Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Les stocks s’accumulent et ne peuvent être livrés au public parce que les nouvelles cartes de charbon ne sont pas imprimées

Note de l’éditeur

Paru dans Le Figaro du 21 mai 1946 et repris dans Le Figaro histoire du 24 mai 1986

Texte intégral

1Nous recevons de notre excellent confrère, le romancier Maxence Van der Meersch, la lettre suivante dans laquelle l’auteur d’’Invasion 14 dénonce de pitoyables insuffisances dans un domaine qui lui est familier.

2Il m’a semblé que l’exposé suivant éclairerait utilement vos lecteurs sur un bel exemple de désordre et d’incurie administratifs.

3Tout le monde, sauf les services compétents peut-être, savait depuis très longtemps, dans le Nord, que les cartes de charbon pour foyers domestiques seraient périmées à partir du 1er avril.

4Au 1er mai, les nouvelles cartes n’étaient pas encore imprimées.

5Résultat : les Houillères continuent de produire et d’expédier. Les négociants ont donc reçu leur contingent d’avril et ont dû le payer. Mais ils n’ont pu, en revanche, le livrer à leur clientèle, celle-ci ne disposant pas de « cartes de charbon ». Or une péniche de houille vaut un demi-million. D’où protestations légitimes des négociants, inquiets à la fois pour leur trésorerie obérée et pour leurs chantiers encombrés.

6Mai est venu. Toujours pas de cartes. La direction générale des Houillères nationales a protesté, sans résultat. La houille encombre le « carreau » des mines. Des milliers de tonnes, chargées sur wagons, attendent dans les gares et immobilisent du matériel roulant, faute de destination possible. À Aniche, il y a une dizaine de jours, 3.000 tonnes de boulets espéraient vainement un destinataire. En désespoir de cause, et parce qu’il faut éviter l’encombrement et aussi « faire de l’argent » pour payer les mineurs, la direction des Houillères s’est vue réduite à passer par-dessus la tête des répartiteurs et a commencé à appliquer le programme de mai, alors que le contingent d’avril est encore bloqué dans les chantiers des négociants. Ceux-ci se voient ainsi supplier de bien vouloir accepter leur attribution de mai, de bien vouloir même prendre livraison d’attributions supplémentaires, mais sans avoir le droit de rien livrer aux malheureux consommateurs !

7Ledit consommateur, éternelle victime, n’a rien vu venir depuis mars. Il ne verra rien avant Dieu sait quand. Mais brusquement, un beau matin, le « Ravitaillement » lui offrira en bloc 500 ou 600 kg de charbon. Et la ménagère, faute de pouvoir sortir 2.000 francs d’un coup, devra laisser au négociant le précieux combustible auquel elle avait droit.

8Quel prétexte invoquera-t-on pour excuser ce retard dans la fabrication des cartes ? Manque de papier ? On n’osera pas tout de même aller jusque-là ! Alors ?

  • 1 Résidu très fin de charbon écrasé.
  • 2 Charbon aggloméré en forme de boule.

9Nos mines regorgent actuellement de charbon dit « mixte », de schlamm1 et de boulets2. La Répartition nationale en interdit la vente.

10Cet hiver, on refoulait çà et là, au hasard des rames de 1.000 tonnes, car les centrales parisiennes, encombrées de 250.000 tonnes de houille, ne pouvaient stocker davantage. Cependant que dans le Nord des usines textiles frôlaient le chômage faute de combustible.

11Magnifique désordre d’un organisme de répartition sans doute nécessaire, mais qu’on voudrait à la fois plus souple, plus compréhensif, et peut-être aussi plus préoccupé de ses devoirs envers le peuple.

12Le pis est qu’on peut se demander si toute cette bureaucratie des temps de famine, faite pour gérer la disette, ne voudra pas survivre aux calamités qui l’engendrèrent, et continuer avec un entêtement farouche à organiser la pénurie – sa raison de vivre – au milieu même de la surabondance.

Notes

1 Résidu très fin de charbon écrasé.

2 Charbon aggloméré en forme de boule.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search