Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Du côté de ceux qui vivent

Note de l’éditeur

Paru dans Sélection du Reader’s Digest de septembre 1948

Texte intégral

1Quelqu’un qui me touche de près tomba récemment malade. L’isolement et l’air pur se révélaient nécessaires. Et la perspective d’aller vivre désormais dans les dunes et les bois, en un petit chalet qu’il possédait au bord de la mer, dans un hameau de cinquante habitants, ne réjouissait guère mon ami.

2Il ruminait son amertume, un certain soir, là-bas, tout en feuilletant Sélection du Reader ’s Digest de mai dernier. Il tomba sur « Aspects inconnus de l’Amérique ». Il y lut l’aventure de Mrs. Maud Berglund.

3Il eut honte de lui.

4« Comment ! se dit-il, voilà une femme qui a eu le courage de s’en aller avec trois enfants habiter l’Alaska, d’y vivre de pêche et de chasse, de n’y voir pas un seul être humain pendant onze mois par an, de n’y pouvoir compter sur personne qu’elle-même ! Et tu as peur, toi, de la "solitude” d’un village français ! ».

5Le héros de cette petite histoire, qui n’est pas inventée, doit aussi à Ernie Pyle et à Sélection d’avoir accepté plus vaillamment une épreuve, d’avoir pris plus courageusement une décision pénible. Et cela, je trouve que c’est beaucoup.

6On s’extasie sur l’érudition et la variété de Sélection, l’apport intellectuel dont il nous enrichit. À tout cela, je préfère l’esprit qui imprègne ces pages et qui les charge d’une leçon de vie.

7Ne jamais se décourager, lutter ! Ne pas croire au hasard, à la chance, à la fatalité. Lutter ! Ne pas douter de soi ni des autres, ne pas s’abandonner au pessimisme ni à la hargne, ne pas se plaindre que le sort vous ait donné moins qu’à d’autres, de ce que l’humanité n’ait pour vous qu’injustice et cruauté. Mais se dire que nous avons tous reçu, pour le grand jeu de l’existence, quelques atouts, et que l’effort, dans toutes les sphères, mène au succès. Savoir qu’il n’est de condition, si dure soit-elle, que le travail, l’acceptation vaillante et l’optimisme ne parviennent à améliorer. Savoir enfin que l’humanité est pour nous un miroir et qu’elle nous renverra, à notre choix, le rictus de haine ou le sourire que nous lui aurons adressé.

8Voilà l’impression qui finit par se dégager pour moi de ces feuillets. Ils me disent chaque fois qu’il reste bien des exemples toniques, bien des bonnes volontés de par le monde, et que ce pauvre monde si décrié ne va pas si mal que cela. Cahin-caha, il progresse... Je n’ai jamais terminé cette lecture sans me sentir au cœur, un peu plus, le goût de l’action, de l’énergie, de la bienveillance et de la droiture.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search