Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Le drame politico-financier de la Coca-cola

Note de l’éditeur

Paru dans Maintenir n° 6 de mars-avril 1950

Texte intégral

  • 1 Fervent adepte de la médecine du Docteur Carton (évoqué sous les traits du Docteur Domberlé dans Co (...)

1Dans un récent numéro de Maintenir1, il était question de la grande offensive « Coca-cola ». L’affaire, depuis, a pris un tel développement que je crois bon d’en exposer aux lecteurs les curieuses péripéties.

2Rappelons que la société américaine « Coca-cola » avait l’intention de lancer en France cette boisson dite hygiénique, avec l’aide des sociétés françaises « Pernod » et « Glacières de Paris ».

3« Coca-cola » représente une puissance mondiale. La société vend aux U.S.A., son pays d’origine, dix milliards quatre cent millions de bouteilles de Coca-cola par an ! Ce qui représente 79 bouteilles par habitant ! Le bénéfice approximatif étant de 15 % net, l’affaire est intéressante ! La société a donc cherché, – et réussi, – à envahir peu à peu le reste de l’univers. On consomme actuellement 110 bouteilles de Coca-cola par an et par habitant au Canada, et 400 aux Philippines ! En Belgique, l’invasion est toute récente. Voici la progression :

4Première année, 6 bouteilles par habitant ; deuxième année, 12 bouteilles par habitant ; troisième année, 40 bouteilles par habitant.

5Les chiffres sont prometteurs.

6En France, sauf erreur de ma part, il est prévu pour la première année, 150 millions de bouteilles, soit 4 bouteilles par habitant. Mais les Américains s’entendent à faire de la réclame, et ces chiffres, il y a tout lieu de le croire, suivraient de près ceux qui marquent la progression en Belgique : 6, 12, 40... Une publicité géante, par le cinéma, les journaux, la T.S.F., les tournées de propagande, les autocars-réclames, le Tour de France, et tout ce qu’il vous plaira d’imaginer, arrive, nous le savons tous, hélas, à implanter dans le pauvre cerveau de l’homme moyen l’impression qu’il a le besoin le plus impérieux et le plus urgent de choses complètement étrangères à toutes les nécessités de la vie. Il en sera ainsi, sans nul doute, du Coca-cola. Cette boisson n’est ni économique (35 francs le flacon d’un cinquième de litre) ni même agréable au goût. Elle n’a qu’un agrément, – c’est celui de toute boisson excitante, et qui provoque un « doping ». La première bouteille, nous dit dans La Vie Française, M. Jean Choffel qui en a fait l’expérience, ne laisse nullement une impression plaisante. Mais il n’en est plus de même à la cinquième. C’est exactement ce qui se passe pour l’alcool et le tabac ! Et c’est pourquoi, fort adroitement, la société « Coca-cola » procède, dans les « zones d’invasion », à des distributions gratuites de son produit. Elle compte avec raison sur l’accoutumance et, – peut-on dire, la création d’une toxicomanie mineure chez les consommateurs.

7À vrai dire, je m’aperçois que je vais trop loin. Les administrateurs de « Coca-cola » n’ont certainement pas la mentalité du vulgaire trafiquant en morphine. S’ils distribuent leur produit gratis, c’est tout simplement à titre publicitaire, comme ils le feraient aussi candidement pour du cirage ou de la brillantine. Mais le résultat est là : c’est qu’on ne devient pas toxicomane de la brillantine ni du cirage, tandis qu’on devient, – si peu que ce soit, – toxicomane du « Coca-cola » comme du café. D’où le danger de ces distributions gratuites.

8L’offensive de « Coca-cola » en France a provoqué une levée de boucliers...

9– Au nom de la santé publique ?

10– Vous êtes candide ! Au nom des intérêts des viticulteurs, voyons ! Et des brasseurs ! Et des fabricants de limonade ! Et de la stabilité du franc ! Qu’allez-vous nous chanter avec votre santé publique ! On a bien d’autres chats à fouetter en France ! Apprenez que le jour où l’on boira ici 79 bouteilles de « Coca-cola » comme aux États-Unis, ou même 110 comme au Canada, – ou même 400 comme aux Philippines (pourquoi pas ?), c’est autant de vin qu’on ne consommera plus. Ou de bière. Ou de limonade. Ou du jus de fruits pasteurisés, ces bons jus de raisins verts, acides comme un vitriol, et stérilisés à doses foudroyantes d’antiseptiques agressifs. Vin et bière sont les moins menacés. L’alcool qu’ils contiennent leur permet d’offrir au consommateur une excitation égale à celle qu’apporte la « Coca-cola ». Il n’en va pas de même de la citronnade et des boissons prétendues hygiéniques. D’autant plus qu’une trentaine de concurrents éventuels de « Coca-cola » sont déjà prêts à lancer sur le marché français des produits analogues. Par ailleurs se greffe là-dessus une question financière importante. Et vous savez par l’histoire du taux de blutage des farines les curieuses répercussions de l’état de nos finances sur notre alimentation. En l’espèce, le déficit budgétaire vient plutôt au secours de l’hygiène. En effet, une société étrangère, montant en France une entreprise avec des capitaux étrangers, peut, d’après l’avis 419 de l’Office des Changes, exporter de la France les bénéfices réalisés chaque année. Ce qui représenterait pour nous une sortie de capitaux considérable, si l’affaire prend les proportions auxquelles il faut bien s’attendre. L’Office des Changes, jusqu’ici, a donc refusé à « Coca-cola » le bénéfice de 419 (Jean Choffel, La Vie Française) et a transmis le dossier à la direction des Finances. Celle-ci a reçu le cadeau avec un enthousiasme modéré, et s’est, à son tour, empressée de repasser ledit dossier au Cabinet du Ministère des Finances lui-même. Comme le dit Jean Choffel : « Le circuit est éloquent ».

11Si le Ministre des Finances accorde le bénéfice de 419, c’est une hémorragie de dollars probable. S’il le refuse, cela revient à interdire tout investissement et capitaux étrangers en France. Et croit-on que les organisateurs du Plan Marshall l’entendront de cette oreille ? Nous ne sommes pas mécontents du tout de voir les capitaux américains s’investir chez nous en exploitations pétrolières ou entreprises métallurgiques... De quel droit, après cela, interdire à la « Coca-cola » de s’établir chez nous aussi bien qu’une raffinerie de pétrole ?

12Par ailleurs, l’Europe est en gestation. Les barrières douanières s’effacent et s’effaceront de plus en plus. « Coca-cola » voulait établir en France un centre européen unique de production. Belles rentrées de devises en perspective. Nous refusons ? Qu’à cela ne tienne : la « Coca-cola » s’installera à la frontière belge ou italienne, et nous inondera de ses produits, – en franchise douanière. Et ce sera nous qui les sortirons, les devises !

13Du reste, « Coca-cola » s’est piqué au jeu. La France n’est pour lui qu’un débouché de second ordre. Il met cependant son amour-propre à y pénétrer. Et « Coca-cola » n’est pas une puissance négligeable. Il a l’argent. Il représente une force politique. Le président de la société est M. James Farley, ancien président du Parti démocrate, de 1928 à 1940 ; et grand électeur du président Roosevelt. Même le président Truman doit compter avec un personnage de ce poids. Et puis, M. James Farley est une personnalité catholique très respectée...

14C’est ce qui explique cette chose étonnante, qu’on ait vu l’ambassadeur des États-Unis, en personne, M. Bruce, demander d’abord audience au Ministre des Finances, et, de là, réclamer une nouvelle audience du président du Conseil, – pour conférer avec lui de la question « Coca-cola ».

15On devine les arguments-massues de M. Bruce. L’heure est mal venue d’élever des barrières économiques. Et les États-Unis sont de gros acheteurs des vins français. Si nous nous montrons entêtés, ils pourraient bien se souvenir qu’eux-mêmes fabriquent en Californie des « Bordeaux », « Bourgogne » et « Champagne » acceptables, et fermer la porte à notre propre production.

16Le pressentiment d’une pareille éventualité a fait frissonner nos producteurs de vins. Leur repli a été immédiat. Tandis que les fabricants de jus de fruits, limonades, et apéritifs (Pernod excepté, et pour cause), continuent leur opposition, on s’aperçoit que certains députés français représentant nos départements viticoles ont changé d’attitude. C’est ainsi que M. Boulet, député M.R.P., Ministre de la Santé Publique, fit présenter un projet de loi tendant à aggraver le contrôle sur les boissons, en réclamant la procédure d’urgence. Or, un autre député M.R.P., du département viticole de la Marne, M. Schneider, a réussi, à la dernière minute, à faire opérer une volte-face à tout le groupe M.R.P... L’urgence a donc été repoussée par le Parlement.

17L’affaire « Coca-cola » est donc bien devenue une affaire politique et d’argent. Et chacun s’accorde à trouver extrêmement ardue la solution du problème.

18Solution si simple, cependant pour qui se place sur le terrain solide de la vérité !

19Voici la composition chimique du « Coca-cola », donnée par M.J. Choffel :

20Solution aqueuse de sucre, additionnée de :

– extrait fluide de noix de cola ;
– pâte de Guarana ;
– macération de feuilles de coca épuisées ;
– acide phosphorique ;
– alcool (en petite quantité) ;
– glycérine ;
– caféine ;
– caramel.

21Coca, cola, acide phosphorique, alcool, glycérine, caféine ! Autant d’excitants dangereux pour le système nerveux. On baptise cela « boisson hygiénique », hypocritement. C’est tout juste si l’on ne va pas parler de croisade antialcoolique. On oublie de dire qu’il vaudrait certainement mieux, pour un travailleur, s’offrir un verre de vin honnête, que cette composition de drogues chimiques agressives, sans aucun élément nutritif. Le consommateur aveuglé et égaré par le tam-tam d’une publicité géante croira de bonne foi ingurgiter un breuvage bienfaisant, et ne se doutera même pas que cette composition contient 184 milligrammes de caféine au litre d’eau, c’est-à-dire plus que le café ! Sans parler du reste. Non, franchement, je préfère le café et le vin, qui, eux, disent honnêtement leur nom ! Là, pas d’équivoque.

22La composition d’une telle boisson devrait sans nulle hésitation la faire interdire en France. D’autant plus que, la concurrence s’en mêlant, nous verrons se diffuser des boissons similaires, mais contenant des doses accrues d’excitants nerveux. Où cela s’arrêtera-t-il ?

23C’est sans espoir que j’écris ces choses. Il y a longtemps que la France, en fait, n’a plus de chefs, et qu’elle est la proie des partis, des syndicats, des puissances politiques, des puissances d’argent. La partie est jouée d’avance, – perdue d’avance. Un désordre mène à l’autre. Une nation où l’esprit d’épargne a été tué, où les traditions se meurent, où le paysan est découragé de la terre, où l’on enseigne le malthusianisme du travail, où l’on décourage les élites de tout effort et de tout risque, où l’on n’assure au pauvre peuple ni logement, ni lectures, mais l’alcool, le tabac, et le cinéma à profusion, une telle nation est condamnée à devenir une proie. L’immense confusion universelle fait, très candidement, d’un très bon catholique, le maître et le responsable inconscient d’une entreprise commerciale dangereuse pour la santé publique, donc coupable. Mais qui s’occupe encore de ces choses-là ?

24Je dis qu’une pareille confusion des esprits, qu’un pareil divorce entre les mœurs et les exigences de la vie aura des conséquences mortelles. Ne croyez pas les apparences. Ne vous laissez pas éblouir. Cette belle civilisation occidentale, cette civilisation atomique, glorieuse de ses aliments synthétiques, de ses engrais chimiques, de ses cités où grouillent les autos et où meurent les enfants et les arbres, c’est une plante encore verdoyante mais dont la racine est morte. Ou tout changera, ou de tout cet édifice il ne restera pierre sur pierre. Et cela, plus tôt que nous le pensons. Survivront ça et là les simples, les sages, les fidèles à la nature, l’humble semence humaine qui n’aura pas déserté la terre, et qu’on retrouvera encore vivante, après le grand cataclysme, pour un lent et dur recommencement.

Notes

1 Fervent adepte de la médecine du Docteur Carton (évoqué sous les traits du Docteur Domberlé dans Corps et Âmes) dont il adopta sans réserve le régime (l’essai Pourquoi j’ai écrit Corps et Âmes lui est entièrement consacré). Van der Meersch fonda en 1948 un Bulletin des Amis du Docteur Carton qui devint ensuite la revue Maintenir (1949-1950).

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search