Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

CO3HNa

Note de l’éditeur

Fonds Maxence Van der Meersch – Wasquehal – Tapuscrit

Texte intégral

1Philippe Bressières attendait son amie depuis trois quarts d’heure.

2Il avait comme d’habitude fait préparer par la concierge les fleurs, les biscuits et la bouteille de vin de muscat qui créaient la classique atmosphère de ces cinq-à-sept. Il avait tiré à demi les tentures de reps grenat passablement rongé par le soleil, allumé sur le cosy la petite lampe de chevet dont Mabelle aimait la couleur ivoirine tamisée par un abat-jour de parchemin. Et, bien que le chauffage central fonctionnât, une bûche de bois de bouleau, dans l’étroite cheminée de marbre Louis XV, lançait par instant, jusqu’au plafond, la clarté vive et fugitive d’une flamme brève. Cela mettait, dans la banalité un peu pauvre du pied-à-terre, une note d’intimité et de bien-être à laquelle Philippe lui-même n’était pas insensible.

3Il avait ôté son veston, enfilé sa vaste robe de chambre lie-de-vin, à revers et parements écossais. Il s’était assis dans l’unique petit fauteuil démodé, un voltaire de velours vert, au coin de la cheminée. Et il écoutait le tic-tac lent et sonore de l’antique cartel de bronze et d’albâtre qui décorait le dessus du secrétaire Empire, entre les deux fenêtres étroites qui donnaient sur la rue.

4Philippe Bressières avait toujours eu pour ce bruit sonore et triste des vieilles pendules une prédilection singulière, nuancée d’on ne sait quelle tristesse. Cet éternel et monotone battement évoquait pour lui, plus que tout au monde, la solitude, le vide de la vie, la fuite du temps, l’impitoyable déroulement des jours et des années, jusqu’à la vieillesse et la mort.

5Il se pencha vers le guéridon, à sa gauche, se versa un verre de muscat, ce vin trop sucré qu’il n’achetait que pour Mabelle, sortit lentement un étui en cuir de la poche droite un peu décousue de sa robe de chambre, alluma une cigarette en se disant qu’il serait tout de même bon de faire faire cette couture par la concierge parce que si Mabelle voyait ça... Il tira sur les manchettes de sa chemise pour faire apparaître la blancheur du linge fin sur ses poignets, de forts poignets velus d’homme robuste et sensuel. Et il se leva, alla en baillant écarter les rideaux de reps rouge et jeter un coup d’œil plongeant sur la rue.

6C’était une petite rue provinciale, noire de toutes les poussières de cette grande ville industrielle, mais paisible, retirée, à l’écart de la vie, favorable à la prospérité des quelques maisons de rendez-vous qui y recevaient une clientèle discrète et bourgeoise.

7C’était un peu plus loin, au 36 exactement, dans une de ces maisons de rendez-vous toujours pleines de monde et en même temps désertes, calmes et silencieuses en apparence comme un couvent, que Philippe Bressières avait connu Mabelle.

8Dès le début, ils s’étaient accrochés l’un à l’autre. Elle surtout, plus âgée que lui de sept ou huit ans, si encore elle avouait tout. Philippe Bressières, garçon de bonne famille, licencié en Droit, courtier en assurances, ne manquait ni d’instruction, ni d’esprit, ni d’élégance. Lui-même s’était laissé prendre à la nouveauté d’une aventure imprévue, après tant de banales rencontres dans ces maisons où les compagnes d’une après-midi qu’on vous présente en grand mystère ont tôt fait de se révéler sous le jour le plus vulgaire et le plus décevant.

9Elle l’avait frappé par une élégance qui trahissait la bourgeoise riche, par la passion, la véhémence, la violence qu’elle apportait à tout ce qu’elle faisait, par quelque chose d’un peu désaxé et presque morbide qui faisaient d’elle, qu’on le voulût ou non, une compagne qu’on n’oubliait pas. Pour lui, elle avait bientôt levé le masque. Il avait su qu’elle était la femme d’un gros propriétaire terrien de la région. Mariage d’argent, sans amour. Le mari, demi-déséquilibré sexuel, avait ébranlé les nerfs de la malheureuse par des exigences continuelles, une folie de luxure, des étreintes aussi brèves qu’incessantes, dont elle sortait insatisfaite et crispée jusqu’à la crise de nerfs. Un médecin de ses amis lui avait donné le conseil intéressé de chercher l’apaisement auprès d’un amant. Il s’était lui-même placé le premier sur les rangs. Après lui étaient venus d’autres, jusqu’à ce qu’elle rencontrât Philippe.

10Pour lui, cette liaison, pendant deux ans, avait été sans nuage. Mabelle Lerbigny avait loué ce pied-à-terre. Elle subvenait en camarade à sa bonne part des menues dépenses du couple : voyages, restaurants, théâtre à l’occasion. Philippe Bressières, à qui ses parents n’avaient laissé d’autre capital qu’un physique agréable et des diplômes à peu près inutiles, s’avouait quelquefois avec une pointe de cynisme qu’il n’était pas désagréable pour un courtier en assurances, plus heureux en amour qu’en affaires, d’être tombé sur une compagne aussi compréhensive. Il sauvegardait les apparences. Les fleurs des anniversaires venaient droit de chez Baumann. Les menus cadeaux obligatoires, adroitement dénichés chez les antiquaires ou les bouquinistes, portaient la signature d’un bon peintre ou d’un grand maître verrier, ou l’autographe d’un auteur en renom. Mabelle savait apprécier cette recherche. Et cela laissait ainsi en pleine sérénité l’âme infiniment souple et adaptable de Philippe, son âme de protozoaire, comme il la définissait.

11Depuis sept ou huit mois, les rapports de Mabelle Lerbigny et de son amant étaient tendus au paroxysme. À mesure que s’amplifiait sa passion pour Philippe, le contact, le simple souvenir de son mari lui devenait insupportable.

12– Je n’en puis plus ! disait-elle. Il faut que cela finisse, ou j’en deviendrai folle. Ce partage ! Ce partage ! Tu ne peux pas comprendre ! Ou j’en mourrai, ou il faut qu’il meure !

13Elle en était venue ainsi, de concert avec Philippe, à se lancer dans une aventure qui devait aboutir à la délivrer comme elle disait, et qui témoignait aux yeux de Philippe un déséquilibre accru jusqu’au pathologique. Il ne s’en inquiétait pas. Il s’était fort ingénieusement arrangé pour tirer son épingle du jeu, et pour que ledit jeu ne tournât pas d’ailleurs jusqu’aux catastrophes où elle voulait les entraîner tous deux. Quelques mois auparavant, il avait fait la connaissance chez un client d’une charmante jeune fille qui représentait à ses yeux une madame Bressières parfaitement acceptable. Il comptait, avant la fin de l’année, avant que Mabelle se fût aperçue de rien, dissoudre une liaison qui commençait à prendre pour lui quelque chose de frénétique et de trop excessif pour n’être pas quelque peu inquiétante. Il ne restait qu’à trouver le prétexte d’une rupture de galant homme, chose relativement simple.

14Philippe prit une nouvelle cigarette, saisit avec les pincettes une braise dans la cheminée et, adossé au marbre, lança en l’air des ronds bleus, adroitement roulés d’un coup de langue, tout en souriant à son avenir.

15Le drôle dans tout cela, serait le dénouement du côté du mari. Un dénouement inattendu pour Mabelle... Philippe secoua la tête, haussa imperceptiblement les épaules.

16– Je pense qu’elle devenait un peu folle, murmura-t-il à mi-voix. Où diantre voulait-elle m’emmener ?

17Dehors, à l’angle de la rue, il y eut un couinement discret, familier... La Simca ! Philippe courut à la fenêtre droite, appuya le front contre la vitre. Dans la brume vague de cette après-midi d’hiver déclinante, il aperçut, avec un tressaillement intérieur de contentement, la minuscule voiture gris taupe juste à l’instant arrêtée trois portes plus loin. Une femme en descendit, longue et mince, serrée dans un manteau noir. Un feutre de même couleur cachait tout le visage.

18– On jurerait qu’elle s’est mise en deuil, pensa à mi-voix Philippe.

19Il remarqua que Mabelle omettait de fermer les portières de sa voiture comme elle avait l’habitude de le faire soigneusement.

20– Ce n’est pas prudent. Et ses feux de position qu’elle oublie d’allumer !

21– Peut-être y a-t-il un contretemps... Peut-être est-elle obligée de s’en aller tout de suite...

22Il l’entendit qui montait l’escalier de son pas ferme et léger. Il entendit claquer sec les hauts talons des fins souliers de lézard noir sur le plancher du palier. Elle poussa la porte. Il lui ouvrit les bras. Elle n’avança pas. Elle resta immobile, debout, grande et comme maigrie dans son manteau noir et long, le visage particulièrement pâle sous l’ombre dense de son feutre.

23– Hé bien ? dit-il.

24Toujours tournée vers lui, elle repoussa la porte, donna un tour de clé dans la serrure, comme elle avait l’habitude de le faire, et, lentement, levant ses deux mains jusqu’à sa tête d’un geste fatigué, elle ôta son chapeau. Et ce fut autour de son visage aigu et tendu l’auréole soudaine d’une toison de lumière blonde. Avec stupeur, Philippe regardait ce visage tiré et comme intérieurement ravagé, ces yeux affreusement soulignés d’un cerne de fatigue.

25– Hé bien ? répéta-t-il.

26– Tu ne comprends pas ?

27– Quoi ? Mais non, parle. Que se passe-t-il ?

28– C’est fini, dit-elle.

29– Fini ?

30– Il est mort.

31Il répéta bêtement, sans comprendre :

32– Il est mort ? Qui est-ce qui est mort ?

33Vague, la pensée le traversa qu’il pouvait s’agir de Youqui, le fox à poils durs de Mabelle.

34– Jean-Pierre, dit-elle.

35Il répéta à nouveau, stupide, sans comprendre encore tant il était loin de la réalité :

36– Jean-Pierre ? Jean-Pierre ?

37Et brusquement, dans une illumination, un cri :

38– Ton mari ?

39– Qui veux-tu que ce soit d’autre ? dit-elle.

40D’un pas las elle alla s’asseoir sur le petit fauteuil où il était tout à l’heure, se pencha vers la flamme, étendit ses mains fines, que le feu par transparence éclaira comme deux frêles branches de corail. Elle se chauffa ainsi un instant, le front baissé. Elle avait l’air accablée.

41Il était resté debout près de la porte, ne comprenant rien encore. Brusquement, il vint vers elle.

42– Voyons, Mabelle ! Ce n’est pas possible.

43Elle ne répondit pas.

44Elle parut soudain traversée d’une inquiétude brutale.

45– Mon sac ! Où ai-je mis mon sac ? Où est mon sac ?

46Elle tâta nerveusement autour d’elle le siège du fauteuil. Il y eut sur ses traits une détente. Elle ramena le sac sur ses genoux avec un soupir de soulagement, le tint désormais serré entre ses deux mains. Alors seulement elle releva vers Philippe son visage en pleine lumière, et, le regardant avec une fixité dure, elle lui dit, la voix âpre :

47– Et pourquoi ne serait-ce pas possible ? N’est-ce pas normal ?

48Il bégaya :

49– Mais... Mais...

50– N’avons-nous pas tout fait pour cela ?

51Il continuait à bégayer :

52– Mais...

53– N’a-t-il pas pris depuis deux mois tous les soirs ce que tu me donnais pour lui ?

54Philippe se redressa, abandonna l’appui de la cheminée, respira :

55– Précisément, dit-il.

56– Comment, « précisément » ?

57– Ma chère Mabelle, tu n’as pas la figure de quelqu’un qui se fiche de moi. Tu m’annonces la mort de ton mari, je suis bien forcé d’y croire. Mais laisse-moi te dire une chose, qui te rassurera peut-être, qui te soulagera peut-être, tu n’y es pour rien, et je n’y suis pour rien !

58Elle répéta.

59– Comment ? Comment ?

60Il eut un sourire.

61– Les petits paquets que je te donnais, sais-tu ce que c’était ? La poudre blanche ? – du bicarbonate de soude, Mabelle, tout simplement. Je les achetais par douze paquets à la fois, des paquets d’un gramme, que je faisais préparer chez Ricart le pharmacien.

62Il eut un petit rire.

63– Voilà, Mabelle ! Si tu ne me crois pas, viens avec moi chez Ricart. Excellent pour l’estomac, le bicarbonate. Je parie que ton mari s’en trouvait bien.

64Il la regardait. Il cessa de sourire. Mabelle le dévorait des yeux. Et une telle expression de haine ravageait en ce moment ses traits qu’il se demanda pour la première fois s’il n’avait pas affaire à une démente. Une peur le prit, une peur vague, inanalysable, oppressante. Il essaya de réagir, de dominer cette peur, de prendre les choses à la légère.

65– Tu vois maintenant comme j’ai bien fait... Tu vois dans quelles complications nous aurait entraînés le geste que tu voulais faire et que tu me demandais de t’aider à faire...

66Elle le regardait toujours du même regard muet et hagard.

67– Et tu vois aussi ce que c’est que l’imagination ! essaya-t-il de plaisanter. Tu m’écrivais « ... Ce que tu m’as donné agit de plus en plus ».

68« ... Mon mari a beaucoup maigri ».

69« ... Cette nuit il a souffert abominablement ».

70Il sourit.

71– Ça ne pouvait que le faire grossir, le pauvre homme ! Je lisais tes lettres, et elles étaient bien amusantes. J’étais tranquille...

72Elle se leva lentement, tenant son sac haut sur la poitrine. Philippe regardait ce sac, et un soupçon rapide le traversa. Dès lors, il ne quittait plus des yeux le visage de Mabelle, ou bien ses mains, ou bien ce sac gonflé de choses lourdes et indevinables.

73– Ah ! répéta-t-elle. Tu étais bien tranquille ! Ainsi, tu t’es joué de moi !

74Il protesta :

75– Mais pas du tout !

76– Tu t’es moqué de moi ! Tu t’es servi de moi comme d’une chose agréable, comme d’une fille !

77– Voyons, Mabelle !

78Il essaya de lui prendre les mains, de lui enlever ce sac. Elle recula, mit le fauteuil entre eux :

79– Ne me touche pas ! – Moi j’ai souffert du partage, j’ai souffert jusqu’au martyre des bestialités de mon mari. Je t’ai tout dit. J’ai pensé : « Celui-là mesure ce que j’endure, il compatit, il m’aime... M’aimerait-il assez jusqu’à me délivrer ? ». Et je t’ai proposé de me fournir du poison pour Jean-Pierre. Je n’aurais pas empoisonné mon mari, j’aurais préféré fuir avec toi. Ce que je voulais c’était voir si tu oserais faire cela pour moi, quand j’ai vu que tu ne reculais pas, oh comme je t’ai aimé ! Pouvais-je deviner...

80Elle eut un rire âpre, détraqué.

81Il balbutia :

82– Voyons, Mabelle, comment arrivais-tu à croire... Comment après tout pourrais-tu me mépriser assez pour me penser capable...

83Elle l’interrompit sauvagement :

84– Le crime qu’un homme commet pour délivrer la femme qu’il aime, aux yeux de cette femme-là, ce n’est jamais un crime !

85– Tout de même !

86Il tira son mouchoir de la poche déchirée de sa robe de chambre. Il épongea son visage où une légère sueur commençait à perler.

87– C’est par hasard que j’ai tout su, dit-elle. Tes douze premiers paquets étaient là, envoyés par la poste. Quelle imprudence, Philippe ! (elle eut un sourire qui fut un rictus). – Je voulais te les rendre à notre rendez-vous suivant. Et puis, il y a eu chez nous une bête à empoisonner. Je lui ai donné six paquets d’un coup. Rien. Alors j’ai fait analyser le reste. Et j’ai tout su.

88Il eut, les deux bras levés et ballants, un geste qui voulait dire : « Que veux-tu ! » Au fond de lui-même il pensait : – Que ça finisse bien vite. Combien de temps va encore durer cette scène...

89Il aspira à l’instant où il redescendrait l’escalier sombre, se retrouverait dans la rue, sur un dernier mot d’adieu, sur un dernier mot de reproche et d’insulte sans doute, mais qui le laisserait enfin délivré, libre. Plus qu’un quart d’heure après tout, une demi-heure peut-être, au maximum... Ces scènes-là sont trop violentes pour durer longtemps. Éviter le drame, ne rien pousser trop loin, louvoyer, s’en tirer sans casse... Et après, ouf !

90Il épongea de nouveau son front moite.

91– Si seulement, reprit-elle, tu avais eu un sursaut. Si seulement tu m’avais dit : – « Écoute, non, je ne t’aime pas jusque là ! ». J’aurais compris ! Je t’aurais encore aimé quand même. Mais ainsi ! Ainsi, tu as feint d’entrer dans mon jeu. Tu t’es moqué de moi. Tu as fait traîner l’affaire, parce que tu avais besoin d’une maîtresse jusqu’à la fin de l’année... Et que je représentais pour toi une liaison commode et sans danger, facile à dénouer le jour prochain où...

92– Voyons, Mabelle !

93– Je sais tout. J’ai fait mon enquête. Tes projets de mariage... Veux-tu des précisions ?

94– J’aime mieux ne pas répondre, fit-il, avec son grand geste des deux bras, amplifié par les vastes manches de sa robe de chambre.

95Il prit l’air dédaigneux et absent de l’homme victime d’une injustice et qui se refuse à toute défense. Au fond, il était prodigieusement ennuyé. Du coin de l’œil il surveillait le sac.

96– Tu jouais le jeu avec adresse ! reprit-elle, avec ce sourire qui tournait au rictus. Je te suivais, et je ne pouvais pas m’empêcher de t’admirer ! Avec quel doigté tu faisais tramer les choses ! Comme tu arrivais à me faire prendre patience. Comme tu manœuvrais avec science pour atteindre la fin de l’année, pour arriver jusqu’à ta libération ! Tu te rappelles ? Les lettres que tu m’écrivais pendant ton séjour à Paris ou quand j’étais à Bruxelles avec lui ?

97« ... être prudente. Aller lentement... Employer un produit trop toxique serait dangereux, sois patiente. L’avenir est à nous... »

98J’ai encore relu toutes tes lettres hier soir ! Toutes tes lettres tellement imprudentes, tellement imprudentes maintenant qu’il est mort.

99– S’il est mort, dit-il, ce n’est certainement pas mon bicarbonate de soude qui l’a tué. Je ne risquerai pas grand chose.

100Elle le regarda un moment en silence d’un regard si chargé de férocité ironique qu’il se sentit le cœur serré sans savoir pourquoi. Elle sembla vouloir dire quelque chose et y renonça brusquement. Elle poursuivit après un silence :

101– Mes lettres à moi, ce qu’elles ont dû t’amuser, hein ? Mes lettres où j’écrivais : « Jean-Pierre maigrit... Jean-Pierre a dû se coucher... J’ai l’impression que Jean-Pierre va de plus en plus mal, bien qu’il déclare : – Je me porte très bien ». Tu devais te dire en toi-même : – Parbleu qu’il se porte bien ! C’est mon bicarbonate. Ce que c’est tout de même que l’imagination des femmes ! Tu devais bien rire, oui ! Tu as peut-être raconté cette bonne blague à quelques copains... Tu ne te doutais pas que des deux, c’est moi qui riais le plus fort et qui rirais de plus en plus fort ! Ah, ah, ah !

102Elle éclata d’un rire aigu qui fit peur à Philippe. Il commençait à se demander comment il sortirait indemne de cette chambre où le tenait cette femme à demi-folle. Il n’osait plus répondre, il ne cherchait qu’une chose : le moyen d’apaiser cet être déchaîné, de lui échapper, de fuir... L’escalier, la rue, quel rêve !

103– Ma petite Mabelle, dit-il, soyons raisonnables. Reconnais que j’ai agi pour le mieux. J’ai essayé de t’épargner d’affreuses souffrances, des remords qui...

104– Tu m’as apporté la pire des souffrances qu’on peut apporter à une femme. Tu vas d’ailleurs la payer cher, Philippe. Avec moi. Nous allons payer ensemble.

105Il crut comprendre. Une pensée le traversa : « sauter par-dessus le fauteuil, lui arracher le sac ». Mais il y a des moments où les pensées sont si intenses qu’elles se lisent sur notre visage à livre ouvert. Mabelle recula d’un pas. Et déjà, de son sac ouvert, elle avait sorti un bouledogue nickelé, un court pistolet automatique qu’elle braquait sur lui.

106– Ne bouge pas, dit-elle. Ne bouge surtout pas. Du reste, même si tu m’arrachais cette arme, ma vengeance ce n’est pas ça ! C’est infiniment plus délectable que ça !

107Elle souffla une seconde et lentement, presque avec solennité :

108– Mon mari est mort. Il est mort empoisonné.

109– À supposer que ça soit vrai, dit-il, je n’y suis pour rien. J’ai le droit de m’en laver les mains.

110Elle continua :

111– Ce que tu n’as pas osé faire, je l’ai fait.

112Cette fois il commença à entrevoir l’abîme. Il devint blême. Il avança d’un pas.

113– Tu l’as fait...

114– Moi-même.

115Il eut un sursaut, un effort véhément pour s’accrocher à un espoir.

116– Après ? Je n’y suis pour rien.

117– Je viens de déposer une confession complète, poursuivit-elle sans se laisser arrêter, au bureau central de la Police Judiciaire. J’y ai tout dit.

118– Il ne me sera pas difficile de me défendre...

119– J’y ai tout dit ce que je voulais dire. Comment tu me fournissais le poison. Comment je l’ai administré.

120Il se sentit sombrer. Le timbre grêle de la pendulette, sur le secrétaire, sonna six coups mélancoliques et lointains comme l’heure précédente, heureuse et inconsciente qu’un océan de temps, d’orages et de catastrophes séparait maintenant de lui. Il évoqua le cataclysme qui venait de s’abattre, la tornade qui balayait toute son existence. Et il crut rêver. Il crut que ce n’était pas possible, qu’il traversait un hideux cauchemar dont il allait s’éveiller.

121Il se débattait encore. Il se rattrapait comme un noyé à n’importe quel fétu d’espoir.

122– Il faut des preuves ! Il me sera facile de me défendre !

123– J’ai déposé tes lettres avec ma confession à la Police Judiciaire.

124– Je prouverai que c’était du bicarbonate de soude.

125– J’ai demandé qu’on fasse l’autopsie.

126– Je prouverai que je l’avais acheté, ce bicarbonate. Je puis donner l’adresse du pharmacien.

127– Tu prouveras simplement que tu avais voulu te préparer une bonne excuse.

128Cette fois, robuste comme il l’était, l’espace de quelques secondes, il vit tout noir, il eut un étourdissement et dut fermer les yeux. Voilée, confuse, la voix de Mabelle lui parvenait encore :

129– La police sera ici dans quelques minutes. J’ai décidé de ne pas l’attendre. Bon courage pour les mois qui te restent à vivre, Philippe.

130Il entendit une détonation sourde. Il rouvrit les yeux. Mabelle avait lâché son arme. Elle tenait son sein gauche à deux mains. Elle regarda Philippe avec des yeux dilatés. La grimace d’une effroyable souffrance lui tordait la bouche et lui contractait les mâchoires. Lentement, elle s’affaissa en virant sur elle-même, presque jusqu’aux pieds de Philippe qui fit un bond instinctif en arrière. Il resta hébété quelques secondes. Brusquement, d’un coup, comme s’il avait craint de trouver des hommes derrière, il ouvrit la porte de la chambre et se rua sur le palier, dévala en deux sauts gigantesques l’étroit escalier sombre et tomba dans les bras des policiers qui montaient.

*

131Le bureau était gai, ripoliné de blanc-crème, et largement baigné de lumière abondante qu’un globe de verre dépoli diffusait du plafond. La table à tiroirs, le classeur et les chaises étaient en chêne clair vernissé. Sur le lino brun uni et encaustiqué les semelles de Bressières et des policiers avaient laissé des pas en gris.

132– Et pourquoi avez-vous essayé de fuir ? questionnait le commissaire.

133Il fit craquer le ressort de son fauteuil à bascule en se penchant vers Bressières assis en face de lui, livide. Bressières avala une salive rare et ne répondit pas. Derrière lui, les deux policiers qui l’encadraient émirent un grognement. Ils évoquaient sans doute la bagarre, au pied de l’escalier. Elle avait été rude.

134Bressières avait un œil fermé et bleu-noir. La lèvre inférieure saignait. Il avait toujours sa grande robe de chambre lie-de-vin. Mais les deux poches maintenant béaient, déchirées. Et le revers, décousu du col jusqu’à la ceinture, pendait.

135– Tout ça est singulièrement louche ! poursuivit le commissaire.

136Il se pencha en arrière, et le ressort du fauteuil à bascule s’écrasa avec un gémissement vaguement musical. Il entrouvrit le tiroir central de son bureau, sortit une enveloppe décachetée.

137– En tout cas, reprit-il, puisque vous êtes bien le dénommé Bressières Philippe, j’ai à vous dire que j’ai reçu tout à l’heure une lettre de cette dame...

138Il vit le tressaillement de Bressières.

139– De cette dame, oui. Votre amie ?

140À quoi bon nier.

141– Oui... souffla Bressières.

142– Il y a un passage qui vous intéresse directement.

143Il leva les yeux une fois encore vers un Bressières au visage verdi. Puis il sortit de la pochette de son veston une paire de lunettes à grosse monture d’écaille-imitation, les posa sur son nez. Et il reprit l’enveloppe ; en sortit une lettre écrite à l’encre verte. L’encre de Mabelle. La grande écriture galopante, follement ascendante et débridée de Mabelle, avec des majuscules en surabondance, et partout des mots soulignés.

144– Ç’a m’est tombé à six heures tapantes, dit-il. Un commissionnaire de la gare...

145Il lut lentement, posément, sans hâte, sans impatience :

« ... Monsieur le Commissaire,
J’ai décidé de me suicider.
À six heures exactement vous trouverez mon corps rue de Marengo, 15, au premier étage.
N’accusez personne de ma mort. Le commissionnaire qui vous apportera cette lettre pourra témoigner que je la lui ai remise à dix-sept heures moi-même.
Monsieur Philippe Bressières sera sans doute sur le lieu de mon suicide. Il n ’est en rien responsable de ma mort. Dites-lui tout simplement que mon mari se porte le mieux du monde... ».

146– Hé bien ! Hé bien ! s’interrompit-il brusquement en se précipitant vers Bressières. Soutenez-le donc, vous deux ! Vous ne voyez pas qu’il tourne de l’œil !

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search