Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Le sang du christianisme

Note de l’éditeur

Paru dans La Croix des 6 & 7 juin 1947

Au chanoine Jules Pinte1,
Affectueusement.

Texte intégral

L’amour ne passera jamais ! (Saint Paul)

1Le christianisme, cette chose énorme !

2Ces églises, ces séminaires, ces écoles, ces universités, ces couvents, ces grands Ordres, ces patronages, ces armées de prêtres, ces missions à travers le monde, ces œuvres innombrables, et la légion de l’Action catholique, et les légions de la J.O.C., cet édifice administratif formidable, de la paroisse à l’évêché, de l’évêché au Vatican, cette hiérarchie solide, cette liturgie, ces rites, ces cérémonies à l’apogée de l’ordonnance et de la perfection...

3Nous regardons tout cela avec étonnement et respect. Monument géant qui traverse les siècles. Institution si vaste, si universelle et si pesante qu’elle nous en semble inabordable.

4Et tout cela n’est rien.

5Ce n’est pas de cela que le christianisme a vécu. Ce n’est pas ce qui le fait vivre. De notre chrétienté, cette génération ne verra peut-être pas subsister pierre sur pierre. Et de cet éboulement, le christianisme ne mourra pas, ne sera même pas atteint.

6Quelqu’un est venu voici vingt siècles, et s’est fait aimer de douze autres, puis il fut crucifié. Les douze se sont éparpillés. Et chacun d’eux a recommencé... Quoi ? À prêcher ? À prophétiser ? À grouper de petites sectes, à organiser des réunions et des rites ? Oui, sans doute. Mais aussi, mais avant tout, à se faire aimer. Ils ont essayé d’être bons, comme l’avait été pour eux l’initiateur. Ils ont eu pitié de la plainte humaine. Ils ont pris sur eux les misères des autres, ils leur ont donné leurs forces jusqu’à l’agonie, ils ont forcé leur amour, ils les ont forcés à dire : « Cet homme est bon. Il y a en lui quelque chose qui nous dépasse. Il faut qu’il ait la vérité ».

7Ce ne sont ni les prophètes, ni l’éloquence, ni les miracles qui les auraient conquis et ne conquerront jamais personne. Mais c’est l’amour qui conquit.

8Voilà le sang du christianisme, qui court en lui depuis le Christ. Une longue chaîne d’hommes, anonymes, inconnus, effacés, qui se sont fait aimer, humblement, pauvrement, sans bruit, sans éclat, de quelques cœurs, quelquefois d’un seul... Juste de quoi passer la flamme... Nous n’en connaissons rien. De temps en temps, d’un de ces cœurs, une lueur jaillit, plus haute. Et c’est saint Vincent de Paul, le Curé d’Ars ou sainte Thérèse de France... Mais ils n’auraient pas été eux-mêmes sans la longue lignée des obscurs précurseurs. Au départ de toute grande vie, il y a un grand amour. Il y a un être qu’on a aimé, qu’on n’a suivi que parce qu’on l’a aimé.

9Aucun livre, aucun raisonnement, aucun miracle même ne fera accepter Dieu à l’incroyant. Mais l’homme bon, l’homme qui accepte absurdement de prendre pour lui votre peine, l’homme qui vous ouvre son cœur, celui-là, et lui seul, vous fait immédiatement comprendre Dieu, accepter Dieu.

10L’Église, ce n’est ni ce prédicateur tonnant, ni ce bâtisseur de cathédrales, ni ce cardinal académicien, ni ce grand écrivain qui remue les foules... C’est un pauvre homme qui s’est privé de trois fourchettes et de deux assiettes pour un sinistré. C’est cette ouvrière qui a veillé toute une nuit une voisine en couches... C’est le dimanche d’un jociste sacrifié en visites à l’hôpital... C’est ce missionnaire qui n’a jamais espéré ni cherché à « convertir » personne, qui s’est contenté de panser les plaies de ses pauvres primitifs, de les nourrir, de les soulager, de rire avec eux, de pleurer avec eux, de leur ouvrir son cœur.

11Voilà ceux qui convertissent. Le christianisme, c’est eux. Rien d’autre.

12Demain, peut-être, l’Apocalypse que nous vivons nous jettera au visage la poussière de nos temples atomisés, le sang de nos prêtres martyrisés. Une Église dispersée, une papauté captive ou matériellement anéantie, un nouvel âge catacombal, qui de nous peut être assuré de ne pas vivre ce cataclysme ? Qui n’en sera consterné et désespéré ?

13Et pourtant, tout cela n’aura pas d’importance. Ce qui compte, c’est la charité selon le Christ, la charité qui repose sur la vérité, le vrai amour, inexpugnablement réfugié au fond de quelques âmes, et qui suffira à tout ressusciter. Voilà la vraie force éternelle, contre quoi rien ne prévaudra. Car toutes les puissances de la terre n’empêcheront jamais une âme de s’élever, et, en s’élevant, d’attirer tout à elle. La flamme allumée voici vingt siècles au cœur de quelques pauvres hommes ne s’éteindra jamais. « L’amour ne passera jamais ! ».

14Puissions-nous être de ceux-là. Puissions-nous dire un jour : « J’ai transmis la vraie vie. J’ai su aimer quelques êtres ici-bas, – et ne fût-ce même qu’un seul – d’un amour assez pur, généreux et sacrifié, pour le forcer à s’avouer : "Un tel amour dépasse l’inexplicable. Il faut qu’il y ait un Dieu” ».

Notes

1 Fondateur, dès le début de la Grande Guerre, avec Firmin Dubar et Joseph Willot, d’un journal clandestin qui deviendra L’Oiseau de France. Ce dernier servit de modèle à La Fidélité, le journal clandestin évoqué dans Invasion 14. L’abbé Jules Pinte, familier de la table dominicale de Van der Meersch, devint l’ami et le conseiller du couple dont il célébra l’union religieuse « secrète mais autorisée par l’Évêché » dans la chapelle privée de Firmin Dubar au 63 de la rue du Curoir à Roubaix, sans doute en juin 1935 (sur cette question, voir l’ouvrage de Térèse Bonte, Van der Meersch au plus près, Artois Presses Université, 2002, p. 127-131). Nommé par la suite à Lyon, l’abbé Jules Pinte demeura en contact étroit avec les Van der Meersch.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search