Version classiqueVersion mobile

Octavie Belot. Réflexions d’une Provinciale sur le Discours de M. Rousseau, Citoyen de Genève, touchant l’origine de l’inégalité des conditions parmi les hommes

Introduction

Texte intégral

  • 1 Désormais DOI (voir la liste des codes utilisés dans la note éditoriale, p. 253).
  • 2 Imprimé en avril 1755 chez M. Rey à Genève, sous couvert d’Amsterdam, le DOI parvient en mai à Pari (...)
  • 3 Est supprimée la mention « et les fondements ».
  • 4 « Et se trouve chez Lambert, à Paris, rue de la Comédie Française ». L’imprimeur serait donc Lamber (...)
  • 5 En dehors de la nuance apportée par le rédacteur du JS, voir infra.
  • 6 MF, juin 1756, p. 119.
  • 7 « Ses Réflexions sont celles d’une femme d’esprit qui écrit aussi bien qu’elle pense » ; on signale (...)
  • 8 JS, juin 1756, p. 403-417. Il débute ainsi : « Le sort des Ouvrages de M. Rousseau est d’exciter de (...)
  • 9 Lettre à M. Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, à l’occasion de son ouvrage intitulé Discours (...)
  • 10 C’est-à-dire de zèle religieux.
  • 11 JS, ibid., p. 417. Le rédacteur propose pourtant, dans son compte rendu, des thèses exposées dans l (...)
  • 12 Peut-être Fréron, directeur du périodique, qui, depuis 1750, a pris position contre Rousseau (voir (...)
  • 13 AL, 1756, III, Lettre IV, p. 75-82.

1Presque un an après l’arrivée à Paris des premiers volumes du Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes1 de Rousseau2, paraît début avril 1756, avec permission tacite, à la fausse adresse de Londres et sans nom d’éditeur, une petite brochure anonyme in-8° d’une centaine de pages, intitulée Réflexions d’une Provinciale sur le Discours de M. Rousseau, citoyen de Genève, touchant l’origine3 de l’inégalité des conditions parmi les hommes4. Présentée dès les premières lignes comme une réfutation du discours de Rousseau, la seule à émaner d’une femme, elle retient l’attention des rédacteurs des périodiques contemporains : dans leurs réactions rapides, ils le louent unanimement5. On ne s’étonne pas de lire dans le Mercure de France6, traditionnellement favorable aux écrits féminins, des compliments développés sur une page par le rédacteur masculin qui loue la qualité de l’expression et celle du raisonnement qui a « la solidité du nôtre », ainsi qu’un savoir qui « ferait honneur à l’homme le plus instruit »7. Il est plus significatif, peut-être, que le Journal des savants, après un long compte rendu critique du DOI de Rousseau8, oppose la réfutation de l’abbé janséniste Pilé9 (qui « raisonne fort peu, injurie beaucoup » et « montre beaucoup plus de zèle10 que de talent et de philosophie ») aux Réflexions d’une Provinciale : « Nous ne dirons pas la même chose de cet ouvrage agréable, ingénieux, souvent même pensé ». Le rédacteur reconnaît à la Provinciale « une raison éclairée & brillante », de la « chaleur », du « sentiment », une peinture « vraie » de la société vers laquelle l’« entraînent nécessairement les diverses facultés de l’entendement », « l’état de sauvage tel que M. Rousseau le présente, démontré impossible ». Une restriction nuance néanmoins ces louanges : l’écrit est, peut-être « trop peu profond et trop peu méthodique »11. Ce n’est pas le cas du rédacteur12 de L’Année littéraire, qui ne ménage aucun compliment à la « Dame Auteur » : il consacre la Lettre IV de neuf pages13 à cette « ingénieuse brochure » ; il en présente un sommaire copieux, nourri d’extraits, « où, dit-il, il n’a fait qu’effleurer les raisonnements » de la « Dame Provinciale » ; il conclut :

De tous les écrits qui ont paru contre l’hypothèse de M. Rousseau, le plus sensé, à mon avis, le mieux raisonné & le plus méthodique sont ces Réflexions.

  • 14 Même si elles furent beaucoup moins nombreuses, voir R. Trousson, Rousseau jugé par ses contemporai (...)
  • 15 On a affirmé que Voltaire, dans sa Lettre de 1755, répondait plus au Discours de 1750 qu’au DOI qu’ (...)
  • 16 MF, nov. 1755, p. 63-68. Le rédacteur Louis de Boissy s’explique de cette insistance : « Nous la re (...)
  • 17 L’Orphelin de la Chine, tragédie (privilège daté de sept. 1755) comprend, en postface, la Lettre à (...)
  • 18 Voir l’incipit de sa Lettre de 1755 : « J’ai bien reçu, Monsieur, votre nouveau livre contre le gen (...)

2Cette prise en compte positive des contemporains invite à penser que les Réflexions méritent, à plus d’un titre, qu’on s’y arrête : aujourd’hui non rééditées, à peine mentionnées dans les études concernant la réception du DOI, et alors souvent décriées, elles offrent pourtant un témoignage précieux des réactions immédiates au Discours de 1755. D’ailleurs, celles-ci sont peu nombreuses14 en comparaison de celles qu’a suscitées le Discours sur les sciences et les arts de 1750 et moins célèbres, en dehors de l’ostensible réaction de Voltaire, rendue trois fois publique en automne 175515. La Lettre de M. de Voltaire à M. Rousseau paraît, en effet, dans le Mercure d’octobre (p. 124-128), puis dans celui de novembre (p. 56-63), où, corrigée et augmentée de notes, elle précède la réponse de Rousseau16 et se présente enfin, telle qu’elle vient de paraître, en postface de l’édition de L’Orphelin de la Chine17. La vigoureuse indignation déclenchée chez Voltaire par le DOI s’exprimera également dans les notes qu’il placera dans les marges de son exemplaire de ce « nouveau livre contre le genre humain »18.

3Les Réflexions jettent, par ailleurs, la lumière sur une femme méconnue dont c’est le premier ouvrage et qui publiera massivement jusqu’en 1765. Elles témoignent, en outre, de qualités de réflexion et d’écriture qui justifient pleinement l’intérêt qu’on leur accorde ici.

Une « Provinciale » face à « Monsieur Rousseau, Citoyen de Genève »19

« M. Rousseau, Citoyen de Genève »

  • 20 Réfl., p. 2.

4En 1756, comment « oser résister »20 à « M. Rousseau citoyen de Genève » ? Sur la page de titre des Réflexions, le contraste éclate, de manière flagrante, entre « une Provinciale », désignation vague et anonyme, et « Monsieur Rousseau Citoyen de Genève », syntagme nominatif, accompagné d’une qualification qui sonne comme un titre honorifique. L’enjeu est, en effet, de taille : la stature de Jean-Jacques Rousseau dans le monde parisien, voire international, est alors immense. Il se fera, dans les Confessions, le mémorialiste attentif des ces moments successifs de notoriété, auréolés de scandale.

  • 21 Corr. litt., 15 février 1754. Rousseau parlera plus tard du « bruit que faisait [son] ouvrage », Co (...)
  • 22 Son ami Raynal dirige alors le MF ; voir R. Trousson, p. 11-12.
  • 23 Dans les premiers jours de 1751 ; la page de titre porte cette mention : Discours qui a remporté le (...)
  • 24 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 363.
  • 25 En 1753, devant l’afflux des réactions, on publie un Recueil de toutes les pièces qui ont été publi (...)
  • 26 La réfutation de l’ancien roi de Pologne et duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, est publiée dan (...)
  • 27 En 1751, six rééditions ainsi qu’une édition accompagnée de sa réfutation par Le Cat ; une autre en (...)
  • 28 Conf., VIII.
  • 29 Rousseau a quitté son emploi de secrétaire chez les Dupin. « Je quittai la dorure et les bas blancs (...)
  • 30 Les Réfl. s’ouvrent ainsi : « Je vais peut-être encore aigrir M. Rousseau ». Rousseau expliquera so (...)

5Il est d’abord l’auteur célèbre du Discours sur les sciences et les arts de 1750. « Ce Discours », lit-on dans la Correspondance littéraire, « fit une espèce de révolution dans Paris et commença la réputation de M. Rousseau dont les talents étaient jusqu’alors peu connus »21. Son couronnement, en juillet 1750, par l’Académie de Dijon, les louanges et les critiques des périodiques22, la parution rapide du texte23 grâce aux soins de Diderot qui, en janvier 1751, note : « Il prend tout par-dessus les nues ; il n’y a pas d’exemple d’un succès pareil »24, tout concourt à mettre la lumière sur Rousseau. Les périodiques démultiplient son succès, tenants et opposants25 dont un souverain26, s’affrontent ; parutions, rééditions (pas moins de onze jusqu’en 1756) et traductions se succèdent27. La réputation de l’auteur dépasse largement le cercle des gens de Lettres. Rousseau bénéficie désormais de la « faveur du public » : « Ma chambre ne désemplissait pas de gens […]. Les femmes employaient mille ruses pour m’avoir à dîner ». De plus, l’apparence singulière qu’il s’est donnée, la « réforme » de sa vie en conformité avec les thèses du DSA, fascinent (« l’état que j’avais pris excitait la curiosité »28) : soucieux d’unifier ses convictions et son mode de vie, il a opté pour la modeste occupation de copiste de musique dont témoigne, au regard de tous, un bouleversement vestimentaire29. La transformation s’est également portée sur son caractère : il outre, dira-t-il, son « âpreté », se faisant ouvertement « cynique et caustique »30.

  • 31 Le Devin est joué à Fontainebleau les 18 et 24 oct. 1752, devant Louis XV qui offre une pension à R (...)
  • 32 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 369.
  • 33 Corr. litt., 15 févr. 1754.
  • 34 La comédie, jouée sans nom d’auteur, n’a pas plu : elle n’a que deux représentations (18 et 20 déc. (...)
  • 35 Il notera : « c’est un de mes bons écrits [où] je commençai de mettre à découvert mes principes » ((...)
  • 36 Quentin de La Tour est conseiller, depuis 1750, à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Le (...)
  • 37 Le livre X traite de l’année 1758 ; Rousseau n’évoque ici son portrait que pour signaler qu’il l’of (...)
  • 38 « Jean-Jacques Rousseau de Genève vient de mettre le feu aux quatre coins de Paris », Corr. litt., (...)
  • 39 La représentation de la Serva padrona de Pergolèse le 1er août 1752 par les Bouffons, comédiens ita (...)
  • 40 La longue et violente diatribe de Rousseau se concluait ainsi : « D’où je conclus que les Français (...)

6Durant l’année 1753, Rousseau occupe, à nouveau, l’espace public. Le premier succès est celui de son intermède, Le Devin du village, obtenu dès fin 175231 d’abord auprès du roi et de Mme de Pompadour puis à l’Opéra ; il écrira : « Le Devin du village acheva de me mettre à la mode […] et, bientôt, il n’y eut pas d’homme plus recherché que moi dans Paris »32. Mais cette célébrité est ambiguë : en janvier 1753, il publie l’intermède qu’il dédie à l’« Historiographe de France » et académicien Duclos mais il ajoute, dans la réédition de 1754, un « Avertissement » provocateur qui est jugé par Grimm « fort bizarre » et « lui a fait du tort »33. Le même mois, sa longue « Préface » de la publication de Narcisse ou l’amant de lui-même34 choque autant qu’elle plaît : c’est un vigoureux plaidoyer pro domo, que Grimm jugera « outrée »35. Si, en septembre 1753, le succès est tel que le public ne s’étonne pas de voir son portrait exposé au Salon de Peinture et de Sculpture, parmi ceux des dix-huit « hommes illustres », Rousseau, peint par le très officiel Quentin de la Tour36, n’évoque ce pastel qu’au livre X des Confessions37. Mais il consacrera de nombreuses pages à l’événement qui, en novembre de la même année, met sa notoriété à son comble38 : c’est la publication, lors de la querelle des Bouffons39, de sa Lettre sur la musique française40, plaidoyer vibrant en faveur de la mélodie italienne et condamnation sans appel de la française, incarnée alors par Rameau. Grimm admire l’ouvrage de Rousseau, dans lequel

  • 41 Rousseau prend position en faveur de la musique italienne, comme le « coin de la Reine » qui regrou (...)

il prouve qu’il est impossible de faire de la musique sur des paroles françaises, que la langue est tout à fait inapte à cela, que les Français n’ont jamais eu de musique et qu’ils n’en auront jamais.41

7Ici encore, Rousseau fait scandale ; il notera :

  • 42 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 384.

Tout Paris se divisa en deux partis plus échauffés que s’il se fût agi d’une affaire d’État ou de religion […]. La description de l’incroyable effet de cette brochure serait digne de la plume de Tacite.42

8Une soixantaine de brochures oppose les deux partis. Rousseau risque une lettre de cachet, voire un attentat de la part des comédiens de l’Opéra ; « Ma vie fut en danger », écrira-t-il (Conf., VIII). La querelle semble s’apaiser quand en janvier 1754 est joué avec succès le Castor et Pollux de Rameau et que, le 7 mars, les Bouffons quittent Paris ; mais la violence de l’affrontement reste dans tous les esprits. Et Rousseau est en pleine lumière.

  • 43 La Corr. litt. du 15 fév. 1754 expose avec admiration la brillante carrière de Rousseau depuis son (...)
  • 44 « Avant que d’attaquer des hommes [Rousseau et d’Alembert] aussi redoutables, il faut y songer à de (...)
  • 45 La « Préface » du JÉt. couvre les pages I à XXIII ; on y incite aux échanges intellectuels entre le (...)
  • 46 Diderot signale des « auteurs célèbres, d’excellents génies » aux « productions merveilleuses », co (...)
  • 47 Enc., V, 1755, p. 646.
  • 48 « Économie ou Œconomie (morale & politique) », ibid., p. 337-349. Les thèses annoncent celles Du Co (...)
  • 49 DP, 1751, note p. XXXIII.
  • 50 « Dès que vos amis eurent commencé le Dictionnaire Encyclopédique », MF, oct. 1755, p. 125.

9En 1754, il est devenu un homme « redoutable » ; la Correspondance littéraire qui le soutient, malgré quelques réserves43, l’affirme en mars44. Les liens entre Rousseau et Grimm sont alors très étroits ; en témoigne leur collaboration toute récente : ils sont chargés par Courcelles, directeur du nouveau périodique Le Journal étranger, de rédiger la préface du premier numéro qui sort en avril 175445. Loin d’être isolé, Rousseau est, en effet, entouré d’hommes influents et d’amis dévoués, au premier rang desquels on trouve Diderot. En novembre 1755, le public peut constater l’amitié que lui porte publiquement celui qui est un des deux maîtres d’œuvre de l’Encyclopédie46 : il interrompt un de ses articles (non l’un des moindres : c’est « Encyclopédie ») du tome V qui vient de paraître, pour laisser place à une déclaration enthousiaste d’amitié et d’estime : « Ô Rousseau, mon cher et digne ami, je n’ai jamais eu la force de me refuser à ta louange : j’en ai senti croître mon goût pour la vérité & mon amour pour la vertu ! »47 ; cet hommage ostensible renvoie-t-il indirectement au long article de Rousseau, paru dans le même tome V et intitulé « Économie »48 ? Depuis les débuts de l’Encyclopédie, Rousseau en est un collaborateur officiel : dans le Discours préliminaire, d’Alembert, signalant qu’un « Écrivain éloquent et philosophe, homme de mérite, semble avoir donné tous ses suffrages à notre travail par le zèle & le succès avec lequel il y a concouru », avait précisé en note : « M. Rousseau de Genève, Auteur de la partie de l’Encyclopédie qui concerne la musique, dont nous espérons que le Public sera très satisfait »49. Dans sa Lettre de 1755, Voltaire rappellera malignement cette proximité entre Rousseau et les rédacteurs de l’Encyclopédie50.

  • 51 Corr. litt., 15 déc. 1753.
  • 52 Voir, par exemple, les Pensées sur le gouvernement (1752) de Voltaire. Sur la distinction entre « s (...)
  • 53 L’intérêt contemporain pour la « Patrie » se marque dans le livre de l’abbé Coyer, Dissertation sur (...)
  • 54 La page de titre du DSA de 1750 mentionne l’attribution à un « Citoyen de Genève », sans nom d’aute (...)
  • 55 Né protestant à Genève, il portait légitimement le titre de « Citoyen de Genève », qu’il perdit en (...)
  • 56 Sur la position de Voltaire à ce sujet, voir R. Pomeau, « La Politique de Ferney », La Politique de (...)
  • 57 Voir l’article « Genève » de d’Alembert, Enc., VII, 1757, p. 576.
  • 58 « Citoyen », Enc., III, 1753, p. 488.
  • 59 MF, oct. 1755, p. 57.

10La stature de Rousseau s’augmente encore de sa singularité liée à la spécificité politique et nationale dont il se réclame : il est celui « que ses amis ont appelé le citoyen par excellence »51. Or, le milieu du siècle loue le « citoyen »52. « Citoyen de Genève » ? Cette revendication politico-géographique sonne comme un titre élogieux mais traduit également une appartenance à l’étranger, à un moment où la référence au « vieux mot de Patrie » se fait courante53. Elle avait été largement employée lors de la querelle des Bouffons qui oppose diverses nations, d’autant que deux des plus ardents contempteurs de la musique française sont genevois (Rousseau) et allemand (Grimm). Ce titre de « citoyen de Genève »54 que, depuis quatre ans, Rousseau usurpait, d’une certaine manière, il vient de le retrouver officiellement, le 1er août 1754 : lors d’un bref voyage dans sa ville natale, il a abjuré la religion catholique pour reprendre celle de ses pères55. C’est ainsi que le Discours sur l’origine de l’inégalité de 1755 est signé, à bon droit, de « Monsieur Rousseau, citoyen de Genève ». Le titre est honorifique : Genève n’accorde qu’aux « citoyens » l’ensemble des droits civils et politiques, voire économiques56 ; mais les « bourgeois » ne les possèdent qu’en partie et les « habitants », les « natifs »57 ainsi que… les femmes en sont exclus. On lit, en effet, dans la notice générale « Citoyen » de l’Encyclopédie58, rédigée par Diderot et parue en 1753 : « on n’accorde ce titre aux femmes, aux jeunes enfants, aux serviteurs que comme à des membres de la famille d’un citoyen proprement dit ; mais ils ne sont pas vraiment citoyens ». Pourtant, si Rousseau loue avec vigueur sa « patrie » dans la « Dédicace » du DOI, il a quitté la Suisse en octobre 1754 pour regagner Paris où il réside jusqu’au 9 avril 1756 avant de gagner l’Ermitage à Montmorency ; il n’est donc plus matériellement « citoyen de Genève » à la parution du DOI, ce que ne manque pas de souligner Voltaire, dans sa lettre parue dans Le Mercure d’octobre 1755 : « Je me borne à être un sauvage paisible dans la solitude que j’ai choisie auprès de votre patrie, où vous devriez être »59.

  • 60 Réfl., p. 4.
  • 61 La comédie, jouée à la Cour de Lorraine lors de l’inauguration de la statue de Louis XV à Nancy, fi (...)
  • 62 Il exprime son indignation au comte de Tressan, membre comme Palissot de la toute récente Société R (...)
  • 63 « M. Rousseau dont nous avons déjà parlé […], nous a donné les articles qui concernent cette Scienc (...)
  • 64 Dans cet éloge enthousiaste de Rameau placé à la suite de ceux de Voltaire et Montesquieu, on lit : (...)
  • 65 L’animosité naît rapidement entre les deux hommes qui se rencontrent en 1744 chez le riche mécène L (...)
  • 66 L’ouvrage est anonyme ; il paraît à Paris, « Avec Approbation et Privilège du Roi », approuvé par l (...)

11En face de cette figure imposante du « Citoyen de Genève », une « Provinciale » pèse bien peu ; c’est donc à dessein qu’elle s’affirme « Citoyenne du monde civilisé qui défend, en bonne Patriote, les lois, les mœurs & les privilèges de son pays »60. Est-ce parce qu’elle a pu constater des failles dans la puissance « redoutable » de Rousseau que la Provinciale, en 1756, a l’audace de lui « résister » ? Il vient, en effet, de subir tout récemment plusieurs attaques. En novembre 1755, il est tourné publiquement en dérision à la cour de Lorraine dans la comédie de Palissot Le Cercle ou les Originaux61, représentée avec succès devant Stanislas, sur la scène du théâtre de Nancy ; la pièce suscite, certes, une levée de bouclier chez les encyclopédistes, dont d’Alembert62. Mais la position de ce dernier n’est pas dénuée d’ambiguïté. Sans atteindre l’indignation de Voltaire, son jugement sur Rousseau n’est pas dénué de sévérité. Dans son Discours préliminaire de l’Encyclopédie, dont il est clair que la « Provinciale » fut une lectrice, d’Alembert rend à Rousseau un hommage qui n’est qu’apparent. Il a certes traité par deux fois des liens de ce dernier avec la musique : la première fois, on l’a dit, pour signaler la contribution de Rousseau en ce qui concerne la Musique, et la seconde fois, plus loin, pour saluer, dans le corps du texte, celui « qui possède en Philosophe & en homme d’esprit la théorie & la pratique de la Musique »63. Mais les pages précédentes avaient largement mis à mal ces louanges : d’Alembert, occupé à rédiger « l’éloge des grands Hommes » de son siècle, avait saisi « avec empressement l’occasion » de présenter un panégyrique appuyé de Rameau : il le dépeint comme un « génie mâle, ardent & fécond »64, tant comme musicien que comme théoricien, lui dont le « nom [est] cher à la partie de la nation la plus éclairée » ; l’année suivante, il publiera les Éléments de musique théorique et pratique selon les principes de M. Rameau, essai de vulgarisation de la Démonstration du principe de l’harmonie (1750) de ce dernier. Or, aucun contemporain ne peut ignorer la violente animosité, déjà ancienne65, qui a opposé les deux hommes et qui a culminé lors de la récente querelle des Bouffons dont les retombées sont bien présentes : en été 1755, l’ouvrage polémique de Rameau, Erreurs sur la musique dans l’Encyclopédie66, a relancé la querelle.

12Par ailleurs, dans ce même Discours préliminaire, d’Alembert avait interrompu sa présentation de l’histoire des sciences et des lettres pour intercaler un paragraphe critique consacré au Discours sur les sciences et les arts de Rousseau : si est réservé à une note le fait que le discours « a été couronné en 1750 par l’Académie de Dijon, avec les plus grands éloges » et qu’il a « été imprimé à Paris au commencement de cette année 1751 & a fait beaucoup d’honneur à son auteur », le co-directeur de l’Encyclopédie estimait devoir, au seuil même de l’ouvrage et dans le corps du texte, opposer ses arguments aux thèses soutenues en 1750 par Rousseau :

  • 67 DP, Enc. I, 1751, p. XXXIII.

Ce serait peut-être ici le lieu de repousser les traits qu’un Écrivain éloquent & philosophe a lancé depuis peu contre les Sciences et les Arts, en les accusant de corrompre les mœurs. Il nous siérait mal d’être de son sentiment à la tête d’un Ouvrage tel que celui-ci […]. Nous ne lui reprocherons point d’avoir confondu la culture de l’esprit avec l’abus qu’on peut en faire ; il nous répondrait sans doute que cet abus en est inséparable ; mais nous le prions d’examiner si la plupart des maux qu’il attribue aux Sciences & aux Arts, ne sont point dus à des causes toutes différentes, dont l’énumération serait ici aussi longue que délicate. Les Lettres contribuent certainement à rendre la société plus aimable ; il serait difficile de prouver que les hommes en sont meilleurs & la vertu plus commune ; mais c’est un Privilège que l’on peut disputer à la morale même […].67

13La critique des thèses de Rousseau est d’autant plus forte qu’elle succède à un hommage appuyé qui est rendu par d’Alembert à Voltaire, l’un des « hommes illustres » du siècle : ce long éloge se termine sur cette exclamation enthousiaste :

  • 68 Ibid., p. XXXII.

Que ne puis-je en parcourant ici ses nombreux & admirables Ouvrages, payer à ce génie rare le tribut d’éloges qu’il mérite, qu’il a reçu tant de fois de ses compatriotes, des étrangers & de ses ennemis & auquel la postérité mettra le comble quand il ne pourra plus en jouir !68

  • 69 Voir la « Préface » du DSA de 1750, l’« Avertissement » du Devin du village ou la « Préface » de Na (...)
  • 70 MF, mars 1756, p. 59. Cette lettre est une réponse à celle de Rousseau, publiée en janvier 1756, qu (...)
  • 71 Sur l’exercice de la critique, on peut se reporter à l’ouverture du Persifleur : « Dès qu’on m’a ap (...)
  • 72 « On ne peut demander quelle est la source de l’inégalité naturelle parce que la réponse se trouver (...)
  • 73 Rousseau a défini supra les deux inégalités : « Je conçois dans l’Espèce humaine deux sortes d’inég (...)
  • 74 Ibid., p. 62. O. Belot s’interrogera sur le lien entre l’inégalité naturelle (du corps, de l’esprit (...)
  • 75 Ibid., p. 93.
  • 76 Selon le « citoyen de Bordeaux », Rousseau « pourrait répliquer […], surtout devant des Adversaires (...)
  • 77 « Barbarus hic ego sum, quia non intelligor illis » (Ovide, Tristes, X, V) qu’on peut traduire par (...)
  • 78 Grimm, dans son récit de la Querelle des Bouffons, conclut à propos des « polissons » qui accablent (...)

14Pourtant, face au DOI de 1755, la « résistance » de la Provinciale est loin d’être aisée : la stature de Rousseau est immense et il conserve de nombreux partisans enthousiastes. De plus, Rousseau n’a-t-il pas, dans la plupart de ses textes, exprimé son indifférence, voire son mépris du jugement d’autrui69 ? C’est en réaction à ce dédain que l’anonyme « citoyen de Bordeaux » s’exclame dans sa lettre de mars 1756 : « Ne voudrait-il pas dire qu’il est peu de gens qui doivent le lire, c’est-à-dire qu’il y en est peu qui soient dignes de le lire ? »70. Le DOI de 1755 ne ménageait pas ses réfutateurs éventuels. Le ton y est, comme dans ses textes précédents, sans réplique71. Dans l’ouverture du Discours, évoquant ceux qui s’interrogeraient72 sur les liens possibles entre inégalité naturelle et inégalité politique73, Rousseau rejette avec mépris l’argument : « Question bonne à être agitée par des Esclaves entendus de leurs maîtres mais qui ne convient pas à des hommes raisonnables et libres qui cherchent la vérité »74. Le même ton provocateur est employé à la fin de la première partie du DOI, consacrée à l’homme dans l’« État de nature » : « Il me suffit d’offrir ces objets à la considération de mes Juges : il me suffit d’avoir fait en sorte que les Lecteurs vulgaires n’eussent pas besoin de les considérer »75. Comment peut-on accepter d’être classé(e) parmi ceux qui ne sont pas « dignes » de Rousseau76, parmi les « Esclaves », parmi ceux qui « ne comprennent pas »77, ne sont ni « libres » ni « raisonnables », en un mot, parmi les « Lecteurs vulgaires » ? Il faut, à la vérité, bien de l’« audace » pour risquer, en 1756, d’être compté(e) au nombre de ces « insectes importuns »78.

Une « Provinciale » ?

À Paris puis aux « Pavillons » de Chaillot :
d’Octavie Guichard à Octavie Belot
puis à Octavie Du Rey de Meinières (1719-1804)

  • 79 O. Belot ne signera de son nom aucune de ses publications ; mais si les Réfl. sont donnés parfaitem (...)
  • 80 « Toilette ou Table même chargée de ce qui sert à la parure d’une femme » ; « Papillotes : morceau (...)

15Cette « audace » est ici le fait d’une femme, d’une inconnue dans le territoire des Lettres. L’anonyme79 qui entend dans les Réflexions se « cacher » de son adversaire, tant pour « épargner » son « amour-propre » que la « gloire » de Rousseau, développe avec insistance, dans l’exorde de son texte, le thème de la féminité, déjà clairement affiché sur la page de titre. Le nom est caché mais le portrait, dressé aussitôt, accumule substantifs et qualificatifs de forme féminine (« disgraciée », « mécontente », « persécutée », « disposée », « Iroquoise », « Citoyenne », « habitante »), pour se clore sur l’évocation enjouée des lieux communs misogynes que sont la coquetterie et l’ignorance : la Provinciale n’aurait comme table à écrire qu’« une toilette » et, comme papier, que celui de ses « papillotes »80 !

  • 81 Un cas extrême est celui du poète Desforges Maillard (1699-1772) qui, désespérant de se faire publi (...)
  • 82 En revanche, les MT écriront à propos de ses Obs. NT par Madame*** : « Il y a toute apparence que c (...)
  • 83 MF, juin 1756, p. 219.
  • 84 Fréron connaît le milieu des « Lorrains » de Paris : membre de l’Académie de Nancy, il fréquente le (...)
  • 85 L’expression de « Dame Auteur » figure p. 74-75 ; elle devient « l’Auteur » p. 77, 79 et 81, AL, ju (...)

16S’agit-il d’ailleurs réellement d’une « Dame-Auteur » ou a-t-on affaire à un homme, réfugié derrière le paravent d’une désignation féminine ? Le subterfuge ne serait pas rare d’un auteur masculin s’abritant derrière une plume féminine81, même si, comme c’est le cas pour les Réflexions, la majorité des périodiques de 1756 attribue l’ouvrage à une femme82. Car si le compte rendu du Journal des savants ne dit mot du sexe de leur auteur, le Mercure estime que « cette Provinciale », en « femme d’esprit » qui « combat le sentiment de M.R. […] avec les grâces de son sexe », exprime des réflexions qui, témoignant de la « solidité du nôtre […], « feraient honneur à l’homme le mieux instruit »83. Quant au rédacteur de L’Année littéraire, il insiste, avec force, sur l’attribution des Réflexions à une femme ; connaît-il l’auteur84 ? Il se réjouit, en effet, de voir « une Dame Auteur » prendre part au débat : « Les femmes mêmes mettent la main à la plume pour venger l’espèce humaine dégradée & avilie par le Philosophe de Genève ». Il insiste : « Ce n’est point ici une fiction : la brochure in-8° que je vous annonce […] est véritablement l’ouvrage d’une femme. Oui, Monsieur, c’est une femme qui “ose résister à l’éloquence de M. Rousseau” ». C’est même pour lui un gage d’efficacité rhétorique : « Ses raisons, toujours accompagnées de quelque éloge, n’en sont que plus persuasives dans la bouche d’une femme »85.

  • 86 Le nom de l’auteur anonyme est, selon F. Moureau, « le secret de Polichinelle » ; voir « Illustres (...)
  • 87 Son nom est parfois orthographié Bellot.
  • 88 Les ouvrages envoyés ne peuvent être que les Réfl. et les Obs. NT.
  • 89 Lettre du 23 février 1759, publiée par F. Caussy, RHLF, 1908, 15, p. 343- 344. Voltaire mettra un c (...)

17Si le nom de la « Provinciale » n’est pas donné dans ces comptes rendus, elle est identifiée dans les années qui suivent et, sans doute, connue plus tôt86 : c’est Octavie Belot87. Au début de 1759, Thiériot la désigne explicitement à Voltaire comme l’auteur des Réflexions : en lui faisant parvenir les ouvrages de celle-ci88, avec une lettre de leur auteur, il note : « Vous jugerez [Madame Belot] femme de beaucoup d’esprit par les Réflexions d’une Provinciale sur l’égalité des conditions par Jean-Jacques le Genevois »89. Fin mars 1759, Voltaire qui évoque son « plaisir de [la] lire », remercie l’expéditrice :

  • 90 C’est la première lettre de Voltaire à O. Belot ; elle est adressée « À Monsieur Thiériot pour rend (...)

Vous m’avez fait votre admirateur […]. Je serais enchanté de vos ouvrages si vous n’étiez qu’un homme. Jugez quels sont mes sentiments quand je sais que vous êtes de ce sexe qui a civilisé le nôtre et sans lequel nous n’aurions été que des sauvages, comme Jean-Jacques veut que nous soyons.90

  • 91 Le rédacteur de la Feuille nécessaire note à propos de la parution des MLA : « Madame Belot, déjà c (...)
  • 92 « Notice des Dames les plus connues parmi les Auteurs vivants », JD, Aux Vallons de Tivoli, avr. 17 (...)
  • 93 Par Lacroix, Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres, 1769, I, p. 316 (« Madame Bellot (...)
  • 94 Elle reprend les termes des comptes rendus de 1756 de l’AL et de l’HLFF de La Porte : « Madame Bell (...)
  • 95 Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, 1806, t. II, notice 6063.
  • 96 Voir, entre autres, la Biographie universelle, Michaud, 1811 ou le Dictionnaire encyclopédique de L (...)
  • 97 Dans ses Trois siècles de littérature française ; elle s’en défend : « À la vérité, on me rend aute (...)
  • 98 HLFF, V, 1769, p. 258-291.

18La Feuille nécessaire de début 1759 confirme cette attribution ainsi que La Semaine littéraire91. En avril 1761, le Journal des Dames place parmi « les Dames les plus connues entre les Auteurs vivants », « Madame Bellot, Auteur des Réflexions d’une Provinciale sur le Discours de M. Rousseau… »92. L’attribution est ensuite relayée dans les divers Dictionnaires, Histoires littéraires et Siècles de Littérature93, etc., jusqu’en 1804 par Fortunée Briquet dans son Dictionnaire94 et en 1806 par Barbier95, avant d’être reprise plus tard96. S’il n’est pas rare que des erreurs se répètent d’un ouvrage à l’autre, l’attribution est ici tout à fait sûre : O. Belot, qui meurt en 1804, ne la contestera jamais, alors qu’elle s’élèvera contre celle de romans qui lui est faite, en 1773, par Sabatier97. Parmi les présentations d’O. Belot, une mention particulière doit être accordée à Joseph de La Porte : son Histoire littéraire des femmes françaises de 1769 consacre à ses œuvres plus d’une trentaine de pages fort détaillées98. On y retrouve les mêmes termes que ceux du compte rendu de 1756 de L’Année littéraire dont il était alors codirecteur. A-t-on affaire, comme c’est souvent le cas, à une simple reprise de l’article de 1756 ? Ou peut-on supposer qu’il était déjà l’auteur du premier article et qu’il connaissait déjà l’identité de la Provinciale ?

  • 99 C’est souvent le cas pour les femmes écrivains du XVIIIe siècle, du moins quand elles n’ont pas été (...)
  • 100 Voir, outre l’article déjà cité (« De la “gazette” au “commerce des âmes” ») ainsi que sa notice bi (...)
  • 101 Il s’agit de deux correspondances entières. La première adressée à Mme de Lénoncourt (mars 1770- ju (...)
  • 102 Les lettres de Voltaire sont très éclairantes sur le contenu de celles de son interlocutrice. L’ini (...)
  • 103 « Anecdote sur Mdme de Mesnières » dans Pensées, Anecdotes et Réflexions, ensemble manuscrit et rel (...)

19Qui est « Octavie Belot » ? Nous ne disposons que de très peu de données biographiques. Le manque est particulièrement flagrant en ce qui concerne les années de jeunesse et celles de la composition de ses premiers livres dont la liste est inaugurée par les Réflexions99. Nous devons aux minutieuses recherches de Marie-Laure Girou Swiderski100 une précieuse mise en lumière de sa vie et d’une partie essentielle de sa correspondance, heureusement préservée101. Nous possédons, par ailleurs, des témoignages directs de quelques-uns de ses contemporains ; mais ceux-ci, épars, laissent de nombreuses zones d’ombre. Certains d’entre eux sont néanmoins particulièrement éclairants comme une partie des lettres que lui adresse Voltaire (les siennes sont perdues), de 1759 à 1778102 ou l’« Anecdote », récemment découverte, hommage rédigé en 1805, peu après la mort d’O. Belot, par l’exceptionnelle Geneviève Thiroux d’Arconville103.

  • 104 M. É. de Lesval est issue de la branche cadette, établie en Bourgogne. Veuve de Guichard, elle se r (...)
  • 105 Ibid. Une autre version était donnée par Grimm : « Madame Belot est la veuve d’un avocat qui la lai (...)
  • 106 Elle note que la traduction « réussit parfaitement et lui fit beaucoup d’honneur ». L’AL lui rend h (...)
  • 107 La liste est longue des traductions, connues à ce jour, de G. d’Arconville ; Mme d’Arconville (1720 (...)
  • 108 Est-il passé de l’une à l’autre fonction ? Si Thiériot, en février 1759, écrit à Voltaire qu’il éta (...)
  • 109 Les notices de certains dictionnaires du XIXe siècle présentent d’emblée l’auteur des Réfl. comme l (...)
  • 110 En effet, à sa mort en 1757, Belot laisse sa femme dans le plus grand dénuement : il lui lègue une (...)
  • 111 L’expression est utilisée dans les MS : « L’infatigable Madame Bellot, après nous avoir donné la tr (...)
  • 112 Voir la bibliographie.
  • 113 Pension de 1200 livres, qu’elle percevra jusqu’à sa mort et qu’elle a obtenue grâce aux recommandat (...)

20O. Belot vit de 1719 à 1804 : sa longévité (85 ans) lui permet de traverser les règnes de Louis XV et de Louis XVI, les années révolutionnaires, le Consulat et la mise en place de l’Empire. Née à Paris Marie Octavie Guichard, le 3 mars 1719, c’est une roturière. Elle est issue d’une mésalliance entre un « bourgeois de Paris », Michel François Guichard, et une aristocrate de province, originaire de la branche cadette de Bourgogne d’une très ancienne famille des Flandres, Marie Élisabeth de Lesval104. De son éducation, nous savons peu de choses. L’Anecdote rédigée par G. Thiroux d’Arconville nous apprend qu’elle reçut une bonne formation : elle avait, écrit-elle, « beaucoup d’esprit. Elle en avait fait usage dès ses premières années, en acquérant beaucoup de connaissances ». Une de ses compétences est la langue anglaise : « elle savait très bien l’anglais »105, note, à propos de la traduction de l’Histoire d’Angleterre, contenant la Maison des Tudor de Hume (1763)106, la traductrice émérite qu’est G. Thiroux d’Arconville107. Octavie Guichard se marie à 19 ans, le 22 décembre 1738, avec un avocat parisien, Charles Edme Belot, veuf d’un premier mariage et beaucoup plus âgé qu’elle. Est-il avocat au Parlement de Paris ou « Avocat au Conseil »?108 Il est toujours vivant109 quand, en 1756, Octavie publie, à 37 ans (Rousseau en a 44), sa première œuvre, les Réflexions. Elle ne devient veuve que l’année suivante. Ses premières années de veuvage sont difficiles : son mari lui a laissé beaucoup de dettes110 et elle perd rapidement sa mère (1758). Les publications se succèdent alors. En huit ans, en effet, de 1758 à 1765, l’« infatigable Mme Belot »111 publie un ensemble de six livres, constitué, à partir de 1759, de traductions anglaises112 ; celle de l’Histoire […] des Tudor de Hume lui apportera une certaine renommée et une pension royale, obtenue, en 1763, sous les auspices de Mme de Pompadour113.

  • 114 O. Belot utilise l’orthographe « Meinières » mais on lit aussi « Ménières », « Mesnières », « Meyni (...)
  • 115 Durey de Meinières s’y engagea fortement en faveur du Parlement sur l’histoire duquel il accumula n (...)
  • 116 D. Diderot, Correspondance, G. Roth et J. Varloot éd., Minuit, 1955- 1970, p. 53.
  • 117 Durey de Meinières est des amis de Voltaire et d’Émilie du Châtelet dès les années 1740 ; Voltaire (...)
  • 118 La « Paroisse » est dissoute à la mort de Mme Doublet au printemps 1771 ; O. Durey de Mesnières exp (...)
  • 119 « M. le Président de Meinières vient de mourir. Il est resté le dernier des collaborateurs de nos M (...)

21En septembre 1765, son destin change : elle prend le nom d’Octavie Guichard Du Rey de Meinières114, en se remariant avec un personnage célèbre à plus d’un titre, Jean François Du Rey de Meinières (1703 ?-1785). Cet important magistrat, lui aussi veuf et père de deux enfants, ancien Président de la deuxième chambre des Requêtes du Parlement de Paris, honnête homme et fin lettré, amateur de bons mots comme de recherches historiques, érudit à la vaste bibliothèque, s’était fait connaître, au milieu du siècle, lors des mouvements d’opposition des Parlements au pouvoir royal et à celui de l’Église115. Apprécié de Diderot (« C’est l’homme de France le plus doux et le plus honnête, il en a la réputation et c’est ainsi que je l’ai vu chez lui et chez moi », à Sophie Volland, le 21 juillet 1765116) et de Voltaire, il est parent de Choiseul et de Madame Doublet117. C’est dans le salon de cette dernière, nous apprend G. Thiroux d’Arconville, qu’O. Guichard Belot a rencontré son futur mari : il était « neveu de cette dame […] qui l’aimait très tendrement » ; Du Rey de Meinières est un des membres actifs de cette « Paroisse » dont il est le « cher président »118 ; il fait partie des fournisseurs de « nouvelles » qui circulent manuscrites dans Paris, avant d’être publiées comme Mémoires secrets119.

  • 120 Elle rédige une nouvelle non publiée de son vivant, Le Triomphe de l’amitié ou Jacqueline et Jeanne (...)
  • 121 Voir M.-L. Girou- Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », passim.
  • 122 Antoine Jean Baptiste Durey de Meinières, fils aîné du premier mariage du président, est couvert de (...)
  • 123 Voir sa lettre à Panpan du 19 mars 1763, citée par M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », p. (...)
  • 124 Comme en témoigne, par exemple, son inventaire après décès (Archives nationales, M.C. VIII 1345, an (...)

22Après son second mariage, O. Belot cesse, semble-t-il, de publier mais non d’écrire et de traduire120. Cette deuxième alliance, fondée sur l’affection et l’estime, lui procure une vie heureuse121, mais sans véritable aisance financière122 : elle habite avec le Président dans l’hôtel de celui-ci, situé à Paris rue Poissonnière, après y avoir été locataire à partir de 1763123. Puis le couple, pressé par des soucis d’argent, emménage dans les « pavillons de Chaillot », d’abord simple villégiature : ce sont, aux portes de Paris, deux dépendances du couvent de la Visitation, entourées d’un jardin. Malgré des préoccupations matérielles, Octavie y connaît un véritable bonheur jusqu’à la mort de son mari en 1785. De cette date à celle de son décès en décembre 1804, sa situation se dégrade peu à peu ; la fin de sa vie est marquée par la plus grande détresse, morale autant que matérielle. Près du couvent désaffecté puis détruit en 1794, elle meurt dans le plus grand dénuement124.

  • 125 Anecdote.
  • 126 Lettre du 18 avril 1760, Best. D8860.
  • 127 À O. Belot qui lui fait part de son projet de comédie, il répond : « Vous êtes une Dame d’esprit. [ (...)
  • 128 « Je vous admire de vous appliquer à des ouvrages si solides et si utiles, avec un esprit fait pour (...)
  • 129 « On m’a dit, Madame, que votre société est aussi aimable que vos livres », Voltaire à Belot, 26 ma (...)
  • 130 Sa mère, issue de Bourgogne et des Flandres, la rattache à la région de Lorraine.
  • 131 Quand s’ouvre la correspondance en 1762 avec F. A. Devaux, « on sent bien qu’on entre dans une rela (...)
  • 132 Sur sa correspondance avec F. A. Devaux, voir M.-L. Girou Swiderski, « De la “gazette” au “commerce (...)
  • 133 Brillant élément de la cour de Lunéville, la Lorraine Catherine de Beauvau-Craon, marquise de Bouff (...)
  • 134 Dans sa lettre à Voltaire du 11 août 1760 (Best. D9133), elle évoque le riche fermier général qu’il (...)
  • 135 Cet ami et « frère » de Voltaire depuis 1714 était alors assidu de la maison de La Popelinière.
  • 136 Ancien secrétaire et lecteur de Frédéric II à partir de 1746, il rencontre, lors de son séjour en P (...)
  • 137 Le marquis de Valori (1692-1774), ancien ambassadeur français en Prusse et familier de Mme de Graff (...)
  • 138 Le président Charles de Brosses (1709-1777), magistrat érudit, parlementaire et académicien, auteur (...)
  • 139 Elle évoque François Véron de Forbonnais (1722-1800), célèbre économiste et collaborateur de l’Enc.(...)
  • 140 À partir de 1757, Jean Charles Philibert Trudaine de Montigny (1733-1777) collabore avec son père, (...)
  • 141 Le 11 juin 1760, Morellet, surnommé « Mords les » par Voltaire en raison de sa causticité, est emba (...)
  • 142 Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781), ami et condisciple de Morellet à la Sorbonne, proche de Gou (...)
  • 143 Dans ses MLA de 1759, elle traduit trois de ses essais. S’étant liée avec lui lors de sa venue à Pa (...)
  • 144 Mme du Deffand écrit à Walpole : « J’attends votre Richard [Richard III] ; j’ai déjà prévenu Mad. d (...)
  • 145 Dans une lettre à Hume de déc. 1764, elle évoque le « petit orage » qui les a opposées, bientôt sui (...)
  • 146 En 1772, Anne-Catherine Helvétius (1722-1800), cousine de Mme de Graffigny, ouvre, après son veuvag (...)
  • 147 On possède quelques lettres inédites qu’elle échange, en 1780 et 1783, avec son voisin parisien, Be (...)
  • 148 La Condamine (1701-1774), explorateur et scientifique, fut un des collaborateurs de l’Enc.
  • 149 L’historien britannique Edward Gibbon (1737-1794), auteur de The History of the Decline and Fall of (...)
  • 150 Nous savons qu’elle écrit à E. Montagu, au moins jusqu’en 1792.
  • 151 Voir E. Groffier, Le Stratège des Lumières : le Comte de Guibert, 1743- 1790, Champion, 2005. Cet a (...)
  • 152 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), historien et philologue, membre de l’Académ (...)
  • 153 Guibert qui consulte la bibliothèque du président de Meinières à partir de 1782, rendra hommage à c (...)
  • 154 On a gardé plusieurs lettres qu’elle lui adresse ; voir, en particulier, celle du 18 février 1774, (...)
  • 155 Louis Lazare Thiroux d’Arconville (1712-1789) était président de la Chambre des Requêtes au Parleme (...)

23O. Belot n’a donc rien d’une « provinciale », si ce n’est par ses origines maternelles. Les nombreuses relations qu’elle entretient et dont on trouve les traces éparses dans divers témoignages, attestent qu’elle a occupé une place, sinon importante, du moins réelle dans bien des cercles parisiens, voire a réuni auprès d’elle, après son second mariage, une petite « société ». G. Thiroux d’Arconville note qu’O. Belot, ayant « beaucoup d’esprit […], sa conversation ayant beaucoup d’agréments, […] et étant fort aimable, elle avait beaucoup d’amis »125. Voltaire lui rappelle « les agréments qu’elle trouve dans Paris »126 ; il admire son « esprit »127, sa « gaieté » et son intelligence128 : elle plaît en société129. Au cours de cette vie sociale très active, elle fréquente nombre de personnages en vue de la sphère littéraire et intellectuelle : ce sont des « Lorrains130 de Paris » comme Mme de Graffigny131, François Antoine Devaux132 ou Mme de Boufflers133 ; des mécènes, amis des arts et des lettres comme La Popelinière134 chez qui elle rencontre, sans doute, Thiériot135, son intermédiaire auprès de Voltaire, et Helvétius dont l’épouse est la cousine de Mme de Graffigny. Elle se lie avec Darget136 et Valori137 qui ont, tous deux, longtemps vécu près de Frédéric de Prusse, avec des intellectuels comme le Président de Brosses138 ou l’économiste en vue Véron de Forbonnais139. Elle est proche d’un grand commis de l’État, autre mécène ami des sciences et des lettres, Trudaine de Montigny140 : celui-ci la présente à Morellet, à sa sortie de la Bastille141 et, peut-être, au jeune Turgot (1727-1781), familier, par ailleurs, de Mme de Graffigny142. Au cours du temps, les relations d’O. Belot se modifient et s’enrichissent : après son mariage, elle garde certaines de ses anciennes relations qui s’augmentent de ses liens durables avec David Hume143, connu lors de son passage à Paris, ou avec Mme du Deffand qu’elle fréquente régulièrement144 ; elle est aussi en relation avec Mme Geoffrin145. À partir des années 1772, elle fréquente la « société d’Auteuil », cercle créé par Mme Helvétius, à la mort de son mari : elle lui rend visite et la reçoit ainsi que ses filles146 ; elle se lie avec Benjamin Franklin147, un des proches de celle à qui ses amis donnent désormais le nom de « Notre Dame d’Auteuil ». Il figure parmi les visiteurs les plus célèbres d’O. Belot, au nombre desquels on compte Mme du Deffand, Buffon, La Condamine148 et de nombreux Anglais dont Gibbon149 ou Elizabeth Montagu150. Dans les Pavillons de Chaillot, on voit des hôtes assidus comme les académiciens Jacques Antoine de Guibert, le « stratège des Lumières »151, ou l’érudit Jean-Baptiste de Sainte-Palaye152, qui travaillent, tous deux, dans la bibliothèque de M. de Meinières153. Octavie y invite Beaumarchais154 qu’elle a rencontré chez des amis communs et se lie avec Geneviève Thiroux d’Arconville : leurs deux époux ont siégé au Parlement de Paris aux mêmes dates155. Les cercles qu’elle fréquente et celui qu’elle anime attestent d’un vaste réseau relationnel.

  • 156 Où résident des membres de sa famille maternelle.
  • 157 « Je sens tout votre mérite, Madame ; […] je vous plains d’en chercher à Paris la récompense ; elle (...)
  • 158 « Vous ne quitterez point Paris, Madame ; on ne s’arrache point ainsi aux lieux où l’on doit plaire (...)
  • 159 « La maison est pleine et vous me faites bien souhaiter qu’elle fût plus grande », ibid.
  • 160 « Si jamais vous donnez la préférence sur le Languedoc et la Bourgogne à notre beau lac de Genève, (...)
  • 161 « Si vous étiez déterminée à la retraite, vous pourriez en trouver une pour cent écus par an à une (...)
  • 162 Sur le choix de ce pseudonyme, voir infra.

24Si, en 1760, peu après la parution des Réflexions, Octavie Belot a envisagé de faire « retraite » hors de la capitale, pour gagner la province (la Bourgogne ou le Languedoc156 ?) voire la Suisse, Voltaire à qui elle exprime ce souhait, l’y incite157 d’abord puis émet des réserves158, avant de lui proposer un asile modeste, non aux Délices159, mais dans une petite maison « meublée et mal meublée », avec un jardin, près de Genève : il lui propose de « faire l’impossible pour la remettre en état de (la) recevoir »160. O. Belot déclinera cette proposition161 : c’est à Paris qu’elle entend alors rester et écrire. En 1756, à coup sûr, elle n’a d’une « Provinciale » que le pseudonyme162.

  • 163 Lettre datée « aux Délices, du 29 mars 1761 », Best. D9707.

O. Guichard-Belot en quête de « réputation et [du] petit avantage qui peut la suivre » (Voltaire, 1761)163

  • 164 On lit dans la Corr. litt., à propos de l’HLFF de La Porte : « Vous trouverez dans cette rapsodie l (...)
  • 165 À propos de ses relations avec le président de Meinières, on lit : « Madame Bellot, cette femme qui (...)

25Un double récit brouille la perception que nous avons d’O. Belot, de 1756 à 1765 : elle est tantôt présentée comme une femme « aux gages » d’individus réputés peu recommandables mais puissants et fortunés tantôt comme une femme de « mérite ». Peut-on se fier aux sarcasmes récurrents de la Correspondance littéraire, souvent hostile aux femmes écrivains164, et aux avanies décernées par les Mémoires secrets, jusqu’à la date de mariage165 ? Ou, au contraire, se fonder sur les éléments de sa correspondance auxquels nous pouvons avoir accès ainsi que sur les témoignages de certains de ses contemporains, comme Morellet, Voltaire, Thiériot, G. Thiroux d’Arconville, Hume, S. de Genlis ou B. Franklin, voire les Mémoires secrets postérieurs à son mariage ?

  • 166 Voir Le Pauvre Diable. Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle, dir. Henri Duranton, PU de S (...)
  • 167 Voltaire a établi sur le sujet une comparaison entre la France et l’Angleterre, à l’avantage de cet (...)
  • 168 Dans ses Cons. (1751), chapitre X « Sur les gens de lettres », on lit : « Les Lettres ne donnent pa (...)
  • 169 « LIBERTÉ, VÉRITÉ PAUVRETÉ, (car quand on craint cette dernière, on est bien loin des deux autres) (...)

26La question qui se pose est, en réalité, celle de l’auteur désargenté au XVIIIe siècle : sa pauvreté le contraint à chercher aide et subsides indispensables à sa survie, auprès de mécènes et de protecteurs166. En 1753, la situation des « gens de lettres » retient, après l’attention de Voltaire167 et de Duclos168, celle de d’Alembert : il réclame, avec véhémence, la nécessaire indépendance de l’écrivain169, qu’à la même époque, Rousseau revendique et à laquelle il s’efforce d’accéder, en se faisant copiste de musique. Or, O. Belot, roturière isolée et sans fortune, souffre du plus grand dénuement jusque dans les années 1765, date de son second mariage qui, s’il ne lui apporte pas la richesse, lui amène une certaine aisance. C’est cette même année 1765 que le chroniqueur acerbe des Mémoires secrets, première époque, affirme qu’elle a été « aux gages de La Popelinière et de Palissot ».

  • 170 Alors Stéphanie Ducrest, elle y est hébergée avec sa mère durant l’été 1759 : « Je vis là, à demeur (...)
  • 171 « [Madame Belot] est restée veuve d’un avocat au Parlement avec ses talents et de l’esprit pour tou (...)
  • 172 « M. de La Popelinière, ancien fermier général, est aussi mort sur la fin de l’année dernière. C’ét (...)
  • 173 Depuis 1741, Voltaire est proche de La Popelinière dont S. de Genlis dressera ce portrait louangeur (...)
  • 174 Lettre du 11 août 1760, Best. D9133.
  • 175 C’est Helvétius ; il ajoute : « D’ailleurs la terre de Vauré est un plus beau séjour et plus à port (...)

27Le premier l’hébergea, à coup sûr. Lors de l’été 1759, la future Stéphanie de Genlis, âgée de quatorze ans, la rencontre « à demeure » parmi les nombreux protégés du mécène, dans sa maison de campagne de Passy170. La Popelinière, fermier général d’une extrême richesse, grand amateur des arts, des sciences et des lettres, entretient, en effet, une nombreuse maisonnée de protégés dont fait partie Rameau, son compositeur officiel. O. Belot bénéficie de son soutien jusqu’à sa mort, le 15 décembre 1762 : elle en reçoit, selon Thiériot, une aide financière171 et a pu même espérer être incluse dans son testament. Peu apprécié de Grimm172, La Popelinière l’est, en revanche, de Voltaire qui le connaît depuis longtemps173. En 1760, ce dernier encourage O. Belot à poursuivre ses relations avec lui de même qu’avec Helvétius, ancien fermier général et protégé de la reine ; il lui écrit en août : « Monsieur Helvétius et M. de La Popelinière sont, à mes yeux, Madame, des hommes respectables : car ils sont philosophes et ils font tout le bien qu’ils peuvent »174 et, en septembre : « Madame B. […] fait fort bien de voir M.H. : car ce M. H. a du génie, du cœur et de l’esprit »175. Est-ce « être aux gages » que bénéficier du soutien de ces mécènes ?

  • 176 Palissot, après le scandale causé par Le Cercle ou les Originaux (1755), a réitéré ses attaques con (...)
  • 177 Barbier le stigmatise dans son compte rendu de la représentation des Philosophes à la Comédie-franç (...)
  • 178 La pièce est jouée le 2 mai 1760 ; sur la querelle entre Palissot et les philosophes, voir O. Ferre (...)

28O. Belot, est- elle, par ailleurs, « aux gages de Palissot » ? Le reproche est plus grave pour les amis des Lumières. Palissot, en effet, s’est rapidement déclaré comme l’ennemi des « philosophes », de Rousseau, des Encyclopédistes, tout spécialement de Diderot et de d’Alembert176. Or, au cœur du siècle, il devient riche : de 1755 à 1757, encore jeune, il accède, grâce à des protections, à un revenu important, constitué par la recette générale du tabac d’Avignon et par la moitié du privilège des Gazettes étrangères. Il serait donc à même de devenir mécène, au temps même où sa mauvaise réputation s’accroît177 ; mais nous n’avons trouvé aucune trace de relations entre O. Belot et Palissot. En revanche, en 1760, au moment où il publie les Lettres de M. de Voltaire à M. Palissot, afin de se réclamer de Voltaire après le scandale de sa comédie Les Philosophes, O. Belot s’inquiète auprès de ce dernier : elle veut savoir ce qu’il en est ; Voltaire, dans sa réponse, se défend longuement178.

  • 179 Les MS affirment à propos de son installation chez Durey de Meinières : « elle a renvoyé le chevali (...)
  • 180 MS du 11 décembre 1765. « scandaleusement » ?
  • 181 Elle est veuve en 1757 ; la lettre de Thiériot est de février 1759.
  • 182 Selon l’expression d’E. Groffier, p. 252.
  • 183 E. Groffier note : « Comme elle n’avait ni le nom ni la fortune lui permettant de braver les préjug (...)

29On donne encore à O. Belot comme ami Philippe de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq179 ; ce petit-fils naturel de Louis XIV qui fait l’objet d’une surveillance attentive de la police, défraye la chronique. Les Mémoires secrets affirment, en annonçant son mariage, qu’elle « a vécu scandaleusement avec différents personnages, surtout avec le chevalier d’Arcq, homme très décrié par ses mœurs »180. En février 1759, Thiériot qui affirme à Voltaire qu’« elle vit depuis plusieurs années »181 avec le chevalier, n’ajoute aucun commentaire péjoratif sur cette relation. Ce noble déclassé, souvent à court d’argent, romancier, historien, journaliste et « écrivain de qualité »182 fut assurément des « amis » d’O. Belot. C’est peut-être la raison de sa mauvaise réputation183 : n’est-elle accusée de vivre « scandaleusement avec » le chevalier d’Arcq que parce que celui-ci était, lui-même, objet de rumeur, de malveillance, voire de scandale ? Tous les comptes rendus par Grimm des ouvrages d’Arcq leur sont fort hostiles. Le premier, consacré aux Lettres d’Osman (1753), aussi long que critique, se clôt ainsi :

  • 184 Corr. litt., 1er juin 1753. Allusion aux conseils d’Alceste à Oronte (Molière, Le Misanthrope, I, 2 (...)

Il est très pardonnable, sans doute, à un homme du monde comme le chevalier d’Arcq, d’employer son loisir à écrire des lettres d’Osman ; mais il ne faut pas qu’il oublie le conseil si sage du misanthrope, de bien se garder de les montrer et, à plus forte raison, de les faire imprimer.184

  • 185 Lettre du 24 mars 1760, Best. D8813.
  • 186 O. Belot « fait ses caravanes » chez les Valori, écrit-elle à Panpan en 1762 ; sur ce point, voir M (...)
  • 187 Elle l’annonce à Panpan dans sa lettre du 18 février 1763 et lui signale l’agrément de l’appartemen (...)

30En 1756, il note à propos de La Noblesse militaire : « On ne peut rien lire de plus mince, de plus puéril et de plus mal écrit » (ibid., 15 avril). Il semble d’ailleurs que les liens d’O. Belot avec le chevalier d’Arcq ne furent pas si étroits que l’affirment les Mémoires secrets : si, en 1760, Voltaire lui écrit au « Cloître Saint-Thomas du Louvre »185, elle quitte fréquemment l’endroit pour installer ses « caravanes », pour de brefs séjours, chez des mécènes comme l’ancien ambassadeur Valori, les Helvétius ou La Popelinière186, avant de louer en 1763 un appartement chez le président de Meinières afin d’y travailler dans sa riche bibliothèque187.

  • 188 Thiériot signalait, en 1759, « le plus grand dénuement » dans lequel elle se trouve (lettre citée d (...)
  • 189 Corr. litt., 1er mars 1763 ; il ajoute « Pour vivre de rien, elle se mit au lait, vendit sa rente [ (...)
  • 190 L’expression est utilisée par Grimm (Corr. litt., 15 fév. 1769).

31Commentaires bienveillants ou malveillants s’accordent, en tout cas, pour reconnaître la pauvreté d’O. Belot. Après Thiériot, les chroniqueurs cités plus haut, pourtant peu bienveillants, la soulignent188 : Grimm note, en 1763, que « Madame Belot est la veuve d’un avocat qui la laissa, à sa mort, sans autre ressource qu’une rente de 60 livres par an »189 ; les Mémoires secrets soulignent, en 1764, qu’elle « avait vécu jusqu’à présent dans la plus grande pénurie & du profit très mince de ses traductions » (26 mai). Fut-elle, pour cette raison, « aux gages » de ses mécènes ? L’intérêt la poussa-t-il à épouser le président de Meinières ? De ce mariage, les Mémoires secrets de 1765 se gausseront de même que Grimm qui, en 1769, raillera « la fortunée Madame Belot, aujourd’hui présidente de Meinières »190.

  • 191 « Une chambre à soi », n. 25 et 28.
  • 192 G. d’Arconville signale qu’elle accepte l’offre de mariage du Président « dans la certitude qu’il f (...)
  • 193 En raison des frasques du fils aîné du président, incarcéré pour dettes, le couple quitte Paris pou (...)
  • 194 Il a écrit : « L’expérience apprend bien que noircir la réputation d’une femme, même sans qu’elle y (...)
  • 195 Déc. 1765.

32L’enquête scrupuleuse menée par M.-L. Girou Swiderski dément les interprétations hostiles évoquées ci-dessus : O. Belot s’est mariée sous le régime de la séparation de biens191. Le témoignage donné par G. Thiroux d’Arconville s’inscrit également en faux contre les rumeurs hostiles sur ce remariage192 : le couple y apparaît véritablement uni par des liens d’affection et d’estime mutuelles, malgré de croissantes difficultés financières193. Propos malveillants donc, sans doute, propagés par des esprits chagrins dont il conviendrait de découvrir les liens précis qui les unissent à leur victime (Grimm connaissait-il O. Belot ? ils ont fréquenté les mêmes maisons, à peu près aux mêmes dates, comme celles de La Popelinière ou des Helvétius), voire qui les relient à ses relations et amis : le chevalier d’Arcq194 n’est épargné ni par les Mémoires secrets première époque ni par la Corr. litt. qui, dès 1753, tourne en dérision ses livres comme elle n’épargnera pas plus tard le président Durey de Meinières : « C’est un aigle de l’auguste corps ; et quand on est à portée d’éplucher ces aigles, on se forme bien vite une idée assez juste de tout le nid : ce n’est pas de ce nid-là que viendra le salut de la France »195.

  • 196 « Je sens tout votre mérite, Madame et plus, j’y suis sensible », lettre du 24 mars 1760, Best. D88 (...)
  • 197 Quand Hume propose à Robertson le nom d’O. Belot pour la traduction française de son History of Cha (...)
  • 198 Lettre 23 avril 1780 de B. Franklin à O. Durey de Meinières, Correspondance générale d’Helvétius, U (...)
  • 199 Mémoires, p. 87.
  • 200 Le 5 déc. 1767, le rédacteur, évoquant l’amitié courageuse de « deux filles du commun », ajoute : « (...)

33« Femme de mérite » alors qu’Octavie Belot ? On est frappé par l’insistance avec laquelle des contemporains vont reprendre cette expression pour la qualifier. Est-ce pour contrecarrer une calomnie persistante ? C’est sous ces termes que Thiériot la définit dans sa lettre de recommandation du 23 février 1759 à Voltaire. Celui-ci en assure l’intéressée dès le 24 mars 1760196 et le lui répète trois mois plus tard, avec l’expression de son « estime ». David Hume qu’elle a rencontré au début de son séjour en France et avec qui elle a noué de bonnes relations, la désigne comme « Woman of merit », dans une lettre de fin 1763 à l’historien William Robertson qu’il invite à lui confier la traduction de son History of Charles V197. Dans les années 1780, les lettres de Benjamin Franklin, qui est de ses relations, abondent en protestation de sa « plus grande estime et [de son] plus grand respect », identique chez « tous ceux qui les connaissent » pour le couple formé par les Durey de Meinières198. En 1805, le témoignage de G. Thiroux d’Arconville, fort attachée à la morale, met en valeur le courage d’Octavie Belot, sa dignité, sa détermination à écrire, son désintéressement et sa générosité ainsi que les liens profonds qui unissent le couple qu’elle forme avec le Président de Meinières. Sous la plume de Stéphanie de Genlis, O. Belot devient « femme de très grand mérite »199. Quant aux Mémoires secrets, changeant totalement de ton, ils se montrent, en 1767, particulièrement favorables à celle qui est devenue la Présidente de Meinières200.

  • 201 « Son premier mari, Bellot, était avocat, lequel avait probablement peu de clients puisqu’il la lai (...)
  • 202 Voir Anecdote. « Se mettre en service », c’est, selon le DAF, exercer « la fonction d’une personne (...)
  • 203 Voir M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », passim.
  • 204 Sur la nécessité d’obtenir « les commodités » de la vie pour un philosophe, voir le texte attribué (...)
  • 205 « Aux Délices » le 29 mars 1761, Best. D9707.

34O. Belot est donc une « femme de lettres », qui, sans ressources, doit, à l’instar de ses pareils, solliciter soutiens et pensions. Elle est en lutte permanente contre la pauvreté. La mort de son premier mari la laisse, en 1757, dans « la situation la plus malheureuse », note G. Thiroux d’Arconville201 qui ajoute : « Ne pouvant se déterminer à se mettre en service »202, elle décide de tenter de vivre grâce à ses livres et aspire à avoir « une chambre à soi »203. Les années suivantes seront marquées par une lutte acharnée pour échapper à la misère204. En 1760, elle a envisagé, on l’a vu, d’être accueillie chez Voltaire, aux Délices, mais ne donne pas suite à sa proposition d’une « maison mal meublée », extérieure à la résidence du philosophe. En 1761205, elle esquive une seconde fois son aide matérielle quand, en raison de sa pauvreté, il lui propose d’endosser la « paternité » du Droit du Seigneur :

  • 206 La comédie, terminée en avril 1760, jouée à Paris le 18 janvier 1762, est imprimée en 1763, à Genèv (...)

Venons au fait : Madame, vous n’êtes pas riche. Voici ce que j’ai imaginé […] : on vous fera tenir la pièce. Vous partagerez les honoraires de la représentation et de l’impression […]. Vous ferez la Préface. Si cette offre vous choque, j’en demande pardon à vos charmes et à votre esprit.206

35A-t-elle été choquée ? Elle rejette, en tout cas, la proposition, sans que cela altère sa correspondance avec celui qui, en 1761, l’assure toujours de son « respect ». La volonté de subvenir à ses besoins explique, sans doute, qu’elle abandonne le genre peu rentable des essais pour se tourner, à partir de 1759, vers la traduction plus lucrative d’ouvrages anglais. Ce travail assidu, qui dure jusqu’en 1765, est bien le signe d’une « femme de mérite » qui lutte, avec acharnement et dignité, contre une situation très précaire.

  • 207 Il a fréquenté deux des plus brillantes et plus riches maisons de Paris (celles de La Popelinière e (...)

36Et en 1756 ? Quand Octavie Belot compose les Réflexions, elle est encore mariée à l’avocat Belot. Si elle ignore, à coup sûr, l’aisance, elle n’est pas encore dans l’extrême dénuement qu’elle connaîtra plus tard. Par son père, elle appartient au monde de la « roture », petite ou moyenne bourgeoisie du XVIIIe siècle, qui souffre souvent d’insatisfaction, accrue chez elle, peut-être, du sentiment du déclassement maternel. Dans l’autoportrait, esquissé en début des Réflexions, O. Belot se dit, face à son « adversaire », « victime de certains préjugés ». Préjugés sociaux ? Sans aucun doute. Elle se dit également « persécutée par la fortune » ; le dernier terme, polysémique, englobe, selon le DAF de 1762, les malheurs d’un sort « dans les biens, dans les charges, dans les honneurs » ; il est introduit par un verbe au sens très fort qui inclut l’idée d’injustice : « Persécuter », c’est, dit le même ouvrage, « tourmenter par des voies injustes, par des poursuites violentes ». Cette position est, en quelque sorte, le pendant de celle de Rousseau dont la pauvreté l’a contraint à dépendre de personnages fortunés207. Mais O. Belot souligne que, loin de se révolter contre la « société » dont elle est « assez mécontente » et même si elle se dit « indocile » aux préjugés, elle choisit le parti de la « neutralité » : elle fait la part des choses entre les « avantages & les inconvénients de [sa] manière d’être ».

  • 208 « Il ne faut point, dit un auteur moderne, confondre la considération avec la réputation : celle-ci (...)
  • 209 « Les Lettres ne donnent pas précisément un état, mais elles en tiennent lieu à ceux qui n’en ont p (...)

37Est-ce alors uniquement poussée par la gêne qu’elle publie les Réflexions ? C’est entreprendre un pari bien risqué que de tenter un succès d’édition et, surtout pour une femme, de s’exposer au public en proposant un essai d’ordre philosophique. En revanche, publier c’est tenter, à coup sûr, d’accéder au monde des « gens de lettres ». O. Belot aspire, sans aucun doute, à obtenir une « réputation »208, à accéder à un « état », à la manière dont il est défini, en 1751, par Duclos209.

  • 210 Après de multiples éditions pirates, une nouvelle édition est donnée en 1752 par Mme de Graffigny.
  • 211 Le 24 mars 1760, Best. D8813. La Corr. litt. donne un compte rendu très sévère de La Fille d’Aristi (...)
  • 212 « Que puis-je au fond de mes vallées, entouré de montagnes qui touchent au ciel ? », le 24 mars 176 (...)

38Femme, elle a sous les yeux un modèle contemporain de réussite féminine : c’est Madame de Graffigny dont le succès durable des Lettres d’une Péruvienne (1747), sans cesse rééditées210, a été réactivé par celui de sa tragédie Cénie (1750). C’est donc son nom qu’O. Belot, dans une de ses lettres de 1760 à Voltaire, donne comme référence de réussite. Mais la réponse de Voltaire n’est pas encourageante : « Vous me citez Mme de Graffigny mais elle est morte de chagrin »211. En décembre 1758, celle-ci, en effet, après l’échec de sa tragédie La Fille d’Aristide (1758), meurt, dit-on, de désespoir, couverte de dettes. D’ailleurs, Voltaire qui proteste de son impuissance à aider O. Belot212, la met en garde contre son désir d’être reconnue à Paris :

  • 213 Ibid.

Un commerce avec les gens de lettres est dangereux, et, avec les grands, très inutile. Je sens tout votre mérite, Madame, et plus j’y suis sensible, plus je vous plains d’en chercher à Paris la récompense ; elle ne s’y trouve pas.213

39Le mois suivant, en avril 1760, Voltaire reprend le parallèle entre Mme de Graffigny et O. Belot ; il le détaille en faveur de la dernière qu’il encourage à poursuivre la rédaction de la comédie qu’elle lui a annoncée :

  • 214 Le 18 avril 1760, Best. D8860.

Si je juge de son mérite par celui de vos lettres, cette pièce doit être bien supérieure à celle de Mad. de Graffigny. Le public mêla peut-être un peu de politesse aux éloges prodigués à Cénie.214

  • 215 Ibid.

40Il l’assure de sa réputation à venir : « mais à vous, Madame, (le public) rendra justice »215. Cette aspiration d’O. Belot à prétendre à la carrière de Mme de Graffigny est corroborée par un sarcasme contemporain de Grimm :

  • 216 Remarque écrite à propos des MLA qui viennent de paraître et dont Grimm se borne à mentionner le ti (...)

Madame Belot prétend que depuis la mort de Mme de Graffigny, il n’y a plus qu’elle de femme de lettres en France. Elle ne compte pas Mme du Boccage qui paraît bien de sa force, dont la célèbre Colombiade a eu trois éditions, quoique personne certainement ne l’ait achetée.216

41La coïncidence chronologique entre cette remarque et la correspondance avec Voltaire invite à conclure que Grimm connaissait O. Belot, ou du moins son entourage.

  • 217 Le 24 mars 1760, Best. D8813.
  • 218 Le 16 mai 1760, Best. D8913.
  • 219 « J’ai l’honneur d’être en relations avec Mademoiselle Vadé et un Père de la Doctrine Chrétienne. J (...)
  • 220 Le 20 juin 1760, Best. D8994.
  • 221 Ses quatre ouvrages, parus à cette date (Réfl., Obs. NT, MLA et Rasselas), ont tous obtenu des rece (...)

42En réponse aux aspirations déçues d’O. Belot, Voltaire, en mars 1760, fait un constat amer sur la difficulté d’obtenir du succès à Paris : « L’esprit, les connaissances, le vrai mérite n’[y] ont point de débit […]. La littérature n’est à présent qu’une espèce de brigandage »217. En mai 1760, il l’encourage cependant à croire à un succès qui tarde à venir : « Vous ne quitterez point Paris, Madame ; on ne s’arrache point ainsi aux lieux où l’on doit plaire »218 ; en juillet 1760, il lui envoie, sur le mode de la connivence, Le Pauvre Diable, poème où défilent les misères et les luttes de l’écrivaillon sans succès219. Et si, en mars 1761, Voltaire lui propose de faire publier sous son nom le Droit du Seigneur, ce n’est pas seulement pour des raisons financières ; c’est également pour qu’elle obtienne la reconnaissance du public : « Je crois que la comédie aura du succès […]. Vous ferez la préface, elle ne s’en débitera que mieux »220. Est-ce parce qu’elle est une femme ? Est-ce parce qu’elle commence à être connue221 ? O. Belot refusera cette proposition : elle s’est mise à un chantier plus ambitieux, la traduction de l’Histoire […] des Tudor de Hume, pour laquelle, en quête d’imprimeur, elle lui demande d’intervenir en sa faveur auprès de Cramer à Genève. Voltaire, après avoir entrepris des démarches en ce sens auprès de l’imprimeur suisse, lui conseille, en raison des délais d’impression et de diffusion, de se faire imprimer à Paris :

  • 222 Voir la lettre d’août 1761 de Voltaire à Cramer : « On apprend que Mrs Gabriel et Philibert n’impri (...)

Vous jouirez plus tôt de votre réputation, et du petit avantage qui peut la suivre, en faisant travailler à Paris. Votre ouvrage paraîtra deux jours après son impression ; et dans votre premier plan, il paraîtrait six mois après.222

43En 1763, O. Belot atteint enfin son but : grâce à la parution de sa première traduction de Hume, elle obtient la reconnaissance de son travail d’auteur par une pension royale. C’est avec esprit qu’elle en informe Voltaire, comme en témoigne sa réponse :

  • 223 Le 27 mars 1763 aux Délices, Best. D11133.

Votre drôle de lettre, Madame, m’a fait un plaisir que je ne peux exprimer […]. Je me borne à vous féliciter de faire de si bonnes choses et d’être couchée sur l’état des pensions, ce qui est une des meilleures façons de se coucher.223

  • 224 Madame Dupin note dans ses Idées sur le bonheur : « La réputation entre dans le bonheur : on ne la (...)
  • 225 Le bonheur est une des préoccupations du siècle ; voir R. Mauzi, L’Idée de bonheur dans la littérat (...)
  • 226 « Préface », p. V. Elle conclura : « Ce bonheur possible est donc pour [l’âme] dans le sentiment vi (...)
  • 227 Ibid., p. VI. É. du Châtelet notait : « L’amour de l’étude est de toutes les passions, celle qui co (...)

44Mais accéder à la « réputation », est-ce être heureux224 ? En 1760, O. Belot qui consacre une grande partie de la « Préface » de Rasselas à la question du bonheur225, le place « dans le sentiment vif, fréquent & s’il était possible continuel de son être & de ses fonctions », dans le sentiment, en un mot, « de notre existence »226. Comment y parvenir ? Loin de consister en la « gaieté », ce « sentiment » tient, avant tout, à l’exercice des facultés de l’esprit qui est la source de « plaisirs intellectuels »227. Il est également dépendant de l’extérieur : il est intimement lié à la « sensibilité », elle-même reliée à la satisfaction de « l’amour propre », c’est-à-dire à notre « conservation morale ». En effet, c’est la

sensibilité […] qui savoure […] l’excellence de notre nature, […] qui s’applaudit de ses succès, qui en veut des témoins & qui sacrifie quelquefois l’amour de nous-mêmes à la soif de la gloire.

  • 228 Ibid., p. VI. O. Belot distingue ici « l’amour de nous-mêmes ou désir de conservation et de bien-êt (...)
  • 229 Ibid., p. XI- XII.

45Cette soif de gloire est, en réalité, une aspiration à « notre immortalité morale »228. Le bonheur nécessite donc, pour être pleinement atteint, la reconnaissance par autrui de l’exercice bien entendu de nos talents229 : « l’amour propre » fait ici office d’aiguillon ; il nous « promet la célébrité, comme prix inestimable des services qu’[on] aura rendus à l’État ». Car nos talents n’ont de valeur que s’ils sont mis au service du « genre humain ». C’est ainsi que « l’amour propre » stimule les « grands hommes », tels que « Patriotes [nous sommes en pleine Guerre de sept ans], Citoyens, Hommes de Lettres » ; c’est lui

  • 230 Ibid., p. XIII.

qui forma les Montesquieu, les Voltaire & qui ouvrit leur âme aux lumières de la raison, de la philosophie, au goût du vrai, de l’ordre, du beau ; à cette magnanime bienfaisance pour l’humanité qui respire dans leurs ouvrages & avec laquelle ils éclairent, ils instruisent, ils consolent les Nations.230

  • 231 En 1758, dans la « Préface » des Obs. NT, O. Belot affirme la nécessité, pour un écrivain, d’être « (...)

46Si O. Belot prend la plume en 1756, c’est qu’elle aspire déjà à connaître ce « sentiment vif d’existence », ce « bonheur » constitué tant par les « plaisirs intellectuels » que par la reconnaissance publique de son « utilité » sociale231. Il s’agit d’œuvrer avec plaisir pour la société en luttant avec dignité contre la mort.

  • 232 Les MS évoquent, en juin 1764, un physique désagréable : « Madame Bellot […] demeure depuis quelque (...)
  • 233 Après l’arrêt du Parlement de Paris du 6 août 1761, qui condamne les écrits de 23 jésuites comme «  (...)

47O. Belot a-t-elle « les yeux bleus » ? Une rumeur l’affirme en 1762 ; si nous n’avons aucun portrait d’elle, des notations contrastées – on l’imagine sans peine – évoquent son physique : « laide et sèche » selon les Mémoires secrets de 1764, « fort belle » selon les témoignages rapportés à Voltaire ou « d’une figure agréable » selon G. Thiroux d’Arconville232. La question posée ci-dessus n’a, certes, en soi aucune d’importance ! Mais elle n’est anodine qu’en apparence : elle renvoie à la parution, cette année-là, de deux parodies des Réflexions, double supercherie anonyme, contemporaine de l’expulsion des jésuites dans l’été 1762233 et postérieure de peu à la parution au printemps 1762 de l’Émile ainsi que du Contrat social, qui témoigne qu’à cette date, les Réflexions et leur auteur sont suffisamment familiers aux lecteurs pour devenir objet de détournement.

  • 234 La page de titre donne comme lieu d’édition : « en France » ! L’ouvrage du jésuite Claude Abrassevi (...)
  • 235 Début 1763, Voltaire écrit : « Je reçois Tout le monde a tort ; ce Tout le monde a tort ne serait-i (...)
  • 236 On y lit : « Je suis femme, Française, Philosophe & je vis dans ce siècle. Que de titres pour ne ri (...)

48La présentation de la première brochure de 97 pages in-12, intitulée Tout le monde a tort ou jugement impartial d’une Dame philosophe sur l’affaire présente des jésuites234, est suffisamment habile pour que Voltaire s’interroge sur une attribution possible à Madame Belot235 : la « Dame Auteur » serait-elle devenue la « Dame Philosophe » ? Il est pourtant clair dès la première page que cette brochure n’est pas d’elle ; la lecture de la suite ne fait que confirmer cette impression : le texte tourne clairement en dérision les Réflexions ainsi que la « Provinciale » et, à travers elle, toute femme qui se pique de raisonner236. La Corr. litt. du 1er juillet 1762 n’est pas dupe :

Tout le monde a tort est une feuille d’un auteur qui se dit femme et qui prend en conséquence le ton léger et badin […]. Vous pourrez d’après cet échantillon juger de la force des apologies de cet ordre célèbre […]. On peut hardiment faire droit sur les brochures pour et contre et les condamner au feu.

  • 237 Le lieu d’édition fantaisiste est « À l’Hermitage de Jean-Jacques Rousseau, Citoyen de Genève ». Le (...)

49La seconde parodie, bien plus brève (30 pages in-12), succède immédiatement à la première ; intitulée Toinette Le Vasseur chambrière de Jean-Jacques à la femme philosophe ou Réflexions sur Tout le monde a tort237, prend comme cibles tant Rousseau et Thérèse Levasseur qu’Octavie Belot. Sa lecture nous conduit à cette interrogation : O. Belot rencontra-t-elle J.-J. Rousseau ? On lit, en effet, au début de l’ouvrage :

  • 238 Ibid., p. 3 ; on lit à la dernière page : « Ainsi tout le monde a tort : les Magistrats, les Jésuit (...)

Quand vous vîntes à Montmorency faire visite à mon maître Jean-Jacques, je soupçonnai que vous ne cherchiez qu’à lui voir brouter des laitues. D’autres Dames y étaient venues avant vous dans ce dessein. Il est vrai que vos grands yeux bleus furent longtemps fixés sur lui. Vous savourâtes le plaisir de le rencontrer.238

50On pourrait voir dans ces lignes pure fantasmagorie ; mais à ces mots qui évoquent malignement Les Philosophes de Palissot (1760), fait écho une lettre datée du 15 janvier 1758, envoyée par Alexandre Deleyre à son ami Rousseau. Elle nous apprend que, tout récemment, une femme a tenté, avec insistance, de rencontrer Rousseau à Montmorency et que cette femme est « Celle qui a écrit contre votre dernier discours ». Deleyre ajoute :

  • 239 Lettre 611, Correspondance complète de Rousseau, Oxford, Voltaire foudation, 1976, t. V, p. 23-24.

[elle] vous estime si fort qu’elle voudrait bien vous trouver un peu moins admirable. Je crains qu’elle n’aille un beau matin vous surprendre dans votre niche. Elle me tue à force de raisonner. Sans une demoiselle de ses amies qui prend parti pour vous, nous serions entièrement défaits.239

51Il s’agit, sans aucun doute, d’Octavie Belot ; au moment même de la rédaction de ses Observations sur la Noblesse et le Tiers État, souhaita-t-elle rencontrer Rousseau et y parvint-elle ? Les Observations développeront des thèses qui ne sont pas sans évoquer certaines de celles de Rousseau : critique de l’inégalité sociale, défense vibrante de la « roture » méprisée, condamnation véhémente de la richesse dispendieuse de certains et du « luxe postiche », thématiques annoncées dans les Réfl. par quelques notations sur la misère des paysans, le « faste et l’opulence » des Grands.

Les années 1756-1765 : l’engagement d’O. Belot dans le siècle

  • 240 Si la déclaration de guerre de l’Angleterre à la France date du 18 mai 1756, des affrontements mari (...)
  • 241 Les crises parlementaires se succèdent, parfois liées à l’opposition janséniste, servie par son pér (...)

52La majorité des livres d’O. Belot est produite en réaction à l’actualité immédiate : les Réflexions de 1756 au DOI de Rousseau, les Observations de 1758 à l’ouvrage de l’abbé Coyer et à ses nombreuses ripostes, les traductions d’ouvrages anglais, de 1759 à 1765, à un moment où la relation avec l’Angleterre se complexifie en raison de la guerre de Sept ans (1756-1763), cette « boucherie héroïque » évoquée par Voltaire dans son Candide (1759). Le climat de tension, dû dès fin 1755240 aux affrontements franco-britanniques, pèse sur les esprits, aggravé par des difficultés intérieures, d’ordre essentiellement politique : le pouvoir royal est fragilisé, battu en brèche par l’opposition croissante des Parlements, inextricablement mêlée aux conflits religieux241, et mis à mal par l’attentat de Damiens aussitôt écartelé (28 janvier 1757).

  • 242 Il menace de peine capitale auteurs, imprimeurs, colporteurs dont les ouvrages tendent à « attaquer (...)
  • 243 L’arrêt du Conseil du roi de févr. 1752 a interdit les tomes I et II de l’Enc. dont il suspend l’éd (...)
  • 244 Les manuscrits sont tributaires des censeurs de la Librairie Royale, dirigée de 1750 à 1763 par le (...)
  • 245 Voir les Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie, du janséniste Abraham Chaumeix, 8 vol., 1758-175 (...)
  • 246 Le DP de l’Enc. (I, 1751) de d’Alembert rend longuement hommage à Locke qui « a créé la métaphysiqu (...)
  • 247 Dans le seul mois d’avr. 1756, les MT, périodique jésuite, consacrent trois articles à la réfutatio (...)
  • 248 Périodique créé en 1754. Sur la querelle retentissante provoquée par la comédie de Palissot, voir O (...)
  • 249 Le premier des pamphlets « anti-philosophes » (ils sont nommés « Cacouacs », du grec « κακός », « m (...)
  • 250 Dix-neuf tomes de Lettres critiques ou analyse et réfutation de divers écrits modernes contre la re (...)
  • 251 Ou réfutation des auteurs impies, (1757-1763) par le récollet Huber et l’avocat Soret.
  • 252 Il fait suite, en 1758, aux Lettres sur les Ouvrages et Œuvres de piété dédiées à la Reine de Joann (...)
  • 253 Le périodique (1759-1762), fondé par d’Aquin et Chaumeix, déclare lutter « contre l’esprit de doute (...)
  • 254 Voir, par exemple, le janséniste Gaultier qui avait publié Le Poème de Pope, intitulé l’Essay sur l (...)
  • 255 Bougainville, « Discours préliminaire », L’Anti-Lucrèce ou Poème sur la religion naturelle, Le Merc (...)
  • 256 Le 1er chant de ce poème « didactique » condamne « l’athéisme », les quatre suivants le « déisme » (...)
  • 257 C’est la reprise de l’édition de 1742 où Silhouette, traducteur de l’EH (t. II, p. 1-92), avait ajo (...)

53Les écrivains subissent un surcroit de répression. L’édit royal du 16 avril 1757242 marque un durcissement brutal de la censure dont la vigueur avait déjà frappé en 1752243 ; ce signe de l’inquiétude du pouvoir ouvre la voie au renforcement de la censure ecclésiastique et parlementaire244. Face au succès de l’Encyclopédie et des philosophes, les apologistes chrétiens concentrent leurs attaques dans une salve de parutions destinées à pourfendre « déisme », « athéisme » et « matérialisme », alors souvent mal distingués245 et qu’incarnent essentiellement, à leurs yeux, Locke, Pope, Newton, voire Montesquieu246. Ils usent des périodiques existants : Nouvelles ecclésiastiques, Mémoires de Trévoux247, Année littéraire de Fréron qui soutient Palissot et Le Franc de Pompignan248, voire Mercure de France qui déclenche, en 1757, l’affaire des « Cacouacs »249. Ils créent de nouveaux journaux : les Lettres critiques ou analyse et réfutation de divers écrits modernes contre la religion de Gauchat250 (1755-1763), La Religion vengée251 (1757-1763), le Journal chrétien252 (1754-1764), le Censeur hebdomadaire (1759-1762)253, etc. Ils publient des ouvrages polémiques254 ou intensifient les rééditions de textes antérieurs du même esprit : en 1755, est publiée la 4e édition de L’Anti-Lucrèce du cardinal de Polignac qui étend sa lutte contre « le système irréligieux » de « ce fameux matérialiste » qu’est Lucrèce à « tous les Matérialistes »255 ; en 1756, l’« Avertissement » de la septième édition augmentée de La Religion de Louis Racine conclut définitivement au « déisme » de Pope256, alors que le succès du poète anglais vient d’être relancé par la réédition de ses Œuvres diverses (1754)257 ; en 1757, Racine donne une Suite du poème de la Religion où l’on trouve des Épîtres sur l’homme, réponse à Pope placée sous le signe de saint Augustin : l’homme y est dit « malheureux et méchant », en raison du péché originel (« Avertissement », p. 5).

  • 258 De l’Esprit, ayant obtenu le privilège royal le 12 mai 1758, est publié en juillet ; le privilège e (...)
  • 259 Ce sont 1° De l’Esprit d’Helvétius ; 2° l’Enc. (les 7 tomes parus) ; 3° Le Pyrrhonisme du Sage de B (...)
  • 260 Terme utilisé par A. Viala dans Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge class (...)

54En 1759, dans ce contexte d’échauffement polémique, le Parlement de Paris, qui suit les mandements de l’Archevêque de Paris, donne le 23 janvier et le 6 février des arrêts qui condamnent huit livres, au nom de la lutte contre « le déisme, le matérialisme, l’irréligion, l’indépendance et la corruption des mœurs » ; parmi eux se trouvent, outre l’Encyclopédie et De l’Esprit d’Helvétius sur lequel s’est exercé un véritable acharnement258, des ouvrages de Diderot, Voltaire, d’Argens ou Toussaint259. Face à cette répression grandissante, certains auteurs, s’ils veulent être publiés et diffusés en France, doivent recourir, plus que jamais, à la clandestinité, souvent sous forme de manuscrits ou, s’ils veulent accéder à l’imprimé, à la pratique subtile d’une très prudente « duplicité »260.

  • 261 Lettre à Palissot du 12 juillet 1760 ; celle du 23 juin au même débutait ainsi : « Vous me faites e (...)
  • 262 « On n’ose se flatter que Madame Bellot vienne dans cette chaumière ; on le souhaite seulement et o (...)
  • 263 « Le Solitaire voit avec une extrême consolation que le public a des égards pour les gens qui pense (...)
  • 264 Le ton des lettres contemporaines de Voltaire à Mme du Bocage est bien plus distant. Les œuvres qu’ (...)

55Voltaire qui, en juillet 1760, note : « J’aime à rire. Mais nous sommes persécutés. […] Je tremble toujours qu’on ne brûle quelque philosophe »261, inclut dans le clan des « philosophes » O. Belot à qui il écrit, en novembre 1760, qu’elle lui « paraît aussi philosophe » que ses visiteurs262. Il la place, en 1761, au nombre des « gens qui pensent »263. C’est, sans aucun doute, en dehors de sa galanterie coutumière et de son intérêt à renforcer des liens avec des correspondants parisiens, qu’il en est convaincu par les lettres qu’ils échangent et par celles de ses œuvres qu’il connaît264, en particulier par leurs longues préfaces dont O. Belot inaugure la pratique en 1758 et qui sont autant de prétextes à des développements personnels.

  • 265 Dans Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? (Beantwortung der Frage : Was ist Aufklär (...)
  • 266 « Il ne faut qu’avoir éprouvé quelques infortunes pour se trouver le besoin & le loisir de penser. (...)

56L’affirmation d’O. Belot, dans la première phrase des Réflexions, selon laquelle elle « ose penser », s’inscrit donc dans cette revendication de liberté d’examen soutenue par les philosophes, qui annonce le « sapere aude » de Kant (1784)265. Oser penser, émettre des « réflexions » ou des « observations », c’est oser l’exercice de l’esprit critique. C’est, pour O. Belot, trouver un espace de liberté qui permet d’échapper aux « infortunes », c’est éprouver un « plaisir » toujours renaissant qui devient une « habitude » intellectuelle266 et répond au « talent d’exister ». Car cet exercice de la pensée permet une extension de l’être : « L’homme civilisé pense […] & multiplie son être en multipliant ses facultés ; son esprit et sa raison sont pour lui des trésors inestimables » (Réfl., p. 90). Penser c’est donc gagner en existence. La raison l’affirme, qui s’adresse ainsi à l’homme : « Déploie, étends, pour ainsi dire, ton être. » (ibid., p. 77).

  • 267 Voir Voltaire, 7eDiscours, Sur l’homme (1737) ou Diderot qui écrit à Voltaire : « il faut travaille (...)
  • 268 MLA, « Préface du traducteur », p. VII.
  • 269 Enc., t. III, « Préface » (1753) et Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, éd. 1764 (...)
  • 270 « Préface du traducteur », p. VII.
  • 271 Voir Réfl., p. 3. Le terme « édifier » ne concerne, dans les années 1750, que la construction de «  (...)

57Cet exercice de la pensée critique est, de plus, justifiée par son « utilité ». La condition et la « fortune » d’O. Belot lui interdisant l’exercice traditionnel du devoir d’« utilité » sociale qu’elle entend exercer, elle affecte, comme nombre d’auteurs contemporains267, cette fonction à l’écriture : « Je paie du moins ainsi mon contingent à la société » puisque « par état, je ne puis faire autrement »268. C’est ce que préconisait d’Alembert pour qui écrire est la « seule manière dont les Gens de Lettres puissent être utiles »269. Pour O. Belot, la société accorde des bienfaits à tous ses membres, quels qu’ils soient ; l’écriture doit en être, selon elle, un « juste » retour : « Il m’a toujours paru injuste, quelque place qu’on y tienne, d’avoir part à ses avantages, d’en profiter nonchalamment & de ne rien lui rendre en échange » écrit-elle en 1759 dans la « Préface » de ses Mélanges de littérature anglaise270. Cette implication nécessaire dans l’écriture, traduite dans le passage par une métaphore agricole (« Si je ne puis agir & que je puisse penser, le fruit de mes méditations est une récolte qui lui appartient »), emprunte ailleurs celle de la construction : s’il faut écrire, ce sera, non en vue de « renverser » et de détruire, mais pour « édifier », au sens étymologique, autrement dit « bâtir »271. Pour O. Belot, écrire c’est donc prendre utilement position dans les débats qui agitent la société de son temps.

  • 272 Traité de la concupiscence (1694) ; après de nombreuses rééditions, une édition complète des Œuvres(...)
  • 273 Voir, entre autres, la louange de la « curiosité » par Stanislas dans sa Réponse au DSA de Rousseau (...)
  • 274 « Il t’est permis de savoir tout ce que tu peux connaître », Réfl., p. 77. Les limites, portant sur (...)
  • 275 « Les abeilles pillottent deçà delà les fleurs mais elles en font après le miel, qui est tout leur  (...)
  • 276 « Tel qui n’a pas en soi-même le fond d’un certain nombre d’idées vastes & sublimes, au lieu d’entr (...)
  • 277 « Elle renferme trois branches principales, la connaissance de l’histoire, celle des langues et cel (...)
  • 278 Les Réfl. contiennent des allusions précises au « Bourgeois de Bordeaux » dont deux lettres à Rouss (...)
  • 279 On pourrait lui attribuer la Lettre à M. de Boissy, MF (nov. 1757, p. 41- 52), où une « Dame anonym (...)

58L’exercice de la pensée se fonde, selon elle, sur un bagage de connaissances : dans cette optique et loin du soupçon théologique, incarné peu de temps auparavant dans les condamnations de Bossuet272, O. Belot loue, comme nombre de ses contemporains, la libido sciendi, autrement nommée par elle « curiosité »273 ou « désir d’apprendre », aussi nécessairement limitée que soit la connaissance274. Élaborer sa propre pensée, c’est, en effet, la construire dans un mouvement permanent, à partir de la confrontation avec celle d’autrui ; comme Montaigne, récemment remis au goût du jour, y invitait son lecteur, O. Belot fabrique son propre miel tant à partir de lectures que d’échanges d’idées275. Elle assiste à des débats et fréquente, sans doute, des cercles de réflexion : « J’ai entendu discuter s’il convenait ou non d’appeler la Noblesse dans le Commerce » (Obs. NT, p. IV) ; elle consulte des livres : « j’ai lu différentes opinions à cet égard » (ibid.) ; ce n’est qu’ensuite qu’elle en vient à se forger une opinion : « je m’en suis fait une que je soumets aux gens plus éclairés que moi ; c’est presque ne récuser personne » (ibid.). Elle répète, en 1759, l’importance de cette démarche éclectique, toujours avec la modestie d’usage276. Elle accumule ainsi une « érudition », au sens que lui donne d’Alembert277 : elle connaît l’anglais, est familière de textes philosophiques et économiques ainsi que d’histoire, antique comme moderne, essentiellement française et anglaise. Elle s’informe, lit les périodiques, français et étrangers278, s’y fait sans doute publier279 : elle se tient au courant des événements qui marquent la vie intellectuelle, sociale, politique et économique de son temps.

  • 280 « Un penchant naturel & des circonstances particulières m’ont accoutusmée au travail ; je l’ai touj (...)
  • 281 Lettre citée dans RHLF, 1908, p. 344, n. 88.
  • 282 Obs. NT, p. 21.

59Ces savoirs accumulés sont exploités grâce à la ténacité d’un « travail » assidu280. Faut-il toujours, derrière une femme érudite du XVIIIe siècle, chercher un homme ? Thiériot voit dans les livres d’Octavie Belot l’influence déterminante de Philippe-Auguste de Sainte-Foy : « M. le chevalier d’Arcq l’a mise dans le goût d’étudier et d’écrire » (lettre à Voltaire du 23 février 1759) ; il ajoute pourtant : « et il me paraît que l’écolière a dépassé le maître »281. Est-ce parce que ses Observations sur la Noblesse et le Tiers État se présentent, en partie, comme une réfutation des thèses de La Noblesse militaire de d’Arcq : « Les Nobles riches ont applaudi sans doute au [système] de Monsieur le Chevalier D*** mais est-ce là tout le Royaume ? » (p. 21). Si le chevalier a pu encourager O. Belot à publier, G. Thiroux d’Arconville, dans son Anecdote282, souligne qu’O. Belot a, dans sa jeunesse, pu bénéficier d’une bonne éducation.

  • 283 Ce goût ne se démentira pas : dans sa lettre du 31 août 1783, elle demande à son voisin et ami, B. (...)

60Des livres d’O. Belot (nous n’évoquerons ici que brièvement les Réflexions, à qui est réservée plus loin une présentation spécifique), se dégagent deux centres d’intérêt majeur, étroitement combinés : l’Angleterre et le domaine politique, qui, incluant l’économique, le social et l’historique, constitue l’« Étude peut-être la plus difficile de toutes », selon d’Alembert (DP)283.

  • 284 Le 18 avr. 1760, Best. D8860.
  • 285 Sur l’échange de lettres entre Hume et O. Belot en 1766, voir supra.

61Son intérêt pour l’étranger est loué par Voltaire : en avril 1760, il lui écrit : « Vous êtes une femme d’esprit […] [et de] l’esprit de tous les pays »284. L’Angleterre est souvent, comme pour son correspondant et pour nombre de leurs contemporains, une référence, sinon un modèle. O. Belot puise abondamment chez les auteurs anglais dont la vogue grandissante est servie par les périodiques spécialisés, récemment créés, comme le Journal britannique (1750- 1757) ou le Journal étranger (1754-1762). Elle connaît, on l’a dit, la langue anglaise ; c’est dans cette langue qu’elle correspond avec Hume285 et dont elle use, avec modestie et humour, dans ses lettres à Benjamin Franklin, dans les années 1780 ; si elle dit, dans les années 1770, éprouver des difficultés à rendre en français la langue de Shakespeare, elle n’en éprouve aucune pour traduire les trois Dialogues des morts d’Elizabeth Montagu, parus anonymement en 1760 à la fin du recueil de son ami Lyttelton.

  • 286 Les Réfl. se réfèrent explicitement à la réédition des Œuvres diverses de Pope de 1754, d’où est re (...)
  • 287 O. Belot s’intéresse également aux journaux, poètes, romanciers et théoriciens anglais (Prior, Samu (...)
  • 288 La 1re traduction est celle de ses Discours politiques par Le Blanc (1754). Suivent de nombreux ext (...)

62Le nombre de ses penseurs anglais de prédilection, d’abord réduits en 1756 à la triade canonique constituée par Locke, Pope et Newton286 – s’y référer alors, c’est revendiquer clairement une appartenance à une famille de pensée –, s’augmente rapidement pour se concentrer essentiellement sur David Hume287. Avant même le séjour de ce dernier à Paris (de 1763 à 1765) où O. Belot le rencontre et où il est fêté dans de nombreux salons parisiens, Hume est connu du public lettré par de nombreuses traductions288. La Corr. litt. du 15 janvier 1759 exprime la plus grande admiration pour le philosophe :

  • 289 Il y exprimera plus tard des réserves : « Les Anglais reprochent à M. Hume d’être un peu jacobite » (...)

[il] est aujourd’hui un des meilleurs esprits d’Angleterre ; […] ; partout il a porté la clarté et la raison ; partout il a combattu l’erreur et les préjugés avec d’autant plus de succès qu’il est philosophe sans faste, sans morgue, sans orgueil.289

  • 290 Dissertation sur la délicatesse du goût & des passions, MLA, I, p. 158-169 ; Essai sur la liberté d (...)
  • 291 The Rambler (1750-1752) est fondé par Samuel Johnson, qui participe à The Adventurer (1752-1754) ; (...)
  • 292 Elle prévient qu’elle n’est pas l’auteur de la traduction du Dispensary de Garth, dont elle ne donn (...)
  • 293 Ouvrage récent (paru en 1756, réédité en 1757) dont elle ne donne pas le nom des auteurs (Fulke et (...)
  • 294 « Sur la Nouveauté » et « La Peine & le Plaisir », extraits de APhilosophal Enquiry into the Origin (...)
  • 295 En dehors des romans de Samuel Johnson (Rasselas, 1760) et de Sarah Fielding (Ophelia, 1763).
  • 296 L’HMT est publiée en 1763, l’HMP en 1765 ; Hume dira préférer son travail à celui de Prévost qui a (...)

63O. Belot le traduit dès cette même année : ses Mélanges de littérature anglaise offrent trois essais du philosophe anglais290, aux côtés d’extraits de périodiques (Rambler, Magazin, Aventurer291, etc.), de poésies (Prior), de satires (La Pharmacie)292, de réflexions morales (Maximes et Caractères)293 ou esthétiques : elle donne une traduction inédite d’extraits du récent traité d’esthétique de Burke294, inspiré de Locke et de Newton. Jusqu’en 1765, O. Belot se consacre essentiellement à Hume295 dont elle publie de 1763 à 1765, la traduction d’une partie importante de l’Histoire d’Angleterre296.

  • 297 Les Réfl. [Londres ; i.e. Paris], les Obs. NT [Amsterdam, Arkstée et Merkus : éditeurs prétendus], (...)
  • 298 « Si je ne m’exagère pas mes droits & mes facultés, il me semble que faisant partie du genre humain (...)

64Le recours récurrent dans les textes d’O. Belot aux penseurs anglais est contemporain du durcissement de la censure et de la guerre franco-britannique. C’est donc d’une manière nécessairement contrainte qu’elle s’engage dans ses écrits, parus sous le régime de la simple tolérance ou de la « permission tacite »297 ; elle recourt à des précautions croissantes. C’est de plus, une habitude, au XVIIIe siècle, de produire des textes présentant différents niveaux d’interprétation, en raison de l’hétérogénéité du public. Exercer sa pensée critique est, selon O. Belot, un droit « permis » à tous. En 1756, quand elle affirme son droit de réponse à Rousseau, c’est en se réclamant de son appartenance au « genre humain »298 ; c’est dire que le « genre humain » possède la liberté de pensée, voire le droit de parole. En 1758, dans les Observations, ce droit d’« examen » est envisagé dans une optique politique : elle s’en réclame au nom de son appartenance à la communauté des « Citoyens » :

Comme il n’est point de Citoyen sur lequel le gouvernement, les vices, les vertus, les mœurs, les préjugés de sa Nation n’influent du plus au moins, il n’en est point qui n’ait le droit de réfléchir jusqu’à quel degré toutes ces choses bien ou mal entendues assurent ou altèrent son bonheur. Obs. NT, « Préface », p. I-II.

65Elle le revendique également en tant que « patriote » : « Je présume seulement qu’il m’est permis d’examiner avec mes compatriotes, les avantages et les inconvénients du nouveau système » (ibid., p. V).

  • 299 BnF, ms. fr. 21982, n° 190.
  • 300 Essai sur la liberté de la presse, MLA, p. 170-183. O. Belot le donne in extenso, alors que le MF s (...)
  • 301 « On sait que les Enfants même ont quelquefois dans leurs jeux donné lieu à des découvertes qui se (...)

66En 1759, année marquée par le déchaînement des diverses censures qui s’accélèrent depuis l’été 1758, O. Belot réitère sa revendication du droit de penser mais le fait de manière nécessairement masquée : elle obtient des censeurs de la Librairie une « permission tacite », datée du 8 février 1759 et accordée « à Prault fils »299. Les Mélanges de littérature anglaise présentent, en effet, un double discours : à sa traduction de l’essai de Hume qui fait l’apologie de la « liberté de la presse »300, elle prend soin, dans la longue « Préface », d’opposer les multiples raisons de le « contredire » et de conclure fermement « contre M. Hume ». Mais les motifs invoqués manquent singulièrement de force. Ils sont, en effet, aussitôt présentés comme dignes « des enfants »301. De plus, sans jamais nier l’utilité ni la légitimité de la liberté de la presse, la « Préface » semble ne remettre en question que l’impossibilité, avancée par Hume, de l’existence de cette liberté dans une Monarchie « absolue », telle que la France. O. Belot défend la thèse inverse : la monarchie française n’est pas exclusive de cette liberté. À nouveau, le discours se fait double : l’exposé explicite déclare les bienfaits de la censure française mais il laisse filtrer quelques remarques qui sont sans ambiguïté. On lit ainsi :

  • 302 Ibid., p. XII.

À l’égard d’un État tel que le nôtre où, selon M. Hume, les Loix, la Religion, les Mœurs concourent à établir à la fois le bonheur, l’obéissance & la sécurité des sujets […], il me semble […] que M. Hume devrait plutôt s’étonner que la liberté de la Presse n’y soit pas admise.302

  • 303 Ibid., p. XIII.
  • 304 O. Belot semble soutenir le système de la censure française « qui n’est point établie chez nous pou (...)

67On relève plus loin : « J’ai droit d’en inférer qu’au moyen de cette bonne intelligence entre le Souverain & les Sujets, elle y serait sans inconvénients »303 ou : « Je prétends qu’une telle liberté entraîne si peu d’inconvénients qu’elle devrait être réclamée comme de droit naturel & permise dans tout gouvernement » (p. 178-179) ; ou encore « Depuis que l’expérience humaine se perfectionne, on s’est aussi convaincu que le peuple n’est pas un hydre aussi dangereux qu’on l’avait cru » (p. 180) ; et enfin : « l’on doit espérer que nous accoutumant à la discussion libre des affaires publiques, nous nous perfectionnerons dans le talent d’en juger & nous serons plus difficilement séduits par les rumeurs & les clameurs populaires » (p. 181-182). La conclusion est nette : « Ainsi il faudrait conclure que cette liberté, étant nécessaire en Angleterre, n’est pas dangereuse en France » (p. XII-XIII)304. Le propos, qui doit être placé dans le contexte d’une censure renforcée, ne manque pas de force.

  • 305 La Sorbonne condamne, le 7 juin 1762, l’Émile « contraire à la foi et aux bonnes mœurs » ; le Parle (...)
  • 306 Le protestant Jean Calas a été exécuté le 10 mars 1762, accusé, sans preuve, d’avoir assassiné son (...)
  • 307 « Avertissement », HMT, t. 1, p. IV- VI.
  • 308 Ibid., p. IV.
  • 309 O. Belot écrit que « le respect qu’il s’impose pour sa religion & son pays, n’élève pas une barrièr (...)
  • 310 Le JÉt. (1763, VIII, 1, p. 4-5) qui se réfère à l’Histoire générale de Voltaire, souligne l’imparti (...)

68En 1763, la stratégie est différente. Après les condamnations multiples de l’Émile de Rousseau (1762)305, en plein sursaut de la tourmente politico-religieuse marquée par l’exécution récente du protestant Calas306 et par l’interdiction des jésuites en France, O. Belot aborde la question de la liberté de conscience par le biais de la liberté d’expression : elle s’interroge sur les problèmes posés par la traduction. Dans l’Histoire […] des Tudor de Hume, elle analyse longuement307, et avec la « duplicité » déjà évoquée, la « fidélité du traducteur ». Fallait-il « traduire exactement les détails » concernant « la Religion prétendue réformée » ou « élaguer […] cette image repoussante des outrages que l’erreur a osé faire à la vérité » (« Avertissement », p. V)308 ? L’interrogation, pour violente qu’en soit la formulation, trouve aussitôt sa réponse : O. Belot a opté pour le respect exact du texte anglais. Les arguments de ce choix sont multiples : impartialité de Hume qui « est moins l’Apôtre que l’Historien » des événements rapportés (ibid., p. VI)309 ; indépendance du traducteur (« on ne s’aviserait pas d’accuser de paganisme le Traducteur des Métamorphoses d’Ovide ou de l’Iliade », ibid.) ; esprit critique des lecteurs français qui vivent « dans un siècle et dans un pays aussi éclairés que le nôtre » (ibid.), notation riche d’implicite dans le contexte. Liberté d’expression et liberté de conscience sont liées ; les sous-entendus de l’« Avertissement » sont clairs : le texte anglais doit être rendu tel qu’il a été écrit, d’autant que l’impartialité de Hume tout autant que sa condamnation de la superstition et du fanatisme sont loués par les contemporains310.

  • 311 Sur l’intérêt d’O. Belot pour la politique, voir P. Gibbard, « Royalist and Radical : Octavie Belot (...)
  • 312 Cette conception, vivace depuis Cicéron (« historia magister vitae »), est encore reprise par histo (...)

69La traduction de l’Histoire […] des Tudor de Hume permet à O. Belot d’affirmer, à nouveau, son intérêt pour la politique311. C’est parce qu’un texte historique a une portée politique qu’elle a choisi de traduire Hume. C’est le sens de l’apologie de l’histoire qu’elle présente dans l’« Avertissement ». Si O. Belot se dit séduite tant par l’auteur (« vrai philosophe [qui] cherche le vrai et le montre ») que, traditionnellement, par l’aspect moral du genre312, l’histoire vaut surtout, à ses yeux, pour le poids politique dont elle est chargée. D’où cette déclaration :

  • 313 « Avertissement », p. II.

Si tous les historiens avaient, comme [Hume], donné l’histoire des hommes, jointe à la relation des faits, on connaîtrait […] la nature des Gouvernements ; les vices de leurs différentes formes ; les moyens de les corriger ; les intérêts politiques des Nations ; les véritables causes des grandes révolutions ; leurs effets qui en annoncent et en préparent bien d’autres ; enfin les fondements solides d’une bonne administration & la manière de les affermir.313

  • 314 « La majesté de l’histoire, les grands objets qu’elle embrasse, les réflexions profondes qu’elle de (...)
  • 315 C’est ainsi que débute la traduction qu’en donne le JÉt. (juin 1756, p. 51-58).
  • 316 « Il faut convenir que cette entreprise paraît en tout sens au-dessus des forces d’une femme. Elle (...)
  • 317 Sa note est datée du 1er mars 1763 ; or, l’ouvrage est très long. Il existe une double édition en 1 (...)

70Cette affirmation est aussitôt suivie d’une question : cette « majesté de l’Histoire », ces « réflexions profondes », ces « observations philosophiques » sont-elles accessibles aux femmes ? O. Belot l’affirme314. Elle le fait avec des termes qui évoquent ceux dont Hume usait dans son Étude pour l’histoire : « Je voudrais pouvoir persuader aux femmes qu’il n’est point d’étude plus convenable à leur état & à leur éducation que celle de l’Histoire »315. Or, c’est précisément en raison du sexe de la traductrice que Grimm raillera longuement, dès sa parution, l’Histoire […] des Tudor316. Notons qu’au moment de sa recension très négative de début mars 1763, il est fort peu probable qu’il ait lu l’intégralité de l’œuvre317.

  • 318 L’érudition d’O. Belot emprunte également à d’autres auteurs français. Les Réfl. rendent hommage à (...)
  • 319 Son long Éloge par d’Alembert date de six mois (Enc., V, nov. 1755, p. III-XVIII).
  • 320 Obs. NT, p. 73.
  • 321 Il figure en tête d’une liste d’économistes contemporains : « M. de Montesquieu […] [aux] excellent (...)
  • 322 En pleine suppression de l’Enc., la « Préface » de Rasselas se clôt sur l’éloge de la « sensibilité (...)
  • 323 L’EL, qui connaît immédiatement un grand succès, a essentiellement été attaqué dans les années 1749 (...)
  • 324 La Beaumelle (1750 et 1751), Voltaire (Remerciement sincère à un homme charitable, 1750), d’Alember (...)
  • 325 Corr. litt., 15 déc. 1758. « Encore une brochure sur cet insipide sujet, que le Président de Montes (...)
  • 326 « Il est contre l’esprit de commerce que la noblesse le fasse dans une monarchie […] ; il est contr (...)
  • 327 Doté d’une « Préface » de 24 pages.
  • 328 Sa Noblesse commerçante qui date de 1756 (il en reprend les thèses en 1757), provoque une vingtaine (...)
  • 329 Obs. NT, p. VI-VII : si l’« indigence » frappe quelques nobles, elle est « trop répandue » parmi ce (...)
  • 330 Ibid. Suivent de longues philippiques contre le « luxe » (« les hommages qu’il usurpe, les illusion (...)
  • 331 Obs. NT, p. 31 ; le « plan » (p. 31-49) est annoncé ainsi : « Qu’importe qu’il y ait une Noblesse p (...)
  • 332 Cet État idéal, « association » de « Citoyens », établit des « Conventions » pour ceux « qui se des (...)
  • 333 Voir, sur les Obs. NT, les remarques de C. Théré dans « Limitation des naissances et émancipation d (...)
  • 334 « Vers 1750, la nation, rassasiée de vers, de tragédies, de comédies, d’opéras, d’histoires romanes (...)
  • 335 « J’ai trop peu d’amour propre pour m’attendre que cette Brochure fera sensation sur le Ministère  (...)
  • 336 Ibid., p. XXI et XXII.
  • 337 L’auteur « semble surtout s’attacher à la défense du Tiers État » ; c’est une « composition toute d (...)
  • 338 Sa bibliothèque comprend également La Noblesse commerçante de Coyer ; voir François Quesnay, Œuvres (...)

71Cet intérêt d’O. Belot pour la pensée politique s’exprime encore par l’admiration fidèle qu’elle voue à Montesquieu, seul auteur français qu’elle cite de manière récurrente dans ses œuvres318. Mort depuis presque un an (10 fév. 1755), il figure dans la liste de « génies » dressée, en 1756, dans les Réflexions319 (p. 25) ; il est cité avec éloge en 1758320 comme en 1759321 ; en 1760 encore, O. Belot lui exprime son admiration, en le plaçant aux seuls côtés de Voltaire322. C’est ici encore prendre clairement position dans un débat d’actualité : Montesquieu se trouvait, peu après la parution de l’EL (1748), au cœur d’une vive polémique où s’affrontaient détracteurs, surtout animés par des convictions religieuses323, et apologistes, émanant du parti des « Philosophes »324. Grimm, d’ailleurs, souligne leur proximité quand, dans sa condamnation méprisante du deuxième essai d’O. Belot, les Observations sur la Noblesse et le Tiers État (1758), il lui reproche de traiter « un insipide sujet que le Président de Montesquieu avait jugé et arrangé en deux mots »325. Il s’agit, en effet, pour O. Belot comme pour Montesquieu de s’opposer au droit de commercer pour la noblesse326. Mais l’essai de 113 pages in-12327, où elle prend position dans le houleux débat contemporain initié par Coyer en 1755328, est neuf en ce qu’il traite non véritablement du droit de la noblesse à commercer mais essentiellement de la piètre condition du Tiers État. Si O. Belot exprime son désaccord d’avec les thèses de Coyer et d’Arcq, c’est que la véritable difficulté que connaît la nation vient, selon elle, de la mauvaise situation du Tiers État, que les acteurs précédents de la dispute ont négligé de traiter. Elle se fait donc le porte-parole (« la voix ») de cette partie « la plus nombreuse et la plus laborieuse » de la nation, et tout particulièrement de la « roture indigente »329, en faveur de qui elle dresse un véhément plaidoyer330, doublé d’un violent réquisitoire contre le « luxe postiche » et ostentatoire de certains possédants. L’État idéal que proposerait, « aussi métaphysiquement que Platon », un « Philosophe sans indulgence, sans préjugés »331, bouleverse la hiérarchie des trois Ordres de la société d’Ancien Régime : il placerait, au sommet d’une pyramide sociale de cinq corps, celui des « agriculteurs », indispensables à la survie de la population332. Le livre qui aborde les questions politico-sociales par le biais d’« observations » sur la population333, l’agriculture334, le commerce, les manufactures et la circulation de la monnaie, est présenté par son auteur comme une proposition de réforme, avec la modestie d’usage335. Il traduit la volonté d’O. Belot d’être utile à la « Nation », en provoquant une réaction tant du public (« j’estime assez ma Nation pour la croire capable d’un retour vertueux & raisonnable sur elle-même ») que du pouvoir (« le moindre mot du Roi contre les excès du luxe irait de la Cour à la Ville, de la Ville à la Campagne pour y mettre les bornes convenables »)336. Saluées avec quelques réserves par les Mémoires de Trévoux337 mais raillées, en quelques lignes assassines, par la Corr. litt. qui n’y voit qu’un ouvrage « ennuyeux et inutile », les Observations seront envisagées avec suffisamment d’intérêt par Quesnay pour qu’il les conserve dans sa bibliothèque338.

  • 339 Dit « Cercle de Gournay » : autour de Gournay, Intendant du commerce depuis 1751, se réunit un grou (...)
  • 340 Victor Riqueti de Mirabeau (1715-1789), père du futur révolutionnaire, surtout connu, en 1759, par (...)
  • 341 « Préface », p. XXXVIII. Le chimiste et agronome Henri Duhamel de Monceau (1700-1782), auteur d’une (...)
  • 342 « Agriculture », Enc., I (1751).
  • 343 Voir la lettre de Voltaire à O. Belot : « Vous me parlez, Madame, de M. de Fourbonay ; il ne sait p (...)
  • 344 Il participe surtout aux premiers tomes (art. « Commerce », « Chambre de commerce », « Culture des (...)
  • 345 « J’ai longtemps entendu discuter s’il convenait ou ne convenait pas d’appeler la Noblesse dans le (...)
  • 346 Voir les Mémoires de l’abbé Morellet, I, p. 124.
  • 347 Turgot, né en 1727 et proche de Mme de Graffigny, rédige, en 1759, un Éloge de Gournay ; le manuscr (...)
  • 348 Voir l’ensemble de la « Préface », particulièrement des p. XXV à XLVIII. Elle reprend la distinctio (...)
  • 349 Jacques Vaucanson (1709-1782) est la coqueluche des salons parisiens depuis l’invention de ses troi (...)

72L’intérêt d’O. Belot pour les questions politico-économiques transparaît à nouveau en 1759, dans les Mélanges : la « Préface » est un véritable prétexte à l’expression de convictions qui n’ont que peu à voir avec le contenu de l’œuvre. Elle offre un hommage appuyé aux penseurs majeurs du cercle de Vincent de Gournay339 ainsi qu’au marquis de Mirabeau340. Y sont saluées les « excellentes idées sur […] l’Agriculture, le Commerce, la Finance, etc. » de « MM. du Hamel, Herbere [sic], de Fourbonnaye et de Monsieur le marquis de Mirabeau »341. Deux d’entre eux sont, à ce moment, très proches des encyclopédistes : Duhamel du Monceau avait été longuement loué par Diderot dans un de ses articles342 ; Véron de Forbonnais, qu’O. Belot connaît personnellement343, est un collaborateur actif de l’Enc.344. On peut penser qu’O. Belot fut, sinon proche, du moins dans les marges de ce groupe informel qu’est le Cercle de Gournay345 auquel appartiennent certains de ses amis comme Trudaine de Montigny et Morellet346, ainsi que le jeune Turgot dont on sent fortement l’influence dans les Réflexions347. Traitant, à nouveau, d’économie dans les Mélanges348, O. Belot souligne, une fois encore, l’importance de l’agriculture, première inquiétude des économistes contemporains, mais rend également hommage à l’innovation, en particulier dans le domaine technique : elle loue, de manière appuyée, le « grand méchanicien » Vaucanson, autre proche de Gournay et de Turgot, hommage qui se réfère ici non à ses automates célèbres, mais à ses innovations récentes dans les manufactures de tissage349.

  • 350 Les périodiques se ressentent du conflit : le JBr. cesse de paraître en 1757.
  • 351 Roman de Sarah Fielding (1710-1768), sœur d’Henry Fielding, dont elle écrit que c’est un « mauvais (...)
  • 352 Lettre datée du 18 avril 1760, Best. D8860.
  • 353 Voir le DAF : « Cosmopolite : Celui qui n’adopte point sa patrie. Un cosmopolite n’est pas un bon c (...)
  • 354 Dans sa comédie de 1755, « Le Philosophe » ridicule (i.e. Rousseau), nommé « Blaise-Nicodème » puis (...)
  • 355 Les Maxims, Characters ans Reflections critical, satirical and moral (Londres, Tonson, 1756, rééd. (...)
  • 356 « Ces deux ouvrages renferment trop sensiblement les mêmes vues pour n’avoir pas droit au même accu (...)
  • 357 « Préface », p. II.
  • 358 « Avertissement », t. 1, p. III.
  • 359 Elle utilise l’expression à propos des difficultés posées par la traduction, MLA, « Préface », p. V (...)

73En optant pour des traductions d’anglais, O. Belot suit la mode ; et, en la suivant, nul doute qu’elle cherche à en obtenir des avantages de multiple nature. Mais le choix qu’elle fait de s’adonner à ce genre, en pleine guerre franco-britannique350, est loin d’être indifférent : ses Mélanges (1759), la traduction de deux romans (Rasselas, 1760 et Ophélia, 1763351) et de l’Histoire […] des Tudor expriment sa foi en l’existence d’une pensée commune des Lumières, affranchie des frontières, d’une véritable République des lettres. En se réclamant toujours de sa qualité de « patriote », celle qui, aux dires de Voltaire, « possède l’esprit de tous les pays »352, exprime son « cosmopolitisme », à une époque où le terme ambigu353 véhicule souvent un grief récurrent fait aux « philosophes » par leurs adversaires, comme Palissot354. La « Préface » des Mélanges souligne la parenté d’esprit entre l’ouvrage anonyme Maximes, Caractères et Réflexions355 et les œuvres morales de La Bruyère et La Rochefoucauld, celle de Rasselas affirme l’étroite proximité entre le conte philosophique de Samuel Johnson et le Candide de Voltaire356, celle de l’Histoire […] des Tudor, l’utilité européenne de cet « excellent ouvrage »357, donné par « un des plus célèbres génies de l’Europe » qui, « en vrai philosophe, sait être à la fois citoyen de l’Univers & patriote […]. Il cherche le vrai et le montre, sans laisser diriger son jugement par aucun préjugé national »358. Tous ouvrages dont elle souhaite enrichir la « République des Lettres »359.

  • 360 « Je présume qu’il m’est permis d’examiner […] le nouveau système, comme on examine le plan d’une n (...)
  • 361 Obs. NT, p. 93-94 et 101-102.
  • 362 Des tomes I à VI : le tome VI circule dans Paris en début d’année.

74Qu’ils se réfèrent aux philosophes anglais ou aux économistes de son temps, les écrits d’Octavie Belot ne sont jamais alourdis d’érudition ostensible ; elle entend leur donner un ton alerte, voire enjoué, proche de celui qu’on pourrait tenir dans un salon360. « Vous savez plaire comme vous savez instruire » (lettre du 26 mars 1759) lui écrit Voltaire qui dit encore : « Je vous admire de vous appliquer à des ouvrages si solides et si utiles avec un esprit fait pour la gaieté » (lettre du 28 mars 1763). Ainsi, les références à ses sources et les allusions proprement historiques d’O. Belot sont discrètes et rapides. Surtout empruntées à l’antiquité, elles font état d’un savoir commun aux lecteurs cultivés de l’époque : les Réflexions citent Érostrate, Néron, César, Homère ; à Lycurgue, législateur de Sparte privilégié par Rousseau, est joint le nom du législateur athénien, Solon, loué par Montesquieu. Les Observations nomment, outre Numa, César et Platon, Louis XI, Richelieu ou, plus longuement, Frédéric de Prusse361. Mais cette « érudition » déclarée sans pédanterie, est sous-tendue par un maillage implicite de références à des écrits récents qui, pour non désignés qu’ils soient, nourrissent sa pensée et sont transparents aux yeux du lecteur contemporain : ce sont les premiers tomes de l’Encyclopédie362 et de l’Histoire naturelle de Buffon, les œuvres parues de Voltaire, de l’abbé de Saint-Pierre, de Dumarsais, de d’Argens, etc.

  • 363 Les ouvrages d’O. Belot (Réfl. et Obs. NT) qu’il lui envoie « [lui] semblent dignes de [son] approb (...)
  • 364 On a gardé dix lettres de Voltaire à O. Belot, du 24 mars 1760 au 27 août 1761.
  • 365 Comme celle de Le Franc de Pompignan dont le discours de réception à l’Académie française, en 1760, (...)
  • 366 Lettre du 16 mai 1760, Best. D8913.
  • 367 O. Belot s’inquiète des liens entre Voltaire et Palissot : en 1755, Voltaire, qui appréciait son es (...)

75La démarche, les prises de position et l’écriture sans prétention d’O. Belot l’apparentent donc aux « philosophes » et, en particulier, à Voltaire. Leur correspondance, entamée début 1759 sur les recommandations de Thiériot363, s’intensifie dans les années 1760-1761364, au moment où les philosophes sont en butte à une opposition croissante365. Voltaire avait remercié O. Belot, le 16 mai 1760, de son envoi de la traduction de Rasselas qui, disait-il « m’a paru d’une philosophie aimable et très bien écrit »366. Et à O. Belot qui s’inquiète auprès de lui des liens qu’il entretient avec Palissot, le « laboureur suisse » se défend de toute complicité dans une lettre du 20 juin 1760367 :

  • 368 Lettre à O. Belot, le 20 juin 1760, Best D8994.

Je serais digne de marcher à quatre pattes si je ne sentais pas toute la supériorité des lumières et des profondes connaissances de MM. Diderot et d’Alembert ; je les regarde comme les premiers hommes du siècle.368

  • 369 Dans l’édition de la comédie « traduite de M. Hume » (« pasteur d’Edimbourg », « frère de ce célèbr (...)

76Ce moment qui marque le net engagement de Voltaire en faveur de Diderot et de l’Encyclopédie, trouve son temps fort dans la représentation de sa comédie L’Écossaise, jouée avec un succès éclatant, le 26 juillet 1760, à la Comédie-Française369.

  • 370 « Préface », Le Café ou l’Écossaise, p. I.
  • 371 Comme il se désigne dans la lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.
  • 372 Lettre du 27 mars 1763, Best. D11133.
  • 373 Il la félicite de son « joli sifflet » sur « notre ami Trublet », le 29 mars 1761, Best. D9707.
  • 374 « Ce M. H. a du génie, de l’esprit et un cœur charmant », le 10 nov. 1760, Best. D9391.
  • 375 Lettre du 27 mars 1763, Best. D11133. Dans Le Pauvre Diable, Voltaire s’en prenait à Chaumeix, Pomp (...)
  • 376 Elle lui demande appuis et conseils pour sa vie, sa carrière, ses œuvres, l’édition de l’HMT. Il se (...)
  • 377 Même si des tensions déchirent les philosophes entre eux.
  • 378 18 avr. 1760, Best. D8860. Ses lettres contemporaines à Mme du Bocage, pour aimables qu’elles soien (...)

77L’intérêt d’O. Belot pour Hume « qui, selon Voltaire, a creusé avec tant de hardiesse & de sagacité les fondements de la métaphysique & de la morale »370, est salué, en 1761, par le « laboureur V. »371. En 1763, il la félicite de ses « ouvrages si solides et si utiles »372. Leur réseau intellectuel est alors le même : ils affrontent des ennemis communs comme Chaumeix, Gauchat, Le Franc de Pompignan, voire Trublet en 1761 (« Badinez tandis qu’il compile / […] Et bafouez dans vos chansons / Son Journal et son Évangile » : « Vous avez trouvé le secret / De philosopher et de rire »)373 ; il rassemble des amis comme Diderot, d’Alembert ou Helvétius374 : « Tous les saints dont vous me parlez, Madame, sont les miens », lui écrit-il en 1763375. En dehors des intérêts qui les lient, de leur goût pour la « gaieté » et de leur opposition à Rousseau376, une véritable connivence autour de convictions et de combats identiques377 s’est donc établie entre eux : Voltaire lui écrit en 1760 : « Je me crois très étranger mais je sens que je le suis moins avec vous qu’avec un autre »378.

Les réflexions : « oser penser et même écrire »

La réfutation du DOI de Jean-Jacques Rousseau

78Le livre des Réflexions de 1756 est, à double titre, inaugural : il débute une série de publications qui s’étalent sur dix ans ; il initie un genre auquel O. Belot ne se consacre que pendant deux ans : l’essai philosophique. L’exorde des Réflexions affirme la liberté d’examen : il s’agit d’« oser penser ». Cet exercice de la libre pensée induit deux engagements : il place une « Dame Auteur » parmi les nombreux débatteurs, tous masculins, qui s’affrontent à propos du texte de Rousseau et il traduit un positionnement dans les débats plus larges qui agitent le tournant du siècle.

  • 379 On a évoqué supra le tollé suscité par la thèse de Prades ; l’édit de 1752 a interdit l’Enc. après (...)

79Les Réflexions paraissent, en effet, peu après l’interdiction de l’Encyclopédie, qui a couru presque deux ans, de février 1752 à novembre 1753, à la suite de l’affaire dite « de l’abbé de Prades » dont on ne peut méconnaitre ici le long retentissement379 : la tourmente est encore dans les mémoires, accentuée par les attaques croissantes des apologistes chrétiens, l’hostilité grandissante du pouvoir royal et parlementaire à la pensée critique. L’époque, on l’a dit, voit un renforcement de leur lutte qui se focalise sur les auteurs de référence que cite précisément O. Belot dans les Réflexions : Locke, Newton, Pope et Montesquieu. À ce dernier qui vient de mourir, le tome V (nov. 1755) de l’Encyclopédie a consacré, en ouverture, un long éloge rédigé par d’Alembert. L’exercice de la « raison » est au cœur des conflits.

  • 380 La graphie du siècle confond les signifiés : voir DAF : « Réflexion : action de l’esprit qui réfléc (...)

80C’est dans ce cadre qu’en 1756, publier des « Réflexions », c’est donc, au double sens du terme, renvoyer en miroir l’image d’un objet sous forme de « réverbération » et, tout autant, produire des « méditations sérieuses »380, en se couvrant du voile de la « duplicité », imposé par les contraintes de l’époque. Se présenter, d’ailleurs, comme « Provinciale », c’est s’autoriser des naïvetés, parfois insignifiantes, parfois fortement signifiantes : les Réflexions offrent aux lecteurs du XVIIIe siècle, habitués à cette pratique de déchiffrement, une multitude d’interprétations possibles, une grande liberté de lecture. Il faut donc lire le texte avec précaution, avec la pleine conscience des différents niveaux de sens.

  • 381 Le titre, qui peut annoncer une suite décousues de remarques, est souvent modestement donné à des e (...)
  • 382 Au sens de la dispositio du discours, selon les rhéteurs latins ; voir « Disposition : partie de la (...)
  • 383 Réfl., p. 5 : « Je débute par prétendre que l’état de pure nature n’a jamais pu exister ; ensuite, (...)
  • 384 Après l’exorde (p. 1-5), la 1re partie couvre les p. 5 à 48 ; la 2e les p. 48 à 95 (de l’édition or (...)
  • 385 Les citations du DOI (texte de 1755) concernent, dans la 1re partie, le début de l’histoire humaine (...)
  • 386 « Grand Descartes, s’il ne vous a pas été donné de trouver toujours la vérité, du moins vous avez d (...)
  • 387 Réfl. p. 25. D’Alembert a placé immédiatement après l’éloge de Bacon celui de Descartes : « Homme r (...)
  • 388 Réfl., p. 3. J. Starobinski note que Rousseau a trouvé ici sa « grande manière », introduction du D (...)
  • 389 Réfl., p. 21. Allusion à La Philosophie du bon sens […] à l’usage des cavaliers & du Beau Sexe, don (...)
  • 390 Car « il a créé la métaphysique comme Newton avait créé la physique », DP, p. XXVII.
  • 391 DP, p. XXVII.

81Le texte d’O. Belot se présente sous la forme de remarques, faites en miroir de la lecture attentive du DOI ainsi que des « Notes » qui l’accompagnent ; ces remarques, énoncées sous la forme d’un discours marqué par la présence forte du locuteur, expriment des « méditations » qui, ouvrant sur des domaines à la marge du DOI, s’ordonnent, malgré leur titre modeste381, selon une construction rigoureuse. Épousant, en effet, la structure de l’ouvrage examiné qu’elles suivent « pas à pas », elles sont « disposées »382 selon une structure annoncée383, qui se scinde, comme chez Rousseau, en deux parties de longueur sensiblement égale384. La première concerne l’impossibilité de « l’état de pure nature » tel qu’il est décrit par Rousseau ; la seconde traite de la société civile, envisagée sous l’angle du « bonheur ». Les références au DOI empruntent une triple voie : citations (plus abondantes dans la première partie, dix, que dans la seconde, quatre), références précises (douze) à certaines pages, à peu près également réparties385 et références implicites (soit O. Belot emprunte expressions ou termes du DOI, soit elle résume la pensée de Rousseau). Sur les passages retenus, points forts, à ses yeux, de l’argumentation de Rousseau, O. Belot entend exercer un doute méthodique, suivant en cela la « méthode » préconisée par Descartes qu’elle cite parmi les « génies » de l’humanité ; le philosophe a été loué en 1750 par Turgot386 et d’Alembert a rendu un long hommage, en ouverture de l’Encyclopédie, à celui qui a secoué « le joug de la scholastique, de l’opinion, de l’autorité, en un mot des préjugés et de la barbarie »387. Contre « l’ivresse » provoquée, lors d’une première lecture du DOI, par l’éloquence, soit « une imagination forte, un ton philosophique, un pinceau rapide, un coloris brillant »388 de son auteur, elle s’adonne à un examen critique au nom de la « bonne foi » et du « bon sens », référence implicitement cartésienne, voire reprise de d’Argens qui s’en réclame dans un texte contemporain389. L’auteur auquel elle se réfère explicitement est, en premier lieu, Pope (dans l’édition de 1754, qu’elle référence soigneusement en marge) ; la seconde référence explicite au cours de son développement est Locke, loué encore récemment par d’Alembert390 ; vient ensuite une liste de « génies » où figurent Montesquieu, Newton qualifié dans le Discours préliminaire de « Grand génie […], étendu, juste, profond »391, Descartes ; ces penseurs influencent directement une pensée et des thèses dont la réfutation du DOI devient un prétexte à l’expression et à la diffusion. Mais le discours tenu dans les Réflexions est également sous-tendu par un maillage implicite de multiples renvois, subtilement tracés, à des ouvrages récents, comme ceux de Dumarsais, de Turgot, de d’Alembert, de Voltaire, de Buffon, de Diderot, etc., qui traduisent une réelle familiarité avec leurs thèses.

  • 392 Après l’exorde, Réfl., p. 5.
  • 393 Ibid., p. 5-8.
  • 394 « Il est évident, par la lecture des Textes Sacrés que le premier homme, ayant reçu immédiatement d (...)
  • 395 On ne relève plus dans la suite des Réfl. de développement d’ordre métaphysique ; le ton du passage (...)
  • 396 La question de la création du monde et de l’homme est au centre du discours des apologistes chrétie (...)
  • 397 Réfl., p. 6. Rousseau ne traite pas de la « création » de l’homme.
  • 398 Terme de logique désignant un raisonnement circulaire qui n’a aucune valeur de preuve : il s’échafa (...)
  • 399 Sceptiques grecs de la fin du Ier siècle apr. J.-C.
  • 400 Ode à Melle… sur son goût pour la philosophie, MF, déc. 1755, I, p. 64-67.
  • 401 L’expression, qui renvoie à la métaphysique de Descartes et Malebranche, a été utilisée par l’évêqu (...)
  • 402 Ou « Épochè » pour les sceptiques grecs.
  • 403 Rousseau, après avoir évoqué « les Livres sacrés », annonce une démarche hypothético-déductive : «  (...)
  • 404 À Prades qui traite du « premier homme », Caylus reprochait de ne pas lui donner le nom biblique d’ (...)
  • 405 On lit dans l’article « Adam » de l’abbé Mallet : « Adam, nom du premier homme que Dieu créa & qui (...)
  • 406 En 1756, dans sa 7e édition de La Religion, Louis Racine oppose expressément Pope à Milton dont il (...)
  • 407 Voir Condillac, EOCH (1746) : l’« Introduction » de ce traité empiriste distingue « deux sortes de (...)

82O. Belot pointe, dans le début des Réflexions proprement dites392, la question centrale qui sous-tend la démonstration de Rousseau, celle du temps qui conduit, selon un long processus de dégradation historique exposé dans la seconde partie du DOI, « l’homme de la nature » à « l’homme de l’homme ». La première partie du DOI, étant consacrée à définir l’essence de l’homme selon des « conjectures », se situe dans ce qu’on peut désigner par un « hors temps ». S’éclaire ainsi, en partie, la longue digression393 d’allure métaphysique qui, en début des Réflexions, suit un long extrait du Discours de Rousseau394. Énoncée sur un mode singulier et unique395, elle porte sur l’option à prendre soit entre un « moment » éventuel, celui de la « création de l’homme », soit en faveur de la « co-éternité de Dieu et de la matière »396 car « il faut une hypothèse sur laquelle on puisse appuyer un raisonnement »397. Mais ce questionnement se clôt sur un ton désinvolte, joint au recours rapide à un lexique spécialisé : « Pour ne pas tomber dans le diallèle398, partons de la création d’Adam » (Réfl., p. 8). En recourant ici au terme de « diallèle » dont l’usage peut surprendre dans une énonciation généralement simple, O. Belot se réclame de la pensée sceptique : elle rejette ce vice de raisonnement (ou « diallèle »), que stigmatisait l’école de Sextus Empiricus et d’Agrippa399 ; ce mode de discours circulaire ne prouve rien puisqu’il fonde une preuve sur la validité d’une seconde preuve qui tire, elle-même, sa justification de la première. Serait-elle l’« Iris », louée dans le Mercure de décembre 1755, à qui « l’abstraite philosophie ne présente que des fleurs » et que le nom de « Diallèles et syllogismes […] n’effarouche pas »400 ? Ce « cercle vicieux » (expression utilisée par Diderot dans son Apologie de l’abbé de Prades à propos des « causes occasionnelles »401) doit conduire à la « suspension de jugement »402. Sans affirmer ici explicitement la nécessité du doute à propos de la question métaphysique de l’origine de l’homme, agitée par nombre de ses contemporains, O. Belot conclut comme si l’interrogation ne méritait pas mieux qu’une rapide concession, autrement dit la reprise toute formelle d’une convention à laquelle invitaient déjà les remarques prudentes du début du DOI403, voire la Suite de l’Apologie de l’abbé de Prades de Diderot404. Le terminus a quo qui est le point de départ des Réflexions est le premier homme, désigné prudemment sous le terme appellatif d’« Adam »405. Cette injonction rapide, sans justification aucune, sonne comme une précaution indispensable, une concession contrainte, dans des temps où les combats de l’apologétique chrétienne redoublent d’intensité406. Mais, par sa brièveté, elle induit également l’exercice nécessaire du doute sur les questions d’ordre proprement métaphysique, ce qui n’est pas sans évoquer l’Essai de Condillac407.

  • 408 Si O. Belot place Moïse parmi les « génies » de l’histoire de l’humanité, c’est en tant que législa (...)
  • 409 Quand elle rend hommage à Pascal qui « a comme inventé la Géométrie, puisqu’il fut capable de la de (...)
  • 410 O. Belot, après avoir cité le passage concerné du DOI, ajoute : « Fidèle à la Religion, Monsieur Ro (...)
  • 411 On relève l’évocation sommaire de la « Révélation » dans une mise entre parenthèses significative : (...)
  • 412 Réfl., p. 7. Elle n’évoque qu’une fois « le Créateur » (p. 17), appréhendé, à la manière de Pope, p (...)
  • 413 EH de Pope, EPEH, III, VI, § 12 de Locke ; Éléments de la philosophie de Newton par Voltaire, éd. 1 (...)

83Si O. Belot recourt, avec duplicité, à la dénomination d’un « Adam » de convention, elle prend aussitôt ses distances d’avec la pensée théologique. La cosmologie et l’anthropologie des Réflexions ne font, en effet, jamais appel à la religion. On n’y trouve aucune mention d’auteur chrétien408 (en dehors de Pascal convoqué une seule fois, et uniquement comme mathématicien409). N’y sont pas même évoqués les « Livres sacrés »410, pourtant nommés par Rousseau, et rien n’est dit des récits de la Genèse (ni à propos de la création du monde et de l’homme ni à propos de la Chute ou du Déluge ni encore à propos de la création et de la multiplication des langues) non plus que les messages évangéliques de l’Incarnation, de la Révélation ou la Providence411. La terminologie des Réflexions sur ce sujet reste délibérément vague, sans aucune allusion à la Bible : O. Belot n’évoque qu’accessoirement, et en dehors de tout contexte religieux, « l’éternité de Dieu » et « la puissance de l’Être suprême toujours créatrice », voire un « Créateur »412, suivant ici Pope, Locke (« la somptueuse harmonie de l’univers & [le] grand dessein, […] la bonté infinie de ce souverain Architecte »), voire Newton (« toute la philosophie de Newton conduit nécessairement à la connaissance d’un Être suprême, qui a tout créé, tout arrangé librement »)413.

  • 414 O. Belot les exclut de son système. Elle utilise sept fois l’expression « concours fortuit de cause (...)
  • 415 Si elle est maintes fois utilisée dans le DOI, elle est absente du passage cité ici par O. Belot.
  • 416 « La première cause toute puissante n’agit point par des lois particulières mais par des lois génér (...)
  • 417 Montesquieu dont elle insère le nom dans la liste des « génies » de l’humanité, écrit : « Tous les (...)
  • 418 Voir d’Alembert : « Tout est lié dans la Nature ; tous les êtres se tiennent par une chaîne dont no (...)
  • 419 Elle suit Pope, EH, Ép. I (l’homme y est invité à « observer le rapport des règles systématiques d’ (...)
  • 420 Référence aux théories de Newton ; voir aussi Montesquieu qui, après avoir affirmé que les « mouvem (...)
  • 421 L’existence du vide selon Lucrèce (De rerum natura, I, v. 329-397) est dénoncée par Polignac dans s (...)
  • 422 La formule est prononcée par Le Tien, Dieu des Chinois dans le 6e Discours, Sur la nature de l’homm (...)
  • 423 Buffon, HN, I, 1749, Discours sur la manière d’étudier l’histoire naturelle, p. 11 ; voir aussi La (...)
  • 424 Le Poème sur le désastre de Lisbonne, composé fin 1755 et le Poème sur la Loi naturelle circulent e (...)
  • 425 Elle s’écarte aussi de Leibnitz. Dans l’EH, l’expression conclut l’Ép. I (p. 22) et l’Ép. IV (p. 92 (...)
  • 426 Le long passage sur « la chaîne des êtres » de l’EH est le seul texte, en dehors du DOI, à être cit (...)

84En effet, si elle semble retenir l’idée d’une « création » de l’homme, c’est sans s’y arrêter mais, bien plutôt, pour affirmer aussitôt une de ses thèses majeures : une « nécessité » ordonne l’univers, d’où est exclu tout « concours fortuit de causes étrangères »414. Le déplacement en début des Réflexions415 de cette expression utilisée par Rousseau, la désigne comme un des arguments essentiels du DOI, qu’elle choisit de réfuter ; il est d’autant plus significatif que l’expression deviendra, au cours des Réflexions, un leitmotiv obsédant, répété chaque fois pour être aussitôt contré. Il n’y a, pour O. Belot, comme pour Pope416, Newton ou encore Montesquieu417 qu’elle cite tous trois, pas de « hasard ». L’univers matériel est animé d’une nécessité interne, liée soit, peut-être, à un « Créateur »418 soit, plus sûrement, à des lois générales et nécessaires419, désignées essentiellement par O. Belot comme étant celles du mouvement420. Cette reconnaissance d’une dynamique perpétuelle qui anime le monde, la conduit à exclure, comme Locke et Pope, l’existence du vide421. Centrant son discours sur le fonctionnement de la Nature, elle emprunte la formule de Voltaire pour conclure que « Tout est comme tout doit être »422, expression qui n’est pas sans évoquer celle de Buffon : « Tout ce qui peut être est »423. Chaque effet a une cause, même si l’homme l’ignore. Ainsi, peu après la catastrophe du tremblement de terre de Lisbonne, les Réflexions rompent, comme le fait Voltaire424, avec le « Tout ce qui est, est bien » de Pope425, auteur pourtant par ailleurs largement utilisé dans les Réflexions426.

  • 427 « Avertissement », p. 266 ; car « Il fait une description d’un âge d’or qui n’est ni celui des Poèt (...)
  • 428 L. Racine s’exclame : « Ô toi qui follement fis ton Dieu du Hasard » et la note qui l’accompagne : (...)
  • 429 Fait-elle allusion à La Mettrie selon qui « écrire en Philosophe, c’est enseigner le matérialisme » (...)
  • 430 « Le matérialisme même ne favoriserait pas davantage une si étrange opinion, car en supposant que l (...)
  • 431 Voir J. Ehrard, L’Idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle (1963), rééd. A (...)

85En 1756, les silences d’O. Belot sur les explications religieuses de l’univers prennent tout leur sens : les années précédentes ont vu un redoublement des attaques des apologistes chrétiens, qui s’est focalisé sur ses trois auteurs de référence, Pope, Locke et Newton. C’est, en particulier, le cas de Louis Racine : dans la nouvelle édition qu’il donne en 1756 de son poème polémique, La Religion, il conclut fermement : « Le système que ce poème [de Pope] présente est d’abord celui du déisme »427 ; le « matérialisme » qui confond, selon lui, le « hasard » et la « nécessité », y est violemment combattu dès le chant I428. Si O. Belot se réfère, quelques pages plus loin, au « matérialisme »429, c’est, semble-t-il, comme à une simple hypothèse de travail, envisagée dans une optique argumentative afin de contester la « si étrange opinion » de son adversaire à propos de l’« entendement humain » ; mais ne peut-on y voir aussi la dénégation habile et prudente d’une tentation réelle pour ce système « dangereux » largement décrié430 ? La thèse générale défendue dans les Réflexions est celle d’un déterminisme mécanique qui peut renvoyer autant à Descartes qu’à Newton : c’est celui que retient l’Encyclopédie des années 1755431.

  • 432 Voir R. Barny, Prélude idéologique à la Révolution française : le rousseauisme avant 1789, PU de Fr (...)
  • 433 Parue dans le MF de 1755, et signée « Philopolis » (étymologie grecque : « qui aime la cité ») ; Ch (...)
  • 434 L’Homme moral opposé à l’Homme physique de Monsieur R***, anon. (du P. Castel), 1756 ; voir le comp (...)

86En se situant délibérément hors du champ métaphysique et théologique, O. Belot ne peut donc être comptée au rang de ceux des détracteurs de Rousseau qui, fondant leurs attaques sur le message biblique ou évangélique, l’accusent d’impiété432. Les Réflexions ne peuvent être, en aucun cas, associées aux trois textes d’inspiration chrétienne parus précédemment, qu’elle ne peut ignorer non plus que ses lecteurs : la Lettre de Philopolis (du protestant Charles Bonnet)433 parue dans Le Mercure de 1755, les Lettres philosophiques du père Castel (jésuite qui les publie tout début 1756)434 et, à plus forte raison, la Lettre à M. Jean-Jacques Rousseau citoyen de Genève, violente diatribe de l’abbé janséniste Denis Pilé (1755) qui voit le DOI comme « le dernier effort de l’enfer » ; car

  • 435 P. 3 de l’« Avis » de la Lettre à M. Jean-Jacques Rousseau citoyen de Genève à l’occasion de son ou (...)

La griffe de la Bête s’y montre avec tant de hardiesse, le langage du Dragon & le sifflement du serpent s’y font entendre avec si peu d’équivoque qu’il n’y aura de séduits que ceux qui voudront l’être.435

87O. Belot exprime, au contraire, avec la prudence qui s’impose, des convictions qui s’apparentent clairement à celles des déistes.

  • 436 « Le citoyen de Genève vante beaucoup le bonheur de l’homme sauvage. Qu’en sait-il ? Il se plaint a (...)
  • 437 Alexandre Deleyre, admirateur de Rousseau, s’interroge : « Il s’agit d’arriver à l’état présent et (...)
  • 438 Jean-Laurent de Béthisy, musicien dijonnais partisan de Rameau, l’utilise : « Il laisse là l’origin (...)
  • 439 Voltaire note, en marge du passage du DOI qui débute par « Concluons donc… » (p. 89) : « C’est conc (...)
  • 440 Réfl., p. 6.

88Comment, dans cet univers ordonné et animé, définir la nature de l’homme ? Cette question occupe l’essentiel des Réflexions ; l’homme y est, comme dans le DOI et chez Pope, au centre du discours. Pour le caractériser, O. Belot semble admettre la démarche hypothétique de Rousseau ; elle s’écarte ainsi de nombreux réfutateurs de Rousseau qui lui reprochaient sa démarche parce qu’elle reposait non sur des faits mais sur des « conjectures ». Parmi eux, des proches de Rousseau comme Grimm436 et A. Deleyre437, des adversaires déclarés comme l’« anonyme » de 1755 qui voit dans le DOI « des causes imaginaires […], un état hypothétique »438 ou Voltaire qui y verra « un mauvais roman »439. O. Belot, citant un long passage du DOI (extrait des pages 5 et 7), qui envisage « ce qu’aurait pu devenir le genre humain s’il fût resté abandonné à lui-même », c’est-à-dire sans aucune considération théologique, conclut : « c’est aussi sous ce point de vue que j’entreprends de le considérer »440.

  • 441 « Si elle [la Nature] nous a destinés à être sains, j’ose presque assurer que l’état de réflexion e (...)
  • 442 « Monsieur Rousseau devrait nous expliquer nettement ce qu’il appelle les dons surnaturels de l’hom (...)
  • 443 Grimm note : « C’est par instinct que l’homme a trouvé la parole ; […] ce même instinct l’a porté à (...)
  • 444 C’est là « une différence spécifique entre les animaux et lui », Réfl., p. 9. Voir le Traité des an (...)
  • 445 Réfl., p. 12. C’est une réponse à Rousseau qui soulignait l’aptitude de l’homme à imiter les instin (...)
  • 446 Voir la longue notice « Âme des bêtes » de l’abbé Yvon, Enc., I, 1751, p. 343-353.
  • 447 On lit dans « Bête, animal, Brute » : « Si on considère l’animal comme pensant, voulant, agissant, (...)
  • 448 Dans l’EPEH, Locke affirme que les idées ont une double origine, les sens et la réflexion.
  • 449 EH, Ép. III, p. 47.
  • 450 « Être et penser sont pour nous la même chose, cette vérité est intime & plus qu’intuitive, elle es (...)
  • 451 Réfl., p. 13.
  • 452 Ibid., p. 12.
  • 453 Il est « un animal intelligent qui déploie son intelligence », ibid., p. 13.
  • 454 Pour Diderot, « l’homme n’est pas seulement un animal, mais un animal qui raisonne […] ; les animau (...)
  • 455 L’expression d’« état de nature » est polysémique. Diderot-Prades raille l’évêque Caylus qui, en 17 (...)
  • 456 Réfl., p. 5 (voir aussi p. 13).
  • 457 Réfl., p. 17. En 1765, Voltaire dira la même chose, sans nommer Rousseau : « Entendez-vous par sauv (...)

89Mais c’est pour s’écarter aussitôt des thèses de Rousseau. Son premier argument concerne la faculté de penser. Pour Rousseau, « l’homme de la nature » ignore la « réflexion »441 car « l’état de réflexion est un état contre nature » ; pour O. Belot, au contraire, l’homme se définit par cette « faculté de penser »442. Cette qualité intrinsèque443 le distingue de l’animal444 ; c’est à ce titre qu’il peut être qualifié d’« homme ». Retournant l’argument de Rousseau, elle affirme que, si la « créature humaine » a imité les instincts des animaux, « il faut qu’elle ait pu penser sans leur secours »445, puisque ces derniers ne pensent pas ; elle prend ainsi position dans la question de l’« âme des bêtes », long serpent de mer qui occupe les esprits depuis Descartes446. En affectant la pensée à l’homme originel, O. Belot adopte les thèses contemporaines des encyclopédistes447, de Locke448, Pope449, Montesquieu, Voltaire ou encore de Buffon pour qui la faculté de penser distingue clairement l’homme de l’animal450. Les catégories de la pensée humaine, « ces facultés supérieures & toujours actives »451 que sont l’« entendement, la mémoire, la raison, la volonté »452, devaient être possédées par « le premier homme » puisqu’il est un « animal intelligent »453. Dans le cas contraire, cette créature échapperait à l’humanité (« ce n’était point un homme »454). En conséquence, un « état de pure nature »455 tel que le définit Rousseau « n’a jamais pu exister »456 : O. Belot qui énonce cette affirmation au début des Réflexions y revient : « Cet état est donc une triste chimère »457 : l’homme, dès qu’il existe, pense et ce, dès qu’il est sorti de l’enfance car il exerce sa raison qui « se déclare sitôt qu’il est homme fait » (Réfl., p. 34).

  • 458 EPEH, livre II, 1, § 1, p. 93-94.
  • 459 « Le premier pas que nous ayons à faire est […] en un mot de remonter jusqu’à l’origine & à la géné (...)
  • 460 Voir Condillac, EOCH, t. I, 1-2, p. 1-43. Prades, à la question posée Quel est celui, sur la face d (...)
  • 461 La réfutation du matérialisme dans L’Anti-Lucrèce se fonde sur Descartes, auteur « d’une Métaphysiq (...)
  • 462 Voir Locke, EPEH, I, 1, § 2. O. Belot s’oppose également à Leibniz et rejoint les thèses de Prades, (...)
  • 463 O. Belot cite ces mots de Rousseau : « Tout animal a des idées puisqu’il a des sens, il combine mêm (...)
  • 464 Réfl., p. 16. Locke distingue les « sensations […] qui naissent de la perception des objets extérie (...)
  • 465 Voir Condillac, ibid., I, 2, De la Réflexion, chap. V-VIII, p. 79-112.
  • 466 Voir les remarques de Buffon sur le sommeil, HN, IV, De la nature des animaux et de Lucrèce De reru (...)
  • 467 La « curiosité », suspecte à nombre d’apologétiques chrétiens, est louée par les philosophes qui l’ (...)
  • 468 Réfl., p. 32. L’« imagination » intervient ici : O. Belot prend l’exemple de la mort, utilisé par R (...)
  • 469 On trouve ces idées chez Louise Dupin dont Rousseau fut le secrétaire de 1745 à 1751 : « Il paraît (...)
  • 470 Réfl., p. 34. Pope chante la quête scientifique : « Va, créature merveilleuse, monte où les science (...)
  • 471 Réfl., p. 36 ; O. Belot accorde quatre pages à cette faculté (p. 32-36), mise en avant par Condilla (...)
  • 472 HN, III, 1749, Suite de l’histoire naturelle de l’Homme, Des sens, où est développée une perspectiv (...)
  • 473 Voir l’EOCH et le Traité des sensations (1754) : Condillac imagine une statue privée de sens, qui r (...)

90« L’objet de la pensée est les idées », écrivait Locke458. Quelle est leur origine ? C’est, selon d’Alembert parmi d’autres, la question fondamentale459. L’argumentation d’O. Belot se fonde sur l’empirisme du philosophe anglais dont elle cite le nom et expose la pensée, ainsi que sur d’autres penseurs, non nommés, comme d’Alembert, Condillac, voire Buffon ou Prades460 : contestant implicitement la théorie cartésienne des idées innées461, elle affirme que les idées naissent des sens462. Mais si les animaux sont pourvus de sens comme l’homme, ils n’ont que « des idées des qualités sensibles »463 ; l’homme, au contraire, produit des idées d’un autre type : « notre esprit fournit à notre entendement les idées de ses opérations »464, « idées simples » et « idées complexes », car il possède la « réflexion » ou « sens intérieur »465 ; Buffon, dans son Discours sur la nature des animaux (1753), avait repris cette distinction qu’il affectait à ce qu’il nommait un « sens intérieur », ou matériel, et un « sens supérieur ». L’entendement, selon O. Belot, ne peut d’ailleurs rester inactif, même pendant le sommeil466 ; sollicité sans cesse par les sensations, frappé de « surprise » ou de « curiosité »467, il « considère, étend, compose ou simplifie à son gré »468 ; il rectifie les illusions des sens469. « Habité du désir de connaître »470, l’homme construit sa pensée à partir de l’observation et de l’expérience. Il y est fortement secondé par l’« imagination […], faculté de notre âme, comme le toucher est une faculté de notre corps »471. Dans le tableau qu’O. Belot dresse de l’homme originel quand il « passa du néant à l’existence », on retrouve des échos de nombreux textes de l’époque : parmi d’autres, celui du discours que Buffon fait prononcer au premier homme « qui se découvre et découvre le monde grâce à ses sens »472 ainsi que ceux de Condillac473 ou de Turgot dans son Tableau philosophique des progrès successifs de l’esprit humain (1750).

  • 474 « Ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’ho (...)
  • 475 Réfl., p. 16 et p. 21-22.

91Cette conviction que l’être humain se définit par sa pensée conduit O. Belot à une seconde confrontation avec Rousseau, qui porte tant sur ses thèses que sur son raisonnement. Elle concerne la « qualité d’agent libre », attribuée dans le DOI à l’« homme naturel ». O. Belot décèle ici une contradiction interne à la pensée de Rousseau474 ; elle la dénonce longuement, citant deux fois le passage incriminé475. Rousseau écrit que

  • 476 DOI, p. 73.

l’homme sauvage commencera donc […] par des fonctions purement animales : apercevoir et sentir sera son premier état qui lui sera commun avec tous les animaux. Vouloir et ne pas vouloir, désirer et craindre seront les premières, et presque les seules opérations de son âme476.

  • 477 Réfl., p. 16-17 ; voir Condillac, Traité des sensations (1754) et l’EOCH, I, 2, chap. VI, « Des opé (...)

92O. Belot répond en commentant la dernière assertion de Rousseau : qu’est-ce que « vouloir et ne pas vouloir », en effet, si ce n’est précisément être libre ? Or qu’est-ce que vouloir, si ce n’est, comme l’affirme Condillac, « examiner » et donc « penser » ? Elle affirme en conséquence : « Pour choisir, il faut que [l’homme] délibère, pour délibérer, il faut qu’il compare, pour comparer, il faut qu’il examine & qu’il analyse »477. On ne peut donc, selon cette analyse, faire de l’homme un « agent libre », doté de la faculté de « comparer », comme l’écrit Buffon en 1753 (Sur la nature de animaux) ou Condillac, sans lui accorder la pensée.

  • 478 Réfl., p. 22-30.
  • 479 O. Belot emploie peu le terme de « perfectibilité » ; elle lui préfère « faculté de se perfectionne (...)
  • 480 Réfl., p. 23-28. « Perfectionner » signifie, selon le DAF, « rendre plus parfait […]. La lecture de (...)

93C’est encore à partir de l’affirmation de l’entendement originel qu’O. Belot va s’opposer au point central de la démonstration de Rousseau : l’affirmation de l’existence chez l’homme de la « perfectibilité », néologisme récent auquel les commentateurs futurs conféreront sa célébrité mais dont l’emploi ne choque en rien les contemporains. Ce désaccord, qui prend sa racine dans l’interprétation même du terme, s’exprime sur la dizaine de pages478 qu’O. Belot accorde à la « faculté de se perfectionner »479, terme dont l’utilisation dès la première page des Réflexions avait signalé l’importance qu’elle lui accorde. Pour Rousseau, le terme désigne la plasticité humaine, sa capacité de mutation et d’évolution à partir d’une indétermination première ; simple virtualité, neutre à l’origine, il prendra une connotation négative lors de l’entrée de l’homme dans « l’histoire », envisagée dans la seconde partie du DOI. Le terme de « perfectibilité » est entendu, au contraire, par O. Belot comme la « faculté de se perfectionner » au sens signalé par le DAF de 1762, celle de s’améliorer, de tendre vers une meilleure réalisation de son être, vers la « perfection », terme pourtant également ambivalent480. Cette divergence d’interprétation est donc servie par la bivalence du sens contemporain. Elle use du terme comme le fait Grimm qui, dans la Correspondance littéraire du 15 février 1755, avant même la parution du DOI dont il avait peut-être lu le manuscrit, lui accordait un sens positif :

Pour peu qu’on réfléchisse, on ne peut se cacher que l’homme constitue une espèce d’être très singulier et tout à fait différent de ce que nous voyons de vivant et d’inanimé dans la nature. Le principal caractère qui le distingue de toutes les autres créatures de l’univers, c’est la perfectibilité ou la faculté qu’il a reçue de se rendre plus parfait, faculté qui opère sans cesse les plus étonnantes révolutions, et dans son être et dans toute la nature.

  • 481 DOI, p. 72 ; Rousseau en présente, comme une des preuves, l’« imbécilité » du vieillard retombant « (...)
  • 482 « C’est cette faculté distinctive qui faisant éclore avec les siècles ses lumières et ses erreurs, (...)

94L’interprétation d’O. Belot est, en outre, facilitée par l’usage que Rousseau fait du terme au cours du DOI ; il utilise, en effet, d’abord le syntagme « faculté de se perfectionner » avant de le remplacer, quelques lignes plus bas, par le terme de « perfectibilité »481. Elle s’éclaire encore de la juxtaposition faite par Rousseau des termes « progrès » et « lumières »482 à celui de « perfectibilité » : les deux premiers termes, colorés négativement dans le DOI, sont, pour O. Belot, comme pour la majorité de ses contemporains (citons ici, avant tout, le Discours préliminaire de l’Encyclopédie donné en 1751 par d’Alembert), associés à l’idée d’une amélioration, étroitement liée à l’exercice de la « Raison ».

  • 483 Au déclenchement de ce vaste mouvement, d’Alembert place Bacon, suivi par Descartes.
  • 484 Tab. ph., Œ. T., 1966, t. II, p. 597-611.
  • 485 Dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (pub. posth. 1795), c’est (...)
  • 486 Réfl., p. 14.
  • 487 « La faculté de se perfectionner ne résulte-t-elle pas de celle de penser ? » et « L’entendement qu (...)
  • 488 Stanislas en faisait l’éloge dans sa Réponse au Discours de 1750 de Rousseau : « La curiosité natur (...)
  • 489 Réfl., p. 14.

95Car, si pour O. Belot comme pour Rousseau, l’homme actuel se définit par son histoire, leur interprétation diverge entièrement. La dimension historique est absente de l’« état de nature » chez Rousseau mais présente dès qu’il quitte cet état ; pour O. Belot comme pour Buffon, elle est présente dès l’origine puisqu’elle fait partie inhérente de sa condition originelle : bénéfique, elle permet à l’homme de prendre en charge, au cours du temps, son destin, loin de tout providentialisme. O. Belot rejoint ici également les thèses avancées par d’Alembert dans le Discours Préliminaire de l’Encyclopédie483 ou par Turgot dans son Tableau philosophique des progrès successifs de l’Esprit humain qui circule à partir de 1750484 et où Condorcet verra, sans évoquer Rousseau, la « doctrine nouvelle » de la « perfectibilité indéfinie de l’espèce humaine »485. La faculté de progresser, donnée « en puissance »486 à l’homme selon O. Belot, se trouve en lui-même et ne dépend aucunement des « circonstances » évoquées par Rousseau : elle est étroitement liée à son entendement487. Stimulé par la « curiosité » dont O. Belot se fait le chantre enthousiaste488, l’homme étend progressivement ses connaissances et les applique à une amélioration de ses conditions de vie. Cette aptitude à l’évolution n’est donc pas, à ses yeux, négative : elle ne « dénature » pas l’homme sauvage mais, tension naturelle, elle induit le « progrès de l’individu » (au sens de « marche en avant » ou avancée méliorative) et de l’« espèce »489. Ce qui fait la spécificité humaine est précisément la composante historique qui autorise sa capacité de créer, d’ajouter aux données de la nature : l’homme seul peut produire ce qui est factice.

  • 490 Ibid., p. 16.
  • 491 « L’abus que l’on peut faire d’une chose bonne en soi, n’oblige pas de conclure qu’elle est mauvais (...)
  • 492 Buffon, HN, III, 1749, p. 371-530 ; Maupertuis, Vénus physique (1745), Variétés dans l’espèce humai (...)
  • 493 « On voit s’établir des sociétés, se former des nations qui tout à tour dominent d’autres nations o (...)
  • 494 Réfl., p. 71 ; elle cite la « Grèce replongée dans l’ignorance tandis que l’Italie & les Gaules en (...)
  • 495 Mais d’Alembert traite de « gradation des progrès de l’Esprit » (p. XIX) qui s’organise de manière (...)

96O. Belot nuance néanmoins son propos optimiste : cette amélioration n’est pas homogène ; car sa mise en œuvre varie selon les « climats »490 et peut, si elle est exercée à mauvais escient491, aboutir à des effets néfastes. Affirmant la « variété » des espèces humaines, à laquelle Maupertuis ou Buffon ont consacré de nombreuses pages492, O. Belot envisage, comme Turgot l’a fait en 1750493, les diverses cultures tributaires de « révolutions qu’on ignore »494 et qui les font osciller entre « lumières » et « ténèbres ». Cette foi qu’accorde O. Belot à cette « faculté de perfectionnement », de marche (parfois hésitante, parfois interrompue, voire parfois régressive) vers un progrès est celle que lui accorde aussi d’Alembert, dans son Discours préliminaire de 1751495.

  • 496 La question est posée dès le début du texte : « Ou c’est la fin de la nature que l’homme soit un an (...)
  • 497 « Depuis le commencement, […] la créature se trouve liée à la créature, l’homme à l’homme », Pope, (...)
  • 498 Pour Montesquieu, c’est la « troisième » et « quatrième loi naturelle » : la sociabilité, née de la (...)
  • 499 Voir la Suite de l’Apologie, p. 528. D’Argens écrit : « La solitude est un état qui ne nous est pas (...)
  • 500 Le premier homme de la création qui s’éveille du néant, parle par la plume de Buffon : stupéfait «  (...)
  • 501 Réfl., p. 38-42.
  • 502 O. Belot a-t-elle en mémoire Le Mondain (1736) où Voltaire évoque plaisamment l’union d’Adam et Ève (...)
  • 503 « Tout en apparence a un air fabuleux. Un serpent parle. Une femme écoute. Un homme parfait & éclai (...)
  • 504 Voir Le Paradis terrestre, poème imité de Milton, traduction par A.-M. du Bocage du Paradise Lost ( (...)
  • 505 « Chaque sexe éprouve les mêmes désirs, se recherche & s’unit. Leur plaisir ne finit point avec les (...)
  • 506 À Rousseau qui écrit que l’habitude rend les enfants chers à leur mère, O. Belot répond que « l’hab (...)
  • 507 À Rousseau qui accorde à l’homme naturel la « pitié », O. Belot répond qu’elle retiendra les enfant (...)
  • 508 Ibid., p. 42.

97À Rousseau enfin, O. Belot oppose un dernier argument central : c’est celui de la sociabilité qui est, elle aussi, inhérente à l’être humain496. Si Rousseau conçoit l’homme naturel comme « isolé » et « dispersé », O. Belot, suivant nombre d’auteurs (Pope497, Locke, Montesquieu498, Voltaire, d’Argens, Condillac, d’Alembert, Turgot, Diderot499, parmi bien d’autres), affirme l’universalité fondamentale de la sociabilité humaine. Dans un texte récent, Buffon a réaffirmé que cette pulsion de réunion est une autre spécificité de l’« organisation » de l’homme ; il y est nécessairement conduit par sa lutte pour la survie : « L’homme, en un mot, n’est homme que parce qu’il a su se réunir à l’homme » (Discours sur les animaux, 1753). Cette spécificité humaine est symbolisée, dans les Réflexions, par l’union de l’homme et de la femme. En effet, la plus notable expérience que l’homme en fait, est, selon elle, la rencontre avec « l’être qui lui ressemblait le plus, c’est à dire sa naïve compagne »500, suivie de l’association étroite qu’il crée aussitôt avec elle501. Dans la scène primitive qu’O. Belot offre aux yeux du lecteur, on ne trouve, ici encore, aucune allusion biblique502. Il y a, au contraire, arrêt sur image d’une scène profane de lente découverte émerveillée. Nous sommes loin de l’« Action » rapportée dans la Genèse ou du commentaire qu’en a donné Bossuet503, ainsi que du traitement qu’en a fait Milton, récemment traduit par Anne-Marie du Bocage (1748)504. L’inspiration d’O. Belot est plutôt à chercher du côté du bref passage de Pope, qu’elle amplifie considérablement ou de ce que Montesquieu nommait « la prière spirituelle »505. De ce couple, première étape de la société, naît la seconde étape, celle de la famille, soudée par l’habitude506, la pitié507 et l’intérêt réciproque : l’être humain désormais peut jouir « des avantages de la société »508.

  • 509 Ibid., p. 43-48.
  • 510 « Sitôt que deux, quatre, trente, mille créatures humaines commencèrent à vivre ensemble, l’agrémen (...)
  • 511 À rapprocher de Locke (ibid., III, 2, § 8, p. 504-505). Elle s’écarte de Condillac qui pose la prim (...)
  • 512 Réfl., p. 44-45.
  • 513 « Ce n’est pas assez pour la perfection du Langage que les sons puissent devenir signes d’idées, à (...)
  • 514 « Dès que [les enfants] savent le nom d’une chose, ils donnent ce même nom à tout ce qui ressemble (...)
  • 515 Réfl., p. 47.
  • 516 « Et Dieu façonna […] tous les animaux sauvages des champs et tous les volatiles du ciel, et il les (...)

98À la question du langage, évoquée par Rousseau en première partie du DOI puis largement traitée à nouveau en seconde partie, O. Belot consacre plusieurs pages509. Comme Buffon qu’elle ne cite pas (« l’homme sauvage parle comme l’homme policé & tous deux parlent naturellement & parlent pour se faire entendre », Histoire naturelle de l’Homme, 1749) et comme Locke auquel elle se réfère, elle fait coïncider la double naissance de la société et du langage510. Des données immédiates de l’expérience et de l’observation des phénomènes naissent les « idées » et les « mots », signes arbitraires511 aussitôt utilisés pour servir la communication entre les hommes ; cet échange, doublé d’« agrément »512, alimente, en retour, la pensée. De plus, contrairement à Rousseau et suivant, ici encore, Locke513, O. Belot estime que les premiers signes langagiers sont des termes génériques et abstraits et non les traductions d’expériences particulières514. L’accroissement de la population humaine, qui a entraîné d’abord des regroupements, provoque ensuite une dispersion qui explique la diversité des langues selon des aires géographiques distinctes515. Il est notable qu’ici encore, aucune allusion ne soit faite au récit biblique (don du langage immédiatement fait aux hommes par Dieu, présence d’une langue universelle, envisagée par Rousseau ; multiplication des langues due à la dispersion des hommes après la destruction de la Tour de Babel516).

  • 517 Réfl., p. 48.
  • 518 Thèse rejetée en début du DOI : « On peut encore moins chercher s’il n’y aurait point quelque liais (...)

99Parvenue à la seconde partie de ses Réflexions517, O. Belot aborde la question centrale de l’inégalité civile et de son origine. Elle y défend une thèse qui, à nouveau, prend le contre-pied de celle de Rousseau : l’inégalité civile, affirme-t-elle, trouve sa source lointaine dans « l’inégalité naturelle »518. Celle-ci était reconnue par Rousseau en tant qu’il la définissait, en début du DOI, comme celle qui « consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du Corps et des qualités de l’esprit ou de l’Âme ». Cette définition avait valeur de précaution : si Rousseau en précisait le vaste champ sémantique (corps, esprit et « âme »), c’était afin de l’exclure de son propos. Il n’entendait, en effet, traiter dans son Discours que de l’« inégalité morale ou politique » ou inégalité civile qui résultait d’une « sorte de convention » établie tardivement entre les hommes.

  • 519 DOI, p. 104.
  • 520 Réfl., p. 49 : les hommes sont devenus trop nombreux, en raison de « leur multiplication », pour co (...)
  • 521 « Car si le genre humain se partagea en sociétés, il est probable que l’homme le plus adroit, le pl (...)
  • 522 Ibid., p. 49.

100O. Belot, posant que la nature de l’homme comprend intrinsèquement la sociabilité, envisage son histoire, non à partir d’un « état de nature » décrit par Rousseau, mais au moment de son apparition : l’homme se définit comme être social. Ce moment retenu par O. Belot coïncide avec la période relativement heureuse décrite en début de seconde partie du DOI, celui de l’âge intermédiaire des « cabanes ». C’était alors, écrit Rousseau, que trouvait à s’exprimer l’« inégalité naturelle » telle qu’il l’a définie en début de Discours : « Le plus fort faisait plus d’ouvrage ; le plus adroit tirait meilleur parti du sien, le plus ingénieux trouvait moyen d’abréger le travail […] ; c’est ainsi que l’inégalité naturelle se déploie insensiblement »519. O. Belot, concevant l’établissement immédiat de deux types de regroupement humain520, fonde sur cette inégalité première (de corps, d’esprit et d’âme), l’origine première de « l’inégalité morale et politique » ainsi que le « principe de tout gouvernement »521 : « C’est ici que commence la liaison essentielle qu’on doit admettre entre l’inégalité naturelle & l’inégalité morale ou politique »522.

  • 523 DOI, p. 82 ; mais Rousseau qui accorde à l’homme « la pitié naturelle » (p. 100), ajoute : « rien n (...)
  • 524 Réfl., p. 82. On lit plus bas : « Qui nous garantira que [les Sauvages] voient sans envie un de leu (...)
  • 525 Voir Pufendorf, le Droit de la nature et des gens, traduit par J. Barbeyrac, Bâle, Thourneisen, 175 (...)
  • 526 « S’ils se fussent dispersés indifféremment, ils n’auraient pu que se nuire », Réfl., p. 49.

101En effet, si, pour Rousseau, les hommes à l’état de nature « ne pouvaient être ni bons ni méchants »523, pour O. Belot ils sont, de tout temps, à la fois bons (« vertueux ») et méchants (« vicieux dans les forêts comme dans les cités »524). Elle s’écarte ainsi des théories contradictoires de Hobbes et de Shaftesbury : du pessimisme de Hobbes qui ne voit dans l’homme « naturel » que « passions, guerres, crainte, pauvreté, horreur, barbarie, […] férocité »525 et de l’optimisme de Shaftesbury dont l’Essai, récemment traduit par Diderot (1745), affirme la vertu naturelle de l’homme. Pour O. Belot, c’est en raison de la double appétence de l’homme vers la vertu et le vice que se produisent les regroupements humains, favorisés par l’intérêt526 et la « nécessité », autrement dit le désir de conservation de l’individu et de l’espèce. Ces regroupements répondent d’abord à la « crainte » primitive de l’homme pour sa survie. O. Belot suit Locke et Montesquieu, qui, dans le chapitre « Lois de la Nature » de l’EL (I, 2), ajoutait à cette première affirmation : « L’homme dans l’État de Nature ne sentirait que sa faiblesse ; sa timidité serait extrême […] on a trouvé dans les forêts des hommes sauvages ; tout les fait trembler, tout les fait fuir », cette remarque essentielle : « J’ai dit que la crainte porterait les hommes à se fuir ; mais les marques d’une crainte réciproque les engagerait bientôt à se rapprocher » (I, 2).

  • 527 DOI, p. 96.
  • 528 Selon Diderot-Prades, dans l’« état de nature », les hommes forment des « troupeaux » et non des «  (...)

102Ces regroupements s’effectuent selon deux modes d’organisation différente : les hommes, en effet, s’assemblent soit en « sociétés » qui s’organisent selon des « conventions » et par « consentement », soit en « troupeaux ». Elle suit ici, en la détournant, l’analyse que propose Rousseau des deux premiers types de regroupements de l’homme : il envisage, en effet, soit le mode du « troupeau » ou « quelque sorte d’association libre » soit celui de relations non définies « où chacun chercherait à prendre ses avantages »527. Comme de Rousseau, O. Belot s’écarte donc aussi de Diderot-Prades qui niait l’organisation de l’homme naturel en « sociétés »528.

  • 529 Chez Bossuet, l’exercice de l’autorité des gouvernants est fondée comme étant « de droit divin » (P (...)
  • 530 Rousseau envisage une double évolution : soit les hommes s’associent en « troupeau », liés « tout a (...)
  • 531 Réfl., p. 50.
  • 532 Voir « Autorité politique » de Diderot : « Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander (...)
  • 533 Réfl., p. 52. Elle suit Montesquieu dans sa véhémente condamnation du despotisme et s’écarte de Pop (...)
  • 534 Réfl., p. 54.
  • 535 J. Ehrard, L’Idée de nature en France à l’aube des Lumières, Flammarion, p. 292.
  • 536 Voir C. Larrère, « Les typologies des gouvernements chez Montesquieu », Revue Montesquieu 5 (2001) (...)

103Dans ces groupes, une autorité se dégage naturellement, selon deux « principes », pour reprendre la terminologie de Montesquieu et sans qu’il soit fait ici aucunement (une fois de plus) mention d’argument théologique529. O. Belot avance, en effet, la thèse, totalement absente du DOI, de l’émergence rapide de dirigeants autour desquels se mettent en place des systèmes politiques et qui se distinguent des autres membres du groupe, soit, dans le premier cas, de manière « légitime » parce qu’ils font office de protecteurs des plus faibles à qui ils inspirent « confiance », soit, dans le second cas, parce qu’ils font régner la « crainte »530. Les deux « principes » qui commandent les regroupements humains sont désignés soit comme « confiance » soit comme « crainte » : « Voilà le monarque & ses sujets ou le despote & ses esclaves »531, voilà « l’idée de l’autorité légitime532 et celle de la tyrannie »533 ; voilà « ou la guerre ou l’union »534. O. Belot suit ainsi Montesquieu dans l’opposition binaire de deux types de gouvernements qu’il établit au cours de son ouvrage (EL, XII-XIII) : il distingue le « gouvernement modéré » (qui regroupe « république » et « monarchie ») et le gouvernement despotique, opérant une distinction « nouvelle, beaucoup plus polémique »535 qui prend, peu à peu, le pas sur la typologie de départ qui distinguait traditionnellement trois gouvernements536. Mais si O. Belot reprend le principe de « crainte », affecté par Montesquieu au gouvernement despotique, elle substitue aux « principes » de « vertu » ou d’« honneur », associés par lui aux gouvernements républicain et monarchique, celui de « confiance » qui implique une relation active entre le dirigeant et les dirigés et qui gagne en importance au cours de l’EL.

  • 537 Voltaire attribue à l’abbé Castel de Saint-Pierre l’invention du terme « bienfaisance », pourtant a (...)
  • 538 DOI, p. 84.
  • 539 Qui ouvre la 2e partie du DOI : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire ceci est (...)

104En cas d’« autorité légitime », la « société civile », pour survivre, doit protéger la sécurité ou « sûreté » et les intérêts de chacun qui devient alors utile à tous : le lien social se tisse inextricablement. Reprenant le mot célèbre de l’abbé Saint-Pierre, O. Belot se livre ici à un excursus où elle affirme que c’est dans ce cadre que peut s’exercer l’esprit de « bienfaisance »537 dont elle souligne d’ailleurs qu’il n’est pas étranger à ce que Rousseau nommait la « pitié naturelle » ou « répugnance innée à faire souffrir son semblable »538. Paraphrasant, pour la détourner, la célèbre formule de Rousseau539, elle s’exclame alors :

  • 540 Réfl., p. 54.

Le premier qui prit un soin assidu de ses enfants, qui défendit les faibles de la violence des forts ou de la rage des bêtes, qui aima ses semblables lorsqu’ils ne lui firent point de mal, qui osa leur résister courageusement lorsqu’ils l’attaquèrent sans raison, fut le vrai fondateur de la société civile.540

  • 541 Ibid., p. 59.
  • 542 Ibid., p. 55.
  • 543 Ibid., p. 83.
  • 544 Ibid., p. 53.
  • 545 « Les Cieux en nous mettant dans de mutuelles dépendances, maîtres, serviteurs, amis, nous ordonnen (...)
  • 546 TGC, I, IV, De la propriété des choses, p. 29 et suiv. Dans son Éloge de Montesquieu, d’Alembert éc (...)

pour laquelle « la nature l’a formé »541 et qui fut soudée par « la pitié, sentiment si incontestable que Monsieur Rousseau ne le lui conteste pas »542. En revanche, l’homme, dans une « indépendance absolue »543, serait « isolé » plutôt que « libre ». Victime de l’insécurité, il ne pourrait être heureux : proie des bêtes féroces et des autres Sauvages qui lui « enlèvent les fruits cueillis, le gibier tué, [le] chassent de l’antre qui [lui] servait d’asile », il est contraint à l’affrontement ou à la mort544 ; il connaît le malheur et les dangers que la protection sociale lui épargnerait545. Tout ce passage est directement inspiré du Traité du Gouvernement civil de Locke546 et doit beaucoup à l’EL : pour Montesquieu, la « liberté politique ne se trouve que dans les gouvernements modérés » (EL, XI), qui sont les gouvernements des lois, rempart contre l’arbitraire. Cette « liberté » coïncide avec la « sûreté » (ou du moins « l’impression que l’on a de sa sûreté », EL, XII, 1), notion évoquée avec insistance dans les Réflexions (p. 75, p. 92).

  • 547 Dans la Note XV (DOI), Rousseau reprend la distinction qu’il a opérée entre « l’amour propre […], s (...)
  • 548 « Ses désirs ne passent pas ses besoins physiques. les seuls biens qu’il connaisse dans l’univers s (...)
  • 549 Voir EH, Ép. I, p. 30-35 ; Pope y reprend un topos : « Nous naviguons diversement sur le vaste océa (...)
  • 550 Contrairement à Rousseau et comme Pope qui avait présenté un éloge vigoureux de l’amour propre (« f (...)
  • 551 Ces deux passions animent tous les hommes : « L’amour propre & la curiosité sont si bien nés avec l (...)
  • 552 Qui, en raison de « rapports de cœur, de caractère et d’esprit », fait succéder « au désir réciproq (...)
  • 553 « Ce Sauvage n’est-il donc pas en état de faire comparaison d’une vieille avec une jeune, d’une bie (...)
  • 554 Le DOI (p. 87-89) et la Note X (p. 134-135) développent longuement les « désordres » provoqués par (...)
  • 555 Les autres motifs sont la raison, l’intérêt et la pitié. D’Alembert, exposant les thèses de l’EL, é (...)

105Les « passions » servent, selon O. Belot, la vie civile. Son ton général est à l’apologie, au contraire de Rousseau qui distingue deux types de « passions », selon qu’elles sont liées à l’« amour de soi » ou à l’« amour propre »547. Les premières, louables, « peu actives » et bornées par la « pitié naturelle », sont celles de l’homme à l’état de nature, qu’elles incitent uniquement, par « amour de soi », à satisfaire ses « besoins physiques »548. Les secondes, factices puisque nées de la vie en société, dépendent de l’« amour propre », c’est-à-dire du « regard » d’autrui et, par conséquent, du regard de soi sur soi : elles sont néfastes. O. Belot oppose à cette dernière condamnation un éloge enthousiaste, étroitement inspiré de celui de Pope549. Mais, élaborant, elle aussi, une typologie des passions, elle écarte sommairement les « passions physiques » pour ne louer que celles qui concernent l’esprit – elle réhabilite « l’amour propre »550 et le « désir de connaître »551 – et celle qui touche « l’âme et les sens », c’est-à-dire « l’amour véritable »552, voire la « bienfaisance ». Même si l’« amour véritable », lié à la puissance positive qu’est l’« imagination »553, génère parfois des comportements « vicieux » (jalousie et vanité554), il exerce une influence essentiellement salutaire : il constitue le dernier des motifs qui « inspirent le goût de la société »555.

  • 556 Elle évacue les questions posées par Rousseau dans sa Note IX mais s’interroge : le bonheur naît-il (...)
  • 557 Réfl., p. 76-77 ; voir Locke : « la Raison […] enseigne à tous les hommes qu’étant tous égaux et in (...)
  • 558 Réfl., p. 72.

106Cette vie civile est-elle « préférable à la vie sauvage » ? Autrement dit, rend-elle l’homme plus heureux que dans « l’état de nature » décrit par Rousseau ? Afin de répondre à ces questions, O. Belot s’interroge sur la nature du bonheur556. Il tient essentiellement, selon elle, à l’exercice de la « Raison » comme principe ordonnateur de la conduite humaine557. Elle consacre à cette faculté un long passage enthousiaste qu’elle fait suivre d’un éloge du progrès, étroitement lié à l’exercice de la raison : « l’espèce perfectionnée s’est trouvée meilleure & plus heureuse »558.

  • 559 Ibid., p. 80. De plus, « Il est vrai, comme l’observe Monsieur Rousseau que les lois ne changent pa (...)
  • 560 D’Alembert explique ainsi l’établissement des lois : « La force du corps ayant été le premier princ (...)
  • 561 Voir DOI, p. 106-107. Les raisons « spécieuses », exposées au style direct par « le riche », convai (...)
  • 562 Tout ce passage est issu de la p. 93 des Réfl.
  • 563 Réfl., p. 81-82.
  • 564 Ibid., p. 77-80 ; « si la vertu tient lieu de loi, la loi supplée aussi à la vertu », p. 80. Voir M (...)
  • 565 Réfl., p. 84.
  • 566 Si O. Belot cite parmi les grands « génies » de l’humanité, Lycurgue, législateur spartiate auquel (...)
  • 567 Réfl., p. 80. Notation à mettre en relations avec les troubles violents qui opposent alors parlemen (...)

107Le bonheur a partie liée avec le politique qui joue un rôle déterminant : il n’existe pas de société civile sans lois. Les lois servent le bonheur de chacun. O. Belot trace une apologie véhémente de celles-ci. Protectrices des droits individuels, elles travaillent au bonheur de tous, en jouant le rôle de « frein »559 pour les hommes ou les actes vicieux560. O. Belot prend ainsi le contre-pied de la condamnation violente qu’en fait Rousseau dans le DOI : les lois ne sont, aux yeux de ce dernier, qu’un instrument de domination des faibles et des pauvres, mis en place avec habileté par les puissants et les riches afin de défendre, dans leur rouerie, leurs possessions et privilèges561. Selon O. Belot pour qui l’homme est bon et vicieux à la fois, les lois « [tiennent] lieu de vertu » quand celle-ci est absente562 et évitent qu’un « Pays […] ne devienne le théâtre de la fraude, des troubles & de la guerre ». Elles visent alors le bonheur de la nation comme de l’individu ; elles s’appliquent à tous : elles « tendent, toutes, à contraindre chaque particulier à concourir au bonheur général de chaque nation, & cette nation à veiller au bonheur de chaque particulier, combiné selon le climat du Pays & le génie du Peuple »563. On trouve ici encore l’influence de Montesquieu, voire de Diderot564. Les « conventions » passées entre les hommes établissent « une dépendance volontaire et mutuelle [qui] tourne au profit de chaque individu, est favorable à toute l’espèce »565. C’est pourquoi O. Belot place au nombre des « génies », les grands législateurs comme Moïse, Lycurgue et Solon566. Contrairement au DOI, les Réflexions n’évoquent que sommairement la fonction exécutive des lois qu’incarnent les « magistrats » ; mais elle rappelle que leur fonction est essentielle. Elle affirme que « les lois, la police, la société veillent » (doivent veiller ?) à la « sûreté » de tous (en particulier des plus faibles et des plus pauvres), c’est-à-dire à la paix et à l’ordre civils, loin de la « fraude des troubles & de la guerre »567. C’est essentiellement la sûreté des personnes, mais aussi des biens, dans la mesure où, comme on l’a dit plus haut, elle reconnaît, à l’instar de Locke, la propriété comme un droit naturel, avec les réserves qu’on a signalées.

  • 568 « Il est trop vrai que l’inégalité politique établie actuellement ne suppose pas que ceux qui comma (...)
  • 569 Ibid., p. 91.
  • 570 Ibid., p. 93.
  • 571 Selon Duclos, le « Juge plus éclairé, plus sévère » est « le sentiment intérieur qu’on appelle la c (...)
  • 572 Il s’agit d’un contrat tacite : « Ceux qui s’emparent du pouvoir par le seul droit de la naissance, (...)
  • 573 L’importance du mérite personnel avait été soulignée par l’abbé de Saint-Pierre ; voir, par exemple (...)
  • 574 « Si corrompu que soit un Souverain, un Grand, un Magistrat, il n’ose commettre les cruautés, les e (...)
  • 575 EPEH, 1700, livre II, XXVIII, p. 428-433 ; on y lit : « Je croy pouvoir dire que quiconque s’imagin (...)

108On a vu plus haut comment le système d’O. Belot qui définit « l’inégalité naturelle » comme origine de l’inégalité dans les premières sociétés, coïncidait avec l’analyse proposée par Rousseau du premier stade de l’« âge des cabanes », « âge le plus heureux » mais où il décelait l’émergence d’une inégalité civile provenant de celle des capacités naturelles. Comme Rousseau encore, O. Belot constate que la société moderne est marquée par une inégalité civile et le déplore568 : celle-ci entraîne des « désordres », provoqués par divers « abus » dénoncés dès le début des Réflexions, « abus de pouvoir » et autres « abus introduits dans la société »569 : « Un Souverain, un Grand, un Magistrat » peuvent être « corrompus » ; certains « s’emparent du pouvoir par le seul droit de la naissance, du crédit ou des richesses » ; cet état de fait peut entraîner « cruautés, excès, injustices »570. Mais la société civile oppose plusieurs « freins » à ces « abus ». Il existe, en effet, deux types de contrôle qui se subdivisent chacun en deux modalités. Le premier est un contrôle intérieur qui est, à la fois, la conscience intime du bien (en dehors de toute contrainte religieuse) ou « préjugé de la vertu »571 ainsi qu’un contrat intérieur « avec la société »572 ou « engagement de se conduire dans [sa] place, comme si [on tenait sa] supériorité du mérite »573. Le second se compose d’un contrôle extérieur, constitué non seulement par les lois, comme on l’a vu, mais aussi par l’« opinion publique »574. Ici encore, O. Belot s’inspire de Locke qui plaçait, à côté de la loi naturelle (divine) et de la loi civile, celle « de l’opinion, de la réputation »575. Cette remarque a d’autant plus de poids que les années 1750 connaissent une expansion importante du nombre de périodiques et de l’impact de la presse ; de plus, le public peut se familiariser avec le visage des individus notables : la culture des portraits d’hommes importants, célèbres ou de pouvoir connaît, au cœur du siècle, un net essor. Ce passage des Réflexions sur les freins multiples à l’exercice abusif du pouvoir, plus qu’une simple constatation, résonne comme une mise en garde. Le « puissant », selon O. Belot, doit donc rendre des comptes : à sa conscience, à la justice humaine et à la communauté civile. Cette insistance mise sur la nécessaire prise en compte de l’opinion publique n’est pas sans concerner également Rousseau, tant pour les épisodes qui l’ont fait s’affronter au « public » avant 1756 que pour sa véhémente condamnation de « l’amour propre » en tant que dépendance aliénante du regard des autres.

  • 576 Pour O. Belot, il y a soit « mérite » soit « abus ». En 1751, Turgot propose une justification de l (...)

109D’ailleurs, O. Belot estime nécessaire l’« obéissance politique » bien entendue : c’est un devoir que l’on doit pratiquer, sans que cela soit « avilissant ». Car « ce n’est point l’homme qui commande à l’homme, c’est le grade qui commande au grade »576 : c’est dire que la répartition nécessaire des tâches dans la société civile induit une hiérarchisation qui n’affecte pas l’égalité de ses membres et ne doit nullement blesser leur orgueil. Les idées d’O. Belot rencontrent celles de Jaucourt qui, en 1755, conclut ainsi son article « Égalité naturelle » de l’Encyclopédie :

Je n’approuve point dans un état cette chimère de l’égalité absolue que peut à peine enfanter une république idéale ; je ne parle ici que de l’égalité naturelle […]. Je connais trop la nécessité des grades, des honneurs, des distinctions, des prérogatives, des subordinations qui doivent régner dans tous les gouvernements & j’ajoute même que l’égalité naturelle ou morale n’y est point opposée.

  • 577 « Aristote rapporte que Phaléas de Calcédoine avait imaginé une façon de rendre égales les fortunes (...)

110Car, même si « Dans l’état de nature, les hommes naissent bien dans l’égalité, […] ils n’y sauraient rester ; la société la leur fait perdre & ils ne redeviennent égaux que par les lois » ; et de citer Montesquieu à l’appui de ses dires577.

  • 578 En 1762, la démarche de Rousseau sera différente : « Ce passage de l’état de nature à l’état civil (...)
  • 579 La deuxième partie qui s’ouvre inter medias res, opère ensuite un retour en arrière : « Le premier (...)
  • 580 « Bientôt [on fit] des huttes de branchages qu’on s’avisa ensuite d’enduire d’argile et de boue. Ce (...)
  • 581 Des vices naissent comme « l’amour moral », « l’ambition dévorante, l’ardeur d’élever sa fortune re (...)
  • 582 « Riche, il a besoin de ses services ; pauvre, il a besoin de leur secours », ibid., p. 105.
  • 583 Rousseau en excepte la république de Sparte où, dit-il, « Lycurgue établit des mœurs qui le dispens (...)
  • 584 Le résumé de ces différentes étapes est donné par Rousseau, ibid., p. 117.
  • 585 L’évolution de Rousseau le conduira, en 1762, à formuler différemment son approche de la naissance (...)
  • 586 « Les Chefs devenus héréditaires s’accoutumèrent à regarder leur Magistrature comme un bien de fami (...)

111Qu’en est-il dans les Réflexions de la richesse et de la propriété ? La thèse de Rousseau, développée dans la seconde partie du DOI dont elle commande, par ailleurs, l’ensemble de la démarche578, se fonde largement sur ces deux données. En effet, leur apparition progressive qui connaît son akmé rhétorique avec le tableau du premier propriétaire terrien579, se dessine en quatre étapes à partir de l’âge heureux « des cabanes »580 ; elle déclenche un cortège de maux multiples581 quand se mettent en place des liens étroits entre les hommes, désormais « assujettis » à leurs semblables582 et que le « riche » se rend coupable d’« usurpation » du bien originairement commun ; vient alors la phase inévitable583 des « progrès de l’inégalité »584 : l’établissement de la Loi et du Droit de propriété585, perfidement obtenus de la collectivité par le « riche », puis « l’institution de la Magistrature » pour les faire appliquer et enfin « le changement du pouvoir légitime en pouvoir arbitraire »586.

  • 587 Locke, TGC, livre I, chap. IV, De la Propriété des choses (§ VII, p. 31- 70) : « Le fruit ou le gib (...)
  • 588 Réfl. p. 92.
  • 589 DP, p. IV.
  • 590 Réfl., p. 92 ; il peut même être « massacré ».

112Si le terme de « propriété » n’est jamais utilisé dans les Réflexions, la chose y est pourtant clairement désignée. Dans un passage directement inspiré de Locke chez qui le droit de propriété est conçu comme un droit naturel587, O. Belot décrit le « sauvage » qui possède « sa caverne » ou « son arbre », « ses fruits et son gibier », « son canton », « sa femelle », sa vie enfin588. Or, elle note que tous ces biens, en raison de la « loi du plus fort » stigmatisée par d’Alembert589, pourront lui être « dérobés » ou « enlevés » par les « autres Sauvages »590. En revanche, dans la société civile, les lois veilleront (ou devront veiller) à la « sûreté » de tous.

  • 591 Pour Locke, « autant d’arpents de terre qu’un homme peut labourer, semer, cultiver, & dont il peut (...)
  • 592 Réfl., p. 92.
  • 593 Malgré son dénuement, la vie du paysan misérable est, selon elle, moins pénible que celle du Sauvag (...)

113Mais les thèses d’O. Belot sont plus séditieuses qu’elles ne peuvent paraître de prime abord. En effet, alors que Locke justifiait la propriété de la terre par le « travail » de celle-ci591, O. Belot, en rappelant l’excès des infortunes du paysan qui « a la peine de tirer [ « son nécessaire »] des entrailles de la terre » et « a des supérieurs qui lui donnent des ordres »592, souligne que le travail ne débouche pas toujours sur la propriété : il ne protège pas de la misère593. Ces lignes frappent par leur violence. Leur sens s’éclaire des propos véhéments qu’elle tiendra, deux ans plus tard, dans ses Observations (1758), sur l’« indigence trop répandue dans ce qu’on nomme la Roture » qui regroupe « le paysan écrasé » et « l’artisan laborieux » :

  • 594 Obs. NT, p. 2-3. Les passages cités supra des Réfl. s’inspirent de La Fontaine et de La Bruyère qu’ (...)

Cette portion la plus nombreuse & peut-être la plus utile du Royaume […] n’aurait-elle nul droit à sa Reconnaissance ni à l’attention des autres ? Ne dirait-on pas qu’essentiellement inférieure à la Noblesse, elle doive ramper & se taire devant elle ? Qu’est-ce que ces vains noms de Nobles & de Roturiers dont, parmi nos compatriotes ceux-ci s’enorgueillissent & ceux-là se déconcertent ? Qu’est-ce enfin que les différents Ordres d’un État si ce n’est une société d’hommes égaux dans le sein de la nature qui n’ont d’avantages véritables les uns sur les autres que ceux qu’ils tiennent du mérite & qui ont consenti à remplir des fonctions différentes pour concourir tous au bien public ?594

  • 595 On lit dans les Obs. NT ce passage qui renvoie tant au DOI qu’aux Réfl. : « Peut-être, s’il était q (...)
  • 596 Les Grands dont le « faste » est stigmatisé, sont incarnés par Araminte, Réfl., p. 85 ; Duclos use, (...)
  • 597 L’Esprit de Montaigne (1753) donne cet extrait des Essais : « Du masque et de l’apparence, il ne fa (...)
  • 598 D’Alembert en traite également : les plus faibles des hommes (et les plus nombreux), voulant efface (...)
  • 599 Réfl., p. 85.
  • 600 Voir Pope : « Mais pourquoi vouloir l’extérieur, plutôt que l’intérieur ? », EH, Ép. IV, p. 78. Vol (...)

114Quant aux inégalités de richesse, O. Belot qui se disait, dans l’exorde des Réflexions, « persécutée par la fortune », en traite sommairement, au contraire des Observations de 1758595, mais efficacement. Elle évoque rapidement les « avantages », « le rang, le faste et l’opulence » des Grands596 ; elle esquisse une courte scène où triomphe, semble-t-il, la riche Araminte, peinte en contraste avec « le plus pauvre de nos paysans, le plus accablé de la taille & des corvées », notation qui n’est pas sans évoquer La Bruyère. On voit passer la grande dame, flanquée de son « cortège » qui « éclipse » la narratrice roturière… qui n’en possède pas ! Mais O. Belot désamorce cet affrontement à son avantage : à l’inégalité des richesses et des conditions, toute extérieure car elle n’est, selon le mot de Montaigne, que « masque et apparences »597, elle oppose l’inégalité d’esprit598 : « Que m’importe […] ces avantages si ce sont les seuls qu’elle [Araminte] ait sur moi ? Ces avantages nous sont étrangers à l’une & à l’autre ; son cortège éclipse le mien, d’accord ; mais elle-même ne m’éclipse pas »599. Il existe une aristocratie de l’esprit qui déboute l’inégalité sociale600.

  • 601 Pour d’Alembert, la « fierté juste & nécessaire devrait faire toujours le caractère des gens de let (...)
  • 602 L’expression se trouve dans la notice « AMOUR PROPRE » de d’Arcq, Mes loisirs, p. 37.
  • 603 « Ou elle est fondée sur le mérite & alors elle est juste ; ou elle résulte de quelque abus qui s’e (...)
  • 604 Est cité in extenso le passage incriminé de Rousseau qui détourne le « suave mari magno » de Lucrèc (...)

115Se dessine, en contrepoint, le modèle du « philosophe », de celui qui, exerçant la « fierté philosophique »601 et « l’amour propre bien entendu »602, se situe hors du champ de l’humiliation sociale : membre à part entière de la société civile, il ne souffre pas de l’inégalité civile, « nulle » pour lui au sens où elle n’a rien d’« avilissant » en soi603. Cette longue apologie du « Philosophe », de l’« ami de la sagesse » est une réponse au « trait sacrilège » que Rousseau « lance à la Philosophie », illustrée par une longue citation du DOI604 (Réfl., p. 56-57).

  • 605 « Lorsque cet homme si peu digne d’envie, n’a ni faim, ni soif, ni sommeil, ni désir de se reprodui (...)
  • 606 Réfl., p. 90.
  • 607 Ibid., p. 57.
  • 608 Ibid., p. 77.
  • 609 De Dumarsais (NLP, 1743, p. 173-204).
  • 610 Ibid., p. 201.
  • 611 « L’homme n’est point un monstre qui ne doive vivre que dans les abîmes de la mer ou dans le fond d (...)

116O. Belot lie la question de l’inégalité à celle du bonheur : le « philosophe » peut atteindre un bonheur qui était ignoré par le Sauvage du DOI, emprisonné dans l’immédiateté605. Car le philosophe « pense, il désire, il jouit & multiplie pour ainsi dire son être en multipliant ses facultés ; son esprit & sa raison sont pour lui des trésors inépuisables »606. En s’ouvrant sur « l’ordre de l’Univers » et en exerçant la « bienfaisance »607, il obéit aux préceptes que donne la Raison : « Ne fais pas de mal à ton semblable […] ; jette tes regards sur le livre de la nature […] : il t’est permis de savoir tout ce qu’il est possible de connaître ; […] je t’éclaire ; ne nous échappe jamais & tu seras heureux »608. La même apologie se lisait dans Le Philosophe (1743) : « La société civile est pour ainsi dire la seule divinité qu’il reconnaisse sur terre »609. Les hommes, selon O. Belot, ne sont pas reliés par des « chaînes », comme l’affirme le DOI, mais par les liens heureux de la sociabilité : « C’est pour nous un doux plaisir que cette liaison », lisait-on déjà dans Le Philosophe610, où ce dernier était défini par la « réflexion » jointe à l’« humanité », à la « probité » et au désir de vivre dans la « société civile » en lui étant « utile »611.

  • 612 DOI, p. 121.
  • 613 « Le Despotisme élevant par degrés sa tête hideuse et dévorant tout ce qu’il aurait aperçu de bon e (...)
  • 614 Dans le DP, d’Alembert, évoquant l’ordre encyclopédique des savoirs, écrit : « Ce dernier consiste (...)
  • 615 Dans son Tab. ph. (1750), Turgot expose la marche de l’esprit vers la lumière, malgré des pauses, v (...)
  • 616 Voir Réflexions sur l’esprit humain, MF, avril 1755 (p. 31-44). Y sont distinguées deux catégories (...)
  • 617 Réfl. p. 95.
  • 618 Ce passage est-il à mettre en relation avec celui sur le « matérialisme » et les nombreux passages (...)
  • 619 « Le philosophe est un honnête homme qui agit en tout par raison, et qui joint à un esprit de réfle (...)

117Ainsi, à Rousseau qui prévoit, avec « le dernier terme de l’inégalité »612, un chaos final où triompherait le despotisme613, la péroraison des Réflexions oppose la marche universelle et victorieuse des lumières de « l’Esprit humain », observée à partir du vaste tableau offert par l’histoire complexe de l’homme, envisagée dans le temps et dans l’espace. Ce regard surplombant n’est pas sans évoquer celui du « Philosophe » de d’Alembert qui, placé, « au-dessus de ce vaste labyrinthe » de l’Encyclopédie, pourra embrasser la diversité complexe de l’avancée humaine614 ; il fait également écho à la description enthousiaste qu’en fait Turgot en 1750615 ou aux propos de Marivaux publiés dans le Mercure d’avril 1755616. La fin des Réflexions nous invite à constater « que l’esprit humain circule, qu’il se modifie autant que la matière & qu’il prend, comme elle, telle forme ici, telle forme là, telle forme ailleurs, par le résultat de ses différentes combinaisons ». O. Belot en affirme la toute-puissance puisqu’il subsiste éternellement et, s’il se modifie, c’est « sans jamais s’annihiler »617. Cette clôture optimiste, hymne à l’esprit humain éternellement vivant, étroitement mêlé à une matière animée sans que ne se manifeste aucune intervention divine618, donne toute sa portée à un texte sous-tendu par l’éloge enthousiaste de la raison et de la connaissance de la nature. En exaltant le « philosophe », au sens que lui donnait Dumarsais619, O. Belot proclame la supériorité de l’homme raisonnable sur tout autre être vivant ; c’est pourquoi un rôle prépondérant est attribué aux « grands hommes », déjà loués en 1755 par Marivaux dans son « histoire de l’esprit humain ». En 1756, les Réflexions s’engagent ainsi clairement en faveur du combat des Lumières.

« L’audace d’une femme qui ose penser et même écrire » sur l’égalité des sexes et l’inégalité de leur condition ?

  • 620 Ce terme et les suivants sont contenus dans les 1re et 2e phrases de l’exorde. La femme ne fait-ell (...)

118Ce combat en faveur de la raison ne peut être mené qu’avec « audace »620 : O. Belot l’affirme en préambule. Cela est d’autant plus vrai qu’il est mené par une femme. Or, ajoute-t-elle avec fermeté, M. Rousseau « ne verra qu’avec indignation l’audace d’une femme qui ose penser et même écrire ».

  • 621 Voir A. Évain, « Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours », Séméion, 6 « Femmes et langu (...)
  • 622 JD, I, p. 126-131. La qualification d’« autrice », réclamée pour toutes celles qui participent à la (...)
  • 623 « Elles égalent au moins les hommes qu’elles surpasseraient sans doute, si on n’avait pas cherché, (...)
  • 624 Surtout celles qui traitent des sciences et de la philosophie. Voir É. Badinter : « Dans la seconde (...)
  • 625 La création de ce terme, alors inexistant, est un néologisme également réclamé par « Melle Corr***  (...)
  • 626 Est-ce parce que la première est reconnue (elle fait partie d’académies de province et de l’étrange (...)

119C’est dans cet esprit que l’exorde souligne lourdement, on l’a vu, l’appartenance au « Beau Sexe » de l’auteur : n’est-ce pas un « effet de la raison perfectionnée » qu’une femme « ose penser & même écrire » ? Faudrait-il dire plutôt l’« autrice »621 ? La revendication des femmes à obtenir l’entrée de cette « qualification » dans le Dictionnaire de l’Académie française est à l’ordre du jour. Une « Melle Corr** » et Mme de Beaumer la formuleront, avec vigueur et talent, dans Le Journal des Dames de février 1762622 : le terme est de droit, à leurs yeux, pour les Dames, « surtout depuis qu’elles ont par leurs travaux mérité un nom dans la Littérature »623. Car elles sont nombreuses à publier, malgré le discrédit qui frappe encore les publications féminines624 : Mlle Corr** le souligne ainsi que Mme de Beaumer, désignée comme « éditrice »625 du Journal, qui évoque « les Du Bocage et les Puysieux »626.

  • 627 Oser poser la question des conceptions de Rousseau sur « les femmes » ? La bibliographie, contrasté (...)

120En 1755, l’« inégalité des conditions » de l’homme et de la femme trouve-t-elle place dans le DOI ? Quelle conception Rousseau exprime-t-il, sur ce sujet, dans ses textes contemporains et antérieurs ? Nous n’envisageons ici essentiellement que les textes rédigés avant 1756, c’est-à-dire ceux qu’O. Belot a pu connaître ; quelques incursions ne seront faites à la Lettre […] à d’Alembert (1758), l’Émile (1762) et La Nouvelle Héloïse (1761) que dans la mesure où s’y développent des thèses antérieures627. On pourrait penser que Rousseau accorde, dans le DOI, une place non négligeable au sujet de l’inégalité homme/femme, quand on met en regard l’ampleur vigoureuse de son projet philosophique et l’inégalité de traitement des deux sexes dans la société française d’Ancien Régime, que ce soit dans le domaine juridique, politique, social, éducatif, etc. Or, le DOI n’accorde aucun passage spécifique à cette question ; elle ne se trouve, comme nous le verrons, qu’évoquée incidemment et de manière secondaire. Cet écart est, en lui-même, lourd de sens.

  • 628 Problème sur les femmes, traduction anonyme (Meusnier de Querlon ?) de 1744 de la Dissertatio nova  (...)
  • 629 Aussitôt éditée, cette brève comédie du jeune dramaturge (1723-1761) est jouée avec succès à partir (...)
  • 630 Comédie publiée dans le MF, déc. 1750, p. 29-87 ; c’est la reprise abrégée en un acte de la Nouvell (...)
  • 631 Dissertation sur la question Lequel de l’homme ou de la femme est plus capable de constance ou LA C (...)
  • 632 Texte anonyme intitulé La femme n’est pas inférieure à l’homme, traduit de l’anglais, [Londres], 17 (...)
  • 633 Le Triomphe des Dames traduit de l’anglais de Miledi P***, [Londres], 1751.
  • 634 Lettres d’une Péruvienne, Lettre XXXIV.

121L’époque était pourtant à s’interroger. Le tournant du siècle avait vu paraître pléthore d’ouvrages sur le sujet. Citons, parmi bien d’autres, après la plaisanterie renouvelée en 1744 sur l’absence d’appartenance des femmes au « Genre humain »628, la publication, en 1750, de L’Impertinent, « satire contre les femmes »629 du dramaturge ami de Grimm, Desmahis, de La Colonie de Marivaux630, de La Cause des Dames par Mlle A…631 et de La Femme n’est pas inférieure à l’homme632 ; cette traduction d’un ouvrage anglais de 1739 qui s’inspire étroitement des œuvres de Poullain de la Barre, est réimprimée, en 1751, sous le titre de Triomphe des Dames633. En 1752, est donnée une nouvelle édition des Lettres d’une Péruvienne de Mme de Graffigny où l’héroïne Zilia dénonce l’étonnante contradiction des Français qui « respectent [les femmes] et, en même temps, les méprisent avec un égal excès »634. En 1753, le P. Caffiaux, dans ses Défenses du Beau Sexe, s’inspire encore des œuvres de Poullain de la Barre.

  • 635 Dans l’Essai sur les femmes, Œuvres de Mme la marquise de Lambert, p. 179.
  • 636 T. II, p. 130.
  • 637 Voir, par exemple, la scène IV : la « savante », nommée Araminte dans la première version, « femme (...)
  • 638 Le Triomphe des dames, rédigé par un géographe, Philippe de Prétot (1710-1787) ; la brochure de 23  (...)
  • 639 Le GENIE DU MANS, Songe de Madame la comtesse de… s’engage en faveur de la création d’une Académie (...)
  • 640 Titre donné au chap. IV du t. II des Passions intellectuelles, p. 292- 334. Sont retenues deux « fe (...)

122La question centrale est, bien évidemment, celles de l’éducation donnée aux femmes et de leur possibilité d’exercer leur intelligence. En 1751, on lit dans la 3e édition des Œuvres de Mme de Lambert : « Quelle est la tyrannie des hommes ! Ils veulent que nous ne fassions aucun usage de notre esprit »635. La même année, on peut lire dans l’édition des Chefs d’œuvres dramatiques de Voltaire, la dédicace d’Alzire (1736) à Émilie du Châtelet ; il y écrivait : « Nous sommes au temps, j’ose le dire, où il faut qu’un poète soit philosophe & où une femme peut l’être hardiment »636. Pourtant, en 1755, Le Cercle ou Les Originaux de Palissot tourne encore en dérision, longtemps après Molière, « la femme savante » qui, s’adonnant à la philosophie et aux mathématiques, se pique de penser et d’écrire jusqu’à envisager de fournir un article à l’Encyclopédie637. En retour, paraît, la même année, un nouveau Triomphe des Dames, brève brochure anonyme dans laquelle une Marquise de C*** affirme la nécessité d’une éducation « publique » destinée aux femmes, prévoit des « régentes » dans des classes féminines et conclut l’ouvrage par des louanges adressées à trois grandes mathématiciennes contemporaines638 ; diverses parutions, poèmes ou « Songe », donnés anonymement et publiés dans le Mercure de cette même année 1755, mettent en avant les capacités intellectuelles des femmes, leur aptitude à siéger dans des académies littéraires, voire à pratiquer la philosophie et à la physique639. L’année 1756 est désignée par Élisabeth Badinter comme une année faste pour de « Nouvelles figures d’intellectuelles »640 : succès de Françoise de Graffigny, parution de La Colombiade d’Anne-Marie du Bocage, début de la participation de Louise d’Épinay à la Correspondance littéraire, traduction par Geneviève Thiroux d’Arconville de l’Avis d’un père à sa fille d’Halifax et Traité d’horlogerie dû, pour la partie géométrique, à Reine Lepaute.

  • 641 Le 1er exprime le point de vue de l’« anthropologie », le 2e, de Jaucourt, celui du « droit naturel (...)
  • 642 « J’indiquerai de temps en temps, selon ma coutume, quelques articles remarquables (du tome VI de l (...)
  • 643 Voltaire signale à d’Alembert que l’art. « Femme » est imprimé dans les journaux locaux comme la Ga (...)
  • 644 Voir infra.

123Et l’Encyclopédie ? Au début de 1756, paraissent, dans le tome VI, non encore imprimé mais en circulation dans Paris, pas moins de quatre articles intitulés « Femme »641, envisagée selon quatre points de vue, au contenu contradictoire. Parmi eux, le « maudit article » misogyne de Desmahis, « Femme (morale) », que Grimm juge « remarquable »642 (de nombreux poèmes de l’auteur sont cités régulièrement dans la Correspondance littéraire) mais dont la platitude puérile et niaise suscitera longtemps l’indignation de Voltaire qui y voit un article fait « par le laquais de Gil Blas »643 ; l’article de Jaucourt « Femme (droit naturel) » est d’une tout autre teneur644.

124Le 15 juin de la même année, l’hostilité aux femmes est dénoncée dans la longue « lettre » de la Correspondance littéraire, due sans doute à l’influence, voire à la plume de Louise d’Épinay. Elle débute ainsi :

  • 645 Le ton surprend dans la Corr. litt. qui abonde en sarcasmes sur les capacités intellectuelles des f (...)

C’est la mode de dire du mal des femmes. Il semble que les hommes aient voulu, dans tous les temps, se venger par la médisance de l’empire qu’elles exercent sur eux. […] Aujourd’hui que tout est philosophie, et que, jusqu’aux gens du monde, tout en a pris l’attache ou le masque, nous médisons des femmes méthodiquement et avec une pédanterie bien ridicule aux yeux du vrai philosophe.645

  • 646 Dans la L. à d’A., Rousseau affirmera que le théâtre donne une image trompeuse de la femme qu’il pr (...)
  • 647 Dans la 1re édition (1751).
  • 648 JD, « Avant-Propos », oct. 1761, III, 1re partie, p. III. Allusion à l’épigraphe célèbre empruntée (...)

125Deux auteurs y sont clairement incriminés : Buffon et Rousseau. La même année voit la réédition de la Cénie646 de Mme de Graffigny qui écrivait dans l’« Épître dédicatoire à M. le Comte de Clermont » : « On pardonne difficilement aux femmes de penser & d’écrire sur des matières qui sont à leur portée »647. Amère constatation qui annonce la future détermination de Mme de Beaumer ; prenant fin 1761 la direction du Journal des Dames, elle s’exclamera : « Que je serais heureuse de pouvoir venger mon sexe de cette idée injurieuse où sont encore quelques barbares parmi nos concitoyens, qui ont de la peine à nous accorder la faculté de penser…! »648.

  • 649 La L. à d’A. s’écarte souvent de son sujet – le théâtre – pour consacrer de longs passages aux « fe (...)
  • 650 Dans La Nouvelle Héloïse, on renvoie particulièrement à la lettre XXI (2e partie) sur les Parisienn (...)
  • 651 R. Trousson choisit d’ouvrir son livre de 2000 par deux extraits de lettres d’admiratrices de Rouss (...)

126En 1755, Rousseau ferait-il partie de ces « barbares » ? Peu de temps avant la Lettre à d’Alembert sur son article Genève649 (1758) et bien avant Julie ou La Nouvelle Héloïse (1761) ou l’Émile (1762)650, textes où il se montrera prolixe à propos des femmes, il ne leur a consacré que peu de lignes651. Pourquoi O. Belot assure-t-elle, au début de 1756, qu’il « ne verra qu’avec indignation l’audace d’une femme qui ose penser et même écrire » ? De quels éléments dispose-t-elle alors pour ouvrir ainsi ses Réflexions ?

127Certaines remarques écrites par Rousseau dans les années 1737 (?) auraient pu l’en empêcher : le premier de ces feuillets manuscrits, bref écrit Sur les femmes, faisait état des

femmes privées de leur liberté par la tyrannie des hommes et [de] ceux-ci maîtres de toutes choses […] : ils s’en sont emparés, dès les premiers temps, par je ne sais quel droit naturel et qui pourrait bien n’avoir d’autre fondement que la force majeure.

  • 652 Textes publiés par T. Dufour, AJJR, 1901, I, p. 202-205 et 209-212.
  • 653 L’autre est celle de La Popelinière (Conf., VIII). Louise Dupin, épouse d’un fermier général, tint (...)
  • 654 Castel de Saint-Pierre, qui la surnommait « Plotine » (épouse de Trajan et mère d’Hadrien, connue p (...)
  • 655 Ces pages de Louise Dupin et de Rousseau ne seront décrites et analysées qu’au XXe siècle par A. Sé (...)

128Dans un second feuillet, plus long, l’Essai sur les événements importants dont les femmes ont été la cause secrète, Rousseau exprimait son projet de détailler le rôle politique des femmes dans « La prise de Troie. L’incendie du palais de Persépolis. Établissement de la République romaine »652. Cet intérêt ancien pour les femmes aurait pu trouver à se renforcer pendant les années qu’il a passées comme secrétaire de Madame Dupin, dans l’une des « deux plus brillantes maisons de Paris » qu’il a fréquentée pendant plusieurs années653. Il n’en sera rien ; bien au contraire. Encouragée par son ami l’abbé de Saint-Pierre, Louise Dupin avait entamé, avant même la venue de Rousseau, un vaste ouvrage, en 47 « chapitres », Sur les femmes, pour lesquelles elle réclamait l’égalité civile654. À sa demande, Rousseau rédigea une masse impressionnante de documentation, restée manuscrite, à partir d’ouvrages juridiques, historiques, médicaux, etc.655. Mais il conservera un souvenir ambigu de ses relations avec Mme Dupin ; s’il louera toujours sa bonté, il est convaincu qu’elle le méprisait :

  • 656 Conf., VII, Œ. R., I, p. 341-342.

ni Francueil ni Mme Dupin ne se souciait de me laisser acquérir une certaine réputation dans le monde, de peur peut-être qu’on ne supposât, en voyant leurs livres, qu’ils avaient greffé leurs talents sur les miens. Cependant, […] Mme Dupin m’en a toujours supposé de très médiocres et elle ne m’a jamais employé qu’à écrire sous sa dictée ou à des recherches de pure érudition.656

129En 1756, O. Belot qui n’a pu avoir connaissance de ces notes, ne peut donc se référer qu’au DOI et aux œuvres antérieures de Rousseau, c’est-à-dire, pour le sujet qui nous concerne, le Discours sur les sciences et les arts (1750), la « Préface » de Narcisse (1753) et l’article « Économie (politique) » de l’Encyclopédie (1755), toutes œuvres dans lesquelles il s’écarte des thèses de Louise Dupin.

  • 657 Bayle pointe l’ambiguïté du terme français « homme » dans l’art. « Geddicus » (Dictionnaire histori (...)
  • 658 DOI, p. 87-89.
  • 659 Ibid., p. 96-99.
  • 660 Note VIII (p. 131-132) sur les « mamelles » des animaux qui conclut que l’espèce humaine est nature (...)
  • 661 Publié dans le tome V de nov. 1755, il sera republié en 1758, sous le titre de Discours sur l’écono (...)

130Il est remarquable que dans le DOI, la question de « l’inégalité des conditions » des sexes ne soit pas posée, d’autant qu’il est consacré à l’inégalité dans la société civile ; elle aurait pu, à bon droit, être envisagée dans la seconde partie du DOI, d’autant, on l’a signalé, que la question est, au cœur du siècle, l’objet de maints débats animés. Comment expliquer cette absence ? Est-ce dire que le sujet, aux yeux de Rousseau, ne mérite pas d’être traité ? Ne s’agit-il pas, d’ailleurs, de traiter de l’inégalité « parmi les hommes » ? Les silences de Rousseau sur l’inégalité des sexes sont servis par l’équivocité du terme français « homme » qui désigne soit l’individu masculin soit, équivalent alors de son étymologie latine « homo », l’être humain, qu’il soit « mâle » ou « femelle »657. Les passages traitant spécifiquement des femmes apparaissent essentiellement deux fois dans le cours du texte : à la fin de la première partie658, dans le long excursus qui préfigure les graves inconvénients de la vie civile, et au début de la seconde partie, lors de la description de la première vie sociale659 ; ils figurent également dans de brefs passages et certaines « Notes »660. Ils sont, de plus, à mettre en relation avec les œuvres passées de Rousseau ainsi qu’avec l’article contemporain « Économie politique »661. Dans tous les cas, la question est envisagée non pas à partir de la condition spécifique des femmes dans la société mais à propos du couple, de la famille ou de l’« amour ».

  • 662 DOI, p. 94 ; d’ailleurs, « Le besoin satisfait, les deux sexes ne se reconnaissaient plus, et l’enf (...)
  • 663 Point de vue ici majoritairement androcentrique : « Ses désirs ne passent point ses besoins physiqu (...)
  • 664 Voir G. R. Havens, Voltaire’s marginalia, p. 12 ; dans sa facétie de 1768, Femmes, soyez soumises à (...)
  • 665 Le point de vue est majoritairement masculin (« Amants », « Époux »).

131À la fin de la première partie du DOI, Rousseau, établissant une comparaison, fondamentale dans son système, entre l’« amour physique » et l’« amour moral », se livre à une violente diatribe contre ce dernier. Il y affirme, en effet, l’immense supériorité du premier, seul connu par l’« homme de la nature », sur le second, propre à l’« homme de l’homme ». Car l’« amour physique », « acte purement animal »662 dicté par la conservation de l’espèce, besoin rare en raison du caractère « fortuit » des rencontres et rapidement satisfait, n’altère ni la liberté ni le bonheur ni « l’innocence » de l’homme isolé663. L’« amour moral », en revanche, né de la fréquentation des êtres humains entre eux, est une « passion ardente et impétueuse » qui rend « un sexe nécessaire à l’autre » ; générant des « fureurs », il semble « propre à détruire le Genre humain ». Il engendre, en effet, de funestes conséquences parmi lesquelles la domination des femmes sur les hommes n’est pas la moindre. Car les femmes sont « le sexe qui devrait obéir », affirme Rousseau dans une formule qui suscitera l’indignation de Voltaire : « Pourquoi ? », notera-t-il en marge de son exemplaire du DOI664. Or, le sexe féminin a établi sur le sexe masculin, poursuit Rousseau, un « empire » dont il s’est emparé par l’exploitation rusée de l’« amour moral » : il exploite cette affection car elle le rend désormais « dominant ». Cette « passion terrible », « rage effrénée & brutale », est « factice » puisque entièrement absente de l’« état de nature ». Une longue liste de conséquences effroyables est alors donnée : « jalousie des Amants », « vengeance des Époux », « Duels, Meurtres et pis encore », « adultères […], débauches, avortements »665. Ce déplacement des effets nuisibles de l’« amour moral » en fin d’une première partie, pourtant consacrée à l’« état de nature », met la lumière sur l’abondance et la gravité des dangers qu’il génère et dont « les femmes » sont en grande partie responsables.

  • 666 Point de vue ici encore androcentrique.

132La thèse est reprise en début de seconde partie, quand Rousseau, traitant des regroupements humains, décrit l’évolution des rapports entre hommes et femmes. Le ton y est apparemment plus mesuré : l’homme qui constate des « conformités avec ses semblables, avec sa femelle666 et lui-même », en conclut que « leur manière de penser et de sentir était entièrement conforme à la sienne ». L’« identité » des deux sexes semble ici sommairement affirmée, même s’il est notable que le point de vue adopté soit encore celui de l’« homme », comme le pointe l’emploi du terme « femelle ».

  • 667 « Mais il se présenta bientôt des difficultés », ibid., p. 95 ; sans que rien ne soit dit de la nat (...)
  • 668 Selon Jaucourt, la sphère familiale est plus large : « L’état de famille produit diverses relations (...)
  • 669 DOI, p. 112 ; le passage fait écho à l’article « Économie » de l’Enc. : « Rien au monde n’est plus (...)
  • 670 EL, I, 2, « Des Lois de la Nature », p. 9. La première loi est la recherche de la paix, la deuxième (...)

133C’est alors que la création de la « famille » est envisagée : en raison des difficultés de survie « bientôt »667 rencontrées, l’histoire humaine connaît cette « première révolution ». Car l’homme, après les « premiers progrès » matériels, construit « huttes » et « Cabanes » où se réunissent « les maris et les Femmes, les Pères et les Enfants ». L’insistance sur l’homme deux fois désigné (« mari » et « Père ») face à un ensemble constitué par « Femmes » et « Enfants », invite à conclure à une identité de nature entre le double rapport mari/femme » et père/enfants668. Parallèlement, l’époque des « Cabanes » connaît l’apparition des « premiers développements du cœur » et des « plus doux sentiments qui furent connus des hommes, l’amour conjugal et l’amour Paternel ». Mais si l’amour paternel sera analysé longuement plus bas669, rien n’est dit sur la nature du lien qui a uni, avant le mariage, les futurs pères et mères ni sur l’« amour conjugal » dont la présence est constatée. Pourquoi ce silence ? Comment le lien conjugal s’est-il mis en place ? Montesquieu voit, dans la formation du couple, la « troisième loi » de la nature670 et Jaucourt affirme dans l’Encyclopédie que la

  • 671 Article « Famille (droit naturel) », Enc., VI, 1756.

famille est une société civile, établie par la nature : cette société est la plus naturelle & la plus ancienne de toutes. […] Les familles commencent par le mariage & c’est la nature, elle-même qui invite les hommes à cette union.671

  • 672 DOI, p. 99.

134Ce n’est, en revanche, que lorsque Rousseau évoquera un stade postérieur de l’évolution humaine – quand la multiplication des familles provoquera des rencontres entre les « jeunes gens de différents sexes »672 – qu’il traitera du hiatus entre l’« amour passager », propre à l’état de nature, et « l’amour plus permanent », pernicieuse attirance. Car ce « sentiment tendre et doux » est nécessairement instable : « la moindre opposition » en fait « une fureur impétueuse ». La liste non limitative et croissante des suites funestes et inéluctables de cet « amour moral » (« jalousie, Discorde » et « sacrifices de sang humain ») est une reprise insistante du sinistre tableau qu’il avait dressé en fin de première partie.

  • 673 « Ce fut alors que s’établit la première différence dans la manière de vivre des deux sexes qui jus (...)

135La rupture opérée par la vie dans les « cabanes » est lourde de conséquences ; elle met en place une seconde « révolution » : la « différence de manière de vivre » entre les deux sexes qui, jusqu’alors, n’en avaient qu’une. Elle génère, en effet, une distribution des tâches, qui, produites selon le sexe, entraîne une divergence fondamentale ; désormais, à l’extérieur de la « cabane », l’homme cherche la subsistance tandis qu’à l’intérieur, la femme garde abri et enfants673 : la rupture est consommée entre vie publique, celle des hommes, et vie domestique, réservée aux femmes. Cette répartition des espaces et des pouvoirs devrait être condamnée par Rousseau, comme nécessairement liée à la dégradation de la condition humaine. Pourtant, il ne traite pas ici de cette division du travail dont il signalera, quelques pages plus loin, que c’est elle qui génère l’inégalité :

  • 674 DOI, p. 101.

En un mot, dès qu’ils ne s’appliquèrent qu’à des ouvrages qu’un seul pouvait faire […], ils vécurent libres, sains, bons et heureux, autant qu’ils pouvaient l’être par leur Nature. […] Mais dès l’instant qu’un homme eut besoin du secours d’un autre, dès qu’on s’aperçut qu’il était utile à un seul d’avoir des provisions pour deux, l’égalité disparut, la propriété s’introduisit, le travail devint nécessaire et les vastes forêts se changèrent en Campagnes riantes qu’il fallut arroser de la sueur des hommes et dans lesquelles on vit bientôt l’esclavage et la misère germer et croître avec les moissons.674

  • 675 Voir infra.
  • 676 « D’où vient cette différence, si ce n’est que la Nature qui impose aux femmes une vie sédentaire  (...)

136Aucune insistance n’est faite sur la répartition sexuée des tâches lors de l’âge des cabanes, aucune analyse n’est proposée ; mais l’implicite n’en n’est pas moins présent, d’autant que la lecture peut être brouillée par des notations précédentes, comme la périphrase désignant « le sexe qui devrait obéir » ou les louanges véhémentes décernées aux vertueuses Genevoises dans la « Dédicace » du DOI675. Le discours de Rousseau se fait explicite quand, en 1758, dans la Lettre à d’Alembert, il qualifiera cette séparation des sexes de « naturelle » : « la Nature impose aux femmes une vie sédentaire et casanière […] ; suivons les indications de la Nature ». Il s’en fera l’apôtre puisque cette séparation est, à ses yeux, « utile » à la société676.

  • 677 « Préface » de Narcisse, note a ; il s’engage alors auprès d’eux « à jeter au feu à l’instant tous (...)
  • 678 DSA, p. 42. « Pusillanimité : lâcheté, manque de courage, petitesse de cœur, bassesse de cœur », DA (...)
  • 679 DSA, p. 42-43.
  • 680 L. à d’A., p. 187-188.

137L’insistance mise sur les méfaits de l’« amour moral », dont le moindre n’est pas l’emprise du sexe féminin sur l’autre, reprend une idée sommairement avancée, plusieurs années auparavant, dans le Discours sur les sciences et les arts et dans la « Préface » de Narcisse : dans la société civile, les femmes, du moins les Françaises, ici les Parisiennes, exercent un empire abusif, une véritable domination sur les hommes. Dans la « Préface » de sa comédie, Rousseau, s’adressant à ses « adversaires » parisiens qui se réfugient « dans les cercles de femmes et de beaux esprits », les conjure de lui signaler « s’ils s’aperçoivent que j’aille faire ma cour aux femmes qui donnent le ton »677. En 1750, le même discours avait été tenu, plus brutalement : dans le DSA, Rousseau qualifiait les femmes de « Tyrans de [la] liberté » des hommes. Car, en commandant scandaleusement le succès ou l’insuccès de « l’Artiste », elles affadissent, voire émasculent, en raison de leur « pusillanimité », sa pensée comme ses textes678. D’où cette adresse à Voltaire, désigné ici du patronyme qu’il avait pourtant abandonné depuis longtemps : « Dites-nous, célèbre Arouet, combien vous avez sacrifié de beautés mâles & fortes à notre fausse délicatesse & combien l’esprit de galanterie si fertile en petites choses vous en a coûté de grandes »679. En 1758, Rousseau reprendra et élargira cette thèse : « Ce sexe plus faible, hors d’état de prendre notre manière de vivre trop pénible pour lui, nous force de prendre la sienne trop molle pour nous & ne voulant plus souffrir de séparation, faute de pouvoir se rendre hommes, les femmes nous rendent femmes »680.

  • 681 P. 41-42.
  • 682 La note g de la L. à d’A. loue de manière ambiguë le courage des femmes : à l’affirmation selon laq (...)

138Une longue note du DSA de 1750, qui commentait l’expression « Tyrans de leur liberté » (curieux retournement de celle qu’il utilisait à propos des hommes dans son texte de 1735 Sur les femmes) semblait modérer la violence de la périphrase : « Je suis bien éloigné de penser que cet ascendant des femmes soit un mal en soi. C’est un présent qu’a fait la nature pour le bonheur du Genre humain » ; il s’en explique : « Mieux dirigé, [ce sexe] pourrait produire autant de bien qu’il fait de mal aujourd’hui. On ne sent point assez quels avantages naîtraient dans la société d’une meilleure éducation donnée à cette moitié du Genre humain qui gouverne l’autre ». Mais Rousseau n’envisage cette « éducation » des femmes que comme une formation morale : « Si vous voulez que [les hommes] deviennent grands & vertueux, apprenez aux femmes ce que c’est que grandeur d’âme & vertu »681. C’est donc grâce à l’intervention pédagogique des hommes, uniques détenteurs de la morale, que les femmes pourraient apprendre la vertu ; c’est alors seulement qu’elles pourraient exercer salutairement leur ascendant sur eux682. De leurs possibles facultés de jugement, de leurs éventuelles capacités d’accès à la connaissance, de leur éducation intellectuelle, il n’est aucunement question : n’est soulignée qu’une éventuelle aptitude morale des femmes, exigeant une nécessaire « direction » masculine afin de se réaliser.

  • 683 L. à d’A., p. 77.
  • 684 Rousseaucite l’extrait célèbre de la Satire X « contre les femmes » de Boileau, sans en nommer l’au (...)
  • 685 Avant le compliment conclusif aux « MAGNIFIQUES, TRÈS HONORÉS ET SOUVERAINS SEIGNEURS » (Conseil Gé (...)
  • 686 « Le sort de votre sexe sera toujours de gouverner le nôtre » et « C’est ainsi que les femmes comma (...)
  • 687 « Si j’ajoute qu’il n’y a point de bonnes mœurs pour les femmes hors d’une vie retirée et domestiqu (...)
  • 688 Les épouses incitent indirectement leur famille à « l’amour des lois » et à la « vertu », DOI, p. 5 (...)
  • 689 AJJR 36, p. 273.

139Existe-t- il des femmes « vertueuses », c’est-à-dire ayant heureusement bénéficié d’une aide masculine formatrice ? « Cet objet céleste, où se cache-t-il ? » s’interroge Rousseau, en 1758683 ; certes pas à Paris, selon le célèbre décompte de Boileau dans la Satire X, auquel il se réfère alors684. Le DOI avait proposé une réponse : c’est à Genève qu’elles se trouvent. C’est ce qu’affirme avec force le long passage final685 de la « Dédicace », adressé à « cette précieuse moitié de la République ». C’est à Genève que la vertu des femmes leur donne le droit, longuement exposé, de « gouverner », de « commander »686, d’exercer un « empire » absolu ; on est frappé par le recours insistant à la terminologie politique pour désigner ce pouvoir, pouvoir d’autant plus fort qu’il est « innocent », « chaste » et « aimable », qu’il s’exprime par une « persuasive douceur » et un « esprit insinuant », dont les signes extérieurs sont marqués par la modestie, la retenue : « simple et modeste parure » et « grâces modestes ». La « vertueuse Citoyenne » de Genève s’oppose ainsi, en tous points, « aux femmes perdues » des « pays étrangers ». Mais ce pouvoir, vigoureusement exalté, est considérablement modéré par une précision essentielle, quoique sommairement évoquée : il est « exercé seulement dans l’union conjugale » par une « tendre épouse ». Limité aux seules femmes mariées, il ne s’exerce donc que dans la sphère privée687 ; et s’il peut avoir un retentissement dans la vie de la cité, ce n’est que très indirectement. C’est donc, à bon droit, qu’aucun pouvoir politique direct n’est conféré aux Genevoises688. En 1755, Madame Dupin ne s’y trompe pas, décelant dans la « Dédicace »« un compliment ingénieux aux femmes, tenant cependant un peu de la supériorité »689.

  • 690 Comme Aristote ou Locke, il distingue l’organisation de la famille, sommairement décrite, et celle (...)
  • 691 On songe à la diatribe contre Molière : « Voyez comment cet homme, pour multiplier ses plaisirs, ce (...)
  • 692 Il ajoute : « il faut qu’il y ait une voix prépondérante qui décide ».

140Si l’on veut obtenir des précisions sur les modalités que Rousseau accorde à l’exercice du pouvoir des épouses dans le cercle familial, il faut se reporter à son article, paru en 1755 dans le tome V de l’Encyclopédie et intitulé « Économie (morale et politique) ». Rousseau consacre ses premières lignes à l’analyse de la structure familiale690. Elle doit reposer, selon lui, sur une hiérarchie stricte : « l’autorité » y est affectée au seul « père de famille »691. Cette affectation est entièrement justifiée par la loi naturelle, c’est-à-dire la constitution physique des deux sexes : « Par plusieurs raisons tirés de la nature, le père doit commander dans la famille ». La proposition majeure nie l’égalité du père et de la mère : « 1° L’autorité ne doit pas être égale entre le père et la mère ; mais il faut que le gouvernement soit un & que dans les partages d’avis, il y ait une voix prépondérante qui décide »692. Cette inégalité nécessaire de condition entre les parents est justifiée par la physiologie féminine. Car si l’autorité du père sur les enfants est justifiée par l’intérêt (« 3° : Les enfants doivent obéir au père, d’abord par nécessité ensuite par reconnaissance »), celle du mari sur la femme est légitimée par la différence physiologique : « 2° Quelques légères qu’on veuille supposer les incommodités particulières à la femme, comme elles sont toujours pour elles un intervalle d’inaction, c’est une raison suffisante pour l’exclure de cette primauté ». Le pouvoir du mari comprend, de plus, un droit de police sur l’épouse ; c’est au nom du même argument « naturel » (la capacité d’enfanter) que l’époux exerce légitimement un regard sur sa femme :

le mari doit avoir inspection sur la conduite de sa femme ; parce qu’il lui importe de s’assurer que les enfants, qu’il est forcé de reconnaître et de nourrir, n’appartiennent pas à d’autres que lui. La femme qui n’a rien de semblable à craindre, n’a pas le même droit sur le mari.

141L’altérité physique est donc la justification « naturelle » d’une inégalité de condition et de pouvoir entre mari et femme.

  • 693 Buffon est pris à parti dans le passage précédent (voir supra) : « Suivant [ses] principes, l’acte (...)

142Ces déclarations ne sont pas sans en indigner certains : l’article de la Correspondance littéraire du 15 juin 1756 s’en prend nommément à Rousseau dans un passage dû sans doute à la plume de Louise d’Épinay693. Elle résume ainsi la pensée exprimée dans l’article de l’Encyclopédie : « En suivant M. Rousseau, la femme, par sa nature et son tempérament plus faible que l’homme, lui est par là même inférieure, et lui doit obéir et céder tous ses droits ». Elle évoque ensuite la réduction de la puissance parentale au seul père : « Par le même principe, la mère ne peut avoir sur les enfants, même autorité que le père, parce que la faiblesse de sa constitution et ses infirmités fréquentes ne lui permettent pas d’aspirer à cette santé vigoureuse dont jouit l’homme ». Au nom de la raison, une condamnation véhémente des thèses de Rousseau s’ensuit aussitôt : « Quels raisonnements ! Comme si l’on avait des droits dans la nature jusqu’à proportion de ses forces. La philosophie de M. Rousseau peut être bonne pour les lions ou pour les tigres, dont les droits sont en proportion de leur force ; mais elle est contraire à la raison ». D’ailleurs, « Tout ce qu’on peut dire d’ailleurs contre les femmes est dénué de raison et de philosophie. Tous les défauts qu’on peut leur reprocher sont l’ouvrage des hommes, de la société et surtout d’une éducation mal entendue ».

  • 694 DOI, p. 73.
  • 695 Ibid., p. 88.
  • 696 Ibid., p. 89 (ainsi que les citations suivantes) et Note XII, p. 146.
  • 697 Conditions inconnues des animaux qui « se disputent les femelles », p. 89. Sept ans plus tard, au c (...)
  • 698 Le point de vue envisage ici les deux sexes : « Les mâles et les femelles s’unissaient fortuitement (...)
  • 699 Alma mater, la mère est toujours physiquement liée à l’enfant : « la Mère portant son enfant partou (...)
  • 700 Jusqu’à ce que l’enfant soit assez robuste « pour chercher sa pâture », p. 77.
  • 701 On note d’abondants développements sur les « mamelles » de la femme (Note VIII, p. 131-132, et Note (...)
  • 702 « Le mâle n’est mâle qu’en certains instants, la femelle est femelle toute sa vie », Émile, V, 1789 (...)

143À la question que posera Voltaire, s’exclamant « Pourquoi ? » en marge de l’expression « le sexe qui devrait obéir », Rousseau avait ainsi, par avance, répondu dans l’article « Économie » : la réponse est à chercher dans la nature. Dans le DOI, la peinture de la sexualité, lors de « l’état de nature », exalte l’assouvissement des besoins physiques, majoritairement abordés comme masculins, selon une formulation qui laisse peu de place à l’ambiguïté signalée plus haut du terme « homme ». En effet, l’homme de la nature a peu de besoins puisque « les seuls biens qu’il connaisse dans l’Univers sont la nourriture, une femelle et le repos » (on parle d’un « mâle »)694. D’ailleurs, « [Un Sauvage] écoute uniquement le tempérament qu’il a reçu de la Nature […] et toute femme est bonne pour lui »695. Heureux avantage pour l’homme (mâle) que, dans l’espèce humaine, « le nombre des femelles surpasse généralement celui des mâles », inégalité quantitative fort utile car « on peut raisonnablement douter que la femme “dans l’état de grossesse” éprouve un appétit sexuel »696. Le désir des « mâles » de l’espèce humaine peut donc aisément se satisfaire à l’état de nature, en raison de la supériorité numérique des « femelles ». De plus, contrairement aux animaux, elles sont toujours disponibles puisqu’elles n’ont pas « des temps de chaleur et d’exclusion » : dans l’espèce humaine, « l’amour [physique] n’est jamais périodique »697. Si les « besoins physiques » de la femelle humaine, contrairement à ceux du mâle, sont rapidement évoqués698, l’accent est mis sur son statut de mère nourricière699. La Nature a établi, ici encore, une distribution originelle des conditions : si l’homme « de la Nature » est parfaitement « indépendant », isolé et libre, le corps de la femme la lie, quoique très brièvement700, à l’enfant : naturellement destinée à être mère, elle porte l’enfant, accouche et allaite701 : elle est ainsi naturellement conduite à la dépendance702.

  • 703 C’est sans doute à « cette philosophie d’un jour qui naît & meurt dans le coin d’une grande ville  (...)

144Est donc édifiée, dans les deux textes de Rousseau parus en 1755, une double hiérarchie entre les sexes : « naturelle » en raison des spécificités physiques de la femme, factice dans la société civile où s’accomplit un renversement de la première. L’homme, supérieur à la femme dans l’état de nature parce que plus fort et plus libre, lui devient subordonné dans la société. Ici, comme ailleurs, la vie civile a opéré une inversion qui est une véritable « dénaturation ». Car « le sexe qui devrait obéir » est devenu, au fil de la « perfectibilité », le « tyran de la liberté » des hommes. « La philosophie de M. Rousseau […] est contraire aux droits de la raison et indigne du partisan de l’égalité de toutes les conditions », lit-on dans l’article de juin 1756703.

  • 704 O. Belot vise un large public ; la Corr. litt. s’adresse, elle, à un petit nombre de souscripteurs, (...)
  • 705 « Il ne verra qu’avec indignation », Réfl., p. 1.
  • 706 Selon Poullain de la Barre. Rousseau écrira en 1758 : « Toute femme qui se montre, se déshonore […] (...)

145Ce sont les mêmes thèses qu’expriment Les Réflexions d’O. Belot, mais de manière détournée et sans la véhémence de l’article de la Correspondance littéraire704. D’ailleurs, rédiger et publier cette réfutation du DOI constitue, en soi, une réponse à Rousseau : c’est « oser » penser, contester ses silences sur les capacités intellectuelles des femmes. Tout est annoncé dans le long exorde qui commande le sens entier du texte : d’un côté, l’affirmation de la « raison perfectionnée », celle « d’une femme qui ose penser et même écrire » ; de l’autre, l’« indignation » assurée de « M. Rousseau »705, accompagnée de son dédain méprisant (« Peut-être ne m’écoute-t-il point du tout ; peut-être daignera-t-il… »). C’est en femme « victime de certains préjugés » mais surtout « indocile à d’autres » et qui se réclame haut et fort de son sexe qu’O. Belot rédige et publie ses Réflexions. Dans aucun de ses textes postérieurs, elle ne le fera avec cette insistance : c’est comme si, lors de cette première prise de parole publique, elle se devait de le souligner. N’aspire-telle pas à prouver que « l’esprit n’a pas de sexe »706 ? On note d’ailleurs qu’aux Réflexions parues sous l’anonymat, succèdent des ouvrages, présentés comme ceux, en 1758, de Madame*** puis, à partir de 1759, de Madame B***, dans un crescendo de plus en plus transparent : elle est bien « indocile ».

  • 707 « Selon l’ordre de la Nature, la résistance appartient [aux femmes] », L. à d’A., p. 76 : la « Natu (...)
  • 708 Enc., VI, 1756. On lit dans l’article, signé (g), et attribué au médecin P. J. Barthez : « On a si (...)
  • 709 C’est le Problème sur les femmes de 1744 ; voir supra.
  • 710 La Lettre d’une jeune Dame hollandaise, à l’Auteur de la Toilette des Dames, parue en 1756 (MF, jan (...)
  • 711 Un des reproches récurrents faits aux femmes est d’être « babillardes ».
  • 712 On lit dans la Lettre du citoyen de Bordeaux, évoquée dans les Réfl. : « Je sais bien qu’il [Rousse (...)
  • 713 Comme le souligne le lexique : « prendre les armes », « résister », « disputer le terrain », « entr (...)

146La brutale étreinte physique évoquée dans le DOI, l’assaut sexuel, longuement commenté en 1758 où la « Nature » a déterminé par leurs spécificités physiques le vainqueur et la vaincue707, prend la forme d’une lutte d’un autre ordre : c’est l’affrontement d’idées entre deux êtres humains. Cette revendication insistante d’O. Belot d’appartenance au « genre humain » n’est pas indifférente. D’anciens arguments misogynes, souvent d’ordre théologique, ont affirmé que les femmes n’appartenaient pas à l’espèce humaine. Or le débat a connu, au cœur du siècle, un sursaut plaisant et bien connu des lecteurs, ce dont témoigne l’article « Femme (Anthropologie) » de l’Encyclopédie, paru début 1756708. Il fait état du large succès du texte provocateur, récemment publié : « Tout le monde a entendu parler d’une Dissertation anonyme où l’on a prétendu que la femme ne faisait pas partie du genre humain »709 ; l’auteur feignait d’y « prouver », on l’a vu, en jouant sur l’ambivalence du terme latin « homo » (et français « homme ») que « mulieres homines non esse » (les femmes ne sont pas des êtres humains). Dans les Réflexions, c’est précisément au nom de l’appartenance commune au « Genre humain » que le combat va être livré, même si les forces physiques sont inégales (et bien fragiles, en apparence, chez la femme : des « papillotes » prises sur une « toilette »710) : il s’agit d’élever ce qui est considéré comme « une faible voix » (un « verbiage »?711) jusqu’au « Philosophe qui adresse la parole au genre humain ». Le champ lexical de l’inégalité, du haut et du bas, entraîne la métaphore de cette joute, filée, avec esprit, jusqu’à la fin de l’exorde : le bas ose, avec « audace », se dresser contre le haut712. Les valeurs traditionnelles sont renversées : la femme se fait guerrière713.

  • 714 Réfl., p. 7.
  • 715 Ibid., p. 8.
  • 716 « Yahvé les créa mâle et femelle » (Genèse, 1, 27) et « Yahvé fit tomber un profond sommeil sur l’h (...)
  • 717 Affirmation de principe : O. Belot, qui ne renvoie jamais ailleurs à la Bible, se réfère aux lignes (...)

147L’exorde des Réflexions invite à s’attarder sur quelques notations postérieures qui, pour éparses et discrètes qu’elles soient, n’en affirment pas moins l’égalité des sexes, en dépit de leur différence. La première concerne la référence faite à Ève. Quand le DOI n’évoque que « le premier homme », O. Belot, s’interrogeant sur l’existence d’une « création » humaine, envisage « la création d’un seul homme & d’une seule femme »714 ; lorsqu’elle tranche, c’est pour affirmer : « Partons de la création d’Adam et Ève »715. En nommant « Ève » et en optant ainsi, sans le dire, pour le premier récit de la Genèse au détriment du second716, O. Belot pose, dès le début de son argumentation, une équivalence originelle entre les deux sexes, figurée par la contemporanéité symbolique de leur apparition sur terre717.

  • 718 Montesquieu envisage comme « troisième Loi » naturelle, l’amour entre les sexes : en raison du « pl (...)

148Plus loin, dans le long passage consacré à la première rencontre fantasmée du premier homme et de la première femme, O. Belot souligne, avec insistance, la réelle « identité » de l’homme et de la femme, malgré l’altérité due à leur « ingénieuse différence » physique. Amplifiant, en quelque sorte, le bref passage de Montesquieu dans l’EL718, elle souligne ce qui les unit plus que ce qui les distingue : les pages sont rythmées par l’anaphore de l’adjectif « même » et du pronom « rien » :

  • 719 Réfl., p. 38-40.

Même espèce, mêmes penchants, même curiosité, mêmes transports, même ivresse […]. Et ne trouvant autour d’eux, rien de fait comme eux, rien qui pense comme eux, rien qui s’exprime comme eux, je crois, au contraire qu’ils craignent de se séparer, qu’ils se tiennent sous le même arbre, qu’ils vont à la même fontaine, & qu’à chaque instant leur société se resserre par l’attrait du plaisir, les progrès de la raison & le charme de l’habitude.719

149Comme l’homme originel, la femme originelle se distingue des animaux : dès le moment de son apparition, comme l’homme, elle « pense », « réfléchit », parle, exerce sa « Raison ».

  • 720 Ibid., p. 38.
  • 721 DOI, p. 88 : le passage concerne essentiellement le « besoin » masculin.
  • 722 Réfl., p. 39.
  • 723 EH, Ép. III, p. 50.
  • 724 Réfl., p. 64-65. Ces lignes « réfléchissent » la p. 88 du DOI, qui centre le discours sur « Un Sauv (...)
  • 725 « Selon l’ordre de la Nature, la résistance appartient [aux femmes] » et « N’est-ce pas la Nature [ (...)
  • 726 Ibid., p. 156-157. Mais, si « l’homme peut être audacieux, telle est sa destination : il faut bien (...)
  • 727 « Pourquoi, disent-ils, ce qui n’est pas honteux à l’homme le serait à la femme ? Pourquoi l’un des (...)
  • 728 Ibid., p. 156. À ses adversaires qui affirment que « la pudeur n’est rien. Elle n’est qu’une invent (...)

150Par ailleurs, le désir féminin, qui a toute sa place dans les Réflexions, s’exprime de manière « réciproque » lors de l’attraction qui unit l’homme et la femme. Plus que de « besoin » physique à assouvir, il s’agit, en réalité, de désir où l’« imagination » a toute sa place. La longue description de sa lente montée commune (« avant de mettre à profit l’ingénieuse différence que la nature laissait entre eux, ils durent employer quelque temps à la chercher & à la saisir. Ce temps fut précieux »720), offre une réponse contradictoire aux lignes de Rousseau traitant de la satisfaction brutale et immédiate de « l’appétit » né du « tempérament » dont la Nature a pourvu « un Sauvage »721 : dès cette rencontre, tous deux parviennent aux « mêmes transports, à la même ivresse »722. Pope avait écrit : « Chaque sexe éprouve les mêmes désirs, se recherche & s’unit »723. Plus loin, O. Belot affirme la légitimité du désir féminin : lors de son apologie de « l’amour moral » qui caractérise l’être humain, elle accorde autant de « droit » au désir de la femme qu’à celui de l’homme. Le choix du partenaire amoureux concerne les deux sexes. Sa thèse est illustrée à la manière d’un conte voltairien : quatre « sauvages » rencontrent quatre femmes, « deux de vingt ans, deux de soixante » ; si elle avance l’idée que les hommes « se disputeraient vraisemblablement la possession des plus jeunes », elle ajoute que « celles-ci, usant aussi de leurs droits, marqueraient peut-être de la prédilection, en se livrant aux uns & en se refusant aux autres »724. Nous sommes ici plus près de ce que Montesquieu a nommé « une prière spirituelle » que du DOI. En 1758, Rousseau reviendra longuement et avec véhémence sur sa conception de l’acte sexuel : la nature a attribué à la femme la « résistance »725, lors de l’assaut mené par l’homme où vont s’affronter « attaque » et « défense », c’est-à-dire fuite ; mais la femme est destinée à être vaincue : « À quoi bon leur donner moins de vitesse à la course, un corps moins robuste, une stature moins haute, des muscles plus délicats, si elle ne les eût destinées à se laisser vaincre ? »726. Les désirs, d’ailleurs, ne sont pas « égaux des deux parts »727. Rousseau s’indigne à cette perspective : « Les désirs [chez l’homme et chez la femme] sont égaux ! Qu’est-ce à dire ? Y a-t-il de part & d’autre mêmes facultés de les satisfaire ? Que deviendrait l’espèce humaine si l’ordre de l’attaque & de la défense avait changé ? ». Une preuve en est : l’existence de la pudeur de la femme ; elle est, selon lui, un « sentiment naturel à son sexe »728 : « N’est-ce pas la Nature […] qui donne à leur peau plus de finesse afin qu’une modeste rougeur s’y laisse mieux apercevoir ? ».

  • 729 Le terme de « familles » apparaît pour la première fois en début de seconde partie : « Bientôt, ces (...)
  • 730 Locke place la « société conjugale » comme la « première société » qui « a été formée par un accord (...)
  • 731 « Ils désirent, ils s’unissent, ils s’aiment, ils sont heureux. À la suite d’une situation si douce (...)
  • 732 Voir, par exemple, l’insistance sur le rôle social de la mère dans La Femme n’est pas inférieure à (...)
  • 733 Il est désigné dans ce passage comme « le premier homme ».
  • 734 Leur relation est rompue par la dispersion du groupe. À propos de l’attachement entre mère et enfan (...)
  • 735 « La nature, la reconnaissance, l’habitude, la pitié ne retiendront-elles pas un de ses enfants aup (...)
  • 736 P. 41 : « Lorsqu’une femme féconde a un fils de sept ans qui, selon le système de M. Rousseau, peut (...)
  • 737 Réfl., p. 42.
  • 738 « Le premier homme […] sentit les avantages de la société […]. Il en transmit le goût & l’exemple à (...)

151Dans le tableau du couple primitif que dresse O. Belot, la « famille » se met rapidement en place. Contrairement au DOI où la famille apparaissait, lors de la construction des « huttes de branchages », comme une donnée ex abrupto, sans que rien ne soit dit de précis sur son origine729, les Réflexions s’attardent sur ce moment. Comme chez Locke, la famille est d’abord constitué par le couple730 : l’homme et la femme se plaisent à vivre ensemble731, unis tant par le désir que par le « cœur et l’esprit ». Il n’y a ici aucune trace de hiérarchie « naturelle », encore moins de domination. Une « tendresse réciproque » unit tous les membres du cercle familial qui s’élargit aux enfants, « fruits de leur union ». En réponse aux lignes de Rousseau sur la brièveté des liens entre mère et enfant dans l’état de nature, l’accent est mis par O. Belot sur la « mère » : celle-ci joue, dans la famille, un rôle central732 qui efface celui du père qui n’est pas nommé733. Rousseau ne signalait qu’un attachement égoïste et bref734 de la mère à ses enfants qui l’abandonneraient rapidement ; il mettait l’accent sur la figure paternelle. O. Belot affirme, au contraire, que les enfants vont éprouver pour la mère une affection reconnaissante (terme utilisé par Rousseau pour désigner l’attachement au « père ») tout autant que durable735. Cela est d’autant plus vrai que, dit-elle en reprenant la thèse de Locke et contrairement à ce qu’écrit Rousseau, les enfants de « différents âges » se succèdent chez « une femme féconde » pour former, au cours du temps, un groupe uni autour de la mère736. Quant au « premier homme » devenu père, son rôle est défini comme celui de médiateur social : il doit transmettre « à sa naissante postérité […] le goût et l’exemple des avantages de la société »737 : à ce père non nommé738 revient la fonction essentielle de tisser le lien social. Il y a distinction naturelle des tâches mais non supériorité d’une fonction sur l’autre.

152Les thèses d’O. Belot rejoignent celles de Locke qui soulignait avec insistance le rôle de la mère dans la structure familiale. Celui-ci, consacrant, en effet, un des chapitres du Gouvernement civil au « Pouvoir paternel », contestait aussitôt l’expression pour ce qu’elle peut avoir d’ambigu :

  • 739 TGC, V, « Du Pouvoir paternel », § 1, p. 70-71.

Pouvoir paternel semble poser tout le pouvoir des Pères et des Mères sur leurs enfants dans les Pères seuls, comme si les Mères n’y avaient nulle part. […] en sorte que je ne sais s’il ne vaudrait mieux pas appeler ce pouvoir, le pouvoir des Parents ou le pouvoir des Pères et des Mères.739

  • 740 Ibid., § 5, p. 74.
  • 741 Ibid., § 12-13, p. 85-86.
  • 742 Ibid., § 14, p. 87. Nous sommes loin des thèses soutenues dans l’article « Économie politique ».

153C’est pourquoi il n’évoquera désormais que « les Pères et les Mères », reprise du couple primordial qu’il cite, « Adam et Ève »740, auquel précisément se réfère O. Belot. Locke condamne « la domination absolue et arbitraire du Père » car « ce pouvoir, la Mère y a aussi bien sa part que le Père »741. D’autant que « le simple acte de génération » donne au Père « un pouvoir bien mince sur ses Enfants » : ce qui lui donne autorité sur eux, ce sont les « soins » postérieurs et l’éducation qu’il est d’ailleurs de son devoir de leur prodiguer742.

  • 743 « Cependant, les raisons qu’on vient d’alléguer pour le pouvoir marital ne sont pas sans réplique, (...)
  • 744 Affirmation suivie de la précaution d’usage « dès que la loi naturelle & la religion ne déterminent (...)
  • 745 « Qu’arrivera-t-il de ce pouvoir paternel dans cette partie du monde où une femme a deux maris en m (...)

154O. Belot rejoint encore les thèses que Jaucourt développera dans son article « Femme (droit naturel) » de l’Encyclopédie (1756). Après avoir exposé « le droit positif » qui donne l’autorité « unanimement au mâle », Jaucourt lui oppose « hardiment » le « droit naturel »743. Cette contestation est faite au nom de l’égalité entre tous les membres du genre humain : « Il serait difficile de démontrer que l’autorité du mari vienne de la nature parce que ce principe est contraire à l’égalité naturelle des hommes ». Comme Locke, Jaucourt envisage l’éventualité justifiée d’une nouvelle législation qui autoriserait la séparation « civile » des époux : après avoir noté que « l’homme n’a pas toujours plus de force de corps, de sagesse, d’esprit & de conduite que la femme », il conclut qu’on « peut donc soutenir qu’il n’y a point d’autre subordination dans la société conjugale que celle de la loi civile & que par conséquent rien n’empêche que des conventions particulières ne puissent changer la loi civile »744. Locke évoquait, lui aussi mais de manière plus précise encore, des systèmes juridiques différents dans d’autres sociétés où le statut de la mère lui conférait un pouvoir spécifique dans la structure familiale745.

155Sans que les Réflexions puissent être réduites à un manifeste direct en faveur des femmes, O. Belot y exprime clairement ses convictions : l’égalité des conditions doit être respectée entre hommes et femmes. S’il existe des « abus » de pouvoir en ce domaine de la vie civile, les lois, les consciences et l’opinion publique doivent s’y opposer, ici comme ailleurs. Elle aborde indirectement la question de l’éducation féminine, en se faisant le chantre de la « raison et de la philosophie » dans un texte qui s’adresse à tous les membres du « Genre humain », femmes comme hommes, qu’elle invite à exercer leur raison et leur « curiosité », à « savoir tout ce qu’il [leur] est permis de connaître ». En rédigeant et publiant ses Réflexions, elle est, elle-même, l’incarnation de cette démarche, celle d’une femme qui « ose penser ».

  • 746 A. Rivara montre comment la traduction d’O. Belot « oriente idéologiquement Rasselas en deux sens, (...)

156Ces convictions éclairent le choix qu’elle fera, en 1760, de traduire le conte philosophique de Samuel Johnson, Histoire de Rasselas746. Les deux héros sont un homme et une femme : Rasselas et sa sœur Nekayah s’y partagent la fonction d’« observateur philosophe » ; tous deux cherchent la sagesse et le bonheur dont ils apprennent, lors de leurs périples, qu’il ne dépend ni de l’état ni de l’âge ni de la condition. Le chapitre XXXIX tourne en dérision la vie des femmes dans le palais d’un brigand, « qui ne savent seulement pas lire […] qui n’ont aucune connaissance ». Le dernier chapitre présente les résolutions de l’héroïne Nékayah :

  • 747 Rasselas, p. 227-228 ; ce « collège de femmes savantes » n’est pas sans évoquer le projet exposé da (...)

La Princesse pensa que la meilleure des choses d’ici bas, était d’acquérir des connaissances. Elle désirait d’abord d’apprendre toutes les sciences & se proposait de fonder ensuite un Collège de femmes savantes, où elle présiderait. En conversant avec les vieilles, en instruisant les jeunes, je partagerai mon temps, ajoutait-elle, entre l’acquisition & la communication de la sagesse & je laisserai aux siècles futurs des modèles de prudence & de piété.747

L’écriture des Réflexions : plaire pour convaincre

  • 748 Lettre du 16 mai 1760, Best. D9658.
  • 749 Lettre du 22 juillet 1760, Best. D9080.
  • 750 Best. D9391.

157Lors de son échange de lettres avec O. Belot, Voltaire ne tarit pas d’éloges sur les talents d’écriture de sa correspondante. En 1760, il la félicite pour son Rasselas « très bien écrit »748 et, quand il envoie Le Pauvre Diable et La Vanité « à la personne du monde qui écrit le mieux en prose », il conclut sa lettre d’une manière badine : « Je signe V. et Madame de Sévigné devrait signer B. Car on est quelque fois embarrassé à reconnaître et cela peut produire des méprises »749. Il le répète le 10 novembre de la même année : « Madame B. […] sait que je l’ai prise une fois pour Made de Sévigné à son style »750.

  • 751 Une édition augmentée des Lettres de Mme de Sévigné est donnée par Perrin en 1754 (8 vol. in-12). L (...)
  • 752 Lettre du 26 mars 1759, Best. D8213.
  • 753 Best. D8913.
  • 754 Best. D9658.
  • 755 Lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.
  • 756 Lettre du 28 mars 1763, Best. D11133.

158En la comparant à Mme de Sévigné que le public peut mieux connaître et apprécier depuis 1754751, est-ce simple politesse, voire flatterie, ou sincérité ? Dans d’autres lettres, Voltaire exprime le même plaisir à lire la correspondance que lui envoie O. Belot : en 1759, il loue en elle la « dame d’esprit » qui sait « plaire et instruire »752, en mai 1760, il trouve ses lettres « charmantes »753, comme il le redit, lors de l’hiver 1761 : « le solitaire des Alpes aime ses charmantes lettres »754 ; fin mars 1761, il ne la croit pas indigne de rédiger une préface pour son Droit du Seigneur car à son talent, elle joint l’esprit : « vous avez trouvé le secret de philosopher et de rire »755. En 1763, note encore Voltaire à propos de sa première traduction de Hume : « Je vous admire de vous appliquer à des ouvrages si solides et si utiles avec un esprit fait pour la gaieté »756.

  • 757 O. Belot évoque longuement Molière et pastiche Racine, à la manière du Théâtre de la Foire, Réfl., (...)
  • 758 Élisabeth Badinter débute par ces mots le chapitre VI des Passions intellectuelles, II : « Les femm (...)

159Cette remarque vaut pour les Réflexions. « L’esprit de gaieté » balaye le texte. Il n’est pas étranger à l’attribution de l’essai à « une Provinciale ». Le plaçant sous le signe du théâtre757, O. Belot endosse l’habit d’un personnage de fiction, familier aux spectateurs des représentations théâtrales. Elle le campe dans un jeu d’écriture que lui autorise l’anonymat758 : souhaitable à l’époque pour toute femme qui publie, il est particulièrement de rigueur quand il s’agit d’un texte à portée philosophique. Mais alors que nombre de femmes se réfugient derrière un anonymat absolu, ou la simple mention d’une « Madame » suivie d’astérisques, voire d’une ou plusieurs initiales, O. Belot choisit ici de se désigner par un terme générique féminin, terme appellatif dont la connotation est, à l’époque, majoritairement dépréciative.

  • 759 Voir Duclos : « Sans entrer dans des subdivisions qui seraient plus réelles que sensibles, quelle d (...)
  • 760 La Lettre […] sur le projet d’un nouveau Dictionnaire plus utile que tous les autres qui commence a (...)

160La « province » est, en effet, étrangère à l’air et aux manières de Paris, à celui de ses cercles et de ses « beaux esprits ». Duclos l’affirme en 1751759, le Mercure de juillet 1755 l’atteste sous forme de plaisanterie760 et les dictionnaires contemporains le confirment : « Provincial(e) » se dit alors

presque toujours avec mépris. […] On dit Air provincial, manières provinciales par opposition à l’air & aux manières du grand monde & de la Cour ; on dit encore Langage, accent, style provincial pour dire un langage, un accent qu’ont accoutumé de l’avoir les gens qui ne sont point encore sortis de leur province » (DAF, 1762).

  • 761 En 1756, Castel rappelle à Rousseau leur ancienne rencontre : « Votre goût de musique était assez f (...)

161L’Encyclopédie (« Province », XIII, 1765) qui ne dit pas autre chose, précise : « La politesse ne dit point une provinciale mais une dame de province »761. Dans le titre qu’elle donne à son essai, O. Belot adopte donc le point de vue extérieur du lecteur parisien. Elle intensifie encore ainsi cette marginalité supposée en la précisant decrescendo : femme, de modeste condition, elle habite la province ; parmi les provinces, elle choisit une région reculée, l’Auvergne ; en Auvergne, elle se dit issue de sa partie la moins accessible : les « montagnes ». Toutes conditions qui interdisent au lecteur de voir dans les Réflexions une « frivole plaisanterie » et pointent la sincérité, le « bon sens », voire la naïveté d’une production étrangère à toute mondanité.

  • 762 Duclos n’est pas moins critique : « On sent plus à Paris qu’on ne pense, on agit plus qu’on ne proj (...)
  • 763 Parmi d’autres, la société de Clermont, créée en 1747, celle de Rouen en 1744, d’Auxerre en 1749, d (...)
  • 764 Voir dans l’Extrait des Ouvrages lus à l’Assemblée publique de la Société littéraire de Clermont en (...)
  • 765 Daniel Charles Trudaine, nommé intendant d’Auvergne de 1730 à 1734 puis fondateur de l’École nation (...)
  • 766 « Excellentes papeteries », étoffes (« Tout le monde connaît les tapisseries d’Aubusson »), product (...)
  • 767 En 1753, ses Lettres à un Provincial viennent d’être rééditées dans l’édition donnée par Françoise (...)
  • 768 Dans son Éloge de Marivaux, mort en 1763, d’Alembert évoque sa jeunesse à Riom. Après Le Provincial (...)
  • 769 Proche de d’Alembert et de Voltaire (il lui dédie son Denys le tyran de 1749), Marmontel, protégé d (...)
  • 770 Le père de Trudaine de Montigny exerça, de 1730 à 1734, la charge d’Intendant de la généralité de R (...)
  • 771 Le « Bourgeois de Bordeaux » rédige deux lettres à l’intention de Rousseau ; elles paraissent dans (...)
  • 772 Il y eut beaucoup de lettres « de province » parmi les commentaires du DOI.
  • 773 Comme aux Provinciaux, la référence aux « Iroquois » est, elle aussi, ambiguë. Ces alliés des Angla (...)
  • 774 Voir la « Préface » de Narcisse.

162Pourtant, l’Auvergne des années 1750 bénéficie d’une certaine aura. La marginalité revendiquée par O. Belot remet, certes, en question la hiérarchie socioculturelle contemporaine : elle pointe l’absence de fondement de l’inégalité de réputation qui oppose Paris et la « province », celle que dénonceront Duclos762 et l’article « Provincial » de l’Encyclopédie : « La cour méprise la ville ; la ville méprise la province ; la province méprise les champs. Cependant il y a des qualités estimables aux champs, dans la province, à la ville & même à la cour ». Ainsi, de même qu’O. Belot se fera, en 1758, la voix de la « roture », elle se fait, en 1756, celle des provinces. Promotion justifiée car, au cœur du siècle, celles-ci connaissent un véritable bouillonnement intellectuel : s’y accélère le mouvement de création de nombreuses académies ou « sociétés littéraires »763. On relève, parmi bien d’autres, celle, en 1747, de Clermont en Auvergne dont les travaux sont longuement évoqués dans le Mercure de mars 1756764. De plus, l’Auvergne, longtemps mal desservie, a récemment bénéficié de l’intendance de Daniel Trudaine qui y a développé un important réseau routier765 et le tome I de l’Encyclopédie (1751) la présente comme une région économiquement très active766. La référence à l’Auvergne, ambiguë, dit donc plus que ce qu’elle semble annoncer. Ce choix peut encore s’interpréter comme un rappel des « grands hommes » de la région : Pascal767 (cité dans les Réflexions) ou des contemporains : peut-être Marivaux768, peut-être Marmontel, collaborateur de l’Encyclopédie et alors favori du pouvoir769 et, plus sûrement encore, les grands commis d’État que sont les Trudaine, père et fils770. En situant son origine loin de Paris et en s’associant, explicitement comme implicitement, au « Bourgeois de Bordeaux », bien connu des lecteurs du Mercure771, O. Belot s’affirme du parti de l’égalité des habitants de province, de Paris – ou d’ailleurs. Elle affirme ainsi son éloignement des intrigues parisiennes qui se nouent, par exemple, lors des élections dans les académies772 : être « une Provinciale », c’est être, dit-elle, une « Iroquoise773 qui méconnaît les rangs littéraires ». Qui dit « rang » dit classement, inégalité… Nouvelle Persane ou future Huronne, O. Belot use ici d’un implicite transparent : Rousseau, couronné en 1750 par l’Académie de Dijon, avait affirmé, en 1753, qu’il refuserait désormais de concourir aux prix académiques774. Cette allusion, transparente pour les contemporains, souligne ainsi malignement une contradiction de comportement imputable à Rousseau.

  • 775 La querelle des Bouffons se colore de déchaînements de facture patriotique ; voir la Justification (...)
  • 776 Voltaire se dira « le solitaire des Alpes », lettre du fin février (ou début mars) 1761, Best. D.96 (...)
  • 777 Rousseau se fera, plusieurs fois, le chantre de la province contre Paris.
  • 778 Réfl., p. 85 ; c’est le surnom donné par Mme de Graffigny à la puissante duchesse de Brancas, nom s (...)
  • 779 Réfl., p. 4. Le MF les rapporte dès 1755. À la fin de la guerre en 1763, elle dira la même chose de (...)
  • 780 Ce dont elle qualifie Rousseau.
  • 781 Réfl., p. 2.
  • 782 Ibid. ; critique implicite de l’auteur du DOI, qui orienterait ses thèses selon sa propre « conditi (...)
  • 783 Ibid., p. 1.

163Par ailleurs, se dire issue des « Montagnes de l’Auvergne », c’est établir, en se jouant, une sorte d’égalité avec Rousseau : l’état d’une montagnarde auvergnate fait écho à celui de « l’Allobroge »775 descendu des montagnes suisses776 ; s’en réclamer c’est presque aussi endosser les habits de la Colette du Devin du village mais d’une Colette vivant à l’air libre et lumineux des cimes. O. Belot établit ici une équivalence sociale et géographique avec l’auteur du DOI, voire une égalité de points de vue777, loin des privilèges de la fortune : elle n’est pas « Araminte »778 ! Protestation qui témoigne de sa bonne foi : elle est amenée à « examiner sans prévention » les thèses du DOI. Pourtant son attitude la distingue de Rousseau : la Provinciale est « philosophe ». Elle ne signale son origine modeste que pour témoigner qu’elle en dépasse les limites : plus qu’issue des « montagnes de l’Auvergne », elle est « Citoyenne du monde civilisé et Patriote », lors des premières escarmouches de la Guerre de sept ans779 ; plus qu’« infortunée » et « victime de préjugés », elle se libère de ces désavantages pour atteindre à « une sorte de neutralité » ; sans être « aigrie » ni ressentir d’« indignation »780, elle parvient à un « équilibre » qui lui permet de faire la balance « à poids égaux » entre les « inconvénients » et les « avantages » que lui procure la société781. Ce recul, cette distance opérée d’avec ses propres infortunes lui permet, affirme-t-elle, d’« examiner sans prévention » les thèses du DOI782 : serait-ce là le premier effet de la « raison perfectionnée »783 ?

  • 784 Cette affirmation de Poullain de la Barre figure sous la forme « le bon sens n’est d’aucun sexe » d (...)
  • 785 Réfl., p. 3.

164Cette naïveté supposée d’une « Provinciale » ou d’une « Iroquoise » induit une écriture sans apprêt. Le ton général des Réflexions est, en effet, celui de la sobriété et de la simplicité. Dicté par le « bon sens » dont un article contemporain en faveur des « Dames » répète qu’il n’est d’« aucun sexe »784, il traduit l’apparente ingénuité d’une montagnarde d’Auvergne, d’abord séduite par l’« imagination forte », le « ton philosophique », le « pinceau rapide » et le « coloris brillant » dont est paré le DOI : ces qualités entraînent forcément une « ivresse » chez le lecteur, phénomène dangereux qui désigne une perte de discernement. Car, c’est en suivant la « raison », en observant les « faits », en suivant sa conviction intime, qu’O. Belot peut exprimer un doute : son adhésion première aux thèses du DOI s’efface785.

  • 786 Une nouvelle édition de ses Lettres vient d’être donnée en 1754 ; elle est présentée, au cœur du si (...)
  • 787 Il lui écrit, le 20 nov. 1760 (Best. D9391) : « Madame la veuve B. […] sait que je l’ai prise une f (...)

165Les Réflexions abordent des questions parfois arides ; mais elles le font sans affectation, pédanterie ou obscurité, avec la volonté d’échapper à la lourdeur et l’obscurité attribués alors aux « disputes métaphysiques ». L’impression générale donnée par leur lecture est celle du « naturel ». C’est la qualité majeure qu’on attribue au milieu du siècle aux lettres de Mme de Sévigné dont la vogue est servie par un grand succès d’édition et plusieurs traités d’art épistolaire786. C’est pourquoi Voltaire qui apprécie l’aisance du tour de la marquise, sa grâce, son absence d’affectation, sa liberté d’écriture et son « enjouement », lui compare O. Belot : pour le style, elles se valent, selon lui, à tel point qu’on ne peut les distinguer. Il prend toutefois soin de préciser que, pour le raisonnement, O. Belot l’emporte de loin sur la marquise787.

  • 788 « Il y a toute apparence que cette Brochure ne soit pas l’Ouvrage d’une Dame. On trouve ici un ton (...)
  • 789 Dans la « Préface » de Narcisse, Rousseau use du terme et s’élève contre ceux qui s’en prenaient pl (...)
  • 790 « J’ai cru sentir que son système renversait tout et n’édifiait rien ; qu’il m’étonnait sans me con (...)
  • 791 Dans Réflexions de M. de Marivaux, lues à l’Académie française en août 1744 et publiées dans le MF (...)
  • 792 « La disposition est dans l’art oratoire ce qu’est un bel ordre de bataille dans une armée, lorsqu’ (...)
  • 793 La thèse est ainsi annoncée : « Je débute par prétendre que l’état de pure nature n’a jamais pu exi (...)
  • 794 « C’est ici que commence la liaison essentielle qu’on doit admettre entre l’inégalité naturelle & l (...)
  • 795 Ibid., p. 5.
  • 796 Comme, par exemple, lors de la découverte de la mort d’un Sauvage par un autre Sauvage, DOI, p. 73  (...)

166Les Réflexions tiennent, en effet, du genre épistolaire (manière de « lettre » écrite tant à Rousseau qu’au lecteur) comme de la conversation. Malgré tout, la fermeté l’emporte, scandée par de nombreux impératifs. On est frappé par l’énergie et la détermination du ton employé, celles-là même qui conduiront, deux ans plus tard, les Mémoires de Trévoux à nier la féminité de l’auteur des Observations788 : le discours tenu ici est énoncé fermement par un « je », utilisé dès le premier mot et sans cesse réemployé. O. Belot s’affirme, en affirmant sa pensée critique. Partant, elle vise non la personne mais les arguments de son « adversaire »789. Ainsi, dès l’exorde, s’exprime une ferme conviction790. En dépit d’un titre modeste (la dénomination de « Réflexions », très fréquent, pourrait annoncer une suite décousue de remarques, comme le signale, à la même époque, Marivaux791), un soin extrême est donné à la construction rigoureuse du discours. Obéissant aux principes canoniques de la rhétorique, l’argumentation serrée s’organise selon une dispositio clairement structurée, dont l’Encyclopédie soulignait la nécessité, en recourant à une métaphore militaire qu’elle met en application792 : après un exorde de quatre pages, il se déroule, sur le modèle du discours examiné, en deux parties d’égale longueur, dont la succession, clairement annoncée793, est vigoureusement marquée794, avant de se clore sur la brève péroraison des deux dernières pages. Le déroulement des Réflexions suit de près celui du DOI, ainsi qu’O. Belot l’annonce dans l’exorde : elle y affirme « suivre ses pas, les arrêter quelquefois pour disputer le terrain »795. Le texte est scandé, en effet, soit par des références données en marge, soit par des extraits, soit par des renvois explicites à la pensée de « Monsieur Rousseau » soit, enfin, par des renvois implicites et transparents796.

  • 797 « Éloquence », Enc., V (1755).
  • 798 Majeure ; mineure ; conclusion.
  • 799 « Ne prenons pas la partie pour le tout, l’abus pour la chose, l’exception pour la règle. Parce qu’ (...)
  • 800 La « qualité d’agent libre » (ibid., p. 16) accordée par Rousseau à l’homme naturel, n’est-elle pas (...)
  • 801 Elle écrit à propos de l’évocation visionnaire par Rousseau de la marche continue et progressive de (...)
  • 802 Par exemple à propos de la fécondité des femmes, rare selon Rousseau, habituelle selon O. Belot qui (...)
  • 803 « Monsieur Rousseau met toujours en parallèle les inconvénients de la société avec les avantages de (...)
  • 804 Voir, par exemple, Voltaire, 7e Discours, Sur la vraie vertu (1737) : « Certain législateur dont la (...)

167« Être éloquent, c’est savoir prouver », écrit Voltaire797. L’éloquence se nourrit ici d’arguments qui sont d’ordre externe et interne. Les raisonnements, marqués par de multiples modalisateurs de cause et conséquence (« or », « donc », « ainsi » etc.), prennent la forme fréquente de syllogismes798, appuyés par des « preuves » (historiques, références aux « sauvages », aux Caraïbes et à la polygamie ; au langage des enfants ; aux pratiques animalières, etc.) et des « lieux communs » issus du « bon sens ». C’est à ce titre que sont attribuées à Rousseau des failles de raisonnement : contradictions internes du DOI, conclusions hâtives799, voire « sophismes »800, omissions801 ou assertions contestables, mises en question au nom de la raison802 ou de la « bonne foi »803. Par ailleurs, l’écriture devant être une entreprise utile804, il ne s’agit pas seulement dans les Réflexions de porter un jugement critique mais également de construire, de participer à la diffusion de l’esprit philosophique, en rendant accessible à un public non spécialisé des théories philosophiques, explicites (celles de Locke, de Newton, de Pope ou de Montesquieu, tous cités) ou implicites. La vérité exposée prend la forme d’une apologie claire et aisément accessible du programme des Lumières, tout entier tourné vers l’exercice de la raison et le bonheur de l’homme, en dehors de toute considération religieuse.

  • 805 MF, mars 1756. On trouve de nombreuses parentés entre les Réfl. et la Lettre d’un Bourgeois de Bord (...)
  • 806 À Rousseau qui écrivait que son Discours était destiné aux habitants de Genève (Avis à un anonyme d (...)
  • 807 Réfl., p. 2-3 ; Voltaire écrit : « Vous êtes comme Achille qui s’emporte contre la gloire et comme (...)
  • 808 « Né sans fortune, sans extérieur, et d’une santé délicate, [Rousseau] a dû souffrir des privations (...)
  • 809 « Le Discours de M. Rousseau est un monument élevé à l’esprit mais à l’esprit chagrin et mécontent (...)

168On convaincra, on instruira d’autant mieux qu’on plaira : c’est alors seulement qu’on persuadera. O. Belot met en œuvre dans les Réflexions une rhétorique destinée à provoquer le plaisir de la lecture. La « Dame Auteur » tend ses Réflexions en miroir du texte d’un philosophe ; l’intertextualité qui fonde cette pratique d’écriture est largement utilisée dans l’ensemble de son essai. Ce jeu est parfois explicite : O. Belot se livre à un détournement déclaré de Racine, à une évocation de Molière, à des citations de Pope, à des renvois explicites à Locke, etc. Plus souvent implicite, il renvoie les lecteurs à un fonds commun de savoirs : allusions aux « rangs littéraires », au « roseau » pascalien, à La Fontaine ou La Bruyère – « le plus pauvre des paysans, le plus accablé de la taille et des corvées » –, voire aux écrits contemporains, œuvres de Voltaire, de l’abbé Saint-Pierre, tomes parus de l’Encyclopédie, etc.). O. Belot se situe clairement dans la lignée du « Bourgeois de Bordeaux » dont la Lettre à Rousseau est bien connue des lecteurs du Mercure805 : le « Bordelais » y affirmait « être un homme » malgré son origine provinciale806 ; à sa suite, elle affirme faire partie du « genre humain », même femme, même Auvergnate, même montagnarde. L’ouverture des Réflexions offre encore une reprise manifeste de la lettre, largement diffusée, de Voltaire à Rousseau (1755) : « Jamais on n’employa tant d’esprit & de raison pour faire valoir les avantages de l’un & de l’autre qu’il n’en emploie à les combattre »807. Le brutal incipit signale clairement le réseau d’intertextualité qui nourrit le texte : « Je vais peut-être encore aigrir M. Rousseau ». Pourquoi cet « encore » ? Innombrables sont les textes contemporains qui signalent la réactivité du caractère de Rousseau ; citons, parmi d’autres, les Observations (1753) de Cazotte où sont évoquées « l’humeur aigrie » et « la bile âcre » de Rousseau808 ou la Lettre de Philopolis (Bonnet) de 1755 qui désigne son « esprit chagrin et mécontent »809.

169La transparence de l’implicite vise à établir une connivence avec les lecteurs contemporains. À cette démarche aux multiples fondations, correspond une écriture marquée par la variété : alternent formules ramassées, phrases majoritairement brèves (ponctuation abondante – affirmations, exclamations ou interrogations – qui confèrent élan et rapidité au rythme) et, plus rarement, longues périodes (souvent lors du mode argumentatif binaire qui annonce le syllogisme, privilégié par O. Belot), abstractions et exemples concrets, développements conceptuels et notations enjouées, discours argumentatif et adresses au lecteur.

  • 810 Réfl., p. 53.
  • 811 Ibid., p. 51-52.
  • 812 Ibid., p. 76-77. Pour Jaucourt, « la prosopopée, cette figure de style élevée, est une des plus bri (...)
  • 813 Pope faisait parler la Nature (EH, Ép. III, p. 54).

170Car l’écriture des Réflexions fait une large part au dialogique. Par le biais du discours direct, le « je » fortement souligné du discours premier fait place à un « je » second : de nombreux relais de parole scandent le déroulement du texte. Il en est ainsi, par exemple, du débat contradictoire prononcé par les premiers hommes qui s’interrogent sur la nécessité soit de s’associer dans un groupe d’entraide810 soit de rester égoïstement isolés811 ; le passage au présent, l’usage du pronom de la première personne, les marques typographiques indiquent clairement la rupture du discours. Plus loin, est développée une longue prosopopée à l’honneur de la « Raison »812 : divinité laïque, elle prend la parole pour délivrer à l’homme un catalogue de lois fondamentales813, énoncé avec vigueur sur les modes impératif, interrogatif et accumulatif. Si Rousseau avait donné la parole brièvement au fondateur de la propriété puis longuement au « riche », O. Belot choisit de faire parler la « Raison » et les « premiers hommes » : leur choix est symbolique.

  • 814 Réfl., p. 57 ; Rousseau utilise le terme pour stigmatiser les « Rhéteurs », les « insensés » et les (...)
  • 815 O. Belot qualifie d’« esprit systématique, romanesque et singulier » celui qui écarterait les « tro (...)
  • 816 « Verbiager ne se dit que dans le style familier », DAF.
  • 817 Sur le soupçon contemporain qui pèse sur l’emploi du terme « métaphysique », voir, par exemple, la (...)
  • 818 De multiples reprises et anaphores martèlent le texte ; voir les « peut-être » de l’exorde, les exp (...)

171L’elocutio des Réflexions est particulièrement soignée : choix d’un lexique simple (malgré quelques rares percées d’un langage élaboré – « diallèle », « sophisme » ou « sophistes »814, « esprit systématique »815, voire « matérialisme » – qui, provoquant un décalage, signalent ponctuellement, comme en se jouant, l’érudition de la « Provinciale » qui refuse d’en faire étalage) et souvent concret, voire familier (« mon sauvage », « adieu l’état de nature », « verbiager »816, etc.), qui traduit le refus du ton, souvent décrié par ses contemporains, des disputes « métaphysiques »817. Le raisonnement est rythmé par l’abondance des répétitions et anaphores particulièrement fréquentes818, destinées à marteler les démonstrations, par le recours aux figures telles que le chiasme (vertu/loi loi/vertu), les anaphores, les répétitions, les allitérations, etc.

  • 819 « L’éloquence, dit M. de Voltaire, est née avant les règles de la Rhétorique […]. La nature rend le (...)
  • 820 Métaphore fréquente, utilisée dans le DOI.
  • 821 Réfl., p. 28.
  • 822 Ibid., p. 84.
  • 823 Ibid., p. 71.

172Le tour, alerte, recourt fréquemment aux images ; c’est là, selon Voltaire, le signe naturel de la véritable « éloquence », celle qui vise les affects819. Les métaphores, parfois courantes, abondent (celle longuement filée du duel d’allure médiévale dans l’exorde ; de l’esprit qui, gardant en mémoire les idées, « les y taille à facettes » ; du « flambeau sacré » de l’amour ; du « voile » de l’ignorance ; du « frein » des lois820, etc.) ainsi que les comparaisons : « l’attrait pour la perfection est dans l’homme, ce que la Souris est pour le Chat » ; « L’homme […] perd les instruments dont son entendement s’était servi, comme le Chien perd son ardeur pour la chasse »821 ; le chêne est soit solide soit malingre comme peuvent l’être les hommes ; « la sorte de dépendance » où nous vivons est « un lien qui nous unit plutôt qu’une chaîne qui nous accable »822 ; le cours des Sciences et des Arts imite la courbe incessante du soleil ou les vagues et le ressac de la mer823, etc.).

  • 824 Ibid., p. 86.
  • 825 « Rien ne défend le Sauvage des Bêtes féroces et des Sauvages plus féroces encore qui le chassent d (...)

173Des pauses imagées sont régulièrement agencées. Elles prennent la forme d’évocations ou de descriptions d’inégale importance : ce sont de simples mentions (comme celle du « cortège » d’Araminte824 ou du paysan qui a la peine de « fouiller les entrailles de la terre » pour y trouver son « nécessaire »), l’autoportrait esquissé en ouverture du texte ou encore de véritables scènes comme celle qui est consacrée à la vie du Sauvage isolé, construite sur une accumulation de propositions, aussi nombreuses que les maux qui l’accablent825 ou celle encore qui présente le Sauvage découvrant avec stupéfaction le corps mort d’un de ses semblables.

  • 826 « Que vingt sauvages soient assis autour d’un arbre ; que par hasard le tonnerre tombant sur des fe (...)
  • 827 Voir Buffon, HN, III, 1749 : le « premier homme » parle ; son long discours rend compte des différe (...)
  • 828 Réfl., p. 37-40.

174Deux descriptions jouent un rôle central, souligné par leur longueur. La première présente l’« invention » du langage, simultanée à celle du feu : traitée sur un mode théâtral en un raccourci rapide, elle précise décor et personnages ; elle expose les diverses péripéties ; elle recourt au style direct826. La seconde peint la rencontre du « premier homme » et de « la première femme »827 : rendant compte de la lenteur des découvertes que fait le premier homme de soi-même, de son environnement, puis de « sa naïve compagne », O. Belot consacre plus de quatre pages à cette scène828 où « le temps est précieux » et l’émotion déterminante. L’usage intensif de la ponctuation forte et de verbes d’action ainsi que des exclamations ponctuent la succession des épisodes ; du passé simple jusqu’ici employé, on passe brutalement au présent de narration :

  • 829 Ibid., p. 39-40.

Ils se plaisent ; ils se communiquent par des sons ou par des signes leur émotion mutuelle ; […] ils réfléchissent ; ils se regardent et se parlent encore ; ils désirent, ils s’unissent, ils s’aiment ; enfin ils sont heureux. […] ils craignent de se séparer, ils se tiennent sous le même arbre, ils vont à la même fontaine. […] Les fruits de leur union les étonnent, les occupent et les attendrissent encore.829

  • 830 « Péroraison (Belles Lettres). En rhétorique, c’est la conclusion ou la dernière partie du discours (...)
  • 831 On est frappé des points de rencontre entre ce passage et le Tab. ph. de Turgot (« spectacle toujou (...)

175Le ton des Réflexions emprunte parfois au « sublime » et au lyrisme, comme lors de la prosopopée de la Raison. Il prend une coloration épique dans la péroraison qui, selon les règles rhétoriques, doit « exciter les passions » du destinataire830 : se déployant sur une vision grandiose et enthousiaste, véritable hymne à l’« esprit humain », celle-ci présente le tableau animé et mouvant d’un « spectacle varié à l’infini »831 ; tracée selon un mouvement ascendant, elle entraîne le lecteur à poser un regard dominant sur l’ensemble de l’univers en permanente évolution, où l’histoire multiple des hommes épouse, à travers le temps et l’espace, les combinaisons incessantes de la matière. On y admire l’esprit humain, sorte de Protée éternel, qui « circule », toujours en devenir et « sans jamais s’annihiler ».

  • 832 « Platon dit ensuite dans son Gorgias qu’un orateur doit avoir la subtilité des dialecticiens, la s (...)
  • 833 Lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.
  • 834 « Les armes ne seront pas égales […] pourvu que je convainque mes adversaires, je me soucie très pe (...)
  • 835 « J’approuve fort M. Rousseau […] [pourtant] la position de sa tête intéresse peu dans la question (...)
  • 836 Rousseau voit dans la Lettre du Bourgeois de Bordeaux « une pièce agréablement écrite, assaisonnée (...)
  • 837 « Fidèle à la religion, Monsieur Rousseau se livre à des conjectures qu’elle ne nous défend pas », (...)

176À cette « diction presque des poètes »832, s’ajoute un autre champ, largement exploité, celui du comique. En use abondamment celle à qui Voltaire attribuait « l’esprit de gaieté » et à qui il écrit : « Vous avez trouvé le secret de philosopher et de rire »833. L’ouverture des Réflexions se fait sur un mode majoritairement plaisant qui vise la captatio benevolentiae du lecteur : pastiche de Racine ; métaphore filée du combat d’allure médiévale entre une naine armée de papillotes et un géant, qui est une reprise transparente et amplifiée du début de la « Préface » de Narcisse dans laquelle Rousseau évoquait avec emportement ses « adversaires », terme longuement justifié en note, et les « armes » de chacun des partis834. Le recours à la fausse naïveté de la Provinciale prête à sourire : il en est ainsi des commentaires faussement ingénus sur la « position de la tête » humaine (p. 8), mise en regard avec la « conformation intérieure de cette tête »835 ou du traitement de la rencontre des quatre sauvages mâles et des quatre femmes, proche du ton des contes voltairiens. L’« ironie plaisante »836 n’est pas absente, surtout quand elle cite le nom de son « adversaire »837. Faire sourire le lecteur c’est tisser avec lui un lien de connivence, c’est presque déjà le persuader.

  • 838 « Un Citoyen que l’amour propre bien entendu anime et que le rôle du bien public excite, lorsqu’il (...)
  • 839 Réfl., p. 3.
  • 840 « Si je ne m’exagère pas mes droits », « il me semble », « ma faible voix », « sans entrer fièremen (...)

177Les contemporains s’accordent pour louer une dernière caractéristique des Réflexions : la tonalité générale reste celle de la courtoisie et de la modération ; ni anathème ni violence ni invective dans ces pages. Les Réflexions mettent en pratique la théorie du discours critique qu’O. Belot soutiendra avec force en 1758 : doit y dominer le respect de l’adversaire838. Ce dernier est toujours désigné, dans les Réflexions, comme « Monsieur Rousseau » pour qui elle affirme éprouver « estime et admiration »839, tandis qu’est soulignée sa propre modestie840, avec une insistance qui dépasse largement le ton formel de cette pratique courante à l’époque.

  • 841 Sur l’être et le paraître, sur la « politesse », voir la « Préface » de Narcisse. À propos de la «  (...)
  • 842 « Sitôt que les hommes eurent commencé à s’apprécier mutuellement, et que l’idée de la considératio (...)

178Cette modération de ton ne se réduit pas à une simple convention. Lourde de sens, elle est l’expression d’une véritable conception philosophique. S’opposant aux thèses de Rousseau pour qui l’autre est perçu comme une menace, O. Belot place ses Réflexions sous le signe de la « civilité ». Rousseau qui avait traité, à plusieurs reprises, la question de la « politesse »841, aborde, dans le DOI, celle de la « civilité ». Forcément inexistante à l’état de nature où l’homme est isolé, elle fait son apparition à l’époque primitive des cabanes où elle est rapidement associée aux « vengeances […] terribles » et aux « hommes sanguinaires et cruels »842. Inextricablement liée au regard de l’autre sur soi, autrement dit à « l’amour propre » qui est désir de considération par autrui comme de supériorité sur lui, la « civilité » coexiste, dans le DOI, avec la dépravation de l’homme vivant désormais en société.

  • 843 Voir P. Raynaud, Politesse, morale et construction sociale. Pour une histoire des traités de compor (...)
  • 844 Charles Borde qui ne traitait que de la « politesse » écrit : « Il entre dans la politesse des mœur (...)

179O. Belot est, au contraire, du parti de la « civilité ». Contre Rousseau mais comme Hume ou Montesquieu843, les Réflexions présentent une apologie du lien social : la sociabilité est une disposition naturelle de l’homme, que chacun doit veiller à entretenir. La civilité en est un des moyens : elle est fondée sur la « raison »844 et le « droit naturel », comme l’avait affirmé Jaucourt, en 1753, dans l’Encyclopédie (III). Plaçant son article sous l’égide de Montesquieu auquel il se réfère abondamment, il y établit la supériorité de la « civilité » sur la « politesse » et « l’affabilité » :

  • 845 « Civilité, politesse, affabilité », Enc., III (1753).

La civilité, prise dans le sens qu’on doit lui donner, a un prix réel [car] regardée comme un empressement de porter du respect & des égards aux autres, par un sentiment intérieur conforme à la raison ; c’est une pratique de droit naturel, d’autant plus louable qu’elle est libre & bien fondée.845

  • 846 Il évoque un passage de l’EL concernant Lycurgue.

180La « civilité » a donc une portée politique. Jaucourt clôt son article par une citation de l’EL : les « cérémonies » des Chinois sont « propres à maintenir parmi le peuple la paix & le bon ordre & à ôter tous les vices qui viennent d’un esprit dur, vain & orgueilleux »846. Reprenant la distinction énoncée en titre de l’article, Jaucourt conclut par ces mots de Montesquieu : « Ces règles de la civilité valent bien mieux que celles de la politesse. Celle-ci flatte les vices des autres & la civilité nous empêche de mettre les nôtres au jour : c’est une barrière que les hommes mettent entre eux pour s’empêcher de se corrompre ».

181Au cœur du siècle, la singularité de la démarche de l’« indocile » O. Belot, l’aisance enjouée et la rigueur avec laquelle elle rédige les Réflexions, la placent, à bon droit, parmi les « nouvelles figures d’intellectuelles ». En publiant un essai philosophique, elle témoigne d’une « audace » qui vise tant le « redoutable » Rousseau que la montée des intolérances et des censures. Elle s’y exprime en faveur de la « Raison », en dehors de toute considération théologique, dans un discours optimiste qui affirme sa foi dans l’« esprit humain », malgré une vision nuancée de l’homme, à la fois bon et « vicieux ». À ce titre, participante active des Lumières, elle mérite beaucoup mieux que des rumeurs malveillantes ou le silence dont elle commence à peine à sortir.

Notes

1 Désormais DOI (voir la liste des codes utilisés dans la note éditoriale, p. 253).

2 Imprimé en avril 1755 chez M. Rey à Genève, sous couvert d’Amsterdam, le DOI parvient en mai à Paris où ses thèses sont connues avant son arrivée (voir Œ. R., III, 1964, p. 1861). C’est la réponse de Rousseau à la question posée, en forme de concours « pour le prix de morale pour l’année 1753 », par l’Académie de Dijon (« Quelle est la source de l’inégalité parmi les hommes, et si elle est autorisée par la loi naturelle ») et publiée dans le MF de nov. 1753 (p. 65-66). Rousseau n’est pas primé, contrairement à son discours précédent Sur les sciences et les arts, qui obtint de la même Académie, en juillet 1750, le premier prix. Le JS attend juin 1756 pour faire le compte rendu du DOI et des écrits qu’il a suscités ; il s’en justifie : il souhaite « présenter sous un seul point de vue le tableau général & le résultat de cette importante querelle » (p. 404).

3 Est supprimée la mention « et les fondements ».

4 « Et se trouve chez Lambert, à Paris, rue de la Comédie Française ». L’imprimeur serait donc Lambert ; l’ouvrage bénéficie d’une permission tacite qui exigeait l’anonymat et un lieu d’édition fictif étranger.

5 En dehors de la nuance apportée par le rédacteur du JS, voir infra.

6 MF, juin 1756, p. 119.

7 « Ses Réflexions sont celles d’une femme d’esprit qui écrit aussi bien qu’elle pense » ; on signale aussi sa « politesse », ses « grâces » et son esprit de nuance car « l’éloge de l’Auteur y marche toujours à côté de la critique de l’ouvrage », ibid.

8 JS, juin 1756, p. 403-417. Il débute ainsi : « Le sort des Ouvrages de M. Rousseau est d’exciter de grands mouvements dans l’empire littéraire ; si d’un côté, l’amour du paradoxe qu’il fait éclater partout, soulève contre lui les justes défenseurs des principes établis, d’un autre côté l’éloquence rapide & séduisante dont il anime ses idées lui procure des partisans, des admirateurs & des envieux » et conclut : « l’État de Société […] est nécessairement beaucoup plus heureux que l’État des Sauvages » (p. 417).

9 Lettre à M. Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, à l’occasion de son ouvrage intitulé Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, À Westminster, 1755 ; voir JS, juin 1756, p. 417. Le compte rendu des Réfl. est suivi, autre contraste, de deux comptes rendus très sévères : celui de L’Homme moral opposé à l’homme physique de M. R***. […] où l’on réfute le déisme du jour, Toulouse (par le P. Castel) : « la singularité du ton qui y règne, & les personnalités continuelles dont elles sont remplies, les dérobent à notre compétence & nous nous contenterions d’applaudir de loin au projet charitable de l’Auteur, s’il était moins injurieux à M. Rousseau » (ibid., p. 418) ; puis celui de la Lettre d’un homme de province à M. Rousseau, citoyen de Genève, au sujet de la septième lettre du septième tome de l’Année littéraire de 1755, sl, 1756 : « L’homme de province y fait un éloge de M. Rousseau que la modestie de ce philosophe trouvera excessive ; ce qu’il y a de singulier, c’est qu’il développe à lui-même tout son système, comme Philaminte explique à M. Trissotin toute l’énergie du quoi qu’on die » (ibid.).

10 C’est-à-dire de zèle religieux.

11 JS, ibid., p. 417. Le rédacteur propose pourtant, dans son compte rendu, des thèses exposées dans les Réfl. : « l’état de société […] est nécessairement beaucoup plus heureux que l’état de Sauvage » (p. 417) ; « la perfectibilité […] pouvait-elle s’arrêter au milieu de sa course ? » (p. 414) ; « Ce commencement de société […] ne multipliait-il pas les passions qui donnent tant de ressorts à l’âme, n’enflammait-il pas la curiosité, n’irritait-il pas le désir de connaître & de jouir ? » (ibid.) ; « Les Sauvages sont trop peu connus pour qu’on puisse déterminer le degré précis de leur intelligence & de leurs passions » (ibid.) ; « Il reste à examiner si cet état impossible […] est plus heureux que celui dont [M. Rousseau] se plaint » (ibid.) ; « Une erreur ridicule persuade que le bonheur accompagne les richesses. […] Il nous semble que le plus malheureux est presque sûr de trouver [dans l’état civil] sa subsistance, sans péril, sans combat, par conséquent sans de grandes inquiétudes » (p. 415) ; suit un exposé des malheurs de la vie de l’homme sauvage, énumérés dans les Réfl.

12 Peut-être Fréron, directeur du périodique, qui, depuis 1750, a pris position contre Rousseau (voir J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975), peut-être Joseph de La Porte, alors bras droit de Fréron. Sur la personnalité peu saisissable de La Porte (1714-1779), voir A.-M. Chouillet, Dictionnaire des journalistes, notice 455. Sur Fréron et l’Enc., à l’époque qui nous occupe, voir P. Benhamou, « Fréron et l’Encyclopédie (1751- 1757) », Annales de Bretagne, 83, 4, 1976, p. 695-701 ; y est mise en doute l’opinion commune selon laquelle Fréron attaqua les premiers tomes de l’Enc. : au contraire, il « avait une haute opinion du nouveau Dictionnaire à ses débuts ».

13 AL, 1756, III, Lettre IV, p. 75-82.

14 Même si elles furent beaucoup moins nombreuses, voir R. Trousson, Rousseau jugé par ses contemporains, Champion, 2000, chap. III, « Impie ou séditieux », p. 85-129. Avant la parution des Réfl., paraissent onze textes concernant le DOI : les avis très réservés de Grimm (Corr. litt., juillet 1755 et janv. 1756) ; la Lettre de M. de B. [Béthisy] à Madame…, 1755 ; le compte rendu de Fréron, AL, 1755 ; la Lettre de Philopolis (pseudonyme du savant suisse Charles Bonnet), MF, oct. 1755, p. 71-77 ; le commentaire du DOI, ibid., p. 119-124 ; la célèbre lettre de Voltaire, ibid., p. 124-128, redonnée avec corrections en nov. 1755, p. 56-63. Début 1756, sont publiées deux lettres anonymes, datées de Bordeaux : la 1re, intitulée Lettre à Monsieur J.-J. Rousseau de Genève (datée du 15 nov. 1755), MF, janv. 1756 (1, p. 39- 42) et la 2e (datée du 14 janv. 1756), MF, mars (p. 57-63), qui est précédée d’un billet de Rousseau autorisant sa parution (p. 57). La réponse de Rousseau à la Lettre de Philopolis (et au « citoyen de Bordeaux ») paraît dans le MF de janv. 1756 (p. 42-45). Début 1756, paraissent encore L’Homme moral opposé à l’Homme physique de Monsieur R***…, Toulouse (du P. Castel) et la Lettre d’un homme de province à Monsieur Rousseau en réponse à la VIIe Lettre du VIIe tome de l’Année littéraire de 1755, sl.

15 On a affirmé que Voltaire, dans sa Lettre de 1755, répondait plus au Discours de 1750 qu’au DOI qu’il n’aurait peut-être pas même lu. Dans cette courte Lettre, il choisit d’opposer brièveté et ironie aux longs développements de Rousseau. Son argumentaire réside, pour l’essentiel, dans une défense de la vie sociale et des Lettres, malgré les nombreuses « tribulations » qu’il a subies de ses adversaires : « Il faut aimer [les Lettres] malgré l’abus qu’on en fait, comme il faut aimer la société, dont tant d’hommes méchants corrompent les douceurs ; comme il faut aimer sa patrie, quelques injustices qu’on y essuie » (note (f), p. 62).

16 MF, nov. 1755, p. 63-68. Le rédacteur Louis de Boissy s’explique de cette insistance : « Nous la redonnons pour la commodité du lecteur, qui pourra la parcourir sans changer de volume, avant que de lire la réponse de Rousseau, que nous allons y joindre, afin de ne rien laisser à désirer sur ce sujet à la curiosité du public », MF, nov. 1755, p. 56.

17 L’Orphelin de la Chine, tragédie (privilège daté de sept. 1755) comprend, en postface, la Lettre à M.J.J.R.C.D.G., p. 67-74 ; la pièce qui a eu sa première le 20 août 1755, connut un grand succès, avec Mlle Clairon dans le rôle d’Idamé. On lit dans la Dédicace au Duc de Richelieu : « Voilà un grand exemple de la supériorité naturelle que donnent la raison & le génie sur la force aveugle et barbare. […] Rien ne rend les hommes plus sociables, n’adoucit plus les mœurs, ne perfectionne plus leur raison que de les assembler pour leur faire goûter ensemble les plaisirs purs de l’esprit » (p. V-VI).

18 Voir l’incipit de sa Lettre de 1755 : « J’ai bien reçu, Monsieur, votre nouveau livre contre le genre humain ». Ces notes que Voltaire place en marge de son exemplaire sont relevées sur l’original détenu à la bibliothèque de Leningrad et publiées par G. R. Havens dans Voltaire’s Marginalia on the Pages of Rousseau, Ohio State University Studies, 6, 1933, chap. 1, « Voltaire’s Comments on Rousseau’s Discours sur l’inégalité » (p. 4-28).

19 Réfl., p. 1 et 3 (pagination originale).

20 Réfl., p. 2.

21 Corr. litt., 15 février 1754. Rousseau parlera plus tard du « bruit que faisait [son] ouvrage », Conf., VIII, Œ. R., I, p. 362.

22 Son ami Raynal dirige alors le MF ; voir R. Trousson, p. 11-12.

23 Dans les premiers jours de 1751 ; la page de titre porte cette mention : Discours qui a remporté le prix de l’Académie de Dijon en l’année 1750. Sur cette Question proposée par la même Académie : si le rétablissement des Sciences et des Arts a contribué à épurer les mœurs par un Citoyen de Genève. Barbarus sum quia non intelligor illis, Ovide, À Genève, chez Barillot & fils (en réalité à Paris, chez Pissot).

24 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 363.

25 En 1753, devant l’afflux des réactions, on publie un Recueil de toutes les pièces qui ont été publiées à l’occasion du Discours de M. J.-J. Rousseau, à Gotha, J. P. Mevius, 1753. Défenses et réfutations continueront de plus belle.

26 La réfutation de l’ancien roi de Pologne et duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, est publiée dans le MF, sept. 1751, p. 63-84 ; Rousseau la commentera longuement (Conf., VIII). Sur les multiples réactions au DSA de 1750, voir R. Trousson, Jean-Jacques Rousseau jugé par ses contemporains, Champion, 2000, chap. I, p. 11-57 et Jean-Jacques Rousseau, PUPS, « Mémoire de la critique », 2000.

27 En 1751, six rééditions ainsi qu’une édition accompagnée de sa réfutation par Le Cat ; une autre en 1752, puis une autre en 1754. En 1751 une traduction anglaise et allemande.

28 Conf., VIII.

29 Rousseau a quitté son emploi de secrétaire chez les Dupin. « Je quittai la dorure et les bas blancs ; je pris une perruque ronde, je posai l’épée ; je vendis ma montre avec une joie incroyable », Conf., VIII. J. Starobinski commente ainsi cette « réforme somptuaire » : « Cet homme célèbre qui choisit d’être copiste rend ainsi sensible ce que la richesse a d’abusif et d’infondé. Il proclame l’alliance permanente, le lien nécessaire de l’infériorité sociale et de la supériorité morale », Jean-Jacques Rousseau : la transparence et l’obstacle, Vrin, 1971 (p. 315).

30 Les Réfl. s’ouvrent ainsi : « Je vais peut-être encore aigrir M. Rousseau ». Rousseau expliquera son humeur : par « sotte et maussade timidité » et « par crainte de manquer aux bienséances, je me fis cynique et caustique par honte et j’affectai de mépriser la politesse que je ne savais pas pratiquer », Conf., VIII.

31 Le Devin est joué à Fontainebleau les 18 et 24 oct. 1752, devant Louis XV qui offre une pension à Rousseau ; il la refuse mais acceptera ensuite « 100 louis du roi, 50 de Mme de Pompadour, 50 de l’Opéra et 500 de Pissot pour la gravure » (Conf., VIII). En 1753, le spectacle est monté à l’Opéra le 1er mars et, le 4 mars, au château de Bellevue, domaine de Mme de Pompadour qui y joue le rôle de Colin. Rousseau publie aussitôt Le Devin du village, représenté à Fontainebleau devant leurs Majestés les 18 et 24 octobre 1752 et à Paris, à l’Académie Royale de Musique, Boivin, 1753. Signe de succès, le Théâtre de la Foire monte, en avr. 1753, Bastien et Bastienne, parodie écrite par Mme Favart.

32 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 369.

33 Corr. litt., 15 févr. 1754.

34 La comédie, jouée sans nom d’auteur, n’a pas plu : elle n’a que deux représentations (18 et 20 déc. 1752).

35 Il notera : « c’est un de mes bons écrits [où] je commençai de mettre à découvert mes principes » (Conf., VIII). C’est surtout pour sa « Préface » provocatrice que Rousseau édite la pièce (1753) ; on y lit : « Si [mes lecteurs] s’aperçoivent que je commence à briguer les hommages du public […], que j’aspire à des places d’Académie ou que j’aille faire ma cour aux femmes qui donnent le ton ou que j’encense la sottise des Grands […], je les prie de m’en avertir […] et je leur promets de jeter à l’instant au feu mes écrits et mes livres ». Grimm est sévère : « M. Rousseau a gâté son triomphe [dû au Disc. de 1750] par une préface outrée qu’il a mise à la tête d’une mauvaise comédie intitulée Narcisse », Corr. litt., 15 févr. 1754. Mais le MF rend hommage à la préface : il en publie la fin et affirme que Rousseau s’y exprime avec « la force, le courage & la véhémence qu’on lui connaît, les principes & les conséquences de son système », mars 1753 (p. 156).

36 Quentin de La Tour est conseiller, depuis 1750, à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture. Le salon, ouvert le 15 sept. 1753, présente les portraits de d’Alembert, l’abbé Nollet, Duclos, La Condamine, etc. ; sous celui de Rousseau, on lit ces vers de Marmontel : « À ces trais par le zèle et l’amitié tracés / Sages, arrêtez-vous ; gens du monde, passez ». Fréron raille aussitôt le modèle : « La modestie de M. Rousseau a cependant bien voulu se prêter au désir que témoignait la France d’avoir le portrait d’un personnage aussi illustre. Il a eu la complaisance d’aller chez M. de La Tour et de souffrir que ce peintre célèbre transmît sur la toile ses traits respectables », Lettres sur quelques écrits de ce temps, IX, 1753 (p. 330). Bien plus tard, Diderot fera ce commentaire ambigu du tableau : « M. de La Tour, si vrai, si sublime d’ailleurs, n’a fait de M. Rousseau qu’une belle chose au lieu du chef-d’œuvre qu’il en pouvait faire. Je m’attendais à voir Épictète en habit négligé, en perruque ébouriffée, effrayant par son air sévère les littérateurs, les grands et les gens du monde ; je n’y vois que l’auteur du Devin du village, bien habillé, bien peigné, bien poudré et ridiculement assis sur une chaise de paille », Examen du clair-obscur, dans Essais sur la peinture joints au Salon de 1765.

37 Le livre X traite de l’année 1758 ; Rousseau n’évoque ici son portrait que pour signaler qu’il l’offre à M. de Luxembourg. Il l’avait refusé en 1753 ; son hôtesse Mme d’Épinay le lui demande, lors de son séjour à Montmorency.

38 « Jean-Jacques Rousseau de Genève vient de mettre le feu aux quatre coins de Paris », Corr. litt., 15 déc. 1753.

39 La représentation de la Serva padrona de Pergolèse le 1er août 1752 par les Bouffons, comédiens italiens, déclenche la querelle entre partisans de la musique italienne et tenants de la musique française.

40 La longue et violente diatribe de Rousseau se concluait ainsi : « D’où je conclus que les Français n’ont point de musique et n’en peuvent avoir ; ou que, s’ils en ont, ce sera tant pis pour eux », Lettre sur la musique française, sl, 1753 (p. 97).

41 Rousseau prend position en faveur de la musique italienne, comme le « coin de la Reine » qui regroupe, selon lui, « vrais connaisseurs, gens de talent, hommes de génie », parmi lesquels Grimm qui rédige, à cette occasion, le Petit Prophète de Boemisch Broda. Rousseau condamne la musique française dont les partisans forment « le coin du Roi » qui réunit, dit-il, « les grands, les riches, les femmes » (Conf., VIII). Grimm ajoutera plus tard : « Quoique les femmes aient dit beaucoup de mal de la musique italienne parce qu’elles n’entendaient pas la langue des Pétrarque, des Tasse, des Arioste, des Métastase […], on peut dire que la musique italienne n’a eu nulle part un succès aussi flatteur qu’en France » (Corr. litt., 15 sept. 1754).

42 Conf., VIII, Œ. R., I, p. 384.

43 La Corr. litt. du 15 fév. 1754 expose avec admiration la brillante carrière de Rousseau depuis son « fameux discours de Dijon » jusqu’à son combat contre la musique française avec « des raisons trop bonnes et trop fortes ». Malgré quelques réticences sur la « préface outrée » de Narcisse et « un autre avertissement bizarre qu’il a mis à la tête de son Devin de Village », la conclusion de ce vibrant hommage est une attaque violente contre les « polissons » et les « insectes importuns » qui critiquent Rousseau.

44 « Avant que d’attaquer des hommes [Rousseau et d’Alembert] aussi redoutables, il faut y songer à deux fois » ; est ici visé Trublet, pour ses Essais de morale et de littérature, qui « a l’air d’en vouloir à M. Rousseau et surtout à M. d’Alembert à l’occasion de son article Collège dans le troisième volume de l’Encyclopédie. Cela me paraît maladroit » (Corr. litt., 15 mars 1754).

45 La « Préface » du JÉt. couvre les pages I à XXIII ; on y incite aux échanges intellectuels entre les divers pays d’Europe ; on loue la grandeur de ces années françaises, marquées par la parution de l’EL de Montesquieu, de l’HN de Buffon et de l’Enc. (p. XX). Fin 1747, Rousseau avait envisagé, avec Diderot, la rédaction d’un périodique : l’entreprise avorta mais nous possédons un texte de Rousseau, intitulé Le Persifleur (1747 ?, posth. 1781) ; voir Œ. R., I, 1959, p. 1103-1112. O. Belot est, sans doute, au courant des péripéties qui marquent l’histoire du JÉt. : son ami, le Chevalier d’Arcq, y collabore, d’août 1756 à déc. 1758 ; en 1759, il en briguera en vain la direction mais sera écarté au profit d’Arnaud.

46 Diderot signale des « auteurs célèbres, d’excellents génies » aux « productions merveilleuses », comme « des Duclos, des d’Alembert, & des Rousseau ; des de Voltaire, des Maupertuis & des Montesquieu, des de Buffon & des d’Aubenton », Pensées sur l’interprétation de la nature, Pensée LV, 1754, p. 168-169 ; l’ouvrage, publié en 1753, est anonyme mais Grimm donne aussitôt le nom de l’auteur (Corr. litt., 15 déc. 1753). Les rapports de Rousseau avec Diderot et Grimm se dégraderont à partir de la fin de 1757.

47 Enc., V, 1755, p. 646.

48 « Économie ou Œconomie (morale & politique) », ibid., p. 337-349. Les thèses annoncent celles Du Contrat social (1762) et ne sont pas éloignées de celles qu’on lit dans les Réfl. : « La plus sublime de toutes les institutions humaines [qui accomplit des] prodiges » est « la loi […] à qui les hommes doivent la justice et la liberté, qui rétablit dans le droit, l’égalité naturelle entre les hommes […]. » (p. 339).

49 DP, 1751, note p. XXXIII.

50 « Dès que vos amis eurent commencé le Dictionnaire Encyclopédique », MF, oct. 1755, p. 125.

51 Corr. litt., 15 déc. 1753.

52 Voir, par exemple, les Pensées sur le gouvernement (1752) de Voltaire. Sur la distinction entre « sujet « et « citoyen », voir les articles de Diderot « Citoyen », Enc., III, 1753 et « Droit naturel », Enc., V, 1755 : Diderot y rejette Hobbes « raisonneur violent » qui affirme la « méchanceté » de l’homme naturel car « l’homme n’est pas seulement un animal, mais un animal qui raisonne […] ; il ne veut pas seulement être heureux, il veut encore être équitable & par son équité, éloigner loin de lui, l’épithète de “méchant” ».

53 L’intérêt contemporain pour la « Patrie » se marque dans le livre de l’abbé Coyer, Dissertation sur le vieux mot de Patrie (1755) ou celui du Chevalier d’Arcq, La Noblesse militaire ou le Patriote français (1756). La Guerre de sept ans, qui ne débute officiellement qu’en mai 1756, est annoncée dès 1754 par de violents affrontements en Amérique, entre Anglais et Français.

54 La page de titre du DSA de 1750 mentionne l’attribution à un « Citoyen de Genève », sans nom d’auteur ; celles de Narcisse, du Devin du village et de la Lettre sur la musique française ne font mention que de « J.-J. Rousseau ».

55 Né protestant à Genève, il portait légitimement le titre de « Citoyen de Genève », qu’il perdit en se convertissant au catholicisme le 23 avril 1728.

56 Sur la position de Voltaire à ce sujet, voir R. Pomeau, « La Politique de Ferney », La Politique de Voltaire, A. Colin, 1963, chap. 4, p. 7-24.

57 Voir l’article « Genève » de d’Alembert, Enc., VII, 1757, p. 576.

58 « Citoyen », Enc., III, 1753, p. 488.

59 MF, oct. 1755, p. 57.

60 Réfl., p. 4.

61 La comédie, jouée à la Cour de Lorraine lors de l’inauguration de la statue de Louis XV à Nancy, fit connaître Charles Palissot de Montenoy (1730- 1814). On s’y moque d’une femme savante, d’un poète fat (Voltaire ?), d’un financier et d’un philosophe ridicule, clairement inspiré de Rousseau (Palissot en conviendra) et montré, scène VIII, à quatre pattes, mangeant une salade. Palissot remaniera le texte : la savante ridicule, passionnée de philosophie et de sciences, qui expose ses théorèmes à son ami le poète, perdra le nom d’Araminte (sont également supprimées les notations qui pouvaient évoquer É. du Châtelet) ; le Philosophe verra son nom de « Blaise-Nicodème » changé en celui de « Blaise-Gilles-Antoine le Cosmopolite ».

62 Il exprime son indignation au comte de Tressan, membre comme Palissot de la toute récente Société Royale de Nancy. Tressan demande à Stanislas d’en exclure Palissot mais Rousseau interviendra pour s’y opposer avec dignité ; voir É. Badinter, Les Passions intellectuelles, II, Exigence de dignité (1751-1762), « Livre de poche », 2010, p. 238-247.

63 « M. Rousseau dont nous avons déjà parlé […], nous a donné les articles qui concernent cette Science. Il a publié il y a quelques années un Ouvrage intitulé Dissertation sur la musique moderne. On y trouve une nouvelle manière de noter la Musique, à laquelle il n’a peut-être manqué pour être reçue, que de n’avoir point trouvé de prévention pour une plus ancienne », DP, p. XLII.

64 Dans cet éloge enthousiaste de Rameau placé à la suite de ceux de Voltaire et Montesquieu, on lit : « Son mérite, dont il a forcé notre siècle à convenir, ne sera bien connu que quand le temps aura fait taire l’Envie ; & son nom, cher à la partie de la nation la plus éclairée, ne peut blesser ici personne », ibid., p. XXXII.

65 L’animosité naît rapidement entre les deux hommes qui se rencontrent en 1744 chez le riche mécène La Popelinière : Rameau y est l’organisateur officiel des fêtes et le professeur de musique de l’épouse du fermier général. Rousseau ne parviendra pas à y faire reconnaître son talent de compositeur, voir Conf., VII.

66 L’ouvrage est anonyme ; il paraît à Paris, « Avec Approbation et Privilège du Roi », approuvé par le censeur Trublet, le 4 août 1755.

67 DP, Enc. I, 1751, p. XXXIII.

68 Ibid., p. XXXII.

69 Voir la « Préface » du DSA de 1750, l’« Avertissement » du Devin du village ou la « Préface » de Narcisse.

70 MF, mars 1756, p. 59. Cette lettre est une réponse à celle de Rousseau, publiée en janvier 1756, qui évoquait, à la suite de Philopolis, « les Bourgeois de Bordeaux ». En mars, le « citoyen de Bordeaux » ajoute : « en cherchant quels sont ces mortels privilégiés pour qui Rousseau écrit, il semble que ce sont les Genevois & ceux qui le trouvent instructif & amusant, ou, pour dire la chose comme elle est, ceux qui sont ses approbateurs. Voilà une idée qu’on ne doit pas attribuer à un philosophe aussi modeste & aussi logicien que lui ».

71 Sur l’exercice de la critique, on peut se reporter à l’ouverture du Persifleur : « Dès qu’on m’a appris que les Écrivains qui s’étaient chargés d’examiner les ouvrages nouveaux, avaient […] résigné leur emploi, je me suis mis en tête que je pourrais fort bien les remplacer ; & comme je n’ai pas la mauvaise vanité de vouloir être modeste avec le Public, j’avoue franchement que je m’en suis trouvé très capable », Œ. R., I, p. 1103.

72 « On ne peut demander quelle est la source de l’inégalité naturelle parce que la réponse se trouverait dans la simple définition du mot ; on peut encore moins chercher, s’il n’y aurait point quelque liaison essentielle entre les deux inégalités ; car ce serait demander en d’autres termes si ceux qui commandent valent nécessairement mieux que ceux qui obéissent et si la force de l’Esprit, la sagesse ou la vertu se trouvent toujours dans les mêmes individus, en proportion de la Puissance ou de la Richesse », DOI (p. 61).

73 Rousseau a défini supra les deux inégalités : « Je conçois dans l’Espèce humaine deux sortes d’inégalité ; l’une que j’appelle naturelle ou Physique, parce qu’elle est établie par la Nature et qui consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du Corps et des qualités de l’esprit ou de l’Âme » et « l’inégalité morale ou politique parce qu’elle dépend d’une sorte de convention et qu’elle est établie, du moins autorisée par le consentement des hommes » (DOI, p. 61). C’est à cette seconde qu’il consacre son discours ; mais la première y est régulièrement évoquée.

74 Ibid., p. 62. O. Belot s’interrogera sur le lien entre l’inégalité naturelle (du corps, de l’esprit et de l’âme) et l’établissement originel d’une inégalité civile.

75 Ibid., p. 93.

76 Selon le « citoyen de Bordeaux », Rousseau « pourrait répliquer […], surtout devant des Adversaires obscurs & indignes de moi, tels que vous êtes, vous dont je craindrais de relever la bassesse, si je descendais jusqu’à elle » (p. 60). On lit plus bas « répéter mille & mille fois qu’on méprise l’estime des hommes, c’est répéter qu’on méprise les hommes mêmes », MF, janv. 1756, p. 61.

77 « Barbarus hic ego sum, quia non intelligor illis » (Ovide, Tristes, X, V) qu’on peut traduire par « Moi, c’est un Barbare que je suis désormais, parce que ceux-là ne me comprennent pas », épigraphe du DSA.

78 Grimm, dans son récit de la Querelle des Bouffons, conclut à propos des « polissons » qui accablent d’injures Rousseau : « Fréron […] est le roi des insectes importuns dont parle M. Diderot dans l’Interprétation de la nature, qui passent les instants de leur existence à troubler l’homme dans ses travaux et dans son repos », Corr. litt., 15 févr. 1754. Diderot avait écrit : « Et vous qui prenez le titre de Philosophes ou de Beaux esprits & qui ne rougissez pas de ressembler à des insectes importuns […], quel est votre but ? […] Malgré vous, les noms des Duclos, des d’Alembert & des Rousseau, des de Voltaire, des Maupertuis, & des Montesquieu, des de Buffon, & des d’Aubenton seront en honneur parmi nous & chez nos neveux », Pensées sur l’interprétation de la nature, LV, « Des Obstacles », 1754, p. 167-169.

79 O. Belot ne signera de son nom aucune de ses publications ; mais si les Réfl. sont donnés parfaitement anonymement, les Obs. NT de 1758 seront attribuées à « Madame*** » puis toutes ses traductions à « Madame B*** ». Voir Françoise Weil, « L’auteur dans l’ombre », Le Pauvre Diable. Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle, H. Duranton (éd.), PU de Saint-Étienne, 2006, p. 39-46.

80 « Toilette ou Table même chargée de ce qui sert à la parure d’une femme » ; « Papillotes : morceau de papier ou de taffetas dont on enveloppe les cheveux que l’on met en boucles pour les tenir frisés », DAF, II, p. 842 et 891. Le motif de la « Dame à la toilette » a peu à peu envahi romans, poèmes et tableaux contemporains ; le moment peint n’est pas entièrement celui de l’intimité – les dames reçoivent à ce moment – mais il reste ambigu, voire érotisé. Voir « “C’est en habit d’homme qu’une femme peut philosopher” […] », N. Ferrand, La Figure du philosophe dans les lettres françaises et anglaises, PU de Paris Ouest, 2010, p. 171-187. La « Provinciale » fait-elle allusion au périodique, créé en 1755, Amusements de la Toilette ou Recueil des faits les plus singuliers tragiques et comiques de l’amour […] mêlé de quelques dissertations littéraires ? L’Épître dédicatoire au Beau Sexe proposait d’occuper agréablement les dames pendant leur « toilette » puisque le reste de leur temps est désormais pris par « la lecture solide, même les sciences abstraites » ! On lit dans le MF de janv. 1756, l’avis d’une « jeune Dame Hollandaise » qui approuve longuement la création de ce périodique (p. 33-35). L’évocation des « papillotes » donne un tour burlesque au passage ; O. Belot a-t-elle lu Le Triomphe de Madame Deshoulières de Marie-Jeanne L’Héritier (1694), où les femmes, ayant triomphé sur le Mont Parnasse de Boileau, font des « papillotes » de sa Satire X « contre les femmes » ?

81 Un cas extrême est celui du poète Desforges Maillard (1699-1772) qui, désespérant de se faire publier, prit, en 1731, le pseudonyme de « Melle Malcrais de la Vigne » : aussitôt édité dans le MF, il publie en 1735 un recueil des Poésies de Melle Malcrais de La Vigne, Pissot, 1735, « avec approbation et privilège ».

82 En revanche, les MT écriront à propos de ses Obs. NT par Madame*** : « Il y a toute apparence que cette Brochure n’est point l’ouvrage d’une Dame. On trouve ici un ton de controverse assez soutenu, un style tantôt grave, tantôt tranchant, quelquefois obscur : une Dame, devenue Auteur écrit, ce semble, d’une autre manière : sa plume est bien plus légère, plus coulante & il règne dans toute sa façon une simplicité & une clarté qui ne sont point le caractère de ces Observations, quoique bonnes et estimables à bien des égards », août 1758, p. 2082.

83 MF, juin 1756, p. 219.

84 Fréron connaît le milieu des « Lorrains » de Paris : membre de l’Académie de Nancy, il fréquente le salon de Mme de Graffigny. O. Belot fut proche de F. A. Devaux (1712-1796), dit « Panpan », lecteur de Stanislas et ami de F. de Graffigny jusqu’à la mort de celle-ci en 1758 ; sur leur correspondance (de 1762 à 1781 ; BnF, ms. fr. 15582), voir M.-L. Girou Swiderski, « De la “gazette” au “commerce des âmes” : les lettres de la présidente de Meinières à la marquise de Lénoncourt », Femmes en toutes lettres. Les épistolières du XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century », 4, 2000, p. 119-139. En 1755-1756, quels sont les liens exacts d’O. Belot avec ce cercle lorrain ?

85 L’expression de « Dame Auteur » figure p. 74-75 ; elle devient « l’Auteur » p. 77, 79 et 81, AL, juin 1756, III, Lettre IV. Les deux directeurs du périodique sont alors Fréron et l’abbé de La Porte qui traitera longuement, en 1769, des Réfl. et de la « Dame Auteur » (HLFF, V, p. 258-291).

86 Le nom de l’auteur anonyme est, selon F. Moureau, « le secret de Polichinelle » ; voir « Illustres anonymes : auteurs feints et clandestinité au XVIIIe siècle », La Lettre clandestine, n° 8, 1999, p. 55.

87 Son nom est parfois orthographié Bellot.

88 Les ouvrages envoyés ne peuvent être que les Réfl. et les Obs. NT.

89 Lettre du 23 février 1759, publiée par F. Caussy, RHLF, 1908, 15, p. 343- 344. Voltaire mettra un certain temps à lui répondre car il n’a pas l’adresse de l’expéditrice ; le 10 mars 1759, il écrit à Thiériot : « J’ai reçu par le Savoyard voyageur votre lettre, vos brochures très crottées et la lettre de Mme Bellot. Je vais lire ses œuvres et je vous prie de me mander son adresse. Selon l’usage des personnes de génie, elle n’a daté en aucune façon ; et je ne sais ni quelle année elle a écrit, ni où elle demeure », Best. D8168.

90 C’est la première lettre de Voltaire à O. Belot ; elle est adressée « À Monsieur Thiériot pour rendre s’il lui plait à Madame Bellot », lettre datée, « Au château de Tournay par Genève 26 mars 1759 », Best. D8213. C’est le début d’une longue correspondance qui dure jusqu’en mars 1778 (Voltaire meurt le 30 mai), avec une longue interruption, semble-t-il, de 1763 à 1772. Les lettres de Voltaire à O. Belot qui couvrent la période 1759-1778 sont conservées à la Bibliothèque de Genève, Institut et Musée Voltaire, cote IMV MS 64.

91 Le rédacteur de la Feuille nécessaire note à propos de la parution des MLA : « Madame Belot, déjà connue par des Réflexions d’une Provinciale sur le livre de l’Inégalité des conditions […], a tiré de quelques Ouvrages périodiques qui se font en Angleterre, des Contes, des Histoires orientales… », 1759, 5e cahier, p. 79. Celui de la SL accorde un long compte rendu élogieux (1759, II, p. 33-45) à cette « Amazone littéraire […], Madame Belot si connue par son esprit & ses talents » (p. 34).

92 « Notice des Dames les plus connues parmi les Auteurs vivants », JD, Aux Vallons de Tivoli, avr. 1761, I, p. 49. On signale ici deux autres de ses ouvrages.

93 Par Lacroix, Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres, 1769, I, p. 316 (« Madame Bellot fait honneur à la France & à son sexe ») ; par Sabatier de Castres, Trois siècles de littérature française jusqu’en 1772, Amsterdam, 1773, I, p. 76 (« Madame Bellot […] : les Réflexions d’une Provinciale […] sont dignes de faire honneur à sa plume ») ; par Riballier et Cosson de la Cressonnière, De l’éducation physique et morale des femmes, Bruxelles, 1779, p. 148 (« Madame Bellot s’est fait connaître avec beaucoup d’applaudissement dans la République des Lettres par des Réflexions aussi solidement pensées que bien écrites sur le discours de M. J.-J. Rousseau sur l’inégalité des conditions ») ; la notice très brève de Boudier de Villemert, dans Notices alphabétiques des femmes célèbres, Amsterdam, 1779, ne mentionne pas les Réfl. (p. 235).

94 Elle reprend les termes des comptes rendus de 1756 de l’AL et de l’HLFF de La Porte : « Madame Bellot publia les Réflexions d’une Provinciale […]. La force et la politesse sont les armes dont l’auteur se sert pour combattre son adversaire. On regarde que, de tous les écrits qui ont paru contre le discours de Jean-Jacques, celui-ci est un des plus sensés des mieux raisonnés et des plus méthodiques », Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises […] connues, 1804, p. 134-135.

95 Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes, 1806, t. II, notice 6063.

96 Voir, entre autres, la Biographie universelle, Michaud, 1811 ou le Dictionnaire encyclopédique de Le Bas où on lit : « Belot (Madame), née en 1726, morte à Chaillot en 1805 (sic), a publié plusieurs ouvrages également remarquables sur l’histoire et la politique », 1840, II, p. 361.

97 Dans ses Trois siècles de littérature française ; elle s’en défend : « À la vérité, on me rend auteur de plusieurs romans et je n’en ai pas fait un seul » (lettre du 23 janvier 1773, à F. A. Devaux, BnF, ms. fr. 15582).

98 HLFF, V, 1769, p. 258-291.

99 C’est souvent le cas pour les femmes écrivains du XVIIIe siècle, du moins quand elles n’ont pas été proches de « grands hommes ». Les rares informations sur O. Belot dont on dispose concernent généralement les années suivantes : on sait peu de choses sur elle dans les années 1756-1758.

100 Voir, outre l’article déjà cité (« De la “gazette” au “commerce des âmes” ») ainsi que sa notice biographique, ibid., p. 254-256, les articles suivants : « Lettres de Mme de Meinières à Mme de Lénoncourt, 1770- 1774 » dans Lettres de femmes. Textes inédits ou oubliés du XVIe au XVIIIe siècle, É. C. Goldsmith et C. H. Winn éds, Champion, 2005, p. 380- 420 et « Une chambre à soi : le thème du logement dans la correspondance de Mme Belot », Altered Writings, followed by Public Space of the Domestic Sphere, éd. S. Woodwars, London, Ontario, Mestengo Press, p. 15-31.

101 Il s’agit de deux correspondances entières. La première adressée à Mme de Lénoncourt (mars 1770- juillet 1774) comprend 112 lettres et provient du fonds Graffigny de l’université de Toronto ; la seconde à « Panpan » Devaux est moins dense : 95 lettres en 19 ans, de 1762 à 1781 (BnF, ms. fr. 15582). Un autre ensemble est constitué par ses lettres à Elizabeth Montagu (voir É. Flamarion : « Une amie méconnue de Voltaire et la reine des Bluestockings : les lettres d’O. Durey de Meinières à Elizabeth Montagu », à paraître). On trouve certaines de ses lettres dans la correspondance de Mme de Graffigny (Correspondance de Mme de Graffigny, dir. J. A. Dainard, Oxford, 1985-), celles d’Helvétius (Correspondance générale d’Helvétius, dir. D. Smith, Oxford, 1981-), de Hume (The Letters of David Hume, par J. Y. T. Greig, Oxford, 2 vol., 2011), de Mlle Quinault ainsi que des envois épars à Benjamin Franklin, Beaumarchais, etc.

102 Les lettres de Voltaire sont très éclairantes sur le contenu de celles de son interlocutrice. L’initiative de l’échange revient à Thiériot (lettre du 23 févr. 1759). On possède 17 lettres échangées sur 19 ans (de 1759 à 1778) : une lettre en 1759 (26 mars, Best. D8213), sept lettres en 1760 (24 mars, Best. D8813 ; 18 avr., Best. D8860 ; 16 mai, Best. D8913 ; 20 juin, Best. D8994 ; 22 juillet, Best. D9080 ; 11 août, Best. D9133 ; 10 nov., Best. D9391), trois en 1761 (fév., Best. D9658 ; 29 mars, Best. D9707 ; 27 août, Best. D9972), une en 1763 (27 mars, Best. D11133), deux en 1772 (9 sept., Best. D17905 ; 30 oct., Best. D17985) et trois en 1778 (22 fév., Best. D21076 ; 22 mars, Best. D21116 et 31 mars, Best. D21129). Des lettres de Voltaire sont perdues : voir, par exemple, sa lettre à Damilaville du 3 sept. 1760 : « Oserais-je vous supplier de faire parvenir, par la petite poste cette lettre à Madame Belot ? » (Best. D9207), lettre dont on n’a pas la trace. Ce long échange vaut néanmoins à O. Belot d’être comptée au nombre des Amies de Voltaire dans la correspondance (1749-1778), Champion, 2007, par P. Ménissier. Sans doute, de 1759 à 1763, O. Belot espère-t-elle trouver, dans des années très difficiles, son compte à ces échanges avec Voltaire. Leurs relations semblent s’être distendues après 1763 ; en nov. 1772, elle montre à sa correspondante une certaine sévérité à son égard, voir M.-L. Girou Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », p. 124.

103 « Anecdote sur Mdme de Mesnières » dans Pensées, Anecdotes et Réflexions, ensemble manuscrit et relié en 12 volumes, Ottawa, Bibliothèque de l’Université, Pavillon Morisset, P.Q. 2067, T. 28 A6, VII, p. 216-223. En 1805, G. Thiroux d’Arconville, peu avant sa propre mort, lui consacre quelques pages, rédigées à l’occasion de la mort en déc. 1804 d’O. Belot : « Elle venait souvent me voir à Meudon du vivant de son [second] mari [c’est-à-dire avant 1785] et j’allais aussi la trouver quelquefois dans sa maison de Chaillot » ; elle signale « un commerce de lettres que nous avons eu ensemble pendant quelque temps ». Sur l’exceptionnelle et prolifique Geneviève Thiroux d’Arconville, voir Mme d’Arconville (1720-1805) : une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières, éd. P. Bret et B. van Tiggelen, préface d’É. Badinter, Hermann, 2011 et M.-L. Girou Swiderski, « D’intéressantes retrouvailles : la seconde carrière de trois femmes de Lettres », DHS, 46, 2014, p. 235-251.

104 M. É. de Lesval est issue de la branche cadette, établie en Bourgogne. Veuve de Guichard, elle se remarie, le 21 juin 1742, à Antoine Hercule de Feuquerolles, chevalier de Saint-Louis, survivant aveugle de la célèbre bataille de Ramillies (1706). Sur la famille de Lesval, voir Dictionnaire de la noblesse, 1774, VIII, p. 652-656 : « C’est depuis [1280] que nous allons donner la filiation de cette ancienne noblesse, d’après un Mémoire dressé sur les titres originaux ».

105 Ibid. Une autre version était donnée par Grimm : « Madame Belot est la veuve d’un avocat qui la laissa à sa mort sans autre ressource qu’une rente de 60 livres par an. Pour vivre de rien, elle se mit au lait, vendit sa rente et employa les 1200 livres qu’elle en tira, à apprendre l’anglais, dans la vue de se procurer des ressources par les traductions » (Corr. litt., 1er mars 1763). En fév. 1759, Thiériot avait écrit à Voltaire à propos des récents MLA : « Elle m’a donné des preuves qu’elle sait la langue anglaise, si bien que je ne doute pas qu’elle s’en soit tirée avec honneur ». Ses traductions n’échappent pas à quelques inexactitudes (voir F. Paknadel et la Note sur la traduction d’O. Belot par A. Rivara, en postface de Rasselas de Samuel Johnson, Desjonquères, 1994.

106 Elle note que la traduction « réussit parfaitement et lui fit beaucoup d’honneur ». L’AL lui rend hommage : « C’est à la vérité la composition d’une femme ; mais cette femme montre partout un esprit mâle & nerveux qui sait donner à ses expressions la force & l’énergie nécessaires pour représenter parfaitement toutes les beautés de l’original anglais » (1763, III, p. 40). Grimm en donne pourtant, aussitôt sa sortie, une recension fort longue et négative : « L’inflexible loi de la vérité, respectée dans ces feuilles sans restriction, m’oblige de convenir que la traduction des Tudor ne prend point dans le public et qu’on lui reproche déjà un style lourd, froid et lâche […]. Il faut convenir que cette entreprise paraît en tout sens au-dessus des forces d’une femme » (Corr. litt., 1er mars 1763). Hume a pourtant revu cette traduction comme il l’écrit à son ami, l’historien Robertson à qui il recommande la traductrice (1er février 1763, The Letters of David Hume, J. Y. T. Greig, Oxford, University Press, 2011, vol., p. 415). En 1765, Grimm conteste le fait : « Cette pauvre femme n’a ni le talent ni le style ni les connaissances qu’il faut pour une telle entreprise. Son style plat et bourgeois rend cette lecture pénible et dégoûtante. […] Ma foi, quand on n’en sait pas plus long, il faut traduire des romans si l’on a besoin de traduire […]. On a dit que M. Hume avait revu lui-même les épreuves de cette traduction et son séjour à Paris pouvait rendre la chose vraisemblable ; mais cela n’est pas vrai » (Corr. litt., 1er avr. 1765). Suzanne Necker, très proche du traducteur Suard, se montre très hostile : « La pauvreté de la langue d’un auteur en particulier, se juge surtout par le retour des mêmes mots et des mêmes expressions ; […]. La traduction de l’Histoire d’Angleterre par Madame Blot [sic] laisse pénétrer cette misère de la manière la plus frappante ; les mêmes mots, les mêmes phrases reviennent sans cesse ; la traduction de Prévost n’est pas si correcte mais elle est beaucoup plus agréable », Nouveaux mélanges extraits des manuscrits de Suzanne Necker, (1801, posth.), p. 202-203.

107 La liste est longue des traductions, connues à ce jour, de G. d’Arconville ; Mme d’Arconville (1720-1805), p. 152-168.

108 Est-il passé de l’une à l’autre fonction ? Si Thiériot, en février 1759, écrit à Voltaire qu’il était « Avocat au Conseil », G. d’Arconville évoque « les clients » du premier époux d’O. Belot, le plaçant ainsi parmi les avocats au Parlement, peut-être « avocat consultant ».

109 Les notices de certains dictionnaires du XIXe siècle présentent d’emblée l’auteur des Réfl. comme la « veuve d’un avocat au Parlement de Paris » ; on relève cette erreur dans la Biographie universelle (Michaud, 1811) : « Belot (Mme) était déjà veuve d’un avocat au parlement quand elle publia les Réflexions d’une Provinciale sur le discours de J.-J. Rousseau […], 1756 », I, p. 135. Affirmation reprise jusqu’en 2000 : « Mme Octavie Belot, née Guichard, veuve d’un avocat au Parlement et bientôt remariée au Président Durey de Meinières, une intellectuelle auteur d’Observations sur la Noblesse et le Tiers État et de divers ouvrages d’histoire, répugne elle aussi à cette conception… », R. Trousson, 2000, p. 104.

110 En effet, à sa mort en 1757, Belot laisse sa femme dans le plus grand dénuement : il lui lègue une maigre rente annuelle de 60 livres et des dettes dont elle mettra longtemps à s’acquitter. G. d’Arconville dit qu’elle choisit alors « de vivre mesquinement » (Anecdote).

111 L’expression est utilisée dans les MS : « L’infatigable Madame Bellot, après nous avoir donné la traduction de la Maison des Tudor de M. David Hume, vient de publier celle de la Maison des Plantagenêt, du même auteur. Elle a commencé par l’histoire de la maison des Stuart, traduite par l’abbé Prévost [?] », Londres, 1777, Le 28 sept. 1765, p. 274.

112 Voir la bibliographie.

113 Pension de 1200 livres, qu’elle percevra jusqu’à sa mort et qu’elle a obtenue grâce aux recommandations de Mme de Gramont, sœur de Choiseul, de l’économiste Véron de Forbonnais et de Trudaine de Montigny ; M.-L. Girou Swiderski signale trois lettres adressées à Malesherbes en 1761 par O. Belot, Forbonnais et Trudaine (BnF, ms. NAF 4708, voir « Une chambre à soi », n. 21). O. Belot dédie sa dernière traduction de Hume (1765) à Mme de Pompadour qui vient de mourir (1764). Pour beaucoup de ses contemporains (comme Mmes du Deffand ou de Genlis), elle est, avant tout, traductrice. En 1801 encore, c’est à ce titre qu’elle fait partie des « grands exemples » féminins, donnée par le Citoyen Président Thibaudeau afin d’encourager l’éducation des femmes : « Beaucoup de femmes nous ont donné de bonnes traductions […]. Madame Belot nous a fait connaître le meilleur historien anglais, David Hume », Procès-verbal de la 6e séance de l’Athénée de Poitiers du 14 thermidor an X (1801), p. 10.

114 O. Belot utilise l’orthographe « Meinières » mais on lit aussi « Ménières », « Mesnières », « Meynières », etc. ; de même, on trouve « Du Rey » ou « Durey ». Le lien entre le nom de « Belot » et celui de « Durey de Meinières » a été établi tardivement par la critique ; voir l’enquête minutieuse menée par A. Schinz sur deux manuscrits détenus par la bibliothèque de J. Pierpont-Morgan, à New York : une lettre de Hume « à Madame de Meinières », rédigée en anglais, datée du 25 juillet 1766, placée dans la correspondance de Hume, et une lettre de Hume « à Mme Belot », rédigée en français et placée dans les manuscrits de Rousseau qui y a inscrit « Lettre de Madame Belot ». Constatant qu’il s’agit du même texte (avec un début différent), rédigé en anglais puis traduit, il conclut que « Mme Belot et Mme de Meinières étaient une seule et même personne et si Rousseau avait écrit “Lettre de Hume à Madame Belot”, c’est qu’il avait probablement bien connu, quelques années auparavant, cette Mme Belot tandis que le nom de Mme de Meinières ne lui disait rien du tout » (p. 19), « La querelle Rousseau-Hume. Un document inédit », AJJR, 1926, XVII, p. 13-57.

115 Durey de Meinières s’y engagea fortement en faveur du Parlement sur l’histoire duquel il accumula nombre de documents. Proche des milieux gallicans, voire jansénistes (il rédige en postface de l’Histoire de la détention du Cardinal de Retz de l’avocat janséniste Le Paige, une Indication sommaire des principes et des faits qui prouvent la compétence de la Puissance séculière, 1755), il joua un rôle central lors de « l’affaire de l’Hôpital général » (1749-1750) et, peu après, dans la révolte des parlementaires parisiens (il fait partie des exilés parlementaires à Bourges, en 1753-1754 ; Montesquieu tente, le 9 juillet 1753, d’apaiser le conflit ; voir C. Maire, http://dictionnaire-montesquieu.ens-lyon.fr, 2013). Durey de Meinières abandonne sa fonction en 1758 et, lors de la réorganisation de la justice par le chancelier Maupeou en 1770 et 1771, il rédige d’abondantes notes critiques sur cette limitation du pouvoir des anciens Parlements ; voir S. Cornand qui analyse le 17e volume – 477 feuillets – du Cabinet du président Durey de Meinières (BnF, ms. fr., 7557-7576), dans « La réaction patriotique à la crise de 1771 », DHS, 39, 2007, p. 189-200.

116 D. Diderot, Correspondance, G. Roth et J. Varloot éd., Minuit, 1955- 1970, p. 53.

117 Durey de Meinières est des amis de Voltaire et d’Émilie du Châtelet dès les années 1740 ; Voltaire fait souvent allusion à lui dans ses lettres (d’Argental lui transmet, en 1763, les « remarques » du Président destinées à des « corrections » de son Histoire générale). Choiseul a épousé la petite-fille de la tante maternelle de Durey, une Le Gendre ; Madame Doublet (1667-1771) est également née Le Gendre. À partir de 1738, elle réunit dans son salon (la « Paroisse ») des amis qui échangent les « nouvelles » du jour ; rédigées sous forme de « nouvelles à la main », elles circulent dans Paris et seront publiées sous le titre de Mémoires secrets, dits « de Bachaumont » ; voir Dictionnaire des journaux, (not. 904) et l’introduction de J. Sgard. Bachaumont, Mémoires secrets. 1762-1787, Tallandier, 2011.

118 La « Paroisse » est dissoute à la mort de Mme Doublet au printemps 1771 ; O. Durey de Mesnières exprime son chagrin dans une lettre à Mme de Lénoncourt : « Nous venons de perdre Made Doublet […]. Nous venions déjà de perdre son ancien ami et le nôtre, le bonhomme Bachaumont. […] Je l’aimais et la respectais comme ma mère et elle me traitait comme sa fille », cité par M.-L. Girou Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », p. 127.

119 « M. le Président de Meinières vient de mourir. Il est resté le dernier des collaborateurs de nos Mémoires commencés dans la société de Mme Doublet. Il fournissait les articles concernant le parlement, la magistrature et les lois. […] Quand la compagnie se trouvait dans quelque crise difficile, avait des remontrances à travailler, l’on s’assemblait chez lui et, depuis qu’il était absolument retiré, on le consultait encore », 5 oct. 1785, Bachaumont, Mémoires secrets, p. 327.

120 Elle rédige une nouvelle non publiée de son vivant, Le Triomphe de l’amitié ou Jacqueline et Jeanneton. En juillet 1764, elle demande à Hume de bien vouloir lui renvoyer « le manuscrit d’Emma (?) qu’il a eu la complaisance d’emporter pour le parcourir », The Letters of David Hume, I, 1727-1765, p. 488-489. Elle s’exerce à la traduction de l’Essay on the Writings and Genius of Shakespear d’Elizabeth Montagu (publ. anon. 1769) ainsi que de ses trois Dialogues des morts, publiés anon. à la fin des Dialogues of the dead de Lyttleton (1760) : en 1777, Mme du Deffand écrit à E. Montagu : « Je viens de lire vos trois dialogues que Mad. de Ménières a traduits et qu’elle m’a envoyés » (lettre du 16 nov., Letters of the Marquise du Deffand, III, p. 306). Un périodique lui attribue l’Histoire de Miss Julie Gréville, traduit de l’anglais par Madame B***, Lausanne, 1793 (de Suzanna Harvey Keir, 1787), voir Esprit des journaux français et étrangers, avril 1794, t. IV, p. 374 ; en 1806, on y lit que le Petit Magasin des Dames de l’année (4e année) vient de publier « une lettre adressée par feue Mme Belot, veuve Meynières, à M. de la Harpe, alors rédacteur du Mercure au sujet de son article “Sur l’influence des femmes sur les mœurs” », ibid., IV, avril 1806, p. 45.

121 Voir M.-L. Girou- Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », passim.

122 Antoine Jean Baptiste Durey de Meinières, fils aîné du premier mariage du président, est couvert de dettes (« plusieurs millions ») dont « les liquidations ruinent les deux époux » (M.-L. Girou Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », p. 127). En 1775, le président doit vendre son importante collection d’écrits juridiques à un jeune juriste, tout en en conservant l’usage à vie ; voir F. Bidouze, Parlements et parlementaires en France au XVIIIe siècle, L’Harmattan, 2011, p. 110.

123 Voir sa lettre à Panpan du 19 mars 1763, citée par M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », p. 18. Occupée à sa traduction de Hume, elle utilise la riche bibliothèque du Président de Meinières qui lui loue, pour une somme modique, un appartement dans son hôtel parisien, dont elle partage le loyer avec une de ses amies.

124 Comme en témoigne, par exemple, son inventaire après décès (Archives nationales, M.C. VIII 1345, an XIII, 17 ventôse) ; voir M.-L. Girou Swiderski (« Une chambre à soi », p. 24 et 31 et sa Biographie d’Octavie Durey de Meinières dans Femmes en toutes lettres, p. 255-256).

125 Anecdote.

126 Lettre du 18 avril 1760, Best. D8860.

127 À O. Belot qui lui fait part de son projet de comédie, il répond : « Vous êtes une Dame d’esprit. […] vous me paraissez avoir l’esprit de tous les pays », ibid.

128 « Je vous admire de vous appliquer à des ouvrages si solides et si utiles, avec un esprit fait pour la gaieté », à propos de sa traduction de l’HMT, lettre du 27 mars 1763, Best. D11133.

129 « On m’a dit, Madame, que votre société est aussi aimable que vos livres », Voltaire à Belot, 26 mars 1759, Best. D8213. M.-L. Girou Swiderski signale qu’elle est « amie de Duclos » (après la parution de l’HMT, il la surnomme « Madame Tudor », « Lettres de Mme de Meinières », p. 119, n. 2). Elle est voisine de Mme Riccoboni à qui elle rend parfois visite mais qui « ne l’aime guère » (ibid., p. 380, n. 3) ; elle est parente par alliance de Choiseul, de Mme Doublet et de Mme du Deffand qui l’évoque à plusieurs reprises dans sa correspondance, intime de Mlle Quinault, relation de Mme de Boufflers (voir sa Biographie, p. 255).

130 Sa mère, issue de Bourgogne et des Flandres, la rattache à la région de Lorraine.

131 Quand s’ouvre la correspondance en 1762 avec F. A. Devaux, « on sent bien qu’on entre dans une relation qui existe depuis longtemps, comme le confirment les allusions à Mme de Graffigny, morte en 1758, sous l’égide de qui sans doute s’établit cette relation » (M.-L. Girou Swiderski, « Lettres de Mme de Meinières », p. 121).

132 Sur sa correspondance avec F. A. Devaux, voir M.-L. Girou Swiderski, « De la “gazette” au “commerce des âmes” », p. 120.

133 Brillant élément de la cour de Lunéville, la Lorraine Catherine de Beauvau-Craon, marquise de Boufflers (1711-1787), érudite, poète et pastelliste, fut membre de la Société Royale de Nancy, créée en 1750 ; d’une grande beauté, cette « dame de Volupté », chantée par Voltaire et amie d’É. du Châtelet, fut la maîtresse officielle du roi Stanislas de Lorraine (« sa Reine ») et du poète Saint-Lambert.

134 Dans sa lettre à Voltaire du 11 août 1760 (Best. D9133), elle évoque le riche fermier général qu’il surnommait, en raison de sa générosité avec les écrivains et artistes, « Plutus Pollion ». Quand La Popelinière meurt le 5 décembre 1762, il s’apprêtait, écrit-elle à Panpan le 19 décembre 1762, à la coucher sur son testament (voir M.-L. Girou Swiderski, « De la “gazette” au “commerce des âmes” », p. 119, n. 7). Alexandre Joseph Le Riche de La Popelinière l’a hébergée un temps chez lui, voir infra.

135 Cet ami et « frère » de Voltaire depuis 1714 était alors assidu de la maison de La Popelinière.

136 Ancien secrétaire et lecteur de Frédéric II à partir de 1746, il rencontre, lors de son séjour en Prusse, Voltaire qui correspondit longtemps avec celui qu’il nomme son « ancien camarade de Potsdam ».

137 Le marquis de Valori (1692-1774), ancien ambassadeur français en Prusse et familier de Mme de Graffigny, est cité ainsi que Forbonnais et Helvétius dans la correspondance d’O. Belot avec Voltaire (Lettres du 11 août 1760, Best. D9133 et du 27 août 1761, Best. D9972) ; les Valori sont des familiers de Mme de Graffigny.

138 Le président Charles de Brosses (1709-1777), magistrat érudit, parlementaire et académicien, auteur des célèbres Lettres familières écrites d’Italie (publ. posth. 1858) a pour amis communs David Hume et O. Belot.

139 Elle évoque François Véron de Forbonnais (1722-1800), célèbre économiste et collaborateur de l’Enc., dans une lettre à Voltaire qui lui répond : « Vous me parlez, Madame, de M. de Fourbonay ; il ne sait pas les obligations que je lui ai, c’est l’homme du monde avec lequel je me suis le plus instruit » (le 27 août 1761, Best. D9972).

140 À partir de 1757, Jean Charles Philibert Trudaine de Montigny (1733-1777) collabore avec son père, Daniel Charles Trudaine, Intendant d’Auvergne, Intendant des finances (1739), responsable des ponts et chaussées (de 1743 à sa mort en 1769) et créateur, en 1746, de l’École du même nom ; tous deux sont membres de l’Académie des sciences. Doté d’une fortune considérable, ami des sciences et des lettres (il traduit Lessing, écrit des comédies), favorable aux physiocrates, Trudaine accueille, dans son château de Montigny, Malesherbes, Turgot, Montesquieu, Diderot, Lavoisier, Clairaut, etc. Il est ami de Morellet et de Hume qui le désigne, dans sa lettre à O. Belot du 25 juillet 1766, comme un ami commun, digne de confiance. Sur les deux Trudaine, voir Suzanne Delorme, « Une famille de grands commis de l’État amis des Sciences, au XVIIIe siècle : les Trudaine », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, 1950, 2, p. 101-109.

141 Le 11 juin 1760, Morellet, surnommé « Mords les » par Voltaire en raison de sa causticité, est embastillé pour 7 semaines, pour sa Vision de Charles Palissot. À sa sortie de la Bastille, Trudaine de Montigny lui présente O. Belot : « Il me fit connaître ses amis et ses amies : Madame Belot, depuis la présidente de Meinières, qui a traduit les Plantagenêt et les Tudor de Hume », Mémoires de l’abbé Morellet, 1823, p. 120.

142 Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781), ami et condisciple de Morellet à la Sorbonne, proche de Gournay, fait partie de ce cercle : ami de Trudaine de Montigny, il fonde avec lui, en 1761, la 1re Société d’Agriculture ; proche de Mme de Graffigny, il rédige 5 articles pour les tomes VI et VII de l’Enc. Voir Dupont de Nemours, Mémoires sur la vie et les ouvrages de M. Turgot…, 1782 et Condorcet, Vie de M. Turgot, 1786.

143 Dans ses MLA de 1759, elle traduit trois de ses essais. S’étant liée avec lui lors de sa venue à Paris en 1763, elle lui soumet sa traduction de l’Histoire d’Angleterre, entamée en 1761 ; leur relation perdure et, en 1766, elle est, à ses yeux, une interlocutrice fiable lors de sa querelle avec Rousseau ; voir Albert Schinz, AJJR, XVII, 1926, p. 13-57 et Margaret Hill Peoples, AJJR, XVIII, 1927-1928, p. 1-131.

144 Mme du Deffand écrit à Walpole : « J’attends votre Richard [Richard III] ; j’ai déjà prévenu Mad. de Ménières avec qui je suis fort bien » (30 janv. 1768) ; son ton déférent, exprime, malgré son ironie, la reconnaissance de la compétence de la traductrice : « Je n’ai pas osé la prier de traduire, cela est aujourd’hui au-dessous de sa dignité ; mais je lui ai demandé un traducteur, elle me propose un nommé Suard ». Elle entend pourtant rester en bons termes avec sa parente par alliance : « Votre Richard devrait être arrivé ; je suis fâchée qu’il n’y en ait pour moi qu’un seul exemplaire ; j’en aurais voulu donner un à Mad. de Ménières et à deux ou trois autres personnes à qui j’aurais fait plaisir » (23 févr. 1768, Lettres of the Marquise du Deffand, III, p. 200 et 204).

145 Dans une lettre à Hume de déc. 1764, elle évoque le « petit orage » qui les a opposées, bientôt suivi de « calme », The Letters of D. Hume, I, p. 488-489.

146 En 1772, Anne-Catherine Helvétius (1722-1800), cousine de Mme de Graffigny, ouvre, après son veuvage en 1771, son salon d’Auteuil à de nombreux artistes, penseurs, écrivains et hommes politiques pour qui elle devient « Notre Dame d’Auteuil ».

147 On possède quelques lettres inédites qu’elle échange, en 1780 et 1783, avec son voisin parisien, Benjamin Franklin ; voir Papers of Benjamin Franklin, franklinpapers.org (Yale). Dans sa lettre du 31 avril 1783, rédigée en anglais, elle lui demande ses Constitutions des États-Unis, traduites par La Rochefoucauld ; le même jour, il lui écrit son accord. Le 23 avril 1780 comme le 12 septembre 1783, il est question de visites de bon voisinage et d’invitation à dîner « aux Pavillons ».

148 La Condamine (1701-1774), explorateur et scientifique, fut un des collaborateurs de l’Enc.

149 L’historien britannique Edward Gibbon (1737-1794), auteur de The History of the Decline and Fall of the Roman Empire (1776-1788).

150 Nous savons qu’elle écrit à E. Montagu, au moins jusqu’en 1792.

151 Voir E. Groffier, Le Stratège des Lumières : le Comte de Guibert, 1743- 1790, Champion, 2005. Cet académicien, amateur d’histoire, était général, historien et dramaturge.

152 Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), historien et philologue, membre de l’Académie des Inscriptions (1724) et de l’Académie française (1758), est un des « Paroissiens » de Madame Doublet et un cousin par alliance de G. d’Arconville.

153 Guibert qui consulte la bibliothèque du président de Meinières à partir de 1782, rendra hommage à ce « respectable vieillard » : « J’avais entendu parler de son immense érudition, de sa riche bibliothèque, de son travail plus riche encore parce qu’il est le fruit et l’extrait de toutes les bibliothèques du monde ; travail relatif à l’étude de nos lois et de notre gouvernement mais que son ardente curiosité a fait étendre à toutes les branches de notre histoire ; travail où tout est classé par ordre chronologique et alphabétique, avec des notes marginales qui indiquent toutes les sources ; travail immense si l’on considère qu’il renferme près de cent volumes in-folio, presque tous écrits de sa main, et qu’il est le dépouillement de plus de trois mille volumes ou cartons de manuscrits, sans compter tous les livres connus et imprimés qui y ont fourni ; travail enfin plus précieux qu’immense encore parce qu’il l’a fait avec le jugement le plus droit et l’esprit le plus éclairé », Œuvres militaires, 1803, t. V, « Préface », p. 17.

154 On a gardé plusieurs lettres qu’elle lui adresse ; voir, en particulier, celle du 18 février 1774, où elle le félicite du 4e Mémoire […] Pour Pierre Augustin Caron de Beaumarchais […] contre M. Goëzman, dont elle vient d’achever avec enthousiasme la lecture (le début du Mémoire rend hommage aux femmes). Elle l’invite aux Pavillons de Chaillot où il pourra rencontrer Mlle d’Ossun « fille du premier mérite dont le cœur et la tête sont excellents » ; c’est la sœur de l’ambassadeur de France en Espagne que connaît Beaumarchais : elle vient « assez exactement le dimanche » chez elle, Manuscrits autographes, BnF, ms. NAF 14898, ms 127.

155 Louis Lazare Thiroux d’Arconville (1712-1789) était président de la Chambre des Requêtes au Parlement de Paris de 1748 à 1758, Durey de Meinières de la 2e Chambre des Enquêtes, de 1731 à 1758.

156 Où résident des membres de sa famille maternelle.

157 « Je sens tout votre mérite, Madame ; […] je vous plains d’en chercher à Paris la récompense ; elle ne s’y trouve pas », le 24 mars 1760, Best. D8813.

158 « Vous ne quitterez point Paris, Madame ; on ne s’arrache point ainsi aux lieux où l’on doit plaire », le 16 mai 1760, Best. D8913.

159 « La maison est pleine et vous me faites bien souhaiter qu’elle fût plus grande », ibid.

160 « Si jamais vous donnez la préférence sur le Languedoc et la Bourgogne à notre beau lac de Genève, à la plus belle vue de l’univers, à un pays libre et tranquille où la nature est riante et où la raison n’est point persécutée », ibid.

161 « Si vous étiez déterminée à la retraite, vous pourriez en trouver une pour cent écus par an à une demie lieue de Genève. Il y a un petit jardin, la maison est meublée et mal meublée. L’hiver y serait dur […]. Je ferai l’impossible pour la mettre en état de vous y recevoir », ibid. et « Oui, Madame, la maison en question est très près des Délices », le 20 juin 1760, Best. D8994.

162 Sur le choix de ce pseudonyme, voir infra.

163 Lettre datée « aux Délices, du 29 mars 1761 », Best. D9707.

164 On lit dans la Corr. litt., à propos de l’HLFF de La Porte : « Vous trouverez dans cette rapsodie l’histoire de toutes nos dames illustres, depuis l’infortunée Héloïse jusqu’à la fortunée Madame Belot, aujourd’hui présidente de Meinières, sans oublier Mademoiselle de Lespinasse et la Muse limonadière » (15 fév. 1769). Quant aux MS, ils aiment à souligner l’apparition de nouvelles « Muses femelles ».

165 À propos de ses relations avec le président de Meinières, on lit : « Madame Bellot, cette femme qui avait vécu jusqu’à présent dans une grande pénurie & du profit très mince de ses traductions anglaises, demeure depuis quelque temps avec le président Meinières qui s’en est engoué : elle mène sa maison, y fait la pluie et le beau temps » et : « Madame Belot, femme auteur qui a vécu longtemps de traductions anglaises & du produit de quelques Romans assez mauvais, vivait depuis quelque temps avec le Président de Meinières : elle a si fort enjôlé le Président qu’elle l’a conduit à l’épouser, il y a plusieurs mois. Le mariage s’est déclaré avant-hier : elle a joué le sentiment au point de ne vouloir recevoir aucun avantage par son contrat de mariage ; on dit joué, parce qu’on ne peut supposer une façon de penser si délicate dans une femme qui a été aux gages de M. de la Poupelinière, à ceux de Palissot & qui a vécu scandaleusement avec différents personnages & surtout le Chevalier d’Arcq, homme très décrié par ses mœurs » (26 mai 1764 et 11 déc. 1765, MS, 1780, III, p. 69 et 312-313). Grimm ironise : « Nous venons de perdre aussi une femme de lettres, morte depuis peu, non pas physiquement, mais littérairement, c’est-à-dire que Mme Belot qui a traduit l’Histoire de M. Hume et ne s’en est pas acquis un honneur immortel, est perdue pour la carrière des lettres. Elle vient d’épouser M. de Meinières […]. Il avait logé Mme Belot dans sa maison, pour qu’elle pût se servir de sa bibliothèque. Il a fini par l’épouser pour qu’elle pût y coucher ; et ce mariage a fourni pendant quelques journées aux entretiens de Paris » (Corr. litt., 15 déc. 1765).

166 Voir Le Pauvre Diable. Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle, dir. Henri Duranton, PU de Saint-Étienne, 2006.

167 Voltaire a établi sur le sujet une comparaison entre la France et l’Angleterre, à l’avantage de cette dernière : « En Angleterre, communément, on pense et les lettres y sont plus en honneur qu’en France », Lettres philosophiques (1734), Lettre XXIII « Sur la considération qu’on doit aux gens de lettres ». Il écrit dans son article « Gens de lettres » (Enc., VII, 1757) : « Ils ont d’ordinaire plus d’indépendance dans l’esprit que les autres hommes & ceux qui sont nés sans fortune, trouvent aisément dans les fondations de Louis XIV de quoi affermir en eux cette indépendance ; on ne voit point comme autrefois, de ces épîtres dédicatoires que l’intérêt & la bassesse offraient à la vanité. ».

168 Dans ses Cons. (1751), chapitre X « Sur les gens de lettres », on lit : « Les Lettres ne donnent pas précisément un état mais elles en tiennent lieu à ceux qui n’en ont pas d’autre. […] Le goût des Lettres, des Sciences & des Arts a gagné insensiblement […]. On a donc recherché ceux qui les cultivent & ils ont été attirés dans le monde à proportion de l’agrément qu’on a trouvé dans leur commerce » (p. 244). La question du succès des auteurs est récurrente : chap. IV « Sur la Réputation et la Renommée », XI « Sur la manie du bel esprit » et XIII « Sur l’estime et le respect ».

169 « LIBERTÉ, VÉRITÉ PAUVRETÉ, (car quand on craint cette dernière, on est bien loin des deux autres) voilà trois mots que les Gens de Lettres devraient toujours avoir devant les yeux », « Essai sur la société des Gens de Lettres et des Grands », Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, 1753, II, p. 153-154. Dans les Lettres d’une Péruvienne de Mme de Graffigny, Zilia s’exclame : « Pouvais-je me persuader que chez une Nation si fastueuse, des hommes, sans contredit au-dessus des autres par les lumières de leur esprit, fussent réduits à la triste nécessité de vendre leurs pensées, comme le peuple vend pour vivre les plus viles productions de la terre ? […] Ô mon cher Aza, que la raison de ce pays est bizarre ! » (Lettre XXII, op. cit., p. 185).

170 Alors Stéphanie Ducrest, elle y est hébergée avec sa mère durant l’été 1759 : « Je vis là, à demeure, madame Belot, auteur de la traduction très estimée de l’histoire d’Angleterre de M. Hume », Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis, 1825, I, p. 87. Rousseau fréquenta dans les années 1745 la maison de La Popelinière chez qui régnait Rameau ; Thiériot, présent dès 1735, n’en part définitivement qu’en début 1759, pour être hébergé chez Mme de Montmorency. Est-ce chez lui qu’O. Belot le rencontre ou est-ce chez Mme de Graffigny qui meurt le 12 décembre 1758 ?

171 « [Madame Belot] est restée veuve d’un avocat au Parlement avec ses talents et de l’esprit pour toute ressource. Monsieur de La Popelinière est venu à son secours et lui fait mille francs de pension », à Voltaire, le 23 fév. 1759.

172 « M. de La Popelinière, ancien fermier général, est aussi mort sur la fin de l’année dernière. C’était un homme célèbre à Paris, sa maison était le réceptacle de tous les états. Gens de la cour, gens du monde, gens de lettres, artistes, étrangers, acteurs, actrices, filles de joie, tout y était rassemblé. On appelait sa maison la ménagerie et le maître le sultan. […]. Il a fait beaucoup de bien dans sa vie et il faut lui en savoir gré sans examiner si c’est le faste ou la bienfaisance qui l’y a porté », Corr. litt., 15 février 1763.

173 Depuis 1741, Voltaire est proche de La Popelinière dont S. de Genlis dressera ce portrait louangeur : « il protégeait avec discernement les artistes et les auteurs sans fortune […]. Il avait les mœurs les plus pures, la conduite la plus décente et la plus régulière ; bon maître, bon parent, aussi fidèle que tendre, tel était l’homme sur lequel la moquerie pendant plus de trente ans fut inépuisable », Mémoires inédits, p. 82.

174 Lettre du 11 août 1760, Best. D9133.

175 C’est Helvétius ; il ajoute : « D’ailleurs la terre de Vauré est un plus beau séjour et plus à portée d’elle que le trou des Délices qui n’est qu’une chaumière dans une très belle vue », lettre du 10 nov. 1760, Best. D9391.

176 Palissot, après le scandale causé par Le Cercle ou les Originaux (1755), a réitéré ses attaques contre les « philosophes » : dans ses Petites lettres sur de grands Philosophes (1757), il focalise sa charge sur Diderot et dans sa comédie Les Philosophes (1760), il s’en prend à Diderot, Duclos, Rousseau, Helvétius et Grimm.

177 Barbier le stigmatise dans son compte rendu de la représentation des Philosophes à la Comédie-française : « L’auteur a été trop hardi et très imprudent, car cela fait tenir de bien mauvais propos sur son compte […]. Il a eu une forte commission à Avignon, et il doit aux fermiers généraux trente-cinq à quarante mille livres […] ; cela est toujours suspect […]. Il a trahi un homme qui lui avait donné le projet des Gazettes étrangères », Chronique de la Régence (mai 1760), t. VII, p. 250.

178 La pièce est jouée le 2 mai 1760 ; sur la querelle entre Palissot et les philosophes, voir O. Ferret, La Comédie des Philosophes et autres textes, PU de Saint-Étienne, 2002. L’interrogation d’O. Belot n’est pas surprenante : Palissot, en 1755, avait rendu visite à Voltaire. Voltaire lui répond : « Vous êtes en droit de me croire coupable de la belle intelligence que vous me supposez avec M. Palissot de Montenoy […]. Jamais M. Palissot ne m’a envoyé son manuscrit […]. Il m’a envoyé l’ouvrage imprimé et je lui ai répondu les mêmes choses que je vous écris. Le style de la pièce est bon mais le sujet de la pièce est horrible », le 20 juin 1760, Best. D8994. Un peu plus tard, il évoque sommairement les « lettres de M. Palissot de Montenoy qu’il a enfin reçues » : « Je ne sais pas si la religion et la morale enseignent à faire imprimer les lettres d’un homme sans son consentement ; il a un peu altéré le texte ; mais il ne faut pas y regarder de si près ; tous ces rogatons me viennent fort tard », le 11 août 1760, Best. D9133.

179 Les MS affirment à propos de son installation chez Durey de Meinières : « elle a renvoyé le chevalier d’Arcq avec qui elle vivait » (26 mai 1764) ; la lettre de Thiériot de février 1759 le confirme : « Il y a plusieurs années qu’elle vit avec le chevalier d’Arcq qui l’a formée et l’a mise dans le goût d’écrire. Mais l’écolière a dépassé le maître » (lettre citée dans RHLF, 1908, p. 344, n. 88). Philippe-Auguste de Sainte-Foy (1721-1795), chevalier d’Arcq, reste un personnage énigmatique. Bâtard de Louis de Bourbon, comte de Toulouse, lui-même enfant légitimé du roi et de Mme de Montespan, il mena une vie mouvementée et obscure. Ayant reçu une éducation princière, il reçoit, à la mort de son père en 1737, une pension et bénéficie du soutien de sa tante, la duchesse d’Orléans ; il exerce avec succès une carrière militaire qu’il interrompt, malgré lui, en 1748. Il s’adonne alors activement à l’écriture ; chacune de ses parutions est accablée de sarcasmes par la Corr. litt. et les MS lui sont fort hostiles. Il devient journaliste (il participe activement à l’élaboration et à la gestion du JÉt. auquel il collabore d’août 1756 à 1758), romancier (Lettres d’Osman, 1753 ; Le Palais du silence, 1754), essayiste (Mes Loisirs et l’Apologie du genre humain, 1755 ; La Noblesse militaire ou le Patriote français, 1756), historien (Histoire générale des guerres, 1756-1758 et Histoire du commerce, 1758). Bien qu’il intègre en 1772 la maison du comte de Provence, il subit une hostilité croissante, en particulier de la part de Mme du Barry et de Sartine. En 1773, il est exilé à Tulle par lettre de cachet, pour des raisons peu claires, même si son nom est associé à des scandales liés à la comtesse de Langeac, maîtresse du ministre Saint-Florentin. En 1783, malgré la douzaine de mémoires justificatifs qu’il rédige, il lui est interdit de porter le titre de chevalier d’Arcq ; en 1785, il est exilé à Montauban où il publie des essais sur l’administration et la politique, parmi lesquels une Invitation à ma patrie en faveur de l’humanité souffrante (1788-1789). En 1789, Louis XVI révoque sa peine : il revient à Paris où il vit dans la plus grande misère. Le 17 août 1792, grâce au témoignage de Barère, il échappe de peu à la mort devant le tribunal révolutionnaire ; il meurt dans la misère en 1795. Voir Jean-Claude David, « Intrigues et cabales ministérielles à la fin du règne de Louis XV », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1989, p. 321-351, Marie-Rose de Labriolle, Dictionnaire des journalistes, notice 733 et Édouard Forestié « Le comte de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq, fils naturel du comte de Toulouse », Bulletin archéologique […] de Tarn-et-Garonne, VI, 1878, p. 9-28.

180 MS du 11 décembre 1765. « scandaleusement » ?

181 Elle est veuve en 1757 ; la lettre de Thiériot est de février 1759.

182 Selon l’expression d’E. Groffier, p. 252.

183 E. Groffier note : « Comme elle n’avait ni le nom ni la fortune lui permettant de braver les préjugés », sa fréquentation de la société libre du chevalier d’Arcq lui valut une mauvaise réputation, ibid., p. 253.

184 Corr. litt., 1er juin 1753. Allusion aux conseils d’Alceste à Oronte (Molière, Le Misanthrope, I, 2).

185 Lettre du 24 mars 1760, Best. D8813.

186 O. Belot « fait ses caravanes » chez les Valori, écrit-elle à Panpan en 1762 ; sur ce point, voir M.-L. Girou Swiderski qui cite également une lettre d’Helvétius de 1762 à sa femme, « Une chambre à soi », p. 17-18 et n. 16, p. 28-29.

187 Elle l’annonce à Panpan dans sa lettre du 18 février 1763 et lui signale l’agrément de l’appartement qu’elle occupe ainsi que la modestie du loyer qu’elle partage avec une de ses amies célibataires, Marie-Françoise Pinard, qu’elle a fait venir de province ; voir M.-L. Girou Swiderski, ibid., p. 18 et 30.

188 Thiériot signalait, en 1759, « le plus grand dénuement » dans lequel elle se trouve (lettre citée dans RHLF, 1908, p. 344).

189 Corr. litt., 1er mars 1763 ; il ajoute « Pour vivre de rien, elle se mit au lait, vendit sa rente […]. Elle a trouvé depuis peu des amis et des secours ; le roi vient de lui accorder une pension ». C’est cette reconnaissance officielle sans doute qui modère, au début de ses remarques, le ton de Grimm quoique les détails donnés soient suspects (elle est aidée, depuis plusieurs années, et non « depuis peu », par des mécènes, comme La Popelinière ou Helvétius) ; la critique qui suit, de la traduction de l’HMT, reste très acerbe.

190 L’expression est utilisée par Grimm (Corr. litt., 15 fév. 1769).

191 « Une chambre à soi », n. 25 et 28.

192 G. d’Arconville signale qu’elle accepte l’offre de mariage du Président « dans la certitude qu’il ferait son bonheur ». Elle témoigne qu’O. Belot a souhaité – et obtenu – un contrat de séparation de biens : « Elle exigea qu’il ne lui fît aucun avantage : il avait alors une fortune plus qu’honnête » (Anecdote).

193 En raison des frasques du fils aîné du président, incarcéré pour dettes, le couple quitte Paris pour s’installer définitivement, en 1769, aux pavillons de Chaillot ; pour participer aux frais puisque les époux sont séparés de biens, O. Belot « aliène pour 5 ans sa pension annuelle » (M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », p. 19 et p. 30, n. 28). G. d’Arconville note que le Président dut payer les dettes considérables du fils, « très mauvais sujet » né d’un précédent mariage et qu’à sa mort, « sa femme se trouva dans la plus grande détresse, au point de devoir à une sœur converse de venir passer la nuit auprès d’elle et de lui faire son pot au feu, quand elle pouvait s’en procurer un. Les parents de son mari et ses anciens amis ne lui [ont] pas offert le plus léger secours, surtout dans les derniers temps de sa vie » (Anecdote).

194 Il a écrit : « L’expérience apprend bien que noircir la réputation d’une femme, même sans qu’elle y ait donné lieu, promettre sans avoir intention de tenir ce qu’on promet ; se vanter d’un mérite qu’on n’a point ; […] sont des choses que l’on voit communément dans la Société », Apologie du genre humain, 1755, p. 227, ouvrage dédié, comme l’Enc., au comte d’Argenson, « homme sensible et éclairé ».

195 Déc. 1765.

196 « Je sens tout votre mérite, Madame et plus, j’y suis sensible », lettre du 24 mars 1760, Best. D8813 ; « Puisse Dieu vous inspirer autant de haine pour les sottises de Paris que vous m’inspirez d’estime pour votre mérite », lettre du 20 juin 1760, Best. D8994.

197 Quand Hume propose à Robertson le nom d’O. Belot pour la traduction française de son History of Charles V, il la présente ainsi : « a Woman of Merit, the Widow of an Advocate. […] She has a very easy, natural style ; some times she mistakes the senses ; but I now correct her manuscript and should be happy to render you the same service », le 1er déc. 1763, The Letters of D. Hume, p. 415. Lors de la célèbre querelle de 1766 entre les deux philosophes, quand elle demande à Hume, le 7 juillet 1766, « des éclaircissements » et regrette que « les gens les plus éclairés de l’Europe donnent prise contre eux aux sots et s’entredéchirent avec scandale », il lui envoie une réponse détaillée qu’il lui demande de traduire et de faire circuler ; en août, elle l’avise qu’elle a montré sa lettre à Trudaine de Montigny auquel il était très lié et au Président de Brosses ; Trudaine la remettra à d’Alembert et Turgot, voir A. Schinz, « Un document inédit », AJJR, 1926, p. 13-35.

198 Lettre 23 avril 1780 de B. Franklin à O. Durey de Meinières, Correspondance générale d’Helvétius, Université de Toronto, 1998, vol. 4, p. 71-72 ; B. Franklin, en France de 1776 à 1785, fréquente de nombreux Parisiens parmi lesquels Mme Helvétius, amie d’O. Belot avec qui elle partage des relations comme Turgot et Morellet. Voir aussi la lettre de Franklin du 12 sept. 1783 : « I hope also to find your good Husband well ; for I respect and esteem you both, as all do who know you », franklinpapers. org, Yale University.

199 Mémoires, p. 87.

200 Le 5 déc. 1767, le rédacteur, évoquant l’amitié courageuse de « deux filles du commun », ajoute : « Il manquait un historien à tant de belles & généreuses actions ; Mme la Présidente de Mesnières, ci-devant Madame Belot, connue par des Romans [?] & différentes productions, vient de les célébrer dans une espèce de Nouvelle manuscrite intitulée Le Triomphe de l’amitié ou Jacqueline & Jeanneton. Les faits y sont simples & vrais, mais revêtus de tout le charme, tout le pathétique qu’y peut mettre une femme sensible, exercée à écrire. Sa modestie et quelques raisons de brouillerie particulière ne lui permettent pas de la donner au public » MS, 1780, t. III, p. 272-273. À Madame du Deffand qui avait aidé les deux jeunes filles, Octavie avait remis un bref récit de l’événement ; la bienfaitrice garda le manuscrit dont elle fit parvenir une copie à Walpole. Il a été publié en 1935 par W. S. Lewis, dans Miscellaneous Antiquities n° 10, Farmington, Connecticut.

201 « Son premier mari, Bellot, était avocat, lequel avait probablement peu de clients puisqu’il la laissa dans la situation la plus malheureuse », Anecdote. La maigre rente annuelle qu’il lui lègue à sa mort en 1757 ne lui permettra pas de régler les dettes qu’il lui laisse et dont elle mettra longtemps à s’acquitter.

202 Voir Anecdote. « Se mettre en service », c’est, selon le DAF, exercer « la fonction d’une personne qui sert en qualité de domestique ».

203 Voir M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », passim.

204 Sur la nécessité d’obtenir « les commodités » de la vie pour un philosophe, voir le texte attribué à Dumarsais : « La pauvreté nous prive du bien-être qui est le Paradis du Philosophe […] ; tantôt c’est un plaisir que vous ne pourrez faire à un ami ; tantôt c’est une occasion de lui être utile dont vous ne sauriez profiter […]. À la vérité, nous n’estimons pas moins un Philosophe pour être pauvre ; mais nous le bannissons de notre société s’il ne travaille à se délivrer de sa misère […] ; nous ne croyons pas que l’indolence soit une vertu », Le Philosophe dans NLP, p. 202-203.

205 « Aux Délices » le 29 mars 1761, Best. D9707.

206 La comédie, terminée en avril 1760, jouée à Paris le 18 janvier 1762, est imprimée en 1763, à Genève, sous le nom de Voltaire. Souhaitant la faire jouer à Paris mais n’osant s’en réclamer par crainte du scandale, il imagina pendant dix-huit mois des attributions fantaisistes (Jodelle, Mellin de Saint Gelais) à une pièce mise au goût du jour par divers personnages de son invention. C’est, écrit Voltaire à O. Belot, la pièce d’« un jeune magistrat de Dijon », voulant « être ignoré à cause des fleurs de lis et de la grave sottise de M. son père le président ». Il pense habile de clore sa lettre sur un rappel à leur opposition commune contre Rousseau : « Souvenez-vous que ce malheureux petit Jean-Jacques m’écrivit il y a un an : Vous corrompez ma république pour prix de l’asile qu’elle vous a donné », le 20 juin 1760, Best. D8994.

207 Il a fréquenté deux des plus brillantes et plus riches maisons de Paris (celles de La Popelinière et des Dupin), avant d’entamer, en 1751, sa « réforme » pour devenir « copiste de musique » à maigres revenus ; il notera qu’il bénéficie de quelques dons financiers, reçus, sans qu’il le sache, par l’intermédiaire de Thérèse Levasseur et de sa mère, ainsi que de soutiens comme celui de Mme d’Épinay qui l’hébergera à l’Ermitage, à partir du 9 avr. 1756 (Conf., VIII).

208 « Il ne faut point, dit un auteur moderne, confondre la considération avec la réputation : celle-ci est en général le fruit des talents ou du savoir-faire ; celle-là est attachée à la place, au crédit, aux richesses », « Considération », Enc., IV, 1754. L’auteur « moderne » est d’Alembert, auteur de l’Essai sur les gens de Lettres (1753), grand succès de librairie.

209 « Les Lettres ne donnent pas précisément un état, mais elles en tiennent lieu à ceux qui n’en ont pas d’autre & leur procurent des distinctions que des gens qui leur sont supérieurs par le rang, n’obtiennent pas toujours », « Sur les gens de lettres », Cons., XX, p. 245.

210 Après de multiples éditions pirates, une nouvelle édition est donnée en 1752 par Mme de Graffigny.

211 Le 24 mars 1760, Best. D8813. La Corr. litt. donne un compte rendu très sévère de La Fille d’Aristide (1er mai 1758). Le 1er déc. 1758, la mort de son auteur inspire ce commentaire : « Madame de Graffigny est morte […]. Cette femme n’était pas aussi aimable dans le monde que dans ses écrits ; elle avait le ton lourd, trivial, commun : ceux qui l’ont connue particulièrement disent que ces défauts disparaissaient à mesure que sa tête s’échauffait ».

212 « Que puis-je au fond de mes vallées, entouré de montagnes qui touchent au ciel ? », le 24 mars 1760, Best. D8813.

213 Ibid.

214 Le 18 avril 1760, Best. D8860.

215 Ibid.

216 Remarque écrite à propos des MLA qui viennent de paraître et dont Grimm se borne à mentionner le titre (Corr. litt., 15 juillet 1759). Le poème épique de Mme du Bocage, La Colombiade ou la foi portée au nouveau monde (1756), dédié au Pape Benoît XIV, est réédité en 1758, avant d’être traduit en espagnol, italien et allemand. Dans les MLA, O. Belot affirme qu’elle n’a « aucun droit à (se) placer dans aucune classe de littérateurs » ; suit une curieuse remarque sur la réputation des femmes et des auteurs : « On a mis en maxime que ce n’était pas l’amour qui perdait les femmes mais que c’était la manière de le conduire. On en pourrait dire autant des auteurs ; ce n’est pas la matière qu’ils traitent qui leur nuit mais c’est la malignité qu’ils développent en la traitant. Je ne crois pas qu’un écrivain soit disgracié nulle part, lorsqu’il réunira dans son ouvrage la droiture de l’intention, l’importance de l’objet & la sagesse du style », « Préface du traducteur », p. XXXVII-XXXVIII.

217 Le 24 mars 1760, Best. D8813.

218 Le 16 mai 1760, Best. D8913.

219 « J’ai l’honneur d’être en relations avec Mademoiselle Vadé et un Père de la Doctrine Chrétienne. J’envoie leurs vers à la personne du monde qui écrit le mieux en prose », le 22 juillet 1760, Best. D9080. Le Pauvre Diable est présenté comme l’œuvre posthume de Vadé, publié par sa nièce Catherine ; l’accompagne La Vanité (1760), poème satirique contre Le Franc de Pompignan.

220 Le 20 juin 1760, Best. D8994.

221 Ses quatre ouvrages, parus à cette date (Réfl., Obs. NT, MLA et Rasselas), ont tous obtenu des recensions, parfois fort longues, dans les périodiques.

222 Voir la lettre d’août 1761 de Voltaire à Cramer : « On apprend que Mrs Gabriel et Philibert n’impriment plus Madame Bellot », Lettres inédites de Voltaire à […] Gabriel Cramer, éd. par B. Gagnebin, Genève, Droz, 1952, lettre 68, p. 63. O. Belot fera éditer sa traduction en 1763 à la fausse adresse d’Amsterdam [Paris, Dessaint et Saillant], 2 vol. in-4° et, en 6 volumes in-12, la même année.

223 Le 27 mars 1763 aux Délices, Best. D11133.

224 Madame Dupin note dans ses Idées sur le bonheur : « La réputation entre dans le bonheur : on ne la fait bonne qu’avec de bonnes qualités et encore avec des attentions », Le Portefeuille de Madame Dupin, 1884, p. 49.

225 Le bonheur est une des préoccupations du siècle ; voir R. Mauzi, L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle [1960], rééd. A. Michel, 1994.

226 « Préface », p. V. Elle conclura : « Ce bonheur possible est donc pour [l’âme] dans le sentiment vif de son être & non pas hors d’elle, dans les différentes conditions de la vie. Ainsi ce n’est pas à être Berger ou Monarque, Poëte ou Philosophe, riche ou pauvre qu’on doit attacher le bonheur ; mais à être sensible aux beautés de la nature, aux douceurs de la société, aux charmes de la vertu, aux prodiges des Arts, de manière à se permettre tous les goûts honnêtes sans aucun de leurs excès », p. XIV-XV. É. du Châtelet écrivait : « Notre âme […] n’est heureuse que par les choses qui lui font sentir son existence », Discours sur le bonheur, Les Belles Lettres, 1961, p. 26. Le traité, daté de 1747, circule rapidement, avant sa 1re édition posth. en 1779 (voir Intro., p. LXXXIII et p. CXV et suiv.).

227 Ibid., p. VI. É. du Châtelet notait : « L’amour de l’étude est de toutes les passions, celle qui contribue le plus à notre bonheur. […] les femmes sont exclues par leur état, de toute espèce de gloire & quand, par hasard, il s’en trouve une qui est née avec une âme assez élevée, il ne lui reste que l’étude pour la consoler de toutes les exclusions & de toutes les dépendances auxquelles elle se trouve condamnée par état », Discours sur le bonheur, p. 20-21.

228 Ibid., p. VI. O. Belot distingue ici « l’amour de nous-mêmes ou désir de conservation et de bien-être physique » et « l’amour propre » qu’elle ne condamne pas, au contraire de Rousseau. Elle rejoint les analyses d’É. du Châtelet pour qui, si l’ambition est une passion dangereuse qui fait dépendre d’autrui, le désir de « gloire » est louable : « Je sais qu’il existe quelque réalité dans l’amour de la gloire dont on peut jouir de son vivant ; mais il n’y a guère de héros, en quelque genre que ce soit, qui voulût se détacher entièrement des applaudissements de la postérité dont on attend plus de justice que de ses contemporains. On ne savoure pas toujours le désir vague de faire parler de soi quand on ne sera plus ; mais il reste toujours au fond de notre cœur. La philosophie en voudrait faire sentir la vanité ; mais le sentiment prend le dessus & ce plaisir n’est point une illusion : car il nous prouve le bien réel de jouir de notre réputation future », Discours sur le bonheur, p. 22.

229 Ibid., p. XI- XII.

230 Ibid., p. XIII.

231 En 1758, dans la « Préface » des Obs. NT, O. Belot affirme la nécessité, pour un écrivain, d’être « utile » à la société.

232 Les MS évoquent, en juin 1764, un physique désagréable : « Madame Bellot […] demeure depuis quelque temps avec le président Mesnières qui s’en est engoué ; elle mène sa maison, y fait la pluie et le beau temps. Ce phénomène est d’autant plus rare que cette dame est peu jeune, laide, sèche et d’un esprit mélancolique ». Nous lisons le contraire sous la plume de Panpan Devaux : voir le poème, rédigé lors de son remariage, selon R. Herment : « Elle est bonne comme elle est belle / Si l’esprit orne sa beauté / La Grâce la plus naturelle / Est l’ornement de sa bonté », Panpan Devaux, 1712-1796, lecteur du roi Stanislas, Bel esprit, Poète, Auteur dramatique, Philosophe, Thomas, 1970, p. 150). Voltaire est sensible à sa « gaieté » et note : « Mad. Dupuits, ci-devant Melle Corneille, prétend qu’elle vous a vue et que vous êtes fort belle » (le 27 mars 1763, Best. D11133) ou de G. d’Arconville qui la décrit comme étant « d’une figure agréable et de beaucoup d’esprit » (Anecdote).

233 Après l’arrêt du Parlement de Paris du 6 août 1761, qui condamne les écrits de 23 jésuites comme « contraires à la morale et nuisibles à la jeunesse », celui du 6 août 1762 bannit de France l’Ordre, pour nuire « à l’ordre civil, viole (r) la loi naturelle, détrui (re)la religion et la moralité, corromp (re)la jeunesse » et inciter au « régicide ».

234 La page de titre donne comme lieu d’édition : « en France » ! L’ouvrage du jésuite Claude Abrassevin, régent de rhétorique de 1758 à 1762, connut cinq éditions en 1762 et fut immédiatement traduit ; voir P. Delattre, Les Établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Institut supérieur de Théologie, 1940-1957, t. 3 (1953), p. 100.

235 Début 1763, Voltaire écrit : « Je reçois Tout le monde a tort ; ce Tout le monde a tort ne serait-il point de Madame Bellot ? Il me paraît qu’une ironie de soixante pages, en faveur des jésuites, pourrait être dégoûtante », Lettre à Damilaville du 13 févr. 1763, Best. D11042.

236 On y lit : « Je suis femme, Française, Philosophe & je vis dans ce siècle. Que de titres pour ne rien examiner, ne rien croire, tout fronder & tout dire ? Voilà mes droits : je les connais » ; le livre se clôt ainsi : « Ô mon siècle ! ô ma Patrie ! Félicitez-vous de ce qu’enfin les Femmes se sont avisées de penser » (p. 69).

237 Le lieu d’édition fantaisiste est « À l’Hermitage de Jean-Jacques Rousseau, Citoyen de Genève ». Le livre est attribué au barnabite Isidore Mirasson (La France littéraire, 1757, I, p. 339 et 447) qui est l’auteur du Philosophe redressé ou critique impartiale du livre intitulé sur la destruction des jésuites (1765).

238 Ibid., p. 3 ; on lit à la dernière page : « Ainsi tout le monde a tort : les Magistrats, les Jésuites, la Femme philosophe ou la Dame aux yeux bleus & Toinette Le Vasseur chambrière de Jean-Jacques » (p. 30).

239 Lettre 611, Correspondance complète de Rousseau, Oxford, Voltaire foudation, 1976, t. V, p. 23-24.

240 Si la déclaration de guerre de l’Angleterre à la France date du 18 mai 1756, des affrontements maritimes et terrestres dans les colonies d’Amérique du Nord la précèdent pour s’intensifier fin 1755 et début 1756 ; voir le MF de déc. 1755 et de janv., févr. et mars 1756.

241 Les crises parlementaires se succèdent, parfois liées à l’opposition janséniste, servie par son périodique clandestin, les NE.

242 Il menace de peine capitale auteurs, imprimeurs, colporteurs dont les ouvrages tendent à « attaquer la religion, émouvoir les esprits et à donner atteinte à l’autorité du roi » ; si la peine ne sera jamais appliquée, la violence de la déclaration encourage la sévérité des censeurs.

243 L’arrêt du Conseil du roi de févr. 1752 a interdit les tomes I et II de l’Enc. dont il suspend l’édition pendant presque deux ans ; elle reprend fin 1753, grâce à Malesherbes. L’interdiction faisait suite à « l’affaire de l’abbé de Prades » : Prades, collaborateur de l’Enc., est accusé, en janv. 1752, par la Sorbonne, de favoriser dans sa thèse soutenue en 1751 l’empirisme et le matérialisme athée ; l’archevêque de Paris, des évêques émettent contre lui des mandements ; le Pape le condamne ; le Parlement ordonne son arrestation. Fin 1752, Prades, exilé à Berlin, donne une Apologie. Avant sa parution, Diderot publie une Suite de l’Apologie de l’abbé de Prades, faussement attribuée à l’abbé et présentée comme une défense de sa thèse mais aussi du DP de l’Enc., « d’où [il a] tiré [sa] première proposition » (l’origine empirique des connaissances), Œ. D., I, 1994, p. 515-516. Diderot ajoute : « [l’homme] resterait comme une bête brute […] si l’usage de ses sens ne mettait en exercice les facultés de son âme. C’est le sentiment de Locke » (p. 524).

244 Les manuscrits sont tributaires des censeurs de la Librairie Royale, dirigée de 1750 à 1763 par le libéral Malesherbes : ils accordent soit le privilège et l’autorisation d’impression soit la « permission tacite » soit une simple tolérance. Le régime de « permission tacite » autorise la parution, pourvu que la page de garde ne comporte pas de nom d’auteur et mentionne un lieu d’édition étranger, réel ou fictif (souvent « Amsterdam », « Londres » ou « Genève »). Diderot dans sa Lettre sur le commerce de la librairie, datée des années 1763 (publ. posth. 1861) écrit : « La permission tacite n’est-elle pas une infraction de la loi générale ? […] Cela se peut mais l’intérêt de la société exige cette infraction ». Quant aux imprimés, ils dépendent des censures religieuse (des Églises de France et/ou du Pape) et parlementaire.

245 Voir les Préjugés légitimes contre l’Encyclopédie, du janséniste Abraham Chaumeix, 8 vol., 1758-1759, tournés en dérision par Grimm, Diderot et Voltaire (Le Pauvre Diable).

246 Le DP de l’Enc. (I, 1751) de d’Alembert rend longuement hommage à Locke qui « a créé la métaphysique comme Newton a créé la physique ». Newton, Locke et Pope figurent en bonne place dans les Lettres philosophiques (1734) de Voltaire. Dès 1749, les NE s’en prennent vigoureusement à l’EL ; en mai 1750, Voltaire leur offre ironiquement le Remerciement sincère à un homme charitable [Amsterdam, Le Vray], où la triade Pope/Locke/ Montesquieu, est récurrente : « En regardant M. de Montesquieu comme le disciple de Pope, vous les regardez tous deux comme les disciples de Spinoza […], [de] ce scélérat de Pope, cet abominable Bayle, ce coquin de Locke […]. Votre zèle n’a rien fait qu’à demi si vous ne parvenez pas à faire brûler les livres de Pope, de Locke et de Bayle, l’Esprit des lois, etc. ».

247 Dans le seul mois d’avr. 1756, les MT, périodique jésuite, consacrent trois articles à la réfutation de textes jugés irréligieux, où Locke n’est pas épargné : Art. XXX : Explication physique des sens, des idées, des mouvements ; art. XXV : Lettre apologétique de l’Auteur des Paradoxes métaphysiques ; art. XXXV : Dissertations sur l’immatérialité, l’immortalité & la liberté de l’âme où l’on lit : « les Matérialistes ne se lassent point de forger des hypothèses incompréhensibles […]. Locke a cru que Dieu pouvait donner à la matière la faculté de penser. […] Mais qu’est-ce que cette opinion de Locke, si l’on la considère par rapport au Christianisme ? […] [elle] est dangereuse », p. 833-834 ; est loué un Essai sur les mœurs de M. Soret (1756) qui s’en prend aux « Athées insensés », aux « aveugles Déistes », à « l’impie », p. 812-813.

248 Périodique créé en 1754. Sur la querelle retentissante provoquée par la comédie de Palissot, voir O. Ferret, La Comédie des Philosophes et autres textes, PU de Saint-Étienne, « Lire le dix-huitième siècle », 2002. Le Discours de réception à l’Académie française de Le Franc de Pompignan (10 mars 1760) s’en prend violemment aux philosophes.

249 Le premier des pamphlets « anti-philosophes » (ils sont nommés « Cacouacs », du grec « κακός », « méchant, mauvais ») paraît dans le MF, oct. 1757, p. 15-19, sous le titre Avis utile ou Premier Mémoire sur les Cacouacs de Giry, sous- précepteur du Dauphin et membre de l’Académie française ; il est suivi du Nouveau Mémoire contre les Cacouacs de Moreau (nov. 1757) et du Catéchisme et décisions de cas de conscience à l’usage des Cacouacs, à Cacopolis, 1758, de Giry. Voir G. Stenger, L’Affaire des Cacouacs, PU de Saint-Étienne, « Lire le dix-huitième siècle », 2004.

250 Dix-neuf tomes de Lettres critiques ou analyse et réfutation de divers écrits modernes contre la religion (1755-1763) ; 5 tomes de 1755 à fin 1756. Le tome I prend pour cibles, outre Locke via la lecture polémique des Lettres philosophiques de Voltaire, Montesquieu (Lettres persanes), Pope (EH), les Pensées philosophiques de Diderot et les Mœurs de Toussaint. Le volume 5 présente une critique de l’EL ainsi que du DOI de Rousseau.

251 Ou réfutation des auteurs impies, (1757-1763) par le récollet Huber et l’avocat Soret.

252 Il fait suite, en 1758, aux Lettres sur les Ouvrages et Œuvres de piété dédiées à la Reine de Joannet ; Trublet y collabore jusqu’en 1761.

253 Le périodique (1759-1762), fondé par d’Aquin et Chaumeix, déclare lutter « contre l’esprit de doute et d’incrédulité » (1760, t. I, p. 4).

254 Voir, par exemple, le janséniste Gaultier qui avait publié Le Poème de Pope, intitulé l’Essay sur l’homme, convaincu d’impiété (1746) et Les Lettres persanes convaincues d’Impiété (1751).

255 Bougainville, « Discours préliminaire », L’Anti-Lucrèce ou Poème sur la religion naturelle, Le Mercier, 1754, p. 9-10 et 17. Bougainville est le traducteur de L’Anti-Lucretius du cardinal de Polignac, maintes fois réédité avant 1756 (1747, 1748, 1749, 1754).

256 Le 1er chant de ce poème « didactique » condamne « l’athéisme », les quatre suivants le « déisme » et le 6e le « libertinage ». Dans son « Avertissement », Racine estime clore le long conflit qui l’a opposé à Pope, mort en 1744. La querelle autour de Pope dure depuis 1737, lancée par le cartésien Crousaz dans son Examen de l’Essai de M. Pope. Voir A. Zanconato, La Dispute du fatalisme en France, 1730-1760, PUPS, 2004.

257 C’est la reprise de l’édition de 1742 où Silhouette, traducteur de l’EH (t. II, p. 1-92), avait ajouté, à la demande de Pope, de nombreuses notes dont beaucoup citent Pascal (ou se réfèrent à Newton et Locke) : il s’agissait de détourner de Pope l’accusation de « déisme », voire d’« athéisme ».

258 De l’Esprit, ayant obtenu le privilège royal le 12 mai 1758, est publié en juillet ; le privilège est révoqué le 10 août. Le 1er sept., Joly de Fleury, procureur au Parlement, dénonce le livre ; le 22 nov., l’archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, fait de même ; le 6 fév. 1759, le Parlement le condamne au feu. Malgré la triple rétractation d’Helvétius (17 août, 30 août et janvier 1759), le livre, condamné à être lacéré et brûlé, est détruit publiquement le 10 fév. En pleine tourmente, O. Belot continue à voir Helvétius ; Voltaire l’en félicite : « Mme B. fait fort bien de voir M. H. : ce M. H. a du génie, de l’esprit et un cœur charmant » : c’est un « homme respectable, un philosophe qui fait tout le bien qu’il peut » (11 août 1760, Best. D9133 et 10 nov. 1760, Best. D9391).

259 Ce sont 1° De l’Esprit d’Helvétius ; 2° l’Enc. (les 7 tomes parus) ; 3° Le Pyrrhonisme du Sage de Beausobre ; 4° La Philosophie du Bon sens de d’Argens ; 5° La Religion naturelle de Voltaire ; 6° Lettres semi philosophiques du Chevalier de *** (J. B. Pascal) ; 7° Étrennes des esprits forts (dont les Pensées philosophiques de Diderot) ; 8° Lettre au R. P. Berthier sur le matérialisme de Coyer. Barbier, avocat au Parlement de Paris, commente l’arrêt de février : « Voilà une grande déclaration contre les philosophes de ce siècle […]. Tout cela se réduit à faire brûler le livre de L’Esprit, dont il y a eu deux ou trois éditions sans aucune punition […]. Il aurait peut-être été aussi prudent de ne pas exposer avec éloquence, dans le discours de M. l’avocat général, les systèmes du déisme, du matérialisme et d’irréligion et le venin qu’il peut y avoir dans quelques articles, y ayant bien plus de gens à portée de lire cet arrêt du 6 février de trente pages que de feuilleter sept volumes in-folio. », Journal de Barbier, 1885, t. 7, p. 130.

260 Terme utilisé par A. Viala dans Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Minuit, 1985. Livres et manuscrits clandestins connaissent à l’époque une large diffusion.

261 Lettre à Palissot du 12 juillet 1760 ; celle du 23 juin au même débutait ainsi : « Vous me faites enrager, monsieur », Best. D9058 et D9005.

262 « On n’ose se flatter que Madame Bellot vienne dans cette chaumière ; on le souhaite seulement et on s’en reconnaît indigne. Quelques philosophes y viennent de temps en temps. Madame B. me paraît aussi philosophe qu’eux tous », le 10 nov. 1760, Best. D9391. Au nombre des visiteurs de cette époque, on compte, en 1759, Mme d’Épinay, sa « belle et respectable philosophe », Grimm et la comtesse de Bentinck.

263 « Le Solitaire voit avec une extrême consolation que le public a des égards pour les gens qui pensent. Madame Bellot doit trouver son compte à cette disposition », lettre de fév. 1761, non datée mais postérieure de peu au succès récent du Père de famille de Diderot, joué ce même mois, Best. D9658.

264 Le ton des lettres contemporaines de Voltaire à Mme du Bocage est bien plus distant. Les œuvres qu’il a reçues sont, en 1759, les Réfl. et les Obs. NT, envoyées par Thiériot. Quant à Rasselas, Voltaire l’en remercie le 16 mai 1760, Best. D8913. À propos de l’HMT, il la félicite « de faire de si bonnes choses », le 28 mars 1763, Best. D11133.

265 Dans Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? (Beantwortung der Frage : Was ist Aufklärung ?), Kant, empruntant la formule à Horace (Épître I, 2, v. 40), écrit : « Les Lumières, c’est, pour l’homme, sortir d’une minorité qui n’est imputable qu’à lui-même. La minorité, c’est l’incapacité de se servir de son entendement sans la tutelle d’un autre. C’est à lui seul qu’est imputable cette minorité, dès lors qu’elle ne procède pas du manque d’entendement mais du manque de résolution et de courage nécessaires pour se servir de son propre entendement, sans la tutelle d’autrui. Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Telle est donc la devise des Lumières », trad. par J. Mondot, Qu’est- ce que les Lumières ?, PU de Saint-Étienne, 1991, p. 73.

266 « Il ne faut qu’avoir éprouvé quelques infortunes pour se trouver le besoin & le loisir de penser. On en contracte l’habitude, elle devient un plaisir & les occasions s’en multiplient », « Préface » des Obs. NT. En 1756, dans l’exorde des Réfl., elle se disait « persécutée par le fortune », p. 2.

267 Voir Voltaire, 7e Discours, Sur l’homme (1737) ou Diderot qui écrit à Voltaire : « il faut travailler, il faut être utile […], utile aux hommes » (19 fév. 1758, dans Œuvres complètes, J. Assézat et M. Tourneux éd., Garnier, 1876, XIX, p. 452). Sur la notion d’« utilité » au XVIIIe siècle, voir F. Marcovits, art. « Utile », Dictionnaire européen des Lumières, dir. M. Delon, PUF, 1997, p. 1073-1078.

268 MLA, « Préface du traducteur », p. VII.

269 Enc., t. III, « Préface » (1753) et Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, éd. 1764, p. 260.

270 « Préface du traducteur », p. VII.

271 Voir Réfl., p. 3. Le terme « édifier » ne concerne, dans les années 1750, que la construction de « grands bâtiments » ; voir DAF.

272 Traité de la concupiscence (1694) ; après de nombreuses rééditions, une édition complète des Œuvres est publiée, en 20 vol., de 1743 à 1753.

273 Voir, entre autres, la louange de la « curiosité » par Stanislas dans sa Réponse au DSA de Rousseau (MF, sept. 1751), par d’Alembert dans le DP ou par Jaucourt (art. « Curiosité », Enc., IV, 1754). Le désir d’apprendre connaît une véritable frénésie au cours du siècle et d’innombrables « cabinets de curiosité » se multiplient.

274 « Il t’est permis de savoir tout ce que tu peux connaître », Réfl., p. 77. Les limites, portant sur tout ce qui ne peut être vérifié par l’expérience, expriment une méfiance de la « métaphysique ».

275 « Les abeilles pillottent deçà delà les fleurs mais elles en font après le miel, qui est tout leur ; ce n’est plus thym ni marjolaine. Ainsi, les pièces empruntées d’autrui, il [l’enfant] les transformera et confondra pour en faire un ouvrage tout sien : à savoir, son jugement », Montaigne, « De l’Institution des enfants », Essais, I, XXV. La dernière édition des Essais date de 1754 et un Esprit de Montaigne est publié en 1753.

276 « Tel qui n’a pas en soi-même le fond d’un certain nombre d’idées vastes & sublimes, au lieu d’entreprendre un Traité complet de Morale ou de Politique, se contente de glaner, après les Auteurs qui ont tenté d’analyser l’une & l’autre matière », Obs. NT, « Préface », p. III ; « Je me plais à m’occuper tantôt de mon propre fonds, tantôt de celui d’autrui & toujours sans prétention », « Préface », MLA, p. VII.

277 « Elle renferme trois branches principales, la connaissance de l’histoire, celle des langues et celles des livres », « Érudition », Enc., V, 1755, p. 914.

278 Les Réfl. contiennent des allusions précises au « Bourgeois de Bordeaux » dont deux lettres à Rousseau sont publiées dans le MF de janv. et mars 1756 ; elle lit aussi le JÉt. et le JBr. ; elle traduit des extraits de périodiques anglais (Rambler, Magazin, Aventurer, Connaisseur, 1754- 1756, de Colman et Thornton).

279 On pourrait lui attribuer la Lettre à M. de Boissy, MF (nov. 1757, p. 41- 52), où une « Dame anonyme » traite des Maximes, caractères & réflexions critiques satyriques & morales : O. Belot en donnera, en 1759, de longs extraits dans ses MLA. La Lettre du MF critique une traduction anonyme du texte anglais, donnée dans le JÉt. de sept. 1757 (p. 18-22) ; en déc. 1757, on lit, dans ce périodique, les Remerciements à une Dame anonyme, Auteur du morceau traduit de l’anglais inséré dans le MF de nov. 1757 (p. 3-15) ; notons que d’Arcq est alors un collaborateur régulier du JÉt.

280 « Un penchant naturel & des circonstances particulières m’ont accoutusmée au travail ; je l’ai toujours regardé presque comme un besoin, & même la plus sûre des toutes les ressources contre les accidents fâcheux de la vie », HMT, « Avertissement », p. II.

281 Lettre citée dans RHLF, 1908, p. 344, n. 88.

282 Obs. NT, p. 21.

283 Ce goût ne se démentira pas : dans sa lettre du 31 août 1783, elle demande à son voisin et ami, B. Franklin (« Illustrious Legislator of your Country »), de lui faire parvenir les Constitutions des treize États-Unis de l’Amérique, dont la traduction vient d’être publiée ; il les lui envoie le jour même, voir franklinpapers.org, Yale University (n° 640192 et 64093 et 640261).

284 Le 18 avr. 1760, Best. D8860.

285 Sur l’échange de lettres entre Hume et O. Belot en 1766, voir supra.

286 Les Réfl. se réfèrent explicitement à la réédition des Œuvres diverses de Pope de 1754, d’où est retenue la traduction en prose de l’EH par Silhouette, au détriment de celle de Du Resnel qui figure aussi dans l’ouvrage et est considérée comme une « belle infidèle » (voir la critique de Silhouette dans ses Lettres philosophiques de 1742). Locke est familier des lecteurs depuis les Lettres philosophiques (Lettre XIII) de Voltaire et le DP de d’Alembert lui rend hommage. Les rééditions de ses traductions sont récentes : en 1750, celle par Coste de l’EPEH, suivie en 1751 par l’Abrégé de Leclerc ; en 1755, celle par Mazel du TGC. Comme Locke et Pope, Newton est admiré par Voltaire (Lettres philosophiques, Lettres XV à XVII) ; sa théorie de l’attraction qui l’emporte sur celle des « tourbillons » de Descartes, est vulgarisée à la fin des années 1730 : Newton pour les dames, 1737, trad. du livre d’Algarotti ; Éléments de la philosophie de Neuton à l’usage de tout le monde de Voltaire (1738), 1741, 2e éd. augmentée qui comprend la métaphysique de Newton ; Les Principes de la philosophie naturelle par feue Madame la Marquise du Châtelet, 1re traduction des Principia mathematica philosophiae naturalis de Newton, éd. posth. 1756 (privilège du 1er mars 1756), suivie d’une 2e éd. définitive en 1759.

287 O. Belot s’intéresse également aux journaux, poètes, romanciers et théoriciens anglais (Prior, Samuel Johnson, Sarah Fielding, Burke, etc.).

288 La 1re traduction est celle de ses Discours politiques par Le Blanc (1754). Suivent de nombreux extraits et commentaires dans les périodiques : le MF, à partir de janv. 1756, et le JÉt., dès fév. 1755. Voir M. Malherbe, “Hume’s Reception in France”, The Reception of David Hume in Europe, P. Jones (éd.), London -New York, Thoemmens continuum, p. 43-97.

289 Il y exprimera plus tard des réserves : « Les Anglais reprochent à M. Hume d’être un peu jacobite », 1er avril 1765.

290 Dissertation sur la délicatesse du goût & des passions, MLA, I, p. 158-169 ; Essai sur la liberté de la presse, ibid., p. 170-183 ; Essai sur l’Impudence et la modestie, ibid., II, p. 164-174.

291 The Rambler (1750-1752) est fondé par Samuel Johnson, qui participe à The Adventurer (1752-1754) ; The Gentleman’s Magazine est fondé en 1731 par Edward Cave (« Sylvanus Urban »).

292 Elle prévient qu’elle n’est pas l’auteur de la traduction du Dispensary de Garth, dont elle ne donne ni le titre anglais ni l’auteur.

293 Ouvrage récent (paru en 1756, réédité en 1757) dont elle ne donne pas le nom des auteurs (Fulke et Frances Gréville).

294 « Sur la Nouveauté » et « La Peine & le Plaisir », extraits de APhilosophal Enquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and Beautiful (1757), titre qu’elle traduit par Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du beau et du sublime, sans donner le nom de l’auteur. Nous n’avons trouvé aucune autre traduction française de ces passages, antérieure à celle de Des François (1765). Le rédacteur de l’AL, dans son long compte rendu des MLA où il l’accuse de plagiat, ne dit mot de la traduction de Burke (Lettre III du 18 fév. 1759, p. 49-64). La Corr. litt. (15 juillet 1759) ne porte aucun jugement sur le livre et se contente de railler « Madame Belot qui a fait plein d’ouvrages que personne n’a lus » ; il se borne à évoquer la Table des matières, en omettant le texte de Burke, dont le JBr. (mai 1757, Lettre VII, p. 145-169) avait pourtant longuement signalé la parution, en offrant des extraits différents de ceux choisis par O. Belot.

295 En dehors des romans de Samuel Johnson (Rasselas, 1760) et de Sarah Fielding (Ophelia, 1763).

296 L’HMT est publiée en 1763, l’HMP en 1765 ; Hume dira préférer son travail à celui de Prévost qui a traduit l’Histoire de la Maison des Stuart (1760).

297 Les Réfl. [Londres ; i.e. Paris], les Obs. NT [Amsterdam, Arkstée et Merkus : éditeurs prétendus], les MLA [La Haye et se trouve à Paris chez Prault], Rasselas [Amsterdam ; i.e. Paris, Prault], Ophélia [à Amsterdam] ; HMT et Histoire de la Maison des Plantagenêt [Amsterdam ; i.e. Paris, Desaint et Saillant].

298 « Si je ne m’exagère pas mes droits & mes facultés, il me semble que faisant partie du genre humain, je puis élever ma faible voix jusqu’au Philosophe qui adresse la parole au genre humain », Réfl., p. 1. On lira dans un périodique, à propos des MLA : « Cette Dame y fait paraître une modestie qui forme un contraste assez rare avec son mérite », SL, 1759, I, 2, p. 34.

299 BnF, ms. fr. 21982, n° 190.

300 Essai sur la liberté de la presse, MLA, p. 170-183. O. Belot le donne in extenso, alors que le MF se limite à deux paragraphes (avr. 1756, I, p. 15-16) et que le JÉt. en traduit l’essentiel (avr. 1756, p. 167-175). On lit dans le texte de Hume : « Je prétends qu’une telle liberté entraîne si peu d’inconvénients qu’elle devrait être réclamée comme de droit naturel & permise dans tout gouvernement » (p. 178-179) ; « Depuis que l’expérience humaine se perfectionne, on s’est aussi convaincu que le peuple n’est pas un hydre aussi dangereux qu’on l’avait cru » (p. 180) ; « l’on doit espérer que nous accoutumant à la discussion libre des affaires publiques, nous nous perfectionnerons dans le talent d’en juger & nous serons plus difficilement séduits par les rumeurs & les clameurs populaires » (p. 181-182).

301 « On sait que les Enfants même ont quelquefois dans leurs jeux donné lieu à des découvertes qui se sont ensuite perfectionnées. Ce n’est qu’à titre à peu près semblable que j’ose me familiariser avec le célèbre M. Hume jusqu’à le lire & même à le combattre, malgré la supériorité que l’Europe lui accorde & qu’assurément je lui reconnais », « Préface », p. VI-VII.

302 Ibid., p. XII.

303 Ibid., p. XIII.

304 O. Belot semble soutenir le système de la censure française « qui n’est point établie chez nous pour nous rendre esclaves ou parce que nous le sommes mais pour nous rendre plus sages » (p. XXXIV). Mais sa « Préface » témoigne d’une pratique subtile de la « duplicité », à lire en relation avec le contexte : le violent réquisitoire de Fleury contre l’Enc. date de janv. 1759. Elle est donc, comme le voit bien J. de La Porte, une « prétendue réfutation », ce qu’il déplore d’ailleurs : « c’est la partie la plus faible du recueil » (Observateur littéraire, 1759, I, Lettre VII, p. 164). Quant à l’AL (II, Lettre III, 18 févr. 1759, p. 49-63), elle interprète mal cette réfutation qu’elle prend au pied de la lettre ; la SL, qui s’en prend violemment au texte de Hume (1759, II, p. 36-37), souligne la singularité du commentaire de la traductrice, sans en déceler le sel : « Il n’est pas adroit de réfuter son propre Ouvrage & d’insister sur cette réfutation, c’est en quelque sorte se battre contre soi-même & se détruire par ses mains. À cet égard, la Dissertation de Madame Belot peut paraître un peu longue & déplacée » (ibid., p. 37).

305 La Sorbonne condamne, le 7 juin 1762, l’Émile « contraire à la foi et aux bonnes mœurs » ; le Parlement le condamne, le 9 juin, à « être brûlé et lacéré » car il entend « tout ramener à la Religion naturelle, […] système criminel » ; l’archevêque de Paris, Ch. de Beaumont, interdit, le 20 août, la lecture de cette « doctrine abominable » par un mandement auquel répond la lettre de J.-Jacques Rousseau Citoyen de Genève à Christophe de Beaumont, Archevêque de Paris, datée du 18 nov. 1762.

306 Le protestant Jean Calas a été exécuté le 10 mars 1762, accusé, sans preuve, d’avoir assassiné son fils pour l’empêcher de se convertir au catholicisme. En févr. 1763, après plusieurs interventions en sa faveur, dont celle déterminante de Voltaire, le dossier du procès est transmis au Conseil du Roi qui l’examine le 7 mars 1763 ; l’arrêt du parlement de Toulouse est cassé le 4 juin 1764 et Calas est réhabilité le 12 mars 1765. Sur le combat de Voltaire, « catalyseur des énergies », mené à partir de mars 1762, voir É. Badinter, Les Passions intellectuelles, II, p. 490-501.

307 « Avertissement », HMT, t. 1, p. IV- VI.

308 Ibid., p. IV.

309 O. Belot écrit que « le respect qu’il s’impose pour sa religion & son pays, n’élève pas une barrière qui l’arrête », ibid.

310 Le JÉt. (1763, VIII, 1, p. 4-5) qui se réfère à l’Histoire générale de Voltaire, souligne l’impartialité de Hume. Il en est de même de Voltaire qui, à propos de la réédition anglaise de The Complete History of England de Hume, écrit : « Jamais le public n’a mieux senti qu’il n’appartient qu’aux philosophes d’écrire l’histoire. […] Le philosophe n’est d’aucune patrie, d’aucune faction. […] M. Hume, dans son histoire, ne paraît ni parlementaire ni royaliste, ni anglican ni presbytérien ; on ne découvre en lui que l’homme équitable », (publ. anon., Supplément Gazette littéraire, 2 mai 1764, p. 194-195). L’AL, dans son long compte rendu de la traduction d’O. Belot (1763, II, p. 289-324 et III, p 3-44), se montre très favorable à l’ouvrage : il est signalé que l’auteur se montre exempt de cette « fureur de parti qui […] rapetisse les hommes & les métamorphose en machines » (III, p. 39). Les lecteurs français connaissent l’Histoire de la religion naturelle de Hume, traduite en 1757, et son essai Sur les miracles, traduit dans ses Essais philosophiques (1758) dont la Corr. litt. donne une recension louangeuse (15 janv. 1759) : c’est l’ouvrage « d’un des meilleurs esprits d’Angleterre ; et comme les philosophes appartiennent moins à leur Patrie qu’à l’univers qu’ils éclairent, on peut compter celui que je viens de nommer dans le petit nombre de ceux qui, par leurs lumières et leurs travaux, ont mérité du genre humain ».

311 Sur l’intérêt d’O. Belot pour la politique, voir P. Gibbard, « Royalist and Radical : Octavie Belot on Rousseau and the Social Orders », Political Ideas of Enlightenment Women, L. Curtis-Wendlandt, P. Gibbard et K. Green, Farnham, Surrey, Ashgate, 2013, p. 33-48 ; nous parvenons à des conclusions sensiblement différentes.

312 Cette conception, vivace depuis Cicéron (« historia magister vitae »), est encore reprise par historiographes et historiens du XVIIIe siècle.

313 « Avertissement », p. II.

314 « La majesté de l’histoire, les grands objets qu’elle embrasse, les réflexions profondes qu’elle demande, les observations philosophiques qu’elle fournit, semblent n’être pas des objets d’étude familiers aux femmes. L’application à des choses si sérieuses n’est point en moi l’effet de l’amour propre. Un penchant naturel & des circonstances particulières m’ont accoutumée au travail ; je l’ai toujours regardé presque comme un besoin, & même comme la plus sûre de toutes les ressources contre les accidents fâcheux de la vie. En le considérant sous ce double aspect, j’ai désiré encore le rendre utile à mes concitoyens, & j’ai crü que le public me saurait gré de lui procurer dans notre langue, la lecture de l’Histoire d’Angleterre sous la Maison des Tudor », ibid.

315 C’est ainsi que débute la traduction qu’en donne le JÉt. (juin 1756, p. 51-58).

316 « Il faut convenir que cette entreprise paraît en tout sens au-dessus des forces d’une femme. Elle suppose tant de connaissances préliminaires que celle de la langue d’où l’on se propose de traduire devient la moins importante. À combien de fautes on s’exposerait, par exemple, si l’on n’était pas profondément instruit de l’histoire d’Angleterre, en commençant la traduction de Hume ! Une femme, dont l’esprit n’est pas étranger à l’application, peut bien apprendre la philosophie, la morale et acquérir la science du cœur humain ; mais le traducteur de Hume, avant de commencer son travail, doit s’être familiarisé avec tous les développements de l’homme civilisé. Il doit connaître profondément le génie des affaires et les ressorts cachés de la politique de chaque siècle. Cette étude qui demande une tête froide et qui veut être aidée par une expérience consommée, paraît la plus opposée au génie français et nous avons en France si peu d’hommes de cette trempe qu’il n’est pas possible de supposer tant de talents et de connaissances dans une femme avant qu’elle ait fait ses preuves » (Corr. litt., 1er mars 1763). Voltaire rend hommage à la réédition anglaise de l’Histoire de Hume et signale : « la plus grande partie en est déjà traduite en français & la traduction de ce qui reste ne tardera pas à paraître » ; une note précise : « Elle est de Madame Belot à qui nous devons déjà une très bonne traduction du règne des Tudor », Supplément Gazette littéraire, 2 mai 1764, p. 194. O. Belot obtiendra une pension royale pour cette traduction revue par Hume (voir sa lettre du 1er déc. 1763 à Robertson), qui sera un grand succès de librairie.

317 Sa note est datée du 1er mars 1763 ; or, l’ouvrage est très long. Il existe une double édition en 1763 : à [Amsterdam] en 6 vol. in-12, soit quelque 3000 pages, ou à [Paris, chez Dessaint et Saillant] par permission tacite du 3 mars 1763 (BnF, ms. fr. 21982, n° 419), en deux vol. in-4°, soit 1069 pages. Grimm ajoute : « Je crois volontiers que personne ne mérite plus d’intérêt que Mme Belot et je voudrais de tout mon cœur dire un bien infini de ses travaux littéraires ; mais l’inflexible loi de la vérité, respectée dans ces feuilles sans restriction, m’oblige de convenir que la traduction des Tudor ne prend point dans le public et qu’on lui reproche déjà un style lourd, froid et lâche, depuis le peu de jours qu’elle paraît ». Comment savoir si tôt que « l’ouvrage ne prend pas » ?

318 L’érudition d’O. Belot emprunte également à d’autres auteurs français. Les Réfl. rendent hommage à Descartes, loué par d’Alembert (1751) et par La Mettrie : « Il n’est pas moins juste que je fasse une authentique réparation à ce grand homme, pour tous ces petits philosophes, mauvais plaisants & mauvais singes de Locke qui, au lieu de rire impunément au nez de Descartes, feraient mieux de sentir que, sans lui, le champ de la philosophie, comme celui du bon esprit sans Newton, serait peut-être encore en friche » (L’Homme Machine, 1747, Œ. ph., III, p. 188). O. Belot apprécie Montesquieu, Voltaire, Pascal, La Fontaine, La Bruyère et La Rochefoucauld (MLA) ; on sent le goût pour le théâtre de celle qui avait entrepris une comédie (voir Voltaire, lettre du 18 avr. 1760, Best. D8860) : elle se réfère à Molière (à sa « connaissance du cœur humain »), parodie la Phèdre de Racine, évoque un personnage récurrent des comédies contemporaines, l’« Araminte » de Marivaux, de Regnard ou Dufresny, pseudonyme par lequel Mme de Graffigny désigne la duchesse de Brancas (voir l’Index cumulatif de la Correspondance de Mme de Graffigny, J. Alan Dainard (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1985-).

319 Son long Éloge par d’Alembert date de six mois (Enc., V, nov. 1755, p. III-XVIII).

320 Obs. NT, p. 73.

321 Il figure en tête d’une liste d’économistes contemporains : « M. de Montesquieu […] [aux] excellentes idées sur l’Esprit des Loix », MLA, « Préface », p. XXVIII.

322 En pleine suppression de l’Enc., la « Préface » de Rasselas se clôt sur l’éloge de la « sensibilité », faculté qui « fait tous les grands hommes dans tous les genres avec les mêmes instruments. C’est elle qui forma les Montesquieu & les Voltaire, etc., qui ouvrit leur âme aux lumières de la raison, de la philosophie ; au goût du vrai, de l’ordre, du beau ; à cette magnanime bienfaisance pour l’humanité avec laquelle ils éclairent, ils instruisent, ils consolent les Nations », p. XIII.

323 L’EL, qui connaît immédiatement un grand succès, a essentiellement été attaqué dans les années 1749-1752 ; violemment par les NE qui vilipendent un « impie » qui « vomit des blasphèmes » (24 avr. et 1er mai 1750) et par l’apologiste chrétien Gauchat ; de manière plus mesurée par les MT. Des censures de l’EL sont régulièrement envisagées par la Sorbonne (en 1751, 1752, 1754) ; sa mise à l’Index (29 nov. 1751) est publiée en 1752. Les Lettres persanes n’échappent pas à la critique (voir, par exemple, Les Lettres persannes convaincues d’impiété de J. B. Gaultier, 1751).

324 La Beaumelle (1750 et 1751), Voltaire (Remerciement sincère à un homme charitable, 1750), d’Alembert (Éloge de Montesquieu, Enc., V et MF, nov. et déc.1755) ou Maupertuis (son Éloge de Montesquieu, lu le 5 juin 1755 à l’Académie Royale des sciences de Berlin, y est aussitôt publié).

325 Corr. litt., 15 déc. 1758. « Encore une brochure sur cet insipide sujet, que le Président de Montesquieu avait jugé et arrangé en deux mots ; sur lequel M. l’abbé Coyer et ses partisans et ses adversaires ont travaillé depuis deux ans comme des écoliers de rhétorique, en faisant des amplifications sur un thème. Mme de B*** est pour la noblesse militaire. C’est dommage que tout ce bavardage soit si ennuyeux et si inutile » (Corr. litt., 1er déc. 1758). Dans son Éloge, d’Alembert rappelle que, selon l’auteur de l’EL, « Dans la monarchie, la Noblesse ne doit point s’adonner [au commerce], encore moins le Prince » ; il se réfère à l’exemple de la Pologne « qui manque de tout excepté de blé & qui, par le commerce qu’elle en fait, prive les Paysans de leur nourriture pour satisfaire au luxe des Seigneurs », Enc., V, 1755, note (a).

326 « Il est contre l’esprit de commerce que la noblesse le fasse dans une monarchie […] ; il est contre l’esprit de la monarchie que la noblesse y fasse le commerce » ; d’ailleurs « La pratique de ce pays [la France] est très sage : les négociants n’y sont pas nobles mais peuvent le devenir », EL, XX, chap. XXI et XXII.

327 Doté d’une « Préface » de 24 pages.

328 Sa Noblesse commerçante qui date de 1756 (il en reprend les thèses en 1757), provoque une vingtaine de brochures (voir E. Depître, « Le système et la querelle de la noblesse commerçante », Revue d’histoire économique et sociale, 1913, 6, p. 138-176) ; on relève des « railleries » comme celle de La Noblesse commerçable ou ubiquiste (1756) où on lit : « il aurait fallu que la peau des Nobles épaississe à chaque génération ou que la révolution de chaque siècle leur ajoutât une peau de plus. Ainsi, on reconnaîtrait leur ancienneté comme on distingue l’âge des arbres ; ils auraient même à la guerre l’avantage d’avoir un cuir plus difficile à percer, ils s’exposeraient plus volontiers aux coups & leur gloire se maintiendrait par la même voie qui la leur aurait fait acquérir » (p. 30). La Noblesse militaire ou le Patriote français de d’Arcq (1756) qui réfute Coyer, fait écho à la création d’une « noblesse militaire » par un édit royal de 1750, précisé en 1752 : pouvait accéder à la noblesse transmissible tout officier général issu du Tiers État, et à la noblesse graduelle celui qui bénéficiait de la succession de trois générations de chevaliers de Saint-Louis (voir aussi « Noblesse militaire », Enc., t. XI, 1765).

329 Obs. NT, p. VI-VII : si l’« indigence » frappe quelques nobles, elle est « trop répandue » parmi ce qu’« on nomme la Roture […] ; les rares avantages que celle-ci possède, comme le droit de commercer, seraient considérablement amputés si la noblesse le recevait ».

330 Ibid. Suivent de longues philippiques contre le « luxe » (« les hommages qu’il usurpe, les illusions qu’il produit, les rangs qu’il confond, les têtes & les fortunes qu’il dérange, le mérite qu’il éclipse, les sots qu’il décore, les âmes qu’il énerve, les mœurs qu’il corrompt », p. VIII-IX) et contre les « Seigneurs » : « Si […] au lieu de vendre leurs terres pour jouer à la Cour, ils les mettaient en valeur ; […] ; si les aînés de ces grandes Maisons, au lieu de consommer cent mille livres de rente, lorsqu’ils n’en ont que quatre-vingt, n’en consommaient que soixante & n’abandonnaient pas leurs branches cadettes à des ressources plus ou moins honnêtes ; […] si plus compatissants, plus citoyens, moins voluptueux & moins frivoles, ils savaient secourir la Noblesse appauvrie, le Paysan écrasé, l’Artisan laborieux […] » (p. X- XI). Le ton n’est pas sans évoquer Rousseau, en particulier la fin de son article « Économie politique » (Enc., V, 1755).

331 Obs. NT, p. 31 ; le « plan » (p. 31-49) est annoncé ainsi : « Qu’importe qu’il y ait une Noblesse pourvu qu’il y ait des Nobles ? c’est-à-dire qu’importe qu’il y ait d’anciennes maisons illustres pourvu qu’il y ait toujours des Citoyens illustres ? Un philosophe sans indulgence, sans préjugés, sans connaissances politiques, qui s’aviserait de donner le plan d’un État, aussi métaphysiquement que Platon, se croirait obligé de réformer ce vieil abus dont il ne trouve l’excuse ni dans la nature ni dans la raison ni dans son effet » (p. 31).

332 Cet État idéal, « association » de « Citoyens », établit des « Conventions » pour ceux « qui se destinent à vivre ensemble » et à qui il doit fournir « subsistance, liberté, sûreté & douceurs de la société », soit « du blé, de bonnes lois, du courage & des mœurs » (p. 32). La force d’une nation est liée à sa population dont la survie dépend de son agriculture (le 1er corps est donc celui des « agriculteurs ») puis de son soutien militaire (2e corps ; la Guerre de Sept ans bat son plein) ; vient ensuite le corps de ceux qui exercent leur « Industrie » (Commerçants, Artistes, Artisans). Enfin ceux qui seront dévoués aux « Autels » seront en petit nombre, « secourables » à tous et « respectés ».

333 Voir, sur les Obs. NT, les remarques de C. Théré dans « Limitation des naissances et émancipation des femmes au XVIIIe siècle », Les Modes de régulation de la reproduction humaine, PUF, 1994, p. 425-440 et de J. Hecht « Un problème de population active au XVIIIe siècle en France. La querelle de la noblesse commerçante », Population, 19e année, 2, 1964, p. 267-290 ; elle commente la défense par O. Belot du Tiers « aux intérêts menacés par une noblesse commerçante » : « Ces craintes étaient peut-être justifiées car déjà dans les campagnes, les paysans se plaignaient de la concurrence exercée par les nobles qui vendaient leur blé au marché ou y échangeaient leur bétail, en restant dispensés d’impôts. De même les corporations et jurandes s’élevaient contre les nobles qui, jouissant de ce même privilège, refusaient de se faire inscrire sur les registres consulaires » (p. 277).

334 « Vers 1750, la nation, rassasiée de vers, de tragédies, de comédies, d’opéras, d’histoires romanesques, de réflexions morales, plus romanesques encore et de disputes théologiques sur la Grâce et les convulsions, se mit à raisonner sur les blés », Voltaire, Dictionnaire philosophique, article « Bled ou blé ».

335 « J’ai trop peu d’amour propre pour m’attendre que cette Brochure fera sensation sur le Ministère & dans le Public », « Préface », p. IV.

336 Ibid., p. XXI et XXII.

337 L’auteur « semble surtout s’attacher à la défense du Tiers État » ; c’est une « composition toute de théorie, un projet qui restera sans exécution, un essai littéraire qui ne fera qu’un peu d’honneur à l’Écrivain & un peu de bien à la Patrie », MT, août 1758, p. 2082-2085.

338 Sa bibliothèque comprend également La Noblesse commerçante de Coyer ; voir François Quesnay, Œuvres économiques et autres textes, éd. par C. Théré, L. Charles et J.-C. Perrot, Institut d’Études démographiques, 2005, t. I, p. 246.

339 Dit « Cercle de Gournay » : autour de Gournay, Intendant du commerce depuis 1751, se réunit un groupe aux vastes ramifications, qui précède de peu la naissance de celui des Physiocrates sous l’égide de Quesnay, médecin de Mme de Pompadour et collaborateur de l’Enc. Le Cercle de Gournay privilégie l’analyse économique ; très ouvert à la discussion, il réunit théoriciens et membres de l’administration qui, adeptes de Hume et de Montesquieu, commentent et traduisent les économistes étrangers. Voir Le Cercle de V. de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle, C. Théré, L. Charles, F. Lefebvre (éd.), Ined, 2011 et L’Économiste, la Cour et la Patrie dans la France des Lumières, A. Skornicki, CNRS, 2011 ainsi que, du même, « L’État, l’expert et le négociant », Genèses, 4-5, Belin, 2006, p. 4-26.

340 Victor Riqueti de Mirabeau (1715-1789), père du futur révolutionnaire, surtout connu, en 1759, par L’Ami des hommes ou Traité de la population (1756-1758), qui lui valut une énorme célébrité.

341 « Préface », p. XXXVIII. Le chimiste et agronome Henri Duhamel de Monceau (1700-1782), auteur d’une centaine d’ouvrages dont le Traité de la culture des terres (1750-1761) et De la conservation des grains (1754) ; « Herbère », Claude-Jacques Herbert (1700-1758), auteur de l’Essai sur la politique générale des grains, Londres, 1753 ; François Véron de Forbonnais (1722-1800), Inspecteur général des monnaies en 1756, auteur de nombreux ouvrages économiques dont les Éléments du commerce (1753).

342 « Agriculture », Enc., I (1751).

343 Voir la lettre de Voltaire à O. Belot : « Vous me parlez, Madame, de M. de Fourbonay ; il ne sait pas les obligations que je lui ai, c’est l’homme du monde avec lequel je me suis le plus instruit », lettre du 27 août 1761, Best. D9972 ; en 1763, Forbonnais aidera O. Belot à obtenir une pension royale.

344 Il participe surtout aux premiers tomes (art. « Commerce », « Chambre de commerce », « Culture des terres », « Contrebande », etc.).

345 « J’ai longtemps entendu discuter s’il convenait ou ne convenait pas d’appeler la Noblesse dans le Commerce ; j’ai lu différentes opinions à cet égard & je m’en suis fait une », Obs. NT, « Préface », p. V-VI. Sur la participation des femmes aux cercles de réflexion économique, comme celui des salons du mardi de Mirabeau, voir C. Théré, « Économie politique, stratégies littéraires et pratiques culturelles dans la France des Lumières », L’Économie politique et la sphère publique dans le débat des Lumières, J. Astigarraga et J. Usoz (éd.), Madrid, Casa de Velasquez, 2013, p. 35- 53.

346 Voir les Mémoires de l’abbé Morellet, I, p. 124.

347 Turgot, né en 1727 et proche de Mme de Graffigny, rédige, en 1759, un Éloge de Gournay ; le manuscrit de son Tab. ph., prononcé en Sorbonne en 1750, circule aussitôt.

348 Voir l’ensemble de la « Préface », particulièrement des p. XXV à XLVIII. Elle reprend la distinction établie par Boureau Deslandes entre « luxe de génie » et « luxe de mœurs » dans sa Lettre sur le luxe (1745), suivie d’une critique de l’Essai politique sur le commerce de Melon ; voir aussi Mandeville (la Fable des abeilles) et Voltaire (Le Mondain, 1738).

349 Jacques Vaucanson (1709-1782) est la coqueluche des salons parisiens depuis l’invention de ses trois automates (« flûteur automate », « canard digérateur » et « joueur de tambourin et de flûte ») ; son Mécanisme du flûteur est présenté, en 1738, à l’Académie des sciences où il entre en 1746. Protégé de La Popelinière, proche de Turgot, il devient, en 1741, Inspecteur des manufactures de soie du royaume et participe aux travaux du Bureau du commerce, animé par Gournay à qui il propose, en 1752, de monter une manufacture modèle de soie dans le Vivarais. O. Belot précise qu’elle rend hommage à Vaucanson car il a inventé des « machines […] au profit du commerce, du Public & du Particulier […] dans les Manufactures de Lyon, des Gobelins & celles de Soie établies par tout le Royaume », MLA, « Préface », p. XL. Voltaire l’a loué : « Le hardi Vaucanson, rival de Prométhée / Semblait, de la Nature imitant les efforts / Prendre le feu des Cieux pour animer les corps », Sur la nature de l’homme (1737) ; La Mettrie l’a nommé le « nouveau Prométhée », L’Homme Machine (1747), Œ. ph., III, p. 186.

350 Les périodiques se ressentent du conflit : le JBr. cesse de paraître en 1757.

351 Roman de Sarah Fielding (1710-1768), sœur d’Henry Fielding, dont elle écrit que c’est un « mauvais roman anglais », voir M.-L. Girou Swiderski, « Une chambre à soi », p. 26, n. 2.

352 Lettre datée du 18 avril 1760, Best. D8860.

353 Voir le DAF : « Cosmopolite : Celui qui n’adopte point sa patrie. Un cosmopolite n’est pas un bon citoyen ». On lit dans l’Enc., IV, 1754 : « Cosmopolitain ou Cosmopolite : On se sert quelquefois de ce nom en plaisantant pour signifier un homme qui n’a pas de demeure fixe ou bien un homme qui n’est étranger nulle part. […] Comme on demandait à un ancien philosophe d’où il était, il répondit : Je suis Cosmopolite c’est-à-dire citoyen de l’univers. Je préfère, disait un autre, ma famille à moi, ma patrie à ma famille & le genre humain à ma patrie ». Dans le DOI, Rousseau évoque « la commisération naturelle qui, perdant de Société à Société toute la force qu’elle avait d’homme à homme, ne réside plus que dans quelques grandes Âmes Cosmopolites qui franchissent les barrières imaginaires qui séparent les Peuples et qui, à l’exemple de l’Être souverain qui les a créés, embrassent tout le Genre Humain dans leur bienveillance » (p. 108). En 1762, il sera moins bienveillant : « Défiez-vous de ces cosmopolites qui vont chercher au loin dans leurs livres des devoirs qu’ils dédaignent de remplir autour d’eux. Tel philosophe aime les Tartares pour être dispensé d’aimer ses voisins » (Émile, I).

354 Dans sa comédie de 1755, « Le Philosophe » ridicule (i.e. Rousseau), nommé « Blaise-Nicodème » puis « Blaise-Gilles-Antoine le cosmopolite », annonce une brochure « contre la Nation, la Noblesse & l’Académie Royale de Musique », Le Cercle ou les Originaux, sc. VIII.

355 Les Maxims, Characters ans Reflections critical, satirical and moral (Londres, Tonson, 1756, rééd. 1757), dus à Frances et Fulke Gréville, comprennent une satire de la Querelle des Bouffons ainsi que le portrait incisif d’un certain « Misanthes » qui n’est pas sans évoquer Rousseau.

356 « Ces deux ouvrages renferment trop sensiblement les mêmes vues pour n’avoir pas droit au même accueil […]. L’analogie du fond des idées de Candide & de Rasselas ; certains rapports entre Imlac & Martin ; entre l’île d’Eldorado & l’heureuse Vallée m’avaient fait présumer d’abord que l’Auteur anglais pouvait n’être qu’un pirate littéraire. Mais j’ai réfléchi qu’il ne fallait soupçonner légèrement personne d’un larcin & que la seule force de la vérité faisant sans doute penser en Angleterre comme en France que le bonheur est une chimère », « Préface », p. III-IV. Si la Corr. litt. affirme : « N’en déplaise à Mme Belot, tout le monde a trouvé le Candide français très gai et très original et le prétendu Candide anglais, ennuyeux et détestable » (avril 1760), le ton du MF est tout autre : « C’est un roman philosophique, véritablement traduit de l’Anglais, très bien traduit, qui a réussi dans son Pays & qui mérite de réussir dans le nôtre » (juin 1760, p. 133). L’AL est plus nuancée : « Ce livre, avec tous ses défauts, ne peut manquer de réussir & d’être placé parmi ce petit nombre d’ouvrages dont le but est de nous rendre meilleurs ; on ne saurait donner trop d’éloges à Madame B***. Sa traduction est pure, élégante, quelquefois trop asservie au tour original » (Lettre VII, 30 avr. 1760, p. 166).

357 « Préface », p. II.

358 « Avertissement », t. 1, p. III.

359 Elle utilise l’expression à propos des difficultés posées par la traduction, MLA, « Préface », p. VI.

360 « Je présume qu’il m’est permis d’examiner […] le nouveau système, comme on examine le plan d’une nouvelle loterie, selon qu’on s’y met ou qu’on ne s’y met pas », Obs. NT, « Préface », p. V. Allusion au goût contemporain pour le jeu et aussi, sans doute, référence à la grande « Loterie de l’École militaire », lancée en 1754 par Mme de Pompadour pour la construction de cette École et réactivée par un édit royal du 15 oct. 1757 ; ouverte en avril 1758, elle connaît aussitôt un grand succès populaire.

361 Obs. NT, p. 93-94 et 101-102.

362 Des tomes I à VI : le tome VI circule dans Paris en début d’année.

363 Les ouvrages d’O. Belot (Réfl. et Obs. NT) qu’il lui envoie « [lui] semblent dignes de [son] approbation » ; il ajoute : « Je ne connais pas les deux volumes de traductions de différents auteurs anglais qu’elle ne fait que publier dans le moment », lettre du 23 février 1759 à Paris, RHLF, 1908, p. 343.

364 On a gardé dix lettres de Voltaire à O. Belot, du 24 mars 1760 au 27 août 1761.

365 Comme celle de Le Franc de Pompignan dont le discours de réception à l’Académie française, en 1760, prend comme cible les philosophes.

366 Lettre du 16 mai 1760, Best. D8913.

367 O. Belot s’inquiète des liens entre Voltaire et Palissot : en 1755, Voltaire, qui appréciait son esprit, l’a reçu aux Délices. Lors de la querelle suscitée par sa comédie des Philosophes, Palissot se réclame de Voltaire : il publie les Lettres de M. de Voltaire à M. Palissot (1760). Le 20 juin 1760, Voltaire se justifie dans une lettre à Duclos et répond à O. Belot : « vous êtes en droit de me croire coupable de la belle intelligence que vous me supposez avec M. Palissot de Montenoy ; je suis cependant très innocent. […] Le style de la pièce [des Philosophes] est bon mais le sujet est horrible » (Best. D8994) ; le 23 juin, il écrit à Palissot pour condamner vigoureusement sa pièce. Le 11 août, il écrit à O. Belot à propos des Lettres de M. de Voltaire : « J’ai vu enfin les lettres de M. Palissot […] ; il a un peu altéré la pureté du texte ; mais il ne faut pas y regarder de si près, tous ces rogatons me viennent fort tard » (Best. D9133). Il s’adresse sur le même ton à d’Alembert (13 août 1760, Best. D9141) : « J’ai lu mon Commercium epistolicum que Charles Palissot a fait imprimer. Je ne sais pas si un bon chrétien comme lui […] est en droit d’imprimer les lettres qu’on lui écrit. Il a poussé la délicatesse jusqu’à altérer le texte en plusieurs endroits ».

368 Lettre à O. Belot, le 20 juin 1760, Best D8994.

369 Dans l’édition de la comédie « traduite de M. Hume » (« pasteur d’Edimbourg », « frère de ce célèbre philosophe M. Hume »), Voltaire rend hommage aux « deux illustres savants & pour nous exprimer encore plus correctement, aux deux hommes de génie, qui ont présidé au Dictionnaire Encyclopédique, à cet ouvrage nécessaire au genre humain, dont la suspension fait gémir l’Europe », « Préface », Le Café ou l’Écossaise, Londres, 1760, p. IV-V. Il écrit à Palissot, le 15 juin 1760 : « Je regarde d’ailleurs l’entreprise de l’Encyclopédie comme le plus beau monument qu’on pût élever à l’honneur des Sciences », Best. D8237.

370 « Préface », Le Café ou l’Écossaise, p. I.

371 Comme il se désigne dans la lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.

372 Lettre du 27 mars 1763, Best. D11133.

373 Il la félicite de son « joli sifflet » sur « notre ami Trublet », le 29 mars 1761, Best. D9707.

374 « Ce M. H. a du génie, de l’esprit et un cœur charmant », le 10 nov. 1760, Best. D9391.

375 Lettre du 27 mars 1763, Best. D11133. Dans Le Pauvre Diable, Voltaire s’en prenait à Chaumeix, Pompignan et Fréron.

376 Elle lui demande appuis et conseils pour sa vie, sa carrière, ses œuvres, l’édition de l’HMT. Il se plaît aux échanges épistolaires avec elle ; c’est pour lui autant une informatrice qu’une ambassadrice de ses œuvres : il lui envoie, en 1760, Le Pauvre Diable, La Vanité ; en 1761, l’Histoire de Pierre le Grand. Il lui fait assez confiance pour lui demander de lui servir de prête-nom pour Le Droit du Seigneur. La critique de Rousseau les réunit : il écrit, lors de la parution de La Nouvelle Héloïse : « Vous savez, Madame, combien le solitaire des Alpes aime vos charmantes lettres ; mais, tout Suisse qu’il est, il n’aime point du tout les romans suisses et il déteste l’insolent orgueil d’un valet de Diogène qui insulte notre nation » (fév. 1761, Best. D9658) et : « Souvenez-vous que ce malheureux petit Jean-Jacques, le transfuge, m’écrivit il y a un an : vous corrompez ma république pour prix de l’asile qu’elle vous a donné », 27 mars 1761, Best. D9707.

377 Même si des tensions déchirent les philosophes entre eux.

378 18 avr. 1760, Best. D8860. Ses lettres contemporaines à Mme du Bocage, pour aimables qu’elles soient, ne traduisent pas la même connivence.

379 On a évoqué supra le tollé suscité par la thèse de Prades ; l’édit de 1752 a interdit l’Enc. après la sortie du tome II où figure l’article « Certitude » qui joint au long texte de Prades un commentaire rédigé avec « duplicité » par Diderot (voir J. Haechler et F. Jouffroy-Gauja, « L’article “Certitude” de l’Enc. commenté par un lecteur anonyme », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 29, 2000, p. 129-148). L’« Avertissement » du tome III (1753) de l’Enc., évoque l’affaire ; des rééditions de la thèse de Prades se succèdent et en 1754, paraissent les Pièces nouvelles et curieuses sur l’affaire de l’abbé de Prades et La Religion vengée des impiétés de l’Apologie de M. l’abbé de Prades.

380 La graphie du siècle confond les signifiés : voir DAF : « Réflexion : action de l’esprit qui réfléchit ; méditation sérieuse, etc. » et « rejaillissement, réverbération ».

381 Le titre, qui peut annoncer une suite décousues de remarques, est souvent modestement donné à des essais moraux, scientifiques ou philosophiques.

382 Au sens de la dispositio du discours, selon les rhéteurs latins ; voir « Disposition : partie de la rhétorique qui consiste à placer & ranger avec ordre & justesse les différentes parties d’un discours », Enc., V, 1755.

383 Réfl., p. 5 : « Je débute par prétendre que l’état de pure nature n’a jamais pu exister ; ensuite, que s’il existât, il nous rendroit plus malheureux, entourés des abus introduits dans la vie Civile ».

384 Après l’exorde (p. 1-5), la 1re partie couvre les p. 5 à 48 ; la 2e les p. 48 à 95 (de l’édition originale, signalées entre crochets dans notre édition).

385 Les citations du DOI (texte de 1755) concernent, dans la 1re partie, le début de l’histoire humaine (p. 5-6), l’aptitude de l’homme naturel à imiter les instincts des bêtes (p. 9-10), la naissance d’idées sommaires chez les hommes comme chez les bêtes (p. 15), la qualité possédée par l’homme « d’agent libre » (p. 16), reprise par une longue citation (p. 21- 22), la « faculté de se perfectionner » ou « perfectibilité » (p. 22-23), « les progrès de l’esprit humain » (p. 34), la passivité de l’homme naturel qui ne connaît ni « prévoyance ni curiosité » (p. 35) ainsi que l’invention du langage (p. 42-43) et son système (p. 46). Les citations, dans la 2e partie, traitent de la « pitié » (p. 56-57), de l’absence d’« amour », d’« esprit » et de « ruse » chez « l’homme naturel » (p. 59), de l’évolution de l’humanité jusqu’à « l’époque la plus heureuse et la plus durable » (p. 68-69) et enfin de l’apparition d’un « gouvernement », de « lois » et de « magistrats » (p. 79). Les simples références paginées au DOI concernent le passage des sens aux idées (p. 14), la liberté de « l’homme naturel » (p. 22), sa « faculté de se perfectionner » (p. 33), sa conduite dictée par les seuls « besoins physiques » (p. 36), son absence de « réflexion » (p. 37), ses liens ténus avec ses enfants (p. 40), les « passions » (p. 62), « l’amour moral » (p. 64), l’exemple des Caraïbes (p. 66), la « bonté » (p. 78), les « abus de pouvoir » (p. 86) et, enfin, la marche fatale vers la catastrophe annoncée de l’histoire humaine (p. 94).

386 « Grand Descartes, s’il ne vous a pas été donné de trouver toujours la vérité, du moins vous avez détruit la tyrannie de l’erreur », Tab. ph., éd. 1966, p. 610.

387 Réfl. p. 25. D’Alembert a placé immédiatement après l’éloge de Bacon celui de Descartes : « Homme rare [qui avait] une imagination forte, un esprit très conséquent, des connaissances puisées dans lui-même plus que dans les livres, beaucoup de courage pour combattre les préjugés les plus généralement reçus […]. Sa Méthode seule aurait suffi pour le rendre immortel […]. S’il a fini par croire tout expliquer, il a du moins commencé par douter de tout » ; les théories cartésiennes des « tourbillons » et des « idées innées », désignées comme des erreurs, comptent peu, au regard des progrès considérables auxquels le philosophe a ouvert la voie, DP, Enc., I, 1751, p. XXV- XXVI.

388 Réfl., p. 3. J. Starobinski note que Rousseau a trouvé ici sa « grande manière », introduction du DOI, p. 18.

389 Réfl., p. 21. Allusion à La Philosophie du bon sens […] à l’usage des cavaliers & du Beau Sexe, dont d’Argens donne, en 1755, une 8e édition, augmentée, entre autres, d’une Dissertation sur les douceurs de la Société et qui sera condamné en 1759 par le Parlement. La célèbre formule cartésienne (Discours de la Méthode, I) sera citée par Claire Mazarelli, marquise de Saint-Chamond, dans son Éloge de Descartes (1765), rédigé en vue du concours de l’Académie française : « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée… ».

390 Car « il a créé la métaphysique comme Newton avait créé la physique », DP, p. XXVII.

391 DP, p. XXVII.

392 Après l’exorde, Réfl., p. 5.

393 Ibid., p. 5-8.

394 « Il est évident, par la lecture des Textes Sacrés que le premier homme, ayant reçu immédiatement de Dieu des lumières et des Préceptes, n’était point lui-même dans cet état et qu’en ajoutant aux Écrits de Moïse, la Foi que leur doit tout bon Chrétien, il faut nier que, même avant le Déluge, les hommes se soient jamais trouvés dans le pur état de Nature, à moins qu’ils n’y soient retombés par quelque Événement extraordinaire : paradoxe fort embarrassant à défendre et impossible à prouver », DOI, p. 62.

395 On ne relève plus dans la suite des Réfl. de développement d’ordre métaphysique ; le ton du passage, donné par l’emploi des termes « diallèle » ou « coéternité », fait un contraste notable avec l’allure enjouée de l’exorde et celui, tout aussi vif et alerte, de la suite du texte.

396 La question de la création du monde et de l’homme est au centre du discours des apologistes chrétiens : Polignac (L’Anti-Lucrèce), L. Racine (La Religion), l’orthodoxe abbé Mallet qui consacre à l’article « Coéternité » une ligne elliptique (Enc., III, 1753) ; voir aussi l’article « Création », « en grande partie de M. Formey », pasteur (Enc., IV, 1754, p. 438-448) qui qualifie cette question d’« assez problématique » (p. 438) et conclut par ces mots : « la création de rien est donc conforme à la raison ». Par ailleurs, d’Argens traite, à plusieurs reprises, de la « coéternité » de Dieu et du monde (Lettres chinoises, éd. 1756, Lettre XLIV, p. 137-142, Lettres juives, lettre LXXXIV, éd. 1736, II, p. 189-190 et La Philosophie du bon sens, éd. 1754, II, p. II) pour aboutir à la conclusion probable d’un moment de rupture temporelle correspondant à celui d’une création. Mais La Mettrie écrit : « Ne nous perdons point dans l’infini, nous ne sommes point faits pour en avoir la moindre idée ; il nous est absolument impossible de remonter à l’origine des choses. Il est égal d’ailleurs pour notre repos que la manière soit éternelle ou qu’elle ait été créée ; qu’il y ait un dieu ou qu’il n’y en ait pas. Quelle folie de tant se tourmenter pour ce qu’il est impossible de connaître & ce qui ne nous rendrait pas plus heureux quand nous en viendrions à bout », L’Homme machine (1748), Œ. ph., 1796, t. III, p. 161.

397 Réfl., p. 6. Rousseau ne traite pas de la « création » de l’homme.

398 Terme de logique désignant un raisonnement circulaire qui n’a aucune valeur de preuve : il s’échafaude à partir des présupposés du sujet.

399 Sceptiques grecs de la fin du Ier siècle apr. J.-C.

400 Ode à Melle… sur son goût pour la philosophie, MF, déc. 1755, I, p. 64-67.

401 L’expression, qui renvoie à la métaphysique de Descartes et Malebranche, a été utilisée par l’évêque Caylus qui reprochait à Prades de ne pas avoir usé de cette théorie pour expliquer « l’affinité entre la sensation et l’objet qui l’occasionne » et de n’y avoir vu qu’un « instinct ». Prades-Diderot réfutera ce grief, avec le plus grand mépris, Suite de l’Apologie, p. 532-533.

402 Ou « Épochè » pour les sceptiques grecs.

403 Rousseau, après avoir évoqué « les Livres sacrés », annonce une démarche hypothético-déductive : « La Religion nous ordonne de croire que Dieu lui-même ayant tiré les hommes de l’état de Nature, ils sont inégaux parce qu’il a voulu qu’ils le fussent ; mais elle ne nous défend pas de former des conjectures tirées de la seule Nature de l’homme et des Êtres qui l’environnent, sur ce qu’aurait pu devenir le genre humain s’il fût resté abandonné à lui-même. Voilà ce qu’on me demande et voilà ce que je me propose d’examiner dans ce Discours », DOI, p. 62-63.

404 À Prades qui traite du « premier homme », Caylus reprochait de ne pas lui donner le nom biblique d’« Adam ». Diderot-Prades s’en explique : « Non, ce n’est point d’Adam que j’ai parlé & quelle hérésie y a-t-il à cela ? Dans le dessein où j’étais de développer la génération successive de nos connaissances, il eût été bien ridicule de choisir le premier homme à qui Dieu les avait toutes accordées par infusion », Suite de l’Apologie, p. 523.

405 On lit dans l’article « Adam » de l’abbé Mallet : « Adam, nom du premier homme que Dieu créa & qui fut la tige de tout le genre humain, selon l’Écriture. Ce n’est pas précisément comme nom propre, mais comme nom appellatif que nous plaçons dans ce Dictionnaire, le nom d’Adam qui désigne tout homme en général et répond au grec Ἂνθρωπος », Enc., I, 1751, p. 125.

406 En 1756, dans sa 7e édition de La Religion, Louis Racine oppose expressément Pope à Milton dont il vient de traduire le Paradis Perdu (en 1755) : « Le poème du premier ne peut être justifié et [son] système […] est celui du Déisme », tandis que le second « suit la Révélation » ; il condamne également Locke et Newton, suspects à ses yeux de « matérialisme ». En prenant clairement position en faveur de Locke, Pope, Newton et Montesquieu dans les Réfl., O. Belot ne s’engage pas seulement face « au Citoyen de Genève » : elle prend clairement ses distances d’avec le camp des apologistes chrétiens.

407 Voir Condillac, EOCH (1746) : l’« Introduction » de ce traité empiriste distingue « deux sortes de métaphysique » : « l’une, ambitieuse, veut percer tous les mystères : la nature, l’essence des êtres, les causes les plus cachées […] ; l’autre, plus retenue, proportionne ses recherches à la faiblesse de l’esprit humain ; […]. Avec celle-là, les erreurs s’accumulent sans nombre & l’esprit se contente de notions vagues & de mots qui n’ont aucun sens ; avec celle-ci, on acquiert peu de connaissances mais on évite l’erreur ; l’esprit devient juste & se forme toujours des idées nettes » (I, p. V-VI). Louant, malgré quelques réserves, les démarches de Locke (« le seul [qui] s’est borné à l’étude de l’esprit humain […] avec succès », p. IV) et de Bacon (p. XVI), condamnant celle de Descartes (qui « n’a connu ni l’origine ni la génération des idées », p. VI), de Malebranche (p. VII) ou des « leibniziens » (p. VII-VIII), Condillac affirme : « Notre premier objet […], c’est l’étude de l’esprit humain, non pour en découvrir la nature mais pour en connaître les opérations » (p. X).

408 Si O. Belot place Moïse parmi les « génies » de l’histoire de l’humanité, c’est en tant que législateur qui inaugure une liste où figurent Solon et Lycurgue, Réfl., p. 25.

409 Quand elle rend hommage à Pascal qui « a comme inventé la Géométrie, puisqu’il fut capable de la deviner » (Réfl., p. 26), elle suit encore d’Alembert : « Pascal, auteur d’un traité sur la Cycloïde, qu’on doit regarder comme un prodige de sagacité et de pénétration, & d’un traité de l’équilibre des liqueurs & de la pesanteur de l’air qui nous a ouvert une science nouvelle ; génie universel & sublime, dont les talents ne pourraient être trop regrettés par la Philosophie, si la religion n’en avait pas profité », DP, p. XXVIII. La référence à Pascal renvoie également aux notes prudentes de l’édition de Pope qu’elle cite et qui sont consacrées à l’auteur des Pensées.

410 O. Belot, après avoir cité le passage concerné du DOI, ajoute : « Fidèle à la Religion, Monsieur Rousseau se réduit seulement à des conjectures qu’elle ne nous défend pas […]. C’est aussi sous ce point de vue que j’entreprends de le considérer », Réfl., p. 5-6.

411 On relève l’évocation sommaire de la « Révélation » dans une mise entre parenthèses significative : « Qu’importe à l’homme que le bien & le mal moral soient absolus ou ne le soient pas (en supposant toujours que la Révélation ne l’eût pas instruit) », Réfl., p. 77.

412 Réfl., p. 7. Elle n’évoque qu’une fois « le Créateur » (p. 17), appréhendé, à la manière de Pope, plus comme grand architecte que comme le Dieu chrétien.

413 EH de Pope, EPEH, III, VI, § 12 de Locke ; Éléments de la philosophie de Newton par Voltaire, éd. 1745, I, 1, De Dieu.

414 O. Belot les exclut de son système. Elle utilise sept fois l’expression « concours fortuit de causes étrangères » (ou « accidentelles ») à laquelle elle oppose un « concours de causes nécessaires » (p. 42) ; la dénégation du « hasard » est plus intense dans la 2e partie qui concerne l’organisation des sociétés et la mise en place des lois.

415 Si elle est maintes fois utilisée dans le DOI, elle est absente du passage cité ici par O. Belot.

416 « La première cause toute puissante n’agit point par des lois particulières mais par des lois générales. […] Toute la nature est un art qui t’est inconnu : le hasard est une direction que tu ne saurais voir », Pope, EH, Ép. I, « De la Nature & de l’état de l’Homme par rapport à l’Univers », p. 2 et 12.

417 Montesquieu dont elle insère le nom dans la liste des « génies » de l’humanité, écrit : « Tous les êtres ont leurs lois ; la Divinité a ses lois ; le monde matériel a ses lois ; les intelligences supérieures à l’homme ont leurs lois ; les bêtes ont leurs lois ; l’homme a ses lois. Ceux qui ont dit qu’une fatalité aveugle a produit tous les effets que l’on voit dans le monde, ont dit une grande absurdité : car quelle plus grande absurdité qu’une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents ? », EL, I, 1.

418 Voir d’Alembert : « Tout est lié dans la Nature ; tous les êtres se tiennent par une chaîne dont nous apercevons quelques parties continues, quoique dans un plus grand nombre d’endroits, la continuité nous échappe. […] L’art du Philosophe consiste à ajouter de nouveaux chaînons aux parties séparées, afin de les rendre le moins distantes possible […]. Pour former les chaînons dont nous parlons, il faut avoir égard à deux choses : aux faits observés […] & aux lois générales de la Nature […]. Mais l’utilité principale que nous devons retirer de la Cosmologie, c’est de nous élever par les lois générales de la Nature, à la connaissance de son auteur […]. Ainsi la Cosmologie est la science du Monde ou de l’Univers considéré en général, en tant qu’il est un être composé & pourtant simple par l’union et l’harmonie de ses parties ; un tout qui est gouverné par une intelligence suprême & dont les ressorts sont combinés, mis en jeu & modifiés par cette intelligence », « Cosmologie », Enc., IV, p. 294.

419 Elle suit Pope, EH, Ép. I (l’homme y est invité à « observer le rapport des règles systématiques d’une partie aux règles systématiques d’une autre & les supports & les liens des différentes parties de l’univers, leurs fortes connexions, leurs subtiles dépendances & leurs justes gradations », p. 4-5) ; le nom de Newton, cité en note 1 (« Un Destin aveugle n’a jamais pu faire mouvoir les planètes du même côté, ibid., p. 11), apparaît régulièrement dans le poème. Les débuts de l’Enc. accordent une place majeure au mouvement qui anime l’univers (art. « Action », « Attraction », « Composition du mouvement », « Cause (méchanique) », « Continuité », etc.).

420 Référence aux théories de Newton ; voir aussi Montesquieu qui, après avoir affirmé que les « mouvements de la matière répondent à des “lois invariables” », écrit : « Entre un corps mû & un autre corps mû, c’est suivant les rapports de la masse & de la vitesse que tous les mouvements sont reçus, augmentés, diminués, perdus », EL, I, 1.

421 L’existence du vide selon Lucrèce (De rerum natura, I, v. 329-397) est dénoncée par Polignac dans sa condamnation du système épicurien (« Discours préliminaire » de L’Anti-Lucrèce par Bougainville, p. 21-22). O. Belot suit Locke : « Nous ne remarquons dans le monde sensible aucune interruption, aucun vide » (EPEH, livre 3, chap. 6) et Pope : « Tout doit être rempli parce que s’il ne l’était pas, il n’y aurait point de cohérence », EH, Ép. I, p. 7.

422 La formule est prononcée par Le Tien, Dieu des Chinois dans le 6e Discours, Sur la nature de l’homme (1737) de Voltaire.

423 Buffon, HN, I, 1749, Discours sur la manière d’étudier l’histoire naturelle, p. 11 ; voir aussi La Mettrie : « Rien de ce qui arrive ne pouvait pas ne pas arriver. […]. Ainsi, détruire le hasard, ce n’est pas prouver l’existence d’un être suprême puisqu’il peut y avoir autre chose qui ne serait ni le hasard ni dieu, je veux dire la nature », L’Homme machine, Œ. ph., p. 164.

424 Le Poème sur le désastre de Lisbonne, composé fin 1755 et le Poème sur la Loi naturelle circulent en copie à Paris, dés le début de l’année 1756.

425 Elle s’écarte aussi de Leibnitz. Dans l’EH, l’expression conclut l’Ép. I (p. 22) et l’Ép. IV (p. 92). En 1755, Voltaire la commente ainsi : « Pope avait dit Tout est bien, en un sens qui était très recevable ; & ils le disent aujourd’hui en un sens qui peut être combattu. L’Auteur du Poème sur le désastre de Lisbonne ne combat pas l’illustre Pope qu’il a toujours admiré & aimé ; il pense comme lui sur presque tous les points ; mais pénétré des malheurs des hommes, il s’élève contre les abus qu’on peut faire de cet ancien axiome, Tout est bien. Il adopte cette triste & ancienne vérité reconnue de tous les hommes, qu’il y a du mal sur terre ; il avoue que tout est bien, pris dans un sens absolu & sans l’espérance d’un avenir, n’est qu’une insulte aux douleurs de notre vie », « Préface » du Poème sur le désastre de Lisbonne.

426 Le long passage sur « la chaîne des êtres » de l’EH est le seul texte, en dehors du DOI, à être cité in extenso dans les Réfl. (p. 19-20) ; il comprend cette formule : « Cette grande chaîne qui attire & réunit toutes les parties », Ép. I, p. 6.

427 « Avertissement », p. 266 ; car « Il fait une description d’un âge d’or qui n’est ni celui des Poètes ni l’état d’innocence du Paradis terrestre. Il ne parle jamais de la Chute de l’homme ni de son Réparateur » (p. 267).

428 L. Racine s’exclame : « Ô toi qui follement fis ton Dieu du Hasard » et la note qui l’accompagne : « Les Matérialistes ne se servent pas du nom de Hasard mais de celui de Nécessité. Les Personnes éclairées comprennent aisément que je puis également me servir de l’un ou de l’autre de ces termes, puisqu’ils désignent la même chose. Le Hasard d’Épicure, la Nécessité de Spinoza, la Vertu plastique de Cudworth, la Raison suffisante de Leibniz sont tous mots qui signifient la même chose parce qu’ils ne signifient rien », I, v. 113, p. 8.

429 Fait-elle allusion à La Mettrie selon qui « écrire en Philosophe, c’est enseigner le matérialisme » (Histoire naturelle de l’âme, 1745) ? En 1748, il reconnaît à l’homme « l’admirable propriété de penser », même si elle est « liée à la matière, sans qu’on puisse en voir les liens », L’Homme machine, Œ. ph., III, p. 195-196. Les accusations de matérialisme contre Buffon l’ont conduit à des rétractations qui figurent au début du tome IV de l’HN (1753) ; voir J. Pappas, « Buffon matérialiste ? Les critiques de Berthier, Feller et des Nouvelles ecclésiastiques », Être matérialiste à l’âge des Lumières, Hommages à Roland Desné, PUF, 1999, p. 233-249.

430 « Le matérialisme même ne favoriserait pas davantage une si étrange opinion, car en supposant que l’espèce humaine a toujours été comprise dans les combinaisons de la matière, cette espèce faisant partie d’un tout, a dû marcher à la fin que la nature s’est proposée en la plaçant dans l’Univers : cette espèce étant la mieux organisée de toutes a dû s’élever au dessus de toutes », Réfl., p. 18 ; la référence au « matérialisme même » est ambivalente : condamnation de ce système ou admission ?

431 Voir J. Ehrard, L’Idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle (1963), rééd. A. Michel, 1994.

432 Voir R. Barny, Prélude idéologique à la Révolution française : le rousseauisme avant 1789, PU de Franche-Comté, 1985, et R. Trousson, 2000, chap. III, « Impie ou séditieux », p. 85-129.

433 Parue dans le MF de 1755, et signée « Philopolis » (étymologie grecque : « qui aime la cité ») ; Charles Bonnet, célèbre naturaliste et philosophe suisse, membre de nombreuses académies dont celles de Londres, de Paris, de Berlin et de Saint-Petersbourg, développe contre le DOI une argumentation qui repose sur l’affirmation de l’existence de Dieu qui, par « sa volonté adorable » et sa « sagesse parfaite », a destiné l’homme à la société.

434 L’Homme moral opposé à l’Homme physique de Monsieur R***, anon. (du P. Castel), 1756 ; voir le compte rendu de l’AL, 1756, t. I, Lettre du 5 mars 1756. Le P. Castel, jésuite mathématicien proche de Montesquieu et célèbre par l’« invention » d’un clavecin oculaire, avait accueilli Rousseau à Paris en 1741 et l’avait envoyé chez Mme Dupin.

435 P. 3 de l’« Avis » de la Lettre à M. Jean-Jacques Rousseau citoyen de Genève à l’occasion de son ouvrage dont le ton est particulièrement virulent. Dans cet « Avis important à la République chrétienne », Pilé, fervent militant janséniste, dénonce un « complot » formé par les Philosophes contre la « Religion » (ils adorent « le Dieu des sciences », p. 3-4) ainsi que le « système abominable » que Rousseau (p. 5) présente dans son « livre impie et séditieux » (p. 7). Pilé associe « Voltaire, Montesquieu, Maupertuis, Buffon et d’Argens » qui constituent l’« hydre théiste, déiste, matérialiste, athéiste, tolérantiste » ; les NE l’honoreront par une notice nécrologique enthousiaste, 1772, p. 207-208.

436 « Le citoyen de Genève vante beaucoup le bonheur de l’homme sauvage. Qu’en sait-il ? Il se plaint avec raison de nos voyageurs qui n’ont pu l’observer […] : c’est donc de son imagination qu’il tire les idées qu’il a de cet état » (Corr. litt., 15 juillet 1755). Les « Recherches » exposées dans le DOI et présentées comme « purement hypothétiques » (p. 63) sont souvent associées à des récits de voyageurs ou de scientifiques qui, bien que leurs limites soient soulignées, peuvent brouiller le discours tenu.

437 Alexandre Deleyre, admirateur de Rousseau, s’interroge : « Il s’agit d’arriver à l’état présent et actuel : comment y arriver par l’inconnu et l’imaginaire ? », RF, 1756, Lettre VII, p. 285.

438 Jean-Laurent de Béthisy, musicien dijonnais partisan de Rameau, l’utilise : « Il laisse là l’origine du monde & l’histoire ; il fait une hypothèse c’est-à-dire une supposition. Il pense que l’état de nature n’a probablement jamais existé, qu’il n’existait point au commencement du monde, que le premier homme n’était point lui-même dans cet état ; mais il suppose que cet état ait existé & qu’il ait été l’état primitif des hommes […]. Des causes imaginaires, altérant un état supposé, ont-elles produit un effet réel ? Non, sans doute, & M. Rousseau convient que des raisonnements hypothétiques ne sont guère propres à montrer la véritable origine des choses », Lettre de M. D. B. à Madame***, anon., 1755, p. 5.

439 Voltaire note, en marge du passage du DOI qui débute par « Concluons donc… » (p. 89) : « C’est conclure un bien mauvais roman », G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 14.

440 Réfl., p. 6.

441 « Si elle [la Nature] nous a destinés à être sains, j’ose presque assurer que l’état de réflexion est un état contre Nature et que l’homme qui médite est un animal dépravé », DOI, p. 68.

442 « Monsieur Rousseau devrait nous expliquer nettement ce qu’il appelle les dons surnaturels de l’homme dont il lui plaît de le dépouiller ; c’est, sans doute, son entendement, sa mémoire, sa raison, sa volonté. […] Me sera-t-il permis de répondre que ces dons surnaturels font partie de l’essence de l’homme ? », Réfl., p. 12.

443 Grimm note : « C’est par instinct que l’homme a trouvé la parole ; […] ce même instinct l’a porté à penser », Corr. litt., 1er janvier 1756.

444 C’est là « une différence spécifique entre les animaux et lui », Réfl., p. 9. Voir le Traité des animaux de Condillac (1755). Sur la question toujours relancée de « l’âme des bêtes », voir J. Ehrard, L’Idée de nature en France, p. 679-690, et S. Charles : « Traces du mécanisme cartésien au XVIIIe siècle : le cas de l’animal-machine », Lumen : Travaux de la Société canadienne d’étude du XVIIIe siècle, 25, 2006, p. 41-55.

445 Réfl., p. 12. C’est une réponse à Rousseau qui soulignait l’aptitude de l’homme à imiter les instincts des animaux.

446 Voir la longue notice « Âme des bêtes » de l’abbé Yvon, Enc., I, 1751, p. 343-353.

447 On lit dans « Bête, animal, Brute » : « Si on considère l’animal comme pensant, voulant, agissant, réfléchissant &c, on restreint sa signification à l’espèce humaine ; si on le considère comme borné dans toutes les fonctions qui marquent de l’intelligence & de la volonté & qui semblent être communes avec l’espèce humaine, on le restreint à bête », Enc., II (1752), p. 214 et dans « Animal (au sens d’être animé) », ces mots de Diderot citant Buffon : « Nous existons donc sans savoir comment et nous pensons sans savoir pourquoi. […] Cet ordre d’idées, cette suite de pensées qui existe au-dedans de nous-mêmes […] ne laissent pas d’être l’affection la plus réelle de notre individu […]. Nous pouvons donc nous donner le premier rang dans la nature », Enc., I (1751), p. 470-471.

448 Dans l’EPEH, Locke affirme que les idées ont une double origine, les sens et la réflexion.

449 EH, Ép. III, p. 47.

450 « Être et penser sont pour nous la même chose, cette vérité est intime & plus qu’intuitive, elle est indépendante de nos sens, de notre imagination, de notre mémoire & de toutes nos autres facultés relatives », HN, III, 1749, Histoire naturelle de l’Homme, p. 432, d’autant que « Le sens le plus relatif à la pensée & à la connaissance est le toucher ; l’homme, comme nous l’avons prouvé (voir le Traité des sens, HN, II, p. 352) a ce sens plus parfait que les animaux », HN, IV, 1753, Discours sur la nature des animaux, p. 31.

451 Réfl., p. 13.

452 Ibid., p. 12.

453 Il est « un animal intelligent qui déploie son intelligence », ibid., p. 13.

454 Pour Diderot, « l’homme n’est pas seulement un animal, mais un animal qui raisonne […] ; les animaux sont séparés de nous par des barrières invariables & éternelles […] ; celui qui ne veut pas raisonner, renonçant à la qualité d’homme, doit être traité comme un animal dénaturé », « Droit naturel », Enc., V (1755), p. 117.

455 L’expression d’« état de nature » est polysémique. Diderot-Prades raille l’évêque Caylus qui, en 1752, exposait les « avantages de l’état de pure nature », i.e. celui d’Adam à sa création : « On voit évidemment que l’objet de ma thèse lui a échappé, qu’il n’a rien compris à ce que les philosophes modernes entendent par l’état de nature. […] [Ce] n’est point celui d’Adam avant sa chute ; cet état momentané doit être l’objet de notre foi et non celui de notre raisonnement. Il s’agit, entre les philosophes, de la condition actuelle de ses descendants, considérés en troupeaux et non en société […], condition qui dure plus ou moins, selon les occasions que les hommes peuvent avoir de se policer et de passer de l’état de troupeau à celui de société », Suite de l’Apologie, p. 528. Jaucourt, dans « État de nature (droit naturel) », distinguera trois sens du mot, selon trois points de vue : si l’on envisage la question par rapport à Dieu (pour les théologiens, c’est celui d’Adam avant la Chute), si on envisage l’homme « seul & sans le secours de ses semblables » ou « selon la relation morale qu’il y a entre tous les hommes » qui mène à la vie civile, Enc., VI, 1756. La 2e position est celle de Rousseau, la 3e celle de d’Alembert, suivie par O. Belot ; voir R. Derathé, J.-J. Rousseau et la science politique de son temps, Vrin, 1995, chap. III, « L’État de nature et la loi naturelle », p. 125-171.

456 Réfl., p. 5 (voir aussi p. 13).

457 Réfl., p. 17. En 1765, Voltaire dira la même chose, sans nommer Rousseau : « Entendez-vous par sauvages des animaux à deux pieds, marchant sur les mains dans le besoin, isolés, errant dans les forêts […] ; s’accouplant à l’aventure, oubliant les femmes auxquelles ils se sont joints, ne connaissant ni leurs fils ni leurs pères ; vivant en brutes, sans avoir ni l’instinct ni les ressources des brutes ? On a écrit que cet état est le véritable état de nature et que nous n’avons fait que dégénérer misérablement depuis que nous l’avons quitté. Je ne crois pas que cette vie solitaire, attribuée à nos pères, soit dans la nature humaine », Philosophie de l’histoire (1765), chap. VII, Des Sauvages, p. 42-43.

458 EPEH, livre II, 1, § 1, p. 93-94.

459 « Le premier pas que nous ayons à faire est […] en un mot de remonter jusqu’à l’origine & à la génération de nos idées », DP, p. II. À quoi les MT répondront : « Il est peu de questions dans la philosophie qui aient été plus souvent agitées & qui cependant soient encore moins éclaircies que la question de l’origine des idées. […] Il faudrait connaître en quoi consiste l’union de l’âme et du corps : jusqu’à ce qu’on soit parvenu à cette connaissance, l’origine des idées sera peut-être pour la Métaphysique ce que le mouvement perpétuel & la pierre philosophale sont pour la Méchanique et la Chymie », MT, avr. 1756, art. XXX, p. 704-705.

460 Voir Condillac, EOCH, t. I, 1-2, p. 1-43. Prades, à la question posée Quel est celui, sur la face duquel Dieu a répandu le souffle de vie, répond dans sa 1re phrase : « L’Homme, cet Estre dont les premières Idées encore informes & à peine ébauchées, naissent des sensations. C’est là que prennent leur source toutes nos connaissances », Apologie de l’abbé de Prades, p. 1.

461 La réfutation du matérialisme dans L’Anti-Lucrèce se fonde sur Descartes, auteur « d’une Métaphysique solide, lumineuse & vraiment utile aux hommes » et rejette Locke : « En vain Locke, en soutenant que la matière peut devenir pensante & que l’esprit ne pense pas toujours, a prétendu détruire les bornes qui séparent à jamais ces deux substances », Bougainville, « Discours préliminaire », p. 74-76.

462 Voir Locke, EPEH, I, 1, § 2. O. Belot s’oppose également à Leibniz et rejoint les thèses de Prades, celles aussi du Philosophe attribué à Dumarsais (« Nos philosophes sont persuadés que toutes nos connaissances nous viennent des sens », p. 177), celles de Condillac (EOCH et Traité des sensations), de Diderot (« Je suis sûr que l’homme resterait comme une bête brute, un automate, une machine en mouvement si l’usage de ses sens matériels ne mettaient en exercice les facultés de son âme. C’est le sentiment de Locke ; c’est celui de l’expérience et de la vérité », Suite de l’Apologie, p. 524) ou de Turgot (« Les connaissances les plus sublimes ne sont et ne peuvent être que les premières idées sensibles développées ou combinées […]. Les sens sont l’unique source de nos idées », Tab. ph., Œ. T., II, p. 598 et 601).

463 O. Belot cite ces mots de Rousseau : « Tout animal a des idées puisqu’il a des sens, il combine même ses idées jusqu’à un certain point, et l’homme ne diffère à cet égard de la Bête que du plus au moins » (DOI, p. 71), en commentant l’expression « du plus au moins ».

464 Réfl., p. 16. Locke distingue les « sensations […] qui naissent de la perception des objets extérieurs », communes aux hommes et aux bêtes et la « réflexion ou sens intérieur », i.e. « la perception des opérations de notre âme sur les idées qu’elle a reçues des sens », EPEH, livre II, Des idées simples (§2-§11) et Des idées complexes (§12-§23). Condillac reprend la distinction, EOCH (I, 3, p. 155-172).

465 Voir Condillac, ibid., I, 2, De la Réflexion, chap. V-VIII, p. 79-112.

466 Voir les remarques de Buffon sur le sommeil, HN, IV, De la nature des animaux et de Lucrèce De rerum natura (IV, v. 904-1024).

467 La « curiosité », suspecte à nombre d’apologétiques chrétiens, est louée par les philosophes qui l’associent aux sciences ; d’Alembert décrit les « premiers hommes […] avides de connaissances utiles » : la curiosité est « comme un besoin pour qui sait penser », DP, p. IV et, dans « Curiosité » (Enc., IV, 1754), Jaucourt la définit comme : « Désir empressé d’apprendre, de s’instruire, de savoir des choses nouvelles […]. On ne saurait trop s’y livrer puisqu’elle sert de fondement aux vérités intellectuelles, à la science & à la sagesse ».

468 Réfl., p. 32. L’« imagination » intervient ici : O. Belot prend l’exemple de la mort, utilisé par Rousseau et le réfute : « J’ai peine à croire que l’imagination de ce sauvage restât indifférente, froide & tranquille à l’aspect d’un autre sauvage qui tout à coup tomberait mort en sa présence », celui des phénomènes naturels (le cours du soleil, l’horizon) et des illusions des sens (le bâton droit dans la main mais courbe dans l’eau) traitées par Lucrèce (livre IV).

469 On trouve ces idées chez Louise Dupin dont Rousseau fut le secrétaire de 1745 à 1751 : « Il paraît aisé de convenir que les sens sont les portes de l’entendement. L’esprit et l’imagination qui en sont des parties, travaillent sur ce que les sens ont laissé entrer : dans quelques occasions, ils altèrent et barbouillent les objets ; dans d’autres occasions, ils les redressent et les distinguent », Réponse à une femme de mes amies dans Le Portefeuille de Madame Dupin, p. 120.

470 Réfl., p. 34. Pope chante la quête scientifique : « Va, créature merveilleuse, monte où les sciences te guident ; mesure la terre, pèse l’air, règle les marées ; fais voir par quelles lois les planètes errantes doivent diriger leur route », EH, Ép. II, p. 25 ; une note cite la chronologie newtonienne et l’expédition que fit Maupertuis en Laponie (1736) afin de vérifier la théorie de Newton sur l’aplatissement des pôles.

471 Réfl., p. 36 ; O. Belot accorde quatre pages à cette faculté (p. 32-36), mise en avant par Condillac (EOCH, I, 2, p. 43-78 et p. 113-138) ou La Mettrie : « Je me sers toujours du mot imaginer parce que je crois que tout s’imagine & que toutes les parties de l’âme peuvent être réduites à la seule imagination qui les forment toutes ; & qu’ainsi le jugement, le raisonnement, la mémoire, ne sont que les parties de l’âme nullement absolues mais de véritables modifications de cette espèce de toile médullaire, sur laquelle des objets peints dans l’œil sont renvoyés, comme d’une lanterne magique », L’Homme machine, Œ. ph., III, p. 141-142. Voir la nomenclature des facultés de l’esprit humain, que d’Alembert emprunte à « l’immortel […] Bacon » : « Mémoire, raison proprement dite et imagination » (DP, p. XVI). Sur l’importance accordée par Bacon à l’imagination, voir « Le rôle de l’imagination dans la constitution des savoirs », Les Facultés de l’âme à l’âge classique : imagination, entendement et jugement, dir. C. Jaquet et T. Pavlovits, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 37-53.

472 HN, III, 1749, Suite de l’histoire naturelle de l’Homme, Des sens, où est développée une perspective lockienne (p. 305-370) ; Buffon « imagine un homme tel qu’on peut croire que fut le premier homme au moment de la création mais qui s’éveillerait tout neuf pour lui-même et pour tout ce qui l’environne » ; il lui fait tenir un discours sur les différentes sensations et réflexions qui l’assaillent (p. 364-370). Dans le compte rendu critique du Discours sur les sciences et les arts par la Corr. litt. de 1754, on lit un long passage inspiré par Buffon et qui soutient une thèse contraire au futur DOI : « J’ai mis l’homme à quatre pattes dans la forêt tout à côté du lièvre ; tout d’un coup, je vis venir un orage que l’obscurité de la nuit rendait encore plus épouvantable […]. Cependant un temps calme et doux succéda à l’orage […] et le soleil rendit à la nature sa première beauté et sa tranquillité ordinaire. Je vis mon lièvre qui, ayant déjà oublié les horreurs de la nuit, n’était occupé qu’à jouir de la fraîcheur que l’orage avait répandue sur la terre […] tandis que l’homme, triste, inquiet et rêveur, ne songeant nullement au bien présent, n’était occupé qu’à chercher des moyens pour se garantir des maux auxquels il avait été exposé pendant l’orage de la nuit passée. Cela m’a suffi, j’avais assez vu pour n’être plus étonné de voir cet homme bientôt redressé sur ses deux pieds, de l’entendre parler, de voir des villes bâties, les sciences et les arts cultivés […]. La faculté de réfléchir qui est proprement la source de tous nos maux, est essentielle à l’homme et qui dit un homme, dit un être qui réfléchit […]. Il est évident que M. Rousseau a confondu l’état de l’homme et de la bête » (15 fév. 1754).

473 Voir l’EOCH et le Traité des sensations (1754) : Condillac imagine une statue privée de sens, qui reçoit d’abord l’odorat, puis l’ouïe, le goût, la vue et enfin le toucher ; les sensations, seules puis associées, provoquant plaisir et douleur, restent dans la mémoire et entraînent la comparaison donc le jugement (« dès qu’il y a comparaison, il y a jugement »).

474 « Ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre. La Nature commande à tout animal et la bête obéit. L’homme éprouve la même impression mais il se sent libre d’acquiescer ou de résister ; et c’est surtout dans la conscience de cette liberté que se montre la spiritualité de son âme : car la Physique explique en quelque manière le mécanisme des sens et la formation des idées ; mais dans la puissance de vouloir ou plutôt de choisir et dans le sentiment de cette puissance, on ne trouve que des actes purement spirituels, dont on n’explique rien par les lois de la mécanique » (DOI, p. 72) ; Voltaire notera en marge du passage mis en italiques : « Voilà une assez mauvaise métaphysique », G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 6.

475 Réfl., p. 16 et p. 21-22.

476 DOI, p. 73.

477 Réfl., p. 16-17 ; voir Condillac, Traité des sensations (1754) et l’EOCH, I, 2, chap. VI, « Des opérations qui consistent à distinguer, abstraire, comparer, composer & décomposer nos idées » (p. 82-94) et chap. VIII « Affirmer, nier, juger, raisonner, concevoir. L’entendement » (p. 106-112).

478 Réfl., p. 22-30.

479 O. Belot emploie peu le terme de « perfectibilité » ; elle lui préfère « faculté de se perfectionner » dont Rousseau use également et qu’elle commente p. 22-23.

480 Réfl., p. 23-28. « Perfectionner » signifie, selon le DAF, « rendre plus parfait […]. La lecture de bons livres perfectionne bien l’esprit ». Le terme de « perfectionner » du latin « per » (intensif) + « facere » est ambigu ; le latin « perfectus » qui signifie d’abord « qui va jusqu’au bout de sa réalisation », inclut rapidement l’idée d’amélioration.

481 DOI, p. 72 ; Rousseau en présente, comme une des preuves, l’« imbécilité » du vieillard retombant « ainsi plus bas que la bête même » ; assertion réfutée par O. Belot : « L’homme est si peu le seul qui soit exposé à cette dégradation que j’ai vu des Chiens tomber en vieillissant dans cet état d’imbécilité » (p. 28-29).

482 « C’est cette faculté distinctive qui faisant éclore avec les siècles ses lumières et ses erreurs, ses vices et ses vertus, le rend à la longue le tyran de lui-même et de la Nature », DOI, p. 72 ; « Il fallut faire bien des progrès, acquérir bien de l’industrie et des lumières, les transmettre et les augmenter d’âge en âge, avant que d’arriver à ce dernier terme de l’état de nature », ibid., p. 94 ; « Voilà donc toutes nos facultés développées […], l’esprit arrivé jusqu’au terme de la perfection », ibid., p. 104 (nous soulignons). Pour Rousseau « progrès » et « perfection » signifient « évolution », i.e. dégradation. Au XVIIIe siècle, le sens de « progrès » est d’abord matériel et proche de son étymologie, progressus (DAF : « avancement, mouvement en avant ») ; « au figuré », il signifie donc amélioration ou dégradation (« les progrès d’une maladie » et « faire des progrès rapides dans un art, une science »). Au cœur du siècle, d’Alembert l’entend positivement (DP) ainsi que Turgot (Tab. ph.).

483 Au déclenchement de ce vaste mouvement, d’Alembert place Bacon, suivi par Descartes.

484 Tab. ph., Œ. T., 1966, t. II, p. 597-611.

485 Dans son Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain (pub. posth. 1795), c’est à Turgot qu’il attribue l’invention de la « perfectibilité », même si ce dernier n’use pas du terme : « Enfin on y vit une doctrine nouvelle qui devait porter le dernier coup à l’édifice chancelant des préjugés, c’est celle de la perfectibilité indéfinie de l’espèce humaine, doctrine dont Turgot, Price et Priestley ont été les premiers et les plus illustres apôtres », IXe Époque, p. 232.

486 Réfl., p. 14.

487 « La faculté de se perfectionner ne résulte-t-elle pas de celle de penser ? » et « L’entendement qui dans l’homme est, à mon avis, la source de la perfectibilité », Réfl., p. 25 et 27.

488 Stanislas en faisait l’éloge dans sa Réponse au Discours de 1750 de Rousseau : « La curiosité naturelle de l’homme, lui inspire l’envie d’apprendre […]. Ses premières découvertes augmentent l’avidité qu’il a de savoir ; plus il connaît, plus il sent qu’il a de connaissances à acquérir ». Selon Rousseau, « L’Astronomie est née de la superstition ; l’Éloquence de l’ambition, de la haine, de la flatterie, du mensonge ; la Géométrie de l’avarice ; la Physique d’une vaine curiosité ; toutes, et la Morale même, de l’orgueil humain », DSA, 2e partie.

489 Réfl., p. 14.

490 Ibid., p. 16.

491 « L’abus que l’on peut faire d’une chose bonne en soi, n’oblige pas de conclure qu’elle est mauvaise » ; ce serait un « sophisme », ibid., p. 29.

492 Buffon, HN, III, 1749, p. 371-530 ; Maupertuis, Vénus physique (1745), Variétés dans l’espèce humaine, chap. 1-4.

493 « On voit s’établir des sociétés, se former des nations qui tout à tour dominent d’autres nations ou leur obéissent. Les empires s’élèvent et tombent ; les lois, les formes de gouvernement se succèdent les uns aux autres ; les arts, les sciences se découvrent, se perfectionnent. Tour à tour retardés ou accélérés dans leur progrès, ils passent de climat en climat », Tab. ph., p. 598.

494 Réfl., p. 71 ; elle cite la « Grèce replongée dans l’ignorance tandis que l’Italie & les Gaules en déchiraient le voile à leur tour », amplification du vers d’Horace « la Grèce vaincue conquit son farouche vainqueur et porta les arts dans le Latium rustique » (Épîtres, II, I, v. 156).

495 Mais d’Alembert traite de « gradation des progrès de l’Esprit » (p. XIX) qui s’organise de manière continue à partir de l’Antiquité et, comme terminus, « notre siècle » où « La Philosophie qui forme le goût dominant […], semble par les progrès qu’elle a faits parmi nous, vouloir réparer le temps qu’elle a perdu » (p. XXX).

496 La question est posée dès le début du texte : « Ou c’est la fin de la nature que l’homme soit un animal pensant, réfléchi, raisonnable, curieux, sociable ou ce ne l’est pas », Réfl., p. 18.

497 « Depuis le commencement, […] la créature se trouve liée à la créature, l’homme à l’homme », Pope, EH, Ép. III, p. 49.

498 Pour Montesquieu, c’est la « troisième » et « quatrième loi naturelle » : la sociabilité, née de la crainte, pousse les hommes à s’assembler ; comme le fait « ce charme que les deux sexes inspirent par leur différence », EL, I, 1, 2.

499 Voir la Suite de l’Apologie, p. 528. D’Argens écrit : « La solitude est un état qui ne nous est pas naturel. Les hommes ne sauraient se passer les uns des autres », La Philosophie du Bon sens, II, p. 296. Selon d’Alembert, « À peine commençons-nous à découvrir [les] objets, que nous découvrons parmi eux un grand nombre d’êtres qui paraissent entièrement semblables à nous […] ; d’où il résulte que nous devons trouver beaucoup d’avantages à nous unir avec eux », DP.

500 Le premier homme de la création qui s’éveille du néant, parle par la plume de Buffon : stupéfait « de voir à [ses] côtés une forme semblable à la [sienne] », il s’écrie : « je portai la main sur ce nouvel être, quel saisissement ! Ce n’était pas moi mais c’était plus que moi, c’était mieux que moi », HN, III, 1749, p. 370. Mais en 1753, Buffon, comme le fera Rousseau, distingue l’« amour moral » qu’il condamne et « l’amour physique » qu’il loue (HN, IV, Sur la nature des animaux).

501 Réfl., p. 38-42.

502 O. Belot a-t-elle en mémoire Le Mondain (1736) où Voltaire évoque plaisamment l’union d’Adam et Ève : « Que faisais-tu dans les jardins d’Eden ? / […] Caressais-tu Madame Ève ma mère ? /Avouez-moi que vous aviez tous deux / Les ongles longs, un peu noirs et crasseux, / La chevelure un peu mal ordonnée, / Le teint bruni, la peau bise et tannée ». Voltaire commente, dans une lettre à Thiériot du 24 nov. 1736 (Best. D1207), ce passage qui a scandalisé : « On suppose dans ce pernicieux libelle qu’Adam caressait sa femme dans le Paradis, et dans les anecdotes de la vie d’Adam trouvées dans les archives de l’Arche sur le mont Ararat par saint Cyprien, il est dit expressément qu’Adam ne bandait point et qu’il ne banda qu’après avoir été chassé ». Poème et lettre circulèrent sans doute chez La Popelinière.

503 « Tout en apparence a un air fabuleux. Un serpent parle. Une femme écoute. Un homme parfait & éclairé se laisse entraîner à une tentation grossière. Tout le genre humain tombe avec lui dans le Péché et dans la Mort » (Élévations) ; le passage est cité en 1755 par L. Racine dans son « Discours sur le Paradis perdu », Le Paradis perdu de Milton, I, p. LVIII.

504 Voir Le Paradis terrestre, poème imité de Milton, traduction par A.-M. du Bocage du Paradise Lost (1667) : « Couchés nuds sur des fleurs, à l’ombre des feuillages, / Les bras entrelacés, les deux jeunes Époux / S’endorment aux concerts des Rossignols jaloux ; / Les Roses sur leur lit pleuvent en abondance. / À mille autres, le jour donne bientôt naissance. / Couple heureux ! pour garder un si parfait bonheur, / Du désir de savoir préservez votre cœur », p. 31-32.

505 « Chaque sexe éprouve les mêmes désirs, se recherche & s’unit. Leur plaisir ne finit point avec les vifs embrassements ; ils s’aiment une troisième fois dans leur race », EH, Ép. III, p. 50 et EL, I, 1,2.

506 À Rousseau qui écrit que l’habitude rend les enfants chers à leur mère, O. Belot répond que « l’habitude rend également la mère chère aux enfants ». Elle lui oppose également l’idée que les enfants s’échelonnent, naturellement, dans le temps « pour une femme féconde » : elle reprend Locke (que la Note XII du DOI réfute) ainsi que Pope : « À peine les derniers nés sont-ils parvenus à la maturité de l’homme qu’ils voient ceux dont ils ont reçu la vie, incapables de s’aider. La mémoire & la prévoyance, l’une par le souvenir d’une tendre jeunesse & l’autre par la crainte d’une vieillesse infirme font naître de justes retours », EH, Ép. III, p. 51.

507 À Rousseau qui accorde à l’homme naturel la « pitié », O. Belot répond qu’elle retiendra les enfants près de la mère affaiblie par l’âge, Réfl. p. 41.

508 Ibid., p. 42.

509 Ibid., p. 43-48.

510 « Sitôt que deux, quatre, trente, mille créatures humaines commencèrent à vivre ensemble, l’agrément & la nécessité de se communiquer leurs idées, leur en suggérèrent des signes représentatifs. […] Les langues & la société ont dû commencer ensemble », Réfl., p. 43. Elle suit Locke (« Dieu ayant fait l’Homme pour être une créature sociable […] lui a donné aussi cette faculté de parler qui devait être le grand instrument et le lien de cette Société », EPEH, livre III, I, § 1, p. 496) et d’Alembert (« La communication des idées est le principe & le soutien de cette union & demande nécessairement l’invention des signes ; telle est l’origine de la société avec laquelle les langues ont dû naître », DP).

511 À rapprocher de Locke (ibid., III, 2, § 8, p. 504-505). Elle s’écarte de Condillac qui pose la primauté d’un « langage d’action » (cris, gestes, contorsions), précédant l’apparition des « mots » et des « sons articulés » (EOCH, II, 1, p. 1-221). Il illustre sa thèse par un récit qui présente « deux enfants de l’un & l’autre sexe, ayant été égarés dans le désert, avant qu’ils connussent l’usage d’aucun signe […]. Quand ils vécurent ensemble, ils eurent l’occasion de donner plus d’exercice à ces premières opérations (la perception, la conscience, l’attention, la réminiscence, l’imagination) […]. L’usage de ces signes étendit peu à peu l’exercice des opérations de l’âme & à leur tour, celles-ci ayant plus d’exercice, perfectionnèrent les signes » (p. 2-8).

512 Réfl., p. 44-45.

513 « Ce n’est pas assez pour la perfection du Langage que les sons puissent devenir signes d’idées, à moins qu’on ne puisse se servir de ces signes en sorte qu’ils comprennent plusieurs choses particulières ; car la multiplication des mots en aurait confondu l’usage, s’il eût fallu un nom distinct pour désigner chaque chose particulière », EPEH, livre III, Des mots, I, § 3, p. 497.

514 « Dès que [les enfants] savent le nom d’une chose, ils donnent ce même nom à tout ce qui ressemble un peu à cette chose », Réfl., p. 46. Condillac, de même, donne comme premiers exemples « arbre, fruit, eau, feu & autres dont on avait souvent l’occasion de parler », EOCH, II, p. 120.

515 Réfl., p. 47.

516 « Et Dieu façonna […] tous les animaux sauvages des champs et tous les volatiles du ciel, et il les emmena à Adam pour voir comment il les appellerait et toute appellation qu’Adam donna à un être vivant fut son nom » (Genèse 2, 19-20, trad. Septante) ; « Toute la terre avait une seule langue et il y avait une seule voix pour tous. […] Et le Seigneur les dispersa à partir de là sur la surface de la terre » (Genèse 11, 1 et 7-9, trad. Septante).

517 Réfl., p. 48.

518 Thèse rejetée en début du DOI : « On peut encore moins chercher s’il n’y aurait point quelque liaison essentielle entre les deux inégalités [naturelle et civile] car ce serait demander, entre autres termes, si ceux qui commandent valent mieux que ceux qui obéissent », p. 61.

519 DOI, p. 104.

520 Réfl., p. 49 : les hommes sont devenus trop nombreux, en raison de « leur multiplication », pour cohabiter. Suit-elle, en partie, Rousseau qui, dans l’article « Économie politique » de 1755, estime nécessaire de « diviser l’économie politique en populaire et tyrannique. La première est celle de tout état où règne entre le peuple et les chefs l’unité d’intérêt et de volonté ; l’autre existera nécessairement partout où le gouvernement et le peuple auront des intérêts différents et par conséquent des volontés opposées », Enc., V, p. 339.

521 « Car si le genre humain se partagea en sociétés, il est probable que l’homme le plus adroit, le plus ingénieux, le plus robuste, le plus compatissant, inspira de la confiance aux autres & les prit pour ainsi dire, sous sa protection ; s’il se dispersa en troupeau, l’homme le plus fort, le plus courageux, le plus violent, le plus farouche, inspira de la crainte à tous & les mit dans le cas ou de s’unir contre lui ou de s’unir avec lui », Réfl., p. 50 ; voir aussi p. 60.

522 Ibid., p. 49.

523 DOI, p. 82 ; mais Rousseau qui accorde à l’homme « la pitié naturelle » (p. 100), ajoute : « rien n’est si doux que lui [l’homme] dans son état primitif » ; voir la note IX : « les hommes [dans l’état de société] sont méchants ; une triste et continuelle expérience dispense de la preuve ; cependant l’homme est naturellement bon, je crois l’avoir démontré ; qu’est-ce donc qui peut l’avoir dépravé à ce point sinon les changements survenus dans sa constitution, les progrès qu’il a faits et les connaissances qu’il a acquises », p. 132.

524 Réfl., p. 82. On lit plus bas : « Qui nous garantira que [les Sauvages] voient sans envie un de leurs braves plus heureux que les autres à la chasse ou à la pêche ? Qui nous assurera qu’ils ne connaissaient ni la ruse, ni la violence […] ? Ne sachant point combiner les intérêts relatifs & ne consultant que l’intérêt propre, à force de ne s’occuper que de soi, ils doivent fréquemment s’entrenuire & plus leurs besoins sont bornés, plus leurs plaisirs sont réduits » (p. 88-89). Voir sur la « loi du plus fort », le DP de d’Alembert et « Droit naturel » de Diderot, Enc., V, 1755.

525 Voir Pufendorf, le Droit de la nature et des gens, traduit par J. Barbeyrac, Bâle, Thourneisen, 1750, I, II, 2, p. 173.

526 « S’ils se fussent dispersés indifféremment, ils n’auraient pu que se nuire », Réfl., p. 49.

527 DOI, p. 96.

528 Selon Diderot-Prades, dans l’« état de nature », les hommes forment des « troupeaux » et non des « sociétés » : « J’entends par l’état de troupeau celui sous lequel les hommes, rapprochés par l’instigation simple de la nature, comme les singes, les cerfs, les corneilles, etc., n’ont formé aucunes conventions qui les assujettissent à des devoirs ni constitué d’autorité qui contraigne à l’accomplissement des conventions et où le ressentiment […] est l’unique frein de l’injustice », Suite de l’Apologie, Œ. D., I, p. 528. Rousseau s’écarte ici de Diderot : il voit l’homme à l’« état de nature » « isolé ».

529 Chez Bossuet, l’exercice de l’autorité des gouvernants est fondée comme étant « de droit divin » (Politique tirée des propres paroles de l’Écriture sainte, 1709, III, 2) ; il se fonde sur la célèbre formule de saint Paul « nulla potestas nisi a deo » (Lettre aux Romains, XIII).

530 Rousseau envisage une double évolution : soit les hommes s’associent en « troupeau », liés « tout au plus par quelque association libre », soit ils s’opposent avec violence ou « par adresse et subtilité » afin de définir le plus fort, DOI, p. 96.

531 Réfl., p. 50.

532 Voir « Autorité politique » de Diderot : « Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. […] Toute autre autorité [que l’autorité paternelle, bornée dans le temps] vient d’une autre origine que de la nature. Qu’on examine bien, et on la fera toujours remonter à l’une de ces deux sources : ou la force et la violence de celui qui s’en est emparé ou le consentement de ceux qui s’y sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux et celui à qui ils ont déféré l’autorité. La puissance qui s’obtient par la violence n’est qu’une usurpation et ne dure qu’autant que la force de celui qui commande l’emporte sur celle de ceux qui obéissent », Enc., I, 1751, p. 898.

533 Réfl., p. 52. Elle suit Montesquieu dans sa véhémente condamnation du despotisme et s’écarte de Pope qui n’envisage pas de « tyrannie » aux débuts de l’humanité.

534 Réfl., p. 54.

535 J. Ehrard, L’Idée de nature en France à l’aube des Lumières, Flammarion, p. 292.

536 Voir C. Larrère, « Les typologies des gouvernements chez Montesquieu », Revue Montesquieu 5 (2001) p. 157-172.

537 Voltaire attribue à l’abbé Castel de Saint-Pierre l’invention du terme « bienfaisance », pourtant ancien : « Certain législateur dont la plume est féconde / […] Vient de créer un mot qui manque à Vaugelas : / Ce mot est bienfaisance, il me plaît, il rassemble / Si le cœur en est cru, bien des vertus ensemble » (6e discours, Sur la vraie vertu, 1737). C’est la « bienveillance » de Pope : « Ne fais qu’un système de bienveillance de tous les mondes, de tous les êtres raisonnables, de tous ceux qui ont vie & sentiment », EH, Ép. IV, p. 90. Le terme apparaît plusieurs fois dans les Cons. (1751) de Duclos.

538 DOI, p. 84.

539 Qui ouvre la 2e partie du DOI : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire ceci est à moi et trouve des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs, n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : Gardez-vous d’écouter cet imposteur ; Vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la Terre n’est à personne » (p. 94). Selon Locke, si la terre a été donnée en commun aux hommes, la propriété est un droit naturel, lié à la loi de conservation de l’individu ainsi qu’à son travail (avec cette réserve qu’elle peut être altérée, quand il s’agit de servir la conservation de la vie d’autrui) : « Un homme qui se nourrit de gland qu’il amasse sous un chêne ou de pommes qu’il cueille sur des arbres, se les approprie certainement par là […]. Il est visible qu’il n’y a rien qui puisse les rendre siennes que le soin & la peine qu’il prend de les cueillir et de les amasser. […] L’eau qui coule d’une fontaine publique appartient à chacun ; mais si une personne en a rempli sa cruche, qui doute que l’eau qui y est contenue, n’appartienne à cette personne seule ? », TGC, 1690 (chap. IV, De la propriété des choses, II, p. 32 et p. 34).

540 Réfl., p. 54.

541 Ibid., p. 59.

542 Ibid., p. 55.

543 Ibid., p. 83.

544 Ibid., p. 53.

545 « Les Cieux en nous mettant dans de mutuelles dépendances, maîtres, serviteurs, amis, nous ordonnent par là & nous obligent d’avoir recours les uns aux autres, en sorte que la faiblesse de chaque individu fait la force de tous », Pope, EH, Ép. II, p. 38.

546 TGC, I, IV, De la propriété des choses, p. 29 et suiv. Dans son Éloge de Montesquieu, d’Alembert écrit : « ou [les hommes] n’auraient rien à se disputer dans l’état de nature ou si la nécessité les y obligeait, on ne verrait que la faiblesse fuyant la force, des oppresseurs sans combat & des opprimés sans résistance » (Enc., V, 1755, note 1).

547 Dans la Note XV (DOI), Rousseau reprend la distinction qu’il a opérée entre « l’amour propre […], sentiment relatif, factice […] qui inspire aux hommes tous les maux qu’ils se font mutuellement et qui est la véritable source de l’honneur », et « l’amour de soi, […] sentiment naturel qui porte tout animal à veiller à sa propre conservation ».

548 « Ses désirs ne passent pas ses besoins physiques. les seuls biens qu’il connaisse dans l’univers sont la nourriture, une femelle et le repos ; les seuls maux qu’il craigne sont la douleur et la faim ; je dis la douleur et non la mort car l’animal ne saura jamais ce que c’est que mourir », DOI, p. 75.

549 Voir EH, Ép. I, p. 30-35 ; Pope y reprend un topos : « Nous naviguons diversement sur le vaste océan de la vie ; la raison en est la boussole mais la passion en est le vent » (p. 31), idée qu’exprimait Fontenelle (« Les passions sont chez les hommes des vents qui sont nécessaires pour tout mettre en mouvement, quoiqu’ils causent aussi des orages », Dialogue des morts anciens, I, Érostrate à Démétrius). Dans Le Philosophe (Dumarsais), les Stoïciens sont condamnés : « Nous voulons un homme & leur sage n’était qu’un fantôme […] ; nous voulons mettre les passions à profit ; nous voulons en faire un usage raisonnable & par conséquent possible & ils voulaient follement anéantir les passions & nous abaisser au-dessous de notre nature, par une insensibilité chimérique » (p. 200). Les Pensées philosophiques (1745) de Diderot s’ouvrent par un éloge des passions : « Il n’y a que les passions, et les grandes passions, qui puissent élever l’âme aux grandes choses. Sans elles, plus de sublime, soit dans les mœurs soit dans les ouvrages ».

550 Contrairement à Rousseau et comme Pope qui avait présenté un éloge vigoureux de l’amour propre (« force puissante » dont « l’opération est active, inspire, excite, presse », EH, Ép. II, p. 28), O. Belot loue cette « passion » qui anime tout être humain, quel qu’il soit, Réfl. p. 63. Dans l’article « Amour-propre » (Enc., I, 1751) d’Yvon, « Amour propre » et « amour de soi » se confondent. Duclos exprime un avis pragmatique : « Les hommes sont, dit-on, pleins d’amour propre. Hé bien, partons de là. Ces dispositions n’ont rien par elles-mêmes de vicieux, elles deviennent bonnes ou mauvaises par les effets qu’elles produisent », Cons., chap. I, p. 8-9.

551 Ces deux passions animent tous les hommes : « L’amour propre & la curiosité sont si bien nés avec l’homme que le Sauvage le plus grossier n’en n’est pas dépourvu », Réfl., p. 63.

552 Qui, en raison de « rapports de cœur, de caractère et d’esprit », fait succéder « au désir réciproque & passager », « l’amour qui le fait renaître & l’épure », Réfl., p. 67.

553 « Ce Sauvage n’est-il donc pas en état de faire comparaison d’une vieille avec une jeune, d’une bien faite avec une difforme ? Son imagination, quoi qu’en dise Monsieur Rousseau, avertirait ses sens, & ses sens, à leur tour, avertiraient son imagination », Réfl., p. 65. Voir La Mettrie : « Pourquoi la vue ou la simple idée d’une belle femme nous cause-t-elle des mouvements & des désirs singuliers ? Ce qui se passe alors dans certains organes vient-il de la nature même de ces organes ? Point du tout : mais du commerce & de l’espèce de sympathie de ces muscles avec l’imagination. Il n’y a ici qu’un premier ressort excité par le bene placitum des anciens ou par l’image de la beauté qui en excite un autre, lequel était fort assoupi quand l’imagination l’a éveillé », L’Homme machine (1747), Œ. ph., t. III, p. 175.

554 Le DOI (p. 87-89) et la Note X (p. 134-135) développent longuement les « désordres » provoqués par cette « passion terrible », cette « rage effrénée et brutale » qu’est « l’amour moral ». O. Belot rejette l’exemple des Caraïbes donné par Rousseau : selon elle, « ils vivent en société [où] la communauté des femmes n’exclut pas le choix », Réfl., p. 66.

555 Les autres motifs sont la raison, l’intérêt et la pitié. D’Alembert, exposant les thèses de l’EL, écrit : « L’intérêt, le besoin & le plaisir ont rapproché les hommes », Éloge de Montesquieu, Enc., V (1755), note a, p. XIII.

556 Elle évacue les questions posées par Rousseau dans sa Note IX mais s’interroge : le bonheur naît-il de la soustraction des peines ? Le sauvage, ignorant ce que la vie civile peut lui apporter, ne peut souffrir de ces manques ; mais on pourrait alors en conclure que « le néant est préférable à l’existence », hypothèse injustifiable. Naît-il de la multiplication des plaisirs ? Certes, l’homme social voit ses désirs s’augmenter et n’obtient que rarement satisfaction ; la somme des maux qu’il connaît excède-t-elle alors celle des plaisirs ? non car le lot de la vie sauvage est la « stupidité », le « défaut d’industrie » et la solitude qui entraînent « l’ennui », la « misère », les « périls » ; il faudrait donc « poser de bonne foi les inconvénients de la vie sauvage & les avantages de la société », Réfl., p. 75-76.

557 Réfl., p. 76-77 ; voir Locke : « la Raison […] enseigne à tous les hommes qu’étant tous égaux et indépendants, nul ne doit nuire à un autre » (TGC, I, p. 4) et Pope : « Soyez toujours attentif aux préceptes de la raison ; ne l’abandonnez jamais », EH, Ép. I, p. 28.

558 Réfl., p. 72.

559 Ibid., p. 80. De plus, « Il est vrai, comme l’observe Monsieur Rousseau que les lois ne changent pas les hommes mais les contiennent seulement ; il n’est pas aussi vrai (ce qu’il ajoute) qu’[…] un Pays où personne n’éluderait les lois ni n’abuserait de la Magistrature, n’aurait besoin ni de Magistrats ni de lois. […] Il faudrait pour que cela fût, qu’il n’y eût point d’hommes vicieux parmi ce Peuple supposé », ibid., p. 79.

560 D’Alembert explique ainsi l’établissement des lois : « La force du corps ayant été le premier principe qui a rendu inutile le droit que tous les hommes avaient d’être égaux, les plus faibles dont le nombre est toujours le plus grand, se sont joints ensemble pour la réprimer. Ils ont donc établi par le secours des lois & des différentes sortes de gouvernement, une inégalité de convention dont la force a cessé d’être le principe », DP, p. XIII. Selon Diderot : « C’est à la volonté générale que l’individu doit s’adresser pour savoir jusqu’où il doit être homme. […] Dites-vous souvent : Je suis homme & je n’ai d’autres droits naturels que ceux de l’humanité. Mais, me direz-vous, où est le dépôt de cette volonté générale ? […] Dans les principes du droit écrit de toutes les nations policées ; dans les actions sociales des peuples sauvages & barbares ; dans les conventions tacites des ennemis du genre humain entre eux ; […]. Vous resterez convaincu 1° que l’homme qui n’écoute que sa volonté particulière est l’ennemi du genre humain 2° que la volonté générale est dans chaque individu un acte pur de l’entendement qui raisonne dans le silence des passions […], 4° que la soumission à la volonté générale est le lien de toutes les sociétés 5°que les lois sont faites pour tous & non pour un », « Droit naturel », Enc., V, 1755.

561 Voir DOI, p. 106-107. Les raisons « spécieuses », exposées au style direct par « le riche », convainquent aisément son auditoire et « tous coururent au-devant de leurs fers, croyant assurer leur liberté [car] la Société et les lois […] détruisirent sans retour la liberté naturelle, fixèrent pour jamais la Loi de la propriété et de l’inégalité », p. 108.

562 Tout ce passage est issu de la p. 93 des Réfl.

563 Réfl., p. 81-82.

564 Ibid., p. 77-80 ; « si la vertu tient lieu de loi, la loi supplée aussi à la vertu », p. 80. Voir Montesquieu, EL, passim et art. « Droit naturel », Enc., V, 1755.

565 Réfl., p. 84.

566 Si O. Belot cite parmi les grands « génies » de l’humanité, Lycurgue, législateur spartiate auquel Rousseau se réfère souvent, elle lui joint Solon, législateur de la cité rivale, Athènes : il abolit l’esclavage pour dettes et réorganisa les classes de la population, non sur le critère de la fortune mais sur celle de la production. L’éloge des « grands hommes » est devenu un topos : proposé par Castel de Saint-Pierre, il est introduit en 1755 à l’Académie française par Duclos ; c’est un passage obligé repris dans le DP de d’Alembert (1751) et le Tab. ph. de Turgot (1750).

567 Réfl., p. 80. Notation à mettre en relations avec les troubles violents qui opposent alors parlementaires et pouvoir royal : « affaire de l’hôpital général » dès 1749 ; remontrances du Parlement de Paris en 1753 et exil des contestataires ; affrontements de 1755 à propos de l’enregistrement des lois, etc. Bernis note : « toute l’année 1756 fut marquée par des actes qui trahirent le mécontentement des Parlements et le murmure des peuples », Mémoires, 1980, p. 201. Les magistrats, outre leurs pouvoirs de justice et de police, sont alors chargés d’enregistrer les lois. Dans l’opuscule de Voltaire (1752) intégré après quelques retranchements aux Mélanges de 1756, comme Pensées sur l’administration publique, on lit : « La liberté consiste à ne dépendre que des lois » (VII) ; « Tous les hommes sont nés égaux » (X) ; « Cette égalité n’est pas l’anéantissement de la subordination : nous sommes tous également hommes mais non membres égaux de la société » (XI) ; « Le meilleur gouvernement semble être celui où toutes les conditions sont également protégées par les lois » (XII), Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, v. IV, chap. 2.

568 « Il est trop vrai que l’inégalité politique établie actuellement ne suppose pas que ceux qui commandent possèdent la force du corps ou de l’esprit, la sagesse ou la vertu en proportion de leur puissance ou de leurs richesses », Réfl., p. 50.

569 Ibid., p. 91.

570 Ibid., p. 93.

571 Selon Duclos, le « Juge plus éclairé, plus sévère » est « le sentiment intérieur qu’on appelle la conscience », Cons., chap. III, De la Probité, de la Vertu & de l’Honneur. Comme chez O. Belot, ce « sentiment » n’a aucun fondement théologique : « Je ne prétends point ici parler en homme Religieux ; la Religion est la perfection & non la base de la morale ; ce n’est point en Métaphysicien subtil, c’est en Philosophe moral qui ne s’appuie que sur la raison & ne procède que par le raisonnement. Je n’ai donc pas besoin d’examiner si cette conscience est ou n’est pas un sentiment inné ; il me suffit qu’elle soit une lumière acquise », p. 78.

572 Il s’agit d’un contrat tacite : « Ceux qui s’emparent du pouvoir par le seul droit de la naissance, du crédit et des richesses, contractent avec la société l’engagement de se conduire dans leur place comme s’ils tenaient leur supériorité du mérite », Réfl., p. 93.

573 L’importance du mérite personnel avait été soulignée par l’abbé de Saint-Pierre ; voir, par exemple, son Projet pour rendre les titres honorables plus utiles à la Patrie (1733) : le « mérite » se juge en fonction de l’utilité sociale.

574 « Si corrompu que soit un Souverain, un Grand, un Magistrat, il n’ose commettre les cruautés, les excès, les injustices dont il serait capable si les lois de son pays, les préjugés [la morale] & l’opinion publique n’étaient pas le frein de sa corruption », Réfl., p. 93. La dernière condition est, pour Rousseau, une véritable aliénation : « l’homme sociable, toujours hors de lui, ne sait vivre que dans l’opinion des autres, et c’est, pour ainsi dire, de leur seul jugement qu’il tire le sentiment de sa propre existence », DOI, p. 123 ; il opposera pourtant le jugement du Magistrat qui « juge des actions » et celui du « peuple qui est le véritable juge des mœurs » (Note XIX).

575 EPEH, 1700, livre II, XXVIII, p. 428-433 ; on y lit : « Je croy pouvoir dire que quiconque s’imagine que l’approbation ou le blâme ne sont pas de puissants motifs pour engager les hommes à se conformer aux opinions et aux maximes de ceux avec qui ils conversent, ne me paraît pas fort instruit de l’Histoire du Genre Humain ni avoir fort pénétré dans la nature des Hommes » (p. 432). Dans le Livre IV, XX, Locke, tout en soulignant les dangers de l’opinion publique, réaffirme sa valeur : le libre débat d’opinions est fondé. O. Belot ne dit mot de la loi divine et n’évoque que la loi civile et la loi de l’opinion. Pour Duclos également, une « convention tacite » sanctionne les actions condamnables par « le mépris & la honte qui [en] sont le châtiment » : c’est, en effet, « l’opinion publique qui exerce la justice […], y met des proportions exactes & fait des distinctions très fines », Cons., chap. III, p. 70.

576 Pour O. Belot, il y a soit « mérite » soit « abus ». En 1751, Turgot propose une justification de l’inégalité civile dans une lettre à Mme de Graffigny qui lui a demandé son avis à propos de la réédition des Lettres d’une Péruvienne. Il lui conseille des « additions » possibles où l’héroïne Zilia serait amenée à « détailler les causes de ces mesures tirées de l’antique constitution du gouvernement tenant à la distribution des conditions. Cette distribution des conditions est un article bien important et bien facile à justifier, en montrant sa nécessité et son utilité. – Sa nécessité parce que les hommes ne sont point nés égaux ; parce que leurs forces, leur esprit, leurs passions rompraient toujours entre eux l’équilibre momentané que les lois pourraient y mettre […]. – Que serait la société sans cette inégalité des conditions ? Chacun serait réduit au nécessaire ou plutôt il y aurait beaucoup de gens qui n’en seraient point assurés. On ne peut labourer sans avoir des instruments et le moyen de vivre jusqu’à la récolte. Ceux qui n’ont pas eu l’intelligence ou l’occasion d’en acquérir n’ont pas le droit d’en priver ceux qui les ont mérités, gagnés, obtenus par leur travail. […] Où en serait la société […] si chacun labourait son petit champ ? Il faudrait que celui-ci bâtît aussi sa maison, fît ses habits. […] De quoi vivrait l’habitant de terres qui ne produisent point de blé ? […] Liberté ! je le dis en soupirant, les hommes ne sont peut-être pas dignes de toi ! Égalité ! ils te désireraient mais ils ne peuvent t’atteindre ! », Lettre à Mme de Graffigny, Œ. T., II, p. 786.

577 « Aristote rapporte que Phaléas de Calcédoine avait imaginé une façon de rendre égales les fortunes de la République où elles ne l’étaient pas ; ils voulaient que les riches donnassent des dots aux pauvres & n’en reçussent pas & que les pauvres reçussent de l’argent pour leurs filles & n’en donnassent pas. Mais, comme dit l’auteur de l’EL, aucune république s’est-elle jamais accommodée d’un règlement pareil ? Il met les citoyens sous des conditions dont les différences sont si frappantes qu’ils haïraient cette égalité même que l’on chercherait à établir & qu’il serait fou de vouloir introduire », « Égalité naturelle », Enc., V, 1755. Diderot estime que « dans la démocratie même la plus parfaite, l’entière égalité entre les membres est une chose chimérique », « Citoyen », Enc., III, 1753. On retrouve également chez O. Belot certaines des thèses de l’article « État de nature » de Jaucourt (Enc. VI, 1756) ; le t. VI circule dès le début de l’année ; voir Grimm (Corr. litt., 15 avril et 1er mai 1756) et la mise au point faite dans l’édition des Œuvres de Quesnay par C. Théré, Loïc Charles et J.-C. Perrot, Ined, 2005, t. I, p. 127-128.

578 En 1762, la démarche de Rousseau sera différente : « Ce passage de l’état de nature à l’état civil produit dans l’homme un changement très remarquable, en substituant dans sa conduite la justice à l’instinct & donnant à ses actions la moralité qui leur manquait auparavant. C’est alors seulement que la voix du devoir succédant à l’impulsion & le droit à l’appétit, l’homme qui jusques là n’avait regardé que lui-même, se voit forcé d’agir sur d’autres principes & de consulter sa raison avant d’écouter ses penchants. Quoiqu’il se prive dans cet état de plusieurs avantages, il en regagne de si grands, ses facultés s’exercent & se développent, ses idées s’étendent, ses sentiments s’ennoblissent, son âme toute entière s’élève à un tel point que, si les abus de cette nouvelle condition ne le dégradaient souvent au-dessous de celle dont il est sorti, il devrait bénir sans cesse l’instant heureux qui l’en arracha pour jamais & qui, d’un animal stupide & borné, fit un être intelligent & un homme. […] On pourrait sur tout ce qui précède ajouter à l’acquis de l’état civil, la liberté morale qui seule rend l’homme vraiment maître de lui ; car l’impulsion du seul appétit est esclavage & l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté », Du Contrat social…, livre I, chap. VIII, « De l’état civil », p. 41-43.

579 La deuxième partie qui s’ouvre inter medias res, opère ensuite un retour en arrière : « Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire ceci est à moi et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au Genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : Gardez-vous d’écouter cet imposteur ; vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et la Terre à personne », DOI, p. 94.

580 « Bientôt [on fit] des huttes de branchages qu’on s’avisa ensuite d’enduire d’argile et de boue. Ce fut là l’époque d’une première révolution qui forma l’établissement et la distinction des familles et qui introduisit une sorte de propriété », ibid., p. 97. Puis les hommes créent des « commodités » (liées à la Métallurgie et l’Agriculture qui induit le « partage des terres », p. 101 et suiv.) qui engendrent les idées de « privation » et de « possession » (p. 98). On s’assemble : « Chacun commença à regarder les autres et à vouloir être regardé soi-même […]. Celui qui chantait ou dansait le mieux ; le plus beau, le plus fort, le plus adroit ou le plus éloquent devint le plus considéré et ce fut le premier pas vers l’inégalité » (p. 99). Enfin « dès l’instant qu’un homme eut besoin du secours d’un autre ; dès qu’on s’aperçut qu’il était utile à un seul d’avoir des provisions pour deux, l’égalité disparut, la propriété s’introduisit, le travail devint nécessaire et les vastes forêts se changèrent en des Campagnes riantes qu’il fallut arroser de la sueur des hommes et dans lesquelles on vit bientôt l’esclavage et la misère germer et croître avec les moissons » (p. 101).

581 Des vices naissent comme « l’amour moral », « l’ambition dévorante, l’ardeur d’élever sa fortune relative, moins par un véritable besoin que pour se mettre au-dessus des autres » ; ils se dissimulent sous le masque rusé de la « bienveillance » ; leur succèdent le « désordre », la violence, les « rapines », la guerre, etc., ibid., p. 105-106.

582 « Riche, il a besoin de ses services ; pauvre, il a besoin de leur secours », ibid., p. 105.

583 Rousseau en excepte la république de Sparte où, dit-il, « Lycurgue établit des mœurs qui le dispensait presque d’y ajouter des Lois », ibid., p. 117. « Lycurgue » (ou la constitution attribuée à un mythe) établit la « gérousie » (conseil dirigé par deux « rois » et composé de 28 membres exerçant à vie sans reddition de comptes), redistribue les terres, bannit les arts « inutiles » et met en place un système exigeant d’éducation.

584 Le résumé de ces différentes étapes est donné par Rousseau, ibid., p. 117.

585 L’évolution de Rousseau le conduira, en 1762, à formuler différemment son approche de la naissance de la propriété : « La première idée qu’il faut donner [au jeune Émile] est donc moins celle de la liberté que de la propriété ; […]. Il s’agit donc de remonter à l’origine de la propriété ». Suit l’épisode du petit jardin dont Émile « prend possession en y plantant une fève […]. J’augmente cette joie en lui disant : cela vous appartient […] ; je lui fais sentir qu’il a mis là son temps, son travail, sa peine, sa personne enfin ; qu’il y a dans cette terre quelque chose de lui-même qu’il peut réclamer contre qui que ce soit », Émile, livre I. La même année, il traite du sujet en fin du livre I du Contrat social : « Le droit du premier occupant, quoique plus réel que celui du plus fort, ne devient un vrai droit qu’après l’établissement de celui de propriété. […] Il faut les conditions suivantes : premièrement que ce terrain ne soit encore habité par personne ; secondement qu’on en n’occupe que la quantité dont on a besoin pour subsister ; en troisième lieu, qu’on en prenne possession, non par une vaine cérémonie mais par le travail & la culture, seul signe de propriété. […] Je terminerai ce chapitre & ce livre par une remarque qui doit servir de base à tout le système social ; c’est qu’au lieu de détruire l’égalité naturelle, le pacte fondamental substitue au contraire une égalité morale & légitime à ce que la nature avait pu mettre d’inégalité physique entre les hommes & que pouvant être inégaux en force & en génie, ils deviennent tous égaux par convention & de droit », Du Contrat social, Liv. I, IX, « Du Domaine réel », p. 46 et 51.

586 « Les Chefs devenus héréditaires s’accoutumèrent à regarder leur Magistrature comme un bien de famille, à se regarder eux-mêmes comme les Propriétaires de l’État dont ils n’étaient d’abord que les Officiers », DOI, p. 117.

587 Locke, TGC, livre I, chap. IV, De la Propriété des choses (§ VII, p. 31- 70) : « Le fruit ou le gibier qui nourrit un Sauvage […] lui appartient en propre & il en est si bien le propriétaire qu’aucun autre ne peut y avoir droit, excepté que ce fruit ou ce gibier soit absolument nécessaire pour la conservation de sa vie » (p. 31) ; « Son travail [celui de l’homme qui cueille des fruits] distingue & sépare ces fruits des autres biens qui sont communs ; il y ajoute quelque chose de plus que la Nature, la Mère commune de tous, n’y a mis ; & par ce moyen, ils deviennent son bien particulier. […] Celui qui a labouré, semé, cultivé un certain nombre d’arpents de terre, a véritablement acquis par ce moyen un droit de propriété sur ces arpents de terre » (p. 36 et 42). Mais il existe deux limites : il faut que cela soit « pour le soutien de son être » et qu’« on ne fasse tort à qui que ce soit » (p. 60).

588 Réfl. p. 92.

589 DP, p. IV.

590 Réfl., p. 92 ; il peut même être « massacré ».

591 Pour Locke, « autant d’arpents de terre qu’un homme peut labourer, semer, cultiver, & dont il peut consommer les fruits pour son entretien, autant luy appartient. […]. Et il ne sert à rien d’alléguer que chacun y a autant de droits que luy […]. Car le Créateur & la Raison luy ordonnent de labourer la terre, de la semer […], de la cultiver pour l’avantage, la conservation & le plaisir de la vie », TGC, I, 1, IV, § VIII, p. 37.

592 Réfl., p. 92.

593 Malgré son dénuement, la vie du paysan misérable est, selon elle, moins pénible que celle du Sauvage, ibid.

594 Obs. NT, p. 2-3. Les passages cités supra des Réfl. s’inspirent de La Fontaine et de La Bruyère qu’elle évoque dans la « Préface » des MLA (p. II).

595 On lit dans les Obs. NT ce passage qui renvoie tant au DOI qu’aux Réfl. : « Peut-être, s’il était question de disserter sur l’inégalité naturelle & sur l’inégalité morale, on les trouverait souvent déplacées ; peut-être que si l’on voulait former une société nouvelle & combiner un Bon Gouvernement, il serait mieux de ne pas admettre ces distinctions héréditaires. Certaines actions d’éclat, certaines qualités utiles, certaines vertus brillantes les obtinrent dans leur origine ; mais peut-on disconvenir que souvent le signe existe, lorsque la chose n’existe plus ? » (p. 29-30).

596 Les Grands dont le « faste » est stigmatisé, sont incarnés par Araminte, Réfl., p. 85 ; Duclos use, de manière récurrente, du terme « faste » : « Plus élevés que puissants, un faste ruineux met [les Grands] continuellement dans le besoin des grâces […]. Le faste d’un Seigneur en impose au malheureux même qui en fait les frais […]. Les Grands sont si persuadés de la considération que le faste leur donne aux yeux même de leurs pareils, qu’ils font tout pour le soutenir », Cons., chap. V, « Sur les Grands Seigneurs », p. 145-146 et 152-153. Sur les Grands, voir aussi Mes Loisirs (1755) de d’Arcq : « FASTE : Bien des gens croient ajouter à leur grandeur ce qu’ils ajoutent à leur faste. S’ils réfléchissaient sur la multitude de ceux dont ils ont besoin pour construire cette grandeur apparente, ils se trouveraient bien petits » (p. 82) ; « NOBLESSE : […] Homme de qualité, homme de condition, gentilhomme, homme noble, homme anobli ; qu’est-ce que ces divers degrés de Noblesse supposent ? Ne dirait-on pas à leur multitude que les hommes ont craint d’être égaux & qu’ils n’ont su mettre d’autre différence entre eux que celle de quelques années & de quelques charges de plus ou de moins dans leurs familles ? » (p. 146).

597 L’Esprit de Montaigne (1753) donne cet extrait des Essais : « Du masque et de l’apparence, il ne faut pas faire une essence réelle, ni de l’étranger, le propre. Nous ne savons pas distinguer la peau de la chemise. C’est assez de s’enfariner le visage sans s’enfariner la poitrine », t. I, p. 306.

598 D’Alembert en traite également : les plus faibles des hommes (et les plus nombreux), voulant effacer l’inégalité naturelle ou loi du plus fort, mettent en place une « inégalité de convention » et « se réunissant avec raison pour la conserver, n’ont pas laissé de réclamer secrètement contre elle par ce désir de supériorité que rien n’a pu détruire en eux. Ils ont donc cherché une sorte de dédommagement dans une inégalité moins arbitraire & […] ils ont été réduits à chercher dans la différence des esprits un principe d’inégalité aussi naturel, plus paisible & plus utile à la société. Ainsi la partie la plus noble de notre être s’est en quelque manière vengée des premiers avantages que la partie la plus vile avait usurpée ; & les talents de l’esprit ont été généralement reconnus pour supérieurs à ceux du corps », DP, p. XIII.

599 Réfl., p. 85.

600 Voir Pope : « Mais pourquoi vouloir l’extérieur, plutôt que l’intérieur ? », EH, Ép. IV, p. 78. Voltaire ouvrait ainsi son Discours « Sur l’égalité des conditions » : « Tu vois, cher Ariston, d’un œil d’indifférence / La grandeur tyrannique et la fière opulence. / […] Les mortels sont égaux ; leur masque est différent » et concluait : « Ah ! Du destin d’autrui ne soyons pas jaloux : / Gardons nous de l’éclat qu’un faux dehors imprime » car « Dieu nous pesa tous dans la même balance ».

601 Pour d’Alembert, la « fierté juste & nécessaire devrait faire toujours le caractère des gens de lettres »« Préface », Enc., III, 1753 ; le terme est souligné par Grimm qui, dans son compte rendu, use par deux fois du terme à propos de d’Alembert et de Diderot, Corr. litt., nov. 1753.

602 L’expression se trouve dans la notice « AMOUR PROPRE » de d’Arcq, Mes loisirs, p. 37.

603 « Ou elle est fondée sur le mérite & alors elle est juste ; ou elle résulte de quelque abus qui s’est introduit, alors elle est nulle aux yeux de l’amour propre bien entendu et de la fierté philosophique », Réfl, p. 85. Pope est plus extrême : « Il y a & il doit y avoir des hommes plus puissants que les autres, plus riches, plus habiles » (EH, Ép. IV, p. 67), sans que cette inégalité ait quelque rapport avec le bonheur.

604 Est cité in extenso le passage incriminé de Rousseau qui détourne le « suave mari magno » de Lucrèce (dans le De natura rerum, II, 1, le passage vise l’humanité « aveugle »). Selon Rousseau, « C’est la réflexion qui […] sépare [l’homme] de tout ce qui le gêne et l’afflige. C’est la Philosophie qui l’isole ; c’est par elle qu’il dit en secret, à l’aspect d’un homme souffrant, péris si tu veux, je suis en sûreté », DOI, p. 86. Passage dont il dira que Diderot l’a inspiré ; pourtant, déjà en 1753, il stigmatisait le philosophe : « le goût de la philosophie relâche tous les liens d’estime et de bienveillance qui attachent les hommes à la société », « Préface », Narcisse, p. XVIII.

605 « Lorsque cet homme si peu digne d’envie, n’a ni faim, ni soif, ni sommeil, ni désir de se reproduire, il est mort : il n’a plus d’existence », Réfl., p. 90. Si la réflexion rend l’homme malheureux, ce serait dire qu’« un roseau est plus heureux qu’un homme dans l’état de pure nature », ibid. ; on songe au « roseau pensant » de Pascal.

606 Réfl., p. 90.

607 Ibid., p. 57.

608 Ibid., p. 77.

609 De Dumarsais (NLP, 1743, p. 173-204).

610 Ibid., p. 201.

611 « L’homme n’est point un monstre qui ne doive vivre que dans les abîmes de la mer ou dans le fond d’une forêt […]. Notre philosophe ne se croit pas en exil dans ce monde ; […] il veut trouver du plaisir avec les autres & pour en trouver, il faut en faire […]. Notre philosophe qui sait se partager entre la retraite & le commerce des hommes est plein d’humanité », « Philosophe » (qui reprend le texte de 1743), Enc., XII, 1765, p. 510.

612 DOI, p. 121.

613 « Le Despotisme élevant par degrés sa tête hideuse et dévorant tout ce qu’il aurait aperçu de bon et de sain dans toutes les parties de l’État, parviendrait enfin à fouler aux pieds les Lois et le Peuple et à s’établir sur les ruines de la République […] ; tout serait englouti par le Monstre ; et les Peuples n’auraient plus de chefs ni de Lois mais seulement des Tyrans », DOI, p. 121.

614 Dans le DP, d’Alembert, évoquant l’ordre encyclopédique des savoirs, écrit : « Ce dernier consiste à les rassembler dans le plus petit espace possible & à placer, pour ainsi dire, le Philosophe au-dessus de ce vaste labyrinthe dans un point de vue fort élevé d’où il puisse apercevoir à la fois les Sciences et les Arts principaux ; […]. C’est une espèce de Mappemonde qui doit montrer les principaux pays, leur position & leur dépendance mutuelle, le chemin en ligne droite qu’il y a de l’un à l’autre », p. XIV.

615 Dans son Tab. ph. (1750), Turgot expose la marche de l’esprit vers la lumière, malgré des pauses, voire des reculs lors des époques de « barbarie » : « Différentes suites d’événements naissent dans les différentes contrées du monde et toutes, par autant de routes séparées, concourent enfin au même but, à relever l’esprit humain de ses ruines », Œ. T., 2, p. 608-609.

616 Voir Réflexions sur l’esprit humain, MF, avril 1755 (p. 31-44). Y sont distinguées deux catégories de « bienfaiteurs du monde » : les philosophes comme « Descartes, Newton, Malebranche et Locke » et les « grands génies » comme Corneille et Racine, tous sans qui « le passage de tant de conquérants aurait condamné la terre à rester ignorante et féroce » ; le texte a été lu à l’Académie française en 1749.

617 Réfl. p. 95.

618 Ce passage est-il à mettre en relation avec celui sur le « matérialisme » et les nombreux passages sur le mouvement qui anime sans cesse la matière ? Dans les Réfl., le « Créateur » n’est mentionné que deux fois, au contraire de l’EH de Pope où le terme est récurrent. Dumarsais écrit : « la Raison est à l’égard du philosophe ce que la Grâce est à l’égard du chrétien », Le Philosophe, p. 75.

619 « Le philosophe est un honnête homme qui agit en tout par raison, et qui joint à un esprit de réflexion et de justesse, les mœurs et les qualités sociales », ibid., p. 200.

620 Ce terme et les suivants sont contenus dans les 1re et 2e phrases de l’exorde. La femme ne fait-elle pas partie du « genre humain » auquel Rousseau s’adresse ? Voir Réfl., p. 1.

621 Voir A. Évain, « Histoire d’autrice, de l’époque latine à nos jours », Séméion, 6 « Femmes et langues », 2008 et www.siefar.org, rubrique « La guerre des mots ».

622 JD, I, p. 126-131. La qualification d’« autrice », réclamée pour toutes celles qui participent à la République des Lettres, est adressée « à tous les hommes » et particulièrement aux membres de « l’Académie », auxquels il ne faut pas être « soumise, à moins qu’ils s’accordent avec la raison ». Car « La négligence, je dirai même l’injustice, a été poussée au point que, jusqu’aux termes des arts auxquels quelques femmes s’appliquent, les qualifications leur ont été refusées, comme si ces cas étaient trop peu fréquents pour qu’il fût nécessaire d’en usiter les dénominations. Suffira-t-il toujours, sans fondement, de s’appuyer seulement sur l’usage s’il est vicieux ? », ibid., p. 127-128. Le périodique, créé en 1759, est dirigé par La Louptière jusqu’en oct. 1761 où il est remplacé par Mme de Beaumer qui entendait montrer que les femmes possèdent « la faculté de penser et d’écrire » (JD, oct. 1761, III, p. III).

623 « Elles égalent au moins les hommes qu’elles surpasseraient sans doute, si on n’avait pas cherché, par la tâche qui leur est confiée dans la société, à les éloigner des sciences & des travaux littéraires », JD, fév. 1762, p. 127.

624 Surtout celles qui traitent des sciences et de la philosophie. Voir É. Badinter : « Dans la seconde moitié du siècle, la République des lettres est moins misogyne que jadis […], du moins dans le domaine littéraire. Car la philosophie et les sciences font figure de cités interdites. […] Pas une seule femme ne figure parmi les rédacteurs de l’Enc., pas même pour rédiger l’article qui les concerne et qui a été honteusement bâclé par le dramaturge Desmahis […]. Deux raisons à cette absence […] : l’éducation misérable que l’on dispense aux filles et l’interdiction absolue de paraître des intellectuelles », Les Passions intellectuelles, II, Exigence de dignité (1751-1762), chap. IV, p. 293-294.

625 La création de ce terme, alors inexistant, est un néologisme également réclamé par « Melle Corr*** ».

626 Est-ce parce que la première est reconnue (elle fait partie d’académies de province et de l’étranger) et qu’on associe au nom de la deuxième La Femme n’est pas inférieure à l’homme (1750) ? Sur cette attribution, voir C. Garnier, « La Femme n’est pas inférieure à l’homme (1750) : œuvre de Madeleine Darsant de Puisieux ou simple traduction française ? », qui mentionne la note de 1750 de Berryer, lieutenant général de police, selon laquelle la dame de Puisieux « a présenté un manuscrit traduit de l’anglois qui est une apologie des femmes » RHLF, 1987, juillet-août, p. 709-713. Sur cette traduction d’un ouvrage anglais paru en 1739 et inspiré de Poullain de la Barre (De l’égalité des deux sexes, 1673), voir G. Leduc, Réécritures anglaises au XVIIIe siècle de L’Égalité des deux sexes (1673) de François Poullain de la Barre. Du politique au polémique, L’Harmattan, 2010.

627 Oser poser la question des conceptions de Rousseau sur « les femmes » ? La bibliographie, contrastée, est trop importante pour être citée ici. On renvoie à l’ouvrage de Y. Seïté, Rousseau Henriette, Correspondance (1764-1770), Manucius, 2014 : Henriette qui trouve son bonheur dans « l’étude », interroge douloureusement Rousseau sur sa condamnation de celle-ci pour les femmes.

628 Problème sur les femmes, traduction anonyme (Meusnier de Querlon ?) de 1744 de la Dissertatio nova – dite ensuite perjucunda – qua probatur mulieres non homines esse (texte de 1595, Dissertation nouvelle – très amusante – par laquelle on prouve que les femmes ne sont pas des êtres humains, attribuée, malgré ses dénégations, à Valens Acidalius). Il s’agit d’une critique des Sociniens à qui était attribuée l’affirmation absurde selon laquelle les femmes, ne possédant pas d’âme, ne pouvaient prétendre au titre d’êtres humains ; mais la démarche, mal comprise, donne lieu à de plaidoyers en faveur des femmes, comme la Defensio sexus muliebris de Geddicus, maintes fois rééditée.

629 Aussitôt éditée, cette brève comédie du jeune dramaturge (1723-1761) est jouée avec succès à partir du 31 août 1750 : « Cette bagatelle qui était une satire violente contre les femmes, réussit beaucoup » (Raynal, Nouvelles littéraires, 8 mars 1751) ; Collé note que « Dès la seconde représentation, on ôta plusieurs traits outrés, à ce qu’on disait, contre les femmes et qui n’ont point été imprimés ; je les regrette, ils étaient plaisants et vrais : on ne peut guère dire à présent rien d’outré contre les femmes », Journal des savants, éd. 1807, p. 269.

630 Comédie publiée dans le MF, déc. 1750, p. 29-87 ; c’est la reprise abrégée en un acte de la Nouvelle Colonie ou la ligue des femmes, jouée sans succès en 1729.

631 Dissertation sur la question Lequel de l’homme ou de la femme est plus capable de constance ou LA CAUSE DES DAMES, soutenue par Mlle Archambault, 1750. Six textes sont réunis sur quelque 150 pages : trois de M.L.L.R., auteur masculin qui affirme l’infériorité des femmes et trois réponses contradictoires de Mlle Archambault.

632 Texte anonyme intitulé La femme n’est pas inférieure à l’homme, traduit de l’anglais, [Londres], 1750 ; voir supra.

633 Le Triomphe des Dames traduit de l’anglais de Miledi P***, [Londres], 1751.

634 Lettres d’une Péruvienne, Lettre XXXIV.

635 Dans l’Essai sur les femmes, Œuvres de Mme la marquise de Lambert, p. 179.

636 T. II, p. 130.

637 Voir, par exemple, la scène IV : la « savante », nommée Araminte dans la première version, « femme respectable par sa naissance et par ses talents », y cite « du ton d’une personne qui réciterait de mémoire », Descartes, Newton, Leibniz, Euclide ou Pindare ; elle affirme que « les savants de nos jours […] sont convenus de déférer en tout au jugement des femmes & ce n’est pas une légère preuve des progrès de l’Esprit philosophique », Théâtre et Œuvres de M. Palissot, 1763, t. I, p. 31-32. Le personnage emprunte, sans doute, à plusieurs modèles dont É. du Châtelet, Louise d’Épinay ou Françoise de Graffigny ; voir D. Delafarge, La Vie et l’œuvre de Palissot, Slatkine reprints, 1971, p. 46-47 et E. Showalter, « “Madame a fait un livre” : Madame de Graffigny, Palissot et Les Philosophes », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 23, 1997, p. 109-125.

638 Le Triomphe des dames, rédigé par un géographe, Philippe de Prétot (1710-1787) ; la brochure de 23 pages, louée dans le MF (juin 1755, p. 84), se clôt sur l’intervention de la Marquise de C*** : « Nous aurons, aussi bien que les hommes, des Écoles publiques », projet qui « ne présente rien qui soit défendu par les lois ou règlements de la Monarchie ; [cela] n’est point contraire à la loi salique » (p. 22). Son propos se termine par un hommage à trois femmes scientifiques : É. du Châtelet, une demoiselle Lemire (Mme Julien, mathématicienne dont le MF de mars 1755, p. 71- 72, a présenté Le Quadricide) et « Mademoiselle d’Agnesi [qui] professe publiquement les Mathématiques à Bologne » ; Maria d’Agnesi (1718- 1799) enseigne, depuis 1750, à cette université.

639 Le GENIE DU MANS, Songe de Madame la comtesse de… s’engage en faveur de la création d’une Académie mixte au Mans : « Notre sexe n’y contribuera pas peu : il est vrai que les dames, dans l’esprit d’un philosophe atrabilaire [Rousseau ?], sont seulement de jolis automates : s’il s’abaisse jusqu’à sourire à nos appas, il admire des miniatures qu’il ne peut censément estimer. […]. Quoique nous ayons donné plus d’une preuve de notre capacité, l’injustice de son jugement subsiste toujours ; mais aussi est-elle sans conséquence. Le bon sens n’est d’aucun sexe », MF, juin 1755, I, p. 51. En déc. 1755, on lit dans une Ode à Melle… sur son goût pour la philosophie (I, p. 64-67) : « Iris est indignée / Des limites qu’on lui prescrit ; / […] Capable des hautes sciences, / Les plus sublimes connaissances / Pour elle ont des appas flatteurs. / Tout cède à son heureux génie / Et l’abstraite philosophie / Ne lui présente que des fleurs. / Venez, Dilèmes, Syllogismes ! / Votre nom n’effarouche pas ; / Épichérèmes & Sophismes, / On ne vous croit plus sans appas. / Iris, de vos règles instruite, / Des préjugés & de leur suite / Aime à voir la futilité. / […] D’une savante incomparable [une note précise qu’il s’agit de « Madame la Marquise du Châtelet »] / Imitant les nobles efforts, / Comme elle, vous joignez l’aimable / Aux plus héroïques transports. / Vous passez de la cour des Grâces / À l’auditoire de Platon / Et faites une égale estime / […] / Du dieu des cœurs & de Newton », p. 65-66.

640 Titre donné au chap. IV du t. II des Passions intellectuelles, p. 292- 334. Sont retenues deux « femmes de lettres » (A.-M. du Bocage et F. de Graffigny), une philosophe (L. d’Épinay) et deux « femmes savantes » (G. Thiroux d’Arconville et R. Lepaute). ; sur É. du Châtelet et L. d’Épinay, voir aussi Émilie Émilie, L’ambition féminine au XVIIIe siècle (1983).

641 Le 1er exprime le point de vue de l’« anthropologie », le 2e, de Jaucourt, celui du « droit naturel », le 3e, de Desmahis, celui de la « morale » et le 4e de Boyer d’Argis, celui du « juridique ».

642 « J’indiquerai de temps en temps, selon ma coutume, quelques articles remarquables (du tome VI de l’Enc.) : Femme, article de M. Desmahis ; Fat, du même, etc. », Corr. litt., 1er mai 1756.

643 Voltaire signale à d’Alembert que l’art. « Femme » est imprimé dans les journaux locaux comme la Gazette de Genève (lettres des 13 et 29 nov. 1756) ; ce dernier en admet la pauvreté (13 déc. 1756). En 1758, Voltaire écrit à Diderot : « J’attends avec impatience votre nouveau tome de l’Encyclopédie […]. Je me flatte que vous ne souffrirez plus des articles tels que Femme et Fat ni tant de vaines déclarations, ni tant de puérilités et de lieux communs sans principes, sans définitions, sans instruction » (le 16 nov. 1758, Best. D7943).

644 Voir infra.

645 Le ton surprend dans la Corr. litt. qui abonde en sarcasmes sur les capacités intellectuelles des femmes. Louise d’Épinay, la « belle philosophe » de Voltaire, devenue la maîtresse de Grimm en 1755, donne, à partir de 1756, des contributions non signées (voir U. Kölving, « La présence de Mme d’Épinay dans la Correspondance littéraire : l’apport de la nouvelle édition », L’Œuvre de Mme d’Épinay, Écrivain Philosophe des Lumières, J. Domenech éd., L’Harmattan, 2010, p. 209-220). É. Badinter voit ici un article à quatre mains, rédigé par Grimm et L. d’Épinay, Les Passions intellectuelles, p. 314. Grimm semble s’être chargé de la critique de Buffon : le même esprit avait animé son compte rendu du passage concerné de l’HN (IV, 1753, extrait de Sur la nature des animaux) : « Au risque de passer pour un homme épris, je dirai que le moral de cette passion est précisément ce que nous avons de plus délicieux, et de plus admirable, de préférence sur les animaux » (1er oct. 1753).

646 Dans la L. à d’A., Rousseau affirmera que le théâtre donne une image trompeuse de la femme qu’il présente comme « aimable et vertueuse », comme dans la Cénie de F. de Graffigny. Une note précise : « Ce n’est pas par étourderie que je cite Cénie en cet endroit, quoique cette charmante pièce soit l’œuvre d’une femme. Car, cherchant la vérité de bonne foi, je ne sais point déguiser ce qui fait mon sentiment & ce n’est pas à une femme mais aux femmes que j’ai refusé les talents des hommes. J’honore d’autant plus volontiers ceux de l’Auteur de Cénie en particulier, qu’ayant à me plaindre de ses discours, je lui rends un hommage pur et désintéressé, comme tous les éloges sortis de ma plume. », note (g), p. 78.

647 Dans la 1re édition (1751).

648 JD, « Avant-Propos », oct. 1761, III, 1re partie, p. III. Allusion à l’épigraphe célèbre empruntée à Ovide du DSA où il se présentait perçu comme un « barbare » (« Barbarus hic ego sum… ») ? Dans ce numéro de 1761, « le Traité de l’Éducation, par M. Rousseau de Genève » est annoncé avec réticence : « On s’attend à trouver dans cette production des idées neuves & hardies, le ton sublime de la vérité & de la vertu, un Spartiate que n’a point gâté la Cour de Perse ; mais si l’on prédit d’avance le succès de M. Rousseau, ne peut-on avouer avec la même sincérité qu’on craint que ce bel ouvrage ne soit altéré par des singularités qui sont purement des jeux d’esprit ; l’Écrivain qui nous a renvoyés manger du gland sous les chênes, n’aura-t-il pas eu quelquefois des idées bizarres sur l’Éducation […] ? », p. 63-64.

649 La L. à d’A. s’écarte souvent de son sujet – le théâtre – pour consacrer de longs passages aux « femmes ».

650 Dans La Nouvelle Héloïse, on renvoie particulièrement à la lettre XXI (2e partie) sur les Parisiennes et dans Émile, aux livre IV et surtout V (consacré à Sophie).

651 R. Trousson choisit d’ouvrir son livre de 2000 par deux extraits de lettres d’admiratrices de Rousseau : Mme de Créqui, à la suite des véhémentes critiques par Marmontel de la L. à d’A. (MF, nov. et déc. 1758, p. 90- 131 et 92-129 ; surtout janv. 1759, 1, p. 75-99 et 2, p. 74-124), écrit, en janvier 1759, à Rousseau : « Marmontel vous réfute et les femmes sont irritées contre vous. […] Votre ouvrage a eu plein succès. […] Laissez dire tous ces oisons-là et pensez que jamais vous ne donnez quatre lignes qu’elles ne fassent sensation » ; le 10 mars 1761, Mme de Verdelin lui adresse, à propos de La Nouvelle Héloïse, ce compliment : « À Paris, mon voisin, à Constantinople, dans les déserts d’Afrique, partout où il y a des êtres pensants, vous trouverez des admirateurs de Julie et des gens pleins de reconnaissance pour celui qui nous l’a fait connaitre ».

652 Textes publiés par T. Dufour, AJJR, 1901, I, p. 202-205 et 209-212.

653 L’autre est celle de La Popelinière (Conf., VIII). Louise Dupin, épouse d’un fermier général, tint un salon important qui, à son apogée dans les années 1740-1750, fut fréquenté par Voltaire, Marivaux, Buffon, Montesquieu, Marmontel, Bernis, Grimm, etc. ; on y note la présence des Trudaine et de leur fils Trudaine de Montigny, ami d’O. Belot. Elle emploie Rousseau comme secrétaire du début 1746 à la fin 1750.

654 Castel de Saint-Pierre, qui la surnommait « Plotine » (épouse de Trajan et mère d’Hadrien, connue pour sa culture, son intelligence et son investissement politique), lui écrit dans sa Lettre sur les femmes : « Si rien n’est plus légitime, Madame, que vos plaintes sur l’injustice vis-à-vis de votre sexe et la dureté du refus que l’on vous fait, depuis tant de siècles, de vous élever aux sciences, aux arts, de vous faire part au gouvernement politique ou militaire, rien en même temps n’est plus facile à démêler que les raisons de cette conduite : vous en trouverez la source dans notre jalousie, dans la crainte de vous voir nous devancer dans cette carrière si elle vous était ouverte », Le Portefeuille de Mme Dupin, p. 269-270. Louis Dupin a également travaillé à un ouvrage Sur l’amitié et à des Réflexions sur l’EL.

655 Ces pages de Louise Dupin et de Rousseau ne seront décrites et analysées qu’au XXe siècle par A. Sénéchal dans « Rousseau secrétaire de Mme Dupin d’après des documents inédits, avec un commentaire des papiers Dupin dispersés en 1957-1958 », AJJR 36 (1963-1965), p. 173-259. Mme Dupin « avait conçu le projet de défendre et de venger son sexe dans un ouvrage sur les femmes. […] Elle avait rassemblé quantité de documents, fouillé dans beaucoup de bibliothèques, consulté tous les livres traitant de femmes célèbres ; plus encore : elle compulsa les lois et les ordonnances qui ont réglé les droits des femmes depuis les temps les plus reculés […] ; elle mettait une grande ardeur à ce gigantesque travail », Le Portefeuille de Mme Dupin, p. 15-16.

656 Conf., VII, Œ. R., I, p. 341-342.

657 Bayle pointe l’ambiguïté du terme français « homme » dans l’art. « Geddicus » (Dictionnaire historique et critique) : « Cela s’exprime en latin beaucoup plus heureusement qu’en français : car autant il est ridicule de soutenir en latin mulieres non esse homines, autant il est ridicule en notre langue de soutenir que les femmes sont des hommes ». Après la traduction de 1744 (voir supra), une nouvelle version, attribuée à Charles Clapies, paraîtra en 1766 (Paradoxe sur les femmes où l’on tâche de prouver qu’elles ne sont pas de l’espèce humaine), dotée d’une longue introduction et de notes. Le parti de l’auteur est clair : la page de titre s’orne ironiquement d’une citation de Boileau et l’introduction, « Étrennes pour les femmes », s’ouvre sur un pastiche de la Lettre sur la musique de Rousseau. Puis l’auteur reprend Voltaire (« Nous sommes au temps, j’ose le dire, où il faut qu’un Poète soit philosophe et où une Femme peut l’être hardiment », « À Mme du Châtelet », Alzire, 1736) : « Devenez Philosophes à votre tour, car nous sommes au temps où les femmes peuvent l’être hardiment ». En 1767, paraît une apologie des femmes, courte réfutation reposant sur un nouveau contresens : Le Triomphe des Dames ou le Paradoxe de 1766 confondu, par Mme Doyen, Veuve de la Fontaine.

658 DOI, p. 87-89.

659 Ibid., p. 96-99.

660 Note VIII (p. 131-132) sur les « mamelles » des animaux qui conclut que l’espèce humaine est naturellement frugivore ; Note IX (p. 132-138) où sont évoqués « les moyens honteux d’empêcher la naissance des hommes et de tromper la Nature » ; longue Note XII (p. 144-148) qui expose une réfutation en quatre points de la thèse de Locke dans le TGC : 1° l’argument de Locke sur l’aide nécessaire du père à l’enfant est « moral » et donc non acceptable ; 2° à Locke qui affirme que la femme « est derechef grosse » et que les enfants se succèdent, Rousseau répond que la femme n’a « que deux mamelles et un enfant à la fois » ; 3° qu’à l’« état de nature », les enfants sont rares, en raison du caractère « fortuit » de la rencontre des sexes ; 4° qu’aucun lien ne peut se tisser entre la mère enceinte et le père car tous deux ignorent que de leur rencontre naîtra un enfant ; que le désir féminin est plus rare que le masculin, « supposé que la femme soit pressée du même appétit pendant l’état de grossesse, de quoi l’on peut raisonnablement douter », p. 148.

661 Publié dans le tome V de nov. 1755, il sera republié en 1758, sous le titre de Discours sur l’économie politique.

662 DOI, p. 94 ; d’ailleurs, « Le besoin satisfait, les deux sexes ne se reconnaissaient plus, et l’enfant même n’était plus rien à la mère sitôt qu’il pouvait se passer d’elle ».

663 Point de vue ici majoritairement androcentrique : « Ses désirs ne passent point ses besoins physiques. Les seuls biens qu’il connaisse dans l’Univers, sont la nourriture, une femelle et le repos » (DOI, p. 73) et « Toute femme est bonne pour lui » (ibid., p. 88) ; il n’existe alors aucun conflit amoureux car « dans l’espèce humaine […], le nombre des femelles surpasse généralement celui des mâles » (ibid., p. 89) et celles-ci sont toujours disponibles ; s’il existe des affrontements, ils sont moins violents que ceux que produit la société civile ».

664 Voir G. R. Havens, Voltaire’s marginalia, p. 12 ; dans sa facétie de 1768, Femmes, soyez soumises à vos maris, la maréchale de Grancey dira son indignation à la lecture de cette injonction de saint Paul. On lit dans le DOI : « Il est facile de voir que le moral de l’amour est un sentiment factice, né de l’usage de la société & célébré par les femmes avec beaucoup d’habileté & de soin pour établir leur empire & rendre dominant le sexe qui devrait obéir » (nous soulignons), p. 88.

665 Le point de vue est majoritairement masculin (« Amants », « Époux »).

666 Point de vue ici encore androcentrique.

667 « Mais il se présenta bientôt des difficultés », ibid., p. 95 ; sans que rien ne soit dit de la nature ni de l’origine de celles-ci, Rousseau peint les « premiers progrès » de l’homme se dotant d’armes, se livrant à la pêche et la chasse, construisant des huttes de branchage puis des cabanes, ibid., p. 95-97. Les citations suivantes sont issues de la p. 98.

668 Selon Jaucourt, la sphère familiale est plus large : « L’état de famille produit diverses relations très importantes ; celle de mari & de femme ; de père, de mère & d’enfants, de frères & sœurs & de tous les autres degrés de parenté qui sont le premier lien des hommes entre eux », « Famille (droit naturel) », Enc., VI, 1756.

669 DOI, p. 112 ; le passage fait écho à l’article « Économie » de l’Enc. : « Rien au monde n’est plus éloigné de l’esprit féroce du Despotisme que la douceur de cette autorité qui regarde plus à l’avantage de celui qui obéit qu’à l’utilité de celui qui commande ; que par la Loi de Nature, le Père n’est le maître de l’Enfant qu’aussi longtemps que son secours lui est nécessaire, qu’au-delà de ce terme ils deviennent égaux et qu’alors le fils, parfaitement indépendant du Père, ne lui doit que du respect, non de l’obéissance. » On trouve cette conception du lien paternel chez Locke, TGC, V, « Du pouvoir paternel », VIII, p. 79-80, et chez Diderot, art. « Autorité », Enc., I (1751). Un ajout de Rousseau, à l’édition de 1782, à la Note IX exposera les méfaits d’une autorité paternelle mal entendue.

670 EL, I, 2, « Des Lois de la Nature », p. 9. La première loi est la recherche de la paix, la deuxième celle de sa propre conservation, la quatrième celle de la sociabilité.

671 Article « Famille (droit naturel) », Enc., VI, 1756.

672 DOI, p. 99.

673 « Ce fut alors que s’établit la première différence dans la manière de vivre des deux sexes qui jusqu’alors n’en avaient qu’une. Les Femmes devinrent plus sédentaires et s’accoutumèrent à garder la cabane et les enfants, tandis que l’homme allait chercher la subsistance commune », ibid., p. 98.

674 DOI, p. 101.

675 Voir infra.

676 « D’où vient cette différence, si ce n’est que la Nature qui impose aux femmes une vie sédentaire & casanière, en prescrit aux hommes une toute opposée. […] Dans la société, le partage [des femmes] doit être une vie domestique & retirée & on doit les élever dans des principes qui s’y rapportent. […] Suivons les indications de la Nature, consultons le bien de la Société : nous trouvons que les deux sexes doivent se rassembler quelquefois & vivre ordinairement séparés », L. à d’A., p. 190, 160-161 et 187.

677 « Préface » de Narcisse, note a ; il s’engage alors auprès d’eux « à jeter au feu à l’instant tous [ses] écrits ».

678 DSA, p. 42. « Pusillanimité : lâcheté, manque de courage, petitesse de cœur, bassesse de cœur », DAF ; en raison de ce travers féminin, « on laisse tomber des chefs d’œuvre de poésie dramatique & des prodiges d’harmonie », ibid. Cette remarque évoque la « délicatesse » que Rousseau attribuait à l’esprit féminin, dans ses notes à Mme Dupin, rédigées entre 1745 et 1751 : limitant son propos aux femmes « vertueuses » de l’histoire, il ajoutait : « Je réserve à vous parler une autre fois, des femmes qui ont pris part à la république des Lettres et qui l’ont décorée par leurs ouvrages ingénieux et pleins de délicatesse » (AJJR, 1905, I, p. 205). Le lexique fortement restrictif (ouvrages « ingénieux », « délicatesse », « décorer ») évoque les ouvrages traditionnellement attribués aux « dames », petits genres, romans, poésie légère, voire comédies. Rousseau ne mettra pas ce projet à exécution et, s’il souligne que les femmes ont été « privées de leur liberté par la tyrannie des hommes » dans le domaine civil et politique, en vertu de « je ne sais quel droit naturel que je n’ai jamais bien pu comprendre et qui pourrait bien n’avoir d’autre fondement que la force majeure » (ibid., p. 203), on ne trouvera aucun propos de ce ton dans ses œuvres futures.

679 DSA, p. 42-43.

680 L. à d’A., p. 187-188.

681 P. 41-42.

682 La note g de la L. à d’A. loue de manière ambiguë le courage des femmes : à l’affirmation selon laquelle « Qu’un Monarque gouverne des hommes et des femmes, celui lui doit être assez indifférent […] ; mais dans une République, il faut des hommes », il ajoute : « Les femmes ne manquent pas de courage : elles préfèrent l’honneur à la vie ; quand elles se battent, elles se battent bien. L’inconvénient de leur sexe est de ne pouvoir supporter les fatigues de la guerre & l’intempérie des saisons », p. 188.

683 L. à d’A., p. 77.

684 Rousseaucite l’extrait célèbre de la Satire X « contre les femmes » de Boileau, sans en nommer l’auteur : « Supposons si l’on veut qu’il y ait eu quelques exceptions ; supposons Qu’il en soit jusqu’à trois que l’on pourrait nommer », ibid., p. 167. En 1736, Voltaire s’en prenait vigoureusement à Boileau : « En vain dans sa Satyre des Femmes, il a voulu couvrir de ridicule une Dame qui avait appris l’Astronomie ; il eût mieux fait de l’apprendre lui-même. L’esprit philosophique fait tant de progrès en France depuis quarante ans que, si Boileau vivait encore, lui qui osait se moquer d’une femme de condition parce qu’elle voyait en secret Roberval & Sauveur, serait obligé de respecter & d’imiter celles qui profitent publiquement des lumières des Maupertuis, des Réaumurs, des Mairans, des Dufays & des Cairaults, de tous ces véritables savants », « À Mme du Chastelet », Alzire, 1736.

685 Avant le compliment conclusif aux « MAGNIFIQUES, TRÈS HONORÉS ET SOUVERAINS SEIGNEURS » (Conseil Général de Genève).

686 « Le sort de votre sexe sera toujours de gouverner le nôtre » et « C’est ainsi que les femmes commandent à Sparte comme vous méritez de commander à Genève », p. 49.

687 « Si j’ajoute qu’il n’y a point de bonnes mœurs pour les femmes hors d’une vie retirée et domestique ; si je dis que les paisibles soins de la famille & du ménage sont leur partage, que la dignité de leur sexe est dans la modestie, que la honte & la pudeur sont en effet inséparables de l’honnêteté, que rechercher les regards des hommes, c’est déjà s’en laisser corrompre […], à l’instant va s’élever contre moi cette philosophie d’un jour qui […] veut étouffer le cri de la Nature & la voix unanime du genre humain », L. à d’A., p. 150.

688 Les épouses incitent indirectement leur famille à « l’amour des lois » et à la « vertu », DOI, p. 50.

689 AJJR 36, p. 273.

690 Comme Aristote ou Locke, il distingue l’organisation de la famille, sommairement décrite, et celle de la cité.

691 On songe à la diatribe contre Molière : « Voyez comment cet homme, pour multiplier ses plaisirs, cet homme trouble tout l’ordre de la Société ; avec quel scandale il renverse tous les rapports les plus sacrés sur lesquels elle est fondée ; comment il tourne en dérision les respectables droits des pères sur leurs enfants, des maris sur leurs femmes, etc. », L. à d’A., p. 51.

692 Il ajoute : « il faut qu’il y ait une voix prépondérante qui décide ».

693 Buffon est pris à parti dans le passage précédent (voir supra) : « Suivant [ses] principes, l’acte de copulation est le seul que la nature avoue ; et tout autre commerce entre l’homme et la femme, cette préférence d’un seul objet à tous les autres, cet attachement pour l’objet choisi, […], ces délices du sentiment […], toute cette tendre philosophie des âmes passionnées n’est que chimère et un bonheur idéal et factice dont il ne résulte que malheur et désordre ».

694 DOI, p. 73.

695 Ibid., p. 88.

696 Ibid., p. 89 (ainsi que les citations suivantes) et Note XII, p. 146.

697 Conditions inconnues des animaux qui « se disputent les femelles », p. 89. Sept ans plus tard, au contraire, l’Émile (livre V) traitera des « désirs illimités » des femmes, même enceintes, comme « la fille d’Auguste » qui continuait à « recevoir des passagers quand le navire [avait] sa cargaison » (1789, p. 292). L’expression tirée des Saturnales de Macrobe, renvoie au « mot » de Julia : « Comme les confidents de ses débauches s’étonnaient de ce que, se livrant à tant de gens, elle donnait à Agrippa des enfants qui lui ressemblaient, “C’est, dit-elle, que je ne prends point de passager que le navire ne soit plein.” » (II, 5). Heureusement, ajoute Rousseau, la « nature » a mis un frein à ce menaçant désir féminin, la pudeur : « L’Être suprême […], en livrant la femme à des désirs illimités, joint à ces désirs la pudeur pour les contenir ».

698 Le point de vue envisage ici les deux sexes : « Les mâles et les femelles s’unissaient fortuitement, selon la rencontre, l’occasion, et le désir […]. Ils se quittaient avec la même facilité » (p. 77) et « L’appétit satisfait, l’homme n’a plus besoin de telle femme, ni la femme de tel homme. […] Une autre femme peut donc contenter les nouveaux désirs de l’homme aussi commodément que celle qu’il a connue et un autre homme contenter de même la femme, supposé qu’elle soit pressée du même appétit pendant la grossesse, de quoi l’on peut raisonnablement douter » (p. 147).

699 Alma mater, la mère est toujours physiquement liée à l’enfant : « la Mère portant son enfant partout avec elle, a beaucoup de facilité à le nourrir » (p. 67) ; « Les Enfants marchent tard mais les Mères les portent avec facilité » (p. 70) ; « la Mère allaitait d’abord ses Enfants pour son besoin » (p. 77). Il en est de même dans les Notes VIII et XII.

700 Jusqu’à ce que l’enfant soit assez robuste « pour chercher sa pâture », p. 77.

701 On note d’abondants développements sur les « mamelles » de la femme (Note VIII, p. 131-132, et Note XII : « la femme n’ayant que deux mamelles et ne faisant guères qu’un enfant à la fois », p. 146).

702 « Le mâle n’est mâle qu’en certains instants, la femelle est femelle toute sa vie », Émile, V, 1789, p. 298.

703 C’est sans doute à « cette philosophie d’un jour qui naît & meurt dans le coin d’une grande ville & veut étouffer de là le cri de la Nature & la voix unanime du genre humain » que Rousseau entendra répondre en 1758 (L. à d’A.). Pour P. Raynaud, Rousseau établit une « hiérarchisation des deux sexes mais non domination » ; il en donne pour preuve ces mots qu’il retient de l’Émile : « De cette société [des deux sexes] résulte une personne morale dont la femme est l’œil et l’homme le bras, mais avec une telle dépendance l’une de l’autre que c’est de l’homme que la femme apprend ce qu’elle doit voir et de la femme que l’homme apprend ce qu’il doit faire […]. Chacun obéit et tous deux sont les maîtres » (livre V), La Politesse des Lumières. La loi, les mœurs, les manières, Gallimard, 2013, p. 148. Dans le DOI, la femme était « le sexe qui devrait obéir ».

704 O. Belot vise un large public ; la Corr. litt. s’adresse, elle, à un petit nombre de souscripteurs, essentiellement des têtes couronnées.

705 « Il ne verra qu’avec indignation », Réfl., p. 1.

706 Selon Poullain de la Barre. Rousseau écrira en 1758 : « Toute femme qui se montre, se déshonore […]. Quoi qu’elle puisse faire, on sent qu’elle n’est pas à sa place en public. […] L’audace d’une femme est le signe assuré de sa honte », L. à d’A., p. 160 et 187. Dans son périodique, La Porte notait à propos des Amazones de Mme du Bocage (1749) : « Rien n’est plus étonnant que l’inconséquence qui règne dans les idées des hommes. Ils ont imaginé un Parnasse […] où ils ont mis neuf muses et un Apollon […]. Comme s’ils avaient voulu nous dire par là que l’empire des Sciences & des Beaux-Arts appartient tellement au beau sexe que, pour un homme qui y réussit, on doit aisément trouver neuf femmes qui s’y distinguent. D’où vient donc cet étonnement, cette admiration universelle lorsque quelques-unes cherchent à se signaler ? […] En vérité, nous ne rendons guère justice à ce sexe aimable & nous sommes bien peu équitables pour les femmes », Observations sur la littérature moderne, 1751, I, p. 91-92.

707 « Selon l’ordre de la Nature, la résistance appartient [aux femmes] », L. à d’A., p. 76 : la « Nature » a façonné le corps féminin afin qu’il ne puisse opposer aucune résistance aux « assauts » physiques de l’homme. Le Paradoxe sur les femmes (1766), traitant ironiquement de la femme lors du rapport sexuel avec l’homme (« Presque tous les Physiciens conviennent que la femme ne donne dans la génération que le plaisir de la sensation nécessaire à l’homme pour la propagation de son espèce ; qu’elle n’y sert que pour recevoir le petit embryon & le nourrir dans sa matrice »), ajoute : « La fille qui vient au monde n’est pas un animal de l’espèce du père, c’est un monstre selon le langage des Philosophes », expression qu’il commente par un extrait de l’Émile (livre IV) : « Ceux qui regardent la femme comme un homme imparfait ont tort sans doute, dit le philosophe Rousseau ; mais l’analogie extérieure est pour eux : les mâles en qui l’on empêche le développement ultérieur du sexe, gardent cette conformité toute leur vie : ils sont toujours de grands enfants & les femmes, ne perdant point cette même conformité, semble, à bien des égards, ne jamais être autre chose », n. 3, p. 73-74.

708 Enc., VI, 1756. On lit dans l’article, signé (g), et attribué au médecin P. J. Barthez : « On a si fort négligé l’éducation des femmes chez tous les peuples policés qu’il est surprenant qu’on en compte un aussi grand nombre d’illustres par leur érudition & leurs ouvrages ».

709 C’est le Problème sur les femmes de 1744 ; voir supra.

710 La Lettre d’une jeune Dame hollandaise, à l’Auteur de la Toilette des Dames, parue en 1756 (MF, janv., 1, p. 33-36), réclame que le journal, délaissant les « historiettes & romans », privilégie « les bons livres nouveaux, capables de former les mœurs, d’orner l’esprit, de nourrir le cœur & d’élever l’âme, la plus noble partie de nous-mêmes, dont les hommes, par une rivalité mal entendue, ont négligé jusqu’à présent la perfection ».

711 Un des reproches récurrents faits aux femmes est d’être « babillardes ».

712 On lit dans la Lettre du citoyen de Bordeaux, évoquée dans les Réfl. : « Je sais bien qu’il [Rousseau] pourrait répliquer, comme Agamemnon : “Seigneur, je ne rends point compte de mes desseins, surtout devant des Adversaires obscurs & indignes de moi, tels que vous êtes, vous dont je craindrais de relever la bassesse, si je descendais jusqu’à elle.” », MF, mars 1756, p. 60.

713 Comme le souligne le lexique : « prendre les armes », « résister », « disputer le terrain », « entrer en lice », « rouvrir la barrière », etc.

714 Réfl., p. 7.

715 Ibid., p. 8.

716 « Yahvé les créa mâle et femelle » (Genèse, 1, 27) et « Yahvé fit tomber un profond sommeil sur l’homme qui s’endormit ; et il prit une de ses côtes […] et construisit en femme la côte qu’il avait prise » (Genèse, 2, 21-23) ; la disparité chronologique des récits fera l’objet de maints commentaires ; voir, par exemple, les nombreux passages que lui accorde la Dissertation de Mlle Archambault, 1750 (p. 11-12 ; 91-111 ; 142-143 ; 150-151 ; 152-158, etc.).

717 Affirmation de principe : O. Belot, qui ne renvoie jamais ailleurs à la Bible, se réfère aux lignes consacrées par Rousseau aux « Livres sacrés ».

718 Montesquieu envisage comme « troisième Loi » naturelle, l’amour entre les sexes : en raison du « plaisir qu’un animal sent à l’approche d’un animal de même espèce » et du « charme que les deux sexes inspirent par leur différence, [qui] augmenterait ce plaisir & la prière naturelle qu’ils se font toujours l’un à l’autre serait une troisième Loi », EL, I, 2, « Des Lois de nature ».

719 Réfl., p. 38-40.

720 Ibid., p. 38.

721 DOI, p. 88 : le passage concerne essentiellement le « besoin » masculin.

722 Réfl., p. 39.

723 EH, Ép. III, p. 50.

724 Réfl., p. 64-65. Ces lignes « réfléchissent » la p. 88 du DOI, qui centre le discours sur « Un Sauvage » pour qui « toute femme est bonne », n’ayant aucune « notion de mérite ou de beauté » et n’étant « pas en état d’établir des comparaisons » car « l’imagination […] ne parle point à des cœurs sauvages ; chacun attend paisiblement l’impulsion de la Nature, s’y livre sans choix avec plus de plaisir que de fureur, et le besoin satisfait, tout le désir est éteint ».

725 « Selon l’ordre de la Nature, la résistance appartient [aux femmes] » et « N’est-ce pas la Nature […] qui les rend craintives afin qu’elles fuient, et faibles afin qu’elles cèdent ? », ibid., p. 76 et 156.

726 Ibid., p. 156-157. Mais, si « l’homme peut être audacieux, telle est sa destination : il faut bien que quelqu’un se déclare », une note précise la distinction qu’il fait entre victoire et viol, qualifié d’« insolence & brutalité », p. 155.

727 « Pourquoi, disent-ils, ce qui n’est pas honteux à l’homme le serait à la femme ? Pourquoi l’un des sexes se ferait-il un crime de ce que l’autre se croit permis ? Comme si les conséquences étaient les mêmes ! Comme si tous les austères devoirs de la femme ne dérivaient pas de cela seul qu’un enfant doit avoir un père ! […] Ainsi a voulu la Nature, c’est un crime d’étouffer sa voix […]. Toute femme sans pudeur est coupable et dépravée parce qu’elle foule aux pieds un sentiment naturel à son sexe », L. à d’A., p. 156-157.

728 Ibid., p. 156. À ses adversaires qui affirment que « la pudeur n’est rien. Elle n’est qu’une invention sociale pour mettre à couvert les droits des pères & des époux & maintenir quelque ordre dans les familles », Rousseau répond : « À l’égard de la pudeur du Sexe [de la femme] en particulier, quelle arme plus douce eût pu donner cette même Nature à celui qu’elle destinait à se défendre ? », ibid., p. 151-153 ; et « Je m’attends à l’objection. Les femmes sauvages n’ont point de pudeur : car elles vont nues ? Je réponds que les nôtres en ont encore moins ; car elles s’habillent », ibid., note X, p. 158. D’ailleurs, conclut-il, que la pudeur soit naturelle ou culturelle, « il importe à la Société que les femmes acquièrent ces qualités […] ; partout on voit qu’alors tournant en effronterie la mâle & ferme assurance de l’homme, elles s’avilissent par cette odieuse imitation & déshonorent à la fois leur sexe & le nôtre », ibid., p. 162.

729 Le terme de « familles » apparaît pour la première fois en début de seconde partie : « Bientôt, cessant de s’endormir sous le premier arbre, […], on trouva quelques sortes de haches de pierre […] qui servirent à couper du bois, creuser la terre et faire des huttes de branchages […]. Ce fut là l’époque d’une première révolution qui forma l’établissement et la distinction des familles », p. 97.

730 Locke place la « société conjugale » comme la « première société » qui « a été formée par un accord volontaire entre l’homme & la femme » ; par la suite, elle « a donné lieu à une autre qui a été entre le Père & la Mère & les Enfants », TGC, VI, « De la société politique ou civile », § 1-2, p. 107-108. Mais cet accord peut être défait : « la famille ayant pour objet l’éducation et l’établissement de la sécurité future des enfants, le contrat conjugal devrait pouvoir être rompu, le cas échéant, quand les visées ont été atteintes », ibid., § 5-7, p. 111-115. O. Belot renvoie à la Note XII du DOI, consacrée à la réfutation de Locke (Réfl., p. 41).

731 « Ils désirent, ils s’unissent, ils s’aiment, ils sont heureux. À la suite d’une situation si douce, quelle raison auraient-ils de se fuir ? Le soin de leur conservation doit plutôt leur devenir commun », Réfl. p. 39.

732 Voir, par exemple, l’insistance sur le rôle social de la mère dans La Femme n’est pas inférieure à l’homme, 1750, II, p. 30-35.

733 Il est désigné dans ce passage comme « le premier homme ».

734 Leur relation est rompue par la dispersion du groupe. À propos de l’attachement entre mère et enfants, O. Belot affirme : « Monsieur Rousseau convient que l’habitude rend les enfants chers à leur mère ; le même principe rend aussi la mère chère aux enfants » (Réfl., p. 40).

735 « La nature, la reconnaissance, l’habitude, la pitié ne retiendront-elles pas un de ses enfants auprès d’elle dans sa vieillesse, lorsqu’elle n’aura plus la force de pourvoir ni à sa nourriture, ni à sa sûreté ? », ibid. Selon Rousseau, « sitôt que [les enfants] avaient la force de chercher leur pâture, ils ne tardaient point à quitter la mère elle-même », DOI, p. 77.

736 P. 41 : « Lorsqu’une femme féconde a un fils de sept ans qui, selon le système de M. Rousseau, peut se passer d’elle, il lui en reste cinq ou six autres plus jeunes, qui ont besoin qu’elle les allaite, qu’elle les porte, qu’elle leur cueille des fruits, qu’elle les défende ». Selon Rousseau, la femme, dans l’état de nature, donne généralement naissance à un seul enfant : isolée, elle conçoit rarement en raison du caractère « fortuit » de ses rencontres, malgré une « faculté de concevoir » plus durable puisqu’elle n’en a pas « abusé dans sa jeunesse », Note XII, p. 147.

737 Réfl., p. 42.

738 « Le premier homme […] sentit les avantages de la société […]. Il en transmit le goût & l’exemple à sa naissante postérité, pour qui toujours les bons offices rendus d’un côté & reçus de l’autre furent les plus forts liens », Réfl., p. 42.

739 TGC, V, « Du Pouvoir paternel », § 1, p. 70-71.

740 Ibid., § 5, p. 74.

741 Ibid., § 12-13, p. 85-86.

742 Ibid., § 14, p. 87. Nous sommes loin des thèses soutenues dans l’article « Économie politique ».

743 « Cependant, les raisons qu’on vient d’alléguer pour le pouvoir marital ne sont pas sans réplique, humainement parlant, & le caractère de cet ouvrage nous permet de le dire hardiment ». Dans son article « Autorité politique » (Enc., I, 1751), Diderot n’évoquait que l’autorité conférée au père par la nature.

744 Affirmation suivie de la précaution d’usage « dès que la loi naturelle & la religion ne déterminent rien au contraire », Enc., VI (1756), p. 471. Dans son article « Pouvoir paternel (droit nat. & civ.) », il suivra encore Locke : « Droit paternel : droit & juridiction d’un père & d’une mère sur leurs enfants. Quoique ce mot “pouvoir paternel” semble constituer tout le pouvoir sur les enfants dans la personne du père, cependant, si nous consultons la raison, nous trouverons que les mères ont un droit & un pouvoir égal à celui des pères ; car les obligations imposées aux enfants tirent semblablement leur origine de la mère comme du père, puisqu’ils ont également concouru à les mettre au monde. […] Leurs enfants […] naissent dans une famille dont le père & la mère sont les chefs », Enc., XIII, 1765.

745 « Qu’arrivera-t-il de ce pouvoir paternel dans cette partie du monde où une femme a deux maris en même temps ? Ou dans ces endroits de l’Amérique dans lesquels, quand le mari et la femme viennent à se séparer, ce qui arrive fréquemment, les Enfants sont tous laissés à la Mère, la suivent & sont entièrement sous sa conduite ? », Locke, TGC, V, p. 87.

746 A. Rivara montre comment la traduction d’O. Belot « oriente idéologiquement Rasselas en deux sens, la défense des femmes et l’exclusion de l’irrationnel », Rasselas, « Note sur la traduction », Desjonquères, 1994, p. 182 et suiv.

747 Rasselas, p. 227-228 ; ce « collège de femmes savantes » n’est pas sans évoquer le projet exposé dans le Nouveau Triomphe des Dames de Prétot (1755). On n’est pas étonné de lire dans la Corr. litt. : « Tout le monde a trouvé le prétendu Candide anglais ennuyeux et détestable », avr. 1760.

748 Lettre du 16 mai 1760, Best. D9658.

749 Lettre du 22 juillet 1760, Best. D9080.

750 Best. D9391.

751 Une édition augmentée des Lettres de Mme de Sévigné est donnée par Perrin en 1754 (8 vol. in-12). La Corr. litt. rend aussitôt hommage à la marquise : « Il serait inutile de vous parler de cette illustre et charmante femme qui, dans l’heureux séjour des Ombres, fait l’admiration et les délices de Socrate, de Platon, de Cicéron, de Lélius, de Plutarque, d’Addison, de Pope et de tous les honnêtes gens de cette trempe dont elle est entourée », 15 juin 1754. Voir aussi le Sevigniana, donné par l’abbé Barral en 1756.

752 Lettre du 26 mars 1759, Best. D8213.

753 Best. D8913.

754 Best. D9658.

755 Lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.

756 Lettre du 28 mars 1763, Best. D11133.

757 O. Belot évoque longuement Molière et pastiche Racine, à la manière du Théâtre de la Foire, Réfl., p. 4-5.

758 Élisabeth Badinter débute par ces mots le chapitre VI des Passions intellectuelles, II : « Les femmes […] n’ont jamais été interdites d’écriture, mais publier est une autre affaire, et publier sous son nom est une audace véritable. » (p. 293) ; de plus, « la philosophie et les sciences font figure de cités interdites ». Les Réfl. ont, sans aucun doute, l’ambition d’appartenir au domaine philosophique : c’est « au Philosophe qui adresse la parole au genre humain » que la Provinciale entreprend de « résister ».

759 Voir Duclos : « Sans entrer dans des subdivisions qui seraient plus réelles que sensibles, quelle différence, quelle opposition même des mœurs ne remarque-t-on pas entre la Capitale & les Provinces ? Ceux qui vivent à une lieue de la Capitale, en sont à un siècle pour les façons de penser & d’agir. Je ne nie pas les exceptions […] ; je prétends encore moins décider la supériorité réelle, je remarque simplement la différence. Qu’un homme après avoir été longtemps absent de la Capitale y revienne, on le trouve ce qu’on appelle rouillé. », Cons., I, p. 14-15.

760 La Lettre […] sur le projet d’un nouveau Dictionnaire plus utile que tous les autres qui commence ainsi : « Monsieur, je suis Français mais malheureusement, j’arrive de ma province », propose l’établissement d’un dictionnaire sur « tous les termes nouveaux en usage parmi un certain monde » (MF, juillet 1755, p. 9-20).

761 En 1756, Castel rappelle à Rousseau leur ancienne rencontre : « Votre goût de musique était assez français, mais vos vers sentaient la Province & la Province étrangère », L’Homme moral opposé à l’homme physique, p. 2-3.

762 Duclos n’est pas moins critique : « On sent plus à Paris qu’on ne pense, on agit plus qu’on ne projete, on projete plus qu’on ne résout », Cons., XIII, p. 18.

763 Parmi d’autres, la société de Clermont, créée en 1747, celle de Rouen en 1744, d’Auxerre en 1749, d’Amiens en 1750, de Besançon en 1752, de Chalons en 1753 ; les périodiques rendent compte de leurs travaux. Voir D. Roche, Le Siècle des Lumières en Province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978.

764 Voir dans l’Extrait des Ouvrages lus à l’Assemblée publique de la Société littéraire de Clermont en Auvergne le 25 août 1755 (MF, mars 1756, p. 91- 101), les travaux suivants, longuement détaillés : Mémoire de M. Dufraine sur l’Auvergne ; Mémoire de M. de Beauveseix sur une inscription datant d’Alaric II ; Mémoire de M. de Vernines sur « l’utilité d’une table de réduction des différents poids & mesures dont on se sert en Auvergne » ; Mémoire de M. Ozy sur les eaux de Bourboule ; Mémoire du P. Sauvade sur un calendrier « pour la ville de Clermont ».

765 Daniel Charles Trudaine, nommé intendant d’Auvergne de 1730 à 1734 puis fondateur de l’École nationale des ponts et chaussées en 1747, entreprit de créer un réseau routier qui relia les provinces mal desservies. Le Journal encyclopédique notera : « La partie montagneuse de l’Auvergne était presque inaccessible […]. M. Trudaine sentit et fit sentir aux ministres qu’il ne manquait que des communications pour établir […] l’heureux échange des productions », 1773, t. IV, IIe part., p. 398. On a dit les liens d’O. Belot et des Trudaine, en particulier sa proximité avec Trudaine de Montigny, fils du précédent et né à Clermont en 1733.

766 « Excellentes papeteries », étoffes (« Tout le monde connaît les tapisseries d’Aubusson »), productions agricoles, « foires considérables », tanneries, coutelleries, etc. ; de plus, « les Auvergnats sortent de leur province et se répandent partout », « Auvergne », Enc., I, 1751, p. 902.

767 En 1753, ses Lettres à un Provincial viennent d’être rééditées dans l’édition donnée par Françoise de Joncoux. Dans les Réfl., le mathématicien Pascal est cité avec admiration ; il est la référence constante de Pope dans l’édition de 1754, expressément citée par O. Belot.

768 Dans son Éloge de Marivaux, mort en 1763, d’Alembert évoque sa jeunesse à Riom. Après Le Provincial à Paris de Moissy, donné en 1750 à l’Hôtel de Bourgogne et publié la même année, La Provinciale, comédie en un acte écrite par Marivaux pour le comte de Clermont, est jouée en 1750 et en 1755, dans son château de Berny et sa maison de la Roquette à Paris : la naïve « provinciale », Mme de la Thibaudière, y concentre les ridicules. La pièce, évoquée dans Le Conservateur de nov. 1757, sera publiée anonymement dans le MF en avril 1761, 1, p. 14-50 et 2, p. 14-54.

769 Proche de d’Alembert et de Voltaire (il lui dédie son Denys le tyran de 1749), Marmontel, protégé de Mme de Pompadour, rédige une vingtaine d’articles pour l’Enc. (« Critique », « Déclamation théâtrale », « Comédie », « Comique », « Dénouement », etc.).

770 Le père de Trudaine de Montigny exerça, de 1730 à 1734, la charge d’Intendant de la généralité de Riom.

771 Le « Bourgeois de Bordeaux » rédige deux lettres à l’intention de Rousseau ; elles paraissent dans le MF de janvier 1756 (p. 39-42) et de mars de la même année (p. 56-63), suivies des réactions de leur destinataire. La première, qui commente la réponse de Rousseau à Voltaire, est raillée avec hauteur par le premier dans sa réponse à Philopolis du 29 nov. 1755, publiée dans le MF à la suite de la lettre : « Qu’un bel esprit de Bordeaux m’exhorte gravement à laisser les discussions politiques pour faire des Opéra, attendu que lui, bel esprit, s’amuse beaucoup plus à la représentation du Devin du village qu’à la lecture du Discours sur l’inégalité, il a raison sans doute, s’il est vrai qu’en écrivant aux citoyens de Genève, je sois obligé d’amuser les Bourgeois de Bordeaux », p. 44. La seconde lettre du « Bourgeois de Bordeaux », adressée à « l’Auteur du Mercure » (Boissy), évoque « la hauteur stoïque et lacédémonienne » de la réponse de Rousseau : « il nous insinue avec une clarté assez dure que son dessein n’est ni de nous amuser ni de nous instruire. […] Il semble nous apprendre qu’il n’écrit que pour Genève […]. J’avouerai que j’avais cru jusques ici que le vrai philosophe était l’ami du monde entier […] ; nous osons le prier de nous aimer un peu tout Bordelais que nous sommes : car, après tout qu’en sait-il ? Peut-être sommes nous des hommes ? ». Le rédacteur du MF joint l’autorisation que lui a envoyée Rousseau de publier cette lettre, ibid., p. 64.

772 Il y eut beaucoup de lettres « de province » parmi les commentaires du DOI.

773 Comme aux Provinciaux, la référence aux « Iroquois » est, elle aussi, ambiguë. Ces alliés des Anglais, traditionnellement considérés comme particulièrement cruels, contrairement aux Hurons, liés aux Français, bénéficient d’une présentation positive dans le récent JÉt. de 1754 : s’y trouvent rapportés et commentés trois airs iroquois ainsi qu’une présentation de leur culture : « Cette nation, extrêmement belliqueuse, a l’esprit vif, pénétrant & judicieux ; ils sont généreux […] ; ils ont l’expression orientale & les idées sublimes », mai 1754, p. 231-232.

774 Voir la « Préface » de Narcisse.

775 La querelle des Bouffons se colore de déchaînements de facture patriotique ; voir la Justification de la musique française. Contre la querelle qui lui a été faite par un Allemand [Grimm] & un Allobroge (Rousseau), de Pierre de Morand, 1754 ou la Lettre d’un Visigoth à M. Fréron, de Novi de Caveirac, 1754, où on lit : « Ce petit géant n’est descendu du pays des anciens Allobroges que pour dévaster les campagnes fleuries de la République des Lettres », p. 6.

776 Voltaire se dira « le solitaire des Alpes », lettre du fin février (ou début mars) 1761, Best. D.9658.

777 Rousseau se fera, plusieurs fois, le chantre de la province contre Paris.

778 Réfl., p. 85 ; c’est le surnom donné par Mme de Graffigny à la puissante duchesse de Brancas, nom sans doute emprunté aux personnages de veuves riches et nobles dans les comédies contemporaines. Dans les Obs. NT, O. Belot se fera le porte-parole de la « roture indigente » et l’accusatrice du « luxe », en dénonçant : « Les absurdités, les inconséquences que le luxe entraîne après lui, les hommages qu’il usurpe, les illusions qu’il produit, les rangs qu’il confond, les têtes & les fortunes qu’il dérange, le mérite qu’il éclipse, les sots qu’il décore, les âmes qu’il énerve, les mœurs qu’il corrompt », « Préface », p. VIII-IX.

779 Réfl., p. 4. Le MF les rapporte dès 1755. À la fin de la guerre en 1763, elle dira la même chose de Hume dans sa « Préface » de l’HMT ; sur la vogue du mot « Patrie » à l’époque, voir, par exemple, la Dissertation sur le vieux mot de Patrie de l’abbé Coyer (1755).

780 Ce dont elle qualifie Rousseau.

781 Réfl., p. 2.

782 Ibid. ; critique implicite de l’auteur du DOI, qui orienterait ses thèses selon sa propre « condition ».

783 Ibid., p. 1.

784 Cette affirmation de Poullain de la Barre figure sous la forme « le bon sens n’est d’aucun sexe » dans Le Génie du Mans. Songe de Madame la Comtesse de…, (MF, juin 1755, 1 ; voir supra).

785 Réfl., p. 3.

786 Une nouvelle édition de ses Lettres vient d’être donnée en 1754 ; elle est présentée, au cœur du siècle, comme modèle d’art épistolaire dans trois traités ; le Traité général des styles avec un traité particulier du style épistolaire de Mauvillon (1751) affirme la nécessité du « naturel » épistolaire, à l’image de celui de Mme de Sévigné ; une édition augmentée du Cours de Belles-Lettres de Batteux (1753) cite abondamment la marquise (t. IV, p. 271-291) ; le traité de Philipon de la Madelaine, Modèles de lettres sur différents sujets (1761) s’y réfère longuement, en l’associant à La Fontaine.

787 Il lui écrit, le 20 nov. 1760 (Best. D9391) : « Madame la veuve B. […] sait que je l’ai prise une fois pour Made de Sévigné à son style ; mais je n’aurais jamais pris Made de Sévigné pour elle car, en fait de raison, cette Made de Sévigné est une grande caillette ». Son avis a évolué : admiratif dans Le Temple du goût de 1731 (elle est « aimée de tous ceux qui habitent le Temple »), il est réservé dans Le Siècle de Louis XIV : « Ses lettres [sont] écrites avec liberté et d’un style qui peint et anime tout […]. C’est dommage qu’elle manque absolument de goût, qu’elle ne sache pas rendre hommage à Racine », puis hostile dans sa Lettre à l’Académie Française de 1778 : « nous avons été indignés contre Mme de Sévigné qui écrivait si bien et pensait si mal ; […] nous sommes révoltés de cet esprit de parti, de cette aveugle prétention qui lui fait dire que “la mode d’aimer Racine passera comme la mode du café” ».

788 « Il y a toute apparence que cette Brochure ne soit pas l’Ouvrage d’une Dame. On trouve ici un ton de controverse assez soutenu, un style tantôt grave, tantôt tranchant, quelquefois obscur ; une Dame devenue Auteur écrit, ce me semble, d’une autre manière : sa plume est bien plus légère, plus coulante & il règne dans toute sa façon une simplicité & une clarté qui ne sont point le caractère de ces Observations, quoique bonnes & estimables à bien des égards », MT, août 1758, p. 2082.

789 Dans la « Préface » de Narcisse, Rousseau use du terme et s’élève contre ceux qui s’en prenaient plus à sa personne qu’à ses thèses.

790 « J’ai cru sentir que son système renversait tout et n’édifiait rien ; qu’il m’étonnait sans me convaincre ; qu’enfin l’hypothèse sur laquelle il portait, s’anéantissait en le mettant en opposition avec la vérité contraire », Réfl. p. 3. Le sens d’« étonnement » est alors très fort ; proche de l’étymologie (coup de tonnerre), il évoque l’« ébranlement », la « secousse » (DAF).

791 Dans Réflexions de M. de Marivaux, lues à l’Académie française en août 1744 et publiées dans le MF (juin 1755, 1, p. 46- 44) : « Il n’est point question ici d’un ouvrage régulièrement construit ; il ne s’agit pas non plus de pensées détachées ; celles-ci ont toujours une liaison les unes avec les autres ; elles vont toutes au même but. Je dis seulement qu’elles n’y vont pas avec autant d’ordre, avec autant d’exactitude qu’un plus habile homme que moi aurait pu y mettre. Aussi ne leur ai-je donné d’autre titre que celui de réflexions », p. 46.

792 « La disposition est dans l’art oratoire ce qu’est un bel ordre de bataille dans une armée, lorsqu’il s’agit d’en venir aux mains ; car il ne suffit pas d’avoir trouvé des arguments & des raisons qui doivent entrer dans le sujet que l’on traite, il faut encore savoir les amener, les disposer dans l’ordre le plus propre à faire impression sur l’esprit des auditeurs », « Disposition », Enc., IV (1754).

793 La thèse est ainsi annoncée : « Je débute par prétendre que l’état de pure nature n’a jamais pu exister ; ensuite qu’[…] il nous rendrait plus malheureux, entourés des abus introduits dans la vie civile », Réfl., p. 5.

794 « C’est ici que commence la liaison essentielle qu’on doit admettre entre l’inégalité naturelle & l’inégalité morale ou politique », ibid., p. 49.

795 Ibid., p. 5.

796 Comme, par exemple, lors de la découverte de la mort d’un Sauvage par un autre Sauvage, DOI, p. 73 et Réfl., p. 32.

797 « Éloquence », Enc., V (1755).

798 Majeure ; mineure ; conclusion.

799 « Ne prenons pas la partie pour le tout, l’abus pour la chose, l’exception pour la règle. Parce qu’il est un scélérat dans une famille, en faut-il conclure que toute la famille est coupable ? Parce que les mœurs d’une ville sont relâchées, en faut-il conclure que l’État est corrompu ? Parce qu’un État est corrompu, en faut-il conclure que tous les pays civilisés le sont aussi ? Tant que l’on mettra en parallèle les mœurs innocentes d’un Sauvage né vertueux avec les crimes de Néron ; l’abondance & la liberté de ce Sauvage dans un petit paradis terrestre où l’imagination le place, avec l’esclavage & la misère d’un Chrétien dans les fers d’un Forban, l’état de l’homme sauvage l’emportera sur celui de l’homme civilisé. Mais c’est l’ensemble de l’un & de l’autre état qu’il faut comparer », Réfl., p. 90-91.

800 La « qualité d’agent libre » (ibid., p. 16) accordée par Rousseau à l’homme naturel, n’est-elle pas la faculté de choisir et donc de penser ? L’« habitude » qui rend les enfants chers à la mère, ne serait-elle pas réciproque, d’autant que Rousseau accorde la « pitié » à l’homme naturel ? (p. 40). L’« abus qu’on peut faire d’une chose bonne en soi, n’oblige pas de conclure qu’elle est mauvaise […]. [Cette conclusion] est un sophisme » (p. 29-30) ; « Je crois bien qu’Adam n’inventa pas les règles du Français » « et je doute qu’il soit judicieux de dire que les Sauvages n’atteindront pas au même degré d’esprit & de connaissances que nous parce qu’ils ne conjuguent pas comme nous » (p. 47-48) ; « La pitié […] est encore un motif invincible & secret qui dispose l’homme à devenir sociable » (p. 55) ; « M. Rousseau m’accordera qu’il en résulte […] que les bêtes sont plus heureuses que les hommes, les végétaux plus heureux que les bêtes […], on arrivera à conclure que le néant est préférable à l’existence. Eh ! comment établir d’un ton sérieux une hypothèse dont on peut déduire de semblables conséquences » (p. 74) ; « l’absence d’un bien qu’on ignore n’est point un mal. J’y consens mais n’allons pas plus loin […] ou j’aurai le droit de dire à mon tour qu’un roseau est plus heureux qu’un homme dans l’état de pure nature » (p. 89-90).

801 Elle écrit à propos de l’évocation visionnaire par Rousseau de la marche continue et progressive de l’homme vers le chaos final (DOI, p. 119-120) : « Monsieur Rousseau ne fait pas attention sans doute que le genre humain n’a pas marché d’un pas égal à sa perfection, à sa corruption, enfin à sa décrépitude, car tandis qu’un État se déchire, se consume, s’écroule sous les horreurs d’un gouvernement despotique, un autre État s’élève ; un troisième est encore dans son siècle le plus florissant : un peuple ignoré se découvre ; une nation barbare se civilise ; une nation civilisée retombe dans sa première barbarie », ibid., p. 95.

802 Par exemple à propos de la fécondité des femmes, rare selon Rousseau, habituelle selon O. Belot qui suit, ici encore, Locke.

803 « Monsieur Rousseau met toujours en parallèle les inconvénients de la société avec les avantages de la vie sauvage ; il faudrait aussi peser de bonne foi les inconvénients de la vie sauvage & les avantages de la société », ibid., p. 75-76 ; ou « Nous savons que les Sauvages qui n’ont ni de vastes États ni d’immenses richesses ni de grands noms à conserver, se font la guerre avec fureur, chantent leurs victoires avec insolence & traitent les vaincus avec férocité », ibid., p. 87. Voltaire, en marge de ce passage du DOI (p. 87), note : « Fou que tu es, ne sais-tu pas que les Américains septentrionaux se sont exterminés par la guerre ? », G. R. Havens, Voltaire’s Marginalia, p. 11.

804 Voir, par exemple, Voltaire, 7e Discours, Sur la vraie vertu (1737) : « Certain législateur dont la plume féconde / Fit tant de vains projets pour le bien de ce Monde, / Et qui, depuis trente ans écrit pour des ingrats / Vient de créer un mot qui manque à Vaugelas : / Ce mot est bienfaisance, il me plaît, il rassemble / Si le cœur en est cru, bien des vertus ensemble. / […] L’Univers entier doit en chérir l’idée ».

805 MF, mars 1756. On trouve de nombreuses parentés entre les Réfl. et la Lettre d’un Bourgeois de Bordeaux à l’Auteur du Mercure, réponse à une intervention précédente de Rousseau : mêmes termes (« estime » et « admiration », « respect » pour Rousseau dont « nous admirons l’éloquence »), citations détournées de Racine (Iphigénie pour le premier, Phèdre pour la seconde), mêmes arguments (« j’avais cru jusqu’ici que le vrai Philosophe était l’ami du monde entier & qu’il regardait les hommes comme ses frères »), allusion au caractère « dur », au « ton altier et cruel », à la « colère » de l’auteur du DOI, etc. L’exorde des Réfl. peut être lu comme la continuation de cet affrontement épistolaire rendu public dans les numéros immédiatement précédents du MF.

806 À Rousseau qui écrivait que son Discours était destiné aux habitants de Genève (Avis à un anonyme de J.-J. Rousseau, MF, janv. 1756), l’« habitant de Bordeaux » répond : « Qu’il aime Genève, à la bonne heure ; mais nous osons le prier de nous aimer un peu, tout Bordelais que nous pouvons être car, après tout, que sait-il ? Peut-être sommes nous des hommes ? », MF, mars 1756.

807 Réfl., p. 2-3 ; Voltaire écrit : « Vous êtes comme Achille qui s’emporte contre la gloire et comme le P. Malebranche dont l’imagination brillante écrivait contre l’imagination », lettre de Voltaire à Rousseau, datée du 30 août 1755 (MF, nov. 1755).

808 « Né sans fortune, sans extérieur, et d’une santé délicate, [Rousseau] a dû souffrir des privations de bien des genres ; elles lui ont été douloureuses : il s’est cru plus malheureux qu’un autre ; son humeur s’est aigrie et voilà la source de cette bile âcre qui fait la base de sa philosophie », Observations sur la lettre de J.-J. Rousseau ; Rousseau y est comparé à Érostrate (« Il dédaigne la gloire et y court par le chemin d’Érostrate »), auquel O. Belot se réfère également.

809 « Le Discours de M. Rousseau est un monument élevé à l’esprit mais à l’esprit chagrin et mécontent de lui-même et des autres », Lettre de Philopolis, MF, octobre 1755.

810 Réfl., p. 53.

811 Ibid., p. 51-52.

812 Ibid., p. 76-77. Pour Jaucourt, « la prosopopée, cette figure de style élevée, est une des plus brillantes parures de l’éloquence », « Prosopopée », Enc., XIII (1765).

813 Pope faisait parler la Nature (EH, Ép. III, p. 54).

814 Réfl., p. 57 ; Rousseau utilise le terme pour stigmatiser les « Rhéteurs », les « insensés » et les « Philosophes ».

815 O. Belot qualifie d’« esprit systématique, romanesque et singulier » celui qui écarterait les « trois points d’appui » de sa démarche : l’existence de l’entendement chez l’être humain, la sociabilité naturelle et la présence d’une inégalité originelle, ibid., p. 60.

816 « Verbiager ne se dit que dans le style familier », DAF.

817 Sur le soupçon contemporain qui pèse sur l’emploi du terme « métaphysique », voir, par exemple, la Lettre du Bourgeois de Bordeaux : « Tous ces sentiments ont une majesté philosophique qui éblouit mais je soupçonne qu’ils sont trop métaphysiques pour être réels ». Sur l’incertitude de l’origine des idées morales, O. Belot écrit : « Qu’importe à l’homme si la nature du juste & de l’injuste est un principe inné ou une découverte de sa raison développée ? Qu’importe que le bien & le mal soient absolus ou ne le soient pas ? […] Il lui suffit de ne pas ignorer les conventions faites à cet égard dans la société dont il est membre », Réfl., p. 77-78. Ici encore, O. Belot ne fait aucunement mention des textes religieux ; elle ne reprend pas non plus l’analyse donnée par d’Alembert sur la question, au début du DP.

818 De multiples reprises et anaphores martèlent le texte ; voir les « peut-être » de l’exorde, les expressions telles que « l’état de pure nature » (2 fois p. 6, 3 fois p. 13-14, 2 fois p. 20), « le concours fortuit des causes étrangères » (2 fois p. 7 ; p. 14, p. 18, p. 24, p. 26, etc.), « la mieux organisée des créatures » (p. 11, p. 18) ; « voilà donc mon sauvage aux prises avec le désir de connaître […] ; le voilà donc qui prend la peine de penser et de réfléchir ; le voilà donc déjà sorti de son état de nature », p. 34 ; etc.

819 « L’éloquence, dit M. de Voltaire, est née avant les règles de la Rhétorique […]. La nature rend les hommes éloquents dans les grands intérêts & les grandes passions. Quiconque est ému voit les choses d’un autre œil […]. Tout est pour lui objet de comparaison rapide & de métaphore : sans qu’il y prenne garde, il anime tout & fait passer dans ceux qui l’écoutent, une partie de son enthousiasme », « Éloquence », Enc., V, 1755.

820 Métaphore fréquente, utilisée dans le DOI.

821 Réfl., p. 28.

822 Ibid., p. 84.

823 Ibid., p. 71.

824 Ibid., p. 86.

825 « Rien ne défend le Sauvage des Bêtes féroces et des Sauvages plus féroces encore qui le chassent de sa caverne ou de son arbre ; qui lui dérobent ses fruits ou son gibier ; qui dévastent son canton ; qui le repoussent du leur ; qui lui enlèvent sa femelle ; qui le massacrent enfin, s’il allume leur colère », ibid., p. 93.

826 « Que vingt sauvages soient assis autour d’un arbre ; que par hasard le tonnerre tombant sur des feuilles sèches, les allume ; après la première surprise, l’un dira dans son idiome : j’appelle ceci du feu. Voilà le nom du phénomène trouvé. L’autre, en éprouvant une sensation douloureuse lorsqu’il y touche, dira : ce feu est chaud. Un troisième, voyant qu’il s’éteint où les feuilles sont consumées, s’avisera d’y jeter de nouvelles. Un quatrième s’apercevra qu’il est lumineux. Enfin […] tous les sauvages, en se communiquant leurs observations, auront très promptement un grand nombre d’idées et de mots sur la nature et les effets du feu », ibid., p. 44-45.

827 Voir Buffon, HN, III, 1749 : le « premier homme » parle ; son long discours rend compte des différentes étapes de l’éveil de sa conscience, d’abord à son corps, puis au monde et ensuite à l’autre qui est la femme.

828 Réfl., p. 37-40.

829 Ibid., p. 39-40.

830 « Péroraison (Belles Lettres). En rhétorique, c’est la conclusion ou la dernière partie du discours, dans laquelle l’orateur résume en peu de mots les principaux chefs qu’il a traités avec étendue dans le cours de sa pièce & tâche d’émouvoir les passions de ses auditeurs […], ce qui est si essentiel à la péroraison que les maîtres de l’art appellent cette partie du discours sedes affectum », « Péroraison », Enc., XII, 1765. O. Belot oppose sa « vision » (Réfl., p. 95) à celle que développe Rousseau (voir les sept anaphores de « on verrait », DOI, p. 119-120).

831 On est frappé des points de rencontre entre ce passage et le Tab. ph. de Turgot (« spectacle toujours varié »).

832 « Platon dit ensuite dans son Gorgias qu’un orateur doit avoir la subtilité des dialecticiens, la science des philosophes, la diction presque des poètes, la voix & les gestes des plus grands acteurs », Voltaire, « Éloquence », Enc., V, 1755.

833 Lettre du 29 mars 1761, Best. D9707.

834 « Les armes ne seront pas égales […] pourvu que je convainque mes adversaires, je me soucie très peu de les persuader », début de la « Préface » de Narcisse ou l’amant de lui-même (1753).

835 « J’approuve fort M. Rousseau […] [pourtant] la position de sa tête intéresse peu dans la question dont il s’agit ; mais la conformation intérieure de cette tête y devient très intéressante ». C’est dans cette optique qu’elle évoque « la différence entres les organes de l’homme & ceux des animaux », en particulier la spécificité du cerveau humain (Réfl., p. 9), traité par Buffon dans Sur la nature des animaux (HN, IV, 1753) ou dans l’article « Cerveau » de l’Enc., II (1752).

836 Rousseau voit dans la Lettre du Bourgeois de Bordeaux « une pièce agréablement écrite, assaisonnée de cette ironie fine & plaisante qu’on appelle, je crois, de la politesse & je ne m’y trouve nullement offensé » (MF, mars 1756, p. 64).

837 « Fidèle à la religion, Monsieur Rousseau se livre à des conjectures qu’elle ne nous défend pas », p. 6. « J’approuve fort M. Rousseau de ne pas examiner avec Aristote, si le premier homme eut des griffes crochues & s’il marcha à quatre pattes », p. 8 ; à propos de la « qualité d’agent libre » de l’homme naturel : « J’avoue que je me perds dans une distinction si métaphysique », p. 16 ; « Est-ce donc seulement au concours fortuit des causes étrangères que Monsieur Rousseau doit la supériorité d’esprit, de raison, de discernement qu’on admire en lui ? […] Comment imaginer que M. Rousseau, né sauvage, serait demeuré aussi stupide qu’un Caraïbe ? », p. 24 ; « La Nature n’a pas, je l’espère, confié à Monsieur Rousseau qu’elle eût pris la barbare résolution de ne plus produire que des hommes dépravés », p. 94.

838 « Un Citoyen que l’amour propre bien entendu anime et que le rôle du bien public excite, lorsqu’il attaque une erreur ou qu’il découvre une vérité, raisonne, discute, prouve mais n’invective pas », Obs. NT, p. 34-35.

839 Réfl., p. 3.

840 « Si je ne m’exagère pas mes droits », « il me semble », « ma faible voix », « sans entrer fièrement en lice », ibid., p. 1-4. Tout le texte est balayé de déclarations de « modestie » : « il me semble », « il me paraît », « j’ose », « je présume », « à mon avis », « j’imagine », « je ne m’aviserai pas », etc. Parfois de fausse modestie : « J’avoue que je me perds dans une distinction si métaphysique », ibid., p. 16.

841 Sur l’être et le paraître, sur la « politesse », voir la « Préface » de Narcisse. À propos de la « politesse », Rousseau, dans la première partie du DSA, avait développé, au nom de l’authenticité, une condamnation de ce qu’il perçoit comme une forme d’hypocrisie qui asservit les individus : « Sans cesse la politesse exige, la bienséance ordonne : sans cesse on suit des usages, jamais son propre génie. On n’ose plus paraître ce que l’on est » (Œ. R., III, p. 89). En 1755, dans sa courte réponse publique au « citoyen de Bordeaux », Rousseau apparente la « politesse » de son interlocuteur au mensonge : c’est, écrit-il, « cette ironie fine & plaisante qu’on appelle, je crois, la politesse » (Mercure de France, mars 1756, p. 64) ; sur la « civilité » chez Rousseau, voir P. Raynaud, « Rousseau et les paradoxes de l’authenticité », La Politesse des Lumières. Les lois, les mœurs, les manières, Gallimard, 2013.

842 « Sitôt que les hommes eurent commencé à s’apprécier mutuellement, et que l’idée de la considération fut formée dans leur esprit, chacun crut y avoir droit ; et il ne fut plus possible d’en manquer impunément pour personne. De là sortirent les premiers devoirs de la civilité, même parmi les Sauvages […]. Les vengeances devinrent terribles et les hommes sanguinaires et cruels […] tandis que rien n’est si doux que lui dans son état primitif », DOI, p. 100.

843 Voir P. Raynaud, Politesse, morale et construction sociale. Pour une histoire des traités de comportement (1670-1788), Champion, 2011, chap. 5, p. 121-150.

844 Charles Borde qui ne traitait que de la « politesse » écrit : « Il entre dans la politesse des mœurs plus de philosophie qu’on ne pense : elle respecte le nom et la qualité d’homme ; elle seule conserve entre eux une sorte d’égalité fictive, faible mais précieux reste de leur ancien droit naturel. Entre égaux, elle devient la médiatrice de leur amour-propre ; elle est le sacrifice personnel de l’humeur et de l’esprit de singularité », Discours sur les avantages des Sciences et des Arts (en réponse au DSA de Rousseau, 1750), MF, déc. 1751, 1, p. 43.

845 « Civilité, politesse, affabilité », Enc., III (1753).

846 Il évoque un passage de l’EL concernant Lycurgue.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search