Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Le droit de ne pas tuer

Note de l’éditeur

Paru dans Réforme de juillet 1950

Texte intégral

1Nous venons de recevoir ce pamphlet de Maxence Van der Meersch. Une sagesse un peu courte nous soufflerait : ce n ’est pas le moment de le publier ; la conjoncture politique ne s’y prête point.

2Mais qu’on se batte en Extrême-Orient ne change rigoureusement rien au fait que des Français (une trentaine) sont en prison pour objection de conscience et qu’il est odieux de confondre ces pacifiques réfractaires avec des prisonniers de droit commun.

3Ce que nous demandons pour eux, c’est un statut leur permettant, dans le juste service que leur demande l’État, de ne pas renier leur conviction intime.

4Nous ne sommes pas objecteurs de conscience, mais nous considérons le respect de la personne comme un des premiers biens de l’homme.

5Nous ne souscrivons pas complètement à l’idéalisme de Maxence Van der Meersch. Car on ne peut oublier que « Jésus est en agonie jusqu’à la fin du monde » et l’Église confessante « sous la croix ». Mais demande-t-on à un homme qui crie de respecter la stricte prosodie ?

6Bas les masques ! Assez d’hypocrisie et de mensonge !

7– « La France terre chrétienne... La France, pays de Saint-Louis et du catholicisme... La France fille aînée de l’Église ! La France dépositaire de la civilisation gréco-latine ! » Mensonges !

8Il paraît que le Communisme, c’est la doctrine de l’insincérité. Il paraît que le monde occidental et notre pays tout particulièrement ont sur les « démocraties populaires » l’avantage moral de respecter la vérité, de se refuser à l’emploi de n’importe quel moyen pour arriver à leurs fins, de placer au sommet de leur idéal le respect de l’homme et de la grandeur humaine.

9Des mots, des mots ! Phrases sonores et berceuses à l’usage des collégiens et des publics électoraux ! phrases dont s’enchantent les lecteurs du journal quotidien, les auditeurs de la T.S.F. ! Agréable gargarisme verbal ! C’est tout !

10Quand, des mots, nous passons aux faits, nous nous apercevons immédiatement que notre civilisation, notre législation, notre conception de l’homme, de la civilisation, sont en réalité aussi brutalement réalistes et matérialistes que celles de n’importe quelle collectivité humaine, de quelque idéologie qu’elle se réclame. Nous parlons beaucoup d’idéalisme, de grandeur et de Dieu. Mais ceux qui font nos lois ne croient ni à l’idéalisme ni à Dieu. Et nous qui recevons ces lois comme guides de notre vie quotidienne, nous sommes très heureux qu’elles soient ce qu’elles sont.

11Des hommes sont en prison. De jeunes hommes. Presque des adolescents. Vingt ans. Depuis des mois. Quelques-uns depuis des années. Personne ou presque personne ne le sait. Et ceux qui le savent s’en désintéressent. Et si la foule le savait, elle s’en désintéresserait aussi.

12Qu’ont-ils fait ? Ils ont dit : « Je ne tuerai pas ».

13On les a appelés à l’armée. On leur a mis une arme dans les mains. On a voulu leur montrer à s’en servir. Ils ont eu un haut-le-cœur. Ils ont dit : « Non ».

14Alors, cette société évoluée, civilisée, humanitaire, respectueuse de la personne humaine et des droits imprescriptibles de la conscience, a pris ces jeunes gens et les a mis en prison avec des voleurs et des assassins.

15Parce que, n’est-ce pas, il ne faut pas confondre les discours et les réalités. Et notre évangélique société a besoin de tueurs, comme elle a besoin de femmes dans ses maisons closes.

16– Ce sont des lâches, dit-on. Ils ont peur de se battre, un point c’est tout.

17S’ils avaient peur, ils feraient comme tout le monde. Ils obéiraient. La mort, ils la risqueront plus que vous, qui vous dites des braves. Ils ne refusent pas le péril. Ils demandent les postes les plus dangereux, les plus exposés, ceux où le risque est maximum : en temps de paix, lutte contre les épidémies, déminage..., en temps de guerre, secours d’urgence aux populations civiles, sous les bombardements, etc., n’importe quoi, pourvu qu’il s’agisse de sauver d’autres hommes et non de les tuer.

18– C’est de la mystique ! dit-on encore. C’est de la folie ! Il y a tout de même des guerres justes. Et l’Église permet qu’on se batte dans une guerre juste !

19– Juste guerre ? Je ne sais pas. Je ne crois pas. Connaissez-vous une guerre qu’ait faite la France et qu’on vous ait dite injuste ? Nos conquêtes coloniales, vous les a-t-on présentées comme injustes ? Et les guerres de l’Empire ! Et la guerre de Succession d’Espagne ? Et aux yeux des Allemands, croyez-vous que la guerre de 14-18 ait été injuste ? Et pour les Anglais la guerre des Boers et la guerre de l’opium ?

20La guerre est toujours un moyen criminel de réaliser une fin, quelle qu’elle soit. Et jamais en morale la fin ne légitime les moyens.

21Tout ce sang qui ne cesse de couler d’un bout à l’autre du monde, ce massacre perpétuel, sans cesse rallumé en quelque point de la terre, de quel œil croyez-vous qu’il sera jugé d’ici quatre à cinq cents ans par une humanité enfin évadée de notre bestialité présente ? De quel œil jugeons-nous aujourd’hui les égorgements recommandés et bénits qui engluent d’une flaque sanglante les conflits religieux du XVe ou XVIe siècle ?

22Je salue l’homme assez grand dès aujourd’hui pour incarner en lui l’homme de demain. Je salue l’homme assez fou pour proclamer et vouloir vivre dès aujourd’hui ce qui sera l’idéal de demain. Un fou ? Je veux bien. Un mystique voué à la faillite en face des réalités terrestres ? Je veux bien. Mais le plus bel exemple d’une vie qui fut une faillite, c’est la vie du Christ.

23Sur ces faillites, sur ces destins écroulés, les siècles suivants vont bâtir leurs temples. Ces ruines deviennent un jour les hauts lieux de l’humanité.

24Dans la plupart des pays civilisés, l’objecteur de conscience a son statut. Le service militaire qu’il refuse est remplacé pour lui par un service civil plus long, plus dur, et plus dangereux. À cette condition, il a le droit d’obéir à sa conscience sans passer pour un déserteur et pour un lâche.

25En France, un projet est déposé depuis longtemps déjà. Il traîne interminablement dans les dossiers de l’Assemblée. Il passera Dieu sait quand. En attendant, depuis des mois et des années parfois, de jeunes hommes sont en prison avec des voleurs et des assassins pour avoir refusé de verser le sang de leurs frères.

26Que la France, par une adoption immédiate de ce projet, mette fin à une honteuse injustice. Il est encore temps pour nous d’éviter le jugement impitoyable de l’humanité de demain.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search