Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Lettre d’amour

Note de l’éditeur

Fonds Maxence Van der Meersch – Wasquehal – Tapuscrit

Texte intégral

1Depuis longtemps déjà, le ménage du Docteur Gérard Merlier allait cahin-caha. Mme Merlier soupçonnait son mari d’entretenir des maîtresses. Elle se montrait d’humeur inabordable, changeait de bonne toutes les semaines, faisait au pauvre docteur la vie impossible, poussait la jalousie jusqu’à écouter derrière la porte de son cabinet les conversations qu’il pouvait tenir à ses clientes sur l’hygiène alimentaire ou l’usage des purgatifs... Elle était fort riche. Elle manifesta bientôt la volonté d’y voir clair dans la gestion de sa dot, fit subir à son mari mille petits outrages. Le brave homme, las de cette vie d’enfer, chercha et trouva au-dehors des distractions – jusqu’au jour où d’un commun accord, les deux époux décidèrent de se séparer. Divorcer, c’est bientôt dit. Encore faut-il des raisons. Et puis, ni l’un ni l’autre des époux ne prétendait obtenir le divorce « à ses torts », – ni même « à torts réciproques ».

2Or, vers ce temps-là, quelques semaines avant leur séparation, le Docteur Merlier crut s’apercevoir que sa femme, la nuit, devait fouiller ses poches. Il ne dit rien, plaça, un soir, avant de se coucher, un cheveu plié en cavalier à l’intérieur de son portefeuille, et – le cheveu n’étant plus en place le lendemain matin – acquit ainsi la certitude qu’on venait nuitamment chercher parmi ses papiers une arme éventuelle en vue du divorce.

3Le Docteur Merlier était un homme méthodique. Il réfléchit toute la journée sur ce petit fait qu’il venait d’apprendre. Le résultat de ses méditations fut une longue missive, qu’il écrivit d’une écriture anguleuse, et artificiellement féminisée... Il la relut, il la sécha soigneusement, la plia en quatre, puis la déplia et la froissa vigoureusement. Et il en arracha la moitié, la roula en boule et la fourra négligemment dans la poche droite de sa veste. Le reste de la missive, il le glissa dans une enveloppe, avec une seconde épître, adressée au Président du Tribunal Civil, et qu’il signa cette fois de son nom. Sur l’enveloppe, il libella sa propre adresse : « Monsieur le Dr Merlier. Recommandée ». Et il porta la lettre à la poste. Il la reçut le lendemain, se garda de l’ouvrir, mais la déposa dans son coffre personnel, en banque. Quant au fragment de la première lettre, intentionnellement chiffonné et laissé dans la poche de son veston, il avait eu le plaisir, dès le matin, de s’apercevoir qu’une main furtive l’avait, au cours de la nuit, dextrement subtilisé.

*

4Madame Merlier se rendit chez son avocat le jour suivant.

5– Maître, j’apporte enfin une preuve !

6Elle jetait sur le bureau de l’avocat un fragment de lettre tout fripé. Maître Gayard s’en saisit, comme un chat d’une souris, et, myope, fit courir sur les lignes le bout de son long nez blafard. Il sursauta : – Parfait ! Parfait ! Nous le tenons ! Ah les bandits ! Voilà une lettre d’amour, ou je ne m’y entends plus ! Quels termes ! Quelle flamme ! Une exaltée, une passionnée, cette petite, ça se sent rien qu’à l’écriture ! Eh ! bien, chère madame, votre mari est fichu ! Inutile que nous cherchions d’autres preuves. Je vais téléphoner à l’agence Mystère de cesser sa surveillance... Nous avons tout ce qu’il nous faut, arrêtons les frais. Je crois maintenant pouvoir vous promettre une jolie pension alimentaire.

*

7Il y avait peu de monde, dans la salle du Tribunal. Dans un coin, sur une banquette de velours vert, Madame Merlier, tendue, avide, buvait les paroles de son avocat. Maître Gayard en donnait à sa cliente pour son argent. Il beuglait, agitait les manches, désignait d’un doigt vengeur le Docteur Merlier, qui, paisible, lui tournait le dos et parlait bas avec Maître Duloing, son défenseur.

8– Oui, hurlait Maître Gayard... Notre cliente, Messieurs, a vécu quinze années durant une vie d’enfer, sous la lourde tyrannie d’un être aux bas instincts. Non content de se montrer au foyer conjugal le plus martyrisant des tortionnaires, il allait au-dehors, par toute la ville, se livrer à la débauche et l’adultère. Il dilapidait avec de viles créatures le patrimoine apporté par notre cliente ! Il entretenait une jeune personne de mœurs douteuses... Une certaine Léonie, parfaitement, chez qui il allait satisfaire ses bas instincts, et qui... Mais de ces assertions hardies vous réclamerez sans doute la preuve, la voilà !

9Il brandissait un fragment de lettre chiffonné.

10Je lis, pour l’édification du tribunal ! Je lis, pour qu’on puisse juger quels étaient les rapports exacts de notre adversaire et de cette créature...

1126 mai 1933

Mon petit Gérard tout en sucre,
J’ai vainement attendu ta lettre ou ta visite. Je comprends que ta femme te retienne, mais je souffre tant loin de toi ! Quand donc seras-tu libre ! Il y a des cas où le crime devrait être permis, n ’est-ce pas ? Quand donc t’aurai-je à moi, tout à moi ? Quand pourrons-nous librement nous retrouver pour revivre ces minutes enivrantes dont le souvenir...

12J’aurais honte, Messieurs, de poursuivre... Mais je pense que notre adversaire ne tient pas non plus à ce que j’achève la lecture de ce fragment, malheureusement incomplet, puisque nous n’avons retrouvé dans la poche que ce morceau déchiré – et qu’il ne s’obstinera plus, devant de telles preuves, à nier l’évidence. Je ne vois plus en effet, contre une pareille pièce, ce que pourrait alléguer...

13C’est à ce moment que Maître Duloing, le petit avocat tout rond, tout rouge, tout jovial, qui assistait le Docteur Merlier, demanda fort poliment l’autorisation d’interrompre la plaidoirie.

14– Mon client, Messieurs les juges, annonça-t-il de sa voix fluette, déclare posséder dans cette lettre... – il montrait un pli fermé – la réponse décisive aux arguments de la partie...

15Il y eut un instant de grand étonnement... Cérémonieusement, Maître Duloing s’avançait, déposait sur le bureau du Président l’enveloppe fermée... Curieux, le Président la prit, la retourna : – Mais elle ne m’est pas adressée, Maître Duloing, observa-t-il. Elle porte la mention : « À Monsieur le Dr Merlier ».

16– Mon client insiste néanmoins, Monsieur le Président, pour que vous en preniez connaissance vous-même.

17– Savez-vous son contenu ?

18– Je vous affirme que je l’ignore absolument. Le Docteur Merlier n’a rien voulu me dire de plus...

19– Hé bien, ouvrez-la vous même devant nous, maître Duloing, dit le Président, fort amusé. Et donnez-nous en lecture.

20– Je ferai remarquer au tribunal, avant d’ouvrir, la date de la poste, 26 mai 1933 : la même date que la lettre d’amour lue tout à l’heure par notre adversaire... De plus, la présente n’a jamais été ouverte. Les cachets sont intacts. Je les romps à présent...

21Manches troussées, très haut, avec des gestes de prestidigitateur qui ne veut pas être soupçonné, il décachetait le pli. Il en tira d’abord un fragment tout froissé : le reste de la fameuse missive d’amour, qu’il lut tout haut. Il fit voir que les déchirures se raccordaient exactement. Puis il sortit de l’enveloppe un deuxième papier, qu’il lut tout haut :

À Monsieur le Président du Tribunal
Monsieur le Président,
Je pressens, à la suite de conflits domestiques, que j’aurai incessamment à demander le divorce. Or, je me suis aperçu que depuis quelque temps ma femme fouillait dans mon portefeuille, – violant ainsi le secret professionnel qui m’incombe en qualité de médecin. Je rédige donc aujourd ’hui une lettre d’amour, fictive, adressée à moi-même et signée d’une mythologique Léonie. J’en mets une moitié dans ma poche à l’intention de ma femme. Voici l’autre moitié. Vous serez à même de juger ainsi la valeur à attacher à la preuve qu’elle apportera certainement devant vous...

*

22– Il faut être une canaille ! hurlait Maître Gayard, un quart d’heure après, dans la bibliothèque des avocats ! Il faut être un bandit ! un Machiavel ! Je pouvais avoir d’autres preuves, j’ai tout laissé tomber, j’ai cru cela bien suffisant ! Ah ! la fripouille ! Non ! Ce n’est pas un tour à faire !

23– Je vous comprends... Je vous comprends... glissait Duloing, l’air compatissant. Mais il m’était impossible de deviner un truc pareil, n’est-ce pas ? Croyez bien que si j’avais pu savoir, mon cher confrère...

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search