Version classiqueVersion mobile

Maxence Van der Meersch. Tomes 1 et 2

Ceux de la Résistance

Note de l’éditeur

Paru dans Nord-Libre du 5 septembre 1944

Texte intégral

1Cet article, rédigé il y a une quinzaine, était destiné à un organe de notre presse clandestine. En le publiant aujourd’hui au grand jour, nous nous réjouissons de montrer à quel point la pensée française s’est associée de cœur et d’action au combat pour la libération.

2Oui, je sais, on les connaît, on entend parler d’eux tous les jours, « ceux de la Résistance ». Ils étaient des héros. Ils sont maintenant si nombreux, leurs aventures sont à présent si quotidiennes, si connues, qu’ils nous en paraissent moins hauts, moins héroïques et moins inaccessibles les sommets de leur courage.

3« Il fait partie de la Résistance ».

4On dit cela tout simplement. On ne mesure plus la somme d’efforts, de sacrifices et de périls qu’ils ont librement acceptés. On ne sait pas, on ne soupçonne pas ce que peuvent être les longues journées d’angoisse, de solitude et de tension perpétuelle de ces hommes-là.

5Tâchez de vous imaginer la vie de l’être qui est chez lui et qui s’attend perpétuellement au coup de sonnette, au coup de pied d’un agent de police dans sa porte, qui sort et rentre en hâte, parce qu’une silhouette louche s’attarde simplement sur le trottoir d’en face, qui va le long des rues, qui prend le train, le tram, qui entre dans un café, qui fait de l’autostop, qui mène en apparence l’existence de tout le monde et qui, de sa poche, tâte machinalement la liasse de papier qui le fera fusiller sans rémission s’il se fait arrêter au cours de la plus bête, de la plus inattendue des rafles, à l’arrêt d’un autobus, au passage d’un pont, n’importe où. Cet homme-là, vous ne le savez pas, qu’il a une constante et fidèle compagne invisible à son côté, la mort. Vous ne le savez pas, qu’il a, toujours prêt, dans la poche de son gousset, le petit paquet de poudre blanche qui lui assurera une fin immédiate en cas d’arrestation. Vous ne le savez pas, que sa consigne est de mourir pour ne pas risquer de parler sous la torture. Vous dites avec indifférence :

6– « Un de la Résistance ! » Et voilà tout !

7Il fait beau temps. Chaud soleil, ciel bleu, vent tiède, pépiement d’oiseaux dans les feuillages. Une radieuse matinée d’été. Vous respirez toute cette joie diffuse, vous vous sentez content de vivre. Et vous dites :

8– « Belle journée ! »

9Et vous vous épanouissez sans penser davantage. Pour lui, il est une ombre, toujours, un nuage, sur tout cela. La menace, le rappel au péril toujours présent. Cette radieuse journée sera peut-être son dernier jour. Et la radio de ce matin qui, à vous, n’a apporté que des raisons d’espoir et d’allégresse, l’annonce de nouveaux succès alliés, à lui, la même radio a, en plus, annoncé qu’un mouchard est signalé dans la région, qu’il faut prendre garde, ouvrir l’œil, qu’il y a, aujourd’hui plus qu’hier, danger, danger nouveau, danger inconnu, un danger plus grand que jamais.

10Y pensez-vous quelquefois, à la rude et haute existence de l’homme de la Résistance ? Vous dites-vous parfois que tout cela, il l’aura vécu, il l’aura subi pour vous ?

© Artois Presses Université, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search