Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Des hommes meurent pour vous

Note de l’éditeur

Paru dans La Voix du Nord et Nord-Matin du 28 janvier 1945

Texte intégral

1Trente-deux soldats français sont morts au cours d’une attaque en Alsace. Dix étaient nu-pieds dans des sabots. Dans les Alpes, à 3.000 mètres, ils ont en face d’eux des skieurs bavarois équipés comme on sait le faire en Allemagne. Les nôtres n’ont même pas un drap blanc pour se camoufler. Ils se font tuer comme à la cible. Sur le front de l’Ouest, au 15 décembre, les engagés volontaires montaient la garde en short et en Lacoste.

2Ils n’ont rien. Pas même un savon. Pas même une lame de rasoir. Pas même une assiette. Rien.

3Des hommes qui viennent du Tchad et de Bir-Hakeim, qui étaient deux mille cinq cents en Afrique, et qui restent à cent douze, n’ont pas encore, depuis leur arrivée en France, obtenu un jour de permission pour revoir leur famille. Quelques privilégiés, en permission de convalescence, ont dû dormir sur la paille, à Paris, faute d’une chambre.

4Du consentement de tous, ils représentent le plus pur de la France. Et ils sont là, comme des gueux, dédaignés, ignorés. Ils regardent nos disputes, notre course au plaisir. Et ils comprennent que nous avons déjà tout oublié ; que la guerre, pour nous, n’existe plus ; que leur souffrance et leur sacrifice nous laissent monstrueusement indifférents.

5Voilà pourquoi « VICTOIRE » s’est constituée. Groupement de toutes les bonnes volontés, pour soutenir nos soldats, « VICTOIRE » a besoin de tous et de tout : argent, vivres, vêtements, chaussures, lainages, savon, jeux, tabac, livres... de tout.

6Nous, dans nos foyers tranquilles, à l’abri, gagnant notre vie au milieu de notre famille, nous enrichissant parfois, attendant paisiblement les jours heureux ; et les autres, au fond d’une cave, sous les obus, les pieds dans la neige et la mort sur la tête, et sans que nous fassions rien pour eux, qui se font volontairement tuer pour nous. De quel nom pourrait-on qualifier cela ?

7Désormais nous savons, nous sommes avertis. Et celui qui, connaissant ces choses, ne rougira pas au fond de lui-même et ne se sentira pas obligé à un geste, celui-là est à plaindre.

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search