Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

L’homme traqué

Note de l’éditeur

Paru dans Nord-Libre du 30 septembre 1944

Texte intégral

1Le récit que nous publions aujourd’hui nous avait été transmis par Maxence Van der Meersch au temps de la presse clandestine.

2Marcel a quitté l’usine à midi, comme d’habitude. En arrivant chez lui, il a bien remarqué une camionnette arrêtée au coin de la rue, une inoffensive camionnette des « Laines du Pélican ». Il la doublait, à vélo, quand un voisin, de loin, lui a fait signe.

3– Pst ! Pst ! Marcel...

4Il a sauté de vélo.

5– Hé bien ?

6– Fais demi-tour ! Fous le camp ! La Gestapo est chez toi ! Elle a trouvé des traces !

7Marcel est devenu pâle. Il a sauté sur sa bécane, s’est enfui.

8Pas un ticket, pas un vêtement, pas un abri. La maison, désormais, est interdite pour des mois ! L’usine aussi. Où aller ? Où manger ? Où loger ?

9C’est maintenant que l’homme de la Résistance va mesurer sa solitude. Il y aura désormais les nuits à passer à la belle étoile, dans un champ. Les ratatouilles invraisemblables qu’il avalera au hasard de ses gîtes de fortune. Les interminables journées qu’il passera à traîner de rue en rue, sous le soleil ou sous la pluie, pour ne pas encombrer le logis de l’hôte qui a bien voulu courir le risque de l’héberger deux ou trois jours. Les quêtes à la recherche d’une fausse carte. Les manœuvres innombrables qu’il accomplira pour se faire envoyer de chez lui un pardessus ou des bottines. Il y aura cette longue période d’agonie qu’il vivra, la semaine où sa petite, malade, devra être opérée, sans même qu’il puisse aller la voir, parce que la Gestapo rôde... La Gestapo sait tout, la Gestapo qui connaît l’homme, et qui espère, hideusement, une faiblesse de ce cœur paternel. Il y aura enfin ce crève-cœur fréquent, constant, banal, et plus douloureux que tout, peut-être, de voir ses amis le lâcher parce qu’il devient encombrant, dangereux...

10– Te loger ce soir ? Oh ! Zut ! J’ai justement une petite cousine...

11Ou bien :

12– On manque de lits...

13Ou bien :

14– On est en train de battre les matelas...

15Ou bien autre chose...

16– La prochaine fois, si tu veux...

17– Mais oui, dit Marcel. Mais oui... Merci quand même... Et excuse-moi.

18Le miracle, c’est que cet homme-là, traqué, misérable, douloureux, déçu, amer, il continue : le tract sous votre porte, c’est lui. Le journal clandestin dans votre boîte aux lettres, c’est lui. L’écluse qui sautera demain, ce sera lui. La liaison de tout un secteur, c’est lui ! Un homme du peuple, bien souvent. À mille lieues d’un intellectuel ! Ça ne l’a pas empêché de sentir, de comprendre, mieux que le philosophe, que par-delà les hommes, par-delà vous et moi avec nos mesquineries, nos angoisses, nos lâchetés, il y a l’idée, qui mérite parfois qu’on meure pour elle !

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search