprochés par l’instigation simple de la nature, comme les singes, les cerfs, les corneilles, etc. n’ont formé aucunes conventions qui les assujettissent à des devoirs ni constitué d’autorité qui contraigne à l’accomplissement des conventions et où le ressentiment, cette passion que la nature qui veille à la conservation de chaque être a placée dans chaque individu pour le rendre redoutable à ses semblables, est l’unique frein de l’injustice » (Œ. D., I, p. 528).

172 Voir Pope : « [les hommes] s’unirent par amour ou par crainte » (EH, Ép. III, p. 54). Pour Quesnay « Il faut donc ou que les hommes vivent à la manière des bêtes & que chaque homme s’empare journellement de la portion dont il a besoin, ou qu’ils forment entre eux un partage qui assure à chacun la part qu’ils doivent avoir & alors la portion accordée à chaque homme lui appartiendra de droit naturel & légitime » (Essai physique d’économie animale, p. 365-366).

173 L’« origine lointaine » de l’inégalité sociale serait donc l’inégalité naturelle, celle qui est définie au début du DOI comme « inégalité naturelle ou physique […] qui consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du Corps et des qualités de l’Esprit ou de l’Âme », et que Rousseau exclut d’emblée de son propos car il n’y voit aucune « liaison » avec l’« inégalité civile et politique » dont il entend traiter (DOI, p. 61-62).

174 Pope : « Le nom de Roi fut inconnu jusqu’à ce qu’un intérêt commun plaçât le pouvoir entre les mains d’un seul. Alors, un mérite ou une vertu supérieure (soit talents pour les arts ou talents pour la guerre, capables de répandre les biens et de détourner les maux) […] rendit un Prince le Père de son peuple » (EH, Ép. III, p. 55).

175 Pope : « la crainte est le principe […] de la tyrannie » (ibid., p. 57) et « la crainte […] prêta son secours [au tyran] ; fit un Dieu du Conquérant & un esclave du sujet » (ibid., p. 58). Pope, après avoir traité de la monarchie et du despotisme, évoque « la juste harmonie d’un Etat mixte parfait » (ibid., p. 60), référence au régime anglais.

176 Il faut relever cette critique d’ordre politique, brièvement exprimée, qu’O. Belot développera dans les Obs. NT de 1758. Cette distinction binaire reprend celle qu’a établie Montesquieu dans l’EL entre « gouvernement modéré » (monarchie et république) et « despotique » (livre XI-XII), qui se distinguent par le respect, ou non, de la liberté ; or la « liberté politique consiste dans la sûreté, ou du moins dans l’opinion qu’on a de sa sûreté » (livre XII, 2).

177 Tout ce passage, traitant de l’échange et de la répartition du travail, s’inspire du TGC de Locke.

178 Critère central de l’« utilité », chère aux philosophes ; voir, par exemple Quesnay : « l’autorité réprime les entreprises de ceux qui veulent envahir nos biens, ou attenter à notre liberté ou à notre vie […]. Les hommes qui peuvent se rendre utiles ont une ressource assurée dans leurs talents & dans leurs travaux & ceux qui sont dans l’impuissance de travailler, trouvent du secours dans l’assistance des hommes bienfaisants » (Essai physique sur l’économie animale, 1747, p. 371-372).

179 Dans la Suite de l’Apologie de […] Prades, Diderot note : « Chaque membre de la société cherchant ainsi à augmenter pour lui-même l’utilité qu’il en retire et, ayant à combattre dans chacun des membres un empressement égal au sien, tous ne peuvent pas avoir la même part aux avantages, quoique tous y aient le même droit. Un droit si légitime est donc bientôt enfreint par ce droit barbare d’inégalité, appelé loi du plus juste parce qu’elle est la loi du plus fort. Le système qui donne droit à tous contre tous et qui les arme les uns contre les autres, est par ses conséquences dangereuses digne de l’exécration publique. Pour en réprimer les terribles effets, on a vu sortir du sein de l’anarchie même, les lois civiles, les lois politiques, etc. » (Œ. D., I, p. 537).

180 On remarque le passage à la première personne qui induit une identification entre le « Sauvage », elle et le lecteur.

181 Allusion aux théories contradictoires de Hobbes et de Locke ?

182 Notion centrale dans la pensée d’O. Belot. Le terme est en grand usage au cœur du siècle. Cette qualité sociale est louée par les philosophes (voir, par exemple Voltaire ou Dumarsais) et son invention fut attribuée à l’abbé Castel de Saint-Pierre (1658-1743) dont les multiples ouvrages, commandés par l’esprit de réforme (qui lui valut son exclusion de l’Académie française), sont essentiellement consacrés à l’amélioration de la vie sociale et politique ; voir, par exemple son Projet de paix perpétuelle (1713).

183 Réplique à la célèbre formule de Rousseau qui ouvre la 2e partie du DOI : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, dit ceci est à moi, fut le vrai fondateur de la société civile » (p. 94).

184 Rousseau développe avec insistance l’idée de la présence chez « l’homme de la nature » de la pitié, « seule vertu naturelle » ; elle deviendra « faible chez l’homme civil » (DOI, p. 84-85).

185 Nécessairement, sans y réfléchir.

186 L’incise est ambiguë.

187 Le passage incriminé suit immédiatement le développement sur la « pitié naturelle ».

188 * Ibid., p. 73 [note de l’auteur].

189 Rousseau écrira que ce morceau a été inspiré par la « méchanceté » de Diderot, alors enfermé à Vincennes (voir Conf., VIII et J. Starobinski, éd. du DOI, p. 219-220). Dans la « Préface » de Narcisse, il avait écrit : « Le goût de la philosophie relâche tous les liens d’estime et de bienveillance qui attachent les hommes à la société et c’est, peut-être, le plus dangereux des maux qu’elle engendre. Le charme de l’étude rend bientôt insipide tout autre attachement. De plus, à force de réfléchir sur l’humanité, à force d’observer les hommes, le Philosophe apprend à les apprécier selon leur valeur et il est difficile d’avoir de l’affection pour ce qu’on méprise. Bientôt il réunit en sa personne tout l’intérêt que les hommes vertueux portent à leurs semblables : son mépris pour les autres tourne au profit de son orgueil ; son amour-propre augmente en même proportion que son indifférence pour le reste de l’univers. La famille, la patrie deviennent pour lui des mots vides de sens : il n’est ni parent, ni citoyen ni homme : il est philosophe ».

190 Contradiction interne ?

191 Dumarsais écrit : « Le philosophe n’est point un monstre qui ne doive vivre que dans les abîmes de la mer ou dans le fond des forêts […] ; ses besoins et le bien-être l’engagent à vivre en société » (Le Philosophe, NLP, 1743, p. 185) ; « c’est un honnête homme qui veut plaire et se rendre utile » (ibid., p. 187).

192 Notation d’ordre linguistique qui renvoie à l’étymon grec.

193 C’est la conception qu’exprime, par exemple, Dumarsais dans Le Philosophe. Voir l’article « Bonté » d’Yvon : « La bonté morale consiste en deux points : le premier, ne pas faire de mal à son semblable ; le second leur faire du bien » (Enc., II, 1752). Pour Locke, l’homme ne peut ni ne doit nuire à autrui mais autant qu’à sa propre conservation, il doit veiller à celle d’autrui (TGC, passim).

194 * Ibid., p. 88 [note de l’auteur].

195 DOI, p. 88 ; en marge de ce passage de Rousseau, Voltaire note : « La beauté excitera l’amour et l’esprit produira les Beaux Arts » (R. G. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 14).

196 Le passage semble être inspiré de la fable de La Fontaine, Le Chêne et le Roseau (I, 22).

197 O. Belot répond, sous forme de chiasme, à la critique qu’adresse Rousseau aux théoriciens qui l’ont précédé : « Les Philosophes qui ont examiné les fondements de la société, ont tous senti la nécessité de remonter à l’état de nature mais aucun d’eux n’y est arrivé. […] Tous, parlant sans cesse de besoin, d’avidité, d’oppression, de désirs et d’orgueil ont transporté dans l’état de nature des idées qu’ils avaient prises dans la société. Ils parlaient de l’Homme sauvage mais ils peignaient l’Homme civil » (DOI, p. 62). Mais Rousseau n’envisage pas d’exposer des « faits » : « Commençons donc par écarter tous les faits car ils ne touchent point à la question. Il ne faut pas prendre les recherches dans lesquelles on peut entrer sur ce point pour des vérités historiques mais seulement pour des raisonnements hypothétiques » (ibid., p. 63).

198 Allusion à Buffon : l’homme fait partie de la « classe des animaux », mais possède des traits spécifiques : « Comme l’homme n’est pas un simple animal, comme sa nature est supérieure à celle des animaux, nous devons nous attacher à démontrer la cause de cette supériorité & établir par des preuves claires & solides, le degré précis de cette infériorité de la nature des animaux, afin de distinguer ce qui n’appartient qu’à l’homme de ce qui lui appartient en commun avec les animaux » (HN, IV, 1753, Sur la nature des animaux, p. 5).

199 Attaque ad hominem ?

200 O. Belot redit ici, avec insistance, son rejet du « hasard ». Voir Montesquieu (« Ceux qui ont dit qu’une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde, ont dit une grande absurdité : car quelle plus grande absurdité qu’une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents ? », EL, livre I, I, 1, p. 2), ou l’article « Fatalité » de Morellet : « Tout fait a une raison suffisante de son actualité […] ; un fait quelconque tient donc à une cause prochaine & à des causes éloignées, & ces causes prochaines & éloignées tiennent les unes aux autres. […] On conçoit que ce principe de l’enchaînement des causes doit être commun à tous les systèmes des Philosophes ; car que l’univers soit ou non l’ouvrage d’une cause intelligente ; qu’il soit composé en partie d’êtres intelligents & libres ou que tout y soit matière, les états divers y dépendront toujours de l’enchaînement des causes » (Enc., VI, 1756, p. 422-428, p. 422-423).

201 « Simple : nom général des herbes et des plantes médicinales » (DAF).

202 O. Belot aborde ici le thème des passions, largement traité par Rousseau : elles « ne passent point ses besoins physiques » à l’état de nature (DOI, p. 73), mais les passions de la vie civile sont pernicieuses comme la « passion terrible » de l’amour (ibid., p. 87-88). Belot, au contraire, les réhabilite ; elle suit, ici encore, Pope (EH, Ép. II, passim), par exemple : « Nous naviguons diversement sur l’océan de la vie ; la raison en est la boussole mais la passion en est le vent. […] Il ne faut que modérer [les passions] & en faire usage sans chercher à les extirper » (p. 31), et « les plus solides vertus naissent des passions » (p. 35). Diderot réhabilite les passions dès le début des Pensées philosophiques (1745) : « On déclame sans cesse contre les passions […]. Cependant il n’y a que les passions, et les grandes passions, qui puissent élever l’âme aux grandes choses » (p. 21).

203 * Ibid., p. 36 [note de l’auteur].

204 Ce sont précisément celles qui, naturelles, ne sont pas condamnée par Rousseau.

205 Rousseau distingue « l’amour de soi » (propre à l’état de nature) et « l’amour propre », passion nuisible propre à la vie civile, liée au jugement d’autrui (voir la Note XV) ; l’Enc. les confond : voir « Amour de soi-même ou amour propre » : « L’amour de soi-même, j’entends un amour éclairé & raisonnable, est le principe des lois naturelles qui nous concernent nous-mêmes » (Enc., I, 1751, p. 371).

206 D’Alembert voit dans ces deux « passions » le moteur de la science historique : « Animés par la curiosité & par l’amour propre & cherchant par une avidité naturelle à embrasser à la fois le passé, le présent & l’avenir, nous désirons en nous-mêmes vivre avec ceux qui nous suivront & d’avoir vécu avec ceux qui nous ont précédé. De là l’origine & l’étude de l’Histoire » (DP, 1751, p. XI).

207 L’énumération va crescendo. C’est d’abord de l’observation des plus importants phénomènes concrets que naît l’« Étude de la Nature », désignée comme première étape des connaissances par d’Alembert (DP) ; ces évocations font écho à ses travaux récents sur la mer et les vents (Réflexions sur la cause générale des vents, 1747), sur les influences du Soleil et de la Lune (Recherches sur la précession des équinoxes, 1749).

208 « La divinité » et non « Dieu », voir Pope (EH, Ép. III et IV) ; on songe à l’HN de Buffon.

209 La traduction de la Dissertation sur les nations de Hume vient d’être publiée dans le MF (janv. 1756, II, p. 21-49). L’intérêt se porte, en dernier lieu, sur la société civile et les sociétés constituées en « nations » (voir « Caractère des nations », Enc., II, 1752).

210 Voir la diatribe de Rousseau contre la « passion terrible » qu’est « l’amour moral », propre à la « société civile » (DOI, p. 87-89).

211 ** Ibid., p. 79 [note de l’auteur].

212 O. Belot modifie, à dessein, la proposition de Rousseau qui évoquait « le combat de certains animaux pour la possession des femelles » (DOI, p. 89).

213 Voir « Beau », article de Diderot (Enc., II, 1752) qui accorde une large place au « beau relatif ».

214 Rousseau écrit : « toute femme est bonne » pour un « Sauvage » (DOI, p. 88). Charles Borde écrira, dans sa Profession de foi philosophique (1763), pamphlet ironique contre Rousseau : « Je considérais les femmes comme créées uniquement pour satisfaire un besoin honteux, je croyais devoir les fuir aussitôt après le moment physique ; mon maître l’ordonnait, j’obéissais aveuglément » (p. 8-9). Voir la lettre de Voltaire du 23 mars 1765.

215 « Bourbeux : plein de bourbe » ; « bourbe : fange, boue. Il ne se dit guère que de la fange de la campagne et il signifie proprement le fond des eaux croupissantes des étangs et des marais » (DAF).

216 Voltaire, en marge de la phrase de Rousseau (« l’imagination qui fait tant de ravages parmi nous, ne parle point à des cœurs sauvages »), note : « Qu’en sais-tu ? As-tu vu des sauvages faire l’amour ? » (G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 13).

217 Ce « choix » des « plus jeunes » par les hommes peut s’expliquer par le désir de « conservation » et de « multiplication de l’espèce », unanimement reconnu par les textes concernés. Mais O. Belot pointe l’éventualité du « choix » des femmes, justifié par leurs « droits ».

218 Selon Rousseau, ces passions, inconnues de l’homme de la nature, naîtront dans la société civile.

219 ** Ibid., p. 81 [note de l’auteur].

220 Pour « une fois ».

221 Conclusion sur la sociabilité naturelle de l’homme, sous forme de reprise des quatre arguments développés supra.

222 Marque appuyée de civilité.

223 *** Ibid., p. 116 [note de l’auteur].

224 « En effet » signifie « en réalité » et s’oppose à « en apparence ».

225 Sens ambigu du terme : pour O. Belot, il est synonyme de capacité à progresser.

226 La référence à Turgot est nette : l’expression est tirée du titre de son discours de 1750, Tab. ph., non immédiatement imprimé mais qui circule dès sa rédaction.

227 Comparaison issue du domaine de la dynamique, chère à d’Alembert.

228 Voir Buffon, « Des variétés de l’espèce humaine », HN, III, 1749, p. 371- 530.

229 « Raisonnement » et « fait » : reprise partielle de l’expression du début du texte, avec inversion : « vérité de fait, de sentiment, de raisonnement » et omission du « sentiment ».

230 D’Alembert : « Aussi fallut-il au genre humain, pour sortir de la barbarie, une de ces révolutions qui font prendre à la terre une face nouvelle : l’Empire Grec est détruit, sa ruine fait refluer en Europe le peu de connaissances qui restaient encore au monde ; l’invention de l’Imprimerie, la protection des Médicis et de François Ier raniment les esprits ; & la lumière renaît de toutes parts » (DP, 1751), p. XX. La même thématique scande le Tab. ph. de Turgot (1750).

231 Allusion au DSA de Rousseau (1750), qui envisage l’histoire humaine comme une décadence.

232 Métaphore attendue des Lumières et des ténèbres.

233 O. Belot garde ici le sens qu’elle donne à « perfectionner » et qui n’est pas celui de Rousseau.

234 Une nouvelle thématique est ici abordée, dont Rousseau ne traite pas directement. Le bonheur est une préoccupation constante du siècle, voir R. Mauzi, L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle (Slatkine, 1960), et son édition critique du Discours sur le bonheur d’É. du Châtelet (daté de 1747), Belles Lettres, 1961. O. Belot prendra prétexte de sa traduction du roman anglais Rasselas de Johnson (1760), pour consacrer sa longue préface au bonheur. Parmi les textes qui ont précédé les Réfl., citons l’essai Du Bonheur (1724) de Fontenelle repris dans l’article « Bonheur » (Enc., II, 1752). Ce tome II lui consacre deux autres articles, rédigés par Diderot : « Béatitude, bonheur, félicité » et « Bonheur, prospérité ». Citons aussi les 4e et 6e Discours en vers sur l’homme (1737) de Voltaire, l’Ép. IV de l’EH de Pope, L’Anti-Sénèque ou le Discours sur le bonheur de La Mettrie (dans ses Œ. ph., 1753).

235 Dans le cas où le bonheur réside dans l’absence de peines, le « raisonnement » de Rousseau est ici poussé jusqu’à l’absurde.

236 La critique est ici plus directe.

237 L’allusion est nette au récent ouvrage de La Mettrie, L’Art de jouir (1751), éloge de la « volupté ».

238 Accusation de cet « esprit de système » qui est tant dénigré à l’époque, et qui ressortirait de la mauvaise foi de l’auteur du DOI.

239 Si Pope faisait entendre « la voix de la Nature », dans une longue prosopopée (EH, Ép. III, p. 53-54), O. Belot choisit de donner la parole à la Raison qui énonce fermement un catalogue de lois intellectuelles, scientifiques et morales.

240 Le terme est employé par O. Belot à plusieurs reprises ; ancien, il est remis à l’honneur par l’abbé de Saint-Pierre, ce que souligne l’article des MT de mai 1725. Mme de Lambert l’utilise dans Avis d’une mère à sa fille (1727). Voltaire s’en empare dans le 7e Discours, Sur l’homme (« Sur la vraie vertu », 1738) : « Certain législateur, dont la plume féconde / Fit tant de vains projets pour le bien de ce monde / […] Vient de créer un mot qui manque à Vaugelas : / Ce mot est bienfaisance : il me plaît ; il rassemble / Si le cœur en est cru, bien des vertus ensemble. / […] L’univers entier doit en chérir l’idée ». Dans l’article « Naturelle (loi) » de Jaucourt, on lit : « La sociabilité ou la bienveillance envers les autres hommes est le principe d’où on peut déduire les lois naturelles qui regardent nos devoirs réciproques & qui ont pour objet la société, c’est-à-dire les hommes avec lesquels nous vivons » (Enc., XI, 1765, p. 46).

241 Sur la « curiosité », voir supra. Les sciences expérimentales et d’observation, la physique, l’histoire naturelle, la cosmographie sont privilégiées par les Encyclopédistes, au détriment des questions métaphysiques.

242 Voir Pope (EH, Ép. II) qui voit l’« amour propre [self love] » comme un principe de conservation de soi et l’un des deux principes moteurs (avec la raison) de l’homme. Voltaire écrira : « Cet amour-propre est l’instrument de notre conservation ; il ressemble à l’instrument de la perpétuité de l’espèce : il est nécessaire, il nous est cher, il nous fait plaisir, et il faut le cacher » (article « Amour propre », Dictionnaire philosophique, 1764).

243 D’Alembert s’interroge sur la naissance de « la notion de l’injuste » : « La force donnée par la nature à certains hommes […] est l’origine de l’oppression des [faibles] […]. De là la notion de l’injuste & par conséquent du bien & du mal dont tant de Philosophes ont cherché le principe & que le cri de la nature qui retentit dans tout homme fait entendre chez les Peuples même les plus sauvages. De là aussi cette loi naturelle que nous trouvons au-dedans de nous […]. C’est ainsi que le mal que nous éprouvons par les vices de nos semblables, produit en nous la connaissance réfléchie des vertus opposées à ces vices » ; il conclut donc par « l’idée acquise du juste & de l’injuste » (DP, 1751, p. III).

244 Remarque dictée par la prudence.

245 Il s’agit ici d’une morale sociale et non religieuse.

246 De ne jamais encourir de peine selon la loi du Talion (Bible) ou selon le droit de représailles (droit de réponse à une violence subie). O. Belot aborde son apologie des lois : le développement sur leur nécessité est annoncé ici.

247 Évocation de deux « freins » considérables du « vice » : la conscience morale, frein intérieur, et « l’opinion publique », frein extérieur (voir Locke, TGC).

248 *Ibid., p. 115 [note de l’auteur].

249 Ici commence l’apologie des lois. Les passages suivants répondent aux diatribes de Rousseau contre les lois (DOI, p. 107 et suiv.) : leur premier établissement dans la société civile marque une étape décisive dans celui de l’inégalité. Ce sont d’abord les (faux) « règlements de justice et de paix » proposés, avec ruse, aux « faibles » par le « riche » afin de mieux les dominer. On lit plus bas : « Telle fut, ou dut être l’origine de la Société et des Loix qui donnèrent de nouvelles entraves au faible et de nouvelles forces au riche, détruisirent sans retour la liberté naturelle, fixèrent pour jamais la Loi de la propriété et de l’inégalité » (ibid., p. 108).

250 **Ibid., p. 166 [note de l’auteur].

251 Voir Buffon.

252 Mise au point qui reprend les développements précédents. La fin de tout gouvernement est donc le bonheur de la nation et de chacun de ses membres

253 Selon l’ancienne théorie des climats ; le titre complet du livre de Montesquieu est De l’Esprit des Lois ou du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les mœurs, le climat, la religion, le commerce, etc.

254 L’étymologie de « sauvage » donne comme origine le latin silva (forêt) ; voir l’Enc. : « Sauvages, ce mot vient de l’italien salvagio, dérivé de salvaticus, selvaticus & silvaticus qui signifie la même chose que silvestris, agreste ou qui concerne les bois & les forêts, parce que les sauvages habitent habituellement dans les forêts » (article « Sauvages », Enc., XIV, 1765).

255 Dans la Note X du DOI (p. 142-143), Rousseau écrit à propos des récits subjectifs contenus dans les relations de voyages : « De là est venu ce bel adage de morale, si rebattu par la tourbe philosophesque, que les hommes sont partout les mêmes, qu’ayant partout les mêmes passions et les mêmes vices, il est assez inutile de chercher à caractériser les différents peuples ».

256 L’article « Indépendance » (Enc., VIII, 1765) condamne avec fougue le désir d’« indépendance » qui est associé à l’orgueil car « La société pour laquelle nous sommes nés nous donne des lois à suivre, des devoirs à remplir, quel que soit le rang que nous y tenions ; la dépendance est toujours notre apanage et celui qui commande à tous les autres, le souverain lui-même, voit au dessus de sa tête les lois dont il n’est que le premier sujet » (p. 671).

257 Sur la conception du philosophe sociable voir Dumarsais, Le Philosophe, dans NLP (1743).

258 En ce qui concerne la « bienfaisance », notion centrale dans le texte, voir les emplois précédents ; le terme est encore repris plus bas.

259 Lors d’une « convention » ou d’un « contrat » civil.

260 On lit dans l’article « Besoin » de Diderot (Enc., II, 1752, p. 213), des lignes qui s’apparentent à celles du DOI : « Il n’y a pas de plaisir sans besoin […]. Ce n’est pas seulement en nous-mêmes que les besoins sont la source de nos plaisirs mais […] ils ont donné lieu à la formation de la société, à tous les avantages qui l’accompagnent & à tous les désordres qui la troublent. […] La crainte, dit l’auteur de l’Esprit des Lois, porte les hommes à se fuir ; mais les marques d’une crainte réciproque doivent les engager à se réunir. Ils se réunissent donc […]. La société leur facilite & leur assure la possession des choses dont ils ont un besoin naturel mais elle leur donne en même temps la notion d’une infinité de besoins chimériques qui les presse mille fois plus vivement que des besoins réels et qui les rendent plus malheureux, en étant rassemblés qu’ils ne l’auraient été dispersés ». Sur l’influence présumée de Diderot sur le DOI, voir les Conf., VII, et J. Starobinsky, p. 219-221.

261 C’est-à-dire l’inégalité civile.

262 Reprise significative du terme utilisé en début d’argumentation.

263 Scène traitée à la manière d’une pièce de Molière. Araminte est le nom d’une héroïne récurrente des comédies contemporaines, en particulier des Fausses suivantes de Marivaux, où il désigne un personnage d’une extrême richesse. Existe-t-il une clé d’interprétation pour ce personnage ? Est-ce la duchesse de Brancas, dame d’honneur de la Dauphine, à qui Madame de Graffigny avait donné ce surnom dans sa correspondance ? « Araminte » est également le nom de la « Femme savante » dans la 1re version de la comédie de Palissot Le Cercle (1755). Ce personnage ridicule qui n’était pas sans évoquer Émilie du Châtelet (voir la lettre de Patu à Palissot du 15 août 1756 : « Je sais qu’on a voulu persuader [Voltaire] que vous l’aviez peint dans le personnage de Du Volcan et Madame du Châtelet dans celui d’Araminte : mais cela n’a pas pris, le piège était trop grossier », Œuvres de M. Palissot, 1788, IV, p. 309), a également été rapproché de Mme de Graffigny ou de Louise d’Épinay, voir O. Ferret, Palissot, La Comédie des Philosophes et autres textes (PU de Saint-Étienne, 2002, p. 112).

264 L’inégalité intellectuelle l’emporte largement, aux yeux d’O. Belot, sur l’inégalité sociale.

265 Attaque ad hominem ?

266 Voir article « Égalité » de Jaucourt (Enc., V, 1755) et « Autorité politique » de Diderot (Enc., I, 1751) : « Fléchir le genou devant un homme ou une image, n’est qu’une cérémonie extérieure […]. Ainsi ce ne sont point ces cérémonies elles mêmes mais l’esprit de leur établissement qui en rend la pratique innocente ou criminelle ». Diderot dans l’article « Citoyen » distingue « l’être moral souverain » auquel le citoyen doit obéir et l’être « particulier » qui peut être faillible.

267 * Ibid., p. 176 [note de l’auteur].

268 Adhésion sur ce point à Rousseau.

269 O. Belot se rapporte ici aux nombreux récits des voyageurs et des missionnaires qui passionnent ses contemporains ; elle met ainsi en question la thèse du « bon sauvage ». Voltaire, en marge du passage de Rousseau (« les hommes, plutôt farouches que méchants, et plus attentifs à se garantir du mal qu’ils pouvaient recevoir que d’en faire à autrui, n’étaient pas sujets à des démêlés fort dangereux »), note : « Fou que tu es, ne sais-tu pas que les Américains septentrionaux se sont exterminés par la guerre ? » (G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 11).

270 On songe à la célèbre formule pascalienne selon laquelle l’homme est un « roseau pensant ».

271 Apologie enthousiaste de l’exercice de la raison et de l’intelligence : le bonheur naît de la « multiplication de ses facultés » ; Yvon évoque l’« espèce de bonheur que procurent les connaissances évidentes & les opérations libres & raisonnables » (« Âme des bêtes », Enc., I, 1751, p. 348).

272 Nouvelle allusion à L’Art de jouir de La Mettrie.

273 Ce triple questionnement fait écho aux diverses critiques énoncées contre le DSA (1750) de Rousseau ; voir, par exemple, la remarque de Charles Borde : « Jugera-t-on toute la nation sur les travers d’un petit nombre ? » (Discours sur les Avantages des sciences et des arts, MF, déc. 1751, I, p. 25-64).

274 Ce qui est, selon O. Belot, un vice de raisonnement est illustré par la mise en regard de deux exemples tirés, à dessein, de l’histoire ancienne, chrétienne comme romaine.

275 Renvoi à la démarche suivie dans le DOI et annoncée par Rousseau : « Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question. Il ne faut pas prendre les Recherches dans lesquelles on peut entrer sur ce point, pour des vérités historiques mais pour des raisonnements hypothétiques et conditionnels » (p. 62-63).

276 Dans l’article « État de nature » de Jaucourt (Enc., VI, 1756), on lit : « Les hommes, pesant les avantages de l’état de nature avec ses défauts, ont bientôt préféré de s’unir en société […] ; qui que ce soit qui ait le pouvoir souverain dans une communauté, est obligé de ne suivre d’autres règles dans sa conduite que la tranquillité, la sûreté & le bien du peuple » (p. 17).

277 Reprise des Fables de La Fontaine (voir La Mort et le Bûcheron) et des Caractères de La Bruyère, maintes fois réédités au cœur du siècle (sur la misère des paysans qui « fouillent » la terre, voir « De l’homme » : « l’on voit certains animaux farouches, […] attachés à la terre qu’ils fouillent et qu’ils remuent […] »). Ces lignes renvoient également aux analyses contemporaines qui traitent de l’agriculture et des paysans (voir les livres des membres du cercle de Gournay). L’idée sera largement développée par O. Belot dans ses Obs. NT.

278 Le passage est directement tiré de Locke (TGC, I, 1, chap. IV, « De la Propriété des choses », 1749, p. 32-70).

279 J. Starobinski note que, dans la conclusion du DOI et dans la Note XIX, « Rousseau considère comme légitime et justifié un certain degré d’inégalité au sein de l’ordre social. Il souhaite que l’inégalité civile soit 1° proportionnelle à l’inégalité naturelle et 2° proportionnelle aux “services réels” rendus à l’État. […] L’estime publique […] reconnaît les services rendus à l’État et décerne rang, honneurs, richesses, etc. » (p. 264).

280 Notons la critique par O. Belot de ceux qui, dans la société contemporaine (« à présent »), exercent un pouvoir usurpé. Elle signale le « contrat tacite » ou « engagement » qu’ils ont passé avec la société civile.

281 Ici encore, critique non déguisée du « Souverain », « Grand » ou « Magistrat », personnages « corrompus » et capables de « cruautés, excès, injustices » ; leur audace sera (devra être) freinée par trois contraintes, la contrainte intérieure : leur conscience, et les contraintes extérieures : l’opinion publique et les lois.

282 C’est-à-dire les « préjugés en faveur de la vertu & contre le vice » (Réfl., supra). Pour d’Alembert, la notion de « bien et du mal moral » est issue du « cri de la nature » (DP, 1751, p. III).

283 Intervention notable et utile de l’« opinion publique », voir Locke (EPEH, 1700, II, XXIII, « Des […] relations morales », p. 428-433) et Duclos (Cons., III, « Sur la probité, la vertu et l’honneur »). Pour Rousseau, « l’opinion des autres » (DOI, p. 123) est la marque pernicieuse de la société civile, alors que l’homme, dans l’état de nature, était heureusement « isolé », loin du regard d’autrui.

284 Voir l’article « Égalité » de Jaucourt (Enc., V, 1755) : affirmant préalablement l’« égalité naturelle » des hommes selon le « droit naturel », il conclut en citant Montesquieu : « Qu’on ne me fasse pas le tort de supposer que […] j’approuvasse dans un État cette chimère de l’égalité absolue que peut à peine enfanter une république idéale […]. Je connais trop la nécessité des conditions différentes, des grades, des honneurs, des distinctions, des prérogatives, des subordinations qui doivent régner dans tous les gouvernements […]. Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité mais ils n’y sauraient rester ; la société la leur fait perdre & ils ne redeviennent égaux que par les lois » (p. 414-415).

285 « Qu’un Prince ne peut jamais employer l’autorité qu’il tient [des sujets] pour casser le contrat par lequel elle lui a été déférée » (Diderot, « Autorité politique », Enc., I, 1751).

286 Ironique.

287 * Ibid., p. 178 [note de l’auteur].

288 Reprise directe de la fin de la 2e partie du DOI : Rousseau qui envisage l’évolution politique de la vie civile, y distingue successivement l’apparition de la noblesse héréditaire, puis de la monarchie arbitraire et enfin du despotisme « à la tête hideuse », moment du « dernier terme de l’Inégalité, point extrême qui ferme le Cercle et touche au point d’où nous sommes partis » (DOI, p. 121), règne d’une violence sans limite. Ce « nouvel état de nature » n’a plus rien à voir avec le premier puisque, désormais, l’homme vit avec l’homme.

289 Argument ad hominem. À cette marche linéaire décrite avec pessimisme par Rousseau, O. Belot oppose, dans les lignes suivantes, la thèse fort ancienne des grandeurs et des vicissitudes des « siècles », qui est reprise dans les textes contemporains traitant de l’histoire humaine, comme ceux de d’Alembert (DP, 1751), de Turgot (Tab. ph., 1750), de Montesquieu (Romains, 1734), de Diderot qui évoque « les révolutions rapides qui se font dans les choses d’institution humaine » (article « Encyclopédie », Enc., V, 1755), de Voltaire à qui l’idée est familière : voir, par exemple, la dédicace de sa pièce toute récente, L’Orphelin de la Chine (1755) où il souligne la perfection de la civilisation chinoise au XIVe siècle puis la chute de cette civilisation.

290 Insistance sur le terme qui renvoie au début du texte : « citoyenne du monde civilisé ».

291 « Tableau » : le terme est emprunté au titre du discours de Turgot ( Tab. ph.). Contrairement au DOI, ce discours comme celui de d’Alembert exprime, avec optimisme, une foi dans cette marche, parfois hésitante, de l’histoire humaine : elle s’avance peu à peu vers une amélioration, un « progrès ».

292 « Les phénomènes de la nature soumis à des lois constantes, sont renfermés dans un cercle de révolutions toujours les mêmes. […] La succession des hommes, au contraire, offre de siècle en siècle un spectacle toujours varié. La raison, les passions, la liberté produisent sans cesse de nouveaux événements. […] On voit s’établir des sociétés, se former des nations qui, tout à tour, dominent d’autres nations ou leur obéissent. Les Empires s’élèvent et tombent : les lois, les formes du gouvernement se succèdent les unes aux autres ; les arts, les sciences se découvrent et se perfectionnent. Tour à tour retardés et accélérés dans leurs progrès, ils passent de climats en climats » (Turgot, Tab. ph., éd. de 1966, p. 597-598). Turgot insiste sur la grandeur d’Athènes puis de Rome, suivie de siècles de ténèbres, avant une reprise des lumières aux XVIe et XVIIe siècles. Voir aussi le commentaire des Romains qui est donné par d’Alembert dans son « Éloge de Montesquieu » (Enc., V, 1755, p. VI-VII). Sur l’idée que les civilisations croissent et périssent, et la théorie des cycles, voir F. Lotterie, « Les Lumières contre le progrès ? La naissance de l’idée de perfectibilité », DHS, 30, 1998, p. 384-396.

293 On relève, dans l’article « Encyclopédie » de Diderot (Enc., V, 1755), des expressions telles que « Aujourd’hui que la philosophie s’avance à grands pas » et « la marche de l’esprit ». Fréron avait écrit à propos de Montesquieu : « C’est l’esprit vivifiant qui vole sur la surface du monde » (Lettres sur quelques écrits de ce temps, Lettre IV, 18 déc. 1750, p. 151).

294 Ce passage optimiste est un hymne à l’esprit humain qui en salue la permanence, voire l’indestructibilité. O. Belot reprend ainsi la thèse de Turgot selon qui l’esprit humain est en marche croissante vers le progrès (« la masse totale du genre humain par des alternatives de calme et d’agitation, de biens et de maux, marche toujours, quoiqu’à pas lents, à une perfection plus grande ») et à propos de laquelle Condorcet écrira : « [Son] second Discours a pour objet le tableau des progrès de l’Esprit humain. […] Il prouve que les progrès [des Sciences], auxquels on ne peut assigner aucun terme, sont une suite de la perfectibilité de l’Esprit humain, perfectibilité qu’il croyait indéfinie » (Vie de Turgot, 1786, p. 10-11).

Table des illustrations

Légende Note 2
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/17098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search